Le Deal du moment : -53%
[Lot de 6] MIXA BEBE Gel très doux 2-en-1 corps ...
Voir le deal
21 €

[Quête] Origines et l'Assaut des fruits

Whiskey Peak – Année 1628

Bien que cela constitue une avancée, la réponse de l’Ancien ne la satisfaisait pas pour autant. Elle aurait clairement préféré qu’il réfléchisse pour que lui rejoigne son équipage, et pas qu’il l’aide à recruter d’autres membres. Mais son esprit logique lui susurrait de ne pas insister, ce n’était pas le moment. Si ses années à Jotunheim lui avaient bien appris quelque chose, c’était qu’elle devait toujours avoir de solides arguments pour aller plus loin dans une requête. Or à ce moment précis, elle n’en avait point. Elle préféra donc rester silencieuse, tout en montrant que la réponse qu’il lui avait donnée n’était pas 100% satisfaisante.
< Hm, on va dire que ça fera l’affaire pour le moment. Mais je ne lâcherai pas l’affaire l’Ancien ! >
Dit-elle avec un sourire entendu. Et tandis qu’il parlait déjà des prochaines étapes de ce qui était désormais leur quête, April se rendit compte qu’elle ne pouvait pas encore partir, pas avant d’avoir fait un petite crochet.
< Désolée mais il faut que je fasse un petit détour avant de partir. Je n’en aurai pas pour longtemps, mais on peut se donner rendez-vous ici même dans une trentaine de minutes. A toute ! >
Sans même prendre le temps de savoir s’il était d’accord avec le plan elle partit, comme si elle ne souciait pas de la réponse de l’Ancien. Après tout, elle avait décidé de l’aider quasi bénévolement, il ne s’offusquerait pas d’un petit délai de 30 minutes. Si ?

- - - - - -

Arrivée dans ce qu’elle considérait comme son « chez elle », la jeune femme bougea alors les quelques amas de poubelles qui traînaient dans ce coin de la rue pour en extraire la lance qu’elle avait subtilisée à un garde de son enfer glacé, Jotunheim. Le contact avec le métal lui donna un frisson qui disparut bien vite, cette rencontre avec son futur potentiel nakama lui donnait une force intérieure qu’elle ne se connaissait pas. Avec lui à ses côtés, elle serait capable de s’affranchir de ce passé terrible, de réunir une vraie famille autour d’elle… Elle en était persuadée !

Laissant cependant son livre ; qu’elle connaissait déjà par cœur ; elle remit les amas de détritus en place et se mit en route jusqu’au point de rendez-vous. Le timing étant respecté, elle fit l’aller-retour en un peu moins de trente minutes. L’Ancien était toujours là, attendant sûrement qu’elle revienne pour enfin se mettre en route. Arrivant à sa hauteur, elle lui sourit alors, toujours enthousiaste.

< C’est bon je suis prête, partenaire ! >
Insistant bien sur ce dernier mot, un sourire s’afficha sur son visage. Elle aimait bien joué avec les mots et trouvait son comportement des plus insistants assez marrant, il fallait l’avouer. Et tandis qu’ils se mirent en route, elle attacha sa lance à ses vêtements afin que cette dernière se trouve dans son dos sans pour autant râcler le sol, chose peu aisée compte tenu qu’elle avait sûrement été forgée pour un humain bien plus grand qu’elle. Mais bon, elle avait trafiquoté ses vêtements de sorte à ce que ça tienne, pour l’instant.
< Bon, maintenant qu’on est partis, si tu m’en disais un peu plus sur ce fameux capitaine rat… J’imagine que s’il est « capitaine », c’est qu’il doit être plutôt bien entouré non ? >
Préférant la réflexion à l’action, la jeune femme voulait savoir dans quoi elle s’embarquait avant de devoir agir. Elle lui avait donné sa parole, elle l’aiderait donc du mieux qu’elle le pouvait. Car après tout, de sa performance dépendrait sûrement la réponse de l’Ancien. Tiens mais d’ailleurs, une question la turlupinait depuis un moment…
< Au fait, tu ne m’as pas dit ton nom l’Ancien… Comment est-ce que tu t’appelles ? >
Question innocente… Mais qui pourrait avoir son importance par la suite.

Lien de la quête:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23578-fiche-technique-marble-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23577-marble-d-april

Whiskey Peak ― Année 1628


« Je te crois sur parole, Ahaha. » Rétorqua l’archéologue sur un ton sarcastique.

Quelque peu amusé, il vit finalement la capitaine pirate lui demander d’attendre une demi-heure. En effet, elle voulait faire un détour pour une raison qu’il ignorait, une raison qu’il ne saura pas, puisque l’adolescente était déjà partie vers sa nouvelle destination.

Il se demanda l’espace d’un instant s’il ne ferait mieux de la suivre, qui sait ce qu’elle pourrait rencontrer en chemin. Cependant, après réflexion, il se résolut à rester dans le coin, la laissant simplement aller faire ce qu’elle devait faire avant de revenir. Au pire, si elle décidait de ne pas revenir, pour une raison ou une autre, ce n’était pas plus, songea -t-il, visiblement encore quelque peu dérangé par l’idée de devenir un pirate. Pourquoi cela le dérangeait-il autant ? Pourquoi ? Se posait-il lui-même la question, avant de soupirer…

Percevant finalement une espèce d’étang naturel non loin de sa position, il sourit et s’en alla pour mettre sa tête dans l’eau. Il prit alors le temps de bien se laver les cheveux, retirant ainsi la nourriture qui s’était emmêlée à ses mèches, se débarrassant par la même occasion de cette odeur nauséabonde qui l’accompagnait depuis l’incident des rues commerçantes. Il se posa ensuite au sol, retirant dans un premier temps la balle qui s’était logée sur son bras. Pour ce faire, rien de plus simple, il porta sa bouche sur sa blessure, aspirant d’abord le sang, avant de se mordre pour pousser la balle à sortir. Etrange, mais il savait parfaitement ce qu’il faisait puisque, peu de temps après, la douille se retrouva coincer entre ses dents…

« Se faire avoir aussi facilement, il faut croire que je commence à être vraiment rouillé… »   Finit-il par glisser, après avoir expulsé la balle vers l’étendue d’eau.

Il porta ensuite sa main sur l’autre blessure, située au niveau de son épaule, et pressa aussi fort que possible pour expulser la seconde douille, qui n’avait visiblement pas pénétré profondément sa chair. Tâche fastidieuse et pas sans douleur, mais hélas nécessaire, s’il voulait s’en prendre au capitaine Rat.

Lavant finalement ses plaies grâce à l’étendue d’eau qui se trouvait devant lui, il finit ensuite par se redresser puis retourner au point du rendez-vous initiale.

A peine arriva -t-il qu’il se demandât ce qu’il fichait. En effet, pourquoi ne pas tout simplement partir ? Pourquoi ne pas profiter de l’absence d’April pour disparaître ? Le temps de se poser ces questions suffit pour que la capitaine pirate revienne avec une lance qui, de prime abord, ne semblait pas très évidente à manier. Surtout pour sa taille. Enjouée, la voilà qu’elle l’interpela, l’appelant même « partenaire », comme s’ils faisaient déjà parti du même équipage.

Drôle de gamine, songea naturellement Sigeraed, tandis que la Marble poursuivait en l’interrogeant sur ce fameux capitaine Rat. Elle voulait en effet en savoir plus sur lui, ce qui était tout à fait compréhensible. Elle acheva en fin son monologue en demandant le nom de l’archéologue, chose qu’il pensait avoir donné mais il fallait croire que non. En même temps avec tout ce qui s’était passé, ce n’était pas si étonnant.

« … Tu peux m’appeler Sigeraed. Je me nomme Schwarz Sigeraed. » Fit-il, portant sa main derrière son crâne. « Tu es certaine de pouvoir manier cette chose ? » Demanda -t-il, avant de se relever du tronc d’arbre sur lequel il était assis.

Il jeta un bref instant son regard vers l’Est, là où se trouvait le repère de ce fameux chasseur de primes. Puis, il se retourna de nouveau vers la porteuse de « D. »  

« … De ce que je sais, la réputation du capitaine Rat est exagérée. Cela arrange bien ses affaires, puisque maintenant bien de ses semblables le craignent. Il collabore en outre avec un soldat de la marine qui ferme ses yeux sur ses activités illicites. Il doit surement trouver son compte, le marine.

Quoi qu’il en soit, Rat reste quelqu’un de très imbu de lui-même. Il ne se prend en effet pas pour de la merde, et cela c’est en grande partie grâce aux brutes qui l’accompagnent. Ils sont quatre il me semble, je crois qu'il faut plus se méfier d’eux que de ce bon à rien. Après, je ne sais pas plus, donc il faut garder à l’esprit que les choses pourraient s’avérer beaucoup plus compliquées qu’il n’y paraît.
» Glissa -t-il, l’air visiblement songeur.

Il soupira.

« Allons-y. » Reprit-il, avant de percevoir un étrange nuage de fumée au large.

De la poussière. Causée par deux types qui courraient de toutes leurs forces, comme s’il en allait de leur vie.

« Les fruits sont déchainés ! Les fruits sont déchainés ! » Répéta l’un, comme pour avertir nos deux protagonistes. « Ces fous les ont provoqués, je crois bien que cette fois-ci ils vont envahir toute l’île et nous massacrés. Courrez ! Courrez ! » Ajouta l’autre, tandis qu’ils poursuivirent leur chemin, dépassant April et Sigeraed en fonçant en direction de la ville.

L’archéologue ne comprenait pas trop. En réalité, il s’en moquait pas mal, sachant de toute évidente qu’il était obligé d’emprunter ce chemin pour se rendre au repère du Rat. Restait à voir si la Marble était toujours prête à le suivre dans cette aventure…

  • https://www.onepiece-requiem.net/t23591-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23585-schwarz-sigeraed-termine#249889

Whiskey Peak – Année 1628

Elle regarda avec une certaine déception dans le regard. April espérait que l’Ancien n’était pas de ceux qui jugeaient un livre à l’aspect de leur couverture.
< Ah ouais, il est dur à dire ton nom… Je pense que je vais t’appeler Papi, ça te va mieux ! >
Lui rétorqua-t-elle avec un sourire en coin. Elle ne voulait pas être mesquine, mais elle était plutôt brute de décoffrage et espérait que cela ne dégraderait pas la relation qu’ils étaient en train de construire. Quant à sa question sur la lance, la jeune femme haussa simplement les épaules et grommela ces quelques mots.
< Bof, on verra bien. J’avoue que c’est la seule arme que j’ai pu trouver dernièrement, du coup je me suis jamais vraiment posé la question. Mais je me suis entraînée et ça a l’air d’aller, je ne serai pas un poids pour toi ne t’en fais pas Papi ! >
Dit-elle avec un certain amusement, cette fois, dans la voix. Décidément, elle l’aimait bien ce nouveau surnom ! Mais les choses sérieuses commencèrent, et l’état d’esprit de la jeune femme changea du tout au tout. Devenant des plus sérieuses, elle écoutait avec attention le récit que lui faisait Sigeraed sur le capitaine rat, leur cible pour les prochaines étapes de l’aventure.

Apparemment, il serait entouré de quatre brutes qui seraient, selon ses dires, les véritables menaces qui martyrisaient les pauvres villageois. La présentation était plutôt succincte et April n’en appris pas vraiment beaucoup plus. Juste, au moment où l’Ancien commentait sur le potentiel accoquinage entre le capitaine rat et un membre de la Marine, un frisson s’empara du corps de la future capitaine. La visualisation de cette force armée l’avait tétanisée la dernière fois, cela ne devait plus se reproduire.

Son corps se souvenait de terribles traumatismes, mais elle le savait, son esprit déciderait de ce qui se passerait dans l’avenir. Et c’était aussi ce qu’elle avait pris comme décision lorsqu’elle s’était lancée dans l’aventure de pirate, à la recherche de ses nakamas. La Marine serait un problème ; comme elle l’avait toujours été, soyons honnête ; et le plus tôt elle acceptait cette situation, le plus tôt elle pourrait tourner la page !

< Hm, je vois. L’approcher ne sera donc pas forcément facile. Et si on y va en force, si les brutes sont si puissantes, on ne risque pas de faire le poids… Mais j’imagine qu’un guerrier avec autant d’expérience que toi a déjà un plan, pas vrai ? >
Honnête, elle ne pensait pas un seul instant que ses paroles pourraient être offensantes envers une personne d’un certain âge. Non pas qu’elle n’y ait pas pensé, mais surtout parce qu’elle ne considérait pas Sigeraed comme un vieux, mais plutôt comme la première personne de son équipage ! Et alors qu’elle souhaitait voir ce qu’avait l’Ancien en tête, un nuage de poussière se dirigea vers eux.

Après que la scène la plus sordide que April n’ait vue depuis un moment soit passée, elle se demanda bien ce que ces deux énergumènes voulaient bien dire. Apparemment, les fruits seraient fous de rage car ils auraient été provoqués, serait-ce une intervention du fameux capitaine rat ?

< Tu penses que c’est le rat qui a fait ça ? Au moins, si c’est le cas, il ne sera pas vraiment difficile à trouver. On y va ? >
Au moins, si Sigeraed en doutait, il était désormais sûrement convaincu que la jeune femme n’avait pas froid aux yeux. Et tandis qu’ils reprenaient leur route, de nouveaux intervenants venaient croiser leur route. Il s’agissait de légumes cette fois-ci, et à en juger par leur apparence et leur regard, ils ne semblaient pas considérer d’un bon œil l’arrivée des deux humains sur leurs terres.
< Stop, humains ! Vous arrivez à proximité de Frutopolis et la ville est en ce moment même en pleine agitation. Nous vous demandons de décliner votre identité et la raison de votre venue ! >
April s’arrêta net, elle savait que cela pourrait s’avérer dangereux et ce fut donc pourquoi elle mit la main au niveau de son dos, touchant de ses doigts fins le métal de sa lance, prête à dégainer en cas de danger face à cette dizaine d’individus légumes qui semblaient énervés…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23578-fiche-technique-marble-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23577-marble-d-april

Whiskey Peak ― Année 1628


Peinant à prononcer le prénom du Schwarz, la Marble opta finalement pour un sobriquet aussi simple qu’amusant, quoique peut-être un brin provocant ? Dans tous les cas, Sigeraed n’avait pas l’air de mal à le prendre, au contraire, il s’en amusait. Il fallait dire que ce n’était pas la première fois qu’on préférait l’appeler ainsi. Cependant, à la différence des autres fois, il ne percevait cette fois-ci aucune forme de mépris ou de provocation. Le contraire n’aurait probablement pas changé grand-chose pour lui, puisqu’il n’était pas du genre à accorder de l’importance à ce genre de détails, toutefois c’était tout de même bon de le noter, se dit-il, avant de réagir :    

« A ton aise, jeune pirate. » Se contenta -t-il, toujours avec ce petit sourire en coin.

S’ensuivit ensuite quelques explications de la capitaine pirate sur le choix de son arme. Elle n’avait visiblement pas l’être très inquiète. Au contraire, elle chercha même à rassurer l’archéologue, en lui confiant notamment qu’elle ne sera pas un fardeau pour lui, l’interpellant une seconde fois par le surnom qu’elle lui avait trouvé.  C’était amusant, comme si un certain lien se forgeait entre les deux alliés de fortune, même s’ils ne s’en rendaient peut-être pas encore compte.

« Je te fais confiance. » Fit finalement Sigeraed.

Si ce n’était point dans ses habitudes d’impliquer des enfants dans ses propres quêtes, quelque chose lui disait qu’il faisait bien de miser sur cette petite. Il restait en effet persuadé qu’elle saura lui être utile, bien plus utile que la plupart des chasseurs ou criminels du coin…

Le natif du royaume d’Eyrarfeel dressa finalement un bref portrait de leurs ennemis à la capitaine pirate. Celle-ci ne manqua pas de réagir, admettant d’abord la difficulté de la tâche qui les attendaient. Elle s’interrogeait ensuite sur le plan du guerrier, présumant qu’il devait forcément en avoir un, ce qui était plus ou moins vrai. Elle avait du flair, c’était le moins qu’on puisse dire.  

« Tu me surestimes, pirate. » Commença Sigeraed.

Moins elle aura d’attente, moins elle sera déçue, songea -t-il.

Finalement, il soupira, avant de reprendre :

« … Disons que j’ai en effet un semblant de plan. Je ne garantis pas son succès, mais c’est toujours moins que rien, j’imagine. » Fit-il, en haussant légèrement les épaules. « J’ai vu comment le Rat traite ses hommes. Ses esclaves. Ces hommes, s’ils le voulaient, ils pourraient facilement se défaire de lui et retrouver leur liberté. Cependant, de ce que j’ai observé, ils ont l’air été conditionné depuis de nombreuses années, au point que toute idée de révolte ne leur traverse l’esprit. En l’occurrence, si nous sommes incapables de les battre dans un combat régulier, ce qui risque probablement d’être le cas, il faut les manipuler et les retourner contre leur maître. Ce ne sera pas simple, et il faudra certainement parvenir à en neutraliser un, voire deux avant de créer les conditions nécessaires pour que ça marche... » Reprit-il, visiblement songeur.

Il soupira de nouveau.

« Si tu juges que c’est trop difficile, on peut opter pour la méthode brutale, mais on risque d’y laisser pas mal des plumes, je te préviens. » Précisa -t-il.

Interrompu soudainement par deux individus, qui prenaient leurs jambes à leur cou, les deux alliés apprirent qu’un indicent s’était produit à quelques lieux de leur emplacement. Apparemment, une révolte des fruits. C’était curieux, aussi l’archéologue n’était pas contre la proposition d’April pour aller jeter un coup d’œil. En effet, comme le suggérait la pirate, il se pourrait que le rat soit à l’origine de cet indicent, comme bien d’autres qu’il avait causé ces dernières semaines. Puis, à en juger par le chemin emprunté par les deux « lanceurs-d ’alertes », il semblerait que lieu de l’indicent se trouve de toute évidence sur la route menant vers leur destination initiale. Ce qui arrangeait plutôt bien leurs affaires, c’était le moins qu’on puisse dire.

« Tu as raison. On ne sait jamais avec lui, allons voir, et au pire si ça ne donne rien, on poursuivra notre route vers sa résidence. » Rétorqua finalement Sigeraed, sourire aux lèvres.

La pirate n’avait pas l’air de craindre le danger, et ce malgré tout ce qu’il avait pu lui dire sur leur ennemi, chose que l’épéiste semblait pas mal apprécié.

Quoi qu’il en fût, quelques temps plus tard, ils finirent par se rapprocher du lieu de l’incident. Seulement, alors que le domaine vert de Frutopolis était visible en arrière-plan, les deux alliés se virent contraint d’arrêter leurs courses. En effet, des espèces de légumes-vivants sortirent des végétations environnantes, leur barrant curieusement le chemin. Alors que celle à la forme et à la tête de courgette les interpellait, se montrant un brin hostile et très protocolaire, deux coups de canons retentissent soudainement du domaine vert, faisant s’agiter les petits soldats.

« Ces humains et leur technologie, fichus humains ! Ils sont en train de s’saccager nos terres. Je parie que vous êtes leurs complices, avouez-le, saletés d’humains ! » Fit la courgette, tandis que les soldats en forme d’haricot-vert qui l’accompagnaient se mirent rapidement à encercler nos deux protagonistes.

Sigeraed n’en croyait pas ses yeux.
Il en avait vu des choses, mais des légumes comme ceux-là, parlant et agissant comme des humains, c’était une première pour lui.

« Navré, monsieur le légume. Tout ceci n'est qu'un malentendu. Nous ne sommes pas vos ennemis, nous sommes venus pour… » Commença -t-il, avant d’être interrompu.

« Je ne suis pas un légume, mais un fruit ! Comment osez-vous nous assimiler aux légumes ? Soldats, neutralisez-les ! » Hurla la courgette, visiblement fou de rage.

Les haricots verts se mirent alors à les mitrailler de graines, qui étaient bien plus douloureux que ne l’imaginaient Sigeraed. Tournant la tête vers la capitaine, il cherchait à savoir ce qu’elle ferait dans ce genre de situation. Battre en retraite ? Attaquer ces pauvres « légumes » ? Se fondre dans la forêt et chercher un moyen de comprendre ce qui se passe avant d’agir ? C’était le moment pour lui de découvrir quel genre de capitaine elle allait être…  


Spoiler:
→ Nos deux protagonistes arrivent à l'entrée de Frutopolis.
Les soldats-fruits qui les accueillent font parties d'une unité chargée de surveiller les frontières du domaine. Se trouvent à leur tête une courgette et plein de petits soldats haricots-verts.

→ Au moment où la courgette les interpellent les deux alliés, deux coups de canons retissent à l'intérieur de Frutopolis. Les soldats semblent alors s'agiter, tandis la courgette est folle de rage, et ce d'autant plus en pensant que Sigeraed et April sont des complices des humains qui s'saccagent actuellement leur domaine. Sigeraed l'interpelle pour clarifier les choses, mais la courgette n'apprécie pas du tout qu'il la qualifie de "légume", les haricots se mettent alors à tirer des graines sur nos deux pirates.

→ Sigeraed se tourne vers April et attend de voir ce qu'elle préfère faire dans cette situation.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t23591-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23585-schwarz-sigeraed-termine#249889
Whiskey Peak – Année 1628

Au moins, il avait un plan. Et même si cela n’était qu’une ébauche et que beaucoup de paramètres pouvaient changer la donne, April fut contente de voir qu’il ne partait à l’aventure sans y avoir un minimum réfléchi. Car mine de rien, même si elle avait affiché son ambition de recruter Sigeraed, cette petite aventure pourrait aussi servir de test à double sens. Car elle ne prendrait pas n’importe qui à ses côtés, et même si elle avait confiance en son instinct, une sortie de route n’était pas totalement à exclure. Elle espérait juste qu’il n’était pas du genre à ôter la vie d’autrui sans réfléchir et sans chercher de solution alternative… Mais cela, l’avenir nous le dirait !
< Je vois, c’est un bon plan ! Pour être honnête avec toi, j’espère pour le rat qu’il a su s’entourer de personnes de confiance… Cela serait triste pour lui si ce n’était pas le cas. >
Dit-elle avec une empathie certaine. Cela pourrait sûrement paraître bizarre aux yeux de l’Ancien, mais April n’était pas rancunière de toute la misère que le monde avait posé sur ses épaules. S’étant mise à la place du fameux capitaine rat, elle s’était dit qu’à sa place, elle aurait aimé avec des nakamas fidèles, qui se décarcasseraient pour lui. Car c’était sa vision des choses, sa vision d’un équipage, l’idéal qu’elle recherchait en montant son propre équipage.

Et tandis qu’elle s’apprêtait une nouvelle fois à répondre, elle fut interrompue par l’arrivée des hommes légumes. Ces êtres à l’apparence de haricots, sauf une courgette, semblaient des plus énervés. Ils s’étaient rués sur le duo de fortune avec vigueur et la courgette s’adressa alors à eux avec véhémence. Affirmant qu’ils étaient sûrement de mèche avec ceux mettant le boxon dans leur ville, ils voulaient des aveux.

April ne dit mot, devancée par Sigeraed qui semblait tout aussi abasourdi qu’elle de voir des légumes ; ou fruit ; aussi vivace et menaçants. Bouche bée, elle assista donc à la joute verbale entre son futur coéquipier ; elle l’espérait ; et l’homme courgette. La remarque de ce dernier ne manqua pas de la faire s’esclaffer de rire, il semblait avoir un honneur à défendre.

< Ah ah ah ! Franchement, la courgette… Fruit ou légume, est-ce bien important ? >
Fit-elle avec une intensité dans le regard, comme si la flamme de la combattante s’était alors ravivée. D’un mouvement ample, elle détacha sa lance de son dos tout en esquivant les premiers tirs des haricots. Elle ne savait pas vraiment si ces projectiles seraient réellement dangereux, mais elle préférait éviter de le découvrir.

Prenant un appui solide sur le sol, elle bondit alors en avant, lance en main et se retrouva aux côtés de l’homme courgette. Ce dernier dégaina un sabre partiellement rouillé et engagea alors le combat avec la future capitaine. Elle avait dit ces mots avec une telle intonation qu’il fut choqué, permettant alors à April de porter le premier coup avec le bas de sa lance d’un habile mouvement de poignet.

Légèrement sonné, la courgette fut alors envoyée à trois mètres sur le sol, provoquant un moment de silence et une accalmie dans la salve de tirs de ses partenaires. Et tandis que certains continuaient de viser l’Ancien, trois prirent alors pour cible April qui venait de reprendre la « danse » de lames avec la courgette.

< Gh !!! >
Elle avait clairement l’avantage face à la courgette, cependant elle était épaulée par ses partenaires, par son équipe. Chose pour laquelle April ne vit pas le coup venir et reçut une salve dans le dos. Comme elle s’y attendait, les projectiles n’étaient pas que de simples féculents… Ils faisaient extrêmement mal. Trouant ses habits déjà miteux, les trois projectiles laissèrent alors de moches ecchymoses au niveau du dos de la jeune femme aux cheveux blancs qui finit au sol.

Se relevant tant bien que mal, elle n’avait désormais plus le sourire qu’elle affichait auparavant, désormais son visage montrait uniquement de la concentration, rien que de la concentration. Elle se remémorait ce fameux jour à Jotunheim où elle avait dû lutter pour sa survie. Cette petite quête était pareille, elle s’en rendait maintenant compte… Chaque faux-pas la rapprochait d’une mort certaine, elle se devait donc de garder sa concentration au maximum.

< Hey Papi, tu t’en sors ?! >
Cria-t-elle à Sigeraed.
< Je vais avoir besoin que tu me couvres encore un peu, je m’occupe de la courgette, ok ?! >
Fit-elle tout en ne lâchant pas des yeux celui qu’elle avait pris comme adversaire. Sa lance en main, elle se sentit alors envahie par un sentiment familier, un sentiment qu’elle ne connaissait que trop bien qui venait stimuler en elle des souvenirs du pire moment de son existence.

Et tandis qu’elle s’élançait, les plus observateurs purent alors voir comme de la buée sortir de sa bouche, un léger voile grisâtre sortait lorsqu’elle expirait.

Le froid de Jotunheim s’emparait peu à peu d’elle…

Tirage aux dés:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23578-fiche-technique-marble-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23577-marble-d-april
Whiskey Peak ― Année 1628


Eprouver de l’empathie pour son ennemi…
C’était probablement une chose que l’archéologue aurait du mal à faire, surtout s’il considérait que cet ennemi ne le méritait pas. Cependant, sur ce point, April, sa partenaire, semblait quelque peu différente de lui. En effet, elle semblait plus sensible et soucieuse des autres, peu importait qu’ils soient son ennemi ou non. Chose plutôt étonnante de prime abord, cependant, en y réfléchissant, Sigeraed se rendit également compte que c’était ce qui la rendait si spéciale. Oui, dès leurs premiers échanges, il n’avait cessé de constater des particularités qui rendait la future capitaine pirate assez spéciale à ses yeux…

Quoi qu’il en fût, quelques temps plus tard, ils finirent par atteindre leur première destination, où ils furent, malheureusement, immédiatement pris à parti par une petite unité de fruits-vivants. Surprise et confusion se lisaient naturellement leur visage, avant que le Schwarz ne décide d'intervenir pour clarifier les choses.

Une clarification qui s’imposait en effet à ses yeux puisque, d’une part, ce n’était pas dans ses intentions d’offenser les fruits, en les assimilant à des légumes, et d’autre part, il lui paraissait important que les soldats-fruits sachent qu’ils n’étaient pas complices des individus qui saccageaient leur terre. Cependant, les choses ne se passèrent malheureusement pas comme prévu. En effet, les soldats-fruits, visiblement très remonté, se mirent rapidement à encercler et attaquer les deux alliés.

Sigeraed soupira, regrettant que les choses prennent cette tournure, tandis que la Marble, elle, se laissa aller au rire, se faisant un brin provocatrice, avant de dégainer son arme. L’archéologue comprit alors que la fuite n’était pas une option, ce qui ne le dérangeait pas le moins du monde.

Ainsi, débuta le combat.
Pendant qu’April occupait la courgette, chef de l’unité des fruits, Sigeraed, lui, s’efforçait de mettre un brin de distance pour attirer le plus de soldats possibles vers lui. Tous ne tombèrent malheureusement pas dans le piège, mais suffisamment l’avaient suivi pour l’encercler, avant de le canarder de graines particulièrement douloureuses. S’il put éviter la plupart, il en encaissa quand même quelques-unes, le faisant légèrement grimacer. Cela ne l’empêcha cependant pas de neutraliser une bonne partie des soldats en forme d’haricots-verts. Ce fut plus éprouvant qu’il ne le pensait, alors que, paradoxalement, les soldats ne semblaient pas avoir une aussi bonne résistance qu’on pourrait le croire. Ils restaient néanmoins agiles et leur nombre rendait la tâche quelque peu complexe.

Cependant, soudain, lorsque la voix d’April arriva jusqu’à lui, l’attitude et l’état d’esprit de Sigeraed changèrent, si bien que son regard avait suffi à déstabiliser les derniers soldats qui l’entouraient. Profitant de ce petit gain de temps, il chargea immédiatement vers April, apparaissant derrière elle, tandis que son bras gauche semblait terriblement souffrir de l’attaque des haricots-verts.

« Tu tiens bon ? Je te laisse lui faire sa fête, je m’occupe des autres, Cap’… » Fit-il, avant de s’interrompre subitement.

Il n’en revenait, il avait failli l’appeler capitaine.
Se frappant le visage, il sourit mystérieuresement.

Soudain, il sauta dans les airs pour arracher une branche, suffisamment solide et épaisse pour servir d’arme. Portant un bref regard vers la pirate, il remarqua alors qu’elle aussi s’apprêtait à passer aux choses sérieuses. Il put revoir et ressentir cette fraicheur, cet aura de glace qui semblait émaner d’elle. Il ne savait toujours pas ce que s’était, mais peu importait, à partir du moment où ça l’aidait à défaire leur ennemi, se dit-il.  

Tournant finalement vers les soldats haricots-verts restant, il s’adressa à eux, pour tenter une dernière fois de les raisonner :

« Que vous méprisé les humains est une chose : cela peut se comprendre, à bien des égards. Mais que vous vous mettez à tous les traiter de la même manière, cela vous rend finalement pas mieux qu’eux, vous ne croyez pas ? » Commença -t-il, en se grattant légèrement l’arrière du crâne.

Les soldats semblaient s’interroger. Ils doutaient. Ils réfléchissaient. Du moins, jusqu’à ce que leur chef, la courgette, ne se mettent à les réveiller.

« Oy, qu’est-ce que vous faites-là ? Neutralisez-les immédiatement, où je vous enverrai tous dans les champs des tomates ! » Hurla -t-il.

Les graines se mirent alors à pleuvoir.

S’aidant de son arme artificielle, Sigeraed s’efforça d’en arrêter le plus possible, faisant au mieux pour laisser le champ libre à April pour neutraliser la courgette. Il chargea le troupe d’haricots-verts, les balayant à l’aide de plusieurs frappes, qui ne leur laissaient aucune chance. Ça l’ennuyait terriblement de devoir se battre contre ces choses, ces être étranges, mais il savait aussi que c’était le seul moyen pour accéder à leur domaine, et ainsi pouvoir peut-être mieux leur venir en aide.

Finalement, lorsque les soldats furent neutralisés, son regard tomba sur une mini-tomate, à l’apparence enfantin, qui le regardait, caché derrière un arbre, le regard inquiet et triste…

Spoiler:
Récap : → Sig' attire une partie des soldats et tente de les occuper, pas sans difficulté.
→ Il prend un peu cher, mais arrive à en neutraliser une partie, et affaibli les rares qui lui résistent.
→ Lorsqu'April le sollicite, il se rue derrière elle, avant d'arracher une branche suffisamment épaisse pour en faire une arme.
→ Se faisant plus sérieux, il parvint à occuper et neutraliser les soldats, laissant le champ libre à April pour terrasser le boss.
→ Il remarque, à l'entrée du domaine, la présence une mini-tomate, à l'apparence enfantin, qui regarde la bataille, le regard visiblement inquiet et triste.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t23591-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23585-schwarz-sigeraed-termine#249889
Whiskey Peak – Année 1628

Bien qu’occupée avec l’homme courgette, la jeune femme ne put s’empêcher de remarquer du coin de l’œil que l’Ancien se débrouillait admirablement. Il faisait face à de nombreux ennemis et pourtant, pas une fois, il ne posa genou à terre. Utilisant son expérience pour anticiper leurs déplacements, leurs attaques, il démontrait là toute l’utilité qu’il pourrait apporter à son équipage. April n’en avait plus aucun doute ; et ce même si leurs adversaires n’étaient pas d’un grand niveau ; Sigeraed était un redoutable combattant qu’il valait mieux avoir dans son camp.

Lorsque ce dernier s’approcha d’elle après qu’elle lui ai demandé son aide, elle vit alors que son bras gauche le faisait encore souffrir. Inquiète, elle se demanda ce qu’elle devrait faire, devait-elle lui demander de battre en retrait et passer à la vitesse supérieure ? Ou alors cela le chiffonnerait-il de se faire mettre sur la touche de la sorte ? Quoi qu’il en soit, il semblait déterminé à continuer le combat et à lui fournir la diversion dont elle avait besoin.

< Tu es sûr que ça va l’Ancien ? Ta blessure n’a pas l’air totalement guérie encore… Fais attention à toi. >
De cette façon, elle lui réassurait sa confiance totale en ses capacités et ne se montrait pas plus inquiète que ça, même si intérieurement elle aurait préféré qu’il se repose, ne voulant pas qu’il lui arrive quelque chose. Après tout, elle l’avait choisi. Ce serait lui, celui qui l’aiderait à réaliser ses rêves, elle le savait.

Et lorsqu’il termina sa phrase, le sourire d’April s’annonça sur son visage. Une sensation agréable semblait s’être lovée près de son cœur. Cependant, elle ne dit rien, préférant rester silencieuse tandis qu’il se frappait le visage avant d’afficher un sourire. Elle le savait, elle n’avait pas le droit à l’erreur. Car elle ne souhaitait pas « perdre » un élément aussi prometteur, une personne avec laquelle elle se voyait déjà avancé sur de nombreuses aventures !

Chose pour laquelle elle reporta son attention sur la courgette qui lançait ses ordres à ses larbins alors que ces derniers semblaient s’être laissés convaincre par le discours de Sigeraed. Mais son intervention les força à réagir et ils se remirent en mouvement pour attaquer l’Ancien. Il n’en fallait pas plus pour l’ancienne détenue de Jotunheim qui se mit en mouvements et fonça sur la courgette. Cette fois-ci, elle se sentait dans son élément ; littéralement. Le froid s’était emparé d’elle, ses mouvements étaient plus tranchants, plus rapides même.

Profitant d’une feinte, elle mit alors la courgette dans le vent et en profita pour se rapprocher au maximum de cette dernière avant de lui mettre un coup de lance au niveau du thorax avec le dos de sa lance ; ne voulant pas la trancher en rondelles, même si l’idée était tentante. Suite à ce coup, son adversaire recula de quelques pas et chancela quelque peu. April n’avait pas besoin de plus car déjà, elle se trouvait à ses côtés. Balayant les jambes de la courgette, elle la fit alors tomber la tête la première sur le sol, faisant rouler son épée quelques mètres plus loin.

Puis, lorsque la courgette se retourna, c’était déjà trop tard.

< Si tu bouges, je te tranches en rondelles. Compris ? >
Lui sortit April, dominant son adversaire de toute sa hauteur, la lance coincée au niveau de son coup. Son regard, glacial, n’incitait pas à transgresser la règle qu’elle venait d’évoquer. La courgette le compris bien et son regard parlait pour elle, elle avait peur pour sa vie.
< Juste pour que ça soit clair, on est pas venus ici pour vous chercher des ennuis. Sauf si vous êtes avec le capitaine rat bien sûr ! Du coup, dis à tes hommes d’arrêter d’attaquer mon coéquipier, et dis moi tout ce que tu sais sur ce qui se passe à Frutopolis. >
Un sourire sur son visage, elle se rendit compte qu’elle avait oublié quelque chose.
< S’il te plaît. >
Pirate, certes. Mais une pirate polie.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23578-fiche-technique-marble-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23577-marble-d-april

Whiskey Peak ― Année 1628


Affichant un sourire confiant en guise de réponse, l’archéologue se jeta rapidement corps et âme dans son combat. Dans leur combat. Il se battait avec plus de conviction, et s’appliquait pour neutraliser rapidement les haricots-verts.

D’un œil extérieur, le changement d’attitude de Sigeraed, en temps normal roi des flemmards, paraissait comme motivé par le besoin d’assurer la sécurité de la porteuse du « D ». Paradoxalement, cela ne lui ressemblait pas. Il n’était en effet pas du genre à trop se soucier des autres. En principe, il se souciait de lui avant tout. Aussi, il ne se l’expliquait pas vraiment, mais s’efforçait également de ne pas y penser, puisque ce n’était de toute évidence pas le moment.

Finalement, lorsqu’il neutralisa les soldats, April parvint au même moment à stopper la courgette, qui était désormais désarmée et sous la menace de sa lance. Il faisait moins le malin, bien que sa colère restât visible sur son visage. Dans tous les cas, April s’adressa à lui, en lui faisant comprendre que l’archéologue et elle n’étaient pas leurs ennemis, à moins qu’ils ne soient des alliés du capitaine rat ; chose qui étonna visiblement le fruit.

En effet, les yeux écarquillés, il semblait se demander s’il devait croire la pirate sur parole ou non. L’aversion qu’il éprouvait pour les humains semblait manifestement obscurcir son jugement.

Finalement, il aura fallu attendre que la pirate lui demande poliment ce qui se passait dans leur domaine, sourire aux lèvres, pour que la courgette daigne lui répondre.

« Vous voulez nous faire croire que vous n’êtes pas avec lui ? C’est ce capitaine rat qui est en train de saccager notre terre et de persécuter nos frères. Il dit vouloir faire de notre cité son domaine. Vous êtes ses alliés, alors arrêtez de jouer la comédie ! Tuez-moi si vous voulez, mais j’espère que la garde rapprochée de notre illustre chef, John Lemon, vous écrasera. C’est tout ce que vous méritez, vous les humains ! Vous n’êtes que des… » Proférait-il, en crachant toute de sa haine, jusqu’à ce que l’arme de Sigeraed ne vienne l’assommer par derrière.

Fixant le corps inconscient de la courgette, le quadragénaire se gratta légèrement l’arrière du crâne, puis soupira.

« Qu’est-ce qu’il est bruyant… » Dit-il, dans un premier temps.

Son regard changea de direction, se posant sur la petite tomate qui les épiait à l’entrée du domaine. Lorsque leurs regards se croisèrent, la tomate pris peur et se cacha immédiatement derrière l’arbre géant, qui constituait la porte d’entrée de Frutopolis. Sigeraed décocha un petit sourire amusé, avant de reporter son attention sur la capitaine pirate.

« … S’en prendre aux plus faibles, c’est tout à fait lui ça… » Reprit-il, l’air songeur.

Soudain, deux coups de canons se firent encore entendre, provenant une fois de plus de l’intérieur du domaine. La petite tomate jusqu’lors dissimulée derrière l’arbre, sortit en courant, visiblement apeurée. Elle arriva jusqu’à nos deux protagonistes, avant de se heurter contre la jambe de l’archéologue. Effrayée, tant par la différence de taille que de race, elle hésitait entre fuir ou prendre son courage à deux mains pour défier les deux humains qui se tenaient face à elle.

« ... Je.. je.. Je n’ai pas peur de vous ! Je n’ai pas peur de vous ! » Lâcha -t-elle, dissimulant tant bien que mal sa frayeur.  

Baissant légèrement la tête, Sigeraed la regardait en se grattant légèrement l’arrière du crâne.

« Encore une légume ? Mais vous êtes combien à la fin ? » Demanda -t-il, sans aucune animosité.

Furieuse, la tête de la tomate vira au rouge.

« Je ne suis pas un légume ! Je suis un fruit ! Un fruit ! Tu entends, le papi ?! » Finit-elle par rétorquer.

L’archéologue tourna le regard vers April.

« Tu entends ça ? Un fruit. Pile au moment où je commençais à voir un petit creux. » Glissa -t-il, l’air amusé.

Prenant peur, la tomate se mit à reculer lentement, avant de se laisser effondrer. Elle se mit alors à chialer.  

« Maudits humains ! Ils vont tous nous manger… » Glissa -t-elle, en continuant de chialer, tandis que Sigeraed venait pour la porter dans sa main.

Alors qu’elle continuait de geindre, sans prêter attention à l'archéologue, comme si elle acceptait son sort, l’épéiste vint relever lentement sa tête avant de la gratifier d’un sourire rassurant.

« Et si tu nous montrais plutôt le chemin qui mène vers ces affreux humains ? » Lui dit-il, dans un premier temps. « Tu vois, cette fille-là, tu l’as vu se battre n’est-ce pas ? Elle est forte, pas vrai ? Eh bien, si tu promets de plus pleurer et de nous montrer la voie, alors elle se chargera de sauver ton peuple. Pas vrai, capitaine ?! » Ajouta -t-il, d’un large sourire.

Agréablement surprise, la tomate mis un certain temps avant de réagir.

« ...Vous ne nous mangerez pas ? Vous allez nous aider ? Vous me le promettez, madame la jolie humaine ? » Finit par demander la tomate à April.

Grimpant sur la tête de Sigeraed, l’enfant-fruit en forme de tomate semblait d’ores et déjà prête à collaborer, elle n’attendait plus que la réponse de la capitaine…


Spoiler:
→ Hésitant, la courgette refuse finalement de croire April sur parole. Sa haine envers les humains obscurcit son jugement.
→ Sig' finit par l'assommer, le trouvant trop bruyant.
→ Soudain, lorsque deux coups de canons se font entendre, la petite tomate sort de sa cachette en courant, elle heurte Sig'. Apeurée, elle hésite entre fuir ou dominer sa peur pour faire face à April et Sig'.
→ Sig' lui fait peur au point qu'elle abdique, se laisse tomber et pleurer, acceptant son sort (se faire manger par les humains)
→ Finalement, Sig' vient la porter dans sa main et tente de la rassurer. Il lui demande de ne plus pleurer et en échange April et lui viendront en aide à son peuple.
→ La tomate grimpe sur l'épaule de Sig' et attend la réponse d'April, avant de se décider si elle doit les guider dans le domaine ou non.

Illustration de la tomate : Image

  • https://www.onepiece-requiem.net/t23591-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23585-schwarz-sigeraed-termine#249889
Whiskey Peak – Année 1628

Bon, apparemment la courgette n’allait pas vraiment être très utile. L’individu, même sous le joug de la lame de la jeune femme aux cheveux blancs, refusait de lui donner raison et de la croire. Il semblait possédé par l’idée qu’elle était de mèche avec le capitaine rat, et qu’elle se jouait de lui pour on-ne-sait quelle raison. Soupirant, April ne savait pas vraiment comment lui faire comprendre. C’était pourtant simple, si elle voulait mettre la ville à feu et à sang, elle lui aurait sûrement pris sa vie lorsqu’elle avait l’occasion au lieu de l’épargner.
< Mais si je te dis que je suis pas… ! >
Commença-t-elle à se défendre. Mais c’était sans compter sur l’intervention de l’Ancien qui en avait fini avec les haricots. Il avait fait un travail remarquable et April remarqua qu’il n’avait pas de nouvelles blessures. Il possédait un vrai talent, c’était indéniable. Et surtout, il n’avait pas utilisé de moyens léthaux pour se débarrasser de ses adversaires, ce qui plaisait aussi à April et qui lui confirmait sa première impression !
< En effet, il a vraiment pas l’air commode ce capitaine rat, comme tu dis l’Ancien. Tu penses qu’il… >
Elle ne put terminer sa phrase, interrompue par deux coups de canons ; encore ; et l’arrivée d’une petite bestiole dont elle ne reconnut pas la forme immédiatement. Au bout de quelques instants, elle se rendit compte que c’était une tomate, enfin plutôt l’ébauche d’une tomate qui faisait quasiment la taille de la main de l’Ancien. Elle était ridicule, et cela arracha un regard très interrogateur à April lorsque le légume miniature tenta alors de les défier, sans doute craignant pour sa vie.

Cette attitude la fit sourire. Non pas un sourire amusé, mais plutôt un sourire compatissant. Elle savait très bien ce que c’était d’être entourée de prédateurs, de personnes souhaitant la voir morte ou se sentir comme une moins que rien. Au final, peut-être qu’elle se reconnaissait un peu dans cette tomate, à moindre échelle, bien sûr.

Et tandis qu’elle s’apprêtait à lui répondre, April assista au petit jeu d’acteur de Sigeraed. Ce dernier, en plus d’être une personne fort sympathique et un guerrier redoutable, savait aussi maîtriser les émotions d’autrui et avait une bonne compréhension. Il s’était donc « joué » de la tomate, sans doute pour s’amuser, avant de lui faire comprendre qu’ils ne représentaient aucunement une menace pour elle. Au final, il lui demanda même de leur montrer le chemin pour atteindre les « affreux humains » ; sans doute se référait-il au capitaine rat et à ses sbires. Mais ce qui la fit le plus sourire, c’était que pour la seconde fois en peu de temps, l’Ancien l’avait appelée « Capitaine ».

Cependant, l’Ancien lui donna un rôle un peu trop important ; du moins à ses yeux ; sur ce qui allait se passer. Il affirma à la petite tomate qu’elle se chargerait de sauver son peuple, ce qui la fit totalement rougir. Elle n’était pas habituée à ce que quiconque ne croit en elle. Pire, elle n’avait jamais promis ce genre de choses et se sentait toute gênée d’être mise sous les feux des projecteurs aussi abruptement.

< Euh… Bah écoute je sais pas trop… >
Vraiment gênée, elle sentait la chaleur monter en elle, lui rosissant sûrement les pommettes, elle avait été prise de court. Puis, en voyant la tomate porter autant d’espoir sur la promesse de l’Ancien, son regard passa sur le visage de l’expérimenté guerrier souriait. Et à ce moment là, elle repensa alors à qui elle était, qui elle voulait être. Et ce n’était plus cette jeune femme trop réservée et solitaire, mais bien la capitaine d’un futur équipage de pirate !
< Bien sûr, petite tomate, on va vous sauver des griffes du capitaine rat. Après tout, tu as vu comment mon ami se battait, aucune lame dans l’île n’est plus fine que la sienne, je peux te l’assurer ! >
Tentant de sourire de la meilleure des façons possibles, cela sembla fonctionner car les yeux de la petite tomate se plissèrent légèrement ; faisant deviner un sourire sur sa tête toute ronde. Et surtout, elle se mit rapidement à parler pour leur donner les informations dont ils avaient besoin.
< Je vais vous guider alors ! Mais promettez-moi de nous débarrasser du méchant rat ! Il a déjà tué, avec ses amis, beaucoup des gardes de Frutopolis et il semblerait que cela continue ! Et il faut aussi savoir qu’il est accompagné de quatre grands humains avec pleins de cicatrices. A ce qu’on dit, ils étaient d’anciens pirates qui accompagnent maintenant le capitaine rat. Ce sont eux les plus méchants, ce sont eux qui ont tué mes amis… >
Fit la petite tomate, un air tout triste sur son visage. April, bien que compatissante, ne pouvait pas se laisser submerger par ses émotions. Elle savait que cela serait difficile, mais désormais elle n’avait plus le choix. Elle s’était engagée, quelque peu forcée par l’Ancien, à sauver les légumes. Et si sa parole n’était pas respectée, elle ne vaudrait sûrement pas mieux que ceux qu’elle allait essayer d’arrêter !
< Ne t’inquiètes pas petite tomate, on va faire bien attention ! Pas vrai l’Ancien ? >
Elle voulait être bien sûre que Sigeraed savait dans quoi il s’engageait. Ce qui sembla être le cas, car ils se mirent ensuite en route. La petite tomate les fit passer par un passage dérobé à la vue de toute personne ne connaissant pas la ville, leur permettant alors d’éviter de nouvelles surprises. Puis, ils arrivèrent sur une sorte de cour, un endroit où étaient rassemblés de nombreux légumes, serrés les uns contre les autres, protestant et criant vers un homme qui les tenait en joug avec un fusil.

S’arrêtant, April se cacha de la vision du quidam derrière un mur et chuchota alors à l’Ancien ces quelques mots.

< Il semblerait que l’on ait trouvé le premier du quatuor… Comment tu veux procéder ? >
Même si elle avait une bonne idée de comment faire, elle ne voulait pas imposer ses idées à celui qu’elle voulait absolument dans son équipage. Après tout, même si elle serait la capitaine, tous auraient un rôle à jouer.

Tous seront égaux.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23578-fiche-technique-marble-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23577-marble-d-april

Whiskey Peak ― Année 1628.


Amusé de voir la pirate déstabilisée pour si peu, l’archéologue ne dit finalement rien, ne serait-ce que pour éviter de lui mettre davantage la pression. Il lui laissa en effet le temps de se reprendre, de réfléchir et de prendre sa décision. Décision que la petite tomate tentait de forcer, en lui faisant les yeux doux. Des yeux de merlan frit, pouvant faire fondre n’importe qui… ou presque n’importe qui.

Situation plutôt amusante, trouvait Sigeraed, avant d’entendre la décision de celle qu’il avait appelé « capitaine ». Une décision qui ravie visiblement la tomate, comme le témoignaient son sourire et ses yeux pleins d’espoirs et d’admiration. Influencée aussi par le discours flatteur de la Marble au profit de l’archéologue, la tomate se retourna vers lui, en le regardant également une certaine admiration. Elle avait trouvé les alliés qui lui faillaient, se disait-elle probablement, toute fière, résolue alors à leur servir de guide.

Alors qu’ils commençaient à se mettre en route, la petite tomate daigna leur partager quelques informations. A commencer par le fait que le capitaine rat et ses hommes avaient tuer plusieurs de ses semblables, notamment beaucoup de gardes, et que le nombre risquait probablement de s’alourdir avec le temps. Elle leur partagea également le nombre de personne qui accompagnait le rat, soit 4 hommes comme s’en doutaient déjà April et Sigeraed. Seulement, ce qu’ils ne savaient probablement pas, du moins pas avant que ne leur apprenne la tomate, c’était la possibilité que ces hommes soient des anciens pirates. Chose qui, curieusement, n'avait pas l'air de véritablement étonné l’archéologue... L’air visiblement songeur, il finit par revenir à la réalité, sous la voix de sa capitaine qui tentait de rassurer la tomate.

« ... Oui, ne t’en fait pas, petite tomate… On va les neutraliser, je te le promets. » Finit-il par glisser.

Voilà qui redonnait le sourire à la tomate. Faisant alors preuve d’une agilité pour le moins étonnante, elle sauta par-dessus l’épaule de l’archéologue pour se retrouver au sol, devant ses deux alliés, en adoptant une posture pour le moins frimeur.

« Tenez bon les amis, mon armée et moi allons vous délivrer, je vous le promets ! » Fit-elle, avant de récupérer un petit bout de bois qui trainait par terre. « … Unité de la princesse Tomata, c’est parti ! » Reprit-elle, avant de foncer vers l’entrée de Frutopolis.

Amusé, Sigeraed se contenta de la suivre.
April emboita également le pas.
Ainsi, ils entrèrent rapidement dans la cité verte de Frutopolis, une cité pour le moins époustouflante.

Bien guidés par la tomate, les alliés empruntèrent des passages étroits et discrets, évitant ainsi les routes principales et les dangers qui pouvaient les attendre. Rapidement, ils arrivèrent sur une sorte de vaste cour, où étaient agglutinés de nombreux fruits, qui protestaient et criaient vers un homme qui les tenaient en joug.

S’arrêtant derrière un mur pour observer discrètement la scène, la pirate finit par demander à Sigeraed la façon dont il voulait procéder. Songeur, le regard de l’épéiste continuait d’observer la scène, tandis que la tomate vint se poser sa chaussure droite avant de tirer plusieurs fois sur sa longue veste pour l’interpeller.

« Il faut faire vite, vite ! Il va les tuer, sinon… » Dit-elle, l’air triste.

Baissant la tête pour croiser son regard, Sigeraed finit par s’abaisser, caressant délicatement de son indexe la mèche de la tomate. Il la prit ensuite dans sa main pour la redéposer sur son épaule. Alors qu’il s’apprêtait à s’adresser à April, la voix de l’homme de main du rat attira son attention.

« Des fruits qui parlent, j’avoue que j’ai encore du mal à le croire. Bref, arrêtez de me casser les oreilles et faites ce que j’attends de vous, sinon… eh bien ma foi je vous tuerai tous, et après je vous mangerais, Ahahaha ! » Glissa -t-il, avant de se délecter du désespoir de ses victimes.

Finalement, il tira un coup de feu. Une des oranges le pris en plein tête, avant d’être éjectée du groupe, sous le regards tétanisés des autres, qui se sentaient terriblement impuissants.

Les mots n’avaient alors plus d’importance, autant pour Sigeraed, que probablement pour April, la capitaine. D’un simple hochement de tête à l’égard de la Marble, Sigeraed finit par sortir de sa cachette. April devait surement avoir fait la même chose, si elle avait su lire dans son regard.

Les fruits semblaient abattus, croyant qu’ils avaient affaire à encore plus d’ennemis que prévu. Cependant, le concerné, l’esclave du rat, lui, paraissait surpris et confus. Il se demandait probablement ce que d’autres humains faisaient dans le coin. Il se demandait surement qui étaient ces fous qui venaient de pénétrer dans « leur » futur domaine.

« Oy, vous êtes qui vous ? » Fit-il, l’air contrarié. « Répondez ou je tire d’abord sur eux et je vous écrase ensuite. » Ajouta -t-il, doigt posé sur la gâchette.

La tomate sauta par-dessus l’épaule de l’archéologue pour se ruer sur lui, avec l’espoir de gagner du temps. Sigeraed, lui, chargea immédiatement le colosse et le feinta, en lui faisant croire qu’il allait sur sa droite, pour arriver finalement dans le flanc opposé, le désarmant ainsi de son fusil. Surpris par l’agilité et la rapidité de l’épéiste, le colosse finit par sourire, visiblement heureux de trouver en fin un adversaire à sa taille.

« Oy, la princesse tomate. » Fit-il alors Sigeraed, en interpellant la petite. Gênée, la concernée vira au rouge, encore plus qu’elle ne l’était déjà. « … Montre la voie à ma capitaine. Je vais m’occuper de cet abruti. » Reprit-il, le regard sérieux. « Je vous retrouverai rapidement, alors foncez ! » Conclut-il, en fixant son ennemi.




Spoiler:
→ L'homme de main du rat martyrise les fruits et n'hésite pas à tirer gratuitement sur l'un d'eux.
→ D'un simple hochement de tête, Sig' avise April de son intention de s'occuper de leur premier véritable ennemi.
→ Alors que l'ennemi en question s'apprête à tirer d'autres coups de feu, Sig' le charge et le feinte, en lui faisant croire qu'il arrive à droite mais apparaît finalement sur son flanc opposé. Il le désarme à l'aide se son arme en bois.
→ Il demande à la tomate et April de continuer, il les rejoindra quand il aura fini son combat.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t23591-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23585-schwarz-sigeraed-termine#249889
Whiskey Peak – Année 1628

Qu’ai-je dit… Des légumes ? Pas vraiment, en réalité il s’agissait de fruits. Mais bon, pouvait-on vraiment en vouloir à April de confondre les deux catégories d’aliments ? Elle qui n’avait jamais eu de connaissance culinaire, elle qui avait vécu quasiment toute sa vie au fond d’un Iceberg où la seule nourriture qu’elle avalait n’aurait sûrement pas plu à des chats errants. Bref, tout ça pour dire que mes narrations précédentes pouvaient être incorrectes, mais le sujet était désormais sous contrôle.
< Oui, on s’en occu… >
Fit April tout en n’ayant pas terminé sa phrasé, interrompue par un coup de feu. Le garde du capitaine rat semblait avoir décidé d’agir, semblait enclin à faire un exemple pour les que les autres fruits ne posent pas de soucis. Ainsi, il fit ce qu’on appelait dans le jargon, une orange sanguine. Voyant cette scène, et bien qu’elle ne connaissait pas personnellement l’orange, April fut alors parcourue par une secousse intérieure, son sang se glaça et ne fit qu’un tour.

Il ne suffit que d’un seul regard pour qu’ils se mettent d’accords pour sortir de leur cachette. Sigeread fut alors le plus rapide et se rua sur le tyran au fusil. Cependant, ce dernier les avait vu venir, plus particulièrement la petite tomate. Il l’avait mise en joug, n’avait pas hésité un seul instant, et avait tiré afin de lui ôter la vie, afin de faire une deuxième victime en l’espace de quelques secondes…

< Tu vas bien… ?! >
Accroupie par terre, la jeune femme tenait alors la tomate dans ses bras. Elle avait senti le danger et s’était jetée ; corps et âme ; pour lui éviter de subir l’impact de la balle. Cependant, en faisant ainsi, elle s’était faite éraflée le visage par le projectile lancé à une vitesse incroyable. Une trace de sang coulait alors le long de sa joue, démontrant qu’elle avait été bien chanceuse sur ce coup. La faisant sûrement réfléchir la prochaine fois avant d’agir ; même si elle venait de sauver la vie de la princesse tomate par la même occasion.
< Me-Merci… >
Dit la jeune pousse, toute choquée d’être passée aussi proche de la mort. Et tandis que les fruits semblaient s’être calmés, ne comprenant pas pourquoi l’un des humains s’attaquait à leur tyran ; tandis que l’autre venait de sauver la tomate ; Sigeraed se tenait désormais près de l’homme qui était désormais désarmé. Plus de sourire, cependant, sur son visage. Sa concentration était au maximum, April pouvait le dire.
< Ne traîne pas trop… >
Lui dit-elle sans en dire plus. Son regard, à elle aussi, avait changé. Même si la rage s’était emparée d’elle, elle venait de retrouver un semblant de calme. Cependant, elle sentait sa température corporelle descendre rapidement, se laissant envahir par cette sensation qui devenait de plus en plus commune, cette sensation qui lui rappelait d’où elle venait… Et ce qu’elle ne voulait donc plus.

Sans perdre de temps, elle partit, dirigée par les indications de la petite tomate qui semblait un peu troublée par ce qui venait de se passer. Elle se permit donc une petite remarque après avoir donné la direction à April, une question lui taraudait l’esprit.

< Mais pourquoi tu l’as laissé tout seul, tu n’as pas peur qu’il lui arrive du mal ? >
Dit-elle, une pointe d’inquiétude dans la voix. Elle semblait vraiment s’être attachée à l’Ancien. Mais April n’avait aucun doute, et son regard plein d’assurance combiné avec son sourire eurent alors raison des derniers doutes subsistants.
< Ne t’inquiètes pas, l’Ancien n’en fera qu’une bouchée ! >
Comme ragaillardie par ses propres paroles, April augmenta alors la cadence tandis que la petite tomate s’était mise sur son épaule, s’accrochant plus ou moins douloureusement à ses cheveux. Et c’est ainsi qu’elles arrivèrent au niveau d’un bâtiment qui semblait plutôt luxueux. Cependant, April n’eut pas vraiment le loisir de l’admirer convenablement car elle remarqua deux silhouettes humaines à l’entrée.

S’arrêtant net, elle garda une bonne distance avec les deux nouveaux obstacles qui se dressaient face à elle. Les individus semblaient surpris de la voir arriver, mais cela ne les empêcha pas de sourire. Un homme plutôt gras se trouvait là, un sabre accroché à la ceinture. Il se tourna vers sa partenaire, une jeune femme qui devait avoir à peu près l’âge d’April, un air déprimé sur le visage.

< Je te l’avais dit, Pick est juste un idiot. Il n’a même pas été capable de retenir cette gamine et sa copine tomate. >
Dit-il avec un rire gras tandis qu’il jaugeait du regard les nouvelles venues. April, quant à elle, déposa délicatement la tomate au sol. Elle lui fit alors un petit sourire tout en décrochant sa lance de son dos.
< Va te mettre à l’abri… Et ne sors que quand je te le dirai ok ? >
Bien que cela ressemble plus à une suggestion, la tomate comprit bien qu’elle n’avait pas le choix et elle courut alors ; apeurée ; avec ses toutes petites pattes pour aller se cacher à l’angle d’un bâtiment.

April, quant à elle, ne souriait plus désormais. Elle était concentrée, bien décidée à ne pas laisser ces deux individus lui barrer la route. Elle avait un objectif. Elle se fichait du capitaine rat en soi, mais après avoir vu les actions du premier de ses gardes, elle voulait désormais faire ce qui était… « Bien ».

S’étant laissée envahir par le froid, ses mouvements étaient désormais bien plus fluides. Et ce fut donc dans cette condition qu’elle se jeta à l’assaut des deux gardes qui la regardaient en souriant, des deux individus qui représentaient un obstacle vers le premier recrutement de son équipage !


Dernière édition par Marble D. April le Dim 19 Déc 2021 - 19:07, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23578-fiche-technique-marble-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23577-marble-d-april

Whiskey Peak ― Année 1628.


En voyant Sigeraed fuser à grand vitesse sur lui, l’homme de main du rat n’hésita pas un instant à tirer en direction de la tomate. Il fut même à deux doigts d’envoyer une nouvelle munition pour s’assurer qu’elle crève sous les yeux de ses alliés ; seulement, c’était à instant précis que l’épéiste l’atteignit et le désarma définitivement.

Tournant naturellement le regard vers la tomate, le Schwarz constata qu’elle allait bien, certes un peu en état de choc, mais elle avait échappé à la mort, grâce à April. En effet, la capitaine s’était interposée pour la protéger, échappant elle-même de justesse, comme pouvait le témoigner sa joue en sang, à une mort certaine.

La colère montait alors en Sigeraed, dont le regard avait complétement changé.
S’adressant à la tomate et sa capitaine, il leur demanda de s’en aller. Il avait l’intention de s’occuper de leur premier véritable ennemi. Ainsi, lorsque la Marble lui demanda de ne pas être trop trainer, il lui fit un signe de tête en guise de réponse, avant de foncer sur son ennemi qui essayait de se mettre sur leur chemin.

« Casse-toi le vioc ! Ni toi, ni eux ne passeront ! » Hurla le colosse, comme s’il avait reçu l’instruction de ne laisser personne passer dans la partie supérieure du domaine.

Alors qu’il tentait un coup de poing vers April et la tomate pour leur barrer le chemin, l’arme en bois de Sigeraed vint le contenir avec une facilité déconcentrant. Chose qui eut l’effet de mettre l’ancien pirate en rogne, le poussant à envoyer une salve de coups de poing et pieds contre l’épéiste. Ne se laissant pas dominer par sa colère, mais toujours bien déterminé à défaire cet ennemi, Sigeraed essayait d’éviter la plupart des coups lorsque c’était possible, et dans le cas contraire il les parait simplement avec son arme.

Sentant cependant que les frappes de son adversaire étaient dotées d’une force surhumaine, l’archéologue s’efforçait de les parer habilement, en les caressant à peine de son arme, ne serait-ce que pour éviter qu’elle se brise. Cependant, à mesure qu’ils échangeaient des coups, il se rendit compte que son ennemi arrivait petit à petit à prendre l’ascendant sur lui, jusqu’à finalement l’atteindre en l’envoyant valser contre un arbre.

« … Je dois avouer que pour un vioc, t’es plutôt du genre balaise, hein. Mais tu ne feras pas le poids contre moi. Tu sais comment les gens m’appelaient autrefois ? Pick l’éventreur ! Et tu vas vite comprendre pourquoi, Ahahaha ! » Fit-il, avant de dégainer deux couteaux.

Il fusa alors sans plus tard sur l’archéologue, qui avait encore du mal à se remettre du dernier coup qu’il avait reçu. Puis, au moment où il s’apprêtait à le taillader de ses couteaux, deux immenses fruits en forme de bananes jaillirent des arbres, avec une vitesse phénoménale pour repousser Pick.

« Ce sont les frères Ban et Ane, on est sauvé, dieu soit loué ! » Firent les fruits qui observaient le combat.

Munis d’un bouclier et d’une épée, l’un des deux frères se plaça devant Sigeraed, tandis que l’autre se lançait dans une joute acharnée contre le dénommé Pick. Rapidement, il semblait prendre l’avantage, faisant preuve d’une dextérité et d’une force pour le moins incroyable. Les fruits reprenaient alors espoir.

« C’est toi l’homme qui a mis les gardes de frontières K.O, j’imagine ? J’ignore encore vos véritables intentions, mais nous en reparlons lorsque le capitaine rat sera vaincu. » Glissa la banane qui se tenait devant le Schwarz. « … En attendant, reste allongé, nous sommes capables de sauver les nôtres par nos propres moyens. » Ajouta -t-il, avant de foncer également sur Pick.

Les deux frères luttaient alors contre l’homme de main du rat, le dominant assez rapidement, au point que le concerné sentait sa propre défaite arriver. Pendant ce temps, Sigeraed se relevait tant bien que mal, s’efforçant de reprendre son souffle et de saisir son arme en bois, qui était visiblement resté intact.

Puis, soudain, contre toute attente, alors que sa défaite semblait proche, Pick dégaina un pistolet de son dos et se mit à tirer une dizaine de balles, desquelles s’échappaient visiblement une étrange substance. Les deux bananes se retrouvèrent soudain comme paralysé, ne comprenant pas ce qui leur arrivait.
De l’autre côté, les autres fruits semblaient inquiets et craignaient la substance qui commençait à se répandre dans toute la zone.

« Evacuez immédiatement la zone ! Je crois que c'est du gaz toxique ! » Alerta immédiatement Sigeraed.

Ceux qui le pouvaient se mirent à détaler comme des lapins vers la zone inférieure du domaine, tandis que ceux qui avaient respiré le gaz s’effondraient les uns après les autres.

« Oh putaain, c’est vraiment de la bombe ces balles, Ahahaha ! » Jubilait Pick. « Alors, on fait moins le malin, les bananes ? » Demanda -t-il, avant de poignarder l’un pour s’amuser.

Furieux, Sigeraed adopta rapidement une posture de combat, tenant alors son arme à deux mains, près à fuser sur son adversaire pour un ultime coup.

« Pick ! C’est moi ton adversaire ! » Fit-il, avant de couper sa respiration et de ruer sur son adversaire.

Levant la tête, le colosse sourit et se rua également sur lui pour tenter de le taillader.

Ainsi, ils s’entrechoquèrent dans frappe ultime, où l’arme en bois de l’archéologue se brisa littéralement contre la gorge de son adversaire, l’envoyant immédiatement au tapis, tandis que les lames de ce dernier vinrent se loger sur l’épaule et la poitrine du quadragénaire.

La douleur était vive, intense, mais Sigeraed serra les dents et retira les lames de son corps, avant de trouver la force de tirer les bananes vaincus pour les mettre à l’abri…

Aura -t-il encore suffisamment de forcer pour aller retrouver April ? Pourra -t-il encore se battre ? Nous le saurons bien assez tôt.



Spoiler:
→ Sig' empêche Pick de poursuivre la tomate et April.
→ Il lui tient tête, jusqu'à finalement se faire dominer par son adversaire.
→ Alors que Pick s'apprête à lui porter le coup de grâce, deux Bananes géants interviennent. Ce sont des guerriers, équipés de bouclier et épée. Les frères Ban et Ane.
→ Ils dominent Pick et s'apprêtent même à le vaincre, avant qu'il ne sorte une arme à feu dont les balles libèrent une substance toxique.
→ Les deux frères sont paralysés et perdent le combat. D'autres fruits s'effondrent sous l'effet du gaz, tandis que la grande majorité prend la fuite sous les instructions de Sigeraed.
→ Sig' lance une utile échange contre Pick. Il le vainc en brisant littéralement son arme en bois contre sa gorge, mais en ressort pas mal blessé, deux couteaux plantés sur l'épaule et la poitrine (de façon plus superficiel).
→ Il met à l'abri les frères vaincus, rassemble ses forces pour aller rejoindre April.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t23591-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23585-schwarz-sigeraed-termine#249889
Whiskey Peak – Année 1628

Concentrée, plongée dans une sorte de transe, la jeune femme aux cheveux blancs savait qu’elle jouait ici sa survie. Elle affrontait deux individus dont elle ne connaissait rien ; mais qui semblaient se connaître sur le bout des doigts. Lorsque la femme attaquait, l’autre se contentait de parer et de faire en sorte qu’elle n’ait pas d’angle mort. Et inversement.

April, quant à elle, se battait seule. Face à deux redoutables pirates qui ne semblaient nullement impressionnés par elle. Après tout, il fallait dire qu’elle n’était pas de ceux qui pouvaient vous faire peur, elle ne donnait aucune impression de terreur ou d’envie de se débiner, bien au contraire. Armée de sa lance, elle tentait au maximum de ne pas se faire toucher. Elle savait que ses forces vitales n’étaient pas très importantes, même si elle avait mangé un fruit quelques temps auparavant, elle n’avait pas fait de vrai repas depuis des jours maintenant.

Cela se faisait vite ressentir dans ses actions, ses mouvements ; malgré le froid qui s’était emparé d’elle ; devinrent moins tranchants, ses trajectoires de coups moins précises… Ce qui amena donc l’inévitable, le moment où April fut touchée pour la première fois par la lame de la femme qui la combattait.

< Ghh !! >
Lâcha-t-elle dans un râle de douleur.

S’éloignant quelque peu des combattants, elle voulait reprendre un peu son souffle et faire le point sur sa blessure. Lâchant ses adversaires du regard, elle regarda donc l’état de son bras gauche pour voir qu’elle avait une violente entaille au niveau de l’avant-bras gauche. La plaie saignait abondamment et April sentait le liquide chaud se répandre sur sa dextre…

< Cap’taine !!! >
Cria la petite tomate qui avait assisté à la scène.

Elle courrait avec ses petites jambes en direction d’April afin, sûrement, de savoir comment elle allait ou de lui prêter main forte. Mais tandis qu’elle avait déjà les larmes aux yeux, la tomate croisa alors le regard d’April et s’arrêta net en attendant ce simple mot.

< NON ! >
Alors non, elle ne possédait pas le Haki. Non, elle n’avait pas mangé de fruit du démon faisant que les autres l’écouteraient. Non, elle n’avait pas de capacité spéciale qui avait fait que la tomate s’était figée sur place. Non, tout ce qu’elle avait, c’était un regard à vous glacer sur place, une détermination qui ne faisait guère de doutes.

S’assurant que la tomate ait bien compris ce qui se passait, April retourna ensuite son attention sur les deux gardes. Ils étaient là, grands sourires affichés sur leurs visages, visiblement pas le moins du monde impressionnés par ce qui venait de se passer.

< Eh bah, on dirait que la petite princesse des bidonvilles s’est fâchée ah ah ah ! Parfait, ça ne rendra que plus humiliante sa mort certaine ! >
Annonça la femme qui se mit alors à courir dans la direction d’April, un regard malsain sur le visage. L’homme n’était pas aussi rapide qu’elle, mais il suivait juste derrière, près à découper en morceaux l’ancienne détenue de Jotunheim si elle faisait un faux-pas.

April, quant à elle, soufflait de l’air froid. Cette sensation venue de Jotunheim semblait désormais prendre de plus en plus de place dans son corps, s’emparant peu à peu d’elle. Elle savait que ses chances contre deux adversaires étaient limitées, mais elle n’avait pas dit son dernier mot. Analysant la situation, elle se douta que ses adversaires penseraient son bras gauche inutilisable ; après tout, elle ne pouvait plus saisir sa lance avec cette main.

Mais cela donna une idée à notre future capitaine qui se positionna afin de prétendre qu’elle allait attaquer avec sa main droite. Elle attendit que la femme soit à bonne distance, juste assez près, pour finalement feinter une attaque de lance et donner un coup de coude avec son bras gauche. Et si le coup aurait dû être peu puissant, voire inexistant suite à sa blessure à l’avant-bras, la jeune femme avait toujours la mobilité de la partie supérieure de son bras, et elle parvint alors à mettre un violent coup à son adversaire au niveau de la pommette. Le coup étant renforcé par une sensation de froid, il était certain que son adversaire venait de le sentir passer !

< Trop lent… >
Soupira-t-elle tout en contrebalançant son poids lors de la reprise d’appui. Elle venait de profiter de la course en deux temps de ses adversaire combinée avec son coup de coude pour prendre un appui solide et, avec son bras droit et le mouvement de rotation engendré par ses mouvements, elle transperça le ventre du pirate qui se jetait sur elle ; quelques instants après avoir vu sa partenaire se prendre un méchant coup !

Tout se passa si vite que la tomate eut du mal à suivre, mais elle remarqua par la suite que l’homme se tenait désormais à genoux, les mains posées au niveau de son abdomen. La femme pirate se relevait difficilement, essuyant une coulée de sang au niveau de sa joue…

Et April se tenait droite comme un piquet, sa lance tâchée de sang dans la main droite, et sa main gauche ruisselant de sang suite à sa blessure. Il n’y avait pas à dire, beaucoup de choses venaient de se passer en l’espace d’une minute. Mais le chemin était encore long, April le savait. Chose pour laquelle elle ne se réjouissait pas d’avoir mis au tapis le premier de ses adversaires, se doutant de l’impact psychologique que cela aurait sur la femme…

HRP:
Technique utilisée

0° Skin
Code:
De par son enfermement de près de 10 ans à Jotunheim, le froid fait désormais partie intégrante d'April qui a réussi à le dompter. Ainsi, elle est capable d'appliquer un froid extrême à une partie de son corps rendant un toucher direct extrêmement douloureux pour quiconque s'y aventurerait.

Utilisée de façon excessive, cette capacité peut se retourner contre April.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23578-fiche-technique-marble-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23577-marble-d-april
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum