AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


La musique adoucit les moeurs

Mochi
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Mer 30 Nov 2016 - 20:15

Alors que Mochi posait pied à terre après une longue traversée, un léger vent frais se mit à souffler, soulevant légèrement l'arrière de sa blouse et rafraîchissant son visage. Il sentait la brise glisser sur sa peau. Il sentait même l'air se faufiler entre les boulons de son cerveau, ce qui provoquait toujours chez lui un léger chatouillement, plutôt agréable d'ailleurs, comme pourrait l'être une douce caresse. Suffisamment plaisant pour lui remonter le moral après sa mésaventure à Las Camp -Oui, il en faut peu pour être heureux-.
Devant lui se dressait une petite ville. Il n'en savait pas le nom et ce n'était pas vraiment intéressant. Sur cette petite île oubliée de West Blue, il ne se passait généralement pas grand-chose. Le médecin se mit à marcher dans la rue principale. L'allée était suffisamment espacée pour ne pas s'y sentir à l'étroit, sans pour autant être trop large, ce qui aurait été ridicule pour une si petite ville. Les maisons, toutes identiques, toutes de couleurs rouges, donnaient à la ville une uniformité remarquable, bien qu'assez lassante. Les échoppes étaient pleines à craquer, de nombreux marchands ambulants vendaient leurs crèmes glacées et autres marrons chauds aux enfants et aux badauds qui s'agglutinaient autour.
Somme toute, une ville paisible ...
Continuant à errer sans but, Mochi finit par s'engouffrer dans les fins fonds de la ville, pour finalement tomber sur un autre quai, bien plus petit que celui par lequel il était arrivé, celui-ci était presque vide. Seule quelques barques étaient amarrées aux maigres pontons. Le quartier était bien plus paisible, les passants se faisaient plus rares. Néanmoins, une petite taverne attira l'oeil du toubib. C'était un petit bouiboui astucieusement nommé "L'auberge du bout de la ville".
Un coin tranquille, une petite boutade, il n'en fallait pas plus à Mochi dont l'estomac commençait à faire des siennes. En pénétrant dans le pub, c'est d'abord l'odeur du tabac qui vînt lui piquer le nez. Puis ... Et bien pas grand-chose en fait. Le restaurant était plutôt vide. A gauche un vieil homme portant un chapeau de Cow-boy et qui, venait visiblement d'être servi s'était d'ores et déjà endormi, la fourchette enfoncée dans sa bouche. A une autre table 4 gars jouaient aux cartes dans une ambiance plutôt détendue. C'était de ces types que venait l'odeur de tabac. Les 4 fumaient d'énormes pipes dont l'odeur nauséabonde envahissaient la salle. Et pis c'était tout, l'unique serveuse qui devaient probablement s'ennuyer papotait avec le barman, qu'elle abandonna aussitôt que Mochi mis un pied à l'intérieur. Le travail devait être tellement barbant qu'elle s'était précipitée sur lui. Mais dans son empressement elle tomba la tête la première sur le sol et se releva aussi sec, avec une expression de panique sur le visage.

- Aaaahhh ! Je suis tombée !!! Pardonnez-moi !!!! Veu ... Veuillez choisir une table s'il vous plaît !


Il s'installa à une table, près d'un piano plein de poussière, au fond du restaurant -qui de toute façon n'était pas bien grand-. Pris à parti par la faim, le toubib s'affala sur sa chaise et s'empressa de commander un plat du jour, à savoir une purée de pomme de terre accompagnée de viande ainsi qu'une bière. Il allait encore dépenser ses derniers Berry dans ce repas, il allait falloir travailler. Tout en réfléchissant il alluma machinalement sa cigarette, venant ajouter à l'odeur de tabac qui planait déjà dans la pièce.
Le problème c'est que dans une ville paisible comme celle là, y a jamais énormément de boulot pour un médecin. C'est pas ici qu'il allait pouvoir faire travailler son bistouri. C'etait pas le genre d'endroit où les blessés et les malades se bousculent au portillon, c'était bien trop "propre". Et les malades, car il y en a toujours doivent certainement se tourner vers leurs médecins habituels, des médecins bien installés dans la ville. Mais l'argent n'était pas la priorité du médecin pour le moment. Il était bien installé et il avait une seule préoccupation sur le moment, c'était son plat. Il s'occuperait des finances plus tard et puis il pourrait toujours quitter l'île en proposant ses services sur n'importe quel navire. On a toujours besoin d'un toubib à bord.
Le vieillard endormi se réveilla en crachant sa fourchette et se mit à crier

-Que voulez vous au vieux Kid ? Qui vient le réveiller ?

Le barman surpris se prit d'un fou rire.

-Allons, calmez vous Mr. Ordinn, personne ne vous veux quoique ce soit ! Vous pouvez vous rendormir.

Sur ces entrefaites, la serveuse revînt tout sourire avec un plateau contenant le plat du médecin et sa bière. A un mètre de la table elle trébucha la tête la première et fracassa son minois contre le sol tout en parvenant à sauver le plateau qu'elle continua à tenir au dessus de sa tête. Elle se releva encore une fois en toute précipitation, la tête défigurée par la chute.

-Aaaaahh !!! Je suis désolé ! Aïe ... Je suis encore tombée !!! Ca fait mal ... Voilà votre commande !!! Aïe j'ai mal

Après avoir servi le médecin qui regardait la serveuse d'un oeil incrédule et amusé, cette dernière repartie toute gênée à son comptoir. Après quoi le médecin éteignit sa cigarette en l'enfonçant dans le cendrier.

-Itadakimasu ..
https://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttps://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
James W. Blackburn
James W. Blackburn

♦ Localisation : En galère sur les Blues
♦ Équipage : Je suis le seul maître à bord !

Feuille de personnage
Dorikis: 2460
Popularité: -128
Intégrité: -94

Mer 30 Nov 2016 - 23:08

« Bordel, je suis où ? C’est quoi cette île de merde ? Pas encore ! Non.... »



Il ne suffit que d’un rapide coup d’œil à James, pour se rendre compte qu’il s’était une nouvelle fois trompé de destination dans voyage. Cela devenait un problème récurrent chez lui, avoir le don de ne jamais emprunter le bon navire pour se rendre à destination... Il était plus que temps de remédier d’une façon ou d’une autre à ce souci....

Après avoir pendant quelques minutes, copieusement insulté tout l’équipage, l’accusant de l’avoir intentionnellement débarqué dans ce trou perdu pour d’obscures raisons, James se reprit en main.

« Bon, soyons pragmatiques, il me faut une bière. »

Après avoir fait un tour d’horizon du regard, il se dirigea vers ce qui semblait vu d’ici comme le lieu de vie principale de cette île. Heureusement pour lui, mis à part un léger vent frais, le temps était au beau fixe, tout comme son moral qui semblait revenir dans le vert.
La première chose qu’il remarqua à son approche c’était le style des habitations, pour le moins uniforme. Toutes les maisons étaient scrupuleusement identiques, pas une seule touche d’originalité, même la couleur, toutes les habitations étaient d’un rouge homogène.

*Bienvenue à Rouge-Land, ici tout est rouge…*

Il fut agréablement surpris de voir que l’endroit n’était point désert, bien au contraire, l’endroit grouillait de vie, chose plutôt surprenante au vu de sa situation géographique pour le moins incertaine. Les commerces tournaient à pleins pots, un flux quasi incessant de passants circulait dans l’artère principale, tout cela rassurait James.

*Toutes ces marchandises ne tombent pas du ciel, il doit avoir des navettes hebdomadaires pour quitter cette île*

Bon, il était temps pour le jeune homme, maintenant rassuré de l’issue de son sort, de trouver une taverne où se rafraîchir et pourquoi ne pas en apprendre davantage sur cette île.
Ne souhaitant pas se perdre une nouvelle fois, il choisit l’option la plus sûre en demandant son chemin à une âme charitable qui avait la tête pour fréquenter ce genre d'établissement.

« Dites-moi mon brave, vous savez où je peux trouver un endroit pour me désaltérer le gosier ? »

« Hmm… Bah ouais, j’sais moi, héhé »

« Oui ? … Et c’est dans quelle direction ? »

« Bah pourquoi t’veux savoir ça ? T’es louche toi, tu viens d’où ? »

*Putain, je suis tombé sur l’idiot du village…*

James ne préféra pas s’attarder davantage avec cet homme, il avait assez perdu de temps comme ça. Il décida de continuer sa route, quitte à se planter au moins il n’avait plus un boulet aux basques… du moins en apparence.

« Dis-donc tu s’rais pas, un pirate ! Toi à tout hasard ? Ou bien un corsaire, oui c’est ça, mon cousin Roland était dans la Marine bah il… »

*Dieu vient moi en aide, qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? *
James se retourna avec nervosité vers le pauvre bougre, lui montrant avec insistance la présence sur lui d’une arme à sa ceinture.

« Oui je suis un pirate, un des plus sanguinaires qui soient, je suis un terrible Yonkou du Nouveau Monde ! »

L’homme se stoppa net, restant complètement abasourdi devant la déclaration du jeune Blackburn.

« Un pi-pi… rate-rate, un pirate !! Au secours, un Lonkou est sur cette ile !»

Le navet détala sans demander son reste, criant des choses totalement incompréhensibles, il n’était pas près de revenir pointer sa fraise.

James décrocha un sourire à la vue de cette scène plutôt loufoque, en espérant secrètement que cela n’ameute pas la Marine jusqu’à lui. Ce serait le pompon pour cette journée déjà assez mal engagée comme cela sans devoir en rajouter une couche.

“Ne lui prêtez pas attention, monsieur, il n’est pas méchant au fond, juste un peu dans son monde.”

C’était un jeune garçon d’environ treize ans qui s’adressait à lui, il portait un déguisement de pirate avec un bandeau sur son œil, et une épée en bois à sa taille.

“Moi je sais que vous n’êtes pas un pirate, car les pirates sont grands et forts, ils voyagent sur les mers les plus dangereuses du monde, ils ne viendraient pas se perdre ici… dans ce trou paumé…”

*Ah… Je dois le prendre pour moi ? Voilà que même auprès des gamins je ne suis plus crédible maintenant…*

“Dit, jeune capitaine, je cherche une taverne, tu peux m’aider ?”

“Bien-sûr ! Si vous voulez pas loin d’ici il y’a L’auberge du bout de la ville, je peux vous amener ! Suivez-moi moussaillon.”

*De mieux en mieux, me voilà relégué au statut de moussaillon dorénavant…*


Comme promis, le jeune pirate en herbe amena James aux portes de la taverne avant de s’éclipser avec la fougue propre à la jeunesse. Cela rappelait certains souvenirs si lointains chez Blackburn, qu’il préféra couper court à tout excès de nostalgie.

Après s’être brièvement attardé sur le parvis de l’établissement, le jeune homme décida de franchir la porte d’entrée pour s’engouffrer dans une atmosphère reconnaissable entre mille. Il n’y avait pas foules aux premiers abords ici, tant mieux James voulait être vite servit, la faim commençait à se manifester dans le fond de son estomac. Il se dirigea tout naturellement vers une des nombreuses tables vides, quand tout à coup, à sa droite une jeune femme qui semblait être la serveuse s’aplatit à même le sol comme une crêpe. Sauvant tout de même le plat qu’elle transportait, dans un geste d’une grande classe.

–Aaaaahh !!! Je suis désolé ! Aïe... Je suis encore tombée !!! Ca fait mal... Voilà votre commande !!! Aïe j’ai mal

La chute semblait lui avoir quand même sacrément mal au vu de sa réaction, mais bon ce n’était pas les affaires de James, chacun sa merde.

Quelque chose attira davantage son attention, c’était l’homme qu’elle venait de servir, un type en blouse blanche, surement un médecin à première vue. Mais un détail intrigua le jeune homme, il avait une cicatrice qui courait sur toute sa joue gauche.

*Hmm, lui non plus ne s’est pas loupé, quelqu’un à essayait de l’ouvrir en deux ou quoi ?*

Le reste des clients ressemblait à ce qu’on pouvait attendre dans ce genre d’établissement, rien d’intéressant à se mettre sous la dent en somme.

Son ventre le rappela rapidement à la réalité, il était grand temps de manger. Il fit signe à la serveuse qu’il souhaitait prendre commande, en espérant qu’elle ne se ramasse pas une nouvelle fois.


Dernière édition par James W Blackburn le Mar 6 Déc 2016 - 11:16, édité 2 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttps://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
Mochi
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Dim 4 Déc 2016 - 0:52

Mochi se mit à manger lentement. Non pas par bonne manière ni par respect de tel ou tel convention sociale, caractérisons plutôt cela par de la simple nonchalance. La viande lui semblait bien trop cuite et la purée était vraiment mal assaisonnée. Il y ajouta un peu de sel et de poivre et finit par se consoler en se remémorant les repas qu'il mangeait à Nar Shadaa, à base de chair de scorpion géant et autres ingrédients fantaisistes, bien loin d'être ragoutant. Au moins sa purée, bien que fade, avait le mérite d'être bien plus engageante.

Absorbé par les tendres maladresses de la serveuse, il n'avait pas remarqué l'entrée d'un nouveau protagoniste. Observant brièvement le bonhomme il en déduit qu'il devait cacher sous ses vêtements un corps doté d'une musculature conséquente. Cela dit, le développement musculaire d'un individu ne reflète en rien les capacités d'un homme. Bien des fois, il avait rencontré des hommes qui lui semblait d'une force terrible et qui l'avait finalement déçu. Pour autant, ce coup-ci, son instinct lui disait de rester vigilant. Mais bon il le savait, ses jugements étaient souvent foireux.

Il semblait être prêt à prendre commande et la serveuse se dirigeait vers lui, le vieux Kid s'endormait à nouveau lorsque la porte claqua, ce qui ne réveilla absolument pas le vieillard, mais qui attira le regard hagard de Mochi qui laissa de côté l'homme qu'il observait tantôt.

Trois gaillards firent leurs apparitions. Le premier portait de hautes bottes noires à talon compensé. Ces talons étaient si haut que l'homme qui ne devait pourtant pas être bien grand avait des allures de géants. Son pantalon en cuir prolongeait ses bottes sans discontinuer et venait se terminer sur ses hanches par une ceinture en or, laquelle était bien trop voyante. En haut il ne portait qu'une longue veste en cuir noir sur le dos de laquelle retombaient ses longs cheveux violets et entremêlés, qui ne semblait pas avoir été lavés depuis belle lurette. Son visage semblait plutôt sec et ses yeux lançaient des regards sévères, comme s'ils cherchaient à foudroyer tous ceux qui oserait croiser son regard. Pourtant, il n'en était rien. Mochi croisa plusieurs fois le regard de l'homme en cuir et n'eut droit à aucune réflexion, ce qui était assez surprennent aux vues du regard de l'homme, et ma foi, presque décevant.

Les deux suivants se ressemblaient pas mal. Probablement des jumeaux. Plus petits que leur acolyte aux cheveux roses, ils avaient un physique bien plus banal, sans excentricité ou fioriture du même genre. Des visages assez rond, et des cheveux bruns et frisés qui descendaient jusqu'à leurs nuques. Tous les deux étaient vêtu de larges salopettes qui semblaient bien trop grandes. L'une rouge sur laquelle était brodée en noir "Dizzie" et sur l'autre, bleue, était inscrit "Gillepsie". Leurs visages étaient bien plus amicaux. Ils souriaient. Chacun d'entre eux tenait dans leurs mains un petit étui.
Le bar commençait à se remplir mine de rien. Voilà qui risquait d'amener un peu de divertissement, surtout, si comme le pensait le toubib il s'agissait bien de musiciens. Un peu de musique pour égayer son repas serait du meilleur effet.

A la vue du piano qui était situé juste à côté de Mochi, l'homme aux cheveux roses afficha un grand sourire et lança un petit cri de satisfaction avant de se précipiter dessus, suivi de ses deux compagnons. Il s'assit sur le petit banc et examina l'état plutôt mauvais de l'instrument. Grommelant quelques mots inaudibles il se mit à épousseter les touches du piano avec un chiffon qu'il sortit de son long manteau noir et commença à jouer quelques notes.

-Dizzie ! Gillepsie ! Accompagnez moi donc !

Les jumeaux ouvrirent leurs étuis avec une délicatesse certaine et en sortirent chacun une trompette. Du bel ouvrage, enfin c'est ce qui semblait à Mochi. Puis ils se mirent à accompagner le pianiste, jouant des mélodies aux sonorités assez jazzy. Surprenant aux vues du look hard-rocker du joueur de piano. Ce qui épatait le plus le médecin ce n'était pas la musique elle même, qui semblait s'accorder magnifiquement bien, mais la dextérité avec lesquels les doigts des musiciens dansaient sur leurs instruments respectifs ... Ces virtuoses lui semblaient être comme des toubibs de talents opérant le corps d'un patient avec vitesse et précision.

Cependant, ce remue ménage n'était pas du goût de tout le monde. Mochi ne l'avait pas remarqué mais l'un des joueurs de cartes s'était d'ores et déjà levé de son siège. D'un puissant raclement de gorge, il mit fin au show. Les musiciens cessèrent aussi net. L'un des trompettiste, à savoir Dizzie -Conformément à ce qui était écrit sur sa salopette-, semblait plus remonté que les deux autres et se mit à marcher vers le joueur rebelle.

-T'as un problème, l'ami ?

Si les mots semblaient amicaux, l'intonation elle, ne l'était pas du tout. Les joueurs semblaient être prêt à en découdre. L'homme aux cheveux rose l'avait senti et s'était rapproché lui aussi, souriant il essaya de calmer la situation.

-Allons Dizzie ! Du calme ... Pardonnez-nous messieurs ... Mais quel est votre problème ? N'aimez vous donc pas l'art pour nous interrompre de la sorte ?

Mochi regardait la scène, à mi-chemin entre l'amusement et l'agacement. En d'autres circonstances il aurait pu apprécier d'assister à une petite échauffourée avant de soigner les blessé. Mais il aimait bien plus le calme. Et surtout les joies bien trop rare d'un repas paisible.

Le joueur de carte afficha un sourire narquois et ne répondit même pas. Sans crier gare il lança son pied, avec l'intention de frapper la hanche de son adversaire. Mais le Rosin -Comme un rouquin mais avec des cheveux roses- bloqua le coup assez aisément et frappa le rebelle au ventre. Le bougre ne put rien faire et fut propulsé sur le comptoir. Le barman, affolé, se terra derrière son bar. Mais Mochi n'y prêtait même plus attention, ni même à la serveuse qu'il s'amusait à regarder quelques minutes plus tôt. Toute son attention se portait sur ces musiciens et les joueurs de cartes qui se levèrent précipitamment, prêt au combat ...

-  Et dire que j'avais l'intention de discuter ...

Ca y est, son déjeuner était fichu. La seule chose qu'il voulait, c'était un petit repas pépère suivi d'une bonne sieste des familles. Mais c'était foutu. Les deux groupes risquaient de s'en mettre plein la gueule et le sang allait lui couper l'appétit. Non, c'était trop tard ... il avait déjà plus faim ...
Impulsivement il remplit sa cuillère d'une bonne dose de purée qu'il pointa vers son oeil, posa son doigt au bout de son couvert et visa la tête du pianiste. Pourquoi le pianiste ? Après tout il n'avait pas lançé les hostilités ... Mais il avait été le plus fort. Quitte à s'attirer les foudres de l'un d'entre eux, autant que ce soit intéressant.

1, 2 ... 3 ... Le coup partit ... et bim, retomba en plus sur le crâne de la cible. Le toubib caressa machinalement l'énorme boulon qui lui sortait du crâne.

-Qui a fait ça ?!
https://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttps://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
James W. Blackburn
James W. Blackburn

♦ Localisation : En galère sur les Blues
♦ Équipage : Je suis le seul maître à bord !

Feuille de personnage
Dorikis: 2460
Popularité: -128
Intégrité: -94

Lun 5 Déc 2016 - 20:58

La commande arrivée, ce n’était pas trop tôt, à la vue de l’assiette, le ventre de James lâcha un gargouillis à réveiller les morts.

*Pourvu qu’elle ne s’écrase pas la tronche cette fois-ci, j’ai faim moi !*

Une fois servi, le jeune homme oublia un instant comment bien se tenir à table. Il se jeta comme un mort de faim sur son plat, prenant à peine le temps de mâcher, il s’empiffrait, aidait par de grandes rasades de bière. Certes, ce n’était pas très recherché comme plat, et la viande semblait avoir passé plus de temps que nécessaire sur le grill, mais quand on a faim et sans un rond, on ne fait pas la fine bouche.
Une fois son assiette terminée, il ne put contenir un rot venant du fin fond de ses entrailles.

« Blurp »

Il gloussa en son for intérieur, c’était une partie des choses qu’il lui était désormais possible de faire, adieu les règles rigides de son ancien code de conduite. Fais pas ci, fais pas ça, il a aurai eu le malheur de faire ça dans son ancienne vie, nul doute qu’il aurait reçus plus qu’une simple remarque. Mais cela ne l’empêcha pas de regarder autour de lui, si quelqu’un avait relevé ce petit écart, il avait pour vocation de devenir un pirate de renom, et non un gros porc de la première heure, sans aucune manière.

À présent, il se trouvait avachit sur sa chaise, totalement repu, il n’aurait pas rechigné à faire une petite sieste ici, cet endroit était plutôt calme, mais il se ravisa au dernier moment, il aurait l’air de quoi ? Il se rappela à ce moment-là qu’il n’avait toujours pas d’endroit où dormir. Sous-pesant machinalement sa bourse, il soupira à l’idée de devoir encore passé une nuit dans une chambre bon marché. Si quelque chose lui manquait de son ancienne vie, c’était bien ça, le plaisir de dormir dans un lit confortable, avec des draps propres, après un bon bain.

*Misère, encore une nuit avec des rats ou des cafards… Il faut que je me débrouille d’une façon ou d’une autre pour trouver de l’argent…*

Il fit le tour de la salle du regard, a la recherche d’une solution à ses problèmes d’ordre financiers, mais ce n’était que peine perdue, il ne savait pas jouer aux cartes et le scientifique semblait aussi fauché que lui.
Un bâillement lui arracha la mâchoire, il était trop fatigué, avec quasiment pas un sou en poche et surtout aucun moyen à l’heure actuelle de quitter l’ile. C’en était trop pour son moral, il s’affala sur la table tout en se lamentant de son sort.

*Pffff… Pas vraiment une partie de plaisir la vie de pirate novice… Moi qui pensais vivre des aventures hors du commun, me voilà à l’heure actuelle en prise avec des cafards et des rats*

C’est à ce moment-là que trois silhouettes firent leur irruption dans le bar, James comme le reste des occupants tourna les yeux dans leur direction. Mais avec sa tête contre la table, il ne pouvait distinguer depuis son emplacement qu’une d’une paire de bottes avec d’immenses talons. Cela remotiva tout de même James, qui se redressa d’un bond.

*C’est quoi ce truc ? Ce sont des Okamas ? Beurk*

Quelle déception pour le jeune homme, il avait affaire à trois hommes avec un look pour le moins atypique ! Le propriétaire des bottes était habillé des pieds à la tête de cuir, mais ce qui frappa davantage Blackburn, c’était surtout les cheveux roses du type.

*Cette faute de gout… Cela devrait être interdit !*

Il croisa le regard du clown aux cheveux roses, c’était un regard plein de haine, un regard de quelqu’un souhaitant en découdre à la moindre occasion. James se raidit dans sa chaise, il n’était pas du genre à se faire impressionner aussi facilement, mais il ne voulait pas être pris aux dépourvues si quelque chose pour une raison ou une autre tournait au vinaigre.

*Rêve si tu crois que je vais baisser les yeux devant un troubadour dans ton genre*

James posa ensuite son regard sur les deux autres compères qui escortaient monsieur le clown, il comprit rapidement qu’il avait affaire à des jumeaux. L’un en salopette bleue et l’autre en salopette rouge, ils transportaient avec eux, un étrange étui. Contrairement au précédent type, eux avaient l’air plutôt heureux d’être ici, affichant un large sourire et surtout aucun regard menaçant.
Il continua à les suivre du regard, alors que celui qui semblait être leur chef se dirigeait en hâte vers le piano qui n’avait pas eu d’hôte depuis bien longtemps à première vue. Une fois son instrument épousseté à l’aide de son manteau, il joua brièvement quelques notes avant de lancer un appel :

— Dizzie ! Gillepsie ! Accompagnez moi donc !

*Des musiciens ?! Ah… Je comprends mieux maintenant !*

James se ravisa, cette montée d’adrénaline n’avait plus lieu d’être, il s’était complètement fourvoyé sur les intentions des nouveaux arrivants. Il avait pensé un bref instant, être confronter à de sacrés fauteurs de troubles, en fin de compte il s’agissait juste que de simples musiciens.

*Un peu d’ambiance ! C’est une bonne chose pour me remettre d’aplomb*.

Petit à petit, l’établissement se remplissait, bientôt pratiquement plus aucune table n’était vide, rien de tel qu’un groupe pour faire tourner la boutique. James se rappela subitement, avoir rencontré autrefois, un artiste plutôt talentueux du nom de Kazan, qui savait mettre l’ambiance là où il passait. D’abord surpris, Blackburn fut rapidement charmé par le son que produisait le petit groupe. Leur look était en totale contradiction avec leur musique à forte influence jazz, ils arrivaient avec brio, en l’espace de quelques notes à faire voyageait leur public, James n’aurait jamais pensé un seul instant, trouver de tels artistes dans un lieu comme ça.

*Ils sont sacrément bons ! *

Puis d’un coup stupeur, la musique se stoppa net. Pourquoi ? James ne le savait pas alors, mais derrière lui un des pecnots qui jouait aux cartes avait décidé que ce n’était pas le lieu pour jouer de la musique. Il se retourna pour comprendre ce qu’il se passait. L’homme en question était hors de lui, impossible de savoir pourquoi il s’était mis dans un tel état, pour une simple question musicale.

– T’as un problème, l’ami ?

Cette phrase venait d’être prononcée par l’un des deux gars en salopette, le ton était pour le moins expéditif et sans appel. James était exaspéré, la soirée semblait enfin prendre une tournure intéressante, mais finalement quelqu’un en avait décidé autrement. Qu’est-ce que ça peut leur faire à ce type qui passe leur vie à boire et jouer aux cartes, qu’un groupe de musique vienne divertir le reste des clients ?

Allons Dizzie ! Du calme... Pardonnez-nous, messieurs... Mais quel est votre problème ? N’aimez-vous donc pas l’art pour nous interrompre de la sorte ?

La tension était de plus en plus palpable, à tout moment cela pouvait mal finir cette histoire, et pourtant le pianiste semblait anormalement décontracté. Il se tramait quelque chose ici, mais quoi ? James porta toute son attention sur ce type, il émanait de lui quelque chose de dangereux, de sanguin. Comme l’avait pressenti James, la situation bascula dans la plus grande confusion. Un des joueurs de cartes avait voulu faire justice lui-même en attaquant le musicien d’un coup de pied dans le ventre, mais ce dernier bloqua l’attaque avec une facilité déconcertante et lança en représailles un coup de poing fulgurant. La victime fut projetée avec une rare violence dans le comptoir, terrorisant le pauvre tavernier incapable de calmer la situation.

*Ce type n’est vraiment pas à prendre à la légère…*

« Et dire que j’avais l’intention de discuter... »

*Ton regard indique tout le contraire depuis que tu as posé un pied ici…*

James restait assis pour le moment, observant la scène avec la plus grande des attentions, c’était juste une question de temps avant que tout ceci vole en éclat. Le jeune homme ne souhaitait pas particulièrement prendre parti, d’une part car il n’en avait strictement rien à faire que des bouseux locaux se fassent démonter la poire. Et d’autres parts il ne souhaitait pas avoir à faire avec les autorités locales, il n’était que de passage.

– Qui a fait ça ?!

Une scène ahurissante venait de se passer sous ses yeux. Le type avec la blouse de scientifique venait de jeter un bout de purée sur la tête du pianiste. Il était resté jusqu’à présent en retrait dans l’altercation, lui non plus n’aimait pas ce style de musique ?

*Mais ! Bordel, qu’est-ce qui cloche chez ce rat de laboratoire ? Il va se faire démonter… *

Le jeune Blackburn ressentait de la peine pour ce dernier, qui ne semblait pas avoir pris conscience de son acte. Devait-il intervenir ? Mais pourquoi irait-il se fourrer dans une affaire qui ne le concerne en rien ? Pour couronner le tout, le type à l’air rudement costaud, c’est un coup à perdre des dents cette histoire. Même si cela le faisait culpabiliser, sa non-intervention était sans doute la meilleure solution à l’heure actuelle. Se faire attraper par les autorités à la suite d’une stupide altercation, c’était le meilleur moyen de ne pas quitter l’ile avec un bon moment.

À côté de lui, un des joueurs de cartes s’esclaffa à haute voix, hilare de voir le type en cuir ainsi se faire humilier par un scientifique. Avant qu’il ne puisse se rendre compte de son erreur, l’un des deux jumeaux avec une dextérité peu commune, lui fracassa le crâne à l’aide de son instrument. Le pauvre bougre s’écroula avec perte et fracas sur la table de James, ce dernier eut juste le temps de se jeter en arrière pour éviter de se le prendre en pleine poire. Malheureusement, il ne put sauver sa bière, il la regarda se rependre sur le sol avec effroi, les poches vides, comment allait-il pouvoir se rafraichir la glotte ?

« Bon c’est qui le crétin qui vient de faire ça ? Qu’il me repaye immédiatement une bière… ! »

James se tourna pour faire face au musicien en salopette rouge, à première vue il se nommait Dizzie, quel drôle de nom pour un type avec cette dégaine. Quelque chose ne tournait pas rond chez ce type non plus, il fixait James avec insistance tout en arborant un large sourire, sans doute, euphorique d’avoir trouvé sa nouvelle cible. Le fait d’avoir à l’instant auparavant, fracassait le crâne d’un pauvre type dans la plus grande des simplicités, ne semblait pas particulièrement l’affecter. Le musicien s’approcha d’un pas léger en direction de son interlocuteur, toujours avec le sourire et toujours avec son instrument pourfendeur de crâne dans la main.

« Réfléchi bien à ce que tu t’apprêtes à faire, gras double, je ne suis pas un joueur de cartes… »


https://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttps://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
Mochi
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Mer 7 Déc 2016 - 13:17


Mochi était partagé entre l'agacement d'avoir vu son repas interrompu et l'amusement qu'il avait eu à regarder la scène qui suivie. Entre le pianiste et la purée sur sa tête, le fracassage de crâne à coup de trompette et la chute de la bière, provocant ainsi le courroux d'un autre intervenant. Le trompettiste rouge semblait prêt à en découdre avec l'homme à la bière perdue. Le gars aux cheveux rose, lui, fixait le toubib, il savait très bien -en dépit de sa question- que la purée provenait de lui. Il avait détourné ses yeux une seule fois pour regarder James se plaindre de sa perte, puis son regard furieux était revenu sur Mochi. Il essayait encore de contenir sa colère et de rester cool comme il l'avait fait tantôt. Il y arrivait tant bien que mal, mais il semblait avoir plus de difficultés qu'auparavant.

-Dizzie ! Gillepsie ! Je vous laisse rembourser cette bière, Yiék Yiék ! Je m'occupe de ce putain de binoclard !

- Ok, mon vieux , on s'en occupe !

Les deux trompettistes avaient obéi à leur acolyte et se retournaient à 2 contre 1. Mochi délaissa la scène et jeta un coup d'oeil rapide aux joueurs de cartes. Ceux-là n'étaient clairement plus de la partie, ils avaient détaler comme des lapins de garennes et s'étaient terrés derrière le comptoir. Les deux autres, qui avaient été victimisés par les musicos étaient encore au sol, immobile.

Le gars en cuir fit quelques pas vers le toubib et s'immobilisa. Ils se lorgnèrent mutuellement. Puis Mochi se mit à pleurer bruyamment quelques instants. Ce qui déconcerta son opposant.

-Qu ... Quoi ?  Tu ... tu pleures ?!

Depuis qu'il s'était pris une balle dans le cerveau, le toubib avait gardé un certain nombre de séquelles. Sans réussir à expliquer pourquoi, il se mettait à pleurer lorsqu'il voulait rire, et vice et versa. Ce qui avait pour habitude de laissé ses interolcuteurs sur le cul comme on dit. En l'occurance donc, point de tristesse, mais du rire.

-QUOI ?! Je m'apprete à te refaire le portrait et tu pleure !!! T'es une lopette en fait !

Il cessa net de pleurer et se mit à sourire.

- Désolé ... Avant toute chose, t'pourrais enlever la purée qu'il y a sur ta tête ?

Voilà qui en était trop pour le musicien qui se sentait visiblement humilié par cette intervention. Décidémment y lui en fallait pas des masses pour le mettre à bout celui là. Il prit le même tissus qu'il utilisa pour nettoyer le piano et enleva la purée avant de le jeter par terre. Mochi regardait la scène sans mots dire. Au moment même ou le mouchoir toucha le sol, le musicos se précipita sur le toubib à toute allure.

-Crève Quat'z'yeux !!!

Le bougre allait plutôt vite, il savait sans doute se battre, mais il n'était pas du même niveau que Mochi, qui esquiva le coup avec une facilité déconcertante. Quelle déception, il n'était pas un combattant aussi talentueux que ce qu'il était musicien. Suffisamment fort pour éclater quelques joueurs de carte. Mais pas assez pour battre Mochi. Son adversaire aussi l'avait compris, la différence était trop grande. Mais il ne voulait pas abandonner, pas si vite, alors qu'il était encore en mouvement, il parvint à faire volte-face et à repartir sur le toubib qui esquiva une deuxième fois. Mais le piano était juste derrière et cette fois-ci il ne parvint pas à ralentir son corps et se fracassa contre l'instrument qui se brisa en deux. Le binoclard recula de quelques pas pour éviter de respirer toutes la poussière qui se dégageait du vieil instrument. Son adversaire se relevait assez vite, regardant les dégâts qu'il venait d'occasionner, forçant le poing et serrant les dents, comme s'il se sentait coupable de ça. Comme s'il s'en voulait d'avoir détruit un instrument. C'était un artiste après tout, sans doute se définissait-il comme musicien avant de se définir comme une brute.

Encore une fois, il regarda le médecin avec rage et se prépara une fois de plus à attaquer. Décidément il était déterminé. Il avait bien compris qu'il ne pouvait rien faire contre Mochi, et pourtant sa fierté l'empêchait de cesser le combat. Voilà un comportement admirable, bien que voué à le mener à sa défaite. C'était inévitable, le toubib allait devoir répondre à ces attaques. S'il se bornait à esquiver le combat allait encore durer un moment. Aussi, pour la première fois dans ce combat, Mochi se mit en position de combat, ce qui sembla calmer son adversaire, lequel se mit à sourire avant de s'élancer une énième fois sur son opposant.

Une fois arrivé à proximité de Mochi, il envoya son poing droit de toutes ses forces dans la face du binoclard. Mais ce dernier, plus rapide eut le temps de se baisser, tout en ramenant sa main droite au niveau de son épaule gauche. Lorsqu'il fut à hauteur de la hanche de son ennemi, il frappa celui-ci dans les côtes, d'un revers de la main. Le musicien valdingua, allant jusqu'à se fracasser contre une table, avant de s'étaler contre le mur du restaurant.

Mochi n'y avait pas mis toute sa force, s'il devait être bien amoché, il ne devrait probablement pas KO. Enfin, toujours est-il qu'il n'était certainement plus en état de se battre.
https://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttps://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
James W. Blackburn
James W. Blackburn

♦ Localisation : En galère sur les Blues
♦ Équipage : Je suis le seul maître à bord !

Feuille de personnage
Dorikis: 2460
Popularité: -128
Intégrité: -94

Mer 7 Déc 2016 - 14:59

Le petit gros faisait toujours face à James, il trépignait d’impatience à l’idée de fracasser le crâne de sa victime avec son arme pour le moins singulière. Sautillant de gauche à droite sur ses pieds, il ressemblait à un chien devant un os, il en bavait presque. Mais qu’est-ce qui ne tournait pas rond chez lui ?

« Dizzie ! Gillepsie ! Je vous laisse rembourser cette bière, Yiék Yiék ! Je m’occupe de ce putain de binoclard ! »

Le deuxième petit lard se rapprocha à son tour de la scène, lui aussi semblait tout émoustiller à l’idée de se battre, James avait donc maintenant affaire à deux adversaires. Même s’il n’avait pas vraiment pu juger le niveau des deux combattants, il ne semblait pas pour autant perturber par cette infériorité numérique, bien au contraire cela le galvaniser.

*Nous y voilà enfin, voyons voir, ce que vous avez sous votre couche de gras*

« Écoutez donc votre petit-maitre, les deux caniches, une bière et une vite ! »

Le jeune homme se prépara à un assaut immédiat, s’assurant qu’aucun obstacle ne pouvait le gêner derrière lui, il sortit sa rapière pour mettre en garde les deux acolytes. Mais à sa grande surprise, ils ne se jetèrent pas sur lui, ils effectuèrent une sorte de petite danse pour se placer l’un derrière l’autre, formant une seule et unique silhouette.

« Tu vas payer ton affront fait aux frères Bogadnov imbéciles, tu es un homme mort ! »

« Ah ?.... »

Et l’assaut fut lancé, James s’attendait à recevoir une attaque rapide et sur plusieurs fronts, mais la réalité fut tout autre. Les deux petits gros étaient très empotés dans leur déplacement, ils se ruèrent sur leur cible avec une agilité qui laisser fortement à désirer. Dizzie passa à l’action le premier, essayant tant bien que mal de toucher sa cible avec de larges mouvements, mais en vain. Dans le même temps, Gillepsie tenta une approche plus sournoise en passant dans le dos de James, mais là aussi, ce fut un échec, le jeune homme était bien trop mobile pour les deux frères. James après avoir esquivé l’attaque de Dizzie, rentera de toutes ses forces dans ce dernier, épaule en avant. Le petit gros fut projeté avec une rare violence dans le mobilier de l’établissement. Gillepsie avait profité de cet instant pour lancer son attaque en traitre, mais Blackburn avait repéré son petit manège depuis le début. Il se retourna pour lui faire face, déstabilisant au passage le trompettiste, qui ne s’attendait absolument pas à se retrouver nez à nez avec lui. James profita de ce moment d’hésitation pour lui fracasser le visage par l’intermédiaire d’un violent coup avec la garde de sa rapière. L’homme s’écroula de tout son poids, lâchant une gerbe de sang accompagner de quelques morceaux de dents.

« Tout ça pour ça ?... Hum vraiment, je suis un peu déçu de cette prestation. »

Le reste des clients était totalement médusé, ils ne s’attendaient surement pas à une issue comme celle-ci. Le tavernier quant à lui était en larme, son établissement était sens dessus dessous. Complètement mis à son sac pour une vulgaire histoire de musique. Le jeune homme espérait pouvoir se faire dignement récompenser au passage, pourquoi pas une bonne tournée,


James après avoir remis sa lame dans son fourreau, tourna la tête en direction du scientifique, pensant à tort le trouver réduit en charpie, il était debout, en un seul morceau. On ne pouvait pas en dire autant de son adversaire qui était littéralement encastré dans le mur. Le combat là aussi ne s’était pas éternisé, ce type-là ne devait pas être une manche non plus quand il s’agissait de faire parler les poings...

*Intéressant, finalement, il n’est peut-être pas si fou que ça ?*


Mais il était temps pour lui de mettre les voiles, tout ce remue-ménage, finirait par attirant l’attention de la Marine, et le jeune Blackburn ne souhaitait pas à l’heure actuelle voir les autorités venir lui renifler le cul.
Après s’être épousseté de la tête au pied, il adressa un signe en direction du barman et de sa serveuse avant de se diriger vers la sortie, passant à côté de Dizzie assis dans un amas de chaises de tables, à moitié sonné.


« Tu.... Tu... Va le payer ! Abruti... tu viens de signer ton arrêt de mort... Je suis un des pirates de l’équipage de... Scar le rockeur de diamant. »

James n’avait jamais entendu parler de ce pirate, et il s’en fichait, sur les Blues la plupart des gens qui se prennent pour des pirates, ne sont que des brigands à la petite semaine.

« Ho vraiment ?... Tu pourras lui passer un message pour moi ? »

Vlan ! il asséna un énorme coup de pied dans le visage de son interlocuteur, l’éjectant au passage en dehors de l’établissement par la porte d’entrée, le musicien était KO pour un sacré bout de temps après avoir reçu un tel coup. Quelques instants plus tard, une silhouette se présenta à l’entrée. Il s’agissait d’un homme entièrement chauve, bien habillé et portant des lunettes de soleil, il tenait dans ses mains deux petites baguettes en bois.

« Hoy, Hoy, c’est qui l’abrutit qui a fait ça à mon trompettiste ? »

« C’est.... C’est... Lui ! Je vous en supplie, dites au capitaine Scar qu’il est le bienvenu ici quand il veut ! »

*Mais bordel, c’est qui ce fameux Scar ?*

Le patron du bar pointa son doigt en direction du jeune pirate, tremblant comme une feuille, ce type lui foutait réellement les jetons. C’est vrai qu’à première vue il semblait d’un tout autre niveau que les trois guignols déjà présents dans le bar.

« Toi, le cuistot immonde, tu devrais bien plus te méfier de moi que de ce groupe de musique sur le déclin»

« Alors c’est toi le fauteur de trouble ? Tu sais au moins à qui tu as affaire. »

James faisait maintenant face à ce nouvel adversaire, ne sachant pas vraiment dans quoi il avait mis les pieds, il était dorénavant curieux d’en apprendre davantage sur ce fameux Scar....

https://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttps://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
Mochi
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Jeu 8 Déc 2016 - 20:03

Les trompettistes, bien que deux, n'avaient pas non plus fait long feu. Le combat avait été franchement décevant. En tout cas ils ne joueraient plus de sitôt, notamment le pauvre trompettiste qui, déjà au sol, avait repris un dernier coup de pied magistral qui le propulsa à l'extérieur. Mochi fit quelques pas vers son adversaire et posa deux de ses doigts sur sa nuque pour sentir son pouls. C'est bon, il était salement amoché et malgré son souffle saccadé, il s'en sortirait.

Une fois relevé, il ne prêta même pas attention à l'état du bar. Enfin si, il le remarqua, parce que c'était quand même sacrément visible, mais comme il n'avait pas les moyens de rembourser quoi que ce soit et comme il n'en avait pas la moindre intention, le mieux était encore de tout ignorer. Et si le barman lui demandait quelque chose et bien ... Et bien il courrait plutôt vite de toute façon.

D'ailleurs c'était le bon moment pour s'éclipser. Mais au moment où le toubib y pensa, un nouvel arrivant fit son apparition. Chauve à lunette et à costard, il dégageait de ce gars là, une certaine prestance. Visiblement c'était un collègue des musiciens. Il tenait d'ailleurs deux baguettes à la main. Un batteur ? Mais pourquoi se trimballait-il avec ça ? On pouvait comprendre les trompettistes, mais les baguettes ? A moins que ce soit un chef d'orchestre ou un truc du genre ?

Mais le plus intéressant c'est qu'il s'agissait visiblement d'un équipage de pirate. Dirigé par un dénommé "Scar". Sans doute ce gars là serait un adversaire plus puissant que les membres de son équipage de rockeur.  Perdu dans ses pensées, Mochi n'avait pas suivi la discussion qui avait eu lieu entre le Batteur, James et le tavernier. Mais il fut, malgré lui, introduit en plein dedans par le courageux barman qui le pointait du doigt.

-Et c'était pas le seul, ce scientifique bizarre aussi il a battu un de vos hommes !

Pendant une poignée de seconde, le chauve lorgna ses opposants sans dire un mot. Puis il se mit à rire.

- Bien les guignols, je vais vous ...

-C'est eux !!!

-Qui ose m'interrompre ?!

Le chauve se tut quand il vit les nouveaux arrivants. Ce vieux Cow boy de Kid était revenu -mais si, rappelez vous, le gars qui s'était endormi dans sa purée-. Le voilà qui revenait,suivi par 3 gars de la Marine. Le toubib ne l'avait même pas vu disparaître. Pour être honnête il l'avait même totalement oublié. Les Marines rentrèrent. Le premier devait être le plus gradé. Il semblait être un sous-off, probablement un sergent. Ce dernier examina tour à tour James, puis Mochi, puis les gars qui étaient au sol avant de jeter un regard froid au déchevelu.

- Soldat, donnez-moi le registre je vous prie !

Le gaillard derrière, sortit de sa besace une pile de fiche, vraisemblablement des avis de recherche et les tendit à son supérieur. Ce dernier feuilleta brièvement sa pile.

- Hmm ... Je le savais ! "Joz Le batteur d'argent" !

En même temps, il tendait son bras avec l'affiche du pirate susnommé comme pour appuyer ses dires. Bingo, c'était bien un batteur, il s'agissait donc bel et bien de batte pour une batterie.






- J'ai pas les autres clampins, par contre ...


-Merde, on dirait que la photo est surexposée !

Le Marine regarda Mochi, puis James. On pouvait voir dans son regard qu'il avait envie d'embarquer tout le monde. Mais ils n'étaient que 3. Et il voulait être sur de ramener au moins une personne. Le choix était vite fait. Après tout le chauve avait déjà une prime d'1 million sur sa tête. Il aurait droit à une belle promotion grâce à ça. Les deux autres ne lui rapporteraient rien, aussi pointa t-il Joz du doigt.

-Arrêtez-le !

-Yai yai yai yai yai !!!!!

-Qu'est-ce qui ...

Le pauvre Marine n'eut même pas le temps de terminer sa phrase qu'il s'était pris une des baguettes en pleine poire et s'envola en dehors du bar, laissant pour seule preuve de son passage, une trainée de sang sur un tableau -désormais tout rouge- surplombant la porte. Le batteur ne s'était pas arrêté, il enchaînait les mouvements, faisant tournoyer ses battes entre ses doigts. Le spectacle était presque hypnotisant. Il croisa ses bras devant son visage avant de les ouvrir dans une violence inouïe. Bim, les deux soldats restant étaient catapultés de part et d'autre du restaurant.
Mochi siffla. Et voilà pourquoi il se baladait avec ses battes. Ce gars-là était d'un tout autre niveau. Il se retourna vers le vieillard qui avait prévenu l'armée. Le vieux était plein de sueur, tout tremblant. Un petit sourire narquois s'afficha sur la face du chauve. De sa poche, il sortit un petit torchon et nettoya le sang qui était resté sur ses baguettes.

-Pépé, t'as de la chance ! J'ai affaires avec les deux messieurs qui s'en sont pris à mes hommes. Si vous êtes toujours dans le coin avant que je n'ai explosé leurs gueules, je vous tuerais.

Ni une, ni deux, l'ancêtre avait disparu. Le chauve se retourna alors vers James et Mochi, affichant un de ses sourires condescendant qui veulent vous dire "Vous savez pas à qui vous à faire."

- Hey mec, Aides les autres !

Un nouveau gars fit son entré, peau cuivrée, dreadlock, clope au bec, démarche nonchalante. Ce mec puait la coolitude. Il entra sans prêter attention à personne et vint aider ses camarades au tapis. Et comme il ne se préoccupait de personne d'autre, tout le monde l'oublia assez vite.

Mochi avait envie de partir. Mais cet adversaire là avait l'air intéressant. Il était resté sur sa faim jusque là. Ce combat pouvait être intéressant. Que faire ? Le toubib restait silencieux. De toute façon le batteur semblait bien bavard. Il allait sûrement encore l'ouvrir.

- Vous deux ! Je vous attends dehors ! Je vais vous faire la peau, vous pouvez pas vous enfuir. Yai yai ! Je vous autorise à vous allier si vous voulez avoir une chance ! Yai yai yai !


Le chauve sortit du bar et s'assit sur la chaussée à quelques mètres de là. Tout en remontant ses lunettes, Mochi regarda James d'un air intérrogateur.

- On fait quoi ?

Il s'agissait pas pour Mochi de demander l'approbation de cet illustre inconnu, mais plutôt de connaître ses intentions ...[/b]
https://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttps://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
James W. Blackburn
James W. Blackburn

♦ Localisation : En galère sur les Blues
♦ Équipage : Je suis le seul maître à bord !

Feuille de personnage
Dorikis: 2460
Popularité: -128
Intégrité: -94

Ven 9 Déc 2016 - 15:31

Dans la foulée, le barman cracha le morceau concernant aussi l’implication du mystérieux doc dans cette affaire... Il méritait une sacrée correction, James avait des images de taverne en flamme qui traversaient son esprit, une option qu’il garda sous son coude pour plus tard. Cela lui apprendrait à ce pleutre à balancer ses clients de cette manière.

Comme le craignait Blackburn, la marine rappliqua à son tour, c’était devenu une véritable petite sauterie ici ! Cependant, le nouvel arrivant ne semblait pas du tout dérangé par la présence des autorités locales, au contraire. D’après sa fiche de recherche il s’agissait de Joz le batteur d’argent, un illustre inconnu pour James, il avait une prime d’un million de Berrys, c’était donc un vulgaire pirate de second rang. Malgré l’ardente volonté du gradé de faire un tir groupé, l’absence d’avis de recherche pour James et le doc, ainsi que leur faible nombre contrecarrait ses plans, il se résigna, et reporta toute son attention sur le fameux Joz.


James avant de s’éclipser, souhaitait assister à cette scène, ce type n’avait pas la tête de quelqu’un à suivre les ordres de la marine, bien au contraire. C’était l’occasion de voir ce que valait un pirate primé, certes, faible sur le papier, mais la vie nous réserve toujours des surprises...
L’interpellation tourna au fiasco sanglant, dans un manège de la mort, le batteur fracassa dans un premier temps le gradé, l’éjectant avec force, en dehors de l’établissement, le malheureux laissa comme seule trace de son passage, une traînée de sang. Dans un rythme effréné, il s’occupa des deux troufions restants, les pulvérisant à leur tour dans un déluge d’os brisés, en somme, du grand spectacle pour les amateurs de castagnes. Ce type, comme l’avait deviné le jeune homme, était d’une tout autre stature que les précédents gus, il s’était débarrassé de trois marines avec une facilité déconcertante.

*Il n’est pas à prendre à la légère lui... *


– Vous deux ! Je vous attends dehors ! Je vais vous faire la peau, vous pouvez pas vous enfuir. Yai yai ! Je vous autorise à vous allier si vous voulez avoir une chance ! Yai yai yai !

*Il pense sérieusement pouvoir nous prendre seul ? *

– On fait quoi ?

James se retourna pour faire face à son interlocuteur, le fameux doc, ils étaient dorénavant embarqués sur le même navire, celui de la castagne ! Maintenant que l’autre gus avait explosé, la tête à trois marine, il était évident que d’ici peu l’endroit grouillerait de renfort, un coup à finir au trou pour un bon bout de temps. Mais entre eux et la liberté, se trouvait l’autre fou avec ses baguettes tueuses, il était d’avis de laisser le scientifique se débrouiller seul. Il ne lui devait rien, et semblait assez fort pour faire ferme le claquet à ce type sans avoir besoin d’aide extérieur...

« On ?...Hum toi je ne sais pas, mais moi je me tire de là avant que la marine rapplique, amuse-toi bien avec le crâne dégarni, fait-gaffe quand même... »

Joz attendait patiemment ses adversaires face au bar, il bouillait intérieurement à l’idée de battre à nouveau la mesure sur des crânes humains. Intiment convaincu au fond de lui de sortir victorieux avec une facilité égale à son combat précédent, il espérait cependant avoir pour une fois, affaire à de vrais adversaires. Des types qui pouvaient répondre d’égal à égal.

James se dirigea non pas vers la sortie, mais droit sur le tavernier d’un pas des plus déterminé.
L’homme le voyant arriver se mit tout à coup à paniquer, il avait commis l’erreur de les balancer en pâture à ce pirate, il devait maintenant en payer le prix. L’homme recula jusqu’à se retrouver bloquer contre son étagère, les mains en avant pour tenter vainement de se protéger.

« Mais... mais.. Je n’avais pas le.... choix ! Il m’aurait tué si ja... »

Le jeune pirate empoigna le pleutre par le visage, ne lui laissant pas le loisir de terminer sa phrase, et l’encastra avec fureur dans la grande étagère murale. Le corps ensanglanté de l’homme gisait à présent sous un amas de bouteilles brisé.

« Cela t’apprendra à vendre tes clients ainsi... »

James prit le soin de récupérer une bouteille encore intacte de rhum pour l’amener avec lui, toutes ces aventures lui avaient donné rudement soif d’un seul coup. Après avoir fait un signe à la serveuse ainsi qu’au mystérieux doc, il quitta les lieux par l’entrée de service qui se trouvait à l’exacte opposer.

*C’est parfait tout ça, ni vue ni connu et en plus une bouteille au frais de la princesse.*

Mais sa joie fut de courte durée, après avoir marché à peine quelques mètres, il se retrouva encerclé par quatre pirates qui semblaient absolument ravis de leur prise.

« Bah alors mon mignon, tu comptes aller où comme ça ? Tu as peur de te faire fracasser ta petite tronche par Joz ? Tu vas nous suivre bien sagement ».

Le jeune Blackburn ne s’attendait pas du tout à une telle rencontre, il s’en voulait, quelle erreur de débutant de se laisser ainsi prendre au piège. Heureusement, à première vue ils avaient l’air aussi dangereux que les gus à l’intérieur. Le seul hic c’est qu’avec sa bouteille en main, il ne pouvait absolument pas sortir son arme du fourreau, chose assez embêtante au vu de sa posture actuelle.

*Adieu mon pauvre breuvage... Tu avais l’air si bon*.

Il passa à l’action en l’espace d’un éclair, utilisant sa bouteille comme d’une masse il la fracassa d’un geste vif dans la tête de son agresseur le plus proche. Profitant de l’effet de surprise, il dégaina son arme pour sauter sur les deux adversaires qui lui faisaient face. Ils étaient plus fort dans les menaces que pour le combat, James n’eut aucun mal à venir à bout de ses adversaires. Transperçant le premier de part en part avant qu’il n’ait pu se mettre en garde, le second connut un destin tout aussi funeste. Le troisième quant à lui décida qu’il était grand temps de mettre les voiles, James trouva qu’il n’était pas nécessaire de lui courir après.

« Décidément, les pirates sur ce Blue sont vraiment de très mauvais sabreur. m’enfin »

Il n’avait que trop perdu de temps ici, avec une lame couverte de sang et deux corps à ses pieds difficiles de plaider non coupable, sans parler de l’aubergiste sans doute mort. Il était bon pour un aller simple vers la potence ! Il reprit sa route en direction de l’artère principale de la ville, rien de mieux que la foule pour disparaître.
https://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttps://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
Mochi
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Mar 13 Déc 2016 - 17:51

Mochi se dirigea vers le tavernier et examina son état. C'était trop tard. Il constata -non sans cynisme- qu'il ne pouvait plus rien faire, il ne respirait déjà plus. Avant même d'avoir commencé, son rôle était terminé, c'était un fossoyeur qu'il lui fallait. Il soupira et délaissa le corps. Le bar était vraiment dans un sale état. Les joueurs de cartes tremblaient encore sous leurs tables. La serveuse pleurait devant le corps de son équipier. Elle se retourna, regardant le binoclard avec fureur, se précipita vers lui et, le gifla. Les lunettes de Mochi tombèrent au sol. Par chance, elles n'étaient pas cassées. Il les ramassa en souriant. Ne souhaitant pas ajouter à la peine de la serveuse, il ne dit rien. D'ailleurs il n'avait rien à dire.

Le rasta, portant le pianiste sur son épaule et tirant l'un des trompettistes, sortit du bar, aussitôt suivi du toubib. Le rasta continuait son oeuvre, ramassant le dernier trompettiste et filant mollement vers l'inconnu.

Le chauve se releva. Il avait abandonné son sourire narquois et regarda le toubib avec gravité.

- Ou est passé l'autre type ?

- Il est parti.

- Te fou pas de ma gueule, je l'ai pas vu sortir !

- Y a une porte à l'arrière ...


Il sourit, comme s'il avait prévu le coup. Réajusta ses lunettes de soleil, puis, pointa Mochi avec sa batte.

- C'est toi contre moi alors ! Tu connais mon nom, quel est le tiens ?

- Mochi, enchanté !

-Très bien, tu as battu un de mes meilleurs hommes, j'érigerais moi même ta tombe, Mochi.


Le toubib sourit à la provocation et s'élança vers le batteur avec l'intention ferme d'immobiliser se battes en choppant ses bras et de frapper ses parties génitales avec son pied. En général, ça marchait.

- STOOOP !!! Tu peux épeler s'il te plait ? Je voudrais pas faire de fautes.

Le binoclard tomba à la renverse. En se relevant il épela son nom. Pour montrer son contentement le batteur hocha de la tête.

-Maintenant battons-nous !!!

Cette fois c'était le chauve qui se précipita sur le médecin, lequel n'avait, pour le coup, pas bougé. Visant le sommet de son crâne, il abattit sa batte sur la tête de Mochi qui, se déportant sur la gauche, frappa la côte de son adversaire, le propulsant quelques mètres plus loin. Il n'avait pas donné son maximum dans ce coup, mais tout de même, le batteur avait encaissé l'attaque sans broncher. C'était du gros gibier, rien à voir avec le combat précédent.

Les deux hommes gardèrent leurs positions quelques instants, le silence s'installa, malgré une foule qui se faisait de plus en plus nombreuse autour d'eux.

Joz revînt à la charge. Visant les côtes, il frappa de chaque côté. Le toubib, encore une fois, réussit à esquiver en sautant au-dessus des battes. Le chauve, en frappant avait croisé ses bras. Mochi qui n'avait pas sauté bien haut retomba aussi sec à sa place. C'était exactement ce que le musicien avait prévu. Avec un timing parfait il ouvrit ses bras, les décroisant avec toute sa force au niveau du visage de Mochi. Ce dernier parvînt à reculer sa tête et réussit à éviter l'une des deux battes. Mais, pour une raison qu'il lui échappait le batteur avait une bien meilleure allonge sur son bras gauche, aussi toucha t-il Mochi en pleine figure, le l'envoyant valdinguer un peu plus loin.

- Bats toi sérieusement bordel de chiotte !

Le toubib se releva d'un bond et dépoussiera sa blouse. La foule avait reculé de quelques pas. Aucun des deux n'étaient à fond, les deux adversaires se jaugeaient encore.

- Toi aussi alors !

- Yai yai yai ! Ok ! C'est parti !


Pour la première fois c'est le binoclard qui partit à l'attaque, cherchant à frapper le plexus de son ennemi avec son poing droit. Dans la précipitation le batteur para l'attaque en frappant l'avant bras de Mochi avec l'aide de ses deux armes. S'il avait réussi à se proteger, il n'avait pas frappé assez fort pour blesser Mochi qui profita de ce blocage pour poser sa main au sol. Grace à l'appui qu'il y prit il se retourna complètement et frappa -avec ses pieds- le chauve en pleine face. Ne l'ayant pas vu venir, il fut propulsé au loin. Terminant son tour, le toubib posa ses pieds et en profita instantanément pour se propulser sur son adversaire toujours en l'air pour cette fois le frapper au plexus. Le coup ne manqua pas et le musicien mangea le sol.

Le chauve se leva tant bien que mal, la figure en sang, les lunettes brisées. Son regard furieux semblait percer son adversaire. Il ôta sa veste de costard, retira sa cravate et retroussa les manches de sa chemise.

Il ne prit même pas le temps de se remettre en position. Qu'il se précipite vers le médecin et le cogna au ventre avec ses deux baguettes avant de pivoter sur lui-même et de le balayer. Voyant le toubib qui tombait sur le dos, il sauta dessus, souhaitant lui asséner un coup magistral sur la tête. Voyant venir l'attaque, Mochi frappa son ennemi au ventre avec ses deux pieds joints, le chassant ainsi quelques pas plus loin. Parvenant à bien atterrir, Joz ne prit aucun dégât supplémentaire.

La foule s'agglutinait encore autour des combattants ... Y avait fort à parier que de nouveaux Marines allaient intervenir. Pour son salut, ce combat ne pouvait pas durer trois plombes. Mais cet adversaire là était quand même un peu plus coriace que les précédents.

Pendant ces réflexions, Joz avait repris du poil de la bête et fonçait à nouveau vers Mochi, cherchant visiblement à en finir. Il asséna une multitude de coups sur le toubib, le tout, en faisant tournoyer ses baguettes entre ses doigts avec une dextérité folle. Mochi parvenait à esquiver cherchant à trouver une ouverture chez son adversaire qui continuait à avancer sur lui. A tel point qu'ils arrivaient aux bords du quai. A deux doigts de tomber dans l'eau il s'immobilisa et agrippa avec force la chemise de son adversaire -Se prenant aux passages quelques coups de batte sur les bras-. Le toubib posa son pied sur la hanche de son adversaire se jeta en arrière, propulsant son ennemi qui s'envola littéralement dans le port, brisant le mât d'une petite embarcation avant de tomber à l'eau.

Mochi aussi tomba à l'eau, mais la chute était moins haute et moins violente que celle de son adversaire, aussi, il revînt rapidement sur la berge.

Il n'eut pas à attendre longtemps avant de voir une ombre dans l'eau. Au moment même où il l'aperçut, la silhouette haletante du batteur bondit tête baissée sur Mochi, qui, ne prit même pas la peine d'esquiver et assena un coup magistrale sur l'occipital de son adversaire qui se fracassa la mâchoire sur le sol.

Enfin c'est ce que le toubib avait cru, mais le bougre, tout en tremblant, se releva. Aussitôt fut-il debout il tomba à la renverse. Il était exténué et crachait du sang.
Mochi comme à son habitude vînt vérifier l'état du blessé.

-Tu fous quoi là ?!

Au même moment, Joz cracha du sang. Malgré ses blessures il arrivait encore à parler.

-Boucles là, tu perds trop de sang.

- Casses toi, j'ai pas besoin de toi. Et pis la Marine va rappliquer ...


Le médecin recula, il ne voulait pas être soigné par lui. Ce qu'il pouvait comprendre. En plus il avait raison, les Marines essayaient de se frayer un chemin au milieu de la foule. Ce quartier qui, quelques heures plus tôt, était totalement inanimés, grouillait désormais de monde. Le toubib pourrait utiliser cette foule pour disparaître. Mais il décida de disparaître autrement. Lançant un dernier signe de tête à son adversaire, il se glissa doucement dans l'eau, afin de disparaître sans bruit.


https://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttps://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
James W. Blackburn
James W. Blackburn

♦ Localisation : En galère sur les Blues
♦ Équipage : Je suis le seul maître à bord !

Feuille de personnage
Dorikis: 2460
Popularité: -128
Intégrité: -94

Mer 14 Déc 2016 - 10:22

James avait donc laissait derrière lui le tumulte des combats pour retrouver une tranquillité toute relative au cœur de la ville. Il avait dans l’idée de rejoindre au plus vite les quais pour mettre les voiles loin d’ici avant que les autorités locales établissent un lien entre lui et les cadavres. Ce n’était pas un crime de tuer des pirates, il pouvait plaider la légitime défense, par contre, justifier le fait d’encastrer le gérant de l’établissement dans le mur ? La mauvaise qualité du plat servie semblait un argument plutôt léger pour le coup. Perdu dans ses rêveries, il sursauta à la vue d’un détachement de la marine qui arrivait au pas de course dans sa direction. Ne sachant pas quoi faire il se colla contre le mur pour se faire le plus discret possible, pensant que les carottes étaient cuites pour lui. À sa grande joie, les soldats continuèrent leur course en direction de la taverne, il pensa brièvement à ce mystérieux doc, en espérant qu’il soit parvenu à quitter les lieux avant l’arrivée de la marine. Il éprouvait un peu de culpabilité de l’avoir laissé seul, mais dans ce monde il fallait savoir être égoïste à certains moments, c’était une question de survie, encore plus dans la piraterie...

Voir la marine débarquait ainsi en fanfare, était un événement dans cette ville d’habitude si paisible, une grande partie des riverains présents dans la rue emboîta le pas. Tout le monde voulait savoir de quoi il en retourner, chacun aller de son hypothèse ou de son commentaire. Il était question de pirate pour certains, pour d’autres c’était ni plus ni moins qu’un crime passionnel, tout ceci faisait en tout cas les affaires de James qui avait à présent le champ libre. Le jeune homme continua son escapade pendant bien vingt minutes avant d’apercevoir enfin sa porte de sortie. Les quais semblaient étrangement déserts, Blackburn se souvenait encore de l’activité en ce lieu à son arrivée, il continuait néanmoins sa route à la recherche d’un navire en partance tout en restant sur ses gardes. Au détour d’un bâtiment, une voix stridente parvenue à ses oreilles, il décida d’approcher à couvert pour éviter de tomber nez à nez avec un possible danger.

La scène qui se déroulait sous ses yeux était pour la moins surprenante, la première chose qu’il remarqua, c’était un type avec de longs cheveux blonds et un look de rockeur qui se tenait debout dos à lui. Il devait faire au moins deux mètres à vue de nez, et pas plus épais qu’un clou, il semblait tenir quelque chose devant lui. Un détail interpela le jeune homme, l’étrange guitare accrochait dans le dos, cela ne pouvait pas être une coïncidence. Les soupçons se confirmèrent l’instant d’après, en effet, plusieurs corps de garde jonchés le sol autour de lui, il n’y avait plus aucun doute sur l’identité de cet inconnu, il faisait partie du même équipage de pirate. Du fait de sa position pas du tout adéquate, Le blondinet ne remarqua pas immédiatement que la grande asperge avait empoigné un type par le colbac. Le soulevant pour qu’il puisse l’avoir pile devant ses yeux, le pauvre gus devait se trouver à trente centimètres du sol.

« Comment ça ? Un type seul vous a foutu une branlée ? Et Joz ? Qu’est-ce qu’il fout ?!! »

« Je.. Je.. N’en sait rien... il voulait se battre contre un mec en blouse blanche, un genre de scientifique binoclard... »

Ne lui laissant tout juste le temps de finir sa phrase, le capitaine largua son sous-fifre au sol sans le moindre ménagement. Ce dernier ne demanda pas pour autant son reste, et se carapata le plus loin possible de son supérieur à quatre pattes.

Que faire ? James était confronté à une situation pour le moins inattendue... Ces pirates avaient foutu un sacré foutoir sur l’ile, et maintenant cette histoire sur les quais, il était maintenant quasiment impossible de trouver un bateau pour fuir. Il avait beau chercher des solutions, sur une île de cette taille il ne pourrait pas se cacher éternellement, tôt ou tard la marine lui mettrait le grappin dessus. Alors qu’il cogitait tout en gardant un œil sur la scène, il ne remarqua pas l’homme qui s’approcha discrètement derrière lui.

*Clic*

« Ne bouge pas sinon je te fais exploser le citron ! »

*Merde pas encore... *

Une fois encore le jeune homme s’était fait prendre dans son dos, cela devenait récurant. Cette fois-ci, il ne savait pas comment s’en sortir, il avait un pistolet braquait sur sa tête, le moindre faux mouvement et c’était la fin de l’aventure pour lui... Il se résigna et leva les bras en l’air. Recevant un coup de pied dans les fesses en guise d’ordre de marche il s’avança en direction du musicien complètement à sa merci.

« Hey cap'taine ! Regardez donc ce que j’ai trouvait ! »

L’asperge se retourna, son visage recouvert de peinture était pour le moins surprenant, cela lui donnait un air de type complètement barge dans sa tête, le genre à manger des petits poussins encore vivants. Le jeune homme se demanda vraiment qui était ce type, se remémorant la réaction de feu le tavernier, ce dernier était terrorisé à l’idée d’avoir à rendre des comptes à un certain Scar. Pour le moment James, avait plus envie de lui demander de se démaquiller qu’autre chose, il n’était pas du tout à l’aise à l’idée qu’un type barbouillait de peinture puisse avoir sa vie entre ses mains.

« Intéressant… Et à qui avons-nous affaire ? »

« Ho moi ? Vous savez, je ne suis pas d’ici, je suis de passage, ne prenez pas la peine de vous encombrer avec moi, je comptais justement partir de cette ile… »

Après tout, il n’avait pas menti, il souhaitait réellement quitter cette ile, ce Scar avait d’autres problèmes à régler, notamment retrouvé la moitié de son équipage mort ou inconscient aux abords de la taverne. Enfin autant de bonnes raisons pour lui foutre la paix, et le laissait s’éclipser.

« C’est LUI !!!!! C’est lui le type qui nous a botté le cul !!!!  C’est lui ! C’est lui ! C’est lui ! »

« Hum ?... ho merde »

Nouvelle erreur de sa part, il avait laissé filer un témoin. Il faisait partie du groupe de pirates censé l’empêcher de prendre la fuite par l’entrée de service, dans un geste de bonté sans pareil ou plutôt de fainéantise, il l’avait laissé fuir. Et voilà, maintenant cela se retournait contre lui, cela lui apprendra à jouer les bons samaritains.

*Bordel… La prochaine fois tout le monde y passe, femmes, enfants, et même les chats, surtout les chats !*

« Quoi ? ! Vous vous êtes fait avoir par un... gamin ?... »

L’homme dévisagea James des pieds à la tête, il semblait très perplexe, comment un type aussi banal avait pu venir à bout d’une partie de ses matelots sans avoir la moindre cicatrice apparente… Les pirates n’étaient décidément plus ce qu’ils étaient, il allait devoir revoir ses méthodes de recrutement. Difficile pour lui de nier sa participation à ce forfait, il était fait comme un rat.Mais il n’allait tout de même pas se mettre à genoux pour demander le pardon, après tout il avait bien réussi à éliminer une partie de son équipage assez facilement, le capitaine ne devait pas faire exception à la règle.

« Rahhh, ça me soule cet équipage de bon à rien ! Je dois retrouver Joz, cet endroit m’ennuie déjà. »

« Hey Cap’taine je fais quoi de lui ? »

« Hey Cap’taine je fais quoi de lui ? Nananan ! Bah tu le butes crétin, tu veux quoi ? Te marier avec ? »

Pour Blackburn ce n’était plus le temps de rêvasser, le type derrière pouvait d’un moment à un autre appuyé sur la détente. Il attrapa le fourreau de son arme tout en se jetant au sol, pour éviter d’être sur la trajectoire de tir, son bourreau surpris par cette esquive, tenta d’ajuster son tir pour l’atteindre. Cependant, il était trop lent, James réussit à atteindre le pistolet avec le bout de son arme. Le larbin parvint tout de même à presser la détente, expédiant une balle, à quelques centimètres seulement de son capitaine.

« Bordel de dieu ! T’es un vrai tireur d’élite toi ?! »

Scar se retourna en fureur, ce maladroit avait failli lui envoyer une boulette en pleine poire, il s’aperçut alors que son homme était dans une très mauvaise posture. Maintenant que son arme déchargée, il n’avait plus rien à opposer au blondinet, ce dernier se fit une joie de lui rendre la monnaie de sa pièce sans même avoir besoin de sortir son arme de son étui.

« He bien, vu ses habiletés au tir, je devrais te dire merci de m’avoir débarrassé de ce boulet ! Franz ! Viens chercher ma guitare, j’ai à causer avec ce type. »

L’homme qui avait reconnu James se pointa pour prendre l’instrument de musique de Scar, avant de s’éclipser pour de bon, il ne voulait pour rien au monde être une victime collatérale. De son côté, le capitaine avait du mal à cacher son excitation, il semblait se délecter à l’avance de cette confrontation, voilà encore un qui aime le gout du sang pensa James. Après avoir fait craquer ses doigts à de multiples reprises le guitariste se mit en position d’attaque, les poings contractés, bien en avant, il ne semblait pas vouloir prendre d’autres armes que ses gants sertis de diamant. C’était un peu déstabilisant pour Blackburn, jamais il n’avait eu affaire à un type dans son genre, se battant uniquement avec des gants renforcés, comment pouvait-il avoir la moindre chance face à un adversaire armé d’une épée ? Néanmoins, cela ne semblait en rien troublais l’asperge, qui effectuait s’était mis à faire des petit pas de danse tout en se rapprochant de lui.

*À quoi joue-t-il ? *

Une fois à mi-distance l’expression du visage changea brutalement, avant que James n’eût pas le temps de pouvoir décrypter ce changement, Scar était déjà sur lui. Le percutant de son poing avec une force inouïe, bien qu’il parvint in extrémis à parer le coup avec sa lame, la puissance du choc le fit valdinguer sur plusieurs mètres.

*Bordel ! C’est quoi ce monstre ?*

Se relevant d’un bon, il s’attendait à ce que son rival soit déjà sa hauteur, mais à sa grande surprise, ce dernier était en train de danser comme si de rien n’était. C’était une humiliation qui venait de vivre James, il ne pouvait pas se laisser ainsi trainer dans la boue sans répondre.


« Putain… Tu te fous de ma gueule ? »


James ne voulait pas subir une nouvelle attaque de cette intensité, il décida de prendre l’initiative et lança son attaque malgré la distance qui séparait les deux hommes, il combla le vide en quelques foulées. Engageant un combat au corps à corps, il n’avait pas l’allonge de son antagoniste, mais cela, avait tout de même le bénéfice de diminuer la violence des coups reçus. Scar, l’impressionnait, il parvenait à repousser chaque attaque, à l’aide de ses poings incassables, la lame ne pourrait pas tenir bien longtemps face au diamant, il ne jouait pas dans la même cour. En plus de cela, il avait une vitesse d’exécution supérieure à James, qui ne parvenait pas à trouver une ouverture dans la défense adverse. Le combat était d’une rare violence, chaque coup était contré dans un fracas assourdissant, les deux protagonistes étaient au sommet de leur art. C’est au bout de quelques minutes que Blackburn commença à perdre petit à petit du terrain, ses muscles lui faisaient un mal de chien, à force d’encaisser incessante les attaques. Il était évident, qu’il devait rapidement changer son approche sous peine de se faire fracassait en deux, les techniques traditionnelles étaient inopérantes jusqu’ici. Réfléchissant à une issue, il trouva comme seule échappatoire, une technique des plus lâche. À la grande surprise de ce dernier, il se colla à son adversaire, l’empêchant d’utiliser ses poings, et lui agrippa violemment son oreille à l’aide de ses dents. Certes, ce n’était pas très gentleman, ni très propres, mais à l’heure actuelle, son unique but était de sauver ses fesses. L’asperge lâcha un cri d’effroi avant de le repousser avec la plus grande des peines, permettant ainsi à James d’avoir le champ libre pour placer enfin une attaque. Il tenta le tout pour le tout en visant son estomac, avec un peu de réussite il pourrait lui transperçait le ventre, mais son antagoniste parvient au tout dernier moment à placer son gant sur la trajectoire de la lame. Cette dernière ripât, et au lieu de venir se planter dans le corps, elle ouvrit une partie du flanc de la cible.

*Comment a-t-il pu esquiver ?… *

Scar se jeta en arrière pour creuser l’écart, il était devenu furieux de s’être fait berner de la sorte. Son beau costume était éventré, laissant apparaitre une plaie béante. Quelque chose changea aussi dans son regard, il ne semblait plus vouloir s’amuser avec son rival, il voulait en finir maintenant. James pensa au début pouvoir profiter de la blessure de son adversaire pour prendre l’ascendant, mais la réalité fût tout autre, ce dernier était entré dans une sorte de transe. Sautant comme un fauve sur sa proie, il déversa un torrent de coups sur sa cible, obligeant cette dernière à reculer encore et encore.

* Je ne vais pas pouvoir résister bien longtemps... *

, il tenta de manière très maladroite de se sortir de ce guêpier, commettant au passage une terrible erreur dans sa précipitation, l’espace d’un instant, il avait baissé sa garde. Son adversaire n’en attendait pas tant, et lui décocha un coup d’une puissance phénoménale dans l’abdomen, forçant ce dernier à se plier en deux à cause de la douleur, il ne parvenait plus à reprendre son souffle.

* Merde… Je suis foutu*.

Il savait à présent que son sort était joué, Scar profita de sa supériorité pour venir écraser son poing dans le visage du blondinet. L’impact était tel, que James eut la terrible sensation, que sa mâchoire venait de se séparer du reste de son corps. Il s’écrasa de tout son poids à plusieurs mètres, totalement inconscient il n’avait plu aucun moyen de se défendre
https://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttps://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
Mochi
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Mer 14 Déc 2016 - 15:12

Mochi traversa le petit port situé devant le bar en apnée. Il émergea de l'autre côté et se cacha derrière de grosses caisses en bois qui venaient probablement d'être déposées par un navire marchand. A sa droite commençait une petite rue aux multiples embranchements. Tout droit, en face de lui, il n'y avait qu'une seule issue, un quai, partant également sur la droite et qui longeait probablement la ville jusqu'au port et à la rue principale par lesquels il était arrivé.

Ce combat l'avait bien fatigué. S'il n'avait pas duré très longtemps, il avait été intense. S'il était supérieur à son adversaire, sa victoire précipitée était surtout dû à l'impatience du bonhomme. Il reprit tranquillement ses esprits et sortit un paquet de cigarette de sa blouse. Plus qu'une. La dèche. Il attrapa cette cigarette du bout des lèvres et posa délicatement le paquet sur le sol à côté de lui. D'une autre poche, il sortit des allumettes et alluma sa clope avant de la jeter dans l'eau. A peine eut-il le temps de tirer une bouffée qu'un petit groupe de 6 Marines arriva par sa droite

- Vous avez une bonne vue soldat, il est là !!! Attrappez-le !!

Le toubib prit sa cig dans sa main et, d'un claquement de doigts, la lança sur le crâne du Marine le plus proche. Il avait visé juste, pile entre les deux yeux et du bon côté de sa cigarette. Il était brulé. Une blessure dérisoire, mais, qui lui permit de faire diversion l'espace d'un instant. Car aussitôt sa cible touchée, il se mit à courir. Tout droit, puis il emprunta le petit quai sur la droite. C'était un quai étroit et extrêmement long. Si long que Mochi n'en voyait pas la fin. Tout le long était entreposé tout un tas de caisses et autre tonneaux, rendant la circulation d'autant plus difficile. Une aubaine pour le toubib qui se faisait courser par les 5 Marines restant.

Durant sa course, le binoclard s'amusait à faire tomber les caisses ou à faire rouler les tonneaux en direction de ses poursuivants. Après quelques minutes de course il s'immobilisa et se retourna.

- Ahaha !!! On te tient !!! Allez les gars, on le bousille !

Personne ne répondit à ses encouragements et pour cause, il était seul. Mochi était parvenu à semer tous les autres soldats. Ce petit spectacle fit sourire le toubib. Quand le Marine l'eut remarqué, il se retourna, apercevant qu'il était seul, il se mit à trembler et à suer.

- Je ... Je ... je ne suis qu'un so ... ldat, UN SOLDAT ! Mais je ne fuirais pas devant l'ennemi !!!

Le brave brandit son sabre et fonça sur Mochi qui esquiva le coup et le fit trébucher d'un croche-patte avant de reprendre sa course. Il n'était, certes, plus suivi, mais il n'avait pas de temps à perdre. D'autres pourraient vite rappliquer, en nombre, ou bien finirait-il par tomber sur un Marine plus fort que lui. Il lui fallait retrouver le port au plus vite et déguerpir d'ici. En esperant qu'il puisse dénicher quelque chose. N'importe quoi. Même un radeau de sauvetage ferait l'affaire.

Cet interminable quai finissait enfin. Il arrivait sur une petite place bien plus large au bout de laquelle se trouvait le port principal par lequel il était arrivé. Reprenant son calme, il se mit à marcher paisiblement. Il n'y avait personne derrière lui.

Les rues avaient été déserté. Il y avait encore quelques chalands aux abords des magasins, mais la rue n'était plus aussi bondée que tantôt. Il allait arriver sur les plateformes du port quand il entendit du grabuge en provenance d'une rue toute proche.

- Putain… Tu te fous de ma gueule ? 

C'était la voix du gars qui avait abandonné Mochi face au chauve. Il était là, finalement il n'avait pas réussi à fuir les ennuis. Le toubib fit quelques pas et arriva à l'angle d'une rue, d'où il put voir ce qui se tramait. Il s'agissait vraisemblablement d'un combat. Le gars du bar, contre un autre à la face toute peinte, façon groupe de Hard rock à l'ancienne. Ce gars là, se battait avec des gants serties d'énorme diamants. Se devait être le fameux "Scar, Rockeur de diamant". Soudain ce surnom lui semblait assez nul.

Mochi décida de regarder le combat. Il ne se cacha même pas, faut dire tout le monde était absorbé par l'escarmouche. La bataille semblait assez égale au début, mais le rockeur pris peu à peu l'avantage sur son adversaire. Mochi crut à un véritablement retournement de situation lorsque le sabreur trancha le musicos. Il n'en était rien. Et finalement il dût subir une pluie de coups de la part de son adversaire.

Le toubib aurait pu intervenir. Mais il n'en avait pas vraiment envie. S'il n'intervenait pas, ce n'était pas par rancune. Simplement qu'il comprenait le sentiment du gars. Parfois, faut savoir s'éclipser en douce.

Alors qu'il était perdu dans ses pensées, James se prit un sale coups en pleine face. Il ne bougeait plus. Scar avançait d'un pas lent mais ferme sur son adversaire. Alors qu'il arriva devant son corps il se prépara à en finir avec lui.

- Atchoooooouuuum !!!!

Le doc avait pris un coup de froid. Malgré sa course il était encore trempé, et ce petit vent ambiant n'arrangeait rien.

- Oups

- Le scientifique binoclard ...


Scar se mit à rire aux éclats, puis, en quelques secondes il se calma. Il n'ajouta rien et, la seconde suivante, il était devant Mochi, tentant de lui assener un coup de diamant dans la face. Le toubib eut à peine le temps de réagir et croisa ses bras devant sa tête en guise de protection. Mais l'impact avait été violent et malgré sa tentative de protection, il fut propulsé contre le mur.

- C'est contre toi que Joz s'est battu ?!

- Ou .. ouais ...

- Il est où ?


Il était mal en point quand il l'avait quitté, mais il n'était certainement pas mort. En revanche, il est fort probable que la Marine ait mis le grapin dessus.

- Il joue un morceau avec Soul King quelques part en enfer !

- Toi ? Tu l'aurais vaincu ?!

Scar était vraisemblablement surpris. Le doc' décida d'en profiter pour riposter. Il parvint à chopper 4 aiguilles d'acupuncture dans sa blouse et les lança sur le musicien. Une entre les deux yeux, une sur la glotte, une au plexus, une dans les parties génitales. Leurs trajectoires étaient parfaites. Mais trop lentes, Scar avait déjà esquivé en sautillant sur la droite. Le toubib enchaîna aussi sec en frappant sur sa blessure déjà ouverte. Il ne frappa pas avec le poing, mais en liant ses doigts. Il parvînt ainsi à pénétrer dans la blessure de Scar agrandissant ainsi la blessure et l'enfonçant d'autant.

Le guitariste recula d'un pas. Le coup avait fait son effet, un filet de sang coula sur son menton. Mais c'était loin d'être suffisant, du revers de la main, il frappa Mochi au visage, le propulsant sur l'autre mur. Le toubib parvînt à amortir le choc en utilisant son épaule. La collision avec le mur n'était pas le pire. Le pire c'était le coup qu'il s'était pris dans la face. Un coup de diamant comme celui là, couplé à la force du gars, ça fait mal.

- Vous m'avez soûlé tous les deux ! Je vais vous buter !
https://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttps://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
James W. Blackburn
James W. Blackburn

♦ Localisation : En galère sur les Blues
♦ Équipage : Je suis le seul maître à bord !

Feuille de personnage
Dorikis: 2460
Popularité: -128
Intégrité: -94

Mer 14 Déc 2016 - 17:25

*Où suis-je ?*

James ouvrait avec difficultés ses yeux, la première chose qu’il aperçut était le ciel bleu, qu’est ce qu’il foutait dans cette position ? Il était là, étalé de tout son long sur le dos, le jeune homme porta machinalement sa main sur sa mâchoire, il était rassuré de sentir sa présence du bout de ses doigts. Il n’avait pas la force ni la motivation pour se relever, la seule chose qu’il pouvait faire, admirait les nuages qui passaient devant ses yeux. Blackburn essayait dans le même temps de remettre de l’ordre dans sa tête. Petit à petit, la mémoire refaisait surface, la taverne, le combat avec les pirates, et surtout son duel face à Scar.

*Ah oui. Scar les machins de diamant, sacré cogneur celui-là.*

Cependant, il ne parvenait pas à se souvenir de la fin de leur duel, il était persuadé de l’avoir touché grièvement, mais après ? Ah oui. Il reçut un terrible coup de poing et la suite était plongée dans le noir.. Il toucha son estomac encore douloureux, le puzzle prenait enfin forme.

« Bordel ! Oui Scar, il est où ?! »

Se relevant brusquement, il se souvenait d’avoir été en plein combat contre ce type avant de tomber inconscient. Malheur lui prit de se relever aussi vite, il s’écroula une nouvelle fois la tête la première sur le sol, il fallait laisser son corps regagner son énergie avant de faire de telles folies. Au loin lui arriva l’écho de ce qui semblait être un combat en cours, surement la marine qui avait enfin débarqué en nombre pour stopper ce type.
James procéda cette fois-ci autrement pour se relever, d’abord en se roulant sur le côté, puis se mettant à genoux, il ne fallait surtout pas brusquer sa pauvre tête encore sous le choc. Quelques instants plus tard, il était enfin sur ses deux jambes, certes un peu chancelant, mais il parvenait tout de même à marcher pour se diriger vers l’épicentre de la bataille. Ramassant au passage son arme, il découvrit qu’une foule avait fait son apparition, formant un cercle autour du combat, il la remonta jouant des coudes, les gens étaient pour le moins surpris de le voir encore en vie. Il devint le centre d’attention de nombreux badauds.

« Après un tel coup, un type normal devrait être mort ! »

« Hey garçon, tu as eu de la chance de t’en sortir, fuie pendant que tu le peux encore ! »

« Allez mon gars, met lui une dérouiller »

Une fois au premier rang, il fût surpris de voir que ce n’était pas la marine qui se battait, mais le mystérieux doc, il était donc arrivé là, lui aussi ?

*Ce type en intervenant m’a surement sauvé la mise*

Le jeune homme était pour le moment incapable de lui venir en aide, il devait encore récupérer avant de pouvoir se plonger de nouveau dans la bataille, les blessures étaient encore bien douloureuses. Mais à première vue, le doc s’en sortait plutôt bien, il venait d’ouvrir davantage la blessure causée par la rapière, c’était un point important. Mais comme il fallait s’y attendre, le rockeur ne s’avoua pas vaincu pour autant, il riposta et expulsa le doc contre le mur. La foule lâcha un cri de stupeur, le choc avait dû être terrible pour ce pauvre scientifique.

*Ouch, je sais ce que cela fait....*

« Vous m’avez soûlé tous les deux ! Je vais vous buter ! »

James profitât, que son adversaire lui tourne le dos, observant la chute du pauvre doc, pour lancer une attaque en traître dans le dos, l’heure n’était plus aux formalités ni aux pirouettes de bienveillance. Dans son état, le jeune homme n’avait de toute façon que peu de chance de triompher d’un tel adversaire. Il se déplaça avec difficulté jusqu’à sa cible pour l’embrocher comme un cochon, mais il n’avait plus la même vigueur, l’asperge se retourna et attrapa entre ses mains la lame.

« Tiens te revoilà toi... »

Il lui était impossible de libérer sa lame, même en tirant de toutes ses forces, le sang goutait entre les doigts du capitaine, pourtant, il ne lâchait pas prise, sa rapière était condamnée.

« Et maintenant, tu vas faire quoi morveux ? Ahaha »

Le jeune homme était en effet dans une sacrée mouise, pour ne pas dire un autre mot, que pouvait-il bien faire sans son arme ? Il tenta le tout pour le tout, en sautant au visage de son rival pour lui flanquer un magistral coup de boule en plein nez. Son adversaire accusa le choc et recula de quelques pas, libérant au passage l’arme, mais Blackburn n’avait plus le temps ni l’énergie de la ramasser, il flanqua un coup de poing dans la plaie béante de son adversaire, puis un autre dans le bas ventre. Il utilisa ses dernières forces à marteler le corps de son rival pour le faire flancher. Malgré sa résistance hors du commun, Scar avait tout même reçu une terrible blessure, fortement aggravée par l’intervention du doc. Il était à deux de doigts de s’écroulait, mais sa détermination était intacte, il intercepta le poing du jeune pirate dans sa main et prépara la riposte en décrochant une patate dont lui seul avait le secret en plein dans la face de son antagoniste. Une fois encore, le pauvre James se retrouva catapulté en dehors du champ de bataille, et s’écrasa non loin de Mochi.

« Aaargh... c’est... c’est... à... ton... tour... le... doc... c’est... du... tout... cuit ! »

James W Blackburn était officiellement KO !

https://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttps://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
Mochi
Mochi

♦ Localisation : Reverse Mountain
♦ Équipage : Équipage du Tyran

Feuille de personnage
Dorikis: 3463
Popularité: -156
Intégrité: -110

Jeu 15 Déc 2016 - 1:14

Le coup qu'il venait de se prendre avait sacrément secoué le toubib. Sa tête tournoyait et il y voyait encore flou. Visiblement James s'était relevé et frappait le rockeur. Il avait l'air de bien s'en sortir. Mochi commençait à reprendre ses esprits quand soudain.

Boum !!!

En grand fracas, le corps du blond s'étala tout près de lui.

- Aaargh... c’est... c’est... à... ton... tour... le... doc... c’est... du... tout... cuit !


Et, en effet, en y regardant de plus près Scar tremblait. Il essayait de la masquer en affichant un large sourire qui lui donnait l'air d'être sûr de lui, mais il n'était plus aussi serein qu'au début du combat.
Avec sa manche, le doc essuya le sang qu'il avait sur le visage. Son sang. Sa main droite, elle, était toujours imbibé du sang de son ennemi. Cette fois le combat devrait être un peu plus équilibré. Si Scar était plus fort, il était bien plus amoché. Il avait peut être sa chance. Et il devait remercier blondin pour ça.

- Alors ? C'est ta chance bleusaille.

Mochi vînt se positionner en face de Scar. Un mètre à peine les séparaient. Tous d'eux se mirent en position de combat. Un rayon de soleil se glissa dans la sombre ruelle et vînt illuminer les diamants de son adversaire. Comme s'il avait attendu cet instant précis, son poing droit s'élança en direction de la tête du binoclard. Ce dernier se déplaça légèrement sur sa droite, bloqua le coup et frappa la glotte de son adversaire. Son allonge n'avait pas été suffisante. A quelques centimètres près il était mort. Mais pour le coup, les dégâts étaient plutôt superficiels. D'ailleurs, il ne fallut qu'un instant pour que le bougre réplique en donnant un coup de pied dans la hanche du toubib, qui, sous le choc, recula de 3 pas.

Le coup était fort, suffisamment pour lui faire cracher son sang. Mais c'était moins puissant qu'avant. Et puis, il était plus lent aussi.

Une nouvelle attaque arriva. Pris de cours, Mochi ne vit que les gros diamants de Scar s'avancer en avant première dans ses lunettes, qui par miracle étaient toujours intacts. Avec ses deux mains il agrippa l'avant bras du rockeur. Il le fit avec suffisamment de fermeté pour ne pas prendre le poing dans la face.

C'était au tour du toubib de riposter, aussi, pivota t-il sur lui même et envoya un coup de pied dans le plexus de son adversaire qui le fit valdinguer contre le mur. Pour la première fois, c'était lui qui se prenait le mur.

Le toubib mit machinalement la main dans sa blouse, là où ses clopes étaient habituellement rangées. Mais il n'y avait plus rien. Il se mit à palper d'autres poches. Rien. Scar revînt à l'attaque, tentant de frapper Mochi au visage, mais il esquiva. Dans la foulée, il se prit un coup de pied du rockeur qui le propulsa en le faisant tournoyer. Il parvînt à s'immobiliser en posant ses mains au sol et bloqua ses pieds contre le mur. Empêchant ainsi de s'éclater la face contre celui-ci. Même s'il ne s'était pas pris le mur de plein fouet, il avait été bien touché. Plus que jamais, il sentait la douleur l'envahir. C'était l'accumulation de toutes ces attaques qui l'avait mis dans cet état. Car, il le sentait, les attaques de Scar étaient dérisoires comparées aux premières.

Prenant une position qui lui donnait des airs de félins, il prit une grande impulsion en utilisant le mur et s'élança sur son adversaire comme une fusée.

Bim !

Touché ! En plein ventre. Il avait mis tout ce qui lui restait dans ce coup. L'impact avait été d'une telle violence qu'il souffla le rockeur qui s'encastra dans le mur. Mochi, lui, s'écrasa sur le sol. Seule sa tête restait encore surélevée. Dans le seul et unique but de voir son adversaire. Ce qui, au fond, lui semblait bien inutile. Car s'il avait encore du jus c'était foutu. Le toubib était au fond du faitout. C'est avec beaucoup de difficultés qu'il parvînt à se relever et encore il ne se releva qu'un instant et retomba aussitôt sur le cul.

Au même instant, le guitariste se releva. Il fit quelques pas vers Mochi. Le toubib était persuadé que c'était la fin. Il allait l'éclater dans une dernière attaque et il ne pourrait pas riposter, il ne pourrait même pas se défendre.

Mais il s'aperçut très vite que son adversaire était KO lui aussi. Son regard était vide, comme s'il n'avait à faire qu'à une coquille sans âme. La blessure qui avait été ouverte à la hanche par James et qui avait été aggravé à deux reprises, avait encore été élargie par le coup de tête qui pour sur avait dû tirer un max sur les tissus de sa peau. Il avait perdu énormément de sang.

Finalement, le corps du rockeur s'écroula dans un grand Boum final. Quelques secondes après, le doc' lui emboita le pas. Il aperçut alors James qui était toujours derrière lui, contre le mur. C'est grâce à lui qu'il avait pu battre Scar. Sans lui il serait mort. Il ne pouvait être que reconnaissant, mais ça, il ne pouvait le dire tout haut.

- Du tout cuit ? Mon cul oui ...

La seule chose qu'il voulait maintenant, c'était une clope. Mais il ne l'aurait pas. Il était si épuisé, que sans se soucier du monde autour de lui, il tomba dans les pommes.
https://www.onepiece-requiem.net/t18939-mochihttps://www.onepiece-requiem.net/t18953-fiche-de-mochi
James W. Blackburn
James W. Blackburn

♦ Localisation : En galère sur les Blues
♦ Équipage : Je suis le seul maître à bord !

Feuille de personnage
Dorikis: 2460
Popularité: -128
Intégrité: -94

Jeu 15 Déc 2016 - 9:37

« Tu crois qu’il est mort ?»


James était toujours dans les limbes, après avoir reçus deux raclées successives qu’il venait de prendre pas étonnant, un type normal aurait sans douter trépasser depuis longtemps. Il avait l’impression d’avoir une une armée de cloches dans sa tête, toutes tintaient joyeusement, un véritable mariage là-dedans !

«Mais puisque je te dis qu’il est mort, personne ne peut survivre à un coup comme celui-ci »

Il était encore loin le Nouveau Monde, pourtant, il se prenait déjà des corrections magistrales, cela n’augurer rien de bon pour la suite de l’aventure. Mais bon il était encore en vie, c’était l’essentiel, le doc avait certainement dû avoir raison du Rockeur... Tiens en parlant du doc, il pourrait le remettre facilement sur pied, après tout c’était son taffe. Le jeune homme commençait petit à petit à retrouver des sensations à travers son corps meurtri de toute part, à priori, tout semblait à sa place.

 «  C’est dommage de mourir aussi jeune ! »

Les voix semblaient se rapprocher petit à petit, c’était le signe qu’il reprenait doucement connaissance, il n’avait pas bougé d’un pouce depuis son atterrissage forcé. Il se concentra pour remuer un doigt, puis un autre.

« Je viens de le voir bouger ! »

« Impossible, tu as dû rêver ! »

*Ils commencent à me taper sur le système les deux gus *

Petit à petit, il retrouvait entièrement le contrôle de son corps, comme une vielle machine encrasser ce dernier se remis en route. Il ressentait ses membres couverts d’ecchymoses, sa mâchoire enflée, sa bouche était pleine de sang, il était certes vivant, mais dans un piteux état. Il sentit un objet venir se presser contre son bas ventre à plusieurs reprises, c’était très désagréable. James tenta de repousser cet objet, mais il se sentait trop faible encore pour déplacer son bras. Optant plutôt pour la parole, il tenta de parler, mais à la place des mots, ce fut un torrent de sang qui jaillit.

« Ahhhhhhh...!!!!!! »

*Bordel, je ne suis pas au top.*

Ouvrant les yeux, ses derniers mirent plusieurs secondes à s’habituer à la lumière, plus l’image devint de plus en plus nette. Une foule de curieux était massée devant eux, un des types les plus avancés tenait dans sa main un bâton, l’arme du méfait ! Ils semblaient pour le moins horrifié de le savoir encore en vie, à croire qu’ils espéraient tous qu’il soit passé de vie à trépas.

« Mhmm... Fe. Fuis... fen. Fie... et... Fe... fous... efferde ! »

James était incapable de parler normalement, il avait la mâchoire en vrac, c’était comme devoir parler avec une patate chaude dans la bouche, un véritable calvaire ! En plus de ça, il saignait avec abondance de la bouche, cela n’arrangeait en rien sa situation. Dans son état, le moindre troufion de la marine n’aurait aucun mal à l’embarquer.

« Hein, qu’est ce qu’il raconte ? Articule ! On ne comprend rien ! »

*... Je vais me le faire... *

Il entreprit dans un effort sans pareil de se relever... D’abord à quatre pattes, ensuite à genoux, il était furieux que personne ne lui vienne en aide.

« Furtout, ne fenez fas maifez !! »

« Tu as compris quelque chose toi ? »

*...*

Un enfant se porta finalement à ce secours, l’aidant à se redresser et lui servant d’appui. Sa tête tournait, il était incapable de pouvoir fixer un point. Un autre badaud lui amena sa rapière, du moins ce qu’il en restait, l’arme ressemblait à son propriétaire, elle était hors d’usage. Il resta quelques minutes ainsi avant de pouvoir se mouvoir seul. Sa première action était de se diriger vers le doc, il semblait sacrément sonner lui aussi, son intervention lui avait probablement sauvé la vie, de ce fait il se refusait à le laisser là.

« Et lui tu crois qu’il est mort ? »

Toujours ce même gars, Blakcburn, n’en pouvait plus de cet énergumène, il aurait bien aimé lui foutre une correction, mais à cet instant, même un mioche aurait eu raison de lui. Alors, qu’il s’approcha de lui pour lui faire comprendre son raz le-bol, une nouvelle gerbe de sang lui monta en bouche. Il ne se priva pas, et cibla l’homme, vomissant une gerbe de sang sur les vêtements de ce dernier. Le type ne demanda pas son reste et quitta les lieux en hurlant son dégoût et sa rage.


*haha. Je pense qu’il a compris... holà, la tête, tourne beaucoup trop.*

Bon, il devait d’une manière ou d’une autre embarquer le doc avec lui, tant pis pour la méthode. Il empoigna les jambes du scientifique, et le traîna sur les quais avec grandes difficultés, il manqua plus d’une fois de tomber à la renverse. Passant à côté du corps inerte de Scar, ce dernier ne semblait pas pouvoir revenir à lui avant un bon moment, tant mieux, la simple pensée de devoir affronter de nouveau ce type lui foutait des frissons monstres. La tentation de l’achever maintenant était plus que tentante, mais cela rimerais à quoi de faire ça ? Ici devant des gamins, et puis il avait d’autres priorités, les autorités locales se chargeaient du guitariste, c’était la potence qui l’attendait. Continuant de cirer les quais avec le corps de son compagnon de fortune, le jeune homme s’arrêta devant un homme qui semblait bien être un capitaine de profession.

« Fous parfez fientôt ? »

« Ah, c’est vous les deux cinglés qui se battaient contre Scar ? Oui, je pars dans la demi-heure, mais vous avez de quoi payer ? »

*Merde... Pas un sou n’en poche, et le doc semblait lui aussi à sec... *

« Fattendez-là je refiens ! »

Laissant le doc aux bons soins du capitaine, James décida de faire demi-tour pour se trainer jusqu’au corps de Scar. la foule ne semblait pas encore assez courageuse pour s’approcher du pirate inconscient pour le dépouiller, tant mieux, car c’était bien ce que comptait faire le jeune homme. Après avoir détaché les gants en diamant, il retourna avec autant de difficultés auprès du capitaine, ces trucs valaient une véritable petite fortune, un seul diamant devrait largement suffire à payer la traversée pour deux passagers. L’homme avait les yeux qui brillaient à la simple vue des diamants, mais James lui remit qu’un seul, ce dernier fit une moue terrible, mais c’était déjà plus qu’il n’en fallait pour payer le voyage. Le reste des diamants, il les partagea en part égale entre lui et son compère.

Une fois à bord, Blackburn se délesta de son colis pour le moins encombrant sur le ponton. La journée touchait bientôt à sa fin, il faisait encore bon dehors, la brise légère lui faisait le plus grand bien, c’est ainsi qu’il sombra petit à petit dans un sommeil amplement mérité.



https://www.onepiece-requiem.net/t18966-james-w-blackburnhttps://www.onepiece-requiem.net/t18979-ft-de-james-w-blackburn
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1