AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-27%
Le deal à ne pas rater :
Bosch – Jeu d’embouts de vissage et à cliquet 26 pièces
15.19 € 20.75 €
Voir le deal

Apprentissage [Flashback solo]

Shippû Kurushimi
Shippû Kurushimi


Feuille de personnage
Dorikis: 3450
Popularité: -206
Intégrité: -176

Dim 5 Juin 2011 - 21:37

[HRP : ici je raconte mon passé, ce que j’ai fait et ce que j’y ai gagné]

Je marchais lentement dans la forêt, un lieu que l’on peut qualifié de magnifique mais qui pourtant me laissais indifférent. Il s’agissait la d’une forêt clair et a l’époque, je n’étais pas encore le genre de personne qui tuait tout sur mon passage. En effet, encore emplie de curiosité envers ce monde. En effet, à ce moment de ma vie, je n’avais que treize ans. Un âge propice pour apprendre mais aussi l’un des moments où je profitais de ma liberté.

Je marchais donc à ce moment la dans la forêt à la recherche d’un village ou je pourrais me nourrir. Mon estomac grognait furieusement, tout ce que je voulais c’était à manger. Peu importe si pour cela je devais tuer ou supplier mais je voulais à manger. Un bruit, un mouvement dans le sol, je m’arrêtais brusquement à la vue d’un énorme serpent. Celui-ci produisait un son étrange et ne semblait pas vraiment content. Marron, taché légèrement d’une couleur tendant vers le jaune, sa langue bougeait rapidement. Je le voyais se lever lentement et je sentais qu’il allait attaquer. Je reculais prudemment, d’un pas, puis d’un deuxième, non je n’avais pas peur, après ce que j’avais subit pendant toute mon enfance, je n’arrivais même pas a trembler face à sa. Une voix d’homme retentit un peu plus loin ordonnant d’arrêter. Je me demandais ce qui devait s’arrêter, je ne comptais pas arrêter de reculer, me faire manger par un serpent n’était pas du tout prévue dans mes plans.

A ma grande surprise, le serpent arrêta son bruit inquiétant et se rétracta lentement, en le regardant attentivement, je failli percevoir une pointe de déception, à moins bien sur qu’il s’agisse dans ce cas la, simplement de mon imagination. Un homme s’avança, plutôt vieux, une barbe d’une semaine blanche ainsi que des cheveux coupé court et blanc. Maigre, quasiment squelettique, il s’aidait d’un long bâton pour avancer. Il s’approcha du serpent et, à ma grande surprise, tendit son bras et élit un long sifflement aigue. Le serpent le regarda un petit moment et s’enroula autours du bras avant d’aller se poser autours du cou de l’homme. Je haussais mes sourcils devant se prodige restant silencieux, mon estomac grogna et, avec un sourire, l’homme m’invita à venir manger. S’ensuivis une longue discussion, j’étais curieux, il m’offrait à manger et répondais à toute mes question. Je ne connaissais pas son but précis et cela m’importais peu, ce que je savais, c’est que je n’allais pas le tuer.

Il m’expliqua ainsi qu’il était l’ami des serpents, ceux-ci ne le mordait pas et, après un long contacte avec eux, parfois même obéissais a ses demandes. Il se nommait lui-même un charmeur de serpent, un nom étrange. Alors qu’il m’expliquait, plusieurs serpents arrivèrent lentement, chacun d’un côté, c’était un spectacle qui donnait froid dans le dos. Chacun pouvait me tuer d’un moment à un autre. C’est à ce moment la que j’appris aussi que les serpents ressentais la peur autours d’eux, bien souvent, pour ne pas attirer l’attention, il suffisait d’être calme et confiant. Une chose qui était bien entendue beaucoup plus facile à dire qu’à faire. Tentant avec difficulté de rester calme et de respirer comme si de rien était, bien entendue je n’y parvins pas immédiatement.

Il m’invita à dormir chez lui, maison précaire faite de bois sec, je dormis dans un hamac hors de portée des serpents. Du moins c’est ce que je croyais, le lendemain matin je me réveillais avec un serpent juste au dessus de ma tête. Sous le coup de la surprise je poussais un petit crie et tombais brusquement sur le sol de bois. Le serpent lui ne bougea pas, me relevant je constatais qu’il était simplement entrain de dormir. Un soupir de soulagement m’échappa et je sortis. L’homme d’hier qui s’appeler Yan était occupé avec ses serpents, faisant des manipulations étranges avec un verre. Je le regardais quelque instant avant qu’il ne m’invite à m’approcher.

C’est ainsi que je commençais à apprendre toute sorte d’information sur les serpents. Je n’étais pas vraiment son disciple, je posais des questions et il répondait. Il m’invita à résider chez lui autant que je le voulais, bien entendue j’accepter emplie de curiosité, de plus dans ma tête de multiple plan de torture se profiler afin de faire encore plus de mal a mes victimes. Toute sorte d’information m’était fournie, que ce soit niveau dangerosité, comment les manier ou comment se faire accepter par les serpents. Chaque journée commençait par une partie théorique. Yan était très sérieux pour ce genre de chose, lui ne pouvait plus être mordue, du moins d’après lui, mais moi je restais encore à la merci des serpents. Il possédait aussi un grand nombre d’antidote au poison mais mieux valait ne pas prendre de risque inutile.

Je reçus ma première morsure deux semaines après le début de mon apprentissage. Une morsure de vipère, pas très agréable, je frémis et gémit doucement à ce moment la. Yan semblait s’attendre à ce genre de chose, et alors que le poison circulait lentement dans mon corps, mon bras noircissant légèrement, il m’injecta le produit sensé me guérir. Cela fonctionna parfaitement et la leçon continua. Maintenant que je connaissais ce qui risquait de m’arriver je n’avais plus d’appréhension. A la grande surprise de Yan, j’avançais vers les serpents sans hésiter. Le nombre de morsure que je reçus au total est tout simplement incalculable.

Après deux bon mois acharné aux cotés des serpents, je parvins à garder une vipère sur mon corps sans me faire mordre. Celle-ci faisait ce qu’elle voulait bougeant sans aucune contrainte. C’était la une sensation très étrange mais que j’appréciais beaucoup. Confiant je la gardais plusieurs dizaines de minutes sur moi. Je touchais à tout els serpent, perdant une quantité minime de sang mais testant presque tout les contrepoisons existant. En effet, j’avais la désagréable habitude de me faire mordre presque à chaque teste.

Le temps passa rapidement, toujours à apprendre, sans jamais tuer, cette envie qui me démangeait tout le temps. Je faisais sa avec tout les serpents ou presque, du moins toute les espèces présente dans la forêt. Peu à peu, je remarquais que les serpent ne me mordais plus et que grâce à certain son je parvenais à me faire légèrement comprendre. Sa ne marcher presque jamais mais cela ne me dérangeais pas, je savais que j’avais encore beaucoup à apprendre. Après plus de six mois d’apprentissage, j’appris à récolté le poison, substance très dangereuse pouvant rendre malade ou tuer n’importe qui si l’on ne possède pas l’antidote adapté. Il fallait être doux avec les reptiles afin de ne pas les brusquer et qu’ils se laissent faire. Chose dangereuse, la plupart du temps les serpents n’apprécier pas cela et tenter de s’échapper et de mordre. Il s’agissait d’un exercice amusant.

Ainsi, mon apprentissage dura environ un an. Une année entière en contact permanent avec les serpents. Dormant juste à côté de ceux-ci, sans plus me faire mordre. En effet, comme me l’expliquais Yan, les serpents s’habituais peu à peu au contact des êtres humain. De plus, l’odeur des serpents s’incrustant dans l’être humain permettait de faire en sorte qu’aucun des serpents n’attaque. Une chose difficile à expliquer. Maintenant les serpents restait avec moi, sentant mes envie ou pas, une chose étrange, moi-même je ne comprenais pas ce qui m’arrivais exactement mais cela m’amusait.

Page 1 sur 1