AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le deal à ne pas rater :
LEGO® Ideas 21320 – Les fossiles de dinosaures
49.99 €
Voir le deal

Avant que ne passe la cour des comptes

Derrick Oletto
Derrick Oletto
••• Agent de catégorie II •••

♦ Localisation : Ici et là
♦ Équipage : :roll:

Feuille de personnage
Dorikis: 3485
Popularité: -137
Intégrité: 107

Jeu 26 Jan 2017 - 16:50

C'est qu'y me convoquerait presque ce con. Après cette saine lecture, je craque une allumette, crame la missive que le coursier m'a apporté et j'oublie pas de payer grassement ce dernier. Toujours être généreux avec le petit personnel, c'est la garantie d'être servi rapidement.

Débarrassé de mon postier qu'est sorti presque en sautillant quand je lui ai glissé cinq mille berries de pourliche, voilà que je me tourne vers la fenêtre pour regarder la ville de Chom. D'ici à ce que le bureau me file une nouvelle affectation, je comptais rester dans ma piaule pour me reposer un peu. Une chambre, et trois repas par jour, j'en demande pas plus, surtout avec une vue pareille.

Seulement, y'a fallu que ce crevard de Mérose m'envoie cette putain de lettre. C'est que j'avais oublié jusqu'à son existence à ce con. On a un peu traîné nos guêtres ensemble quand j'étais dans la marine d'élite. C'est qu'en ce temps, on n'a jamais trop causé tous les deux, pas que je l'aimais pas, mais faut croire qu'on n'avait pas d'atomes crochus.
Et voilà que ce type m'écrit comme si on était des amis de vingt ans. Des points d'exclamation à la fin de la moitié des phrases, de l'entrain, c'est limite s'il m'a pas pondu un ou deux alexandrins. Et tout ça, pour me demander de rappliquer au Q.G de la trois-cent seizième division. Paraît qu'il est lieutenant là-bas. L'a dû lécher les culs qu'y fallait pour mériter tant de considération.

La lettre finit par se consumer entièrement dans la corbeille où je l'ai déposée, j'ouvre la fenêtre histoire que ça soit respirable en dedans. Que ce soit un ordre de mission ou un mot doux, je crame systématiquement, on n'est jamais trop prudent.
D'autant plus que cette connerie de missive tenait un double discours. Ma vue baisse, mais c'est pas ça qui m'empêche de lire entre les lignes, Mérose m'a pas invité pour boire le thé et parler du bon vieux temps, ça, je l'ai bien compris.
Je sais pas qui lui a dit que j'étais sur l'île, mais à part fouiller dans les dossier qu'y faut pas, je vois mal comment l'a pu apprendre que j'étais dans les parages. Si son excellence le lieutenant Méroze met son nez dans des dossier confidentiels relatifs au CP, c'est qu'y a quelque chose de mauvais qui se trame.

C'est à se demander si je devrais pas l'envoyer chier. Après tout, je suis pas son subalterne.
Mais en même temps... au milieu des relents putrides de son verbe étalé sur toute cette connerie de lettre, j'ai quand même humé l'odeur du pognon. C'est le flair, ça trompe pas, y'a une histoire de grisbi derrière cette invitation.
Je ferme la fenêtre et quitte ma chambre. Évidemment, je manque pas de mettre un bout de papier coincé dans l'interstice de la porte histoire de savoir en rentrant si j'ai pas eu des fouineurs par chez moi. À priori, y'a aucun risque, mais c'est le genre de déformation professionnelle qui sauve la vie, donc je vais pas m'en passer.

- S'cusez-moi m'dame, le Q.G d'la marine, c'par où s'vous-plaît ?



***



- Deeeeeeeerrick ! Je m'attendais pas à te voir si tôt. Entre ! Entre ! C'est un peu le bazar sur mon bureau, mais qu'est-ce que tu veux, l'administration est plus salissant que la marine d'élite, sauf qu'on disperse les dossiers à la place des entrailles hahaha ! Comment que c'est à part ça ?

Merde, j'ai beau essayer me souvenir, je me rappelais pas qu'il était aussi causant le Mérose. C'est les galons ça, ça rend confiant. C'est vrai qu'il a l'air d'avoir la confiance, y pousse le vice jusqu'à le tapoter le bras avec une condescendance que je lui connaissais pas. Je serais un peu soupe au lait que je l'aurais déjà balancé par la fenêtre.
Quelle dégaine de faux cul vraiment. Uniforme bien repassé, petites lunettes avec monture en or, y'a pas à dire, le travail de gradé administratif ça stérilise mieux son homme qu'un sécateur, j'ai vraiment l'impression d'avoir affaire à un eunuque.

- Ouais ouais héhé, qu'veux-tu, un c'marade m'appelle à l'rescousse, j'rapplique.

On se serre la main, y m'invite à m'asseoir, puis y ricane parce que mon gros cul peut pas s'encastrer entre les barreaux de la chaise. Hilarant putain, si l'avait pas été lieutenant l'aurait pu faire clown. Ou cadavre. Ouais, je le verrais bien en cadavre le camarade Mérose. Deux minutes que je l'ai en face et y me les brise déjà.

- Alors comme ça j'ai entendu dire que t'étais allé voir du côté du Cipher Pol. CP2 même hein ? Impressionnant !

Y perd pas son temps celui-là. Y sait très bien que l'affectation des agents du Cipher Pol est censée être confidentielle et y me parle de ça comme si j'étais devenu pêcheur de colin. Je pensais qu'y m'offrirait un café avant de mettre ça sur la table, mais non, d'emblée. Je me contente d'opiner du chef sans rien ajouter. Et là, je le sens enfin nerveux. Regard fuyant, mains croisées sur son bureau légèrement agitées, lui, il a le comportement d'un type qui a fait une connerie.

- T'es doué pour trouver des fonds pour le G.M, c'est ça ?

- C'est c'mme qui dirait mon boulot ouais.

Allez, crache le morceau. T'as détourné des fonds c'est ça ? Je sens que le vice se monte à plusieurs millions.

- Je dois admettre qu'en t'invitant ici, j'avais une arrière pensée...

- Oh ?

Parce qu'y s'imagine peut-être que qui que ce soit aurait pu croire qu'un bâtard de lieutenant en papier mâché invite un ancien collègue par altruisme ? Y me fait perdre mon temps celui-là alors. Et toujours pas de café sur le bureau. C'est encore ça le plus impardonnable dans l'affaire.

- C'est à propos de la garnison. L'heure est grave.

Ça j'aime. Un gradé, quand ses hommes réussissent une opération, y trouve moyen de s'attribuer les mérites, à lui et à lui seul. J'ai connu ça en bossant pour la mouette d'élite. En revanche, dès que ça commence à être la mouise, il s'agit de "la garnison" toute entière qui est concernée. Privatiser les succès et collectiviser les emmerdes, c'est encore ce qu'un lieutenant comme lui est capable de faire de mieux.

- Tu vois... Y'a eu un souci de gestion...

Nous y voilà. Le fameux souci de gestion. C'est dur de contenir un sourire quand j'entends ça, d'ailleurs je me retiens pas, je souris à pleines dents. C'est limite si je me marre pas en fait. T'embête pas mon pauvre Mérose, je le connais ton souci de gestion. On t'a laissé en charge de la comptabilité, et puis t'as fait quelques dépenses malheureuses, et on veut pas trop que ça se sache en hauts lieux.

- C'est à cause d'une grosse opération anti-flibuste d'il y a trois mois, on a eu les yeux plus gros que le ventre, et résultat... On n'a plus les fonds pour boucler l'année fiscale avant que le G.M ne nous renfloue.

- Et t't'es dit, "l'gros Derrick va n'ttoyer mes conn'ries". C'ça ?

C'est qu'il a presque sursauté quand j'ai pris la parole, il a pas la conscience tranquille celui-là. Enfin là, y sait que son blabla je m'en fous et que j'y crois pas un instant à ses histoires anti-flibuste. Assis derrière son bureau, je me demande ça fait combien de temps qu'il a pas vu un pirate. Est-ce qui se souvient seulement à quoi ça ressemble ?

- Non ! Non ! Je suis pas comme ça. C'est juste que... je me suis dit... en souvenir du bon vieux temps, tu pourrais me rendre un service.

Le bon vieux temps c'était celui où on te laissait pas en charge de la comptabilité mon petit père. Va savoir si je suis nostalgique, mais même si je trouve qu'une loque pareille fait pitié à voir, j'arrive pas à m'ôter de la tête que ça a été un camarade. Ensemble on en a bouté du justicier autoproclamé et autres écumeurs à la manque. J'en reviens pas que je m'apprête à dire ce que je vais dire.

- Y'a p't'êt' moyen qu'j'arrange un truc en vitesse. D'quoi alimenter l'engrenage avant qu'ta hiérarchie sache qu'tu confonds l'z'additions et l'soustractions.

Et voilà que je vais me donner du mal pour ce con. Faudrait pas être sentimental, ça je vous le dit. Ah, enfin le café qu'est servi, pas trop tôt. Là-dessus, on discute de mes honoraires. Je veux bien être nostalgique, mais moyennant finances. Faut pas déconner non plus.
Puisqu'il a pas les moyens de faire le difficiles, il accepte toutes mes conditions une fois que je lui ai exposé mon plan. Rien de bien compliqué, juste de la magouille de bas étage pour transiter les fonds d'une garnison à l'autre. C'est même si peu compliqué que c'est presque légal.

On se quitte sur ces malversations après qu'il m'ait filé un dossier.
Ouais un dossier. Je lui ai demandé la liste des chasseurs de prime stationnés dans le coin. Y'a qu'un seul nom évidemment, sinon ça aurait été trop facile. Faudra que je fasse avec ce.... Noob ?


Dernière édition par Derrick Oletto le Mar 7 Fév 2017 - 11:33, édité 1 fois
https://www.onepiece-requiem.net/t19217-fiche-technique-derrick-o
Noob
Noob

♦ Localisation : Grand Line - Banaro

Feuille de personnage
Dorikis: 3246
Popularité: 114
Intégrité: 103

Sam 28 Jan 2017 - 14:49

Licence de chasseur de primes en poche, premier criminel chopper. Ses débuts en tant que chasseur de primes se passent très bien pour l’éternel fatigué. Avec son énergie toujours aussi débordante, il traine des pieds dans la cité de Karnutes et passe son temps dans la station thermale. Depuis que ce jeune homme est ici son corps va bien mieux, les démangeaisons liées à sa maladie de la peau sont moins nombreuses.

Puis les gens ici sont sympas, ils ne causent pas trop et c’est vraiment ce qu’apprécie Noob. Il peut rien faire paisiblement sans être dérangé, un bon passe-temps pour un fainéant. . Dans ces moments où il profite de la vie comme il l’entend, y’a ce chat qui arrête pas de miauler… Encore et encore, ça devient de plus en plus agaçant. Allonger dans un champ avec un morceau de paille dans le coin de la bouche, le dragon endormi qui a les yeux à moitié fermés mordille sa brindille d’agacement. Ses bras sont croisés derrière sa tête.
Pouf, le chat sort de nulle part et lui saute sur le visage.

<< Mmmmm… >>

Dans un premier temps le chasseur de primes ne bouge pas et se dit que l’animal va finir par partir… Ah une belle erreur, le félin bouge difficilement et dégringole du visage pour tomber sur le torse de l’humain. Noob finit par saisir l’animal d’une main et le soulève. Un chat maigrichon qui n’a que la peau sur les os… Etrange, vraiment étrange surtout que les gens sont assez sympas dans le coin. De toute façon ce n’est pas son problème alors il s’apprête à le balancer très loin…
Le chat lui mordille un doigt ce qui stop un instant le fainéant qui a son regard plonger dans celui du félin.

<< Mm… Tu m’ressembles… Tu as le même regard que le miens… La même couleur d’yeux… Tu serais pas ma réincarnation version chat ? >>

<< Miaou . >>
<< T'es aussi fatigué que j'en ai l'air. >>

Les deux se mettent à bailler sous le soleil tandis qu’un nuage de plusieurs centaines de kilos vient faire de l’ombre… Un peu trop proche pour un nuage et pas très beau à regarder. Les hommes se dévisagent pendant quelques secondes jusqu’à ce que le dialogue commence.

<< Pousse toi tu m’fais d’l’ombre … >>

La première impression est importante et avec sa tête d’endormi ainsi que son chat dans les mains, faut dire qu’il n’a pas vraiment un aspect qui puisse terrifier un simple bédouin. On ajoute à cela le fait qu’il possède six katanas qui lui donnent un air superficiel, cela donne presque envie à l’obèse de changer de plan.

<< Goupeur qu’on m’appel ! J’suppose qu’t’es Noob ? >>
<< Ouais, t’as pas à bouffer pour le chat ? Entre tes bourrelets doit avoir des restes non ? … Boaf pas grave. Tu veux un truc ? >>

Le fainéant se relève et met le chat sur son épaule. Le félin est allongé et s’apprête à dormir tout comme celui qui vient de se décider de l’adopter. Actuellement le dragon endormi pense que celui qu’il vient de rencontrer et un paysan du coin. Goupeur se contrôle mais il a déjà envie d’en coller une à ce spécimen tout droit sorti d’un cartoon. Heureusement qu’il reste professionnel et sait faire des affaires avec n’importe qui.

<< P’tit, j’suis un chasseur d’prime moi… Toi aussi j’crois bien, alors j’te propose une alliance. Y’a un gus qui est primé à dix million dans l’coin. J’te dis l’est où et on l’choppe ensemble. On fait moit moit, alors qu’j’ai fait la plus grosse partie du job. >>
<< Mm.. Ok… Montre-moi tout ça. >>

Cela semble finalement facile pour Goupeur qui sort l’avis de recherche. Le jeune homme aux cheveux bleus n’est absolument pas méfiant.


Uite Baccara





<< Y rode autour d’la bijouterie. Facile… >>
<< Mm.. >>
<< Hep, t’vas où comme ça, j’ai d’ja monté un plan. >>
<< Faut que j’trouve à manger au chat avant qu’on parte bosser… >>
https://www.onepiece-requiem.net/t18093-le-dragon-endormi#203597https://www.onepiece-requiem.net/t18117-technique-de-noob
Page 1 sur 1