AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-30%
Le deal à ne pas rater :
NVIDIA Passerelle multimédia SHIELD TV 2019
149.99 € 215.36 €
Voir le deal

Dis-moi le futur que je dévoile ton passé

Thomas Spaltter
Thomas Spaltter

♦ Localisation : Orange

Feuille de personnage
Dorikis: 600
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 17 Mai 2016 - 13:07

Une belle journée qui démarrait ce jour-là sur l'île d'Orange. Une journée qui me semblait bien ordinaire et où tout aller se passer comme prévu. Un beau soleil pour illuminer la terre. J'allais me lever, me dire que je n'ai pas grand-chose à faire, puis me souvenir que c'est jour de marché et que j'avais quelques courses à faire si je tenais à ma vie. Non pas qu'on me menaçait pour les faire, mais mon garde-manger était bien vide à ce moment-là. Je regardais ma maison, rien n'a bougé. Tant mieux, une raison de moins de m'inquiéter. Étrangement oui, j'ai toujours peur qu'on vienne me voler pendant la nuit. M'habillant de manière sobre, je saisis mon sac et direction le marché ! Orange n'est pas la plus immense des villes je suppose, mais on se sent entouré, une belle atmosphère. Quoi que cette ambiance fut quelque peu dégradée il y a deux ans, mais nous commençons à nous remettre. Les Marines sont installés ici désormais, nous qui avons toujours réussit à nous en passer... Je suppose que les temps changent. Leur présence n'est pas tellement un mal. Je me sens quelque peu protégé. Non pas que je sois en danger, mais on ne sait jamais. La plupart des habitants avaient acceptés le fait que les hommes en uniforme étaient un mal nécessaire pour le bien de cet endroit. Puis bon, ce n'est pas comme si ils nous dévalisaient, contrairement à ces fichus pirates.

Le marché a ce don de te faire sourire. J'aime voir ces gens, j'apprécie d'entendre leurs conversations. On me dit souvent bonjour sur mon passage. Je m'estimais heureux, il y a encore quelques années, on serait principalement venu pour se plaindre de la qualité de mes produits. Heureusement que je m’entraîne encore souvent. L'alchimie est comme l'art de l'épée, si on ne s’entraîne pas durement, on n'évolue pas. Surtout quand tu fais dans l'expérimental, ça réussit jamais du premier coup. Je baillais encore, peu réveillé de ma courte nuit passée dans les carnets de mon père. Il y avait encore des choses qui clochaient dans ses carnets et je soupçonnais un projet caché. M'enfin, je ne me lancerais pas là dedans... Je me remémorais ma liste de courses vite fait. Une fois celle-ci bien intégrée, je commençais réellement mes achats. Pas grand-chose, juste assez pour faire la semaine. J'avais besoin de quelques ingrédients aussi pour mes nouvelles expérimentations. J'osais espérer que celles-ci n'allait pas aboutir sur des explosions. Les réparations de fenêtre commençaient à coûter vraiment cher à la longue.

Puis mon attention se tournais vers un stand dont je n'avais pas mémoire. Je cherchais dans mon cerveau si j'avais simplement oublié la présence de cette personne ici, mais non, pas moyen de me dire que je l'ai déjà vu. Eh bien, ce serait une première, de quoi changer la routine. Il n'y avait pas grand monde a ce stand, pourtant, la personne présente ne semble pas bien effrayante. Est-ce la boule de cristal ? Allons, les sorcières et la magie noire, ça n'existe pas vraiment. Du moins j'ose penser. Ou alors était-ce l'heure encore relativement matinale ? Il est vrai que j'ai tendance à venir tôt, quand certains roupillent encore. Réfléchissons, boule de cristal, paquet de cartes, un voyant ? Poussé par la curiosité, je décidai finalement de m'approcher et dire avec un sourire amical :

« Bien le bonjour. Je n'ai pas souvenir de vous avoir déjà vu par ici, vous êtes itinérant ? »

Ça me semblait l’explication la plus logique pour ce que ce soit la première fois que je l'aperçoive ici. Si c'était quelqu'un de la ville, je l'aurais sûrement déjà croisé auparavant. Gardant le sourire, je sortis la monnaie qui me restait avant de demander :

« Combien pour savoir l'avenir ? »

L'avenir n'était pas vraiment ma grande préoccupation et je m'attendais à quelque chose de basique. Pour être sincère, je n'étais même pas convaincu qu'on pouvait vraiment prévoir l'avenir. C'est une chose très ardue à contrôler, qui dépend du choix de chacun. Alors je me demandais vraiment si ce qu'allait me dire cette personne se réaliserait vraiment. Plus j'y réfléchissais, plus je voulais me prendre au jeu et me dire que ce serait vrai. Surtout si la réponse s'avère plaisante. Je devais me méfier, on ne sait jamais, il y avait peut-être une entourloupe quelque part.
https://www.onepiece-requiem.net/t17480-est-ce-que-ca-explosehttps://www.onepiece-requiem.net/t17518-ft-thomas-spaltter
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Mar 17 Mai 2016 - 19:27

Orange, ce cette île tranquille où la vie se contentait de couler encore et encore il devait bien y avoir un beau bouquet d'abrutis et de crédules à dépouiller ! Myosotis avait débarqué le matin même, jour de marché, et l'odeur de l'argent lui arrivait déjà en pleine figure pour lui titiller le nez. Oh oui, cette journée risquait d'être très intéressante, il le sentait. Durant la traversée qu'il avait fait sur un navire marchand en convaincant le capitaine de le prendre en transit, il s'était un peu renseigné sur l'île et ses habitudes. On lui avait dit que c'était une île sans histoire, où rien de particulier n'arrivait. Là bas- tout était tranquille et les gens se contentaient de vivre en communauté.

Une île pareille, c'était tout simplement parfait pour ses petites affaires. Un cartomancien comme lui ferait forcément sensation sur la place du marché ! Tout le monde se bousculerait pour venir lui demander des voyances, des charmes ou des sortilèges en tout genre ! Les berrys pleuvraient et un jour, quand tout le monde se sera aperçu de l'illusion, il sera trop tard. Car le jeune homme sera déjà parti, ne leur vendant rien d'autre que du rêve et des paillettes. Au moins il était sûr d'une chose, il ne lui arriverait rien de grave ici !


*Bon...Et un client en plus. Depuis ce matin...50 000 berrys, pas mal ! *

De sa tente venait de sortir une grosse dame qui s'occupait d'une auberge du coin. Tout ce qu'elle voulait, c'était des prévisions pour ses affaires, pour sa famille aussi...En réalité elle voulait juste qu'on la complimente, qu'on la flatte, et surtout qu'on lui dise ce qu'elle voulait entendre : qu'elle aurait tout le bonheur du monde, que le futur lui sourirait et que rien ne viendrait l’entacher. Elle n'était pas la seule, tous venaient pour ressortir avec des étoiles plein les yeux, heureux d'avoir découvert qu'une bonne étoile les protégeait ou soulagés d'avoir été sauvés par un sortilège ancestral. Des comme elle, Myo' en avait déjà vu des dizaines et des dizaines et il en verrait encore des dizaines et des dizaines. Les îles ne manquaient pas de crédules comme ça. Et en parlant de naïfs...

- Bien le bonjour. Je n'ai pas souvenir de vous avoir déjà vu par ici, vous êtes itinérant ? Combien pour savoir l'avenir ?

*Non j'étais un arbre de l'île et j'me suis transformé en humain la nuit dernière...évidemment que j'suis itinérant. Les gens j'vous jure... *

En se retournant, Myosotis vit qu'un jeune homme mince au vêtements fins se tenaient face à lui. Il possédait des yeux mauves et une tignasse hirsute coiffée en bataille sur sa tête. Sur son haut, des tâches colorés parsemaient ses épaules, ses manches et quelques unes sur son ventre. Un peintre ? Non, ça ne ressemblait pas à de la peinture...Alors quoi ? Bah, aucune importance. Il voulait une voyance, il allait en avoir une. Lui souriant, Myosotis l'invita à rentrer sous sa tente.

- Tout dépend de ce que l'avenir nous réserve, monsieur. Entrez je vous en pris.

Réajustant son haut-de-forme, l'androgyne suivait de près son nouveau client et entra à son tour sous sa tente pour aller s'asseoir face à l'inconnu tout en prenant soin d'étaler ses cartes de tarot.

- Vous avez l’œil. Effectivement, je suis bel et bien un médium itinérant. Je met à profit mes pouvoirs astraux pour aider les gens qui en ont besoin. C'est la moindre des choses. Vous pouvez m'appeler Myosotis !

Piochant trois cartes, Myosotis les plaça face à son client qui l'écoutait, comme fasciné et buvant ses paroles. Il les retourna une à une et commença la séance. La première représentait un ange tenant deux coupes dans ses mains, un flux aqueux passant d'un coupe à l'autre.

- Cette carte représente votre Passé. La Tempérance, elle me dit dit que vous avez vécu tranquille ici, indifférent aux contrariétés que la vie a pu mettre sur votre route. Vous vous êtes épanoui seul, patiemment, vous adaptant aux situations. Voyons la seconde...

Sur la seconde lame tirée, il y avait un vieillard vêtu d'une grande robe brune, un bâton et une lanterne entre ses mains.

- L'Hermite. C'est votre présent. Vous êtes seul, discret, et quelque peu isolé du reste de la communauté.Vous arriver à vous élever par la méditation et par l'introspection. Toutefois...Quand je m'attarde sur la carte précédente, je me demande si cette solitude ne vous pèse pas et ne cache pas autre chose...Voyons la troisième pour avoir la réponse !

L'autre était toujours attentif, Myosotis retourna la troisième carte. Sur cette dernière, on pouvait voir une immense tour foudroyée et qui prenait feu, un homme tombant par la fenêtre.

*Bingo ! A moi le jackpot pour celui là ! *

- Votre futur...La Maison-Dieu, la lame est inversée. Elle représente la ruine, une punition qui arrivera sur votre tête. L'homme qui tombe, c'est vous. Vous risquez d'être chassé, forcé de partir en raison d'une imprudence de votre part !

Jubilant intérieurement, Myosotis ne laissa pas le temps à l'autre de réagir en enchaînant presque immédiatement.

- N'ayez pas peur, je peux faire fuir le mauvais œil. Un simple sortilège suffira, il me suffit simplement d'en savoir un peu plus sur vous...

Continuant de sourire, Myosotis plongea son regard azuré dans celui de son interlocuteur. Le jeu de la séduction battait son plein, et l'androgyne était un expert. Il aurait ses berrys, coûte que coûte !
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Thomas Spaltter
Thomas Spaltter

♦ Localisation : Orange

Feuille de personnage
Dorikis: 600
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 17 Mai 2016 - 22:47

Le voyant semblait bien savoir son discours, je le ressentis directement. Aucune hésitation, il maîtrisait son boulot, c'était une certitude. En croisant la tenancière de l'auberge tout sourire, je me doutais que cette dernière eus de bonnes prémonitions. Une pointe de méfiance restas toujours ancrée dans mon esprit. Moi qui suis un homme de science, la superstition n'est pas mon fort et je me demandais si la chance n'était pas de la partie dans le travail de cette personne. Mais sur le moment, j'allais me contenter d'écouter avec la plus grande attention. Après tout, peut-être que je me trompe et que des gens peuvent vraiment prévoir l'avenir. Il confirma d'abord qu'il est itinérant, l'inverse m'aurait grandement étonnée et je notais presque une pointe de moquerie dans sa voix. Enfin c'est ce que je pensais. Il me dit également son prénom Myosotis, c'est original dis donc. Je n'avais pas souvenir d'un nom pareil. Et en observant bien, la tenue de ce jeune homme ne semblait pas vraiment être celle d'un quelconque sorcier, mais l'habit ne fait pas le moine. Finalement, on entra dans la tente et on s'installa l'un en face de l'autre. Je me permis un regard sur l'ambiance générale de la chose. La lumière tamisée fait toujours son effet visiblement. Cela apaise le regard et la conscience. La séance commençait alors avec trois cartes. Il débuta par la première (évidemment).

« Cette carte représente votre Passé. La Tempérance, elle me dit dit que vous avez vécu tranquille ici, indifférent aux contrariétés que la vie a pu mettre sur votre route. Vous vous êtes épanoui seul, patiemment, vous adaptant aux situations. Voyons la seconde... »

En entendant que cette première carte avait une grande part de vérité, je commençais à douter de l'absence de magie dans l'opération. Allons allons, ce n'est que de la chance voyons. Même si son paquet est immense et que les chances d'avoir la bonne carte étaient minces, restons sur un principe de chance. Je restais septique et écoutai la suivante :

« L'Hermite. C'est votre présent. Vous êtes seul, discret, et quelque peu isolé du reste de la communauté.Vous arriver à vous élever par la méditation et par l'introspection. Toutefois...Quand je m'attarde sur la carte précédente, je me demande si cette solitude ne vous pèse pas et ne cache pas autre chose...Voyons la troisième pour avoir la réponse ! »

Encore une fois, j'étais forcé d'admettre qu'il avait raison. La gêne qui commençait à me ronger devait être visible. Moi qui n'y croyais pas, je devenais impatient de savoir ce que le futur me réservait. Jetant sur la troisième et dernière carte un regard des plus inquiets, j'eus finalement mon verdict :

« Votre futur...La Maison-Dieu, la lame est inversée. Elle représente la ruine, une punition qui arrivera sur votre tête. L'homme qui tombe, c'est vous. Vous risquez d'être chassé, forcé de partir en raison d'une imprudence de votre part ! »

Mon sang ne fit qu'un tour, prit dans l'ascenseur émotionnel. Était-ce vraiment ma destinée que de me faire bannir pour une erreur ? Il ne me laissa pas le temps de réfléchir, me proposant tout de suite de chasser le « mauvais œil » comme il le dit si bien. Je le fixais longuement avant qu'un large sourire n'apparaisse sur mon visage suivit d'un rire sûrement nerveux. En y repensant, c'est tellement idiot tout ça. Un petit jeu dans lequel le voyant tente de m'embarquer. En gardant ce sourire, je répondis presque à sa demande d'informations :

« Un alchimiste comme moi ne doit pas craindre le mauvais œil. La malchance, l'erreur et l'échec font partie de mon quotidien. J'ai déjà fait exploser des maisons, rendus malades des personnes dans mon parcours, pourtant, je suis encore là, vivant et libre. Si mon destin est d'être chassé de chez moi, qu'il en soit ainsi, ma vie n'en sera que plus passionnante ! Foi de Thomas Spaltter, je ne crains pas ce mauvais œil ! »

Je le fixais droit dans les yeux avec une grande certitude. On ne s'amuse pas à changer le destin, c'était une notion qui se dit et se redit souvent quand on fréquente ce genre de personnes. Je n'avais pas l'intention de changer le mien. Ma vie allait sans doute devenir plus passionnante ailleurs. Je me levais tranquillement avant de m'étirer et sortir la monnaie :

« Au moins suis-je rassuré sur le fait que je ne resterait pas indéfiniment ici à glander ! Je vous dois bien ça jeune homme. »

Puis je constatais que mon porte monnaie n'était plus très garni. Je n'avais pas prévu utiliser un tel service ce matin. Me frottant la tête d'un air embarrassé, je regardais le jeune homme avant de demander :

« Rappelez moi votre prix ? Je crains de ne pas avoir assez sur moi. Faut dire, ce n'est pas souvent qu'un voyant vient ici. »
https://www.onepiece-requiem.net/t17480-est-ce-que-ca-explosehttps://www.onepiece-requiem.net/t17518-ft-thomas-spaltter
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Mer 18 Mai 2016 - 19:21

Un alchimiste, de plus en plus intéressant. L'homme aux cheveux en bataille qui se tenait face à lui sous sa tente tente était un alchimiste. Ça expliquait déjà d'où venaient toutes ces taches sur ses vêtements, sans doutes mixtures ou préparations. Les alchimistes, ces gens qui maniaient la science différemment et préparaient élixirs et breuvages étranges aux effets multiples. Qui sait ce que ces gens veulent vraiment ? Myosotis avait déjà lu plusieurs légendes au sujet d'une pierre capable de transmuter le plomb en or, ou même une potion de jouvence qui pouvait faire disparaître les rides et les affres du temps. Ces gens étaient finalement à la recherche de l'impossible, qui sait ce que cherchait ce dénommé Thomas.

La prédiction de Myosotis, bien qu'elle soit faite au hasard en fonction de son imagination et du tirage, n'avait pas l'air de l'affoler du moins du monde...


*Quel idiot prendrait cette nouvelle avec le sourire ? J'sais que je dis que du bidon mais bon... *

Bah, aucune importance, Myosotis avait l'avantage et il le savait. Thomas avait demandé combien de berrys il devait lui remettre, et il n'avait visiblement pas assez sur lui. Il ne laisserait pas un seul de ses clients partir sans lui payer son dû. Thomas n'avait pas d'argent sur lui, mais il suivrait jusqu'à chez lui s'il le devait.

*Chez lui... *

Hm, c'était une si mauvaise idée finalement. L'antre d'un alchimiste devait être un vrai cabinet de curiosités. Un laboratoire rempli de produits en tout genres, il pourrait aisément remplacer les berrys par autre chose, peut être ce type avait-il réellement découvert comment changer les objets en or ? Et si jamais il était aussi charlatan que lui, alors il tâterait de sa cravache.

- Je n'ai pas encore annoncé mon prix. Mais ne vous inquiétez pas, si vous n'avez pas assez alors je vais vous accompagner jusque chez vous ! Le marché touche à sa fin bientôt, les gens vont rentrer chez eux pour ce matin.

Une fois dans la maison de l'alchimiste, il trouverait bien un moyen de lui faire cracher richesses et monnaie ! Comme les autres concitoyens de cette stupide île sans histoire, il avait cru ce que disait Myo' comme si tout cela était réel. Pratique de savoir manier les mots, tout le monde croyait qu'il avait réellement ce don mystique venu des étoiles, cette magie astrale qui lui donnait la faculté de pouvoirs lire et manier les fils du Destin. On lui conférait cette forme de magie, faisait de lui ce sorcier, et ainsi il avait l'avantage et le contrôle. Et qu'est ce qu'il aimait ça...

Ces gens voulaient des sorts, des charmes et des enchantements. Tout ce qu'il faisait c'était baragouiner et raconter des histoires, les gens goberaient n'importe quelle connerie pour peu que ça les rende heureux ! Qu'ils vivent dans leur monde d'illusions, Myosotis serait le seul à connaître la vérité.


- Je vous laisse me guider, monsieur Spaltter.


Et il continuait de lui sourire, ses yeux brillants d'excitation.
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Thomas Spaltter
Thomas Spaltter

♦ Localisation : Orange

Feuille de personnage
Dorikis: 600
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 19 Mai 2016 - 12:57

J'aurais dû prévoir un peu plus d'argent que d'habitude, je me retrouve dans une situation peu appréciable, pour lui comme pour moi. Nous avions finalement décidés de retourner ensemble chez moi pour que je puisse lui donner son dû. Car même sans m'annoncer de prix, il semblerait qu'il sache que je n'ai pas assez. Je m'y attendais fortement, mais le bordel dans ma maison, non. Je soupirais en pensant à l'état général de ma bicoque, sans fenêtre, où le ménage date d'au moins un mois et où rien n'est rangé. Bah, tant pis, tant qu'il ne touche à rien, rien ne devrait exploser. Le jeune homme semblait relativement impatient de découvrir mon antre, ça se lisait dans son regard. Avec un léger sourire, je le guidais dans les ruelles pour arriver à ma vieille baraque amochée. Les planches apposées sur les fenêtres sont d'un charme total. Me frottant la tête avec un air de gêne, je regardais Myosotis :

« Bon, voilà ma grotte démoniaque, vous m'excuserez pour le bordel. »

Ouvrant la porte pour le laisser admirer le désordre, je l'emmenais à mon laboratoire où je gardais tout mon fatras. Un vrai désordre, le sol était à peine visible sous les feuilles envolées. Les meubles sont envahis de bocaux au contenu plus ou moins douteux. Si j'étais mariée, je plaindrais ma pauvre femme qui devrait ranger ça. Heureusement, je vis le célibat avec joie ! J'avais une solution sur le feu qui bouillait légèrement, un regard sur l'horloge me laissais constater que je devrais faire attention. Puis je réfléchis dans quelle foutue armoire j'ai mis mes réserves. Dans celui des plantes ? Non non, ce n'était pas celui-là. Peut-être dans mes habits ? En continuant de fouiller dans mon immense bazar, je mis la main sur mon argent de réserve :

« Ah voilà ! »

Puis j'entendis la préparation siffler, me faisant courir à elle pour retirer le récipient en verre bouillant à pleines mains, m’attelant à du jonglage pour éviter la brûlure le temps de le changer de support. Mais le mal était déjà fait, mes mains avaient rougis de par la chaleur. Soupirant une nouvelle fois de ma bêtise, je cherchais à nouveau ma pommade pour brûlures, ayant presque oublié le jeune homme en attente de son argent. La lotion bénite se trouvait à coté de la photo de mon père et moi. Ah le pauvre, il doit bien se moquer de moi quand même. Étalant la crème sur mes mains, je tournais mon regard vers le voyant :

« Excusez moi, mais si ça chauffait une minute de plus, le résultat serait catastrophique. Je veux juste retrouver mes yeux bleus, pas être aveugle. D'ailleurs, qu'est-il arrivé à votre œil si ce n'est pas indiscret ? »

Je tentais en effet de recréer la potion qui m'avait altéré la couleur des yeux pour en inverser l'effet. Je n'avais pas grand espoir, depuis le temps, c'est bien imprégné. Mais autant se donner des défis de temps à autre. Enroulant ensuite des bandages sur mes mains, je décidais de finir ma préparation. Rajoutant quelques plantes en poudre avant de mélanger, le mélange changea de couleur, me rassurant sur le déroulement du processus. Maintenant, plus qu'à laisser reposer quelques minutes avant le test, je pouvais me consacrer entièrement à mon « invité ». Sortant la monnaie, je la déposais devant lui avant de proposer :

« Si vous voulez une potion, on peut également s'arranger. Un échange de bon procédés voyez-vous. »

Je réfléchissais à ce que j'avais en réserve et sortit la clé pour ouvrir l'armoire des produits finis, le laissant voir de nombreux contenants emplis de diverses choses. Maintenant, j'ai des étiquettes pour ne plus me mélanger sur les produits. Avec ma petite mémoire, c'est préférable. Bon sur le principe, rien de potentiellement intéressant, mais on ne sait jamais, peut-être que le jeune homme apprécierait quelque chose en particulier. Ça ne me semble pas impossible donc autant essayer. Et si ça pouvait me faire économiser quelques Berrys, j'avoue que ça m'arrangerais fortement.
https://www.onepiece-requiem.net/t17480-est-ce-que-ca-explosehttps://www.onepiece-requiem.net/t17518-ft-thomas-spaltter
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Lun 23 Mai 2016 - 19:08

La « grotte démoniaque » de Thomas tenait plus du débarras poussiéreux et mal rangé que d'un véritable laboratoire alchimique. Tout ce que Myosotis avait pu imaginer jusqu'à maintenant s'avérait...légèrement décevant. Il voyait quelque chose de plus féerique, de plus mystérieux ! En s'approchant de la baraque et en voyant les planches plaquées contre les fenêtres, il crut d'abord à une mauvaise blague. L'endroit ressemblait plus à un repaire à squatteurs et miséreux qu'à une habitation fréquentée, vue de l'extérieur en tout cas...

*Et moi qui pensais que ça serait plus...distingué... *

La désillusion du faux voyant pouvait se lire sur son visage. Ce cabinet d'apothicaire tenait plus du chantier tellement le barda était empilés et mal rangé. Des toiles d'araignées pendouillaient, leurs propriétaires à huit pattes attendant patiemment qu'un moucheron vienne faire vibrer les délicats fils de leur chef d’œuvre de soie. Pas étonnant que les préparations de ce type fasse exploser sa maison ou rende malade, y a des moutons et de la poussière dans tout les coins, sur tout les meubles. Ça fait bien longtemps qu'il a pas dû tenir le manche d'un plumeau. En parlant de préparation foireuse, le voilà qui était parti arrêter une de ses potions de chauffer, soit disant que ça serait catastrophique sinon...

*Hein ? Qu'est ce qu'il a dit ? *

Il veut retrouver ses yeux bleus ? Hé mais...c'est vrai qu'en regardant ses prunelles plus attentivement, ce mauve intense n'avait rien de naturel. Alors c'était une de ses potions qui avait fait ça ? Encore un résultat non voulu...Cet apprenti sorcier devrait revoir les dosages de ses formules et même la plupart de ses recettes. Toutefois, malgré l'attitude manifestement tête en l'air de cet alchimiste, Myosotis ne pouvait s'empêcher de le comprendre. Un de ses yeux avait lui aussi changé de couleur suite à l'ingestion d'une étrange mixture contenue dans une fiole que son père s'était procurée on ne sait où. Une bouteille qu'il lui forcé à boire jusqu'à la dernière goutte pour le punir, et aujourd'hui son œil droit était entièrement noir. Affreuse bille d'encre que l'arnaqueur refusait de montrer et cachait ardemment.

*Peut être que...peut être que je peux obtenir cette potion également ! *

Oh ça, retrouver la couleur azur de son œil qu'il dissimulait, il le voulait également. Il donnerait beaucoup pour voir son iris arborer de nouveau sa teinte et sa brillance de saphir. Il fallait absolument qu'il mette la main sur cet élixir, et il ferait n'importe quoi pour l'avoir. Il venait de ressortir d'une course-poursuite contre une loutre tueuse quelques jours plus tôt sur une île voisine, il n'allait certainement pas laisser qui que ce soit se mettre en travers de sa route. Si Thomas ne voulait pas lui céder cette potion, il la prendrait de force.

- Je dois avouer que repartir avec une de vos préparations ne me déplairait pas. Dans la mesure où celle-ci aura l'effet escompté bien entendu !

D'un autre côté, il y avait tellement de possibilités possibles avec ces breuvages. Lequel pouvait-il demander ? Un poison foudroyant lui serait bien utile, bon nombre de fois où il aurait obtenu encore plus rapidement ce qu'il désirait en versant quelques larmes d'arsenic...Pourquoi pas un philtre d'amour ? Ce dadais aux cheveux en pétard devait forcément avoir cette potion miracle sous la main ! Ça aussi lui serait fortement pratique. Pouvoir charmer à coup sûr n'importe qui, il deviendrait riche et puissant en un clin d’œil ! Non, non...C'était une mauvaise idée. Il pouvait déjà séduire n'importe qui comme il le voulait. Il suffisait de se travestir pour se charger de ceux qui appréciaient plus la compagnie de demoiselles, ils n'y voyaient que du feu. Pas besoin de philtre d'amour !

*C'est beaucoup trop compliqué de savoir...Et ce type ne m'aide pas à rester planté là !! *

Envoyant balader son regard vers les étagères, Myosotis regardaient les bouteilles qui étaient exposées ça et là. Il y avait plusieurs flacons disposés en ligne, certains gardés derrière une petite vitrine. Discerner les inscriptions sur les étiquettes était impossible tellement elles étaient poussiéreuses, l'une d'elle pourrait transformer un être humain en lama, on ne le saurait même pas à l'avance ! S'avançant, l'androgyne continuait de regarder les contenants. Certains renfermaient des liquides colorés, d'autres brillants, c'était plutôt joli il fallait l'avouer. De petites bulles remontaient le long du verre d'une des flasques de verre pour finir leur danse languissante au sommet où elles restaient concentrées en amas pour se dissiper peu à peu.

- J'avoue que vous avez une très belle collection qui...

Coupé dans son élan, le garçon restait là. Il en avait lâché son sac qui était tombé sur le sol, il restait là, à fixer un flacon qui se tenait au beau milieu d'une étagère.

Le flacon:
 


La bouteille possédait une ampoule pointue en guise de fermoir, un corps doré bombé en forme de poire, décorée de lianes de verre céladons, un joyaux de pacotille rosé incrusté. C'était la réplique exacte de la potion que son père lui avait fait boire. À ses côtés, Thomas avait vu que Myo' restait figé d'effroi en scrutant l'objet. Le voyant l'attrapa, il devait en avoir le cœur net. Retirant le bouchon, il en huma l'odeur.

*C'est...c'est pas vrai ! *

- Vous... ! Espèce de...

Myosotis se retourna vers Thomas, serrant les dents, le visage déformé par la fureur. C'était lui. Il en était certain, c'était lui ! Cette bouteille provenait de lui ! Cette odeur d'encre, la couleur bleue marine du liquide qui macérait à l'intérieur. C'était exactement la même potion qui avait changé la couleur de son œil. Attrapant sa cravache de l'autre main, il continuait de toiser Thomas, le foudroyant du regard. Détachant son cache-œil, Myo' le laissa retomber sur son sac, à terre, pour dévoiler son œil vitreux entièrement noir. Il était encore capable de voir grâce à lui, il n'avait pas perdu cette faculté, mais il n'avait plus rien de beau. Oh non, il était tout bonnement effrayant, à l'image de tout ces démons et yokais qui peuplent les légendes.

- C'est vous qui avez vendu cette potion à mon père...Regardez ce que vous avez fait !

Marchant doucement vers Thomas, cravache et fiole en main, ses talons aiguilles étant les seules choses raisonnant à présent dans la pièce. Oh oui, Thomas allait le payer, d'une manière ou d'une autre.
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Thomas Spaltter
Thomas Spaltter

♦ Localisation : Orange

Feuille de personnage
Dorikis: 600
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 31 Mai 2016 - 13:16

Je ne m'attendais pas à un tel revirement de situation. Alors que le jeune homme regardait les potions que j'avais à offrir en compensation, son regard se bloqua sur une fiole en particulière. Quand il alla humer le breuvage, je tentais de me souvenir de l'effet que causais ce mélange. Mais il répondit bien vite à la question avec un élan de colère. Retirant son cache-œil, je vis un œil noir profond, totalement pris dans la couleur du mélange. Une potion de changement de couleur, il me semblait bien... Je ne pouvais détacher mon regard de cette bille de noirceur. Voit-il encore avec ce globe oculaire ? Ça me taraudait et j'en avais presque oublié qu'il avait dégainé sa cravache pour me battre avec. Le bruit de ses talons aiguilles résonnait comme mon cœur plongé dans la panique. Nous autres alchimistes, on ne voit que rarement le résultat de notre œuvre. Et c'est parfois une œuvre horrible, surtout quand on parle de poisons. J'avançais vers lui sans crainte du coup. Ca ne pouvait pas faire bien mal après tout. Doucement, j'osais demander :

« Vous n'avez pas perdu la vue au moins ? »

Puis je me pencha sur lui :

« Vous m'en voulez pour avoir vendu ça à votre père ? Une fois la fiole hors de ma main, comment puis-je savoir l'usage qu'il en sera fait ? Comment puis-je me douter que la personne touchée me tomberait dessus un beau matin et me mettrais face à ma création ? Je fais un métier où l’ignorance de la suite est préférable. On ne veut pas savoir qui meurs de notre poison. On vend le produit, on n'est pas la main qui agit et détruit avec. »

Si on savait, on se plierais sûrement de remords toutes les nuits. Je fixais encore le jeune Myosostis avant de me reculer en lui tournant le dos, le laissant me frapper si il voulait. Je fixais la potion nouvellement prête et m'interrogea. Je doute qu'elle fonctionne sur un noir aussi intense qui semble incrusté depuis des années. Je me mordis la lèvre en réfléchissant longuement avant de le regarder de nouveau :

« Je crains de ne rien pouvoir faire pour toi. Ce noir intense ne partira pas comme ça, surtout si il est là depuis des années. Ce n'est pas moi que tu dois blâmer, c'est ton père. Moi non plus, je n'ai guère d'espoirs pour mes yeux non plus. Puis ils ne me vont pas si mal non ? »

Avec un léger sourire, je saisis une fiole posée un peu plus loin et dépoussiéras l'étiquette. Mon dieu que c'est mal écrit là dessus. Une fiole toute simple, qu'on achète pour trois fois rien au contenu rouge sanglant. Je soupirais légèrement. La situation est délicate. Le voyant est prêt à tout pour se venger de moi alors qu'au fond, je ne suis pas responsable. Si c'était un marine, il m'aurait sûrement déjà jeté dans un cachot pour avoir vendu le produit. Il est vrai que je peux très bien être considéré comme un criminel pour vendre des poisons. Mais si ces poisons tuent des pirates, est-ce que ça fait de moi un héros ? Bah, bien sûr que non, je ne suis ni le cerveau, ni la main. Juste le produit qui a agit. Je me pencha pour récupérer le cache-œil de l'homme :

« Tu sembles avoir honte de ton œil. Pourtant, je ne vois pas le problème. Enfin, j'ai des goûts étranges, mais je trouve ça intriguant... Fascinant même. M'enfin, que vaux la parole d'un homme aux yeux mauves ? »

Je fixas longuement le breuvage rougeâtre avec un léger sourire. Un produit permettant de simuler la mort. Très complexe, très risquée aussi, qui pourrait facilement me tuer si j'en buvait trop. Mon regard se tourna vers lui en gardant ce même sourire :

« Dois-je mourir pour te satisfaire ? Penses-tu vraiment que je suis un monstre comme ton père et que je mérites la peine capitale pour un œil coloré ? »

Je gardait le récipient bien fermé. Je n'avais nullement l'intention d'en boire et de risquer ma vie pour de telles bêtises. Je finis par sortir une autre potion de mon armoire. Une bleutée comme la mer. Me rapprochant du garçon, je lui donnas la bouteille avant de lui expliquer :

« Tiens, l'une de mes meilleures potions de soin. Elle calme la douleur et aide les plaies à cicatriser plus vite. Fais en ce que tu veux, je te l'offre en compensation. Ça ne te rendras pas ton œil, mais peut-être que ça t'aideras un jour. »

J'osais penser que ça recollerait quelque peu les morceaux.
https://www.onepiece-requiem.net/t17480-est-ce-que-ca-explosehttps://www.onepiece-requiem.net/t17518-ft-thomas-spaltter
Myosotis De Ville
Myosotis De Ville


Feuille de personnage
Dorikis: 5802
Popularité: 222
Intégrité: 126

Ven 3 Juin 2016 - 12:44

Myosotis s'était arrêté dans son avancée vers Thomas, son regard toujours aussi perçant. Il avait changé d'expression ceci dit. Comment osait-il ? Lui proposer un élixir de soin pour les plaies en guise de compensation ? Qu'est ce qu'il allait bien pouvoir en foutre d'une boisson pareille?! Jamais ça ne lui rendrait son œil, jamais il ne retrouverait sa couleur originelle, jamais cette potion ne lui servirait !

Ah ça, il avait le beau rôle l'alchimiste ignorant, ce soit disant savant qui ne fait que préparer. Pathétique, il n'avait même pas l'air sincère. Au contraire, la condition de Myosotis avait l'air de le fasciner, comme s'il était à présent cobaye d'une de ses nouvelles expériences loufoques et sans queue ni tête.


- Pour qui est-ce que vous me prenez ? Hein ?! Je ne suis pas un sujet de vos tests stupides ! Ça vous arrange bien de ne pas savoir ce que font vos fioles après les avoir vendu, n'est-ce pas ? Combien y en a dehors des comme moi qui ont été ruinés à cause de vos potions ? Vous l'ignorer, vous restez là à fureter entre vos bouteilles sans vous soucier du mal que vous causer à qui que ce soit.

Frappant en avant à l'aide de sa cravache, il fit reculer Thomas de quelques pas sans pour autant le toucher. Le jeune homme n'avait pas envie de le toucher, non, il voulait le punir d'une toute autre manière. Il n'allait pas le frapper avec sa cravache, il n'allait pas y avoir d'effusion de sang. Mais ce que Myosotis avait en tête était à la hauteur de ce que cet alchimiste lui avait fait subir. Sa potion de soin, il pouvait se la garder, de même que toutes celles qu'il lui proposerait. S'il n'était pas capable d'annuler le mal qu'il avait causé, alors il devrait en assumer les conséquences.

- Vous tuer ? Pourquoi faire ? Ça serait tout bonnement inutile de vous punir de la sorte. Je n'ai nullement besoin de vous tuer, et d'ailleurs je n'en ai même pas envie.

Myo' se remis à avancer, tout doucement. Le son de ses talons raisonnait encore sur le sol, il n'avait pas encore lâché la fiole contenant le liquide noir. Et l'autre main, il faisait tourner sa cravache un comme comme une majorette fait tourner son bâton.

- Quelle morale y aurait-il à vous exécuter maintenant ? Non, mon but est de vous faire souffrir tout comme vous l'avez fait. Mon père...je sais déjà ce que je lui ferai subir, et crois moi tu ne voudras pas être à sa place.

Son père...Maximilien De Ville, il l'avait tellement malmené et torturé durant son enfance et jusqu'à sa fuite de Cocoyashi que son fils avait eu le temps d'imaginer mille et une façon de le châtier. Chaque chose en son temps ceci dit, il allait prendre plaisir à se venger de cet alchimiste aux yeux mauves.

- Alors comme ça je n'ai plus d'espoir de retrouver la couleur azur de mon œil ? Hm, qu'à cela ne tienne. Alors vous non plus vous ne l'aurez plus !

D'un geste vif, Myosotis lança la bouteille qu'il tenait dans sa main droit vers la potion qui avait pour but de restaurer sa couleur d'iris, celle que Thomas faisait mijoter et qu'il s'était empressé d'aller voir quand ils étaient rentrés chez lui. Le flacon se brisa sur les ustensiles de préparation et le liquide noir vint corrompre l'autre, un épais filet de fumée venant s'échapper, plusieurs bulles émergeant à la surface. Juste avant que le tout ne tombe sur le sol, le fracas et le bruit du verre brisé tintant encore une fois dans la maison. Myosotis, quant à lui, regard Thomas en esquissant un sourire.

- Je suppose que je vais vous laisser...Vous avez du ménage à faire. Fit-il en se dirigeant doucement vers son sac, triturant sa cravache.
https://www.onepiece-requiem.net/t15222-https://www.onepiece-requiem.net/t16409-fiche-technique-de-myoso
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1