AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

-60%
Le deal à ne pas rater :
GETGO Set 6 boules de pétanque acier chromé
15.99 € 39.99 €
Voir le deal

Du verre au bois. [PV Ewen]

Alaaric Minaro
Alaaric Minaro

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 1850
Popularité: 48
Intégrité: 44

Sam 27 Mar 2021 - 0:13

Encore ce jour la, j'étais arriver sur cette île pour pas grand chose de précis. Cette fois, j'avais quand même suivi ou j'étais, j'étais au royaume de Saint Urea. Pas de grand objectif, si ca n'étais pour profité du public, ou encore des spécialités de poulet local. Quelques jeu, quelques tours, que du fun et des bons moments, de plus qui sais? Peut-être que l'alcool local en voudrait aussi le détour? Rien ne vaux un bon café, mais je dois bien avouer que par période j'apprécie quelques alcool, en ce moment j'étais sur ma période de Sotch. Je passais une petite partie de l'après-midi a remplir un peu ma bourse a coup de jeu de la reine. Il n'y a pas a dire, je ne me laisserais jamais de ce jeu.

Une seule règle, très simple, pourtant duquel très peu de gens sortais vainqueur pour le peu que je ne le veuille pas. Une pièce a trouver, rien de bien dur hormis lorsque ce sont des mains expertes qui se chargent du travail. Cette fois la, je ne m'étais pas fais beaucoup de gain, mais je fus pour le moins intraitable, a tel point que personne ne parvint a toucher une récompense. J'avais hâte de me reposer, mais avant ça, taverne.

Une petite taverne bien sympa, quelques personnes qui posait un bien beau comité. Dans un premier temps installé au bar, je me contentais de prendre un verre. Je regardais les gens, beaucoup parlaient, pas beaucoup de joueur a priori. Ce soir, je ne ferais surement pas de poker, j'avais comme une envie de trouver de la compagnie et puis au final ça ne ferais de mal a personne. Mon frère m'avais souvent juger pour mon attitude, mais contrairement a lui, je pense savoir m'amuser et ne pas passer ma vie a préparé ma prochaine arnaque. Il deviendrait névrosé un jour a force! Mais bon, cela était encore certainement un autre débat.

Je balayer du regard la salle, je devais d'abord trouver une personne qui en vallait le détour puis...... Bingo! Chevelure rouge, installé seul... Pourquoi ne pas tenter une approche subtil? Un petit verre n'engager a rien n'est-ce pas? C'est alors que je me mis a avancé a travers ce long parquais de bois.... Qui aurait d'ailleurs besoin d'une petite révision, car il me semblait un peu grincé le bougre! Me voici proche de la demoiselle, prêt a lancé mon invitation:

" Excusez moi! "

Pas le temps de venir ma phrase qu'un imbécile me rentre dans le dos, résultat tout le contenu de mon verre arrive droit dans la nuque de la lady! Bon... Ben c'était mal engager!
Ewen Chantenuit
Ewen Chantenuit


Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Sam 27 Mar 2021 - 21:25

Dans le monde, il y a deux catégories de gens : les voleurs et les volés. Si on souhaitait être exhaustif, on pouvait éventuellement parler de ceux qui sont dans les deux catégories ou ceux qui ne sont dans aucune, mais le but ici est d’écrire une fiction, pas d’écrire un traité de sociologie, merci bien.
Le monde, donc, se divise en deux catégories antagoniste : les voleurs et les volés. Bien qu’opposés dans leur but, ils possèdent certains point communs, dont celui de courir aussi vite qu’ils le peuvent quand un vol s’est mal passé.

Au croisement de la rue des petits pains et de l’avenue des sandwichs, une jeune femme en train d’entrainer vigoureusement ses capacités pulmonaires pris le virage formé par l’intersection si serré qu’une mèche de ses cheveux offrit une lutte brève et vaine mais passionnée pour rester avec le mur de ses rêves. Elle reprit rapidement sa course folle à travers la rue derrière sa propriétaire. Cette dernière accéléra encore avant de prendre appui sur une charrette pour s’élancer en direction de l’enseigne d’un magasin local. Ses mains se saisirent fermement de la barre supérieure tandis que son corps s’acra dans une tentative de monter sur le toit proche du bâtiment.
La fixation, qui n’avait pas été prévu avec ce genre d’exercice en tête, fit connaitre sa désapprobation par un grincement de mauvais augure pendant que l’enseigne commençait à plier. Changeant ses plans dans l’instant, la fugitive tentant de remplacer son élan vertical par une avancé rapide. La manœuvre ne fut pas pleinement heureuse, mais une roulade lui permit d’éviter les plus gros bobos avant de reprendre sa course aussi vite qu’elle fut capable de distinguer le haut du bas, suivit par la trainé écarlate de sa chevelure.


Ewen s’affala sur la chaise, épuisée. Tout allait décidément de travers aujourd’hui. Déjà, elle s’était faite repérée par la plus pure malchance dans un vol somme toute banal, puis le marchand s’été révélé anormalement endurant et motivé, avant enfin que ce foutu panneau ne tombe, et elle s’était explosé l’épaule durant la chute. Pour parachever le tableau, par mesure de prudence, elle s’interdisait de retourner dans les parties de la ville qu’elle avait l’habitude d’arpenter après avoir été repéré. Donc elle ne pouvait même pas vraiment se reposer.
Enfin… au moins ce troquet n’avait pas l’air trop sordide. Il faut dire qu’elle pouvait se permettre. Malgré tout les imprévus, il y en avait un bon. Les bijoux qu’elle avait récupérés étaient meilleurs qu’espéré. Elle devrait pouvoir en tirer pas loin de 30K Berrys. Suffisamment pour boire à la santé du marchand et du patron. L’humeur un peu moins massacrante, elle héla le serveur pour une bière. Après toute cette course, sa gorge était en feu.

La boisson fut bientôt suivie de quelques sœurs et cousines. Elle n’avait pas vraiment mieux à faire et les lourdes vapeurs de l’alcool l’aidaient à faire fondre le stress d’être retrouvé par une certaine bijoutière ou tout autre force de police susceptible de la reconnaitre.
Aidée par le bonheur que l’on trouve à force de contempler le fond de verres autrefois remplis d’alcool, elle avait commandé un repas don elle ne reconnaissant ni les aliments, ni le nom, ni la cuisson. Par curiosité.


C’est alors qu’arriva l’eau. Elle ne savait franchement pas ce qui c’était passé, si ce n’est que quelqu’un lui avait visiblement renversé son verre dessus. La chaise cassée qu’elle avait entre les mains et l’inconnu étalé lui donnait certes des indices sur la suite immédiate, mais elle n’en avait à vrai dire pas de souvenirs.


Dernière édition par Ewen Chantenuit le Lun 3 Mai 2021 - 22:00, édité 1 fois
Alaaric Minaro
Alaaric Minaro

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 1850
Popularité: 48
Intégrité: 44

Dim 28 Mar 2021 - 3:21

Un coup dans le dos, je renversais mon verre. Pas le temps de parler, pas le temps de bouger. Je n'avais eu qu'un légère instant pour commencé a réfléchir a ce que j'allais dire, on pourra se dire que je pense vite, mais n'oubliez pas quelque chose! C'est que c'est mon histoire! Alors ou en étions nous? Ha oui.

Un coup dans le dos, je renversais mon verre. Le temps de parler, je m'excusais. Poliment, je la complimenté sur la douceur de ses yeux et lui proposé un verre de manière charmante. Je lui aurais dis mon nom, nous aurions commencer a discuté de la pluie et du beau temps. Elle m'aurais parler de ses problèmes sous l'effet du besoin d'attention, je lui aurais dis qu'avec un peu de magie tout été possible qu'il suffisait d'y croire. Nous aurions bu ensemble quelques verres, nous aurions ris, alors que dans la douceur du moment j'aurais passer ma main dans ses cheveux. Elle m'aurais répondu d'un magnifique sourire, alors que je lui aurais fais un charmant tour avec ma pièce afin de lui décrocher une moue.

Nous serions partis dans une belle aventure d'un soirée, ensemble nous aurions traversé les rues afin que je la raccompagne en parfait gentleman. Nous aurions continuer a parler, elle aurait évoquer mes tatouages étrange, me disant que mes yeux noires étaient intriguant alors que dans moment de mélancolie. Poussé par un mélange d'alcool et de solitude je lui aurais confier quelques briques de ma jeunesse. Nous serions finalement arriver au porte de sa bâtisse alors qu'elle se serait accoudé au niveau de sa porte. Je lui aurais embrasser le front, remercier de cette belle soirée. Nous aurions eu un moment inoubliable alors que je serais lentement parti dans la nuit.

Cela aurait été une soirée parfaite, une rêvé.... Mais n'étions nous pas justement dans un rêve? La réalité se veux parfois bien moins féérique. Je n'eus pas le temps d'ouvrir la bouche, alors que soudainement je senti une chose se fracasser contre ma tempe.

J'étais la, sur le sol grinçant de cette taverne. Celle-ci m'avais complétement écrasé sa chaise sur le crane, alors que je n'eus pas d'autre réactions qu'un simple:

" Aie "

Mouais, bon elle n'était pas aussi commode que dans mon rêve il faut croire, bon cela aura été un jolie cela dis, mais place a la réalité maintenant. En parfait gentleman, je me relever alors qu'elle ne prit pas la parole. Mais voyez-vous le problème avec moi....

*BAM*

C'est que je rend toujours les coups quoi qu'il arrive. Me voici a décrocher en un instant une bonne grosse gauche de forain droit dans le visage de la belle inconnu. Immoral? Peut-être? Cela dis c'était maintenant un partout la balle au centre! Une chose me dis qu'elle était loin d'être une femme frêle et fragile.
Ewen Chantenuit
Ewen Chantenuit


Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 1 Avr 2021 - 1:27

L’inconnu se releva calmement, souriant. Ewen le regardait, indécise. Elle soupçonnait qu’elle devait s’excuser, mais elle ne savait pas quoi dire, d’autant que l’homme ne semblait pas plus ennuyé que ça et que la sensation indescriptible du liquide glissant de ses cheveux pour tomber par lourdes gouttes sur sa tunique, déjà si chargé de bière et collé à sa peau qu’elle n’offrait plus qu’une protection symbolique.

Elle ne vit pas le coup partir. La douleur explosa simplement au niveau de son visage tandis que le goût du sang emplis sa bouche. Elle recula maladroitement, aveuglée par les larmes, avant de heurter la table. Elle perdit l’équilibre et se retrouva assis sur le plateau.
Tentant désespérément de retrouver ses repères, son équilibre en morceaux, la vision floue, elle vit son agresseur s’avancer vers elle. Sa réaction ne fut en rien la décision rationnelle d’une combattante. Ce fut la réaction viscérale, instinctive et violente d’un animal face au danger. Elle se projeta de la table, roula au sol. Elle se remit sur ses genoux, touchant presque l’autre malgré son mouvement de recul, puis elle frappa. Toujours à genoux, elle frappa du poing, utilisant aussi bien la force de son bras que celle de ses jambes tandis qu’elle se relevait. Elle frappa de toutes ses forces. A l’entrejambe. Puis, sans même voir si le coup avait porté, s’enfuit précipitamment.

Elle s’élança, les jambes tremblantes, vers la porte de l’auberge. Rapidement, les tables devant elle se triplèrent, ne laissant aucune place pour passer. Puis la gravité elle-même l’attaque, basculant de 90° pour la faire chuter lourdement sur le sol.
Son corps, qui finissait de tirer l’ensemble des sonnettes d’alarmes auxquelles il pouvait penser, entrepris de se purger de tout l’alcool possible de la seule manière qu’il connaissait. Elle eut tout juste le temps de se mettre à quatre pattes qu’elle sentit la bile acide remonter le long de sa gorge.

Autour des deux combattants s’ouvrait à présent un large cercle. Surpris par la rapidité de l’escalade, les clients du bar étaient restés aussi ahuris qu’Ewen elle-même dans un premier temps, puis s’étaient reculé avec prudence, craignant d’être attirés dans la rixe malgré eux.
Le serveur, un jeunot qui n’avait pas connu de véritable bagarre depuis qu’il avait pris le tablier, deux semaines plus tôt chercha désespérément du regard l’aubergiste, ne sachant comment réagir. Au bout de quelques secondes qui s’étirèrent comme de la mélasse il finit par le voir, sortant d’un pas prudent mais décidé de derrière le comptoir.

L’homme était un docker à la retraite qui avait économisé des années durant afin de pouvoir s’offrir d’ouvrir son propre commerce. Habitué au transport de lourdes charges, il avait conservé une musculature impressionnante et une carrure qui l’était plus encore. Tanné par la vie, il savait parfaitement comment réagir. En l’occurrence, calmer le jeu en imposant sa présence au cœur de l’affrontement était la meilleure option. Et si cela ne suffisait pas, il avait un plan B sous la forme d’une solide matraque de bois dur lesté de plomb qui permettait de gérer les plus hargneux des ivrognes.


Dernière édition par Ewen Chantenuit le Lun 3 Mai 2021 - 21:59, édité 1 fois
Alaaric Minaro
Alaaric Minaro

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 1850
Popularité: 48
Intégrité: 44

Jeu 1 Avr 2021 - 2:24

Alors que la demoiselle venait de se prendre le revers de la chaise qu'elle m'avait tout de même explosé sur le crane quelques seconde avant, je tiens a le préciser, la voici telle une biche qu'on croirais venir a peine sortir du ventre de sa mère. Et bien... Il faut croire que je suis devenu un poil plus fort qu’auparavant? J'avais du me battre plusieurs fois pour sauvé ma vie ses derniers mois. Contre des révolutionnaire ou j'avais failli y laisser la peau, ou encore contre le gang du dragon ou je m'étais reçu une balle en plein dans l'épaule. Il faut croire que petit a petit ça nous forge un homme.

La voir fuir de cette manière, me faisais pratiquement penser que j'étais un agresseur qui en voulait a sa vie, alors que de mon point de vue, je n'avais rien fais de plus que de remettre les compteurs a zéro. Je m'approchais d'elle, alors qu'elle se débattait comme un animal qu'on était en train de chasser. Elle frappa de plusieurs coup dans le vide pendant qu'elle se relever, puis me décocha un coup de pied droit dans l'entre jambe! Alors ça! C'était bas! Même pour elle! Je me tenais le bas du ventre quelques secondes a cause de la douleur, c'est qu'elle n'y avait pas été de main morte!

Pourtant, quelques seconde plus tard la voici a tomber a nouveau sur le sol, celle-ci allait jusqu'à vomir sur le sol.... Et bien.... Bon, ben il va falloir nettoyer tout ça. L'aubergiste vint armé d'une matraque, alors que je n'aimais pas la position qu'on était en train de me donner. Tout le monde en cercle, a pratiquement attendre que je passe a tabac une femme qui visiblement ne pouvait pas se battre. Qu'on le pense ou non, j'ai le sens de l'honneur, et assez de respect pour ne pas croire une femme incapable de se défendre, mais je ne suis pas quelqu'un qui aime s'en prendre au plus faible. Alors que je regardais l'aubergiste en prenant la parole d'un air sec:


"- Je te conseille de déposer ton arme viel homme. Je ne voudrais pas avoir a te faire mal, retourne derrière ton bar, et prépare un café noir pour la jolie demoiselle, c'est pour moi. "

A mes yeux nous étions quitte, et je n'avais pas l'intention de frapper une femme a terre. Je retourner m'accouder au bar en demandant un verre de whisky sec, avant de le boire en attendant que le vétéran apporte un café a la dame. Je prenais alors la parole:

" Tu m'a cassé une chaise sur la tête, je pense qu'on est quitte, a moins que tu décide que non. "

Je finissais mon verre d'une traite. Le monde était encore sous le choc, même si de mon côté c'était bien la première fois qu'on me donner ce rôle d'agresseur, généralement je suis plutôt gentleman. Je dis bien généralement, parfois il faut bien s’adapter a la situation.
Ewen Chantenuit
Ewen Chantenuit


Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Lun 3 Mai 2021 - 16:49

Ewen récupéra lentement son souffle et ses esprits, tandis que quelques clients qui avaient commencés par s’éloigner précipitamment, venaient à sa rescousse maintenant qu’il n’y avait plus de chance de se prendre un mauvais coup.

Plus loin, le magicien s’accoudait au bar comme si de rien n’était pour faire sa commande, restant de marbre face à la réaction ahuri du patron :
« Je vous sers votre commande, puis vous payez et vous dégagez de mon établissement. Je ne veux pas vous revoir de la semaine. Et mon arme, je vais la garder, ne vous en déplaise. Pour la demoiselle, ça sera la même chose dès que j’aurais pu vérifier qu’elle va bien. Je me fous de savoir qui a raison ou tort, vous verrez ça avec la marine si ça vous chante. Tout ce que je veux, c’est le retour du calme, c’est bien clair ? »

La question resta sans réponse, aussi bien de l’homme, qui ne l’écoutait pas, que de la voleuse, à qui elle n’était pas destinée et qui, les oreilles sifflant encore, n’avait de toute façon pas compris la moitié du discours.
Ne sachant sur quel pied danser, le patron servit les boissons, gardant en permanence la matraque à la main. C’est alors qu’Alaaric Minaro remis une pièce dans la machine, invectivant son adversaire malheureuse. Une réplique cinglante monta aux lèvres de cette dernière, mais ne les franchit jamais. Rien de ce qu’elle ne pourrait dire n’aiderait en quoi que ce soit et elle s’était déjà trop fait remarquer.

Pour se donner une contenance, elle entreprit de boire le liquide sombre. Il n’était pas particulièrement à son goût, mais restait buvable. Elle but toute la tasse en quelques minutes et dans un silence total alors que, doucement, les conversations reprenaient autour d’elle. La chose finit, elle revient vers le comptoir et paya l’ensemble de ses consommation, café compris, et rajouta quelques pièces pour la chaise. En remarquant que le patron surveillait celui contre qui elle s’était battue, elle envisagea de se servir dans la caisse.
L’idée lui en passa cependant rapidement. Pas franchement par bonté de cœur, mais surtout par ce qu’elle restait la cible de bien trop de regards pour que l’opération ai la moindre chance de bien se terminer. Après le raffut qui venait d’avoir lieu, elle devait au contraire s’éloigner au plus vite.

Sans rien avoir tenté, elle sortit du pub, ayant prononcé en tout cinq mots depuis la bagarre, puis alla se perde dans les rues de la ville. Elle connaissait les rues comme seuls le peuvent les criminels dont elles étaient le lieu de travail, les garantes de leur sécurité et, en de tristes nuits, leur maison. Ce dédale était son domaine et elle souhaitait bonne chance à quiconque tenterait de l’y suivre.
Alaaric Minaro
Alaaric Minaro

♦ Localisation : South Blue
♦ Équipage : Aucun

Feuille de personnage
Dorikis: 1850
Popularité: 48
Intégrité: 44

Lun 3 Mai 2021 - 20:57

Le vieux barman continué à faire son jeune combattant. Je n'ai jamais cru être une machine de combat, cela dit, j'étais curieux de savoir de quoi celui-ci pouvait-être bien capable. Pour le coup, j'avais dû me battre un certain nombre de fois pour sauver ma vie, et a vrai une petite matraque ne m’impressionner pas vraiment. J'avais bien survécu à plusieurs fusillades, a un combat contre un groupe de criminel, contre des trafiquants ! Il n'y avais plus beaucoup de chance qu'une matraque soit bien plus qu'un jouet pour moi.

Celui-ci gardait la parole, voulant s'assurer que la dame aille bien. Je trouve qu'il exagérait un peu, je n'avais pas mis sa vie en danger non plus. Et je connais des femmes qui ont bien plus de répondant que lui, alors en ce qui me concerne, j'avais ma conscience pour moi. Celui-ci me gardait de son regard, alors que je voyais bien de quelle manière celle-ci regardais la caisse. Un air de fantasme, n'aurait nous pas affaire a une voleuse ?

Je faisais un petit pari avec moi-même, alors qu'elle n'allait finalement pas se servir. Je préfère ça d'une certaine façon, celui-ci l'avait quand même protéger d'une certaine façon, bien que je n'ai pas attenté à sa vie non plus. Alors que l'heure était venue pour moi de faire un léger pari, mais cette fois avec le barman, alors que je prenais la parole, d'une assurance plutôt marqué :


" - Je vous propose un bras de fer, si je gagne, j'ai le droit de rester et de boire autant qu'il me plaira à vos frais, si je perds, je m'en vais, et je vous paye dix fois le montant de ce que je vous dois. "


Celui-ci, certainement sur de lui accepter le challenge. Grossière erreur mon cher ami, après tout, il faut dire que celui-ci ne l'aurait pas volé. Nous nous placions enfin, prêt à découdre les mains serrées et les yeux dans les yeux. Un sourire de ma part, alors qu'il ne fallut pas bien longtemps pour prendre l'avantage, malgré une bien jolie résistance du vétéran. Une victoire pour moi, alors que je me préparais à partir :


" Il ne faut jamais croire les apparences, j'ai l'air plus mince que vous, et vous avez cru que je me lancerais dans un pari que je risquais de perdre.... À la prochaine. "


Je sortais sans avoir à payer la note. En temps normal, je suis quelqu'un de cordial, et je n'aime pas recourir a la force quand je n'en ai pas besoin, mais pour le coup cette histoire m'avais vraiment fatiguer. La femme était partie sans dire le moindre mot, et bien, c'était la preuve qu'elle n'était pas mourante, de mon côté, j'avais bien l'intention de ne pas trop me soucier de toute cette histoire. Je me dirigeais vers un hôtel ou je passerais une soirée tranquille avant de prendre la mer. C'était bien dommage, cette île avait tout pour plaira, sauf une qualité de service correct.

Qu'importe, j'avais bien d'autre endroit ou distribué ma magie. Au final la vraie question, c'est surtout.... Est-ce que cette femme aurait vraiment eu l'indécence de voler ce pauvre barman ? Et bien, qu'on ne me fasse plus croire que toutes les femmes sont des fleurs fines et fragile. Elle m'avait laissé une bosse mine de rien ! En même temps, qui casse une chaise sur la tête des gens ? J'étais passé du verre au bois en une seconde ! Cela ferait d'ailleurs un bon nom pour une petite nouvelle, vous ne pensez pas ?  
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1