Le deal à ne pas rater :
Pokémon EV06 : où acheter le Bundle Lot 6 Boosters Mascarade ...
Voir le deal

[Quête] Le Chasseur Chassé [Asakura Ten]

Whiskey Peak — Hiver An 1628
Partie I — Retrouvailles


Cela faisait plusieurs semaines que l’archéologue se trouvait sur l’île de Whiskey Peak. Depuis son arrivée, il fit un état des lieux de l’archipel, et consacrait pour ainsi dire la majeure partie de son temps à enquêter sur les différents groupuscules qui se trouvaient sur l’île.

Pour l’heure, une seule attirait grandement son attention : « la CrabArmy ». Un petit groupe qui avait établi son quartier dans le sud de l’île. Ils ne se mélangeaient pas trop aux autres. Mieux, il ne faisait presque pas parler d’eux. Pourtant, dès que le mercenaire interrogeait des passants à leur sujet, ils prenaient immédiatement peur et refusaient de le renseigner. En l’occurrence, il n’en fallait pas davantage à celui qui aimait se surnommer « ghost » pour pousser ses recherches.

Pourquoi ? Qu’espérait-il faire ? C’était naturellement les questions que l’on pouvait se poser. Son objectif était en réalité simple, très simple : il désirait nouer des relations, élargir son réseau afin de mieux entamer son véritable projet. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas simplement aller voir n’importe quel groupe pour dialoguer avec eux ? Une fois de plus, la réponse était simple. En effet, Sigmund n’avait guère envie d’intégrer n’importe qui à son réseau. Non, il souhaitait collaborer avec des personnes discrètes, ayant un minimum d’expérience dans le métier. Pour l’heure, ce « CrabArmy » lui paraissait répondre à ses critères de recherches.

Toutefois, il demeurait une interrogation : est-ce ce groupe accepterait de collaborer avec lui ? Est-ce qu’ils accepteraient les termes qu’il entend leur poser ? Il y avait de quoi douter, c’était le moins qu’on puisse dire.

Quoi qu’il en fût, sa décision était prise. Rien ni personne ne serait désormais capable de le faire reculer.

Aussi, avant de se lancer dans cette quête qui pourrait s’avérer lourde de conséquence, le Schwarz préféra d’abord faire un saut en ville, histoire de recruter au moins une ou deux personnes pour l’épauler si jamais les choses devaient dégénérer.

Ainsi, il fit le tour des tavernes, essuyant quasi systématiquement des refus. Rien d’étonnant, puisqu’il n’avait pas les moyens nécessaires pour se payer de gros bras. En outre, peu de personnes avaient manifestement envie de se frotter à la « CrabArmy ». Il devait se rendre à l’évidence.

Soupirant un coup, il finit par se résoudre qu’il n’avait pas d’autres choix que de partir seul. Il savait ce que cela impliquait et était prêt à en accepter les conséquences si les choses ne se passaient pas comme il le souhaitait. Après tout, il fallait savoir prendre des risques, surtout pour ce genre de projet.

Ainsi, avant de se jeter dans la gueule du loup, il passa le seuil de la porte d’une des dernières tavernes restant, avec l’idée de boire un bon coup au cas où il devait ne pas revenir de son aventure.

Alors que les regards se posaient sur sa taille et sa corpulence pour le moins imposante, le regard de l’archéologue, lui, se fixa au fond de la salle. Cette silhouette… Il n’en revenait pas ! Comment était-ce possible ? Leurs yeux médusés se croisèrent, tandis que peu de temps après Sigmund s’avança pour retrouver son vieil camarade. Son frère !

« Si on m’a dit que je te retrouverai un jour ici… » Fit-il, avant de s’asseoir, ignorant complément l’assemblée qui lui avait visiblement prêté d’autres intentions. « Alors, Ten ! Qu’est-ce qui t’amène par ici ?  » Glissa -t-il, fin sourire aux lèvres.

Desserrant légèrement sa cravate, il se tourna vers un des serveurs et lui fit signe de venir prendre sa commande.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24718-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24705-schwarz-sigmund-terminee#258326
Whiskey Peak – Année 1628
Le chasseur chassé

Assis dans cette taverne crasseuse, le jeune garçon aux cheveux cendrés attendait patiemment qu’on lui apporte la boisson qu’il avait commandée ainsi que les trois hamburgers. Il n’en avait peut-être pas l’air, mais il était un énorme mangeur. Cependant, et vous pouvez vous en douter, son physique n’était pas impressionnant. Il semblait avoir un métabolisme capable d’absorber tout type d’alimentation sans pour autant grossir d’un iota.

Le serveur fut d’ailleurs confus de la commande et du fait que personne n’ait pris place aux côtés de Ten, mais il lui apporta cependant les plats avec un petit sourire en coin disant « il ne finira jamais, il a eu les yeux plus gros que le ventre ». Ten, quant à lui, lui fit son sourire habituel et remercia le serveur tout en prenant la paille et entamant son thé glacé.

- Hum…

Son sourire s’élargit lorsqu’il vit le nouveau quidam rentrer dans le bar. Une tronche qu’il n’avait pas revue depuis un moment, une tête qui lui rappelait énormément de souvenirs, et qui lui arrachait le premier véritable sourire depuis un moment.

- Comment ça va Sig’ ? Ca fait une paie !

Lui dit-il tout en repoussant la chaise à ses côtés, invitant alors celui qu’il considérait comme son frère à sa table. Ce dernier ne se fit pas prier et s’assit alors à la table du natif de Logue Town. Il échangea alors quelques banalités, demandant alors ce que faisait notre jeune voleur dans un repaire de chasseurs de primes.

- Oh tu sais, j’ai pas mal voyagé depuis que j’ai quitté Logue Town. D’ailleurs, désolé de pas vraiment t’avoir prévenu… J’étais… Pressé.

Finit-il avec son traditionnel sourire tout en dévorant le reste de son premier hamburger. Une fois la dernière bouchée engloutie, l’Asakura se tourna alors vers Sigmund et reprit alors la parole pour tenter d’en savoir un peu plus sur celui qui partageait son quotidien dans le bon vieux temps.

- Bon et toi, qu’est ce qui t’amène sur cette île ? Tu es un chasseur de primes maintenant ? Ca ne m’étonnerait pas de toi, tu as toujours été…

N’ayant pas le temps de terminer sa phrase, Ten se retrouvait désormais avec un gros balourd en plein milieu des genoux, assistant impuissant à l’envolée de son assiette, voyant alors s’écraser les deux hamburgers sur le sol dégueulasse de la taverne. Mais ce n’était pas le pire, car l’homme se relevait désormais en s’appuyant sur les genoux de Ten, lui écrasant les rotules sous son poids.

Et tandis qu’il se relevait, il essuya d’un revers de la manche le sang lui coulant au visage et se rua alors sur celui qui l’avait mis à terre et une bagarre commença alors. Ten, toujours souriant mais quelque peu choqué, montra alors à Sig’ qu’il n’avait rien perdu de ses talents avant de se lever.

- Allons-y avant que ça ne dégénère.

Fit-il tout en jouant avec le porte monnaie qu’il venait de subtiliser. Il en sortit un billet et le posa sur la table en guise de paiement puis il prit la poudre d’escampette, content de son larcin ; espérant que sa vieille connaissance le suive.

Il était réellement heureux de retrouver celui qui se rapprochait le plus de ce qu’il pourrait appeler « Famille ».
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24616-fiche-technique-asakura-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24596-asakura-ten-termine
Whiskey Peak — Hiver An 1628
Partie I — Retrouvailles


« Ne t’en fais pas, l’essentiel c’est que tu te portes bien. » Rétorqua Sigmund, d’un sourire fier.

Son frère était un survivant, il le savait. Aussi, il n’était guère étonné de le retrouver en forme sur la plus dangereuse des mers après qu’il eut été contraint de quitter prématurément leur terre d’enfance…

Balayant la table du regard, le mercenaire constata que son frère avait toujours un aussi grand appétit. Comment un petit corps comme le sien pouvait accueillir autant d’aliments sans jamais changer de forme ? Cela le dépassait, mais vraiment. Mais cela signifiait aussi une chose : son frère possédait un corps spécial. Mieux, il était spécial.

Alors que Ten prenait la parole pour l’interroger à son tour, les choses commencèrent à prendre une tournure pour le moins inattendue. Un type vola en effet jusqu’à la table des deux frangins, venant interrompre soudainement leur conversation. Se relevant tant bien que mal, allant jusqu’à oser poser ses sales pattes sur la personne de Ten, l’individu se lança sur la personne qui l’avait agressé. Même pas un « excusez-moi » à l’égard des deux frères, pire même pas un regard à leur adresse.

Les choses se dégénéraient rapidement, impliquant d’autres personnes qui attendaient, visiblement, patiemment ce genre de signal pour pouvoir se défouler et tuer leur ennuie. Ten proposa à son frangin de s’en aller avant qu’ils ne se retrouvent contraint de prendre part à cette confrontation puérile, s’empressant de son côté à prendre la poudre d’escampette.

« Ten, attend ! » Fit soudainement Sigmund, alors qu’il se relevait lentement de sa chaise.

Balayant la salle du regard, il compta le nombre de personnes qui se battaient, portant au passage un bref regard sur le gérant de la taverne, qui semblait presque prier pour que son commerce ne subisse pas trop de dégât. Portant sa chaise au-dessus de sa tête, le mercenaire vint l’écraser dans un grand fracas contre la table, faisant s’arrêter tous ceux qui se bagarraient. Il avait désormais toute leur attention, mais pas seulement…

« Quand il s’agit de vous taper dedans pour que dalle, vous êtes les premiers. Par contre, quand je sollicite des types courageux pour m’accompagner rendre visite à ce fameux Rino de la CrabArmy, il n’y a personne… Que dois-je comprendre ? » Commença -t-il, dans un premier temps. « Bandes de couilles molles, si vous voulez vous taper dedans, allez le faire ailleurs. Le premier qui me casse encore les oreilles, je lui ferai regretter d’être né. » Ajouta -t-il, le regard noir.

Faisant signe à Ten de venir, il se tourna vers le gérant.

« On va prendre cette table si ça ne vous pose pas de problème. »

Alors que le silence régnait quelques instants en maître, un type visiblement touché dans sa fierté se rapprocha rapidement de Sigmund.

« Non mais t’es qui toi ? Tu te prends pour qui à nous donner des leçons, espèce d’enfoiré ! Kenji, Yu et Ao, venez on lui fait la peau ! » Fit-il, invitant ses camarades à l’assister.

Une main sur son couteau, le Schwarz était prêt à dégainer si les quatre gaillards osaient se rapprocher suffisamment de lui.

Pendant ce temps, un mystérieux personnage, assis en face du comptoir, semblait observer attentivement la scène, tout en s’amusant avec une pièce qu’il faisait glisser entre ses deux doigts...

Comment tout cela allait finir ? Le plan de Ten n’aurait-il pas été ce qu’il y avait de mieux à faire ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24718-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24705-schwarz-sigmund-terminee#258326
Whiskey Peak – Année 1628
Le chasseur chassé

Tandis qu’il s’apprêtait à quitter la taverne, le jeune voleur fut retenu par celui avec qui il avait passé une bonne partie de son adolescence. Il ne semblait pas enclin à quitter les lieux, du moins pas pour le moment. D’ailleurs, plutôt que de la jouer « profil bas », le Schwarz préféra faire une petite démonstration de ce qu’il savait faire.

Ten, qui resta alors sur le côté, s’aperçut qu’il n’avait pas changé d’un pouce. Toujours aussi impressionnant, toujours aussi menaçant lorsqu’il le voulait. Il fallait dire qu’il était bâti pour, mais étrangement… L’Asakura n’était pas inquiété le moins du monde par Sigmund… Sûrement car il était la seule personne du monde à laquelle il se fiait véritablement.

- Ca va dégénérer…

Souffla-t-il à un ivrogne qui assistait à la scène à côté de lui. Et une fois que le Schwarz eut terminé son petit laïus, il invita Ten à le rejoindre à une table avoisinante. Il fit un petit signe de la tête à l’ivrogne tout en prenant soin de bien remarquer là où était sa bourse, il reviendrait sûrement le voir un peu plus tard.

- T’es vraiment pas le couteau le plus aiguisé du tiroir toi…

Fit Ten tout en souriant, tandis que le mec énervé s’approchait un peu plus. Il ne semblait pas avoir remarqué que Sig’ s’était saisi de son couteau, prêt à se mettre en mouvements si le besoin s’en faisait sentir.

- Ta gueule l’avorton, tu crois que faire le malin te sauvera les miches ? Si tu continues à l’ouvrir, je ferai disparaître ce misérable sourire de ta sale gueule !
- Dit-il avec ses dents pourries…

Ce fut la phrase de trop, car le poing du quidam s’écrasa désormais sur la joue du jeune voleur qui encaissa et tomba alors à la renverse de la banquette, une forte douleur au niveau de la pommette. Cependant, le coup n’était pas aussi puissant qu’il n’en avait l’air, et Ten l’avait jaugé à sa démarche et à ses mouvements ; il était capable d’encaisser.

Surtout, il savait qu’en se prenant un coup de poing, le sang de Sig’ ne ferait qu’un tour, et cela faisait rire d’avance le jeune Asakura. Il se releva tandis que l’ambiance s’était agitée et remarqua alors un homme s’amusant avec une pièce, regardant la scène avec une certaine lueur dans ses yeux. Il intrigua alors notre jeune voleur qui profitait du capharnaüm ambiant pour se rapprocher et s’assoir en face de lui, le fixant avec son grand sourire habituel ; mais des yeux bien plus investigateurs que rieurs.

- Salut l’ami, tu profites du spectacle ?

Une question qui paraissait anodine, mais l’était-elle vraiment ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24616-fiche-technique-asakura-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24596-asakura-ten-termine
Whiskey Peak — Hiver An 1628.
Partie I — Retrouvailles.


Tournant le dos à celui qui se rapprochait dangereusement de lui, Sigmund gardait sa main sur son couteau, dissimulé par sa veste. Encore deux pas, et c’en était fini de ce type, qui n’avait de toute évidence pas beaucoup l’air de tenir à sa vie.

Le mercenaire n’appréciait pas faire les choses à moitié. Non, il était du genre soit discret, soit complétement sous les feux des projecteurs. Il était soit indifférent, soit très impliqué. Le juste-milieu, comme certains aimaient le dire, n’avait jamais été son fort, et ce ne le sera probablement jamais. Sans doute la raison pour laquelle il attirait constamment la merde partout où il allait. Surement la raison pour laquelle, la plupart de ceux qui osaient le suivre finissait soit par le regretter, soit en payait le prix fort, à l’instar de sa défunte épouse…

Son ennemi s’arrêta finalement contre toute attente, s’en prenant tout d’abord verbalement à Ten, avant d’en venir carrément aux mains, provocant une colère noire chez celui qui n’appréciait guère qu’on s’en prenne à la seule « famille » qui lui restait.

« Oy… » Fut la seule phrase prononcée par Sigmund, dont l’ombre recouvrait sa future victime.

A peine s’était-il retourné que le long couteau, bien aiguisé, du Schwarz trancha la main avec laquelle l’individu avait osé frapper Ten. Un cri de douleur qui tétanisa les trois individus qui l’accompagnaient et qui furent sur le point de s’en prendre à Sigmund. La salle tout entière était choquée par ce degré de violence, qu’ils devaient probablement juger de très excessif compte tenu de la situation. Même le gérant avait les yeux grands ouverts, n’en revenant pas à ce que les choses prennent cette dimension.

Le mystérieux individu qui observait curieusement la scène eut un sourire des plus étranges, avant d’adresser un faux sourire à Ten, qui tentait visiblement d’en apprendre plus sur lui.

« ... Il faut dire que ce n’est pas tous les jours qu’on assiste à un spectacle aussi passionnant sur cette île. C’est ton ami ? S’il veut attirer l’attention de Rino, je crois que c’est réussi… » Fit le mystérieux individu, d’un sourire malicieux.

Pendant ce temps, la victime de Sigmund avait sa poignée droite qui était fendue en deux et qui pissait littéralement le sang. À genoux, il n’arrêtait pas de geindre, espérant désespérément qu’on lui vienne en aide.

« C’est tout ce que tu as dans le ventre ? Tu te comportes comme un pirate, mais, en fin de compte, tu ne vaux pas un clou… » Fit le mercenaire, avant d’essuyer sa lame sur les vêtements de sa victime.

Il se tourna finalement vers le gérant de la taverne, en sortant un paquet de berries de sa poche. Il y avait beaucoup trop de témoin, il fallait donner l’impression qu’il eût rendu service à la boutique plus qu’autre chose.

« … Je suis navré pour ce grabuge. Cela devrait couvrir les dégâts. À l’avenir, essayer d’engager des bras pour protéger votre commerce de ce genre d’énergumène. » Glissa -t-il, avant de ranger sa lame à son emplacement.

Le gérant lui était étonnement reconnaissant, hochant plusieurs fois la tête avant de venir récupérer le paquet de berries.

Cherchant finalement son frère du regard, il lui fit signe de partir. Il n’était plus d’humeur à rester ici. Puis, mine de rien, Ten était l’allié parfait pour sa quête. Une fois à l’extérieur, dans un coin tranquille, il prendrait le temps de le motiver et de le convaincre de le suivre dans cette aventure. Nulle doute qu’il n’en faudra pas beaucoup pour enrôler son petit frère dans ce qui pourrait leur apporter gros...  
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24718-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24705-schwarz-sigmund-terminee#258326
Whiskey Peak – Année 1628
Le chasseur chassé

Cela ne faisait même pas dix minutes qu’ils étaient rentrés dans ce bar, que déjà le sang avait coulé. Ten, qui était désormais assis à côté du mystérieux personnage, ne perdit pas son habituel sourire tandis que le temps semblait s’être figé. Sigmund avait fait son petit effet, et plus personne n’osait bouger ne serait-ce qu’une oreille, de peur d’énerver celui qui venait de faire forte impression.

- Rino, c’est vraiment un nom ça ? Ah ah ah, Sig’ a été élevé à la dure c’est clair, je n’aimerai pas être celui qui veut lui mettre des bâtons dans les roues, c’est clair.

Fit-il avec un regard perçant, fixant les yeux de son interlocuteur. Ten n’aurait su dire ce qu’il pensait, ce qui était assez rare, il fallait l’avouer. L’homme, avec son côté ténébreux et ses phrases mystérieuses ne lui inspirait rien. Ni bonne impression, ni mauvais feeling. C’était assez dérangeant, et l’homme en face de lui ne semblait pas impressionné le moins du monde, car il reprit la parole aussi tranquillement qu’auparavant, tandis que Sigmund se faisait bien voir du barman.

- Oh, j’imagine qu’avec sa petite démonstration de force, il ne risque pas de se faire ennuyer. Et oui, je t’assure que Rino est un nom, on parle de lui comme l’un des hommes les plus influents du quartier…

Le sourire de Ten s’accentua. Il s’imaginait désormais un rhinocéros suivi par une troupe de pirates et de brigands de bas étage ; et il fallait dire que cela le faisait beaucoup rire, comme le montraient ses yeux rieurs.

- Bref, je te laisse mon petit ami gringalet. Je me suis bien amusé, cela faisait longtemps que personne n’avait osé tenir tête à ces petites fripouilles, c’était rafraîchissant. Je vous conseille de faire profil bas, on est quand même sur Whiskey Peak les loulous.

Fit-il en déposant une liasse de billets bien trop conséquente pour ce qu’il avait commandé, mais il semblait léger lorsqu’il passa devant le mec qui venait de se faire couper la main. Il ne lui accorda qu’un regard, toujours amusé, avant de passer par les portes pour quitter le lieu. Et pendant ce temps, Sig venait de lui faire un signe de la main pour lui indiquer de partir.

- Eh bah, t’as faire forte impression ! T’as pas changé d’un pouce Sig’ ah ah ! D’ailleurs, qu’est-ce qui t’amène dans le coin, et surtout dans ce bar paumé ?

Et tout en marchant, Ten s’aperçut d’un petit détail qu’il n’avait pas vu quelques instants auparavant lorsque le quidam avait quitté le bar en premier, suivi de près par les deux compères de Logue Town.

- T’as vu comment ils ont l’air effrayés ? C’est vraiment des tendres ici, à Logue Town tout le monde aurait déjà repris leur conversation…

Mais ce que Ten ignorait, c’était qu’ils n’étaient pas seulement effrayés par l’action de Sig’, ils l’étaient aussi car ils avaient vu le quidam quitter les lieux sans rien dire, juste en souriant. Et ils savaient bien ce que ça voulait dire…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24616-fiche-technique-asakura-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24596-asakura-ten-termine
Whiskey Peak — Hiver An 1628.
Partie I — Retrouvailles.


« … Je cherche des bras pour aller voir ce fameux Rino, mais il faut croire que y a que des couilles molles sur cette île. » Rétorqua Sigmund à son frère, visiblement quelque peu frustré.

Alors qu’ils marchaient dans la rue, le mercenaire à la crinière de lion se demandait ce que lui voulait le type qui fut près de Ten. Hormis le fait qu’il fut l’un des rares à ne pas paraître effrayer, c’était comme s’il tenta de lui envoyer un message avec son regard. Ou tout cela n’était en fin de compte que le fruit de son imagination ? Peu importait, finit-il par se dire, préférant se concentrer sur la conversation avec son frangin.

« Je ne crois pas que ce soit moi qui les effrayais… » Finit-il par lâcher, son esprit lui renvoya les images de toute la scène. « Peu importe, dis-moi plutôt le temps que tu as prévu de rester sur cette île, Ten. » Reprit-il, d’un fin sourire.

Ils finirent par s’éloigner de la taverne, arrivant au carrefour de plusieurs chemins qui débouchaient sur d’autres villes. Sautant sur l’un des rochers qui décorait le lieu, le mercenaire porta son regard songeur vers l’horizon. Un instant de réflexion, puis il reporta ses pupilles incandescentes sur son petit frère.

« Ça tente une petite aventure, comme au bon vieux temps ? » Finit-il par glisser, d’un sourire carnassier.

Pas besoin d’en dire davantage pour que Ten mesure les risques de sa proposition. Mais oserait-il décliner son offre ? Si une telle chose se confirmait, cela signifierait que son frangin avait beaucoup changer. Auquel cas, il se contentera naturellement de poursuivre cette aventure seul. Mais, dans le cas contraire, nulle doute qu’ils se divertiront comme au bon vieux temps, où ils sortaient les matins sans être sûrs de revenir vivant la nuit tombée.

« La CrabArmy ça te parle ? C’est dirigé par un certain Rino. Il m’intrigue. Je veux en savoir plus. Et de ce que je sais, on peut gagner gros. » Dit-il, pour motiver un peu son frangin.

Une main dans la poche, l’autre vint desserrer légèrement sa cravate, tandis qu’il attendait la réponse de celui qu’il aimait autrefois surnommer « le petit génie ».

Le regard sur le soleil qui se couchait devant eux, le mercenaire trouvait que c’était le moment parfait pour ce genre de mission. Le genre de mission qu’il affectionnait plus que tout : espionnage et infiltration. À moins que son frère ne veuille faire les choses autrement, c’était décidé pour lui.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24718-fiche-technique-schwarz-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24705-schwarz-sigmund-terminee#258326