-50%
Le deal à ne pas rater :
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
19.99 € 39.90 €
Voir le deal

Under the Red flag we sail.

Bon, ben je suis la seconde de Red, maintenant. Je ne sais pas trop ce que ça signifie dans la hiérarchie pirate. En fait, je doute même qu'il y en ait une! De ce fait c'est d'un pas décidé que je file vers les appartements de mon capitaine pour lui demander à quoi correspond ma nouvelle affectation. Chemin faisant, j'en profite pour me familiariser visuellement avec les lieux. Car je n'y vois que depuis peu, et je n'ai pas encore l'habitude de prendre des repères visuels pour me diriger. Ce qui me conduit inévitablement à me perdre comme une nouille! Et comme j'ai une image de pirate sanguinaire à préserver -et pas mal de fierté aussi-, je me refuse à demander ma route. Heureusement, une odeur connue n'est pas loin, je la suis jusqu'à arriver dans un rade. L'endroit est cosy. Jolies tapisseries sang et or, des sièges avec des coussins brodés, il y a même quelques tableaux aux murs. Un piano bar classe dans toute sa splendeur. Les fumées des cigarettes et des pipes s'est collée au plafond et forme une sorte de brume qui masque ma vision, me fait plisser les yeux et grimacer de dégoût. Heureusement, mon nez, bien que gêné par l'odeur, arrive quand même à pister la fragrance sentie dans la rue. L'homme est assis seul à une table pour deux, le visage marqué par les épreuves de la vie, les cheveux courts et marrons, une barbe qui évite son menton, c'est le commandant du Mécakraken.

"Baker!" dis-je d'une voix qui trahit mon soulagement.

"Si ce n'est pas Jeska que voilà!"
Galamment, il se lève et m'invite à prendre la chaise en face de lui. "Quel bon vent t'amène?"

"Je me baladais juste." mens-je en m'asseyant. Une jolie barmaid s'approche et on passe commande. Puis j'annonce "C'est pour moi."

"Que puis-je faire pour toi? Tu es perdue?" Je suis sidérée! Comment a-t-il pu deviner juste? Il poursuit. "Tu es surprise? Je comprends. Maintenant que je vois tes jolis yeux, j'arrive à y lire tes émotions."

"C'est grâce à ton haki de l'observation?"

"Non, non! On peut deviner ce que ressentent les gens en regardant leurs yeux."

"Vraiment? C'est incroyable! Et tout le monde peut le faire?"

"Oui et non. Disons que c'est variable en fonction des gens et des gens." Il voit ma mine incrédule et poursuit. "Ben il y a des gens qui sont plus ou moins bons pour lire les émotions des autres. Et il y a aussi des gens plus où moins doués pour les exprimer."

"Et moi, je suis..."

"Très expressive!" La spontanéité de sa réponse m'arrache un franc éclat de rire. Lui aussi d'ailleurs rit de bon cœur ."Allez, Jeska. Je sais bien que tu n'est pas venue voir une vieille crapule dans mon genre, alors… pourquoi traine-tu par ici?"

"Je cherche Red, j'ai besoin qu'il détaille mon rôle en tant que seconde."

"Oh, ça, c'est facile! Tu fais tout ce que Red ne fait pas."

"Heu... et il fait quoi, lui, au juste?"

Je n'ai pour réponse qu'un silence et un drôle de sourire sur le visage de Baker.

"Oh, le rustre! Il m'a bien baisée!" laisse-je échapper en réalisant le cadeau empoisonné que m'a fait mon capitaine. Ma réaction provoque l'hilarité de l'homme en face de moi. Je fronce les sourcils et je maugrée "Arrête! Ce n'est pas drôle!" J'attends que Baker ait fini de son gondoler pour en revenir au vif du sujet. "Comment je fais, moi, maintenant?"

Et c'était une très bonne question!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Baker ne répond pas. C'est gênant, mais pas surprenant. L'homme assis en face de moi est un ancien Sergent de la Marine. Un officier subalterne. Pas quelqu'un qui a pour habitude de réfléchir. Ou de prendre des initiatives. C'est un exécutant à qui on a confié le commandement du Mécakraken. Et autant j'ai pu apprécier à sa juste valeur ses compétences de sous-marinier, autant je sais qu'il lui manque ce soupçon de charisme qui ferait de lui un grand meneur d'hommes. Et pourtant, la valeur de ce monsieur ne se voit que sous l'eau. Et c'est sans doute mieux ainsi. Alors c'est moi qui rompt le silence.

"Bon, il faut que je voie les autres."

"Quelles autres?" interroge Baker, inquiet.

"Les autres capitaines de flotte, évidemment!"

Je vois du soulagement sur le visage buriné de l'ancien soldat. Je ne comprends pas vraiment le pourquoi du comment, mais c'est louche!

"Ils ne sont pas si terribles que ça, si?" Réponds-je à la cantonade. "Je ne vois pas pourquoi tu t'inquiètes, Baker." Je continue. "Tu peux les contacter et leur dire de venir à la Part de Anges ce soir un peu avant le dîner, c'est moi qui offre."

Je ne sais pas trop ce que cache le commandant de la troisième flotte. Mais je trouverais en temps et en heure. Pour le moment, j'ai mieux à faire! Je finis ma boisson d'un trait et je sors du bar. Pour me retrouver à nouveau perdue! Nom d'une biscotte, cet endroit est trop grand! C'est alors que j'ai une idée géniale. Je m'élève dans les airs avec le geppou et, une fois bien haut, je regarde autour de moi. Hé, je vois ma maison à l'Ouest!  je continue donc à jouer les filles de l'air pour arriver chez moi. Je ne m'embêterais plus jamais à traverser Armada à pied! C'est rudement plus simple de le faire par voie aérienne!

Me voilà enfin chez moi! Dans mon joyeux bordel! Ca rit, ça chante, ça boit, ça fume et ça … enfin, vous savez! Immédiatement, je me dirige vers mon bon vieux Vendémiaire. Qui abandonne ce qu'il était en train de faire pour me saluer.

"Bonjour Jeska. Ton entrevue avec Red s'est bien passée?"

Je n'aime pas la façon dont il a accentué un certain mot dans sa phrase, je le fusille du regard et réponds un brin agacée. "Je ne l'ai pas vu. Je me suis perdue. Armada est trop grande! Heureusement, j'ai rencontré Baker." Je soupire.  "J'ai décidé d'accueillir le commandants de flotte de Red ici, ce soir. Vous voudrez bien m''aménager une salle de jeu avec une croupière et deux filles pour le service. Des personnes de confiance qui ne laisseront pas traîner l'oreille plus que nécessaire ni crier sur les toits ce qu'elles ont entendu."

"Aucun problème, ils arriveront vers quelle heure?" me demande-t-il.

"Je leur ai dit avant diner, mais il se pourrait que certains d'entre eux soient pénibles et viennent plus tôt, juste pour le plaisir de faire ch... , enfin, tu vois ce que je veux dire."

"Oui, tout sera prêt dans une heure."

"Parfait, je compte sur vous. Quant à moi, je vais me préparer."

Et je ne parle pas de préparation physique, ou vestimentaire. Mais bien de me préparer mentalement à des discussions qui risquent de tourner au vinaigre. Car ne vais pas pouvoir tout régler à la force de mes bras ou de mes poisons. Ce sont des allés. Je dois réussir à m'entendre avec eux. Je soupire et je monte dans mes appartements. e m'allonge dans mon lit en regardant le plafond comme s'il y avait inscrit dessus la solution à mes problèmes. Déjà, il faut que je fasse bonne impression. Même si la plupart me connaissent déjà, ce serait plus sérieux si je choisissais une tenue plus formelle. Oh, et si je portais ma robe du temps de la Marine? Oui, c'est une bonne idée ça. Elle est belle, classe et pour ne rien gâcher, très confortable! Il faut que je me sente à l'aise! C'est important!

Et alors que j'étais en train de m'apprêter, j'entends mon petit garçon sangloter dans la pièce d'à coté. Un vilain cauchemar a du interrompre sa sieste. Mue par mon instinct maternel, je laisse tout en plan pour réconforter mon petit bout de chou.

"Maman... il y avait un homme-poulpe qui frappait à la porte! Il voulait rentrer. J'ai eu si peur…" chouine-t-il.

"Cet homme-poisson, tu le connais?" demande-je calmement. Il me fait "non" de la tête. "Ben voilà, si tu le connais pas, tu ne lui ouvre pas!"

"Maman, tu veux bien rester avec moi? Juste un peu..."

Je le rassure avec un grand sourire et je m'allonge à ses cotés. Une petite sieste me fera le plus grand bien, après tout!


Dernière édition par Jeska Kamahlsson le Lun 7 Mar 2022 - 13:04, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
La présence de mon petit bout d'homme dans mes bras m'apaise et je dors profondément d'un sommeil sans rêves. Quand, tout d'un coup, une voix familière me tire des bras de Morphée.

"Jeska, lève-toi, ils sont là." murmure Vendémiaire.

"Huuun. Il est quelle heure?" grogne-je.

"Quatre heures et demie. Mais certains sont déjà là."

Je me redresse doucement, pour essayer de ne pas réveiller trop brusquement mon garçon. Arf… manqué, mon angelot émerge aussi. Je soupire.

"Bon, Vendémiaire, vous voulez bien prévenir nos invités que j'arrive? Et demander aux cuisines de monter le goûter de Sakazuki? Ce serait adorable, merci." Je me lève et je m'étire les bras et le dos. "Haaaaaa! Quant à moi, je dois me préparer! On se retrouve en bas?"

"Oui, Jeska, tout est prêt comme tu l'avais demandé. Ils sont déjà en train de dépenser leurs Berrys au Black Jack."

"Très bien, tu peux leur dire que je n'en ai pas pour longtemps." Je me penche alors auprès de mon rayon de soleil. "J'ai quelques affaires à régler, mon cœur. Ca va être long, mais je viendrai te raconter une histoire avant que tu ailles au lit, okay?"

Je vois à l'expression de son visage qu'il n'est pas ravi. Un bisou sur le front le déride un peu, pas au point de l'empêcher de bouder, mais au moins, j'évite le caprice. Je retourne donc dans ma chambre profiter d'une douche rapide et de vêtements propres. Moins d'une demi-heure plus tard, j'arrive dans le salon privé où m'attendent mes invités. Je reconnais Baker, je me doute qu'il est là pour me présenter les autres vu que je ne les ai jamais vu, justement. Mais il est accompagné d'une femme à la peau cuivrée et à l'assurance de celles dont l'argent et le statut ont donné du pouvoir. Cette dernière, lorsqu'elle me voit, s'approche de moi, un grand sourire aux lèvres. Son parfum est bien top capiteux, et j'ai du mal à réprimer une grimace tant ce dernier me met mal à l'aise. Mais ce n'est pas la pire chose qu'il y a avec son odeur. Elle sent… Red. Immédiatement, je fais le lien avec ce que m'a dit le commandant du Kraken en début d'après-midi. Red voit donc quelqu'un d'autre que moi? A moins que ce soit moi l'autre femme de cette autre femme! Quel goujat ce capitaine! Sait-il à quel point je suis jal … exclusive? C'est donc avec un sourire forcé que je salue cette personne.

"Bonjour, je suis Jeska Kamahlsson, à qui ai-je l'honneur?" Dis-je en tendant la main.

"Johanna Starling, des Usuriers. Je vois que l'endroit a bien été rafraîchi, c'est ravissant, maintenant. Je suis ravie que l'argent que Red t'as prêté ait été bien utilisé. Mais je suis un peu inquiète pour toi. Si la nouveauté a un certain attrait auprès des hommes, c'est la qualité des prestations offertes qui fidélise la clientèle sur la durée. Es-tu certaine d'avoir ce qu'il faut pour durer?" répond-t-elle avec une fausse chaleur.

Bon c'est une rivale de cœur. Mais, avec ses menaces voilées, je sens qu'elle est au moins aussi jalouse que moi. Génial… Enfin, ce n'est pas un drame en soi, mais je m'étais naïvement convaincue qu'on pouvait faire fi d'une différence, mais là, il s'agit de deux gros problèmes à surmonter. J'abandonne sans regrets l'idée de m'en faire une alliée. Si on arrive à coexister dans la même pièce sans s'écharper, ça sera bien. Je récupère la main qu'elle a refusé de serrer et je répond.

"Ne vous inquiétez pas pour moi, j'apprends vite. Je peux même vous offrir une de nos prestations, si vous le désirez."

"Ha, ça aurait été avec plaisir, mais, vois-tu j'ai eu la chance d'être pleinement satisfaite il y a peu..."

Minute, papillon. J'y crois pas! La trainée n'est quand même pas en train de me dire qu'elle s'en envoyée mon amoureux avant de venir! Oh, que si! Son petit sourire en coin en dit long. Ca me rend folle, mais, je reste impassible, car je ne veux pas lui montrer que ses petites mesquineries m'affectent.. Heureusement, Baker, qui devait en avoir marre de faire tapisserie, dissipe mes envies de meurtre en me demandant.

"Dis, Jes', tu n'aurais pas quelque chose à boire?"

Je retourne donc à mes obligations d'hôtesse, ravie d'avoir pu échapper à cette conversation déplaisante. Il y a bien des filles dans la salle, et je me doute bien que mon ami les as vues. C'est bien lui qui me sort de ce mauvais pas. Alors, une fois cette gourgandine dans mon dos, je lui adresse un "Merci" silencieux. Heureusement pour moi, les autres convives sont aussi en avance. Wilson et Marvin de la treizième flotte nous rejoignent. Enfin, Sean O'Brien et Douglas Boum Boum complètent notre petite assemblée. Mes deux serveuses se montrent d'une efficacité implacable. Les commandes sont prises, et elle nous amènent même de quoi picorer! Ainsi, chacun prend place.

"Commençons."



Dernière édition par Jeska Kamahlsson le Mer 23 Fév 2022 - 21:46, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Etrangement, la réunion se passe bien mieux que je ne l'aurais cru. Les commandants flotte sont tous d'ancien Marines, des gars qui savent diriger leurs troupes en toute autonomie. Je n'ai pas vraiment besoin de leur dire quoi faire, ils le savent déjà. Je nourrissais des craintes légitimes quant à mon ancien grade dans les forces de la mouette. Après tout, ils avaient tous un rang supérieur au mien avant de déserter. Je fus cependant surprise de voir que ça ne leur importait peu. Pour dire vrai, personne ne m'en fit la remarque, même cette vipère de Johanna. En fait, tous avaient confiance dans le jugement de Red : s'il m'avait choisi c'est qu'il avait ses raisons, et aucun d'entre eux n'aurait eu l'impudence de le remettre en question. Et, je sentais là dedans plus une marque de profond respect que de crainte. Chacun à sa façon, tous aimaient le dirigeant d'Armada.

Je me suis souvenue de mes débriefings à l'époque de mon service, et je m'évertue donc à diriger les choses comme le Colonel Farlane le faisait. C'est marrant, mais je vois que ma façon de faire plaît. On est tous faits du même bois : celui des cuirassés de la Marine. Même l'Usurière qui vient pourtant du Cipher Pol semble apprécier. En voyant ça, j'ai presque une nostalgie de l'uniforme. Je dis presque, j'ai quand même grandement gagné en liberté! Et avec mes affaires qui marchent bien, je me suis même débarrassée de la précarité propre à la profession de pirate. Rapidement, l'état des lieux est fait. Forces vives en présence, matériel, armement, j'ai une vue d'ensemble de notre force de frappe et du moral des hommes. Malheureusement, nos dernières campagnes ont laissé des marques, et les attaques des convois et surtout celle de Winter Island n'ont pas été sans pertes. Mais avant que je puisse soumettre mon idée, l'heure du repas arrive et l'atmosphère devient bien moins formelle. Il faut dire que la bonne chère et l'alcool aident bien. Les langues se délient et les anecdotes croustillantes pleuvent. Je me régale, j'en apprends beaucoup sur Red et ses hommes. Finalement, juste avant le digestif, je me dis que c'est le bon moment pour lancer mon idée.

"Ce serait bien si on faisait un truc pour nos gars qui sont tombés."

Bon, je viens de glacer l'ambiance. Mais je vois bien aux regard des anciens soldats que ce n'est pas une initiative totalement incongrue. Le timing est très mauvais, c'est tout. D'un autres coté, ça me rassure, si c'est le seul impair que j'ai commis de la soirée, ça me va! La discussion étant devenue plus grave, il est à présent nécessaire de l'arroser de plus de rhum. Heureusement, cette dernière partie fut courte. Car j'étais au bout de ce que je pouvais avaler! Heureusement, les anciens soldats tiennent des registres précis, j'aurais donc une liste des victimes à honorer demain matin. Quant à moi, je leur promets une grande fiesta que j'organiserais ici même, on fera même une collecte de fonds pour les familles des malheureux.

Et finalement, mes invités s'en vont. Après tout, il est minuit passée! Argh! Je réalise que j'ai oublié d'aller raconter une histoire à mon petit garçon. Mais le plus dur pour moi est de tenir debout! Tant qu'il y avait mes invités, je devais faire bonne figure, mais j'ai encore trop bu! Et c'est ma première cuite en tant que "voyante"! C'est atroce! Ma vue se trouble et ça me file la nausée! Mais c'est pire encore quand j'essaie de fermer les yeux! Heureusement, une des filles voit mon état et m'escorte jusqu'à ma chambre. Je bredouille un merci inintelligible et je m'affale sur mon lit. Je suis tellement saoule que j'ai l'impression de m'enfoncer dans le matelas comme si ce dernier allait m'engloutir. En plus, je sue abondamment, c'est répugnant! Et ce n'est pas tout, mon thermostat interne oscille dangereusement entre "froid polaire" et "température d'enfer" ce qui fait tantôt je grelotte, tantôt je fonds. Et que je n'arrive pas à savoir si je dois dormis sous la couette ou dessus! Raaah! Tant pis, je reste dessous et advienne que pourra. Finalement lasse de lutter, je finis par me laisser tomber dans une sorte de torpeur alcoolique.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Je me lève tard et j'ai mal à la tête. Le jour filtre déjà clair et intense par les interstices des volets, il est tard. J'ai dormi, mais j'ai l'impression de ne pas m'être reposée pour autant. Je m'étire façon étoile de mer dans ce grand lit vide qu'est le mien. J'aurais bien aimé que Red soit là…il me manque, cet imbécile! J'espère qu'il n'a pas passé la nuit dans les bras de cette fanfreluche de Johanna Starling! C'est là que je réalise que je me suis couchée toute habillée comme une pocharde! J'ai honte! Heureusement, personne n'est là pour le voir! En plus j'ai sué comme un bœuf cette nuit, mes habits collent à ma peau, c'est répugnant! Une bonne douche me fera du bien! Haaa! Que c'est bon de se sentir propre et fraiche! Je revis! Je retourne dans ma chambre et c'est alors que j'entends frapper.

"Entrez!"

C'est Vendémiaire. Le grand gaillard m'apporte mon petit déjeuner. Un grand bol de céréales et un jus de fruits. Je le remercie dans un sourire. Mais il détourne le regard car je suis en train de m'habiller. J'apprécie sa prévenance, même si le concept même de pudeur continue de m'échapper. Il me fait un rapide rapport sur l'état de la Part des Anges pendant que j'avale mon repas, puis, il me tend un papier. Je plisse les yeux, je ne sais pas lire depuis très longtemps du coup, ça me demande un effort de concentration. Il y a vingt noms. Je relève la tête vers mon gestionnaire.

"C'est tout?" Il approuve d'un hochement de tête.

Seulement vingt morts. Je suis à la fois soulagée et peinée. C'est peu, finalement, au vu des batailles qu'n a livrées. Mais, en tant que mère et qu'amante, j'éprouve un profond chagrin à imaginer le vide laissé par ces hommes au sein de leur familles. Un larme perle au coin de mon œil, tout ça me retourne les tripes, j'ai besoin d'un peu de temps pour me remettre d'aplomb.

"Je souhaite que ce soir, on organise une collecte de fonds pour les familles des victimes."

"Vous connaissez leur familles?" me demande-t-il à brûle pourpoint.

Nom d'une biscotte, je n'en sais rien, et je ne suis pas certain que leur propres capitaines de flotte aient cette information. En fait, je sais à qui je pourrais m'adresser, mais je n'en ai pas très envie. Et pourtant… je n'ai pas le choix. Je soupire, mais d'un autre coté, je n'ai pas trop envie de penser à ça pour le moment. J'ai envie de passer un peu de temps avec mon petit bout d'ange! Je prends congé de mon conseiller et je vais rejoindre mon fils. Tout ça pour constater qu'il me boude! Je ne lui ai pas raconté d'histoire hier soir avant qu'il ne se couche, et maintenant Monsieur fait comme si je n'existais pas! Petit ingrat! Tu refuses de donner un peu d'amour à ta mère qui a tant besoin de réconfort? Bon ce n'est pas comme si j'étais toujours en vadrouille et que je ne tenais pas mes engagements envers lui.. ok… à sa place je ferais la même chose. Comme quoi, les chiens ne font pas des chats.

J'abandonne donc, la mort dans l'âme, l'idée de me réconcilier avec mon enfant. Je réparerais les pots cassés plus tard. Je m'en veux d'être ainsi, et je m'en veux de m'en vouloir ainsi! Raaah! Je me dirige d'abord vers là où Red vit, après tout, c'est la capitaine, et ce serait bien qu'il soit là. Et je trouve porte close et un petit mot qui dit qu'il est parti aider Izya aux Allods d'Akem. Je n'ai donc pas le choix,  je vais sur le Kraken pour rencontrer cette satanée bonne femme! Et dire que je me prive de moment avec Sakazuki pour ça, elle n'a pas intérêt à me chauffer les oreilles cette garce! C'est donc d'un pas décidé et la mine renfrognée que je pénètre dans les appartements de l'ancienne CP5.

"Bonjour, que puis-je faire pour toi?" me demande-t-elle de sa voix mielleuse, indifférente à mon état d'énervement apparent.

"J'aurais besoin de renseignements." réponds-je abruptement.

"Ma chère tu as frappé à la bonne porte." poursuit-elle, ignorant ma rudesse. "Que souhaites-tu savoir?"

"Les capitaines de flotte m'ont transmis la liste des victimes." Je lui tend la liste.  "Je souhaite organiser une collecte de fonds pour leur familles. Tu as moyen de les trouver? … S'il te plaît?"

"Evidemment, j'ai un dossier sur tout le monde!" Elle voit ma mine interloquée. "Même sur toi." Ce qui m'arrache un sourire. "Après tout, tu es une ancienne Marine qui a trahi."

"Sur Armada, qui ne l'est pas?"

Je me suis hasardée à une boutade et bingo! On rit toutes les deux comme si on était de bonnes copines. Mais l'euphorie retombe vite, et la paranoïa de l'ex-agent reprend le dessus. Poliment, elle me met dehors et me promet que j'aurais mes informations d'ici ce soir. Parfait, j'ai  la fin de matinée et toute l'après midi pour moi! Non, j'ai plus important que ma petite personne. Je me dois de passer du temps avec mon fils. Je l'ai trop délaissé ces derniers temps.


Dernière édition par Jeska Kamahlsson le Lun 7 Mar 2022 - 13:01, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Je rentre donc à la maison. Avoir un endroit où revenir, rien que de l'imaginer ça me fait toujours quelque chose. Une sensation étrange mélange d'accomplissement et de fierté. Mais aujourd'hui, un autre sentiment me serre le cœur. Je pense à nos gars qui ne rentreront pas. Je pense aux femmes qui ne retrouveront pas leur mari et aux enfant qui ne verront plus leur papa. Bon on a aussi des femmes dans l'équipage. Mais moins, et seulement une ou deux parmi les victimes. J'imagine, j'empathise avec ces familles. Si jamais Red ne rentrait pas des Allods? Quoique, ce n'est pas la zone la plus dangereuse du monde. Mais si on était défait par Teach, le capitaine et moi? Sakazuki se retrouverait orphelin, c'est horrible!

Ces pensées me font monteur les larmes aux yeux. Dès que je m'en rends compte, je me ressaisis et je sèche ces gouttes inopportunes. Et plus encore quand on est un pirate avec ma prime. Mais ça ne m'empêche pas d'être une maman pour autant! A lors sur le chemin du retour, j'achète trois petites boites cachetées. Les miniminocoffres que ça s'appelle. C'est la nouvelle mode chez les gamins. Des petites statuettes à l'effigie des grands Marines et des criminels. Tout ce qui a une prime au dessus de cent millions a donc droit à un jouet à son effigie. C'est même une petite fierté parmi les membres de la flibuste dont certains font des pieds et des mains pour avoir leur propre avatar. Malheureusement, on ne peut pas acheter la figurine qu'on veut, afin de profiter au maximum de la collectionnite des gamins, les jouets sont vendus par trois dans un objet ressemblant vaguement à un coffre à trésor. Impossible de savoir à l'avance quel pirate, ou quel marin on va avoir.

J'arrive donc à la Part des Anges avec les cadeaux pour mon petit bout d'homme et la ferme intention de passer avec lui quelques bons moments. Mais, manque de bol, j'ai un Vendémiaire débordé qui me tombe dessus. J'appréhende un peu une mauvaise nouvelle, mais en fait non! On est dans les temps et on devrait être prêts ce soir pour l'hommage aux disparus. Pfiooouuuu! Je suis soulagée! Heureusement que je suis bien entourée! J'ai donc tout le temps pour m'amuser avec mon petit garçon.

"Mon petit ange, tu es là?" dis-je en rentrant dans le petit coin garderie aménagé dans la Part des Anges et qui s'occupe des enfants des employés.

Immédiatement, je le vois, il court dans ma direction comme une fusée! Le bolide arrive lancé plein gaz et me rentre dedans de toutes ses forces.

"Maman!" Il me serre fort contre lui avec ses petits bras, et mon cœur se gonfle de joie. "En plus tu as trouvé des... miniminocoffres!" J'ai perdu quelques dixièmes d'audition après ce cri, mais je vois le visage rayonnant de mon gamin, et je lui adresse mon plus grand des sourires. "Il y en a … un… deux… quatre!"

"Après deux, c'est trois." le corrige-je avec bienveillance.

On s'isole dans un coin et je me délecte de ses réactions à l'ouverture de ses jouets. Il râle un peu car il a déjà Yamamoto Kogaku, il est ravi de posséder enfin une figurine à l'effigie de sa maman. Je passe en suite le reste de ma journée avec la chair de ma chair. Mais les bons moments passent trop vite, et la nuit commence déjà à tomber que j'ai eu à peine le temps de profiter!

"Je dois y aller. Je viendrais te raconter une histoire, promis!"

"Tu as dit la même chose hier!" proteste-t-il.

Moi qui pensais qu'il ne me faisait plus la tête… c'est loupé!



  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Le soleil couchant teinte le ciel de jolies couleur pastel. Mais je n'ai pas le temps de tomber en pamoison devant le panorama. En effet, les choses vont commencer. Exceptionnellement, on a aménagé la place devant la Part des Anges en buvette géante, un grand comptoir va servir de débit de boissons, tandis que de grands barbecue ont été installés aux quatre coins de l'esplanade pour éviter les attroupements. Une petite estrade a même été montée, et je vois quelques instruments qui serviront sans doute plus tard. Bref, mes gars n'ont pas chômé. Je félicite Vendémiaire qui a véritablement un don pour matérialiser mes caprices en un temps record, et avec des moyens limités qui plus est. Les invités arrivent peu avant dix-neuf heures. il y a vraiment pas mal de monde, mais ça va mon équipe est prête. Mais pas moi. Je dois ouvrir l'évènement par un discours. Or je n'ai presque jamais parlé en public! Je suis tellement naïve que je n'ai même pas préparé mon intervention! Je vais y aller la fleur au fusil, et ça ne me rassure pas! Mais alors, pas du tout! J'ai un trac monstrueux! Tremblante comme une feuille, je monte sur la scène improvisée dans l'indifférence générale. J'essaie de parler, mais ce que je dis est englouti par le brouhaha des conversations. Je n'ai pas une voix forte, ni la volonté d'imposer mon discours, je dois donc me faire violence pour essayer de reprendre la parole en montant le volume. Malheureusement, c'est un nouvel échec. Mais je n'abandonne pas. Car mon énervement est en train de prendre le dessus sur mon manque de confiance en moi naturel.

"Vous allez m'écouter, à la fin?"

Et le silence se fait. Quant à moi, les deux jambes fermement plantées dans le sol, les poings sur les hanches, je suis en taille matrone! Je regarde l'assemblée avec le même regard que je destine à mon petit garçon quand il ne m'écoute pas. Et un peu comme lui, je les vois bien, tout penauds, en train de se demander ce qu'ils ont bien pu faire de mal. Dans ce silence de cathédrale, on aurait pu entendre un ange voler.

"Je ne suis pas douée pour les grands discours." Tonné-je en forçant ma voix. "On est là pour saluer la mémoire de ceux qui sont tombés au combat lors de nos dernières campagnes." Vendémiaire s'approche de moi, un revolver chargé à la main. "Dahmed." annoncé-je en tirant en l'air. J'égraine ainsi tous les noms des disparus, et après chaque tir, c'est comme si je recevais un coup dans la poitrine. Et plus mon cœur se serre et plus ma vue se trouble. Je ne comprend pas encore trop ce phénomène, je ne réalise qu'une fois tous les nom déclamés qu'en fait, je suis en larmes. Chancelante, mais pas encore abattue, je continue. "Il y a près du bar, une grande urne pour tout ceux qui voudraient faire un geste pour leur familles. Et maintenant, on va faire un boucan d'enfer! Que même au fond de l'antre de Davy Jones, nos compagnons entendent qu'on ne les oublie pas!"

C'est un tonnerre de cris et d'applaudissements qui accueille la fin de mon discours. Quant à moi, j'en tomberais presque à a renverse si mon gérant de boutique favori n'était pas venu me soutenir avant que je ne choie sur mon séant. Heureusement, maintenant, plus personne ne prête attention à moi et au fait que je dois me tenir au bras de Vendémiaire pour quitter la scène. Tous sont bien trop occupés à passer commande que ce soit de boisson ou de nourriture! Les commandants de flotte sont là, et apparemment, je leur ai fait forte impression. Ca me met du baume au cœur! Je vois même, dans un coin, Johanna qui me salue d'un très discret signe de tête. Je m'excuse auprès des anciens officiers, mais j'ai mon petit ange à faire dîner et coucher. Je ne compte pas m'absenter plus d'une grosse heure, mais je préfère prévenir, on ne sait jamais.

Je sèche donc mes larmes et je file diner en tête à tête avec l'homme de ma vie. Sakazuki, la chevelure noire et folle, a le regard espiègle de celui qui ne boude pas son plaisir! Il me raconte a grands renforts de mimes et d'onomatopées, les évènements qui ont ponctué sa journée. Et même si le jambon purée que j'avale nonchalamment est loin d'envouter mes papilles gustatives, je n'échangerais ma place pour rien au monde. Une fois le repas ingurgité, et les dents brossées, on s'accorde un petit moment de jeu tous les deux. Il s'agit, bien évidemment, du pirate contre la Marine! Mon petit forban lutte donc contre sa maman qui incarne les forces de l'ordre. Je subis donc mot lot de défaites cuisantes et de morts simulées toutes aussi surjouées les unes que les autres au plus grand plaisir de mon petit bonhomme qui s'esclaffe d'un rire clair et joyeux. Et ca me fait un bien fou! Son rire guérit mes blessures. Malheureusement, toutes les bonnes choses ont une fin et l'heure du dodo arrive toujours trop tôt quand on s'amuse. Une histoire et un bisou plus tard, je liasse mon petit bout d'homme dans les bras de Morphée.

A pas feutrés, je me déplace sans un bruit dans mon fonds de commerce. Avec la fiesta dehors, l'endroit est incroyablement silencieux. C'est tellement inhabituel! Pourtant, je tends l'oreille et quelque chose me trouble. Dans cet endroit supposément vide, j'entends quelques sons. C'est trop loin pour que je distingue ce qu'il se dit, mais je comprends bien vite que ça chuchote et que ça conspire. A pas de louve, je me rapproche, j'entends à présent clairement de quoi il est question. Quatre grains de voix masculines qui causent de l'absence de Red, de ma promotion et d'un patron qui sera ravi de l'apprendre. Je sens aussi une odeur familière, la cheffe des Usuriers est là, elle aussi, à écouter aux portes. Je décide de ne pas la surprendre, après tout, elle pourrait mal réagir et griller nos couvertures.

Au bout de longues minutes, les traîtres ont fini leur conciliabule, ils se dispersent. Johanna réalise alors que j'étais là. Nos regards se croisent qu'un instant, mais j'ai la conviction qu'elle va se charger de l'affaire et que je n'ai pas besoin de m'en mêler d'avantage. Au pire, j'irai la voir demain matin pour savoir ce qu'elle a pu tirer d'eux. Mais pour le moment, j'ai une fête dont je dois profiter.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Je retourne donc à la fête, un grand sourire aux lèvres, Je ne sais pas trop qui sont ces types, mais je sais une chose, avec Johanna à leurs basques, je préfère être à ma place qu'à la leur! Ha… qu'est ce que je n'aurais pas donné pour voir l'ancienne CP5 leur tomber dessus! Malheureusement, j'ai autre chose à faire, et je ne peux être partout. Je dois aussi me résoudre à déléguer. Certes, je ne fais pas confiance à cette femme, mais je suis cependant convaincue qu'elle fera ce qu'il faut pour Red et Armada. C'est donc l'esprit tranquille que je retourne au bal.

Et que dire, je m'amuse beaucoup! J'ai une furieuse envie de danser et de prendre du bon temps! Alors évidemment, comme je suis la régulière de l'Alpha d'Armada, on m'approche d'abord avec d'infinies précautions. Mais l'alcool, la musique, et surtout mes francs sourires, aidant, l'ambiance se débride et je trouve enfin des cavaliers! Je passe un excellent moment! Bien évidemment, j'aurais préféré le partager avec Red. Mais ce n'est pas grave! J'ai valsé avec Baker deux fois, swingué avec O'Brien, tenté un paso doble avec Marvin, zouké avec le vieux Douglas, et même osé un tango avec Wilson. Cette soirée laissera de bons souvenirs! J'ai même, lorsque la fête touchait à sa fin, dansé un slow avec Vendémiaire!

Et, finalement, le jour se lève sur une esplanade vide de vie, mais pas de gens. La plupart sont partis se coucher, mais certains demeurent avachis sur des chaises ou endormis sur des bancs. Même l'orchestre a fini par abandonner. Mais pas moi! Même sans musique, je continue de me trémousser au son d'une musique que seule moi entend. Qu'il me manque, cet ahuri de capitaine! Ce sont les rayons du soleil matinal qui m'interrompent. Je n'ai pas de nouvelles de miss Starling. Je me décide à aller la chercher, mais pas sans avoir glissé ma contribution au pot commun pour le soutien des victimes. Je me déleste de vingt millions dans l'urne et je me décide à suivre la trace de Johanna.

Son odeur est encore faiblement présente. Et je suis obligée de fermer les yeux pour me concentrer à suivre son parfum. Par deux fois, je crus la perdre, mais heureusement, à chaque fois, je finis par sentir à nouveau son effluve. Puis tout d'un coup, j'arrive dans une ruelle étroite. Cette fois-ci, je rouvre les yeux, et je constate avec horreur qu'on s'est battu. il y a du sang, des bouts d'étoffe qui appartiennent, j'en suis certaine, à la tenue de l'usurière, de la casse, et surtout, un cadavre. Le malheureux n'est pas encore froid, signe que son décès est survenu il y a peu. Le regarde autour de moi, mais je ne vois âme qui vive. C'est alors qu'un détail me frappe. Une trace de sang sur le sol forme une piste bien trop facile à suivre. Je me doute qu'il s'agit d'un piège, mais… je ne peux pas laisser cette femme aux mains de ces traîtres! C'est un risque que je dois prendre!

Je suis donc ce fil rouge jusqu'à un vieil entrepôt miteux. L'endroit est probablement à l'abandon depuis des lustres, mais je ne me fie pas aux apparences et je me prépare à y aller. Seulement, comme je redoute un coup tordu, je fais d'abord mine de m'éloigner, puis, une fois hors de vue, je m'élève dans les airs et je passe au travers du toit! Effet de surprise garanti! Seulement, moi, je pensais tomber sur trois types, me voilà face à une trentaine de gredins armés jusqu'au dents! J'exhale un épais nuage de poison lacrymogène et je ferme les yeux. Je les entends hurler et s'invectiver, ils croient qu'ils ont une chance, les idiots. Je passe en mode "Kraken", avec huit tentacule de poison qui balaient les lieux, le ménage est vite fait. Cependant, un type s'en sort mieux que les autres. Il esquive mes attaques avec une simplicité déconcertante! Je soupire, ça sent le haki de l'observation, la poisse!

A l'intérieur de ma sphère perceptive, je le sens même s'approcher inexorablement! Je décide de dissiper cette forme de combat trop énergivore en laissant retomber le poison au sol. Voilà, il mord à l'hameçon et m'attaque frontalement. Cependant, un frisson me parcourt l'échine, je réalise que trop tard que cette crapule use aussi du haki de l'armement! Le choc est terrible et m'envoie traverser la pièce et finir ma course dans une pile de vieilles caisses vermoulues. Arf, je me suis vue sans doute un peu trop belle à croire que je pourrais remporter la victoire sans coup férir. Cependant cet "échec" temporaire m'a permis de réaliser une chose : je suis plus forte que lui! Je rouvre les yeux et je vois un sourire mauvais se dessiner sur son visage alors qu'il part à l'assaut pensant profiter de ma faiblesse. Malheureusement pour lui, son poing s'écrase sur un clone de poison généré par un Usutsemi. Il enrage, sent mon intention de le frapper dans le dos, mais avec le soru, je suis bien trop rapide pour lui. Il n'a pas le temps de se protéger avec son haki que mon shigan perfore se chairs et que, du bout de mon doigt, je lui injecte une dose massive de poison paralysant.

"Lethal injection!"

L'homme s'effondre, j'ai gagné!

  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson
Hé hé! J'ai remporté la victoire! Je n'ai plus qu'à trouver Johanna. Mais dans tout le bazar que j'ai causé, ce n'est pas évident de la voir. D'autant plus qu'il flotte encore dans l'air quelques volutes de gaz lacrymogène. Je ferme donc les yeux et je me concentre sur l'odeur de l'usurière. Elle est là, pas trop loin, dans une petite pièce annexe qui devait servir de placard à balais. J'ouvre la porte et les yeux, je la distingue à peine dans la pénombre. Bâillonnée et saucissonnée, je vois dans son regard un immense soulagement lorsqu'elle me reconnait. Je la libère de ses entraves et aussitôt elle se met au travail. Elle fouille consciencieusement les victimes à la recherche d'indices.

"Rassure-moi, tu ne les a pas tous tués."

"Non, il y a un petit groupe, là, qui est encore en vie."

Malheureusement pour nous, rien ne nous permet de relier cette initiative à un quelconque commanditaire. Les gars ont voyagé léger, et ont sans doute acheté leur équipement ici. On juste quatre survivants ligotés sur des chaises qu'on se prépare à cuisiner. Je laisse Johanna faire, après tout, elle à un affront à laver et ces types vont déguster! Je la regarde officier, et je dois bien avouer que l'ex CP5 a, dans le domaine de l'interrogatoire un talent virtuose. Elle tire d'eux les notes qu'elle veut. Et en une heure de temps et quelques uns de mes poisons plus tard, on a un nom : Frost. Malheureusement pour nous les laquais ne mentent pas quand ils jurent ne rien savoir des objectifs de leur patron. Les dernières informations qu'on leur soutire concernent l'existence d'un den-den spécial qui leur servait à faire leurs rapports. Le combiné n'est pas bien difficile à trouver, il s'agit de deux escargophones, un classique et un un tout blanc!

Je raccompagne Johanna au Kraken pour qu'elle s'y fasse soigner, quant à moi je retourne à la Part des anges, avec les deux gastéropodes. J'espère qu'on va appeler bientôt!


  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson