Le deal à ne pas rater :
Promos Nike : Jusqu’à -50% de réduction !
Voir le deal

Premier contacts

Premier contacts 1451716790-untitled-by-spowys-d86lzwl




Premier regard

« Un œil fixant un autre. »

Comment vous expliquer ce que j'ai ressenti en admirant les falaises crasseuses et escarpées de cette île putréfiée... imaginez la comme la crotte sur laquelle il faudra marcher pour atteindre le paradis. Mon arrivée sur cette île avait tout pour être heureuse, j'allais fouler un sol nouveaux couvert d'une terre inconnue, tout en m'approchant un peu plus de la raison qui m'y avait amenée. Mais la puanteur qui envahit le bateau sous la forme d'une purée de pois avant même qu'il soit entré au port me rappelait rapidement que le romantisme n'avait pas sa place partout. Le bateau s'était bien vidé depuis que je l'avais pris au cap des jumeaux, personne ne se rendait sur l'île en voyage d'agrément. Les quelques types que je croisais encore étaient soit des chasseurs de prime d'une autre espèce que la mienne soit des fous à aliéner, et je commençais à me demander si je n'en faisais pas partie;

-Si tu ne trouve pas le type le plus fou du bar c'est que tu as assez bu.

j'ouvrais légèrement mes yeux irrités pour observer le ciel, le brouillard gris-jaunâtre en recouvrant maintenant les abîmes. Et le soleil se cachait, j'observais un coucher de soleil filtrant à travers un nuage de poison comme si c'était fabuleux alors que ce ne pouvait être qu'un mauvais présage. Les employais relâchaient la plaque de bois servant à débarquer et ne semblaient pas se presser mais leur moues insatisfaites montraient bien qu'il avaient hâte de repartir. "Elle peut pas être si terrible cette île"... me dis-je en passant lentement devant eux. A peine quelques pas faits sur l'étendue de boue vert-grisâtre, ce qui au passage ne s'avérait pas être des plus agréables, un petit diablotin, l'ensemble de la face brûlée à l'exception de quelques mèches argentées, et dont un bandeau sur l’œil surmontait le rictus équivoque, sortit avec furie d'une des caisses se trouvant sur le quai de chargement.

- La tempête arrive! La tempête arrive!

Je le regardais s'éloigner en sautillant, son pied gauche rebondissant tandis que sa jambe de bois le faisait presque s'embourber.
Je faisais signe à des matelots un peu louches traînants sur le port, faute de meilleurs informateurs, mais les badauds ne haussèrent pas un sourcil à mes invitations. Se présentait alors un homme étrangement fagoté. Ce n'est pas qu'il était habillé de patchwork où d'une quelconque manière peu convenante, non au contraire. C'est justement que son costume trois pièce jurait avec le paysage. Un moustache parfaitement rasée et un haut de forme propre comme un sou neuf, des chaussures presque rutilantes après que le gremlin de tout à l'heure les ait lustrée, tout chez cet homme démontrait la puissance du paraître, et pourtant sa silhouette d'asperge démontrait qu'il n'était pas particulièrement gâté par la nature.

- En rang messieurs s'il vous plait.

Les passagers qui semblaient d'anciens habitués s'alignèrent immédiatement, les membres de l'équipage chevronnés continuaient leurs travail en rigolant grassement des petits jeunes qui avaient faits de même, et j'en déduisais que je devais à mon tour prendre part à ce petit jeux. Me calant en bout de fille, j'écoutais pour essayer de comprendre ce que j'allais devoir faire. Le grand bonhomme au costume sortit un os de son veston avant de le jeter à sa créature voûtée, qui se mit immédiatement à le grignoter comme si on lui offrait le plus beau cadeau de sa vie.

- Raison de votre venue?

Le barbu au cigare se contenta de placer son énorme tromblon à son épaule.

- Pour affaire.

- Nature de votre règlement?

- Une seule tête, et il est pas d'ici.

Acquiesçant, le type passa au suivant, demandant parfois à un marin d'accompagner le nouvel arrivant, et au final au bout de la file, je n'avais aucune idée de ce que j'allais bien devoir dire.

- Raison de votre venue?

- Hum... L’agrément... je suppose.

relevant la tête en abaissant ses lunettes minuscules, le gonze m'afficha un sourire condescendant.

- Raison de votre venue?

- Et bien je dois retrouver quelqu'un... je crois.

ouvrant le petit carnet rouge qu'il gardait toujours à la main, il se mit à rédiger, et le message semblait un peu long.

- Une chasseuse de prime je vois... Si tôt et déjà saoul, la bonne affaire.

La dernière partie avait beau avoir été prononcée de manière étouffée, je l'avais bien entendue et elle n'était pas passée dans l'oreille d'un sourd.

- Enfin je ne viens pas pour une prime... C'est quoi votre nom d'ailleurs?

Il se tourna vers moi comme si j'allais lui causer plus de problèmes qu'il ne le prévoyait.

- Alors pourquoi venez vous?!

- je vous l'ai dis, je viens pour chercher quelqu'un!

- On ne vient pas à Zaun pour "Voir Quelqu'un."

il se mit à soupirer avec dédain.

- Il y a bien un domaine dans lequel vous êtes doué?

Levant le pied et m'étirant, je lui répondais sur un ton monocorde.

- Je me débrouille à la course à pied.

- Soit... Je le note.

Il écrit une ligne et referma son calepin. Avant de déguerpir, le nain borgne, brûlé et boiteux à sa suite. Et quand à moi, je quittais le quai et me dirigeais vers la ville, l'observant attentivement, mais elle faisait de même. Je marchais depuis quelques minutes pour trouver quelqu'un qui puisse me renseigner, quand un homme filiforme que je percevais directement comme un bon coureur. Il s'arrêta devant moi, et je regardais sa face crasseuse et aplatie alors qu'il commençait à parler.

- Il paraît qu'un coureur est arrivé en ville, ça doit être toi.

Quelque peu surprise, je hochais la tête sans vraiment savoir ce qu'on pouvait bien me vouloir.

- Si tu veux courir ici, il va falloir faire tes preuves.

- Mais je m'en contrebalance de ton île. Je viens juste chercher quelqu'un. Bon, je te fais une proposition, je vais faire ce que tu veux, mais quand j'aurai réussi, tu me dis ce que je veux savoir.

Le gonze sourit et m'expliqua le plan. On ferait la course d'un bout à l'autre du patelin, si je gagnais j'aurai mes réponses, mais si je perdais, je devrai m'effacer du milieu de la course sur cette île du moins. Il était drôle lui, je n'avais de toute façon aucune envie de m'éterniser. J'allais gagner, trouver Ord Martell, faire ce que mon frère attendait de moi, puis suivre la prochaine piste.





Premier contacts 1451718351-1451642406-37548d6a3991fb541c11cc5ca719d965
  • https://www.onepiece-requiem.net/t16567-ice-john-sprinteuse-cybernetique-terminee