-53%
Le deal à ne pas rater :
[Lot de 6] MIXA BEBE Gel très doux 2-en-1 corps et cheveux – 750 ml
21 € 45 €
Voir le deal

Dépravation.


Voilà maintenant quelques jours que les Précieuses voguent à la dérive sur Grand Line. Je dispose enfin d'une île bien à moi. Les habitants de ma citadelle reconnaissent en moi une leader digne de gouverner sur les mers. Je suis sur la bonne pente pour devenir un jour Impératrice. Savoir que des centaines de gens sont prêts à me suivre où que j'aille est plutôt bon signe pour mes nombreux projets. De plus, des Capitaines pirates compétents font désormais partie des Ombres du Chaos. À présent, je dispose d'une flotte non négligeable, sans compter que je commande également une armée d'hommes et de femmes pleinement dévoués.

Les Précieuses sont en reconstruction. Il y a encore beaucoup à faire. De nombreux endroits sont recouverts d'échafaudages et des grues surmontent ça et là. Les habitants de mon île se souviendront toujours de la date d'Indépendance. J'ai d'ailleurs instauré dans le calendrier une fête nationale pour se remémorer de l'événement. D'ailleurs, sur la place centrale, quelques riches forbans ont commandité une œuvre d'art en mon honneur pour commémorer notre victoire. Une statue en bois précieux me représente en train d'écraser physiquement la Capitaine Togashi Tomoe qui symbolise le joug d'Armada. De plus, pour distinguer Edward Culliford, dit le "Terrible", un de mes alliés qui s'est illustré pour la protection des Précieuses, j'ai demandé qu'on renomme l'agora principale par son nom.

En face du Royal, l'hôtel de luxe de mon amant Eisenheim, se trouve un autre établissement similaire à l'abandon. L'ancien propriétaire n'est plus là puisque ce dernier a préféré vivre une autre vie à Armada. Tant mieux, car je vais pouvoir redorer le bâtiment et lui faire retrouver son ancien prestige. Je prévois de transformer la maison en un lupanar de qualité où la clientèle pourra se ressourcer plausiblement grâce à des services répondants à leurs exigences. Pour cela, je dois d'abord acheter le lieu et le rénover. En effet, à cause des combats lors de l'Indépendance, l'édifice a essuyé plusieurs dommages. Rien de dramatique, mais je veux embellir l'endroit au maximum et attirer le plus de monde dans le plus grand des conforts.

Maintenant que je dirige une île entière, je me lance dans beaucoup d'affaires différents dans le but d'étendre mon influence. Pour l'heure, je m'intéresse au marché de la chair. Comme je prévois d'agrandir vigoureusement les Précieuses, il va me falloir faire de nombreuses prises, autant de navires et de matériaux que de main-d'œuvre. En effet, en transformant mes ennemis vaincus en esclave, ça me permettra de prospérer plus vite. Je veux faire de ma citadelle un point d'échanges pour esclavagiste aussi important que l'archipel Shabondy et encore plus riche que Juicy Berry à son heure de gloire.


Dernière édition par Nakajima D. Aoi le Mer 28 Fév 2018 - 2:03, édité 9 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validation

Je suis en compagnie d'Eisenheim dans ma chambre au Royal. Je suis en train de régler quelques bricoles en attendant mes deux convives. Depuis peu, John Mohr, dit le Lunatique, est un Capitaine pirate arborant les couleurs des Ombres du Chaos. Des quatre nouveaux qui suivent désormais mon équipage, il est le seul en qui je peux confier des tâches un peu spéciaux. Ses connaissances en matière de kidnapping me sont par exemple précieux pour les projets que je suis en train de développer. Notamment, à Alabasta. Il est dit qu'il est capable d'accumuler des richesses pour finalement les bazarder sans état d'âme. Son humeur changeant est pour lui un stratagème pour échapper aux regards des Puissants, mais depuis qu'il est à ma solde, il n'est plus question de faire volte-face. Je lui ai proposé d'entrer dans mes services en échange de protection sûre et de liberté avantageuse.

Quant à mon deuxième invité, Kazuo Tanaka, dit le Poussin, il connaît les Précieuses comme sa poche et y habite depuis pas mal d'années. De tous les hommes de la mafia locale, c'est celui qui est le plus apte à administrer mon entreprise. Sérieux dans son travail, il sait gérer son organisme en dépit de la concurrence et fait preuve d'ingéniosité lorsqu'il s'agit de punir. Malgré son air peu crédible, il garde en ordre les bordels qu'il dispose et ne supporte pas la désobéissance. Effronté et effréné, il reste aux yeux des tous un gamin dans le milieu du business, bien qu'il a déjà prouvé sa valeur. En quête de vivre dans les plaisirs et la richesse, il s'est orienté dans le marché de la chair.

L'employé de l'hôtel toque à la porte. Il s'exclame aux travers, puis, attend que je réponde.

— Dame Nakajima, Monsieur Tanaka et le Capitaine Mohr sont là.
Fais-les entrer.

Aussitôt, deux silhouettes surgissent et viennent se placer au centre de la pièce, côte à côte. Un mini salon est aménagé avec deux canapés et une table basse. Arrêtant mon occupation à l'opposé de la chambre, je les rejoins.

Prenez place.

Je m'assois en même temps qu'eux. L'odeur du tabac entre dans les narines. Toujours une cigarette à la bouche, Kazuo s'installe sans gêne en posant les pieds à côté du cendrier. Fumant son cigare, Eisenheim commence à servir quelques petits cocktails au mini-bar.

Messieurs. Alcool?

Pendant qu'il prépare les boissons, j'entre dans le vif du sujet.

Connaissez vous un bon manager?

Regardant un bref instant son homologue, Kazuo est le premier à répondre.

Les Précieuses regorgent des pirates de toute sorte, mais probablement pas des plus futés. Pourquoi?
Je suis en train de monter une petite affaire. Il me faudrait un homme sérieux qui assure dans son domaine sans qu'il fasse trop de bruit. Le genre discret, vous saisissez?

John remue un peu à sa place. Commençant à croire ce qu'il pense, il intervient.

On parle de quel business, au juste?

Mon amant nous rejoint avec les verres. Je prends mon whisky.

Oh, rien de bien folichon. La prostitution est une activité qui marche bien. Il n'y pas trop de concurrent, ça rapporte assez bien et la Marine n'y fout pas vraiment son nez. J'ai investi 120M de Berrys là-dedans. Il me manque plus qu'un homme de confiance.

Je fais mine de ne connaître personne de fiable en buvant une gorgée.

Je finirai bien par trouver. Je pensais que vous connaissez le milieu...

Retirant d'un coup les pieds de la table, Kazuo zyeute vite-fait son camarade et s'empresse de parler.

Ce n'est pas compliqué. Je peux m'en occuper dès maintenant si vous le souhaitez.
Sérieusement? Toi, Kazuo? Le Poussin.

Je sais qu'il n'aime pas ce terme, mais il ne fait rien d'imprudent.

C'est à cause de la couleur de mes cheveux qu'on m'appelle Poussin, pas parce que je suis novice. Je connais le métier plus que n'importe qui ici. Laissez-moi la chance de vous le prouver.

John se sent délaissé et réplique. Je pense qu'il doit capter le jeu.

Qu'attendez-vous de moi, exactement?
Jouer les rabatteurs, c'est dans tes cordes, non?
Je croyais qu'il vous manquez un manager pour votre bordel.

Je fais un rictus.

Je peux trouver quelqu'un d'autre s'il le faut, mais je pensais que ton expertise d'autrefois faisait de toi l'homme de la situation.
Qu'est-ce que vous me proposez en échange?

Je me frotte le menton.

Ton esprit changeant, tes pulsions qui varient et tes désirs qui deviennent éphémères me font penser que tu fais tout ça pour ne pas te faire remarquer par les Puissants. Je te propose d'être sous ma protection en restant toi-même. Pour le reste, je te laisse jouir d'une parfaite autonomie pour tes propres affaires.

Le Capitaine Mohr termine son verre de rhum. Il regarde l'homme aux cheveux jaunes.

Ça devrait être bon pour moi.

Kazuo tire une latte, un peu déçu de ne pas avoir d'accord.

Eisenheim, toi qui me connait, dis-lui que je suis capable de gérer une affaire sérieuse comme la sienne.
Bon, d'accord. Si Eisenheim te fait confiance, alors je dois bien pouvoir te fais confiance également.
Vous verrez, vous ne serez pas déçu!

C'est parfait. Je me lève alors. On se serre la main pour conclure l'accord.

Bon, comme tout le monde est content, vous pouvez me laisser à présent.

J'ai encore beaucoup d'affaire à régler.


Dernière édition par Nakajima D. Aoi le Ven 9 Mar 2018 - 15:17, édité 9 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validation

J'inspecte comment se déroule mon entreprise. Avant l'Indépendance, le Fleuron des Précieuses, était dirigé d'une main de fer par un certain Varys. Ce dernier préfère vivre à Armada et abandonner son bien. Maintenant, c'est moi qui récupère la maison. Et depuis, je veille à ce que les travaux de rénovation avancent à bon rythme pour le transformer en lupanar. J'ai renommé l'enseigne en l'Hôtel du Septième Ciel en référence à une très ancienne mythologie. À mon approche, le chef de la main-d'œuvre m'aborde.

— Ah, vous tombez bien, Dame Nakajima. On a presque terminé. Nous sommes en train de faire l'aménagement du mobilier. Voulez-vous que je vous montre votre espace personnel?
Comme d'habitude, je veux voir l'ensemble.

Pour 120M de Berrys d'investissement, j'ose croire que les employés se donnent la peine d'être efficaces. Je veux que tout soit nickel à l'ouverture. Il faut dire que ma future clientèle est assez exigeante. À vrai dire, je désire que ma boutique soit irréprochable et soit le symbole de ma réussite. Mon lupanar marque un nouveau tournant dans mon histoire. Il ne doit, par conséquent, ne pas cesser de s'embellir afin de montrer à la concurrence qu'il est le meilleur. Et pour cela, je m'arrange de trouver les plus attirantes des péripatéticiennes. Généralement, il s'agit de jeunes femmes des endettés ou des esclaves. Cela dit, je réserve déjà une perle pour l'ouverture.

Comme l'Hôtel du Septième Ciel est implanté quasiment au centre des Précieuses, il est forcément au cœur de nombreux passages de la cité, ce qui le rend impossible de le manquer. L'édifice est en fait une épave d'un ancien cuirassé de la Marine. Le bateau est renversé et possède sept étages. L'intérieur est retravaillé en y inclinant le pont et les cales à l'horizontal.

Je suis dans le rez-de-chaussé. Le hall est assez grand pour contenir une centaine de gens en même temps. J'imagine déjà l'ambiance tamisée et intime des nombreuses chambres. Je vois avant l'heure le luxe déborder à chaque endroit. Je me frotte les mains tellement je suis excitée. Mon bordel se veut être prestigieux pour attirer les clients les plus fortunés. Je fais donc en sorte que mon établissement mette en œuvre tous les moyens pour satisfaire ma clientèle en redorant la tapisserie et le mobilier. Au fur et à mesure que j'inspecte les étages, les employés installent les éléments manquants. La maison décore ses salles de meubles de qualité, de tableaux représentant des scènes immoraux, de babioles en céramique de grande valeur et de tapisseries en velours. Des coussins et des fauteuils de confort ornent les pièces. Je me sens chez moi.

J'entre maintenant dans mon bureau qui est situé au dernier étage. Un balcon sur le côté gauche me permet d'accéder à la place centrale, à droite ma chambre et en face une lourde table. Tout semble en ordre. Le chef des travaux me demande si ça me va.

— Il ne manque rien?
C'est parfait. Tu as fait du bon boulot. Tiens, prends ça comme pourboire.

Je fouille dans ma poche. Des billets dont la somme totale est de B 87.000 de Berrys tombent. Je lui donne l'argent et deux tickets pour voir le spectacle que je comptais voir avec mon amant. Je suis tellement contente du résultat que je préfère lui en faire cadeau. Je retourne ensuite en bas rejoindre mon compagnon. Ensemble, nous nous rendons un peu plus loin dans ma citadelle. Ce dernier veut me faire une surprise.


Dernière édition par Nakajima D. Aoi le Mer 7 Mar 2018 - 22:20, édité 4 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validation

Je déambule avec mon compagnon dans les rues de ma cité en reconstruction. Je suis ravie de voir que tout le monde met la main à la pâte pour redonner de la couleur à la ville. Je projette d'agrandir ma citadelle par n'importe quel moyen. Ma vision d'expansionniste me pousse à solliciter les plus grands architectes et ingénieurs navals du coin. Seulement, ma gourmandise est si intense qu'elle me demande à chercher même par delà les mers. Pour moi, les Précieuses sont trop petites. De façon pratique, j'envisage de copier le système de cadran d'Armada afin d'étendre la citadelle à son paroxysme. J'imagine déjà chaque quartier avec un thème bien particulier. Je veux que tous mes citoyens puissent s'y retrouver et jouir du confort de l'île au maximum.

Alors qu'on s'approche d'un bâtiment, Eisenheim me pose une question.

Tu te souviens de cet endroit?
Vagument.

Il m'invite à entrer dans le fameux bâtiment que je peine à identifier. Et pour cause, le lieu est totalement rénové. Je pénètre dans une salle aux enchères sans présomption. L'édifice est implanté dans un navire de taille moyenne. Toute la partie au niveau de la poupe est retravaillée pour former la pièce des ventes. En effet, on s'aventure par l'arrière. Le mât d'artimon est scié afin d'avoir un espace plus large au centre. Des colonnes de part et d'autre viennent soutenir à la place l'antre dans une décoration sommaire en tapisserie et en tableau. Le bureau du gérant se situe dans l'ancienne sainte-barbe et un dépôt le sépare de la salle de vente. Le propriétaire du lieu n'étant plus là, un autre vient le remplacer. Tout comme pour mon lupanar, l'ancien gérant doit sûrement vivre à Armada.

Quels que soient tes souvenirs, ça n'a plus rien à voir avec ce que c'était auparavant.
En effet. L'Antre aux Merveilles est une salle aux enchères qui se veut être à la hauteur des exigences de sa clientèle.

La voix qui se fait entendre vient du fond de la pièce. Sortant de la pénombre, un homme vient nous rejoindre. Arrivé à notre niveau, l'individu me tend la main.

Enchanté de faire votre connaissance, Madame Nakajima.
Je te présente Jude Maxwell.

Je me rappelle de quelques explications au sujet de ce fameux Jude. Ce dernier est un homme d'affaire et de business. Ayant par le passé vogué en mer auprès de pirates de renom, il s'est définitivement installé à Tortuga en 1623 quand le Corsaire Greed en a été le maître des lieux. Il connaît une activité croissante même lors du règne de Red. Étant un ami de longue date d'Eisenheim, il fait partie de ceux qui ont contribué à l'amélioration et la richesse des Précieuses. Considérant cet endroit comme son foyer, Jude garde la volonté de redorer la citadelle.

Dois-je comprendre que cette rencontre présage une petite affaire à régler?
En effet. Venez, je vous invite dans mon bureau.

Au fur et à mesure de l'entretien, j'apprends que l'Antre aux Merveilles est l'une des première salle aux enchères utilisée par les Précieuses. Chaque équipage pirate qui revient de leur pillage passe généralement par là pour revendre leur marchandise préférant à l'or plutôt que d'avoir des babioles à ne plus savoir quoi faire. C'est un point central qui permet à la citadelle de s'embellir comme n'importe quelle autre structure qui rapporte. Autrement dit, c'est une boutique qui mérite mon intention.

Voilà ce que je vous propose, Madame Nakjima. En monnayant l'investissement que j'ai entrepris de, disons 60M de Berrys, je gère pour vous l'Antre aux Merveilles. Ça serait un grand honneur de travailler pour vous.
En voilà une offre alléchante.

Je réfléchis. Étant briefée sur l'ami de mon amant, je suppose que je peux le faire confiance. Après tout, Eisenheim et lui se connaissent assez bien. Si mon compagnon peut croire en l'efficacité de Jude, alors je peux faire pareillement.

Rien d'autre?
Rien d'autre.

Je fais un rictus.

Il faut croire que j'accepte la proposition, Monsieur Maxwell. Comme vous avez investi corps et âme pour redorer cette boutique à l'image des Précieuses, je vous laisse gérer l'établissement comme il vous plaira.
Merci beaucoup, Madame Nakajima. Vous ne serez pas déçu.

Je donne alors l'argent comme convenu. Je suis curieuse de voir comment les affaires vont fleurir. Eisenheim m'explique que la plupart des citoyens veulent me remercier. Et Jude est l'un de ceux qui peuvent se permettre de m'offrir une boutique. Je suis impressionnée de constater que tous les habitants des Précieuses font tout pour enrichir la citadelle et la faire prospérer. Une chose est sûre. Je suis en voie de devenir Impératrice. Il me manque juste quelques îles, ça et là...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4495-les-loges-de-la-reine-des
  • https://www.onepiece-requiem.net/t4364-la-reine-des-masques-en-attente-de-validation
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum