Le Deal du moment :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où ...
Voir le deal

Pour la Justice Morale !

Le chant des oiseaux résonnait dans la campagne alors que la Ville de Chom vivait au rythme de la mine, vie ponctuée par les entraînement quotidiens qui régulaient la caserne. C'était une ville calme, paisible, ou la sympathie de la population était appréciée par tous. Alors que débutait une journée pour le moins normale, l'Escargophone de la base sonna. Un Lieutenant-Colonel décrocha, pensant alors qu'il s'agissait d'un rapport de patrouille on-ne-peut-plus normal, une voix paniquée s'empressa de briser ses illusions.

- QG ! ICI LA PATROUILLE B-2 ! DES PIRATES SE DIRIGENT VERS LA BASE !!!

Mettant quelques secondes à réaliser, le Lieutenant-Colonel répondit :

- Ici QG, c'est quoi ces histoires ?! Si c'est une blague, c'est de très mauvais goût, patrouille !

- C'EST PAS UNE BLAGUE CHEF ! ON SE FAIT... *PAN !*

Le silence tomba lourdement tandis que le Lieutenant-Colonel peinait à réaliser.

- Patrouille ! Répondez !!

Des tirs se faisaient entendre dans l'Escargophone. L'officier de la 316e Division pouvait constater qu'un échange violent avait lieu à l'autre bout de la ligne alors qu'une autre voix se faisait entendre.

- Ici le Sergent Rek ! Un équipage de pirate fait route depuis le Nord-Est de votre position, nous tentons de les retenir ! Appelez des renforts !!

C'est alors que le Lieutenant-Colonel prit conscience de la situation. Son interlocuteur raccrochant l'Escargophone, il sorti rapidement de son bureau pour prévenir le Colonel en charge de la base. Rapidement, des défenses se mirent en place dans l'ensemble de la ville, des contingents de soldats sortant pour apporter des renforts aux Marines en train de combattre. La ville était sur le branle-bas de combat, chaque soldat étant prêt à accueillir les pirates.

~~~~~~~~~~~~

Dans la nuit précédant l'attaque, deux navires s'étaient arrêtées dans une des nombreuses baies de l'île. Deux énormes navires de Deuxième Rang pouvant chacun accueillir un demi-millier d'hommes et 90 canons chacun. Le but de cet équipage de brigands était simple : attaquer la ville de Chom pour s'emparer des richesses qu'elle protégeait. Mais l'avantage stratégique de la Marine était trop important, car même l'équipage des deux navires ne représentait qu'un quart des forces de la Marine de l'île. Cependant, les soldats étaient éparpillés à travers le territoire et ne s'attendaient pas à une attaque surprise, ce qui facilitait les choses. Ainsi, un plan fût mit en place.

Alors que 200 pirates faisaient diversion pour amener toutes les forces en présences dans le secteur autour d'eux, 600 d'entre eux, armés des canons du navires, pourraient attaquer la ville et procéder à un tir d'artillerie, un feu nourrit pour faire le plus de dégâts possibles. Le plan approuvé par tous, l'attaque pouvait désormais commencer.

Les 200 pirates prévus pour la diversion se dirigèrent vers le Sud-Ouest en direction de la base. Et là, alors qu'aucune résistance n'était rencontrée pour le moment, ils tombèrent nez-à-nez, en contrebas d'une colline, une patrouille de Marine. l'opportunité parfaite pour permettre au reste de l'équipage de contourner les troupes Marine et encercler la ville. Le combat débuta alors, la position avantageuse de la patrouille leur permettant de demander des renforts. Les pirates ne cherchèrent pas a avancer plus que nécessaire, leur objectif étant justement de se faire submerger.

Si, au Nord-Ouest, le combat faisait rage, la diversion des Pirates était payante car ils ne rencontrèrent aucune difficulté pour atteindre la ville. Et une fois cette dernière à portée de canon, il était trop tard. Les 600 pirates et leur 180 canons encerclèrent la cité et débutèrent un tir nourrit pour faciliter le pillage.

~~~~~~~~~~~~

Les tirs de canons faisaient trembler les murs de la base, les gueules d'artillerie entonnant un lugubre chant prédisant la mort et la destruction. Alors que la panique gagnait la population, la base tentait d'organiser une défense, lançant des appels d'escargophones. Malheureusement, les renforts étant principalement constitués de bleus et de novices, les pirates n'avaient aucun mal à s'en défaire.

Au coeur de la base de la Marine, le Colonel en charge de la zone lança un appel de détresse au QG de North Blue.

- ICI INU TOWN, 316E DIVISION ! NOUS SUBISSONS L'ATTAQUE DE PIRATES, DEMANDE DE RENFORTS EN URGENCE !!

- Ici QG de North Blue, bien reçu, ils arrivent le plus vite possible. Tenez vos positions.

Les pirates ne réussiraient pas à s'emparer de la ville de Chom, chaque soldat étant prêt à mourir s'il le fallait.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23593-lynford-c-krueger
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23588-lynford-c-krueger-celui-qui-cherchait-sa-place
C’est quand on se dit qu’on peut enfin se dorer la pilule que quelqu’un vient toujours gâcher la fête. Ça fait quoi ? Deux, trois ? Peut être quatre jour qu’on vogue à bord du Couperet. Notre dernier coup d’éclat sur Zaun, enfin si on peut vraiment appeler ça un coup d’éclat, moi j’suis mitigé… Bref notre dernier coup d’éclat sur Zaun nous a donné droit à une permission… Une putain de permission non mais faut se rendre compte… Hors de question de relâcher, alors qu’on est si prêts du but, alors qu’on va enfin avoir les infos sur ce Rakham, l’enfoiré d’intermédiaire a l’origine de l’attaque sur Orange. Le fameux "pulu pulu pulu" du Den Den peut retentir à tout moment et c’est d’ailleurs le cas !


 « Pulu Pulu Pulu… Pulu Pulu Pulu… »

C’est James qui m’apporte le Den Den avec un sourire non dissimulé, naturellement je décroche à la volée.

Commandant Macallan, au rapport.

« … Vous comprenez ? … Shhhhhhhhht …. Des centaines ….. Renforts …. Inu …… Shhhhhhhhhhhht ……….. »

Qu’est ce que c’est que ce merdier encore ?

C’était le QG de North Blue. Des soucis avec des pirates sur Inu Town, la ville de Chom est assiégée de ce que j’ai compris.

Boarf on va dire que la réception était mauvaise. Doit bien y avoir une unité non loin d’Inu Town.

On n’est qu’à quelques miles d’Inu Town.

Rahh… T’en es sûr ?

Affirmatif.

Bordel de merde… C’est vraiment… Pfff… Les gars à la manœuvre, cap sur Inu Town…



James est satisfait et ça se voit. Lui quand il peut buter capturer des raclures, c’est toujours le premier partant… Ce foutu Doscarien donne les ordres et les gars se mettent au boulot, changement de programme, on va voir ce qui se passe sur Inu Town en espérant ne pas arriver trop tard.



—————————



Terre en vue et pas besoin de ma longue vue pour piger qu’il s’agit d’Inu Town. Ça pétarade, on entend d’ici les canons rugir, les pirates sont passés à l’action va pas falloir trop traîner. Sur le trajet, quelques soldats sur place sont parvenus à nous donner un état des lieux de la situation. Les forces de la marine sont éparpillées désorganisées mais elles tiennent bon. Les pirates ont encerclé la ville de Chom et font face à une résistance farouche des gars du QG présents sur place. A quelques encablures de la, d’autres groupes de pirates se frottent a des poches de résistance.

Comment ? Ça se castagne ici et là et on attend pas tonton Wayne ?! Je ne peux le croire ! Je me focalise donc sur un détail qui selon moi a son importance. Les pirates se sont scindés en deux groupes bien distincts mais qu’en est il de leurs navires ? Sont ils saufs ? Sont ils en sécurité ? Je n’crois pas… Oh la première étape sera de leur couper toute voie de sortie, et c’est bien ce que je compte faire. Rapide tour de l’île en veillant à rester à bonne distance, on finit par les localiser dans une petite crique isolée. Parfait.

Ancre jetée à l’abris des regards indiscrets, il ne nous faut pas bien longtemps pour gagner les hauteurs afin de scruter le récif à la recherche des pavillons noirs et une fois chose faite, on se met en route pour notre petite mission commando. Se frayant un chemin à travers la flore de l’île, on parvient à la crique au terme d’une courte marche pour le moins soutenue. Deux énormes navires, mais si peu de gaillards pour les garder… Faut vraiment qu’ils soient sur de leur avantage du nombre pour être si négligents… Faut frapper vite et fort et ça tombe bien c’est ce qu’on préfère.


Jasper, Terry, Grant avec moi. Connor, Oliver, Daxter vous irez avec James.

Reçu !

La manière discrète ?

Comme des poissons dans l’eau.



On s’met en marche, on se sépare en deux groupes et plouf nous voilà à jouer au jeu de danse avec les requins. Ni une ni deux, nous voilà sous la coque de l’un des navires et James et les autres s’occuperont de l’autre. Accroché au cordage, tel un putain de mollusque à sa coquille, je grimpe, je grimpe, je grimpe… Le pont a l’air désert, soit c’est étrange, soit ces types sont vraiment stupides. L’occasion trop tentante, moi et mes gars on se hisse sur le navire. Quatre couards accroupis qui se faufilent de manière perfide, on répands la poudre en toute discrétion, toujours personne. Je jette un regard au dessus du bastingage, les gardes surveillent la plage et les passerelles menant aux navires, mais personne sur le pont ? C’est presque trop facile putain… On se fait pas prier, je mets le feu à la traînée de poudre avant de sauter à la bagne.

Faut pas bien longtemps avant que les deux navires soient en feu, au même moment et profitant de l’effet de surprise, mes gars font irruption sur la plage, alors que les flammes provoquent d’épais nuages de fumée noire. Espérons que Chom tienne encore un peu… Une succession d’explosions, les navires en proies aux flammes, un nuage d’une épaisse fumée noire qui monte si haut que ces chiens de pirates doivent pouvoir le voir. Le voir et le comprendre… J’arrive. J’arrive pour vous foutre une bonne branlée.
    Alors que la ville de Chom subissait les assauts d'un équipage de pirates particulièrement avide de richesses, le QG de North Blue sonna l'alerte. Il ne fallu pas bien longtemps au Commandement pour mettre en place une force de frappe dont fit évidemment partie le Sous-Lieutenant Krueger. S'équipant de son sabre, il prit place avec son équipe sur un des navires de la Marine en partance pour Inu Town. Trois navires de guerre aux équipages bien énervés mais pas assez. Et il se trouve que malgré ses tarres, ses angoisses et ses peurs, le Sous-Lieutenant Krueger savait comment motiver les troupes avant une bataille.

    Les navires avançaient à vitesse rapide vers Inu Town, mais le voyage serait suffisamment long pour permettre au Sous-Officier de faire un petit discours capable de rendre les soldats dingues. Ainsi, il sorti sur le pont et fit face au gros des troupes.

    - Messieurs ! Vous n'êtes pas sans savoir que Chom subit une attaque de pirates ! Nos frères d'armes luttent vaillamment contre cet ennemi perfide qui n'hésiterait pas a mettre la ville à feu et à sang ! Mais allons-nous les laisser faire ? NON ! Notre devoir est de protéger la population de ces criminels sans foi ni loi, ce que nous ferons avec dévotion ! J'attend de chacun d'entre vous une volonté sans faille ! Peut-être aurez-vous peur, c'est normal ! Mais vous continuerez d'avancer, car au moindre pas en arrière, des civils et des Marines mourront ! Je ne le tolèrerais pas ! Alors battez-vous pour la Justice, faites comprendre à ces salopards ce qu'il en coute de s'attaquer à des innocents !!

    Effacant le doute chez les Marines les moins téméraires de la troupe, des cris de rage fusèrent sur le pont.

    ~~~~~~~~~~

    Le voyage fût rapide, et au moment ou les renforts débarquèrent, tous purent voir une épaisse fumée noire s'échapper d'une des criques, ce qui renforça aisément la ferveur de chacun. Alors qu'un petit groupe fût détaché pour se rendre à la zone d'ou s'échappait la fumée, le gros des troupes des Marines s'engagea vers la ville de Chom, détachant certaines unités pour venir en soutien aux groupes de Marines éparpillés sur l'île.

    Les pirates avaient évidemment vu la fumée et se doutaient de ce dont il s'agissait. Mais ce signe n'était pas symbole de désespoir pour autant, car si les pirates n'avaient plus de navires, les Marines en avaient ! Ainsi, la lutte se fit plus acharnée, les renforts Marines venant briser la situation chaotiquement stable en faveur des défenseurs de la Justice. Le réseau de communication pirate informant les assaillants de Chom que la situation se dégradait. Les tirs de canon devinrent plus fréquents, plus mortels...

    ~~~~~~~~~~

    Enfin les renforts arrivèrent en vue de Chom. Le Sous-Lieutenant Krueger prit le commandement d'une petite unité et, n'hésitant pas, fonça dans le tas. Après tout, les canons étaient pointés sur la ville alors une charge assurait soit une baisse de fréquence des tirs, soit un déplacement des canons. Les deux options étaient les bonnes ! Ordonnant à ses hommes de tirer pour tuer, Lynford coura vers une équipe dirigeant un des canons et attaqua. Il sauta par-dessus un des pirates et pivota rapidement.

    - Technique à une lame : Taille de la Mante !!

    Le pirate mort, les techniques se succédèrent pour annihiler l'équipe d'artillerie. L'équipe Krueger s'efforca de prendre le plus de canons possibles pour détruire ces pirates et enfin, libérer Chom. C'était l'heure de la bagarre !!
    • https://www.onepiece-requiem.net/t23593-lynford-c-krueger
    • https://www.onepiece-requiem.net/t23588-lynford-c-krueger-celui-qui-cherchait-sa-place
    Faut pas bien longtemps pour que les gars neutralisent les quelques pirates restés à la surveillance de leurs navires, qui d’ailleurs continuent de partir en fumée avec panache. On abandonne alors la crique, pour se diriger vers la ville de Chom, c’est là que la bataille fait rage et c’est probablement la bas que les canons des pirates ont été emmenés. D’ailleurs ça continue à pétarader fort dans ce secteur, faut qu’on se magne.


    Kyara, Jack, contactez le "Couperet", qu’il accoste dans la baie, vous sécuriserez la zone et établirez une tête de pont. Les autres avec moi. Soldats en avant !


    On se met en marche, coupant à travers bois, direction Chom. Rythme soutenu, il ne nous faut pas plus de vingt minutes pour gagner l’orée du bois et découvrir la cité, assiégée par les pirates. Alors que fait on ? Hé bien on se jette dans la mêlée bien sûr ! Surpris, ces crevures n’ont pas le temps de tourner les canons dans notre direction, on ne leur laisse pas le loisir de le faire ça non. Pied de biche en main, je distribue quelques coups bien placés aux pirates assez stupide pour me foncer dessus tête baissée, les renvoyant chez leur mère la queue entre les jambes. James, lui, ne fait pas vraiment dans le détail comme à son habitude, il tranche dans le vif, des gorges, des artères, le Doscarien n’épargne personne.

    Au cœur de la bataille mes gars se mêlent aux forces qui s’évertuent à défendre la cité. Y’a d’ailleurs ce type qui attire mon attention, un mec bien bâtit, visage de poupon, torse nue dans ce carnage, qui se bat avec un sabre. Et il se défend pas mal du tout j’dois dire ! Mais distrait je me fais taillader la cuisse gauche par un de ces forbans. Ça fait mal, et ça m’énerve… Je lui offre un repos bien mérité d’un coup de pied de biche sur le crâne. Puis un second, puis un troisième, j’ai pas envie de m’arrêter bordel… Non faut que je résiste à mes pulsions, c’est ce que le toubib s’est tué a le répéter bon sang. Quelques pas en arrière, mes gars continuent le combat, faut en finir rapidement avec les Canon qui continuent de pilonner la ville.


    Jackson ! Murrey ! Au canon et vite !

    Bien commandant !



    Je pointe le doigt vers le canon le plus proche et les gars en prennent possession. Ils le tournent en direction d’un autre canon un peu plus haut, le chargent et sans attendre la permission font feu. Dans l’mile ! Un canon de moins, j’aperçois James qui se dirige vers un autre canon que les pirates sont en train de retourner dans notre direction, je lui emboîte le pas pour lui prêter main forte. A quelques mètres seulement, James lance son couteau qui se loge dans le torse de l’un des canonniers, je balance donc mon pied de biche de toutes mes forces, il tournoie et frappe le crâne du second canonnier.

    Le type torse nue se bat comme un diable un peu plus bas, éliminant ses adversaires les uns après les autres. Une putain de hargne comme en voit pas souvent chez les bleus. Je redescends et ordonne à mes gars de neutraliser les derniers ennemis présents dans le secteur, je me tourne vers le poupon sabreur.


    Beau boulot soldat. Mais faut pas se relâcher !

    Nombre de pirates sont alors mis en déroute et fuient vers la forêt. Probablement pour retrouver leurs alliés se battant sur d’autres fronts de l’île. Les quelques survivants sont mis aux fers, pendant que les forces de la marine se réorganisent afin de poursuivre la défense de la cité. Hors de question de leur laisser Chom. Les pirates vont revenir c’est sur, ce serait beaucoup trop simple et quelque chose me dit que la bataille est loin d’être terminée.
      Chom avait désormais beaucoup plus de renforts que prévu, c'était inespéré et très profitable, car la situation tourna rapidement à l'avantage de la Marine. Une fois les canons prit, les officiers constituèrent une défense avec ces derniers. Ironie du sort, les pirates avaient fournis à la Marine de quoi défendre la Cité qu'ils comptaient mettre en ruine. Parmi toute cette agitation, le Vice-Lieutenant Krueger repéra l'homme qui l'avait interpellé plus tôt et se dirigea vers lui, le saluant comme il se devait.

      - Vice-Lieutenant Krueger, du QG de North Blue. Merci pour votre intervention, c'était appréciable.

      En revanche, Lynford n'avait aucune idée de la personne a qui il s'adressait. Mais vu le nombre d'hommes qu'il avait amené, il était certainement plus gradé que lui. Le Sergent Rek, qui était auparavant en train de défendre la Cité, se dirigea également vers le duo et le salua.

      - Sergent Rek, merci d'être venu.

      Et alors que la ville de Chom s'apprêtait à devenir une forteresse quasi-imprenable, un coup de feu retentit. Un unique coup de feu et un mort, un soldat. Puis plusieurs détonations suivirent, amenant a chaque fois un mort. La curiosité fit place à l'inquiétude très rapidement en voyant le nombre de cadavres augmenter.

      - A COUVERT ! DES SNIPERS !!

      Nombre de soldats partirent directement dans la ville pour bénéficier des protections de Chom, d'autres se cachaient derrière les canons, mais chaque personne trop lente finissait invariablement par se faire tirer dessus. Et malheureusement pour Krueger, deux balles vinrent se loger dans son flan et sa cuisse, lui arrachant un cri de douleur. Le Sergent Rek n'eut pas cette chance, le plomb traversant sa tête, le tuant sur le coup.

      ~~~~~~~~~~~

      Malgré la débâcle, les pirates avaient réussit a adopter une stratégie. Placant des snipers dans les arbres de la forêt entourant Chom, il s'assuraient d'une couverture tactique optimale, permettant aux pirates moins expérimenté de se préparer à un nouvel assaut. Les troupes de pirates précédemment éparpillées se regroupèrent dans la forêt et commencèrent à préparer une grande quantité d'explosif. A leurs yeux, Ne pas avoir Chom en entier n'était pas un soucis tant que les ressources étaient intactes. Alors tout faire exploser était également une solution. En attendant, les snipers et les artilleurs étaient encore debout et étaient en mesure de tenir tête aux pirates. Mais que préparaient-ils d'autres...
      • https://www.onepiece-requiem.net/t23593-lynford-c-krueger
      • https://www.onepiece-requiem.net/t23588-lynford-c-krueger-celui-qui-cherchait-sa-place
      Pas le temps de se ranger, pas le temps de se poser pour tailler un brin d’causette. Des tireurs embusqués nous gratifiaient alors de leur présence, tuant les hommes un à un. Je déteste ces putains de planqués. Sournois. Qui attendent patiemment leur heure. Quand j’disais que c’était bien trop simple, ces enfoirés nous avaient juste laissé passer. A peine le temps de beugler à mes gars de se rentrer à couvert dans les murs de Chom qu’un tir traverse ma cuisse. Douleur lancinante, je me casse à moitié la gueule. Il faut qu’on se foute à couvert et vite, je fonce vers la ville et saisit le vice-lieutenant Krueger par le bras au passage, le bougre pèse le poids d’un foutu âne mort, mais je me démonte pas et le traîne à couvert lui aussi.


      C’est pas finit pour vous Krueger !


      Nous voilà à l’abri. Du moins c’est mon sentiment dans l’instant. Bref coup d’œil au dessus du muret, les tirs ont cessé. Ces enfoirés nous ont laissé croire. Ils nous ont laissé croire à la victoire, c’était simplement pour nous rassembler. Plus facile de nous gérer si il n’y a pas plusieurs lignes de front. Un infirmier s’approche pour jeter un œil à nos blessures, je joue les durs mais en vérité j’aurais bien envie d’chanter… Les blessures de Lyndford sont pas mortelles, il va s’en remettre c’est un grand gaillard. Là dehors ça s’agite, les pirates se rassemblent, reprennent possession des quelques canons que James n’a pas eu le temps de saboter avant de se mettre à couvert. Dans peu de temps probablement que ça va se remettre à tonner et à pétarader, va falloir demander des renforts et fissa. La moitié des gars est au navire, on pourrait d’ailleurs aisément demander une petite frappe d’un coup de DenDen, si on avait un peu plus de visibilité sur les pirates là dehors. Mais ce sera pas pour tout de suite, non pour l’heure faut faire l’inventaire de ce qu’on a en prévision de l’assaut a venir. Côté effectif, une vingtaine de mes gars, tous prêts à en découdre évidemment, et je dirais… Une cinquantaine de réservistes de Chom. On est pas en reste, faut l’avouer.


      Vice-lieutenant Krueger. Il semble que nous soyons de nouveau encerclés… Il va falloir me dire quelles sont nos différentes options…


      Rien de mieux qu’un petit gars du coin pour tenir compte de la situation. C’est vrai quoi, après tout, si y’a une échappatoire, c’est lui qui nous la donnera. James a l’air touché, mais ça n’a pas l’air trop grave chez lui non plus. J’aurais dû réfléchir bon sang. Foncer tête baisser comme si j’étais un de ces trous du cul de l’Elite, faut reconnaître que c’est fréquemment mon truc. Mais là je me retrouve piégé avec ceux que j’suis cencé secourir c’est pas joli joli… Je m’efforce d’avoir l’air décontracté, prends une petite rasade de ma flasque, attendant le rapport de notre poupon surproteiné afin de déterminer ce qu’on va faire maintenant alors que les pirates continuent à prendre position autour de Chom.
        Douleur, cris, agonie, mort. Les snipers avaient réussit leur coup, les Marines étant obligés de se retrancher dans la ville de Chom. Les pertes étaient grandes, la plupart des macchabés jonchant le sol étant des bleus, de ceux qui n'avaient encore rien accomplis, de ceux qui avaient des rêves plein la tête, des espoirs plein le cœur. Trainé sur le sol par ce nouvel allié, Lynford se redressa une fois à couvert et reprit sa respiration.

        - Bordel... On a pas beaucoup d'option, Commandant. La plupart des gars ici sont des bleus, on peut pas leur en demander trop.

        Krueger analysait les possibilités et n'en voyait aucune de viable pour se sortir de ce merveilleux merdier.

        - Là, les pirates peuvent tenir un siège s'ils sont bien préparés mais vu l'état de leur navires, ils vont devoir faire vite. On peut soit attendre mais permettre à ce connards de mieux se préparer ou sortir leur en coller plein la gueule mais essuyer des pertes. A la limite, on laisse les bleus ici pour nous couvrir.

        Et là, le tilt fut. Lynford eut l'idée (bien que relativement foireuse) du moment et se releva.

        - Ok, les bleus, à vos canons et vos fusils, vous tirez pour tuer ! Je vais tenter une sortie, ceux qui veulent cogner la gueule de ces enfoirés viennent, les autres vous rejoignez les bleus ! On va leur faire la peau à ces connards !!

        Se dirigeant vers la sortie, Lynford se remémora tous les instants les plus douloureux de sa vie. Guidé par la souffrance, physique et psychologique, il laissa petit à petit une rage sourde et intense prendre le dessus sur lui. Et là, il se mit à courir vers la sortie, galvanisé par sa rage. Un des soldats de son unité eut alors l'air désespéré.

        - Oh merde, ça recommence !! Chef, faites pas le con !!!

        Mais c'était trop tard. Sortant comme une furie, Lynford n'était plus qu'une bête enragée qui n'avait qu'une seule envie : démolir des tronches. Et en l'occurence, c'était celles des pirates ayant abattu certains de ses camarades et des pauvres bleus qui n'avaient rien demandés. Soulevant un des canons qui se trouvait là, il l'envoya voler dans les arbres, ayant le fol espoir de toucher quelqu'un. Et vu la disposition des pirates, c'était gagné. Quelle ne fut pas la surprise des snipers quand leurs camarades se prirent une pièce d'artillerie en pleine poire.

        - JE VAIS VOUS DEGOMMER, BANDE DE SALOPARDS !!!

        Bourrin. C'était le terme pour désigner le Vice-Lieutenant en cet instant car il fonça dans le tas, à la grande surprise des pirates qui lui tirèrent dessus, sans grand succès cependant. Krueger encaissait, encore et encore, continuant de courir, toujours plus furieux. Et le premier pirate à portée de poing subit alors une énorme droite en plein visage.

        - Frappe balistique !!!

        Et il ne s'arrêta pas là, continuant d'attaquer le moindre quidam dans son rayon d'action, essuyant des coups de sabre, des tirs de pistolets à silex, mais Krueger était un ours furieux ne s'arrêtant seulement quand tout le monde était à terre.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t23593-lynford-c-krueger
        • https://www.onepiece-requiem.net/t23588-lynford-c-krueger-celui-qui-cherchait-sa-place
        Un grand malade. Un putain de taré. Voilà ce que ce poupon sous stéroïde est en réalité. Voilà qu’il se laisse totalement submerger par sa rage et qu’il tente une percée. Il va même jusqu’à choper l’un des canons pour le projeter dans les arbres là où se planquent les tireurs. Une vraie force de la nature, un véritable ours, aveuglé et guidé par la colère, il aurait carrément sa place chez les Viandards bon sang ! On va pas le laisser s’amuser seul, ça non ! Un rapide et bref coup de Den Den au navire, pour tenir compte de la situation ici, Jack se tient prêt avec le reste des gars. Ni une ni deux, perdus pour perdus, j’ordonne alors à la bleusaille de nous fournir un tir de couverture. De fournir à Lynford un tir de couverture plus précisément et voilà que je me joins à la bataille avec mes gars. J’ai la cuisse en vrac, ça pisse un peu, mais de quoi j’aurais l’air à laisser la vedette à un sous officier et à m’planquer derrière les murs de Chom ? Je beugle à James de rejoindre la fête et le Doscarien s’exécute joyeusement, tirant, tranchant à tous bouts d’champs.


        Repoussez-les vers l’orée du bois ! Les laissez pas reprendre position aux abords de Chom !

        Reçu commandant.
        répondit James en éliminant un pirate imprudent, avant d’ajouter quelque chose. On demanderait pas une frappe d’artillerie ?

        Trop risqué. Les gars ramasseraient et faudrait que je remplisse un énième rapport… Faut jouer la montre, et les repousser vers le bois le temps qu’les renforts se pointent.



        Et pendant ce temps là, l’artiste continue de se battre comme un beau diable. Increvable, il distribue les mandales comme un vrai petit chef. J’vais pas le lâcher, j'vais pas lui laisser tout le mérite de cette fichue opération, pied de biche en main je lui emboîte le pas, fracassant le menu fretin comme un rien malgré mes blessures. La fatigue se fait ressentir, je perds du sang, faudrait pas que ça s’éternise. Par chance nous n’avons pas eu affaire à un pirate valable pour le moment, à croire que c’est une vraie armée de larbin qui se presse pour prendre Chom. Trop vite. J’ai pensé et j’ai parlé trop vite.

        À cet instant, on a un golgoth armée d’un énorme Kanabo, fait irruption sur le champ de bataille et il à l’air plutôt contrarié. Devant moi c’est le choc des titans. Lynford, yeux dans le vague se jette sur notre nouvel adversaire et lui colle un pain d’anthologie en pleine gueule. Malheureusement, le type au Kanabo réplique aussitôt et lui assène un coup surpuissant dans le bas ventre, ce qui fait finalement plier notre poupon enragé, le voilà qui s’écroule. Je tente alors ma chance, profitant d’un instant d’inattention chez notre adversaire, abattant mon pied de biche tout droit sur son crâne, de toutes les forces. Mais sans surprise ce n’est pas moi qui abattrai ce beau salaud. Il esquive. Il esquive putain. Et presque instantanément, le voilà qu’il m’envoie un bon gros coup de Kanabo en pleine poire. Je décolle, comme si j’étais le dernier des maigrichons de la catégorie poids plume, je finis ma course dans un arbre. Dos fracassé, gros enfoiré au Kanabo - 1, tonton Wayne - 0.
          La douleur des coups portés au corps de Lynford faisaient allègrement souffrir ce dernier qui, comme tout bon Berserker qui se respecte, n'en devenait que plus violent. Alors que le colosse au Kanabo optait pour une castration rapide du Sous-Lieutenant et un dégommage en règle d'officier supérieur de la Marine, le nounours n'avait pas tellement l'air d'apprécier. Plié en deux, il regarda son chef improvisé se prendre le Kanabo en pleine gueule et un arbre dans le dos. Nounours pas content donc nounours retourne à la baston.

          Toujours plus furieux, Lynford fonce sur le Golgoth et entame une consciencieuse et sauvage terraformation de la tronche du pirate, enchaînant les coups les plus brutaux, s'obstinant ! Le Golgoth ne s'y attendait visiblement pas car se laissant surprendre, il eut le temps de prendre deux pains en pleine poire pour enfin répliquer. D'un coup de Kanabo bien placé, il fit reculer le Sous-Lieutenant, dont certains des os craquaient d'une manière tellement peu naturelle qu'à moins d'être complètement idiot, il était facile de deviner qu'il s'agissait de fractures. Mais dans l'état ou il se trouvait, ce n'était pas important. Rien n'était important. La seule chose qui importait, c'était de coller ce mec à terre et de lui éclater la gueule histoire de lui inculquer les valeurs des Marines ! Et c'est pour ça que Lynford fonça encore, guidé par une fureur ardente et une énorme envie de massacre. Saisissant le Kanabo alors que l'arme était destiné à sa tronche, il l'arracha des mains de son propriétaire et le balança au loin. Et là, les festivités commençaient ! Gauche, droite, gauche, droite, une avalanche de pêches en pleine poire, une salade de fruit ! des craquements sinistres se faisaient de plus en plus entendre, tant chez le Marine que chez le pirate, à la différence que l'un d'eux n'avait pas l'air de s'en rendre compte.

          Au bout du compte, l'enfoiré au kanabo se retrouva à terre, incapable de bouger, Lynford continuant de s'obstiner dessus pour la forme avant de passer à autre chose.

          De leur côté, les Marines ne chômaient pas. Un véritable tir au pigeon ! Voyant que les sniper pirates avaient assez chaud au cul pour changer de position, ils tentèrent une sortie pour les empêcher de revenir. Un concerto de tirs était audible dans toute la plaine autour de Chom, une symphonie de lames qui s'entrechoquaient. Et là, miracle ! Les renforts arrivaient, pile au bon moment ! Les pirates se retrouvaient dans un étau, une vraie débandade !

          L'un des soldats releva le Commandant, visiblement inquiet pour son supérieur qui était venu défendre Chom.

          - Commandant ! Vous allez bien ?!

          Question un peu idiote, mais les soldats de Chom étaient plein de bonne volonté, surtout la bleusaille qui avait encore à apprendre de leurs supérieurs.

          - Les renforts sont arrivés, les pirates se dispersent, Chef ! On va gagner !

          Et il était vrai que si la plupart des pirates de bas-étage étaient en train de paniquer, les soldats de la Marine exultaient de joie. Mais c'était avant de se rendre compte que le pirate au Kanabo n'était qu'un sous-fifre. Il demeurait encore le Capitaine et ce dernier n'était visiblement pas satisfait de la tournure des événements. Habillé d'un long manteau rouge sang et d'un chapeau à plume de la même couleur, arborant un long sabre au fourreau pourpre, un amoncellement de cadavres de Marines traînait à ses pieds.

          - Vous n'aviez qu'une mission, bande de crétins. A cause de votre incompétence, je vais devoir saisir le bâtiment de ces Marines, vous êtes fiers de vous ?


          Il se tourna vers les deux officiers encore en lice, dévoilant une grande taille, un visage émacié au sourire carnassier. Les pirates étaient l'apéro, le mec au Kanabo l'entrée et lui, le putain de plat principal.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t23593-lynford-c-krueger
          • https://www.onepiece-requiem.net/t23588-lynford-c-krueger-celui-qui-cherchait-sa-place
          Le temps de récupérer, juste le temps de souffler et d'me relever, voilà que j’aperçois notre ours en rute favoris aux prises avec le type au Kanabo. Et il fait pas dans la dentelle oh que non. Je le regarde enchainer les baignes, droite, gauche, droite, gauche, et ainsi de suite, toutes plus fortes les unes que les autres. Que ce type ait encore de la ressource après tout ce qu'il a encaissé, ça c'est vraiment dingue. Mais alors complètement dingue... Je distingue au loin des troupes arriver, certainement les renforts composés des types se trouvant dans les autres QG et avant-postes de l'île. Et c'est pas plus mal, le golgoth au Kanabo est en train de prendre sa branlée, le menu fretin pirate est en déroute, les soldats de la marine prennent position pour sécuriser les abords de Chom et je me vois déjà dans quelques heures, sur une plage d'Inu Town, à siroter un bon petit Rhum au soleil. Ben non Wayne. Non, non, non et non. Faut toujours que quelqu'un vienne gâcher la fête. Toujours quelqu'un pour venir piétiner mes projets façon gros coup d'pelle dans les valseuses... Un nouveau gus semble sortir du lot, lui il a pas l'air faiblard comme la plupart des minables paniqués qui courent dans tous les sens depuis l'arrivée des renforts. Non là on a affaire à un client sérieux, grand manteau dans la même teinte que les cadavres qui gisent a ses pieds, un chapeau à plumes tout pareil et il nous balance d'un air dédaigneux que ses hommes sont des incapables et qu'il va prendre les choses en main personnellement. Pas de doute possible, avec une telle tirade, une telle assurance malgré la situation merdique, c'est forcément le capitaine de cette joyeuse troupe de connards. L'un des gars qui m'a aidé à me relever s'éloigne alors que Lynford s'approche de moi en boitant. Le pauvre gars est cuit, ou du moins ne va pas tarder à l'être, je le vois souffler péniblement, mais rester droit, fier comme un putain d'coq. Ouh j'aimerais pas être à sa place demain sous la douche quand l’adrénaline ne sera plus là pour couvrir la douleur. Il va chanter le pauvre gars, mais au moins il aura la satisfaction d'avoir défendu chèrement son objectif. Enfin si il y a un "demain" pour nous, celui qui semble être le capitaine pirate semble penser le contraire, du moins il à l'air déterminer à tout faire pour que ce ne soit pas l'cas. Je m'avance un peu en même temps que lui, j’essaie d'avoir l'air fort, j'essaie d'avoir l'air digne. Alors que putain j'ai mal partout, j'ai juste envie d'aller m'allonger sous l'arbre et de faire le mort moi...


          Alors t'es l'gars en charge de cette joyeuse troupe de trous du cul ?


          Pas sur que ce soit la formulation adaptée à la situation. Le teint du type est rougeoyant, à l'image de ses fringues, je pense qu'il est un peu en colère. Ou ptet' qu'il est simplement déçu que son entreprise ait totalement foiré... Va savoir, en tous cas faut qu'on en finisse ici, et quel meilleur moyen que d'écraser le grand chef pour démoraliser de manière définitive les quelques pirates encore motivés ? Et après ? Si un autre type un tant soit peu balèze se pointe ? On fait quoi ? On sait pas exactement quelles sont les forces ennemies sur place, même si on semble avoir neutralisé leurs navires, on est pas à l’abri qu'il y en ait d'autres quelque part. Faut couper court à cet assaut et tout de suite, faut leur couper la chique, briser leurs derniers espoirs de succès. Et ça se passe maintenant Wayne, en piste.


          Bon... On arrête les conneries. Rendez-vous sans faire d'histoire et vous aurez la vie sauve. Si vous vous entêtez par contre... J'peux rien promettre.


          Oui j'ai un maigre espoir, qu'il se rende, que ses hommes suivent son exemple et que le sac de la charmante ville de Chom cesse sur le champs. Mais évidemment il n'en fera rien, je le vois garder le silence, me fixant. Un petit coup d’œil a Lynford, aux aguets malgré son état, attendant le moindre geste pour lui sauter à la gorge comme l'ours enragé qu'il est. Un bon élément ce vice-lieutenant Krueger, il en faudrait plus des comme ça, si seulement on en avait plus... Autour de nous les hommes prennent position, fusils pointés sur le capitaine toujours silencieux, prêts à intervenir. Un peu plus loin, James est en position, ses deux six-coups pointés sur notre nouvel adversaire, attendant mon signal pour faire feu. J'ai beau réfléchir, je ne vois vraiment pas comment ce foutu pirate pourrait s'en sortir. Ses gars sont en déroute, il est cerné, tout le monde a les yeux et/ou le flingue braqués sur lui, même si il se jette sur nous à grands coups de sabre, y'a peu d'chance pour qu'il en sorte vivant. Allé mon gars, obtempère, dépose les armes et rends toi...


          Me rendre ? Vraiment... Vous vous imaginez infaillibles vous les chiens du gouvernement ? Vous imaginez que vous triomphez toujours ? La réalité est tout autre. Il est hors de question que moi ou mes hommes on s'rende. On prendra Chom aujourd'hui !


          J'ai même pas le temps d'en placer une. Le type se jette alors sur nous en beuglant, il a pas l'air aussi fort que son prédécesseur mais bordel... Quelle vitesse. Les gars font feu, mais rien à faire le type bouge trop vite, je manque d'ailleurs de me prendre un rapide coup de sabre d'abordage dans la panse, mais Lynford m’agrippe et me tire en arrière au bon moment. J'empoigne alors rapidement mon pied de biche et m'empresse de parer le coup de sabre suivant cette fois-ci destiné à mon camarade. Mais le pirate se désengage et continue de virevolter avec agilité autour de nous, fendant l'air de son sabre dans l'optique de nous éliminer. Quelques tirs l'ont touché, mais ça semble loin d'être suffisant pour l'envoyer au tapis. Je pare un énième coup de sabre mais suis alors surpris par un coup de genou bien placé qui m'envoie mordre la poussière. Quelle journée de merde... Me relevant d'un bond, je constate que Lynford a décidé de distribuer des pains mais l'adversaire est trop rapide. Il esquive habilement et réplique avec son sabre. Je plonge ma main dans mon manteau pour y extraire ma flasque que je débouchonne d'un geste rapide avant de prendre une bonne gorgée de son contenu. Profitant que notre adversaire est aux prises avec l'ours enragé, je sors rapidement mon briquet, et me plaçant dans le dos du pirate, lui offre un souffle enflammé qu'il peine à éviter. Les plumes de son chapeau prennent feu, si bien qu'il jette son couvre-chef au sol avant de repartir à l'assaut.

          Tel un putain d'éclair qui me foudroie sur place, le voilà qu'il fond sur moi et d'une magnifique estocade me plante sa lame dans le bas ventre. Je suis au paroxysme de la douleur, mais j'entrevoie soudain une ouverture. De ma main gauche j'attrape son bras pour l'immobiliser et lance mon pied de biche à Lynford de l'autre main. Le vice-lieutenant ne se fait pas prier, le bougre s'en saisit alors et donne un puissant coup dans le crane de notre adversaire. Le genre de coup qui te fait bien dérouiller comme il faut, une fichue force de la nature ce gars c'est moi qui vous l'dit... Le pirate lâche alors son sabre et fait volte-face dans un hurlement de rage, mais au même moment l'officier Krueger me renvoie mon pied de biche et j'offre au salaud de rouge vêtu un coup salvateur dans le crâne à mon tour. Le type, sonné, titube un court instant avant d'être envoyé à terre par un coup de tête de notre ami à l'aspect de poupon. Faut croire qu'il y aura un "demain" pour nous en fin d'compte.
            Le Capitaine Pirate faisait le fier, mais il a mordu la poussière ! Un bon travail d'équipe que voilà, il fallait le dire. Bon, les Marines étaient clairement dans le mal le plus profond, le Commandant étant tout aussi amoché que le Vice-Lieutenant, mais au moins les efforts étaient là, ils tenaient pratiquement toujours debout pendant que le Capitaine gisait sur le sol tel un légume trop mûr. Et voilà que les pirates étaient complètement abasourdis, c'était pas ça le plan ! Prenant la fuite, les Marines commencèrent une chasse au pirate somme toute fructueuse.

            Lynford s'écroula contre un arbre, soufflant. C'est qu'il s'était mangé une salade de balles, plusieurs coups de sabre, le bougre. Malgré le fait qu'il soit une force de la nature en devenir, c'était un peu trop pour lui, et même s'il refusait de s'évanouir, il douillait sévère.

            - Ah putain... Commandant, vous êtes encore en état d'envoyer un rapport ?

            Parce que lui, incapable ! Déjà que ce serait un miracle s'il arrivait à la base sans tomber dans les pommes...

            Après la chasse, les Marines continuèrent de s'activer. Les médecins prenaient en charge les deux couillons de gradés en piteux état tandis que le reste des troupes s'en allèrent à Chom pour aider les habitants et commencer les reconstruction. Visiblement, les habitants de la ville étaient heureux de ne pas s'être fait piller comme c'était le projet des pirates. Une fouille rapide des biens des pirates permit de mettre plusieurs objets intéressants à jour ainsi qu'une sacré somme de pognon, butin précédant la défaite probablement. 50 millions de Berry, des canons en bon état, des munitions, des armes de qualité diverses, qu'elles soient à distance ou au corps-à-corps, le sabre d'abordage du Capitaine, le Kanabo de cet enfoiré de géant, tout ça était rondelet !

            Un des sous-officiers de la Marine s'avança vers les deux gradés bien amochés.

            - Que doit-on faire du butin des pirates ?


            Lynford soupira et se redressa péniblement, s'adossa contre l'arbre sur lequel il s'était vulgairement écroulé quelques instants plus tôt.

            - L'argent ira à Chom, ils doivent reconstruire. Une partie pour la base de la Marine, une autre pour les habitants, privilégiez ceux qui ont perdus plus que les autres et ceux qui n'avaient rien avant. Quant au matos, on réquisitionne. C'est peut-être du matos pirate mais on gâche pas des ressources. Pareil, on partage entre la base ici, le QG et l'équipage du Commandant, pas de jaloux.



            Si la Marine était en droit de tout réquisitionner, le Vice-Lieutenant ne l'entendait pas ainsi. La population faisait partie des victimes et ils avaient certainement plus besoin de ces Berrys que la Marine. Le Gouvernement n'aurait rien a dire de toute manière, ils étaient riches comme crésus ! En attendant, le médecin s'affairait et n'avait pas l'air particulièrement content, venant même à engueuler ses deux supérieurs.

            - Mais merde, pourquoi vous avez faits les bourrins ! C'est pas possible ça ! La prochaine fois que vous avez de foutues pulsions suicidaires, faites les choses correctement !

            - Euh, toubib...

            - Ta gueule et reprend des forces ! J'en ai ras le cul de m'occuper de brutasses qui pensent même pas aux conséquences derrière !

            Bon, dans des moments comme ça de toute façon, ça ne servait à rien de discuter. Le doc avait raison tant qu'il soignait ! Restait encore à se partager les affaires les plus notables : le sabre du Capitaine, le Kanabo du golgoth et peut-être la récompense de Chom, qui sait ?
            • https://www.onepiece-requiem.net/t23593-lynford-c-krueger
            • https://www.onepiece-requiem.net/t23588-lynford-c-krueger-celui-qui-cherchait-sa-place
            Rapidement prit en charge, je renvoie le toubib en lui disant que ça roule pour moi, y'a surement des gars dans un état plus préoccupant. L’officier Krueger s'effondre alors contre un arbre, haletant, faut dire qu'il a ramassé bien comme il faut le bougre. Rien à ajouter, les derniers pirates sont rapidement pris en chasse par les forces conjuguées de Chom, d'Inu Town et des renforts et rapidement la situation aux abords de la ville se stabilise.


            Ah putain... Commandant, vous êtes encore en état d'envoyer un rapport ?


            C'est quoi cette question ? J'ai une gueule a taper des rapports moi ? Non sans déconner, c'est encore cette charmante Kyara qui va s'y coller bien entendu, d'ailleurs je demande à James d'aller lui confier cette noble tâche, surement que comme d'hab elle sera ravie de s’exécuter ! J'observe alors en silence mon compère, je le vois même donner des directives à ses subalternes concernant le butin des pirates. Sur que d'ici quelques années, ce gaillard fera un bon meneur d'homme, à ce stade, et même si il est affecté ici, je m'en voudrais de ne pas lui proposer de rejoindre ma petite bande de bras cassés. J'attends que le toubib finisse avec lui et se tire pour m'approcher. Deux hommes déposent une multitude d'affaires à proximité, majoritairement des flingues et autres armes, je saisi alors le Kanabo, faisant mine de l'inspecter avant de le reposer sur le tas qui ne cesse de grossir a mesure que les hommes de Chom l'alimentent comme un putain de tribut de guerre.


            Vice-Lieutenant Krueger... T'en as dans l'froc toi, des mecs de ta trempe, il en faudrait plus... Ce que t'as fais aujourd'hui, sois certain que ça figurera dans mon rapport.


            Je m'éloigne un peu, au loin je vois Jack qui regroupe les gars, surement pour les préparer au départ. C'est pas tout ça mais faut que j'aille rendre des comptes pour les diverses missions que j'ai du réaliser dernièrement. Encore un énième sermon j'imagine, dans l'genre "Commandant Macallan, qu'avez vous à dire à propos de l’entrepôt que vous avez fait sauter ?" ou alors du style "Commandant Macallan, qu'avez vous à dire à propos du curé que vous avez frappé et trainé dans ce bordel pour attirer les maîtres chanteurs ?"... Ils veulent le succès mais n'acceptent pas d'en payer le prix, comme d'habitude... Fin bref on verra quand on y sera, je vois James au loin qui hoche la tête comme pour me dire que la récrée est terminée et qu'on doit reprendre la mer. Je tourne donc les talons, boitant à moitié, faut dire que je suis cassé en deux, j'ai l'impression de m'être prit l'Umi Ressha en pleine gueule, chacun de ses wagons m'aurait roulé dessus... Je jette un dernier coup d’œil en arrière en direction de Lynford qui me fixe sans piper mot.


            Je crois que vous n'avez plus besoin d'aide alors on va y aller. Gardez tout, les armes pourront probablement servir aux différentes garnisons de l'île. Quand à toi, si jamais l'envie te prend un jour d'aller donner un bon gros coup de pied dans les jumelles des gros bonnets de la piraterie, viens sur Grand Line et contacte-moi. Y'aura toujours une place chez les Viandards pour un mec de ton envergure.


            Je lui sers mon plus beau sourire, qui doit ressembler à un sacré sourire de sadique quand on y pense, puis après un petit signe de tête, je tourne les talons de manière définitive, m'éloignant en direction de mes hommes pour prendre le chemin du retour vers le navire que nous finissons par atteindre au bout d'une petite vingtaine de minutes de marche. On appareille sans demander notre reste et en moins de temps qu'il n'en faut pour gueuler "Inu Town", nous voilà lancés vers le large, le vent soufflant dans la voilure entièrement déployée, en route vers de nouvelles aventures.