Le Deal du moment : -28%
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 ...
Voir le deal
279.99 €

[Quête] L'équipage de la sorcière s'agrandit

Le journal entre mes mains se froisse légèrement, mon regard s'assombrit. Jyll recule légèrement, entre ce que je viens de découvrir et ce qu'il y a dans ce journal, ce n'est vraiment pas ma journée.

« Dis moi que je rêve. »

« On dirait bien que non ... »

À la page que nous regardions, il y a un avis de recherche. Un avis où ma tête apparaît, avec mon identité "Elisabeth L. Gray". Comment est-ce que mon identité a pu être dévoilée de cette manière ? Le mouchard que Gabriel, le cavalier de la Révolution a détruit diffusait nos conversations à un membre du Gouvernement assez haut placé pour faire modifier mon avis de recherche ? En plus de cela, ma prime a augmenté, de seize millions de Berrys, je suis à présent recherchée pour trente-deux millions de Berrys. Un frisson parcours mon dos, je tends le journal à mon acolyte qui reste un moment hésitant avant de m'arrêter en me tenant le poignet.

« Attends. Écoute. »

Des bruits de pas à l'intérieur de la cabine me font reprendre conscience, je m'arrête alors, les bruits s'arrêtent au même instant. Le temps semble comme suspendu, nous sommes là, Jyll et moi, en maillots de bain, encore fatigués de notre expédition dans la jungle de Little Garden où nous avons retrouvés l'ange drogué, ce fameux Hitoshi. C'est alors que la porte de notre cabine vole en éclat, je dégaine mon arme climatique pour bloquer la porte en me mettant en position défensive. Une femme s'échappe de la cabine, un sac sur le dos, sa vitesse me laisse apercevoir sa chevelure rose, un véritable éclair rose qui nous dépasse avec Jyll. Mon acolyte a juste le temps de lui attraper le poignet que la voleuse se retrouve freinée dans sa course. D'une voix forte et déterminée elle s'écrie.

[Quête] L'équipage de la sorcière s'agrandit  Naviga10

« Lâchez moi foutus pirates ! »

« Tu ne penses tout de même pas à t'échapper avec nos trésors sale voleuse. »

Sans la moindre hésitation, la femme aux cheveux roses dégaine deux poignards, l'un d'eux frôle la gorge de mon médecin de bord qui a su s'orienter de façon à éviter une blessure fatale, n'importe qui de normalement constitué serait en train de se vider de son sang au sol. Cette femme sait ce qu'elle fait, elle est rapide, précise et déterminée, elle ne passe pas par quatre chemins. Qui est-elle et que nous veut-elle ? Son attention se porte alors que l'avis de recherche maintenant au sol, son regard croise ensuite le mien. Elle avale péniblement sa salive en serrant ses poignards entre ses doigts.

« C'est donc toi la sorcière climatique. C'est bien ma veine. »

L'instant d'après, la voleuse lança ses deux poignards en direction de nos cordages pour les trancher d'un coup net ! La voile de notre navire tomba alors d'un coup sur Jyll et moi-même, je n'eus pas le temps d'user un Mirage Tempo pour me faufiler en dehors de la voile pour espérer suivre la voleuse. Mon acolyte me tira hors de là d'un coup en pointant dans la direction où la satanée voleuse s'était enfuie.

« Là, on n'a pas de temps à perdre. Cette voleuse doit nous rendre notre dû, on la suit ? »

« Évidemment, chemin inverse dans cette jungle cette fois. »

Sans perdre une seconde de plus, nous retournons sur la terre ferme avec Jyll, laissant une nouvelle fois Vaillant seule, sa voile détachée de ses cordages. Toujours vêtus de nos simples maillots de bain, nous courrons à travers cette jungle luxuriante et effrayante. D'imposants cris d'animaux résonnent à nos oreilles, je reste déterminée à courir dans la direction qu'à empruntée cette satanée petite voleuse, et je peux l'apercevoir au loin entre plusieurs buissons, elle n'est pas si rapide que ça. Agile certes, mais rapide, elle ne l'est pas avec un paquetage aussi lourd. Soudain, la jeune femme courant devant nous semble être tombée dans quelque chose de profond, son cri résonne entre les arbres et les feuillages, faisant s'envoler quelques oiseaux préhistoriques du coin. Oh ça, pour la suivre je vais la suivre, je ne laisserais pas nos trésors s'enfuirent si facilement.

« Jyll reste là ! »

« Hé quoi ? »

Mon acolyte n'a pas le temps de me retenir que je m'élance déjà en contrebas de cette descente rocheuse que la jeune voleuse a dévalée, la pente est glissante, les rochers risqueraient de m'arracher la peau si je me laisse emporter, je tente de sauter de rebords en rebords pour ne pas me faire emporter jusqu'en bas. De son côté, Jyll fait face à un bébé dinosaure qui semble content d'avoir trouvé un ami avec qui jouer...

******

Du côté de Jyll ~

******

« C'est bien ma veine ... tout doux le dinoooo ... je suis pas ton copain. »

En face de moi, un bébé dinosaure, mesurant au moins trois fois ma taille s'avance avec ce qui semble être un sourire ? Lise vient de descendre en contrebas pour rejoindre et poursuivre la voleuse que nous suivions, et moi je dois m'occuper d'un dinosaure qui semble tout content d'avoir trouvé un ami ? Ce qui m'ennuie c'est qu'il semble vouloir s'amuser d'une manière que je ne pourrais pas l'aider. Le cou du dinosaure se plie alors pour venir m'entourer, mon regard se pose sur tout son corps pour finalement apercevoir une porte de sortie.

« Désolé ... Nerf Optique ! »

Ma paume droite vient frapper la tempe du dinosaure qui me regardait d'une manière que je n'apprécie pas vraiment, son cri me fait tituber légèrement en arrière. La douleur doit être vive pour lui, il doit avoir subit un violent mal de crâne et sa vision en est troublée, ses yeux sont ouverts mais l'on dirait qu'il ne voit rien, la douleur est telle, que l'animal préhistorique s'évanouit un peu plus loin, ses hurlements de douleurs s'estompèrent de secondes en secondes. Allez, je n'ai pas le temps de jouer plus longtemps, après un dernier regard pour le dinosaure, je m'enfuis le long de la crevasse que Lise et la voleuse ont empruntées pour rejoindre l'endroit inférieur de manière plus sûre.

******

Quelques part en Mer ... non loin de Little Garden, à bord d'un sous-marin du Gouvernement !

******

Un homme vêtu d'un costard trois pièces de couleur crème se tient assis au poste de commande de son sous-marin, sa main droite jouant avec un verre en cristal rempli de ce qui semble être du whisky. Ce dernier tousse grassement comme pour s'éclaircir la voix, son sonar semble repérer une île déserte à quelques mètres de distance, à la surface.

« Je ferais mieux de m'y arrêter. Mes réserves en oxygène ne sont pas au mieux de leurs formes. C'est dingue que je sois obligé de m'occuper de cette affaire moi-même, ce CP4 ne sert donc à rien ?! »

L'homme réajuste son trench tout en commençant la remontée de son sous-marin, un sourire semble s'afficher sur son visage. Il a beau ne pas le montrer, tout porte à croire qu'il semble ravi de s'occuper de cette affaire en question. Pourquoi ? Seul lui le sait, mais nul doute que le grand James Larson, n'est pas là pour enfiler des perles. Sa présence au large de Little Garden n'annonce rien de bon pour les pirates présents sur l'île.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee

******

En contrebas de la jungle, au milieu d'un reste de campement ...

******

Le choc fut brutal, la descente plutôt calme mais l'arrivée un peu trop subite. Je suis tombée les pieds en premier, la douleur me lance au niveau des chevilles, rien d'insurmontable afin que je puisse me relever mais la douleur reste bien présente. Je regarde rapidement autour de moi. Derrière il y a cette descente que je viens de passer, devant moi, un grand campement abandonné, deux points de feu éteints et des tentes ravagés, il y a des traces de griffures sur les tentes et des traces de combat au sol. Quelque chose a éclaté ici, mais quoi et il y a combien de temps ? Peu apparemment d'après les traces fraîches, je me redresse lentement en reformant mon bâton climatique dans ma main gauche. Au loin devant moi, entre les feuillages de la jungle environnante, des ombres semblent me guetter.

« Qui est là?! »

Je n'ai pas le temps d'ajouter quoi que se soit qu'un gigantesque tigre à dents de sabres sort des feuillages, jetant devant moi la tête d'un homme ... un inconnu au visage effrayé, à en juger par la peur figée à son visage décapité il n'a pas eu le temps de se défendre face à ce monstre de la nature qui s'avance vers moi d'un pas lourd et lent, me menaçant de partir au risque qu'il m'arrive la même chose. Mon sang ne fait qu'un tour, c'est là bien la première fois que je vois un animal avec une telle carrure qu'il a démembré un être humain. Cette île regorge de monstres tous plus puissants les uns que les autres, je sens mon cœur qui accélère et ma pression sanguine qui augmente. Mes sens sont en alerte, je me sens ... subitement bien ? Le tigre s'élance alors sur moi.

« Tu m'embêtes sale félin. Mirage Tempo ! »

L'air autour de moi s'estompe légèrement, de légères vaguelettes m'entoure. Le félin a l'impression de m'avoir croqué mais il n'en est rien, la réplique de mon corps se dissipe dans l'air ambiant. Me voilà maintenant transparente à ses yeux, mon bâton climatique tournant frénétiquement derrière moi pour maintenir un voile frais autour de mon corps, la condensation me rend invisible jusqu'à ce que je le décide. Malheureusement, le félin semble disposer de quelque chose que je n'imaginais pas si développé, son sens de l'odorat. Feintant de ne pas me voir, le grand tigre à dents de sabre se retourne d'un coup sec, m'assénant un violent coup de patte tout juste bloqué par mon climat-tact qui s'envole quelques mètres plus loin. Le choc me fait tomber à la renverse, dissipant mon mirage tempo. Le félin sentant sa supériorité face à ma personne, s'approche d'un pas lent, de la bave suintant de sa bouche grande ouverte. Mon coeur pourrait s'extirper de ma poitrine tant il bat fort, je relève le regard vers le félin pour le fixer droit dans les yeux, mon adrénaline me pousse à me tenir le regard plongé dans le sien.

« Tu n'es rien ! Face à moi tu n'es rien, je te surpasse AMPLEMENT ! »

Ce dernier mot fait l'effet d'une bombe, mon sang se met à me brûler la moindre cellule de mon corps. Je sens une force inconnue éclore en moi. Le sang afflue vers ma tête, mes yeux, ma bouche, toute cette force se met à suinter de mon corps entier. Je me relève alors en tendant l'index vers le tigre qui reste immobile, plus mon regard reste plongé dans le sien, plus je sens sa présence, puis son corps, sa puissance. Tout ses poils se hérissent alors. Je récupère mon Climat-tact à quelques centimètres de moi pour finalement le faire claquer au sol, je réouvre les yeux, à cet instant, je sens l'air frôler ma peau, un fluide surpuissant s'échappe de mes yeux, le tigre en face de moi recule de quelques pas.

« Arrière, ou je met fin à tes jours. »

Dans un couinement tout sauf impressionnant, le tigre s'échappe alors à travers la jungle au loin. Je reste un instant à ma place sans bouger, c'est un homme vêtu de vêtements déchirés et d'un chapeau orné d'un crâne qui me ramène à la réalité. Je titube légèrement en arrière avant de me redresser en reprenant ma respiration.

« Hé toi ! C'est quoi que tu viens de faire là ? C'était le Haki Royal ? T'es une amie de l'éclair rose ? »

« Quoi ? Que racontes-tu ? Qui est cet éclair rose ? »

Le temps que mon cerveau se reconnecte à la réalité je réalisé que l'éclair rose s'apparente à la jeune femme qui a volé notre argent. Par contre le Haki Royal ? Je n'ai aucune idée de ce que cela pourrait être et je préfère ne pas m'en occuper maintenant, je me contente d'avancer vers l'inconnu pour l'attraper par le col en le menaçant avec mon arme foudroyante que je pointe au niveau de ses yeux.

« Je suis à la recherche de cet éclair rose. Mène moi à elle, et explique moi qui tu es et comment tu la connais. »

« Euh ... euh bien madame. »

******

Plus loin dans la jungle, à l'entrée d'une grotte, du côté de Jyll ...

******

Cette jungle commence à me sortir par les yeux, ça n'a rien d'amusant de courir comme un dératé à travers les feuillages avec les feuilles tranchantes qui frôlent violemment mon visage et mon torse dénudé. Mes pectoraux présentent des marques de griffure à cause des feuilles rudement bien tranchantes de la flore locale. J'entends également quelques bruits préhistoriques dans le ciel, je m'efforce de rester bas pour ne pas me faire repérer. Après plusieurs longues minutes de marches à contourner la descente que Lise a préféré emprunter, je me retrouve face à une entrée de grotte tout ce qu'il y a de plus classique. Au loin dans la grotte il y a un point d'eau très clair, qui semble mener vers des galeries souterraines.

« Cette eau semble si pure. »

Je m'approche doucement de la source d'eau pure pour y plonger ma main droite, le contact avec l'eau me fait frissonner, elle est si froide ! L'odeur de cette dernière me donne envie de me plonger dedans, elle a l'air si douce, si pure, et il fait si chaud à l'extérieur que j'ai envie de plonger dedans. J'avoue que l'eau sur cette île me rappelle mes retrouvailles avec Hitoshi quelques heures auparavant ... je rougis légèrement en souriant avant d'être réveillé de mes rêveries par un coup de gifle qui résonne du fond de la grotte. Je tourne rapidement ma tête en fronçant les sourcils, à bien écouter ce qui s'y trame on dirait que notre voleuse a trouvé de belles emmerdes. C'est notre moment, je ne dois pas la laisser filer, elle est proche, c'est le moment.

Je reprends la marche rapide pour m'enfoncer dans la grotte illuminée par des roches luisantes et par la lumière extérieure ramenée grâce aux puits d'eaux pures. Plusieurs éléments se dressent sur mon chemin, d'un passage rétréci entre plusieurs rocs, à plusieurs rocs à déplacer pour pouvoir atteindre le fond de cette caverne. J'arrive enfin à mon objectif et devant moi se tient un groupe d'une vingtaine d'hommes et de femmes, au centre d'un campement qui semble tout neuf, la grotte est ouverte derrière eux sur une clairière donnant la vision sur un mur de terre au loin, si je reste logique c'est de là que la voleuse et ma capitaine sont descendues. Je ressors à peine d'une ouverture minuscule qu'une femme passe devant moi, semblant être une sorte de veilleuse pour éviter une quelconque intrusion dans leur campement.


« Oh ? Mais t'es qui toi ?! »

« Merde ... Nerf Optique ! »

D'un geste rapide je me relève en assénant un coup de paume à cette femme qui s'effondre dans mes bras, je fais une légère rotation sur nous-même en maintenant ma main gauche devant sa bouche pour étouffer son cri, sa vision est brouillée, elle ne voit plus rien. La panique l'empêche de bouger, je met mes doigts en forme de pistolet sur sa gorge pour la menacer et l'empêcher de bouger. D'une voix suave, presque intimidante, je me penche et lui susurre à l'oreille.

« Tu la fermes et tu marches. »

Plus le temps de tergiverser. Je tiens fermement la femme et je m'approche à grand pas vers le groupe de forbans qui nous ont volés notre voleuse, c'est un véritable comble. Au même moment, une silhouette se profile de l'autre côté du campement, vers la jungle, une femme en sort. C'est Lise ! Elle tient un homme par le col avec son climat-tact le menaçant au niveau du visage. On se regarde d'un air complice avant qu'un des forbans se décide à ouvrir les yeux pour nous voir.

« Hé les sales merdes ! »

« Cette voleuse est à nous, le premier qui la touche signe son arrêt de mort. »

« Aaaah aaah ... faites gaffe à cette femme, elle a le Haki des Rois, fuyez ! »

Je m'arrête un instant, haussant un sourcil en regardant Lise.

« T'as le fluide royal ? Dit donc capitaine, tu t'es bien cachée de me le dévoiler ça. »

« Je sais même pas ce que tu racontes, concentre toi, ils arrivent. »

Et en effet ils arrivent, tous paqués par cinq, ils s'approchent. Notre voleuse est attachée au coin du feu, légèrement sonnée elle semble peiner à retrouver tous ses sens. Il va falloir la réveiller et lui demander ce qu'elle fait là et surtout ... pourquoi et comment est-ce qu'elle s'est retrouvée dans cette situation, et merde ! Où est notre foutu butin ?! Mon regard s'attarde légèrement sur Lise qui ne semble vraiment pas consciente de ce dont elle dispose, si son otage dit vrai, elle risque d'avoir de gros soucis à gérer sous peu.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
Les premiers affrontements éclatent. Jyll s'occupe bien de ses cinq adversaires, il analyse chacun de leurs mouvements afin de leur asséner de violents coups au niveau de la gorge pour leur couper la respiration ou au niveau des tempes pour bloquer leur nerf optique et les empêcher de voir pendant très peu de temps. Juste le temps de leur voler une arme pour les achever avec. Je ne compte pas perdre plus de temps de mon côté, mon climat-tact tournoie derrière moi depuis le début. Je détache mon bâton foudroyant pour le faire tournoyer dans mon dos, derrière moi se crée un petit nuage noir électrique que je décide de laisser poser là.

Sans attendre plus longtemps je cours au travers des défenses ennemis en donnant des coups de bâtons à gauche et à droite, certains d'entre eux parviennent à m'effleurer avec leurs couteaux de poches, n'ayant guère le temps de dégainer une autre arme pour se défendre. Un peu plus loin devant moi il y a le feu de camp avec deux hommes debout, semblant garder la petite voleuse bien proche, ils ne semblent pas déterminés à la laisser partir. Je rassemble alors mon arme climatique en un seul et grand bâton, tout le groupe que je viens de dépasser va pour s'élancer vers moi, leurs armes en avant, mais je les stoppe dans leur lancée. Je m'accroupis, un genou posé au sol mon bâton pointant vers le ciel, je le maintiens fermement à deux mains. Celui qui semble être le chef, quelques mètres devant moi va pour hurler à ses subalternes de fuir, mais ils n'en font rien, ils courent vers moi, l'un d'eux s'approchant dangereusement de mon dos.


« Sentez la foudre vous terrasser ! Thunder Lance Tempo ! ALLEZ VIENS ! »

Un terrible grondement retentit puis finit par résonner dans toute la grotte, mon nuage laissé précédemment à mon ancien emplacement se met en activité, il grésille puis d'un coup net, il file en ligne droite traversant toutes les personnes présentes sur son chemin pour venir se réfugier dans mon arme climatique qui agit comme un paratonnerre. Un violent grondement de nouveau, résonne, au même instant, tous mes opposants s'effondrent. Ils sont prit de violents spasmes durant cinq longues secondes, leurs corps sont fumants, ils sont aux portes de la mort, incapables de se relever. Quant à moi, je me redresse en effectuant un revers de main dans ma longue chevelure, lançant un terrible regard au chef des opérations et à son second, qui tourne le regard vers mon acolyte, qui retire un coup de la nuque d'une femme qui s'effondre à ses pieds.

« Terrible l'art climatique. »

« J'ai mit cette technique au point il y a peu de temps, c'est terrifiant tu ne trouves pas ? »

Alors que nous discutions comme si de rien n'était, la jeune voleuse reprend ses esprits, elle nous regarde à tour de rôle, l'air abasourdie par la facilité dont nous avons fait preuve pour terrasser ce groupe de pirates qu'elle semble connaître, à en juger par ses regard vers le chef des opérations. Ce dernier va alors s'exclamer d'une voix forte.

« Hé vous deux ! Vous foutez pas de moi, vous êtes qui ?! Et pourquoi vous en avez après cette petite idiote de Meira ? Cette chienne ne mérite que la mort. »

« Je ne t'autorise pas à parler de moi de cette façon ! C'est mon père qui t'envoie ?! Quand va t-il enfin lâcher ma veste ?! Laissez moi ... LAISSEZ MOI VIVRE MA VIE MAINTENANT ! »

Cette phrase semble faire réagir Jyll qui s'élance d'un coup, parant de sa main gauche, une gifle qui allait sans aucun doute sonner la jeune voleuse aux cheveux roses si elle se l'était prise. Le second des pirates se retrouve à son tour menacé par mon arme climatique que je porte à sa poitrine. Une bulle électrique à son bout, elle menace de lui infliger un arrêt cardiaque à son premier mouvement louche.

« Écoutez messieurs. Je ne sais pas qui vous êtes ni ce que vous voulez à cette voleuse, mais elle ne semble pas vouloir vous accompagner. »

« Relâchez-là, elle va venir avec nous. »

Je hausse un sourcil.

« Pardon ? »

« Pardon ? »

« Je ne pense pas non, vous ne savez pas qui est cette gamine, elle ne vous apportera que des emmerdes avec un criminel notoire de Grand Line. Vous n'êtes que des bleus ici. »

Que l'on juge ma façon d'agir ou mon nom c'est une chose, mais mon image ? Alors là non. Je fais tournoyer mon arme climatique pour enchaîner rapidement un Mirage Tempo et me faire disparaître aux yeux de toutes les personnes présentes, je me glisse furtivement dans le dos du second pour lui voler son couteau, il ressent mon mouvement et va pour m'arrêter. Malheureusement dans son élan il se prend une Thunder Ball dans le cœur et titube en cherchant de l'air, son cœur a loupé un battement, il n'est pour l'instant pas capable de se mouvoir librement pour entamer un affrontement. Le chef dégaine son arme à feu et tire une balle sur Jyll, qu'il esquive de peu, le tir a frôlé son oreille, il ressent un profond bourdonnement qui le fait tomber en avant en se tenant le crâne, il n'entends plus rien, ni même ses cris qui résonnent dans la grotte.

« Dispersion. Thunder Lance Tempo ! »

Mon mirage disparaît sous les yeux ébahis de la jeune voleuse, je me retrouve derrière le chef de ce groupe minable, mon mirage dissipé, un mini nuage noir se profile un peu plus loin, là où je me trouvais auparavant, le chef a juste le temps de se décaler légèrement que mon nuage en revenant vers mon arme, traverse son bras gauche, le faisant tomber et hurler de douleur. Je reste debout, les sourcils froncés, pointant mon bâton climatique vers le visage de cet homme, de taille moyenne, brun aux cheveux sales et abimés, vêtu d'un pantalon ample gris et d'une chemise délavé, le pauvre pirate de base, qui pense savoir et pouvoir me prendre de haut ? C'est bien me prendre pour une simple novice et j'ai horreur de ça. Je sens une rage fulminer en moi, je veux lui faire mordre la poussière. Ma raison m'appelle de m'occuper de cette voleuse que je relève en glissant l'extrémité de mon arme entre ses liens, pour la relever tranquillement, elle reste étrangement sereine, son regard soutient le mien.

« J'en ai marre des secrets, si je dois me battre pour quelque chose, donne m'en la raison, et des explications. »

« Je ne t'ai jamais demandé de venir me chercher sorcière. »

« Je tiens simplement à te rappeler que tu as volé notre butin à mon acolyte qui est en train d'agoniser au sol, et à moi-même. Et ma patience a des limites, des limites que je te demanderais de ne pas dépasser. Je déteste me répéter alors ... parle ! »

Mon ton est incisif et direct, semblant ramener la raison à cet éclair rose qui avale péniblement sa salive avant de m'expliquer.

« Ce groupe fait parti de la multitude de larbins dont dispose mon père, c'est un homme avide d'argent qui a su faire ami-ami avec des criminels et des voleurs notoires des premières îles de Grand Line. Je me suis échappée de son équipage afin de découvrir le monde par moi-même. »

Elle en dit peu, et rien ne me dit qu'elle m'annonce la vérité. Je ne peux que la croire, c'est ce qui semble le plus cohérent avec ce que l'inconnu nous a annoncé plus tôt. Je hausse lentement les épaules avant de regarder Jyll pester en se levant, se grattant nerveusement les oreilles. Conscient plus que jamais il s'élance vers le chef des adversaires pour le rouer de coup de pied en lui crachant dessus. Je reste un instant muette, mon oeil gauche tressautant en voyant cette scène.

« Connard ! Connard ! Connard ! Connard ! CONNAAAAARD ! .... Bon ... ça va mieux. »

« Jyll ? On te dérange ? »

« Ce merdeux a failli me péter le tympan, c'est irréversible une action comme celle-ci, quel inconscient. Bon ... t'en a appris plus ? »

« Ouais cette merdeu... »

« NON MAIS c'est une blague ?! Vous venez de latter des larbins de mon père, j'ai pas envie de l'avoir à mon cul, vous faites n'importe quoi. »

Je ramène cette petite inconsciente vers moi en l'attrapant par les cheveux, lui faisant lâcher une vulgarité à mon égard.

« Remettons les choses au clair. Tu ne l'auras pas au cul puisque tu n'es pas avec nous. Se serait trop vous demander à présent de nous rendre nos butins ?! »

Jyll, pendant que je conversais avec la voleuse effrontée s'est chargée d'ouvrir les coffres présents pour découvrir nos trésors et ne pas se gêner pour rassembler les butins des autres pirates. Je l'observe du coin de l'oeil avant de relâcher la jeune femme que je libère de ses liens avec un couteau trouvé sur un corps de larbin. Maintenant que nous avons enfin retrouvés nos trésors nous allons pouvoir rentrer au navire et enfin pouvoir se poser. Jyll se charge de regrouper tous les butins pour que nous repartions, je garde l'éclair rose du regard en croisant les bras, le second des pirates semble avoir retrouvé son air, il se tient le coeur en s'approchant de nous.

« Vous. Vous êtes la sorcière climatique ? »

« En effet. »

« Elisabeth L. Gray. D'après notre allié vous avez utilisé le Haki des Rois mais durant votre combat ici vous ne semblez pas en avoir fait usage. »

Ma patience est poussée à ses limites, je fais claquer mes talons au sol en soufflant.

« Écoutez, ce don du Haki Royal est légendaire à travers ce monde et un nombre infime de personnes ont pu en dévoiler les talents. Comment de simples forbans tels que vous ont pu entendre parler de ça et sont-ils capables d'insinuer ce genre de choses. Vous me fatiguez, dégagez ! »

Un bond dans ma poitrine me fait relâchez une haine profonde qui souffle un courant puissant dans la grotte, les oiseaux de la jungle alentours se mettent à s'envoler. Mon regard se porte sur eux alors que je pose ma main sur ma poitrine, qu'est-il en train de se passer ? Je ne comprends rien ... ce don, est-il possible que j'en possède les caractéristiques ? Cela implique une lourde responsabilité, je prends une longue respiration avant de m'avancer vers l'extérieur de la grotte, il va falloir trouver un chemin pour retourner au navire. Je me retourne vers Jyll, fatiguée par ce que nous venons de traverser, ma cheville me fait encore mal, courir de la façon dont j'ai courue n'a pas aidé, je me la masse légèrement avant d'apercevoir la voleuse s'avancer.

« Je vais ramener ce que je vous ai volé, je peux au moins faire ça pour vous remercier de m'avoir libéré. »

Jyll lance un gros sac rempli à Meira.

« Prends ça, soit utile un peu. »

« Je crois que tu as ta réponse. Partons. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
Après de longues minutes de marche jusqu'à Vaillant, nous y arrivons, fatigués par la chaleur ambiante et l'humidité qui abat toute notre force et nos envies de faire quoi que se soit. Jyll remonte nos butins en plus de ceux volés au groupe d'incapables que nous venons d'écraser dans les grottes. Mon acolyte commence à ranger nos trésors tandis que je reste devant le navire, face à Meira qui reste là, bras croisés, elle semble vouloir me dire quelque chose sans vraiment oser.

« Merci de nous avoir aidé à tout ramener. »

« De rien ... »

Un lourd silence s'installe, je sens qu'elle garde quelque chose en elle. Vais-je devoir faire la personne avenante ? On dirait bien que oui, en tant que capitaine c'est mon rôle, et bien qu'elle ai voulue nous voler nos butins, je sens qu'elle a de la ressource, elle est rapide et a tout de même tranché les cordages de notre voile principale, il va falloir la réparer. Je prends donc la parole après une longue inspiration, Meira doit sentir que je me force à faire la discussion et je n'aime pas ça. J'aime quand les choses se déroulent vite et que nous allons droit au but.

« À part être une voleuse, qu'est-ce que tu fais d'autre ? »

« Je suis une navigatrice aguerrie, mon père se servait de mes capacités à établir des cartes et à me retrouver en mer en jouant avec les changements de climats. C'est également lui qui m'a apprit à devenir une voleuse et une assassin. »

« Un vrai couteau suisse, bien que tu n'ai rien d'une assassin. »

« De toute façon je ne vois pas pourquoi je m'embête à vous dévoiler ça. »

Son ton m'est insupportable, Jyll a juste le temps de dépasser sa tête de la rambarde de notre pont pour calmer nos ardeurs avant que je réplique à la dernière phrase de Meira.

« Montez toutes les deux, j'ai besoin d'aide pour ranger tout ça. »

« Elle ne mont... »

... Pas le temps d'en rajouter plus que Meira est déjà à bord, comment a t-elle fait pour si faufiler si rapidement sans même que je ne la remarque ? Bien ... ses talents de voleuse semblent aller de pair avec l'assassinat, elle a l'air discrète et furtive, en plus d'être rapide. C'est vraiment tout l'inverse de Jyll et moi, bien qu'elle semble être plutôt directe et décidée, elle n'a pas l'air bien au clair dans sa tête. Serais-je capable d'accepter cette femme dans mon équipage malgré le peu de confiance que j'ai à son égard pour l'instant ? Je monte à bord de notre navire en regardant Meira sourire à mon acolyte qu'elle aide avec la plus grande gentillesse du monde, bien qu'elle n'affiche pas une mine enjouée, je ne peux pas dire si elle nous manipule ou si elle est véritablement sincère.

Mon observation dure quelques minutes pendant que nous aidons Jyll à ranger tous les butins dans la cale de notre navire, je ne perçois aucun regard en coin ni aucun mot de travers, on dirait qu'elle a vécu des choses qui font que c'est bien la première fois qu'elle rencontre des personnes aussi accueillantes que nous. Bien que ... se ne soit pas le premier mot qui me viendrait à l'esprit pour me décrire. Soucieuse de tout mettre au clair avec tout le monde, je m'arrête après avoir déposé le dernier tonneau dans la cale, faisant face à mon médecin de bord et à Meira.


« Bon, je déteste tourner autour du pot. Meira, quel est ton but ? Je t'avoue que nous aurions besoin d'une navigatrice à bord avec nous, et tu as les qualités requises pour ce poste. Que ton père veuille nous tomber dessus, ok. Mais toi ? Penses-tu pouvoir être assez honnête pour nous accompagner et devenir l'une des nôtres ? »

Meira reste interdite quelques secondes qui paraissent une éternité, je ne sais pas ce qui se trame dans sa tête mais elle réajuste ses lunettes roses et nous toise du regard.

« J'accepte, mais à une condition, je veux une pièce au calme pour rédiger mon carnet de route et mes croquis de cartes. »

Jyll se met à hurler de rire en quittant la cale, je souffle l'air dépassée par les évènements en souriant également, mon front se posant sur son index.

« Malheureusement nous ne possédons qu'une cabine. Il va bientôt falloir se trouver un nom d'équipage, je n'avais pas prévu de recruter quelqu'un en plus. »

« Oh tu sais, si je gêne je peux ne pas rester. »

« Et tu irais où ? »

Un long silence s'installe, je n'ai rien besoin de rajouter que Meira semble se remettre immédiatement en question, la voila face au mur. C'est une femme qui semble faire la dure, elle est maligne et rusée malheureusement face à cette question, on dirait qu'elle n'a pas d'autres alternatives. J'ai tout à y gagner, c'est une navigatrice et une assassin qu'il va certes falloir garder à l'œil un petit temps, mais nul doute qu'elle saura se faire à notre routine. De son côté, nous sommes sa protection, son père semble être un sacré salaud qui s'est servit d'elle et qui a une certaine notoriété, qu'il nous tombe dessus, nous saurons le lui faire regretter. Et si Meira se décide à nous trahir, elle n'aura qu'à se jeter en mer, une trahison est rarement pardonnée me concernant, mais à en juger par son caractère face à nous, je ne pense pas qu'elle le ferait.

« Allez monte, je crois que Jyll veut allez chasser un peu. »

« Chasser ? »

« Comment crois-tu qu'on mange ? Tu n'es plus avec tous les larbins de ton père ni quoi que se soit d'autre, tu te débrouilles pour survivre ici. »

La jeune femme aux cheveux roses ne daigne pas me répondre et passe à côté de Jyll qui s'apprêtait à redescendre en le bousculant, je crois que je l'ai un peu froissé, elle va devoir se faire à nos habitudes si elle veut rester parmi nous. Mon acolyte la regarde un petit moment avant de m'attraper au moment où j'allais remonter de la cale.

« Je ne la sens pas bien qu'elle semble le genre de femme traumatisée. »

« Écoute, tu avais l'air d'avoir envie de la voir rejoindre notre groupe. Je te soutiens et t'appuie dans tes décisions, tu es comme mon ombre. Ne me fait pas regretter ma décision. »

« Bien. »

Cela m'embête, d'être aussi dure avec Jyll. Mais je ne peux que le soutenir, j'ai une totale confiance en lui, et si sa décision nous apporte des problèmes, j'ose espérer qu'il saura les gérer. En attendant, je remonte au niveau du pont de notre navire pour apercevoir que le soleil est en train de se coucher, il reste encore bien deux heures avant que la lune n'apparaisse et que le froid de la jungle nous tombe dessus. Meira est assise sur la rembarde de notre navire, ses deux poignards aux mains, apparemment prête à chasser.

« On peut y aller ... capitaine ? »

******

Sur une île déserte, à quelques pas de Little Garden ...

******

Un homme, une quarantaine d'année, se tient debout sur cette plage, un verre de whisky à la main, le soleil va se coucher dans deux heures environs, et non loin de lui, dans l'océan, un navire pirate semble voguer dans sa direction. C'est avec un sourire aux lèvres qu'il part se terrer un peu plus loin de la plage pour ne pas faire fuir ses cibles de fin de journée. Le groupe de pirate accostant s'avère être le restant de survivants de la bande qui s'est opposé à l'équipage de la sorcière climatique quelques heures auparavant sur Little Garden, ils sont tous en mauvais état, certains sont encore sonnés et cinq d'entre eux sont morts sur le coup de leurs blessures à cause de la foudre qui ont traversés leur corps.

« Cette connasse va nous le payer, on va prévenir le boss que Meira a rejoint l'équipage de cette sorcière, il lui fera la peau. »

« Bonjour bonjour ? Navré de vous importuner mais, vous parlez bien de la sorcière climatique ? »

« Hé mais merde ! T'es qui toi, t'étais planqué le vioc ? »

Une seconde passée, un nuage de sable s'élevait déjà dans les airs, tandis que l'homme qui venait de prendre la parole se retrouva raide mort au sol. L'agent du Cipher Pole qui se trouvait à présent derrière lui, venait de lui asséner un coup fatal au niveau du coeur qui stoppa tout battement à l'instant de la frappe. L'homme releva les yeux lentement, faisant face à une bande de quatorze pirates, armés mais pétrifiés par la peur. Des cris retentirent, et certains se mirent également à courir, leur course ne semblait pas arrêter l'agent du Gouvernement qui, dans une danse frénétique, semblait littéralement se téléporter derrière eux pour les achever d'un coup unique qui leur fut fatal.

« Je vous conseille de ne pas jouer avec ma patience. Cette sorcière me prend déjà assez de temps et d'énergie, parlez. »

Il ne restait à présent que le capitaine et le second de ce groupe de pirates, bien vivants, face à leurs compagnons tous raides morts, semblant jurer contre cette maudite sorcière qui ne leur apportait que du malheur, qu'ils auraient préférés ne jamais croiser sa route. L'agent du Cipher Pole remarqua que le capitaine était blessé, une blessure dû à un choc électrique violent, il fit la déduction d'un affrontement contre la sorcière climatique.

« Vous l'avez rencontré ? Sur Little Garden ? »

« Même ... même si je te le dirais, notre boss doit déjà être à sa poursuite s'il n'a pas de nouvelles de nous. »

« Arrête chef. Ce type dépasse chacun de nous à des années lumières, même le boss ... »

« Raconte pas de la merde ! Ce vieux nous a prit par surprise il n'a rien de ... »

Une giclée de sang éclaboussa le second de la troupe, son capitaine venait de perdre littéralement la tête devant ses yeux. L'agent du Cipher Pole récupéra son verre de whisky au même moment en s'avançant vers sa potentielle dernière victime.

« Tu es malin. Je te laisse repartir voir ton "boss", qui semble si fort et sûrement très inquiet de votre absence en effet. Vous ne m'apporterez rien de plus, je sais à présent que cette sorcière est bien à Little Garden. J'en fait mon affaire, je ne veux plus croiser la route d'autres pirates à présent. Hors de mon chemin. »

« Qui ... qui êtes-vous ? Un pirate ? Un ...ca...capitaine corsaire ? »

« Cesse donc de m'insulter avant que je te retire la vie comme à tes camarades. »

Le pirate ne se fit pas prier et reprit la mer en hurlant, de chaudes larmes coulant le long de ses joues, en l'espace de cinq minutes à peine, l'intégralité de ses compagnons venaient d'être tués devant ses yeux. L'agent du Cipher Pole 9, James Larson s'approche de son sous-marin, un den-den mushi dans la main gauche.

« Je vais accoster sur Little Garden d'ici dix minutes. Je vous tiens au courant de l'avancée des opérations d'ici deux heures quand la proie sera morte. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee