Le Deal du moment : -17%
Casque de réalité virtuelle Meta Quest 2 ...
Voir le deal
249.99 €

Quand le chasseur devient la proie

Vents favorables, toutes voiles dehors, le Loup Solitaire, navire des Sandstorm Pirates fendait les vagues à une vitesse folle. La mer était agitée et le ciel sombre, mais le bâtiment pirate avançait inexorablement. À son bord, le capitaine en personne était à la barre en compagnie de Reyshu, timonier homme poisson. Yeux rivés sur le Gyropose, Azerios sentait la rage et l’impatience le gagner. Kutcham, l’un de ses hommes les plus proches avait été capturé et tout portait à croire que ses ravisseurs étaient en route pour Whiskey Peak, une île réputée pour abriter d’innombrables chasseurs de prime. Une destination assez dangereuse pour un pirate, peut être était-ce un piège, mais il était impensable de laisser leur vigie être emprisonné. Nombre de questions trottaient dans la tête du jeune capitaine des Sandstorm Pirates, en effet, peu de gens étaient au courant de sa petite virée sur Little Garden, il n’avait embarqué qu’une poignée d’homme et était parti avec Kutcham et Reyshu seulement, laissant le reste de l’équipage sur Citadelle au chantier naval fraîchement acquis.

Plusieurs semaines s’étaient écoulées depuis son arrivée sur l’île préhistorique et aux dernières nouvelles, la Swordfish Company, l’affaire juteuse que Don Marzullo lui avait « généreusement » offert, était désormais remise sur pied et deux grands navires étaient en construction pour l’équipage. Le temps passait et leurs forces seraient bientôt fin prêtes pour partir à l’assaut de la Route de tous les Périls et du Nouveau Monde. Il leur faudrait bien entendu recruter, mais pour l’heure, Azerios avait la tête à tout autre chose. Ces chasseurs de prime avaient commis une erreur et ils ne tarderaient pas à le découvrir à leurs dépends…


Je sais que t’en es convaincu… Mais tu es sur que c’est une bonne idée ?

Si Kutcham est livré à la marine, il sera emprisonné pour piraterie… Il faut les intercepter avant.

J’sais bien.. Mais Whiskey Peak…

Ce sera toujours moins compliqué que de s’attaquer à un convoi de prisonniers… Tu sais très bien comment ça se termine en général.


Pour avoir attaqué par le passé et à deux reprise un convoi pénitentiaire, Azerios savait que ce n’était pas chose aisée. D’autant qu’à chaque fois, il avait eu la chance d’avoir des alliés de circonstances. Même si c’était l’endroit idéal pour forger de nouvelles alliances, Reyshu en était la preuve vivante, s’embarquer dans une mission de sauvetage serait sans doute bien différent. Kutcham était sûrement en transit pour être livré à la Marine et une fois entre leurs mains, il serait sans doute mît aux fers et envoyé dans l’une des prisons du gouvernement. L’idée de s’attaquer à un convoi pénitentiaire n’était déjà pas très séduisante, mais alors s’attaquer carrément à une prison, voire à un Q.G de la Marine.. Et pourquoi pas après tout ? Le jeune homme se mit à réfléchir à ce sujet mais Reyshu le tira de ses songes.


On fonce droit dans une tempête. On fait quoi ?


Azerios attrapa sa longue vue et jeta un coup d’œil vers l’horizon. En effet, de sombres nuages s’amassaient non loin. Il s’empressa de regarder le Gyropose et malheureusement, ce dernier pointait dans cette direction périlleuse. La mer était un terrain de jeu bien capricieux, et à la vitesse où le navire filait, il ne serait sans doute pas évident de contourner cet obstacle. Pas le choix, ils allaient devoir affronter cet orage. Le jeune capitaine ordonna à ses hommes de fermer les écoutilles et de réduire la voilure afin d’appréhender les vents comme il se doit.


On traverse cet enfer. On ne se détourne pas, il est hors de question de perdre la moindre heure sur notre proie.

Reçu cap’tain !


Avec un timonier comme Reyshu à la manœuvre, Azerios se sentait parfois pousser des ailes. L’homme poisson était coutumier des courants marins et des aléas climatiques. Dommage qu’Elio soit sur Citadelle, en ces circonstances et même si le capitaine avait une confiance totale en ses hommes, la présence du navigateur Zaunien n’aurait pas été de trop. Une fine pluie commença à tomber, s’intensifiant à mesure qu’ils s’avançaient dans l’obscure tempête, les choses sérieuses allaient pouvoir commencer.
    Pluie battante, l’atmosphère devint électrique et le Loup Solitaire continuait d’avancer. Des vagues de plus en plus haute venaient frapper avec violence contre sa robuste coque mais l’équipage tenait le cap malgré tout. Les hommes, rompus à l’exercice et aux conditions difficiles, s’affairaient ici et là, affaissant davantage la voilure pour éviter de finir par le fond. Au cœur de la tempête, il valait mieux rester sur ses gardes, car le danger pouvait provenir de n’importe où. Monstres marins, navires ennemis ou la tempête elle même, un nombre incroyable de risques qu’Azerios espérait éviter. Un bruit sourd constant rendait la communication extrêmement difficile, mais les gars savaient exactement quoi faire et Reyshu, imperturbable, manipulait la barre tel un chef d’orchestre.

    C’est alors qu’après une douzaine de minutes à affronter la tempête, un homme se mit à hurler. Difficile de comprendre de quoi il s’agissait, le capitaine s’avança donc péniblement vers lui et qu’elle ne fut pas sa surprise lorsqu’il parvint à comprendre. L’homme lui montrait quelque chose, un peu plus loin et quand il regarda à travers la longue vue, il aperçu un navire qui émergeait des brumes. Et ce bâtiment inconnu semblait se diriger droit sur eux. Repliant sa longue vue, il remonta aussitôt à la barre pour en informer son timonier.


    Y’a un bahut qui se ramène… Ce n’est pas la marine mais je préfère me méfier.

    Un pavillon ?

    Aucun. Mais il fonce droit sur nous.. On maintien le cap.

    Entendu.


    Rapidement, dans ce brouhaha inaudible, le capitaine fait passer l’info aux hommes et que tout le monde se tienne prêt, à son poste, au cas où la présence de ce navire serait un mauvais présage. Bien vite, le navire se rapprocha et il fut bien plus simple d’en apercevoir l’équipage. Pas de bannière, pas de Jolly Roger et les hommes du Loup Solitaire avaient pour consigne de rester sage. Sauf si ces inconnus venaient à se montrer hostile. Ce qu’ils ne tardèrent pas à faire. Fendant les vagues en direction des Sandstorm Pirates, leur capitaine pu apercevoir plusieurs flashs, mais aucun bruit, autre que la complainte de la tempête.


    Couchez vous !!


    Azerios avait vu juste. À peine avait il beuglé que plusieurs boulets de canon passèrent rapidement au niveau du pont et arrachèrent des parties du bastingage. Peu importe de quel bord il était, ce navire venait clairement d’annoncer ses intentions, et le jeune pirate comptait bien répondre. Ni une ni deux, et sans qu’il ait besoin d’en donner l’ordre, les hommes rouvrirent les écoutilles et se préparèrent à faire cracher les enfers, en réponse à l’attaque soudaine encaissée. Le navire adverse n’était pas bien loin, sans doute a portée de canons, mais la mer était bien trop agitée pour que les tirs puissent être précis. De plus, la pluie battante n’améliorait rien, limitant grandement la visibilité. Et pourtant, il attendit d’être au point culminant d’une vague pour hurler à ses artilleurs de faire feu par tribord. Chaque canon tonna les uns après les autres et une volée de boulets fut projeté sur le navire. À l’aide de sa longue vue, il pu constater que plusieurs boulets avaient fait mouche avant que le navire ne réplique à son tour. Certains de ses tirs purent atteindre le Loup Solitaire et Azerios remonta voir Reyshu.


    On a pas le choix, notre meilleure chance reste l’abordage. Alors à l’attaque.


    Une décision risquée et qui ne serait sans doute pas au goût de tous, mais continuer cette canonnade en pleine tempête n’était pas une option viable en l’absence d’un navigateur digne de ce nom. La voilure fut légèrement déployée, gonflée par les vents et le navire des Sandstorm Pirates s’élança droit sur son adversaire. Ce dernier tenta une manœuvre d’évitement, mais s’étant rapproché afin de maximiser ses chances de toucher, envoya une nouvelle volée de boulets avant de se retrouver à quelques miles seulement des pirates. Chacun à bord savait quoi faire, les hommes lancèrent rapidement les harpons afin de se rapprocher et la voilure fut repliée. Il était temps de partir à l’abordage et de découvrir qui pouvait bien s’attaquer à eux.


    En avant ! Et pas de quartier !!


    Dégainant Griffon, Azerios pointa son meitou vers le ciel, et couvert par le bruit d’un éclair qui venait de s’abattre non loin des navires, attrapa un cordage pour passer sur le navire ennemi. Il atterrit face à deux hommes et n’eut aucun mal à les éliminer à l’aide de son sabre et de l’effet de surprise. Les pilleurs du nord rejoignirent leur capitaine à l’abordage et le pont du navire ennemi fut plongé dans le chaos. Azerios passait d’adversaire en adversaire, taillant dans le vif avec hargne quand l’un de ses adversaire parvint à lui tirer dans l’épaule gauche. Contre toute attente, la balle parvint à blesser ce dernier, qui réalisa soudain à quel point l’abordage par un temps pareil était une mauvaise idée. La pluie l’empêchait d’utiliser ses pouvoirs et même quand il tenta de générer une tornade de sable, son attaque fut bien plus lente que d’ordinaire. Il employa donc le fluide offensif, se résignant à lutter avec les moyens du bord, Griffon brandit en avant.
      La bataille faisait rage et les Sandstorm Pirates ne montraient aucune trace de pitié, galvanisés par leur capitaine qui se battait à leur côté et ce malgré son handicap manifeste. Reyshu bondit alors derrière lui, saisissant un marin qui était passé inaperçu pour le fracasser contre le mât. Azerios hocha la tête en signe de remerciement et dégaina l’un de ses revolvers de sa main gauche, pour abattre deux autres hommes qui se ruaient sur eux. Les adversaires ne semblait pas avoir la moindre volonté de se battre. Ils n’avaient de toute façon rien de combattants ce qui ne manqua pas de perturber le pirate. Et après une bonne douzaine de minutes de combat sanglant, les adversaires restant lâchèrent leurs armes pour se rendre. Les Sandstorm Pirates poussèrent alors un cri de victoire, la joie illuminait leurs visages dans cet enfer brumeux et pluvieux à la fois. Le capitaine entreprit donc d’interroger un de leurs assaillants encore debout.


      Vous n’êtes clairement pas des combattants… Qui êtes vous et que nous voulez-vous.. ?


      L’homme semblait tétanisé, gardait la bouche fermée et étrangement, Azerios n’eut en aucun cas l’impression que c’était lui et ses hommes que le pauvre prisonnier craignait. Il semblait craindre davantage quelque chose, mais quoi. Puis il remarqua un étrange collier métallique autour de son cou. Du bout de la lame de Griffon qu’il plaqua sous son menton, il lui fit relever la tête pour y voir plus clair. Un collier semblable aux apparats des esclaves qu’il avait croisé sur l’exploitation de Calvin Souther. Jetant un coup d’œil aux autres captifs autour de celui qu’il interrogeait, il remarqua avec effroi que tous avaient ce même collier. Voilà qu’ils venaient de changer de rôle dans cette tempête, passant de Chasseur à proie. Il se releva brusquement et la supercherie ne tarda pas à tomber. Au loin, il put apercevoir d’autres flashs, juste avant qu’une certaine quantité de boulets de canon ne s’abattent sur eux. Le jeune capitaine avait commis l’erreur de se précipiter.


      Au navire ! Tout le monde a son poste ! Celui-ci n’était qu’un leurre.


      Ni une ni deux, Reyshu se précipita pour regagner le Loup Solitaire avec la quasi-totalité des hommes et fit ouvrir les écoutilles bâbord pour leur rendre la monnaie de leur pièce, faisant parler l’ensemble des batteries bâbord dans une herbe de flamme. Le capitaine, toujours sur le navire qui avait servit de leurre se précipita pour couper les cordages des différents grappins liant les deux navires. Son timonier comprit alors qu’il venait d’être nommé capitaine par intérim du Loup Solitaire. Il donna l’ordre de se détacher et de partir au combat. Attrapant sa longue vue, Azerios scruta alors l’horizon et vit que leurs assaillants n’avaient non pas un mais deux navires. Et tous deux fondaient droit sur eux. Il attrapa alors l’esclave précédemment interrogé par le collier métallique pour le ramener vers lui avec force.


      Va falloir mettre la main à la patte si vous ne voulez pas finir par le fond !


      Mais l’homme restait figé dans son mutisme, tremblotant comme une feuille sous cette pluie battante. Il ne semblait en aucun cas motivé à prêter main forte aux Sandstorm Pirates. Ce qui signifiait qu’aucun esclave ici ne tenait réellement à la vie, ou du moins n’avait l’espoir de s’en sortir. Il songea un instant à assécher le pauvre homme sous les yeux de ses compatriotes enchaînés, mais si ces gus n’avaient aucun espoir, ce ne serait certainement pas en les menaçant qu’il obtiendrait des résultats. Il décida donc d’œuvrer pour les motiver autrement, plantant griffon dans un tonneau, ses deux mains prirent la couleur charbon du fluide offensif et il parvint à sectionner son collier d’esclave. Le jetant au sol, il empoigna son sabre et le pointa en direction de la bataille navale qui faisait rage non loin.


      Écoutez-moi tous ! J’ignore qui vous êtes ou d’où vous venez ! J’ignore qui parmi vous a déjà goûté à la liberté ! Ou qui d’entre vous a déjà caressé l’espoir d’y goûter un jour. Ce que je sais, c’est que ce jour vient d’arriver ! Vous pouvez choisir de rester assit sur le pont de ce foutu navire. Vous pouvez choisir d’abandonner aujourd’hui et de mourir comme des lâches ! Ou vous pouvez prendre votre destin en main dès à présent ! Levez-vous, aidez nous à repousser nos assaillants et je vous jure que vous goutterez tous à la liberté dès ce soir !


      Même si Azerios était parvenu à remotiver ses hommes, ses paroles ne semblaient pas avoir eu l’effet escompté sur les esclaves qui restaient la, assis, à grelotter sur le pont en se regardant les uns les autres. Et c’est l’homme qu’il avait choisi de libérer de son collier d’esclavage qui se manifesta. Il se leva soudain, saisit un sabre d’abordage et marcha tout doucement jusqu’à se ranger aux côtés du capitaine des Sandstorm Pirates. Et peu à peu d’autres esclaves se levèrent, ramassèrent sabres rouillés, harpons, et n’importe quoi pouvant servir d’arme pour se joindre au pirate. Il exposa alors rapidement son plan, plan qui consisterait à montrer pâtes blanches, afin d’approcher les autres navires et les aborder à leur tour. Il n’avait qu’une poignée d’homme avec lui, des gars loyaux et efficaces au combat mais le leur nombre était sans doute insuffisant. Seulement, les esclaves pourraient certainement changer la donne.

      Le navire d’esclave déploya sa voilure et chaque écoutille fut ouverte. Ils n’avaient que peu de munitions mais c’était bien suffisant pour ce qu’ils allaient entreprendre. Le Loup Solitaire subissait un tir croisé mais parvenait à se maintenir grâce aux déformations aléatoires de cette mer déchaînée. Le navire d’Azerios fondit alors en direction de l’un des deux navires adversaires, des hommes étaient cachés, se tenant prêts pour l’abordage et lui même se trouvait accroupi, à l’abris de tous les regards. Il fallait donner l’impression que le navire était pleinement aux mains des esclaves et pour ça il faudrait être encore plus… Convainquant.


      On fonce sur le plus proche ! Canons tribords faites feu en direction de mon navire ! Mais faites en sorte de le louper.. sinon c’est moi qui vous louperez pas !


      Et les esclaves s’exécutèrent, plusieurs volées de boulets de canons furent tirés en direction du Loup Solitaire, ce qui ne manquerait sûrement pas d’intriguer les ennemis. Par chance aucun tir ne sembla toucher la cible, et le navire adverse n’était plus très loin. Un navire de taille moyenne, sans aucun symbole permettant de le reconnaître. Il ne restait plus qu’à espérer que la ruse fonctionnerait et qu’ils ne se mettraient pas à les pilonner malgré tout.
        Les remous étaient de plus en plus prononcés mais le navire n’était pour l’instant pas attaqué. Dans le tumulte de la tempête, le jeune capitaine pirate parvenait à discerner le bruit des canons qui se déchaînaient au loin. Pourvu que Reyshu tienne… Encore un tout petit peu. Il se risqua à jeter un petit coup d’œil par dessus le bastingage, le navire adverse le plus proche serait bientôt à portée. Bientôt, le bâtiment détourné passerait entre lui et le Loup Solitaire et c’est précisément là qu’il comptait agir. Et l’esclave qui tenait la barre l’avait bien compris. Il tourna le regard vers lui et finit par hocher la tête, bref coup d’œil par dessus le bastingage, les deux navires étaient parallèles et suffisamment proches. Azerios se leva d’un bond, empoigna le gouvernail et le tira vers lui avec force afin de faire virer le navire à bâbord toute. Ce dernier entra alors en collision avec le second navire, qui, ne s’attendant probablement pas à une telle manœuvre, n’eut pas le temps d’éviter. Le choc fut extrêmement violent, et les pilleurs du grand nord sortirent de la cale pour se lancer dans ce nouvel abordage.

        Griffon en main, Azerios fut l’un des premiers à atteindre le pont du navire, la résistance qu’il rencontra était effectivement plus féroce que celle fournie précédemment par les esclaves. D’ailleurs, en parlant des esclaves, voilà qu’ils bondirent à leur tour dans la mêlée, joignant leurs forces aux Sandstorm Pirates.


        Avec moi ! En avant !


        Pas le temps de se préoccuper de Reyshu et du reste de l’équipage, la bataille qui faisait rage sur le nouveau navire abordé était chaotique. Impossible d’utiliser ses compétences, le jeune capitaine pirate se battait avec férocité, meitou en main, éliminant ses adversaires les uns après les autres, essuyant blessures sur blessures. Heureusement rien de sérieux, il était cependant impensable de pouvoir compter sur son intangibilité, entre le sang et la pluie. Mais il ne se décourageait pas pour autant, profitant de leur avancée pour libérer les quelques esclaves croisés sur son passage. Esclaves qui se joignirent bien volontiers à ce mouvement de révolte. À mesure qu’il avançait, les adversaires se montraient de plus en plus tenaces, sans doute approchait il du responsable de cette embuscade. Sans doute ce dernier n’avait il pas prévu que la tempête rendrait les choses si difficiles.


        Emparez-vous de ce navire ! Ne lai..


        Pas le temps de finir sa phrase que quelque chose partit en fumée à quelques lettres d’Azerios. Réduisant en bouillie les types qui se trouvaient entre lui et l’explosion, il fut projeté violemment en arrière, s’écrasant sur le bois trempé du pont. Pas facile de se battre dans un tel merdier, souffle coupé, il ne réalisa que trop bien à quel point son fruit du démon lui procurait un avantage. Il ne s’était pas senti aussi vulnérable depuis bien longtemps. Roulant sur le côté pour se mettre à l’abris, il se releva tant bien que mal, le dos tout endolori. Les types un peu plus haut sur le pont avaient tout simplement tiré sur un baril de poudre pour le faire sauter et balayer esclaves et pirates qui progressaient.

        Prit dans une colère noire, le jeune capitaine ne comptait pas se laisser faire, il se rua en direction du pont supérieur, continuant à se battre à l’aide de Griffon. Apercevant plusieurs tireurs qui se mettaient en place, il créa et projeta une large lame d’air à l’aide de son sabre afin de les stopper dans leur élan. Menace directe neutralisée, il se hissa toujours plus loin et fut confronté à une ribambelle de marins armés de sabre, mais aucun ne parvenait à faire jeu égal avec lui. Seul leur nombre était handicapant mais les esclaves arrivèrent assez rapidement pour lui prêter main forte. La bataille continuait à faire rage sur le navire et au loin, les tirs de canons semblaient avoir cessé. Impossible de distinguer qui du Loup Solitaire ou du navire adverse avait triomphé dans cette tempête enragée. Peut être avaient ils tous deux été coulés, peut être que le navire ennemi ne tarderait pas à surgir de l’obscurité pour ajouter une difficulté supplémentaire.


        Azerios des Sandstorm Pirates ! Viens par là chien…


        Un gaillard borgne, sabre pointé en direction du jeune pirate apparut. C’était un homme grand, au physique élancé, qui était vêtu d’un long manteau noir et qui portait un tricorne assorti. Pas le temps de faire les présentations que l’homme se jeta dans la bataille. Tous deux s’adonnèrent à une véritable danse d’acier, ne prenant pas une seconde pour discuter, frappant rapidement et sûrement, frappant pour tuer. Si cet homme connaissait manifestement Azerios, ce dernier, lui, ne semblait pas du tout connaître son adversaire. Et l’homme se défendait plutôt bien au sabre, il employait un style de combat qui n’était pas sans rappeler le maniement du sabre de son sergent instructeur à l’époque où le pirate était dans la marine. Des coups amples, gracieux et très rapides, privilégiant la précision à la force.


        Je peux savoir ce que vous nous voulez ?

        Ta tête, quelle question. Mon.. boss aurait sans doute préféré t’affronter seul. Mais je pense qu’on va finir ça ici et maintenant !


        L’homme redoubla d’effort, lançant une succession de coups, dans un rythme endiablé. Alors ces types n’étaient que de vulgaires chasseurs de prime. Et qui diable était son boss ? Encore des questions sans réponse. Mais cette fois-ci, Azerios comptait bien nourrir sa curiosité, il faudrait donc épargner cet homme. Plus facile à dire qu’à faire, car ce dernier semblait vraiment déterminé à tuer. Tous deux faisaient jeu égal et le jeune pirate se surprit même à prendre plaisir dans cet échange au sabre, il était toujours intéressant de rencontrer des sabreurs et d’éprouver le style de chacun.

        Style qui parvint d’ailleurs à le surprendre, l’homme brisa son rythme et effectua soudainement une frappe haute. Frappe qui fut contrée puis esquivée de justesse, sans quoi cette dernière aurait pu lui coûter sa tête. Le pirate ne put retenir un léger sourire, il redoubla d’effort à son tour, essayant de tirer profit de l’œil manquant de son adversaire en l’attaquant sur son flanc gauche. Mais le bougre se défendait plutôt bien, et parvenait à contrer les attaques les unes après les autres. C’est alors que le jeune pirate remarqua quelque chose. Quelque chose qui pourrait bien changer la donne, le duelliste borgne avait besoin de récupérer tous les dix-douze coups et s’arranger pour cogner plus fort histoire de créer de la distance avec lui pour souffler. Il tenta donc de passer outre ce coup, qui à chaque fois était particulièrement difficile à contrer/esquiver. Et lorsqu’il effectua une frappe haute à une vitesse folle, le pirate vit son adversaire reculer. Au lieu de reculer à son tour, il évita l’attaque, qui le taillada tout de même au bras gauche et se lança dans une série de coups puissants à l’aide de son meitou. Ce qui déstabilisa Le Borgne, qui vit son rythme chamboulé et fut rapidement acculé. Enfonçant le clou toujours un peu plus, Azerios parvint même à lui faire mettre genou à terre, cette fois il était à sa merci. Dans une attaque tournoyante, il lui trancha la main et en finit avec ce duel.
          Le borgne perdit alors son sang froid, hurlant de douleur en tombant au sol. Il se releva d’un bond et se mit à courir vers l’arrière du navire en hurlant à ses hommes d’abattre Azerios. Les gaillards se regardèrent un instant puis se lancèrent sur le pirate, épées ou surins en main, mais il était temps pour le pirate de mettre un terme à cette bataille et de prendre le contrôle du navire. Il avançait, déterminé à atteindre sa cible, éliminant le menu fretin qui venait se frotter à lui, essuyant d’autres blessures, mais rien de suffisamment sérieux pour le stopper, étant donnée qu’il usait et abusait du fluide combattant pour se renforcer. Rien de bien méchant jusqu'à l'intervention de ce golgoth, qui le frappa au visage avec violence. Trempé, là encore, il ne parvint pas à se changer en sable et encaissa le douloureux coup. Il le taillada alors d'une estocade rapide avant de lui passer à côté tout en sectionnant l'un de ses tendons. Le gaillard tomba alors, dévalant les marches dans un bruit sourd. Plus vulnérable que jamais, il fallait vraiment mettre fin à ces affrontements. Azerios monta doucement les escaliers menant à la barre et se retrouva de nouveau face au borgne qui le dévisagea avec effroi. L'homme ramassa un couteau et le lança maladroitement en direction de son adversaire, qui le dévia d'un rapide coup de sabre avant de s'avancer d'avantage vers sa proie.


          C’est terminé. Regarde autour de toi… Tes hommes ne pourront pas te sauver. Rends-toi.


          Pointant Griffon en sa direction, le jeune pirate le fixait avec un regard démoniaque. Le borgne était blessé, acculé, il pouvait effectivement constater que cet abordage avait rapidement tourné à l’avantage des pirates, des hommes étaient soit morts, soit désarmés. Il se tenait le moignon, qui ne cessait de saigner et il le savait. S’il n’était pas rapidement prit en charge, il serait sans doute mort d’ici quelques heures. Un orage fendit alors le ciel et rompit l'un des mats du navire, qui par chance pour le mutilé, s'écrasa en direction de son tortionnaire. Sautant sur le côté, évitant de justesse de finir en bouillie, Azerios aperçu son adversaire qui dévalait l'escalier pour retourner sur le pont. Il se lança alors à sa poursuite, et dégainant l'un de ses revolvers, visa puis lui tira une balle dans la jambe droite. L'homme s'écroula avec fracas, en poussant un juron à peine audible et se retrouva le bec dans l'eau. Rattrapé par son ennemi, il songea un instant à se relever, puis regarda autour de lui. Il comprit alors qu'il ne ferait que retarder l'inévitable, lui et ses hommes avaient perdu cette bataille. Il ferma son seul œil valide et hocha la tête. Le jeune pirate fut soulagé et rapidement les derniers hommes encore en train de se battre déposèrent les armes sous cette pluie battante. Mieux encore, Azerios finit par apercevoir Le Loup Solitaire, sortant des brumes, la coque éraflée de toutes parts mais bel et bien victorieux sur le second navire.


          —————————


          Après qu’élues heures d’une galère sans nom, la tempête était passée. Les Sandstorm Pirates victorieux, ainsi que les esclaves avaient récupéré le navire du borgne, qui voguait désormais aux côtés du Loup Solitaire, sur une mer plus clémente. Le cap n’avait pas changé, Whiskey Peak était toujours leur destination. D’ailleurs, le borgne faisait bien parti de la petite troupe qui avait enlevé Kutcham sur Little Garden, il était sous les ordres d’un type nommé « Le Cristalin ». Mais avide de renommée, il s’était détaché du convoi avec ses navires et avait entreprit de faire demi tour pour s’attaquer aux Sandstorm Pirates restés sur place. Mais il n’avait malheureusement pas prévu la tempête, ni la mutinerie qui eut lieux sur son navire. Le pauvre homme avait été soigné avec les moyens du bord, son moignon cautérisé afin d’éviter une mort certaine. Azerios avait cependant d’autres questions pour lui, et il se rendit dans sa cellule, bien décidé à obtenir des réponses. Il se retrouva devant un homme faible, fatigué et résigné.


          Vous venez encore me tourmenter… dit il avec dédain.

          J’ai besoin de réponses. Comment avez-vous pu savoir que nous étions sur Little Garden ? Vous étiez sur Citadelle n’est ce pas ? Qui vous a rencardé ?

          Je vois.. vous voulez savoir qui est le rat à bord de votre navire hein… malheureusement j’en sais rien du tout.. tout ce que je sais c’est qu’un type est venu trouver « le Cristalin » en pleine nuit.. et que le lendemain on partait en chasse.

          Et ce type, « le Cristalin » c’est quel genre de gars ?

          Le genre de gars à traquer et tuer les sales cafards de votre espèce…

          Très bien, on va aller lui rendre visite.


          Le type avait l’air sincère dans ses propos, il ne savait rien de plus, d’autant qu’il n’avait dans son état et dans sa situation, de toute façon, aucun intérêt à mentir. Mais Azerios en était convaincu, il y avait un traitre à bord, et il avait beau retourner les choses dans tous les sens et cogiter à ce sujet, la seule personne qui pour lui serait suce-toi le d’avoir mouchardé c’était Valnor. Ce n’était plus un secret, le tatoué avait clairement l’intention de fomenter une mutinerie et d’éjecter son capitaine. Mais comment le prouver ? La seule solution serait d’interroger le chasseur de prime se faisant appeler « le Cristalin ». La premier étape restait la libération de Kutcham, et le jeune pirate espérait arriver à temps pour les intercepter sur Whiskey Peak. Il retourna donc à la barre retrouver Kutcham, afin de poursuivre leur chasse.