-14%
Le deal à ne pas rater :
Console Sony PS5 Slim Edition Standard Blanc et Noir
474.99 € 549.99 €
Voir le deal

Voir Alabasta et Mourir

Minuit, quelque part dans les dunes d'Alabasta, du coté de Rainbase

Ceux qui l'ont vu passer ont d'abord pensé à la légende de la grande Dune Volante, cette histoire qu'on raconte dans les villages nomades d'Alabasta, sur une immense dune qui marcherait sans trêve à travers les sables, ramassant les caravanes égarés pour les porter en quelques heures vers l'oasis le plus proche.

Et puis en arrivant en vue des murs de la ville, le monstre à jailli de la dune. Un monstre de fer et de feu, une carapace monstrueuse et blindée, le souffle brulant d'un haut fourneau entourée de puissantes mandibules d'acier. Des milliers de tonnes de haine et de férocité patiente et affamée.
Et après avoir englouti de son souffle brulant la tribu nomade qui l'avait suivi jusqu'ici, il s'est mis pesamment en marche vers la ville.

Le plus gigantesque et le plus monstrueux des scarabées revenait hanter sa terre natale. Et la débarrasser des hommes !

Et qui serait assez fou pour se dresser face au,


Maudit




*bruits de mandibules*

Petit scarabée sacré d’Alabasta devenu grand. Il a d’abord voyagé dans les cales d’un navire marchand avant d’y grignoter un étrange fruit qui lui conféra des capacités démoniaques. Sans le savoir ce scarabée venait de dévorer le fruit du démon de la fonderie.

Le pauvre insecte agonisa de longues heures tandis que son corps accueillait en son sein un foyer des plus ardents. De ses mandibules dégoulinait une épaisse lave qui eut vite fait d’attirer les marchands affolés. Désormais de la taille d’un chien, tout ce que le scarabée dévorait ne faisait que le renforcer. Il ne grossissait pas seulement à vue d’œil, grâce à son fruit tout ce qu’il consommait était recraché sous forme d’étranges ouvrages métalliques. L’un des marchands, Zheng Heshe, décida d’apprivoiser le scarabée et assassina ses pairs pour s’en emparer. Ensemble, ils traversèrent les mers et le jeune marchand, aidé par l’insecte devenu gigantesque, fini par devenir Empereur. Mais c'était il y a longtemps, très longtemps.

Dorénavant vestige d’une autre époque, le Maudit ne contient plus sa rage et sa faim sur ce monde qui ne lui convient plus.



Les nuées de scarabées du Maudit
Les scarabées mangeurs de chair sont un danger bien connus des pilleurs de tombeau d'alabasta. C'est a eux qu'on doit tout ses cadavres parfaitement nettoyés et dont il ne reste que les os et les objets précieux (Une étude sur le sujet estime que les scarabées ont bien compris que leur nourriture était attiré par le clinquant, et épargnent volontairement les effets personnels de leurs victimes pour en attirer d'autres) Leur mode de chasse est extrêmement simple, ils se ruent sur vous en un nuage si dense qu'on dirait une tempête de sable. Une tempête de sable avec des dents. Beaucoup de dents.

Stats : Nuée de larbins à 1 dorikis.
Pouvoirs : innombrables, mangeurs de chair, bruits de mandibules très désagréable



Niveau évalué :
Dorikis : XxX
PP : Ce n’est qu’un mythe
PI : Ce n’est qu’un mythe
Localisation : Quelque part sur Alabasta
Créateur du PNJ : Staff

Habiletés/Pouvoirs :
- Paramécia de la Fonderie / Gutsu gutsu no mi
- Ignifuge
- Fire heart
    Olek s'était perdu, il s'était éloigné de Jack et de son équipe de bras cassés pour uriner tranquillement par-dessus une dune. La lune était magnifique et son jet de pisse quasiment translucide était semblable à un arc-en-ciel en temps de pluie. Une véritable œuvre d'art dont la contemplation le plongeait dans ses pensées, mélancolique. Il dut s'endormir et avoir bu un peu trop d'hydromel ce soir-là parce que voilà que la dune bougeait sous ses pieds comme une vague, mais bien plus rythmée, cadencée.  Il se fit emporter et se retrouva à surfer sur du sable et à lutter pour ne pas se casser la gueule. Quelle était cette diablerie ?!

    Il dut bien rester plusieurs heures dans cette situation, à tel point que lassé par la monotonie du voyage et les jambes lourdes, il s'était posé en tailleur sur une aspérité rocheuse à la mode nomade. Une sensation de chaleur agréable malgré la hauteur et les vents violents, le colosse n'avait pas tardé à piquer du nez, pas le moins du monde inquiet ni curieux de ce qui lui arrivait. Il n'avait pas pour habitude de s'affoler à la première étrangeté, du coup se retrouver à somnoler sur le rocher d'une dune mouvante n'était rien d'autre qu'un des aléas de sa vie de pirate. Olek espérait simplement que le manège se terminerait bientôt parce qu'il commençait à s'éloigner vraiment de ses copains et ça risquait de lui prendre plusieurs jours pour les retrouver. Surtout que le colosse n'affectionnait pas particulièrement le soleil fracassant, les nuits froides et ce sable omniprésent qui vous rentrait dans le cul à la moindre glissade.

    Comme si la dune vivante était capable de lire dans ses pensées, elle s'arrêta net à l'approche d'une ville. Une créature de cauchemars sortit du sable sous ses pieds, faite de feu, de fer et de chitine, aussi grosse que moche, elle semblait fumer littéralement de haine et de rage. Ceci expliquait cela, Olek comprenait mieux pourquoi il n'avait plus froid depuis qu'il voguait tranquillement sur la mer de sable. Son cul avait reposé sur une bouillote géante depuis tout ce temps, et son petit rocher chauffant n'était rien d'autre qu'un morceau de carapace de ce scarabée géant métallique. Le colosse, réduit à un tout petit point sur la tête de la bestiole, devait s'avouer impressionné.

    Il le fut encore plus lorsque la bête crasha un brasier sur une troupe de malheureux en contre bas, de laquelle ne resta plus que des os fumants en quelques secondes. Quelque peu intimidé, alors que la monstruosité entamait l'assaut de la ville, Olek décida de ne pas bouger, il se rassit doucement sur sa tête et caressa sa chitine comme s'il tentait de calmer un phacomochère d'Amerzone. Avec un peu de chance, il ou elle, quoi que fût son sexe, ne l'avait pas vu. Sur son île natale, tous les matins, le glaiseux avait pour coutume de bouffer des scarabées frits dans du lait de kangarou, était-ce là le fameux karma, le dieu de ces âmes perdues qui venait venger les milliers d'insectes qu'il avait avalés ?
    • https://www.onepiece-requiem.net/t13347-olek-le-pirate
    • https://www.onepiece-requiem.net/t13281-un-soir-tard-dans-un-bar-sans-accoudoir-a-boire-devant-une-histoire-pas-noire
    Thème d'arrivé !:

    Ce Royaume est un véritable casse-tête, voilà maintenant plusieurs heures que nous traversons dunes après dunes. Nous ? Oui, j'ai accosté avec Jyll, il est hors de question que je me promène seule sur Alabasta avec ce qui s'y est déroulé les mois passés. Entre l'anéantissement de Nanohana par les troupes de l'Iron Fleet, l'attaque du Casino de Rainbase par mon cher Azerios, plus rien ne m'étonne avec lui depuis qu'il est passé Capitaine Corsaire. Il va d'ailleurs falloir qu'on se revoit très vite, j'ai deux mots à lui dire. Mon acolyte semble traîner de la patte à côté de moi, il avance sans trop de détermination jusqu'à ce que nous finissions par apercevoir une ville devant nous.

    « Oh enfin .. les déserts c'est vraiment pas mon truc je te jure Lise. »

    « On va pouvoir se poser. »

    « Tu penses d'ailleurs que laisser Vaillant entre les mains de Meira est une bonne option ? »

    « De un, nous n'avons pas d'autres choix. Et de deux, on lui a sauvé la vie à de nombreuses reprises, ce n'est pas une idiote, si à la limite elle veut se servir de nous, elle ne partira pas avec notre embarcation. »

    Meira, la nouvelle venue de notre équipage semble ne pas donner une bonne impression à mon bras-droit qui continue son avancée vers le village en bougonnant légèrement. J'affiche un sourire tendre avant de relever la tête vers une dune surplombant la ville de part son autre extrémité d'où nous venons. Quelque chose va en sortir ? C'est en effet ce qui se passe, un véritable monstre se mit à sortir de la dune, brûlant toutes les personnes avoisinantes, et se mettant en marche. Je reste un instant stoïque avant que Jyll me tape sur l'épaule en me pointant le monstre du doigt.

    « Hé merde ! On dirait que quelque chose s'est assit sur sa tête. »

    Plissant les yeux et essayant de focus ma vision le plus possible, je ne distingue rien, juste ce monstre énorme qui fait vibrer mon cerveau ... je crois en avoir déjà entendu parler quelque part, dans un livre d'histoire ! Mais où ? Je ne saurais le dire. Je m'arme alors de mon bâton climatique que je fais tournoyer dans mon dos, un grand sourire aux lèvres.

    « Allez, ça te dit d'allez s'occuper de ce monstre ? »

    « Après tout ... nous ne sommes pas venus ici pour enfiler des perles, et ce monstre est claiiiirement sur notre chemin ! »

    Notre motivation étant remontée à bloc, il ne nous fallut que quelques secondes pour courir en direction de cette ville pour intercepter ce monstre et tenter d'en savoir plus sur son origine. Et s'il s'avère que mon second a raison et que quelqu'un se trouve à son sommet, peut-être est-ce son invocateur ? Ou un détenteur d'un fruit du démon de type Zoan ? Quoi qu'il en soit, nous ne pourrons en savoir plus qu'à la condition que nous survivions à son souffle ardent qui a, semble t-il, déjà fait des victimes. Cette excursion à Alabasta s'annonce plus mouvementé qu'attendu.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
    • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
    En temps de paix, le mercenaire dérobe, en temps de guerre il déserte
            
         Du sable, du sable, des réserves infinis de sable et sur votre droite … encore du sable. Une description approximatif mais grossièrement juste du royaume d’Alabasta pour peu que vous vous éloignait de la ville. Alday entamait son énième semaine sur le continent et l’envi de prendre la mer était devenue un besoin vital. Il n’avait que trop trainé, gaspillait énormément de temps et d’énergie. Il était enfin temps pour lui de mettre les voiles et pour cela, il devait regagner Nanohana. Après avoir séjourné quelques jours dans une pyramide en étrange compagnie, le Rhétalien avait décidé de faire une dernière halte dans la ville qui ne dort jamais, Rainbase, dans le but de se ressourcer et faire le plein de provision avant sa longue traversé du désert.

    Un fort soleil surplombait les plaines arides qui s’étendaient à perte de vue. Cela ne faisait que peu d’heures que celui-ci s’était manifesté dans le ciel dégagé du royaume des sables et pourtant, sa présence se faisait cruellement ressentir. Le navigateur se comparait à un oeuf sur la poêle attendant d’être dévoré par les crocs du désert. Il allait même jusqu’à regretter son passé d’esclave dans les mines de Rhétalia où les coups de fouets avaient le bon de le maintenir éveillé.

    Nombreux étaient les proverbes sur le désert louant son calme et sa prospérité. Il était difficile de les contester tant le silence régnait dans ce biome aride. Une absence de vie rendant sa traversé beaucoup plus longue et pénible pour quiconque ayant bonne idée de s’y aventurer seul. Bien qu’il ne s’agissait pas là de sa première excursion dans le royaume, Alday commençait à regretter de pas avoir fait appel à une quelconque aide, une quelconque compagnie autre que le chant des dunes.

    Alors qu’il entamait l’ascension d’une colline monticule de sable, un fin chuchotement vint attira l’attention du voyageur qui se mit à agiter la tête dans tous les sens pour en déterminer la source. Ce fut uniquement lorsqu’il termina de gravir la dune sur laquelle il se trouvait qu’il put apercevoir une étrange ombre au loin d’où semblait provenir la curieuse source sonore.

    Un murmure qui devint rapidement un grésillement, une tâche sombre qui devint subitement une marée noire à mesure qu’elle se rapprochait. Depuis sa position, difficile pour le pirate d’affirmer avec exactitude de quelle diablerie du désert il pouvait bien s’agir. Une hallucination ? Peu probable, l’étranger transportait suffisamment de vivres et ne se sentait pas encore déshydrater pour que sa vision ne lui fasse voir autre chose qu’une ravissante belle danseuse orientale ou une pile de trésors perdu au milieu de nul part. Pour répondre à cette interrogation le jeune homme s’éleva dans les airs pour avoir un angle de vue plus large. Une vision pas des plus affutées couplé à des rayons de soleil perturbateurs l’incitèrent à se rapprocher calmement de l’anomalie qui, elle, continuait de dévorer les mètres à grande vitesse.

    - Qu’est-ce que …

    Soudainement, la marée changea de forme pour s’élever à hauteur de sa cible. Désormais à bonne distance, Alday comprit qu’il venait d’être pris en chasse par une colonie d’insectes. Tel une vague de sable souhaitant engloutir la dune voisine, ce qui s’apparentait à des scarabées au regard écarlate parvint à se hisser dans les airs en s’entrevauchant les uns sur les autres. Un auto-réflexe inespéré permit au maudit de se propulser hors de la ruée pour s’écraser un peu plus loin sur le sable. Ignorant le choc de l’atterrissage forcé, l’homme se redressa instantanément avant de secouer sa tête pour ôter les grains venus se faufiler dans sa chevelure.

    Étrangement Alday resta impassible face aux bêtes se précipitant sur lui à l’exception peut-être d’un sourcil qui s’agiter convulsivement. À vrai dire, il commençait à reconsidérer sa situation. Dans l’immédiat, il envisagea brièvement retourner moisir au fond d’une cellule ou frapper de la pierre à l’abri dans une mine mais le frétillement perçant de ses poursuivants le ramena à la raison. Sa pire crainte, non sa plus grande terreur était toujours à ses trousses. Oubliant le bon sens, son seul et unique réflexe fut de prendre ses jambes à son cou dans un cri strident à en retourner dans leur tombeau des momies dépourvues de tympan. Ce fier écumeur des mers, victime d’entomophobie excessive, se mit à dévaler les dunes à une allure prodigieusement élevée allant jusqu’à remettre en question la réputation des Super Colvert du pays. Débuta alors une course folle dans une gestuelle des plus excentrique afin de semer une nuée de scarabées mangeurs de chair …
    _________________

    Alday a effectué 1 lancé(s) d'un dé à 10 faces :
    10


    Dernière édition par Alday le Mar 8 Nov 2022 - 14:55, édité 5 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t21238-horus-alday?highlight=al
    • https://www.onepiece-requiem.net/t21181-horus-alday?highlight=alday
    Quelques jours plus tôt, Marie Joie, QG du CP7.

    - Ah, Agent Amaryllis.
    - Directrice Finnegan, je pensais ne plus avoir à vous voir depuis la dernière fois...
    - Et pourquoi donc agent ? Ce n'est pas parce que vous avez été nommée chef d'équipe que vous n'êtes plus du CP7.
    - Malheureusement oui...
    - Bref, j'ai une mission pour vous. Vous devez aller récupérer un de ces canards de courses qu'on trouve à Alabasta...
    - Vous savez pertinemment que je suis au service de Média n'est ce pas ?
    - Oui, et j'ai eu son accord. Bon voyage Agent Amaryllis. Et soyez de retour avant le 7, il ne faudrait pas que le cadeau du jeune Libervithz arrive après son anniversaire !

    ...

    Au présent, Alabasta.

    - Bonjour Monsieur, j'aurai besoin d'acheter un de vos canards.
    - NON MAIS VOUS CROYEZ VRAIMENT QUE C'EST LE MOMENT LA ?! VOUS VOYEZ PAS LE PUTAIN DE SCARABÉE GÉANT QUI EST ENTRAIN DE TOUT DÉTRUIRE ?!

    Je me tourne vers le scarabée. Est ce que c'est vraiment mon problème en vrai ? Est ce que je dois vraiment m'en mêler ? Je n'en ai clairement pas envie, alors je retourne vers le vendeur de canard mais celui ci vient de fermer boutique et est entrain de s'enfuir avec ces animaux ! Raaah mais quelle plaie ! Pourquoi aujourd'hui ?! Pourquoi alors même que j'avais presque fini ma mission il a fallu que ce vieux monstre dégueulasse sorte de son trou ?! Injuste ! C'est totalement injuste !

    Alors je rattrape l'éleveur de volaille et le force à me faire face.

    - Si je fais en sorte que votre maudite étable ne subisse aucun dommage de cette créature, vous me filerez votre plus beau canard gratuitement, compris ?!
    - Ha ! Comme si vous pouviez y faire quelque chose ! Mais soit ! Si ma boutique est intacte et que le monstre meurt sous vos coups, je veux bien vous en offrir un !
    - Parfait.

    D'un regard dur scellant l'accord, je me retourne alors vers le monstre qui vient de verser un torrent de lave sur une maison et décolle grâce au geppou pour juger de sa hauteur, et protéger ce lieu et les volatiles de la bête.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
    • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
    Voir Alabasta et mourir
    Event Halloween


    « - Revenez quand vous voudrez Monsieur ! »

    Évidemment que cet homme à la sortie du Casino souhaitait qu’Hitoshi revienne ! Et vite ! Cela faisait plusieurs heures maintenant que le jeune homme était le parfait client (comprenez ici pigeon). Il avait passé la grande majorité de son temps devant les machines à sous, sans rien gagné d’autre qu’un étrange bonbon orange et blanc. Le dessin d’un chaudron ou d’une marmite semblait incrusté en son centre et briller d’une lugubre lumière.

    « - Ouais ouais c’est ça. »

    Tandis que ses ailes battaient d’agacement, il jeta un coup de pied rageur dans le sable. Mal lui en prit, une pierre enfouie lui retourna un ongle de pied tandis qu’il s’envola pour aller se loger dans l’un des luxueux vitraux du casino.

    « - Eh ! Vous n’allez pas vous en tirer comme ça ! »

    Poursuivi par des vigiles bien trop musclés pour lui, Hitoshi n’eut d’autre choix que de grimper comme en haut d’une immense dune encore chaude. Chaque pas qu’il faisait semblait s’enfoncer plus que le précèdent et ses sandales se perdirent rapidement dans les profondeurs du sable.

    Heureusement pour lui, les vigiles un peu fainéants avaient rapidement laissé tomber et l’ange pouvait désormais profiter d’une vue splendide du désert au clair de lune. Retirant rapidement le bonbon de sa poche, il le déballa avant de le mettre à fondre entre ses dents. Le gout qui se diffusait dans sa bouche était étrange. Il lui rappelait celui des friandises distribuées par son arrière-grand-mère ainsi que le goût… de l’écorce ? Ce bonbon (avarié peut-être) avait le goût de celui distribué par une vieille femme en pleine forêt ? La chaleur d’Alabasta l’avait-il rendu fou ?

    Avant que le jeune homme ne puisse le recracher, il sentit une chaleur monter en lui tandis qu’il vit avec angoisse sa peau verdir légèrement. Ses vêtements devinrent des haillons gris tandis que ses cheveux blanchir complètement. Plus étrange encore, il lui était désormais impossible de recracher le bonbon. Il semblait destiné à le garder en bouche, coincé entre deux dents, tant qu’il n’aurait pas fondu intégralement.

    « - Ch’est-quoi che bordel. »

    Alors qu’il regardait ses mains avec attention, un vieux balais abîmé jaillit du sable pour se caler sous ses fesses. C’était une sensation étrange que celle de voler, même pour un ange. Pour autant le maniement aérien de ce balai lui semblait aussi naturel que le simple fait de respirer.

    « - Chitrouille, chitrouille et ratatouille ! »

    Le spectacle devait être étrange pour les citoyens de la ville qui voyaient désormais dans le ciel se balader un sorcier sur un balais volant, s’amusant à jeter dans les dunes des citrouilles et des pommes explosives.
    Il monta haut dans le ciel avant de se stabiliser pour observer le spectacle qui s’offrait sous ses yeux. Une étrange lueur sinistre attira son regard en contrebas.

    « - Qu’est-che que… »

    Grisé par ses nouvelles capacités, Hitoshi descendit en piqué et découvrit avec stupeur un gigantesque scarabée enflammée. Plusieurs personnes semblaient s’agiter pour essayer de le ralentir, il était temps que le jeune sorcier fasse son entrée.




    KoalaVolant
    • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
    • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
    Le colosse, transformé à l'état de tique indétrônable ou de furoncle sur la tête du scarabée géant, observait le carnage avec un plaisir non dissimulé. Pour le moment à l'abri, il profitait du spectacle, de la désolation et du carnage que causait sa monture. La milice de la ville luttait pour évacuer les civils, les gens hurlaient à la mort, les bâtiments fondaient comme neige au soleil ou explosaient sous les pattes destructives de l'insecte. Quelques valeureux soldats et guerriers, minuscules figurines en contrebas, essayaient de protéger la ville et lançaient par moments des contre-attaques, qui sans être très impressionnantes, possédaient une ardeur qui méritait d'être félicitée. Ce qu'Olek fit avec joie, il applaudissait comme un gosse tant les actions du scarabée que les efforts des courageuses fourmis à grand renfort de cris.

    La seule chose qui lui manquait, comme d'habitude, était une bonne bouteille de rhum. Il chercha dans ses petites poches s'il lui restait un truc à se mettre sous la dent, il y trouva avec grande surprise un petit bonbon, pas vraiment ce qu'il aurait souhaité, mais ça ferait l'affaire. Il espéra en le fourrant dans sa bouche qu'il s'agissait d'un de ces bonbons particuliers qui, même si dégueulasses, avaient de la liqueur et de l'alcool à l'intérieur.

    Échec total, le truc était immonde, gluant et collant, une sorte de caramel beaucoup trop salé et au beurre périmé depuis des mois. Il voulut le recracher, mais sa bouche se retrouva bloquée par des dizaines de couches de bandages, comme tout le reste de son corps en quelques secondes. Encore une diablerie ! Il voulut crier et se libérer de cette prison de pansements, qu'il déchirait comme un forcené, mais qui repoussaient aussi rapidement. Frustré et épuisé, il s'arrêta pour réfléchir quelques secondes, au même moment une citrouille volante explosa à quelques centimètres de sa gueule.

    Olek fut propulsé dans le vide, dans sa chute silencieuse, il tendit les bras impuissants vers la tête du scarabée, incapable de s'y accrocher. Tout était perdu, pensa-t-il alors que de ses mains jaillissaient des bandages qui, réagissant à sa volonté, s'enroulèrent autour des cornes du bousier et le hissèrent en sécurité. De retour sur son trône de chitine, Olek éclata d'un rire victorieux qui n'était autre qu'un bruit sourd, étouffé par les pansements.

    Sa victoire ne fut que de courte durée, son petit manège avait fini par dévoiler sa présence au monstre qui commençait à s'exciter et à secouer la tête dans tous les sens, bien décider à déloger son passager clandestin. Les bandages qui l'avaient sauvé s'enflammèrent soudainement, ne résistant pas plus longtemps à la température ardente de la chitine. Il dut les déchirer d'un coup sec pour ne pas finir en torche vivante.

    De ses mains, une dizaine de lambeaux jaillirent pour s'enrouler autour du cou et des cornes du Maudit, il était hors de question qu'Olek ne tombe, sa fierté et son égo étaient en jeu. Une lutte débuta entre l'homme et l'animal, l'un joutait pour contrôler, l'autre pour garder une liberté acquise depuis des siècles. Un rodéo sauvage entre une momie et un scarabée géant qui ne fit qu'ajouter un peu plus de folie à la scène apocalyptique qu'était devenue rainbase. Ses bandelettes, rênes de fortune, ne tenaient que quelques secondes avant de prendre feu, ce qui ne laissait à Olek que très peu de marge de manœuvre. Fournissant sans cesse de nouvelles attaches et larguant celles qui brulaient, il tirait de toutes ses forces pour ne pas tomber et maitriser un minimum les mouvements du monstre.

    Jouant littéralement avec la mort, le glaiseux s'amusait comme un fou. Complètement dément, il parvint enfin à libérer sa bouche et ce fut un rire hystérique, aussi discordant que puissant qui donna le rythme à cette danse chaotique.


    Spoiler:
    • https://www.onepiece-requiem.net/t13347-olek-le-pirate
    • https://www.onepiece-requiem.net/t13281-un-soir-tard-dans-un-bar-sans-accoudoir-a-boire-devant-une-histoire-pas-noire
    La nouvelle année commence à peine que déjà un gigantesque monstre fait son entrée sur Alabasta ! Nous nous en approchons de plus en plus avec Jyll tout en évitant les foules de civils apeurés qui accourent à l'extérieur de la ville. Tout ça est-ce vraiment réel ou bien quelqu'un nous a emprisonné dans un mauvais rêve pour nous faire une blague ? Mes sens sont en alerte, des bruits rapides s'approchent, mon instinct me pousse à tirer mon acolyte vers moi, dans son dos, une vague de ... bestioles s'affairent à grignoter de pauvres innocents attrapés sur leur chemin. La cohue rend le tableau tellement flou, Jyll reste à mes côtés, assénant de violents coups de paumes à la moindre bestiole qui oserait me sauter dessus.

    « Jyll ... je dois prendre de la hauteur. De plus haut je pourrais déchaîner les éléments. »

    « Pas de soucis, je te couvre. J'ai eu ça du vendeur qu'on a croisé un peu plus tôt dans le désert. »

    Mon bras-droit me montre alors un espèce de bonbon qu'il semble tout content de commencer à mettre dans sa bouche. Le laissant gérer sur la terre ferme je commence à monter habilement sur les rebords des maisons les plus basses pour rejoindre celles un peu plus hautes. Des snipers des troupes d'élites de la milice locale ont établis leur camp en hauteur aussi et ne semble pas d'avis à collaborer avec une pirate de mon acabit. À peine le pied posé sur un toit plat, qu'en face de moi, trois snipers me mettent en joue. Derrière eux j'aperçois une marée de cafards ou que sais-je, dévaler les murs des maisons, certains d'entre eux continuent leur avancée sur les toits. Souriante, je lève les mains.

    La bagarre !:

    « Messieurs, navré mais aujourd'hui ce ne seront pas mes prévisions qui viendront à bout de vous. »

    Les espèces de cafards insectes bizarres débarquèrent au même instant pour commencer à grignoter les chevilles des hommes. L'un d'eux tira un coup d'arme à feu qui frôla mon bras, je dû m'accroupir pour éviter le pire tout en dégainant mon arme climatique que je fis vivement tournoyer derrière moi. Cet affrontement n'aura rien de simple, la ville semble être envahie d'insectes immondes et le plus gros d'entre eux continue d'avancer. De là où je suis je peux même nettement apercevoir qu'un homme se tient sur sa tête, à en juger par sa position délicate il n'a pas l'air de maîtriser la situation. Mon attention se reporte sur mes amis les insectes purulents.

    « Aucune chance pour vous ! Le temps se gâte sur Alabasta, en prévision ? Un cyclone ravageur va vous emporter au loin, qu'entends-je un grondement ? Est-ce un mirage ou bien une pluie de foudre ?! Cyclone Tempo ! »

    Certes, cette situation m'amuse mais je ne lésine pas sur les moyens, je lance mon arme climatique devant moi d'un coup, créant une énorme bourrasque, emportant une véritable vague de cafards sur son chemin. D'immondes bruits d'insectes se mettent alors à raisonner dans les rues de la ville, mon attaque climatique ne semble pas leur faire du bien. Sur son chemin, mon Sorcery Climat-Tact libère des bulles de chaleurs et de froid pour former d'immenses nuages dans le ciel de la ville, mon arme finit alors par revenir dans mes mains tel un boomerang. Je l'attrape d'un geste fluide avant d'avancer sur le rebord de la maison où je me tiens debout, en face de moi, à quelques mètres, le gigantesque monstre enflammé semble combattre ses démons ou que sais-je, mais il est intenable ! Je ressens alors en mon cœur, une force inconnue qui hurle, qui bouillonne, qui n'a pour vocation qu'à s'exprimer. Je claque mon talon au sol en faisant tournoyer mon arme climatique dans mon dos, ma voix porte alors loin, semblant faire vibrer la carapace du scarabée enflammé, une soif inconnue se fait ressentir dans ma voix et dans mon regard, un fluide parcours l'entièreté de mes cellules, je me sens ... puissante !

    « Hé toi l'affreux ! Tu es sur MON chemin ! Un conseil, ne reste pas planté là. Le vent se lève, les nuages grondent et la foudre va s'abattre ! Thunderbolt Tempo ! »

    Restant une demi-seconde de marbre face à moi, le scarabée ne fait pas attention aux nuages noirs grondant au dessus de lui. Mon regard plongé dans le sien semble l'avoir perturbé, du moins assez pour me laisser le temps de peaufiner mon attaque climatique surpuissante ! D'un geste latéral de mon arme, un gigantesque éclair sort du nuage pour venir transpercer l'une des pattes du gigantesque monstre qui pousse un cri à en faire trembler les murs et à faire exploser les vitres des résidences alentours. Nul doute qu'il possède une force démentielle, pour preuve, un écoulement de flamme sort de sa mâchoire pour menacer de m'enflammer.

    « Mirage Tempo ! »

    L'air devant moi se distord alors, l'écoulement de flamme fait disparaître une copie conforme de moi telle de la fumée. La véritable moi s'enfuit en courant sur les toits, merde ... une flamme m'a atteinte à la jambe, un des insectes sous-fifre sentant cette odeur de chair cuite s'élance alors à ma poursuite et manque de m'arracher la jambe à plusieurs reprises, il me déstabilisa assez pour me faire rater mon saut et me faire tomber en plein dans un étalage de ... d'insectes ?! OH MERDE C'EST DEGUEULASSE !

    « Ah non non non ! Pas ça ! Dégagez ! »

    Alors que j'agitais nerveusement mon bâton climatique du chaud devant moi pour éloigner tous les insectes horribles, une voix faible mais familière parvint à mes oreilles. Une vision d'horreur manqua alors de me faire tourner de l'oeil, à quelques pas de là ... Jyll ... le teint livide, les yeux blancs, le corps grignoté par ces atrocités, un bras en moins, perdant énormément de sang, bégayait mon nom.

    « Eli...Elisabeth ... aide moi. »

    « Jyll ... non ... JYYYYLL DEGAGEZ ! »

    Une haine ... une haine profonde s'empare de mon être, ce fluide à nouveau, il traverse mon corps, je n'arrive pas à le contrôler, c'est fort, ça brûle mince non ! Je suis accroupie, mon cri a résonné à nouveau dans les rues de la ville, un souffle puissant a calmé tous les cafards présents, je ne m'aperçois de rien, mon coeur bat trop vite, je n'arrive plus à respirer, ma pression sanguine est montée trop vite. Il n'y a plus d'insectes a l'horizon, ils ont tous filés pour attaquer d'autres proies, mais jusqu'à quand ? Jyll est seul, accroupi, son teint revenu à la normal, il est comme neuf, un peu décontenancé par ce qui vient de se passer. Il bégaye un peu avant de parler.

    « Euh euh ... Lise ? C'était ... une blague, c'est ce bonbon bizarre il m'a fait des effets bizarres. Mais je l'ai avalé je crois que c'est passé. Hé Lise tu m'entends ?! »

    Je ne sens plus mon corps, ce fluide me brûle de l'intérieur, comme une puissance insensée qui se réveille de plus en plus chaque jour. Je me tiens le coeur en reprenant durement ma respiration. Mon médecin et acolyte s'élance vers moi pour m'adosser au mur d'une maison en piteux état  afin de m'administrer les premiers soins afin que je puisse recouvrer mes capacités primaires, à savoir respirer calmement et marcher au moins. Le scarabée géant s'est écarté un peu plus loin, nous sommes à l'abri pour l'instant, bien que je ne sois pas passée inaperçue avec mes tours de magie climatique et mon utilisation de cet étrange pouvoir inconnu. Mon regard affolé se plonge dans celui de Jyll, le revoir en bon état me calme, il me fait reprendre petit à petit ma respiration. Un sourire s'affiche alors sur son visage.

    « Je crois avoir vu l'ange drogué voler dans le ciel il y a quelques minutes. On dirait que tu n'es pas la seule sorcière du coin Lise. »

    S'exclame mon ami avec un sourire gêné et un regard en coin.

    Spoiler:
    • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
    • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
    Protéger une étable de Super-canard ? Facile pour un agent du Cipher Pol telle que moi.

    Même si je crois dire que ces horribles insectes sont quand même vachement nombreux... Assez pour qu'user constamment de mon Rankyaku commence sérieusement à m'épuiser... Parce qu'il y en a trop et si tôt que j'en tue une poignée une autre arrive... Raah, si ça continue comme ça, je vais vraiment finir par échouer !

    AHAHA. Moi échouer ?
    JA-MAIS.

    Laissant tomber le geppou qui me permettait de prendre de la hauteur, je retourne au sol et me place devant la bâtisse que je dois protéger, mes longs cheveux violets soudainement détacher et volant au vent jusqu'à ramasser sur une large zone les importuns tandis que toujours, le gros monstre se rapproche.
    Et sans bouger, je me concentre et libère l'électricité de mon corps dans ma chevelure, électrocutant toutes ces maudites bestioles d'un seul coup.

    Le choc et grésillement est telle que les autres hésitent sous la violence de la mort de leur congénère, et décide finalement d'aller trouver une autre cible.
    Bien. Très bien. Très bon choix.

    Maintenant, avant qu'ils ne décident de changer d'avis, je dois tuer ce gros monstre afin de mettre un terme définitif à toutes ces conneries et rentrer enfin à Marie Joie. Et parce que parfois, il faut se résoudre à accepter l'aide que l'on nous apporte, je sors finalement ce soit disant bonbon magique qu'un type de la scientifique m'a filée avant de partir pour Alabasta et me résout à l'utiliser.
    Parce que tout arme est bonne à prendre dans ce combat, surtout si elle me permet de gagner du temps.

    Le problème, c'est que le mec n'a pas su me dire ce que ce pouvoir faisait...

    Et je dois dire que je ne m'attendais pas particulièrement à ça...

    - Je déteste ces abrutis d'incompétents...

    Putain ! A cause de ce minable me voilà transformée en une espèce d'épouvantail absolument dégueulasse qui pue la paille et la poussière ! Non mais sérieusement ? Niveau faute de goût, on est à combien sur l'échelle des Saints de Marie Joie là ?! C'est intolérable !

    Et puis en plus, je vois pas en quoi être une poupée de paille dégueulasse va m'aidée à battre un scarabée géant ! Raaah ! Maudit scientifique ! Maudit marine ! Maudit !
    MAUDIT !

    Levant la tête au ciel dans mon malheur, je vois soudainement un nuage noir de milliers de plumes tournées au dessus de ma tête.
    Des corbeaux. Des horribles corbeaux. Il fallait que ce soit cet oiseau particulier...

    M'apprêtant à les découper en tranche au même titre que les scarabées, je remarque soudainement qu'ils semblent suivre mes mouvements, ce qui m'arrêtent immédiatement tandis que l'un d'eux se pose alors sur mon épaule.

    Tiens tiens tiens. Aurais-je des sbires magiques à exploiter sous cette apparence ?

    ********

    Debout droite sur mes deux corbeaux qui battent frénétiquement des ailes pour me faire m'élever au dessus de la créature de feu et de chitine qui ravage tout sur son passage, telle une cheffe d'orchestre, je lance mes bras en avant, invoquant ces êtres emplumés pour les lancer à l'assaut de l'insecte géant, un sourire mauvais à mes lèvres.

    Les corbeaux foncent en piquet vers le monstre, s'explosant dessus dans des nuages de bec et de plumes. Et si l'action n'est pas très efficace prise individuellement, la persistance de mes invocations finissent par percer la carapace de chitine, les yeux et même à briser une des mandibules de la créature qui hurle alors de douleur vers le ciel.

    Manque de pot pour lui, je reste immobile... Et donc, malgré ma position visible, mon état d'épouvantail fait que je passe totalement inaperçu.

    Hinhinhin !

    Meurs saloperie !

    bonbon du démon:
    • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
    • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
    Voir Alabasta et mourir
    Event Halloween

    La lune éclairait de toute sa superbe les dunes de sables désormais teintées de blancs. Cet aspect fantomatique projetait de larges ombres sombres qui semblaient rouler sur le sable sans fin. Hitoshi sentait l’air glacé fouetter son visage enlaidit tandis qu’il accéléra encore davantage la vitesse de propulsion de ce vieux balai. Cette sensation était tellement grisante qu’il aurait pu sans aucun doute d’accoutumer de cette peau verte et de ce nez crochu. Parfait dans ce nouveau rôle, il riait d’un rire dément et cruel tandis qu’il fendait les nuages, ne leur laissant qu’un trou béant comme seule trace de son passage. De temps en temps, le jeune homme faisait pleuvoir des citrouilles explosives qui tombaient au sol comme des obus explosives, exacerbant le chaos et la désolation sous ses pieds. Des civils pouvaient être touchés mais il n’en avait que faire. Tout ce qui comptait pour lui désormais était de la satisfaction d’entendre les explosions et que les éclats lumineux s’impriment sur sa rétine. C’était un spectacle grandiose dont il ne perdait pas une miette, accélérant encore et encore sa vitesse jusqu’à ne plus rien discerner.

    « - Mouahahahaha ! »

    Les images distordues par sa vitesse n’étaient plus que des traits lumineux, semblables à des néons allumés, tandis qu’il sentait l’air, devenu coupant, lui griffer le visage. Il passa sa langue râpeuse au coin de ses lèvres gercées et ce goût de rouille, si particulier et unique, empli sa bouche. Quelques gouttes de ce liquide brun tombèrent sur le sable qui les absorba telle une éponge. Plus tard, quand les années auront passées et que l’ange ne sera plus que poussière, ces grains, eux, seront toujours là, vestiges éternels de son passage dans ce pays.

    Hitoshi ralenti brusquement pour se contenter d’un vol stationnaire au-dessus du scarabée géant. Ce n’était pas beau à voir. Cette créature antique continuait inlassablement sa route en semant la désolation. Le fait qu’une autre personne accapare toute l’attention de la population locale agaçait le jeune homme au plus haut point. Un sorcier vert avec une paire d’ailes sur un balais volant qui jette des citrouilles explosives ce n’était pas suffisant pour eux ? Soit, il était temps désormais de leur montrer de quelle cucurbitacée il se chauffait. Il pensait avoir repéré au sommet du crâne de la bête son point faible : une étrange tige enroulée de bandages.

    « - Chitrouille ! »

    Le bonbon toujours entre les dents déformait ses propos mais il n’en avait que faire. Une citrouille géante et lumineuse dans la main droite, il la lança de toute ses forces en direction du crâne du scarabée. Certes il manqua sa cible de peu, il réussit toutefois à la faire chuter de son perchoir.

    « - Mais qu’est-che que ch’est que cha ? »

    Ce qu’il avait pris pour une antenne enroulée de bandage était en réalité, non pas une brosse à chiotte enroulée de papier toilette, mais bel et bien une momie. Cette dernière remonta aisément sur le scarabée qui ne sembla pas apprécier qu’un impertinent ait l’audace de tenter ainsi de le dompter. S’en suivi un rodéo endiablé qui eut le mérite de fatiguer le scarabée géant.

    Une explosion retentit alors au loin tandis qu’un cri parvenait difficilement jusqu’à ses oreilles. Quelque chose venait d’éclater en ville et l’ange se sentit soudain plus faible. La nuée de scarabée qui se trouvait dans la ville s’effondra lourdement. Si l’ange avait été plus près, il aurait sans doute lui aussi perdu connaissance.

    Sans lui laisser le temps de complètement retrouver ses esprits, un nuage noir croassant vint le dépasser à vive-allure. Les plumes flottèrent tout au long de leur sillage pendant qu’ils s’écrasèrent contre le scarabée. Telles les plaies d’Égypte, les éléments semblaient se déchaîner ce soir. Alabasta toute entière semblait résister à ce scarabée d’un autre temps. Si Hitoshi s’amusa ainsi de voir des corbeaux attaquer la carapace de l’insecte géant, il remarqua rapidement les failles qui commençaient à apparaître. Au niveau des yeux tout d’abord, puis de la mandibule et enfin à la jonction du pronotum et de l’élytre. C’était l’occasion que l’ange devenu sorcier attendait. S’il parvenait à glisser assez de citrouilles explosives à cette jonction le scarabée finirait tout simplement coupé en deux.

    « - Mouahahahaha ! »

    S’élançant à vive-allure, le jeune homme utilisa toute sa force pour créer un maximum de citrouilles explosives. Il les plaça dans la jointure et s’envola loin, très loin de l’animal. Le dos de ce dernier brillait désormais d’une lueur sinistre, les citrouilles allaient exploser d’une minute à l’autre et l’ange espérait simplement qu’il en avait mis suffisamment, il le saurait bien assez tôt.
    KoalaVolant
    • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
    • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
    Ça pète, ça grésille, ça déroule et ça croasse de partout autour de ce pauvre scarabée qui aurait surement eu une meilleure idée ce matin que d'aller attaquer la ville de Rainbase...

    Car malgré les flots de lave qu'il crache sur la ville après en avoir ingérer les murs des premières maisons, l'insecte géant n'arrivera malheureusement pas à pénétrer plus à l'intérieur... Et sa vengeance, bien que terrible, se révéla être magnifiquement stoppé par des êtres sortis tout droit de conte d'horreur.

    Comme une incantation réussi, il faut croire que Sorcière, Momie, Zombi et Épouvantail peuvent écraser des monstres insectes géants et chauffant.

    Quant au pauvre corps du scarabée géant, la dernière attaque combinée de tous ces agents démoniaque l'ayant fait magistralement explosé, il restera dans les mémoires des habitants de Rainbase au moins jusqu'à ce qu'ils aient fini de pester après lui en le nettoyant un peu partout...

    Quant aux nuées de scarabées ? Elles aident à leur manière, consommant le corps de leur défunt rois avant de se faire gazer par des habitants qui ont bien décidé de ne laisser aucun nuisible s'installer dans leur ville !

    Non mais !