-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

[Quête] Quand le CP9 se frotte au Climat !

Le soleil commençait à se cacher, laissant fuser ses rayons dorées partout sur l’océan et à travers la dense végétation de cette jungle luxuriante. Jungle qui s’écartait devant nous, qui nous impressionnait de part ses bruits étranges. Le moindre bruissement de feuille fit frissonner mon acolyte et médecin de bord, Jyll, qui se tient quelques pas derrière moi. Encore derrière lui se tenait fièrement notre nouvelle recrue, Meira, assassin, voleuse et navigatrice à plein temps, cette jeune femme observe avec attention tout ce qui entoure pour ne pas nous faire surprendre. Quant à moi, j’ouvre le chemin, toujours vêtue de mon maillot de bain deux pièces ainsi que de ma longue cape rouge, mes cheveux argentés sont détachés et virevoltent au rythme du vent. À ma cuisse gauche, mon Climat-Tact y est accroché et tinte légèrement au moindre de mes pas.

Nous sommes partis de notre bateau il y a maintenant une bonne quinzaine de minutes pour se trouver un bon repas avant de reprendre la mer. Tiens d’ailleurs ? Mon regard se porte sur le Log Pose accroché à mon poignet, l’aiguille ne cesse de s’agiter, je crois qu’il n’est pas encore rechargé, je sais si peu de choses sur Grand Line que s’en est affolant, cette mer regorge d’énigmes et de choses toutes plus farfelues les unes que les autres. Je ne sais à vrai dire pas combien de temps il va mettre pour se recharger mais j’espère rapidement, cet endroit me donne des frissons. J’ai d’ailleurs la mauvaise impression que des regards nous épient depuis cinq minutes. Je m’arrête quelques secondes, Jyll cognant son torse à ma tête arrêtée devant lui.


« Hé Lise ?! Bah ? »

« Chut. »

« Eh bien, qu’est-ce qui lui prends à la capitaine ? »

« Tais-toi navigatrice. »

Mon ton est ferme et direct, cela ne semble pas lui plaire, elle commence à s’avancer vers moi mais est immédiatement stoppée par mon binôme qui lui agrippe fermement le poignet. En relevant son regard elle peut le voir concentré et plus que sérieux. Ce regard lui impose de se taire et de ne rien rajouter. La voilà qui recule légèrement, un léger stresse monte et tout le monde le ressent à présent, nous sommes épiés. Je n’ai pas le temps de rajouter quoi que se soit qu’un coup de feu est tiré, il frôle mon bras gauche, immédiatement je m’empare de la main de Jyll qui tient Meira.

« Courrez ! Maintenant ! »

Qui est-ce ? Mon regard balaye les alentours mais il n’y a que de la végétation à perte de vue, notre course n’aide en rien, tout file si rapidement à côté de nous. Notre cœur bat vite, trop vite, et au loin nous pouvons apercevoir une immense clairière, juste en contrebas d’un gigantesque ossement d’animal que je ne saurais déterminer. D’un bond, nous sortons tous les trois de cette végétation, Meira est pliée, les mains sur les genoux pour reprendre sa respiration, je regarde le ciel qui est toujours aussi flamboyant. Jyll quant à lui, regarde autour de nous et pose une main sur nos épaules.

« Ne bougez pas … »

En relevant la tête, nous pouvons apercevoir une dizaine d’hommes et de femmes tous vêtus de costards noirs et de chapeau de la même couleur, ils ont tous des armes à feu braqués sur nous. Un logo semble dessiné sur leur veste mais je n’arrive pas à bien le cerner, il me faut reprendre ma respiration avant tout. Mais Meira s’élance alors vers moi pour me tirer en arrière, un tir manque de lui traverser la jambe.

« Hé ! Ne tirez pas ! »

« Capitaine. On est mal là. Leur écusson sur leur veste … se sont des membres du Gouvernement. »

Je reporte alors mon regard sur leur groupe, les soutenant d’un air ferme, bien décidée à obtenir des réponses malgré notre position de faiblesse.

« Qui êtes-vous ? Et que nous voulez-vous ? »

« Eh bien, c’est assez fâcheux comme situation mademoiselle Gray. Mais vous n’êtes pas en position de nous imposer quoi que se soit, ici les questions… c’est moi qui les pose. »

Les agents vêtus de noirs se mettent alors en position de garde à vous, claquant leurs armes contre eux et se regroupant en une ligne parfaite qui s’écarte pour laisser apparaître l’auteur de cette voix. Face à nos yeux, un homme d’un certain âge s’avance, un verre d’alcool à la main, l’air fatigué et usé par un je ne sais quoi qui semble marquer son visage de certaines rides. Vêtu d’un costard parfaitement lissé et d’un long trench, il boit une longue gorgée avant d’être interrompu par un cri, celui que ma navigatrice, qui résonne dans toute la jungle alentour, faisant s’envoler des oiseaux de leur nid haut perché. Nous nous retournons, Jyll et moi, vers elle, l’air intrigué, non mais qu’est-ce qui se passe ici ?!

[Quête] Quand le CP9 se frotte au Climat !  14zk

« Vou… vous ici ?! Qu’est-ce qu’un membre du Cipher Pôle vient faire ici ?! »

« Eh bien, elle semble bien renseignée votre navigatrice c’est ça ? »

« Lise, il faut s’enfuir. Et vite. Le Cipher Pôle est une organisation à ne surtout pas prendre à la légère. »

« Je sais bien … ma mère m’en a parlé autrefois. »

« Oh votre mère ? Hermione vous voulez dire ? »


Dernière édition par Elisabeth L. Gray le Mar 6 Déc 2022 - 23:16, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
Mon sang ne fait qu’un tour à entendre le nom de ma mère prononcé par cet inconnu, mes nerfs se lancent, je commence à bouillonner, mon front se plisse légèrement et ma mâchoire se serre. Qui est cet homme ?! Je m’efforce malgré tout de lui répondre de manière courtoise et d’un ton clair, pour ne pas paraître agressive.

« Comment connaissez-vous son nom ? Et qui êtes-vous ? »

« Il s’agit de James Larson. Je le sens mal, c’est un des plus anciens membres des Cipher Pôles. »

« Tu es trop renseignée petite. »

« Je suis voleuse et assassin qui plus est. Ce monde, de l’assassinat, vous semblez plongés dedans, vous, les monstres des Cipher Pôles ! Mais vous, James Larson, n’êtes pas l’agent le plus notoire de votre branche. Que nous voulez-vous ?! »

« Ah … je pourrais certes m’expliquer longuement avec vous, petite fouine, puisque vous allez mourir ici. Mais je n’en ai ni la force, ni l’envie, d’autant que votre tête ne me dit rien. Cependant, celle de votre capitaine, oui. Et c’est un problème que je souhaite régler, ici, et maintenant ! »

La fierté de Meira semble lui mettre un léger coup, elle qui a toujours réponse à tout se trouve le bec cloué par ce vieux homme qui vient d’ailleurs de lever son index droit ? Il a claqué des doigts ?! Une balle fut tirée au même instant par l’un de ses subalternes, cette balle traversé d’un trait net l’épaule gauche de Meira, la faisant chuter sur les genoux pour finir par tomber en avant, hurlant à la mort. Mon cœur s’accélérait de plus en plus, cet homme possédait sans doute une puissance hors norme, tout en disposant d’un groupe d’agent pouvant donner leur vie pour lui, et obéissant au moindre de ses gestes. Jyll hurla le nom de notre navigatrice en s’élançant vers elle pour finalement lui venir en aide.

« Vous. Veuillez reculer du corps de votre navigatrice, ce tir n’a pas suffit à vous faire taire ou à vous empêcher de bouger ? »

« Je suis médecin, je l’aiderais quoi qu’il en coûte ! »

« Oh ? Soit. »

Il va demander un nouveau tir, sur Jyll ?! Ah ça non, je ne le laisserais pas ordonner cela. Mon instinct me poussa à dégainer mon arme climatique, en rabattant mon bâton du froid sur celui de la chaleur je pourrais créer une bourrasque qui disséminera un peu ses forces, si je met assez d’élan dans le tir, des bulles de chaleur et de froid en sortiront, je pourrais ainsi bénéficier d’un nuage disponible en cas de besoin.

« Cyclone Tempo ! »

« Soru. »

Qu’est-ce qu’il vient de dire ?! Malgré le fait qu’il ne soit pas un agent notoire, il dispose d’une technique de cette envergure ?! Mon arme est lancée, elle fonce dans le tas, libérant une dose de chaleur et de froid qui finissent par se mêler et créer un trouble climatique, emportant tout sur son passage, telle une véritable bourrasque. Le coup est violent, la dizaine d’agent est envolée au loin, deux d’entre eux se retrouvent embrochés dans des arbres voisins, le reste est simplement sonné. James quant à lui n’est pas touché, il n’est toujours pas visible cependant et ça me met un coup de stress en plus. Jyll vient de finir de bander l’épaule de Meira qui se contorsionne sous la douleur lancinante du moindre toucher sur sa blessure.

« Arf merde ! Putain, ça fait un mal de chien. Merci Jyll. »

« Y’a pas d’q… »

« Shigan. »

Le revoilà, James est réapparu entre nous trois, ses gestes ne sont même pas forcés, il élance son index droit vers Jyll qui n’a pas le temps de réagir. L’impact est si puissant que mon médecin de bord est envoyé quelques mètres plus loin contre un arbre. Un flot d’émotion me traverse, est-ce de la peur ? Non, sûrement pas ! Ce type ne me fait pas peur, il m’inquiète, il a prononcé le nom de ma mère alors que personne ne devrait le connaître à présent.

« Jyll ! … Sale enfoiré ! Mirage Tempo ! »

Je me met en position offensive, un pied devant l’autre tout en faisant tournoyer mon arme climatique derrière moi. La condensation d’air froid dans cet environnement chaud et humide commence à faire son effet, les perturbations d’air enveloppent mon corps. Des gouttelettes d’eau se déposent dessus et aux yeux de tout le monde je commence à m’effacer dans le décor, malheureusement ma technique est trop longue à utiliser, et James ne semble pas d’avis de me laisser un temps pour quoi que se soit. Je vois alors sa jambe se noircir … est-ce … le fluide de l’armement ?! Non mais sérieusement ? Mon cerveau se déconnecte au moment où je le vois user de son Haki Offensif, son coup est d’une violence inouïe, sa jambe vient se loger contre mon bras droit que j’entends péniblement craquer. Le choc m’envoie voler quelques mètres plus loin, me faisant lâcher mon arme climatique en plein vol qui tinte en tombant par terre. En me relevant je le vois, debout, toujours son verre d’alcool à la main, le pied sur mon Climat-Tact.

« Hé, je n’ai plus de whisky ! Euh … toi ! Apportes-en ! »

« Mais chef, il est resté dans le sous-marin. »

« Orf, bon, ne bougez pas les pirates, je reviens. »

« Il se fout de nous ? »


Dernière édition par Elisabeth L. Gray le Mar 6 Déc 2022 - 23:16, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
Sa technique de déplacement rapide le fait à nouveau disparaître de devant nos yeux, je me relève péniblement, mon bras est engourdi, je sens que quelque chose a été cassé, mais l’adrénaline me pousse à me relever pour aller récupérer mon arme climatique. Cependant, les larbins du gouvernement ne semblent pas de cet avis, une pluie de balles menace de me transformer en gruyère. J’ai juste le temps de récupérer mon bâton climatique et de me cacher derrière un arbre, l’air me manque, je suffoque. Peut-être devrions nous fuir à présent ? Je ne sais pas où est ce type, s’il s’avère qu’il est bien membre d’un Cipher Pole, nul doute qu’il doit faire partie de leur neuvième unité. D’après les récits de ma mère, lorsqu’elle était pirate, le Cipher Pole 9 en avait après elle pour ses facultés de ponéglotte. J’aurais besoin de calmer les choses pour discuter avec lui.

« Capitaine ! C’est notre moment ! On se barre ! »

S’écria Meira, se tenant l’épaule et se relevant de manière abstraite du sol. Jyll reprit peu à peu sa respiration et rampa jusqu’à elle pour l’empêcher de se mettre debout et de devenir une cible de choix pour les larbins de James.

« Un … deux … trois, soleil ! Pirates ? Je vous ai dit de ne pas bouger. »

« Merde ! On est foutus ! »

« Rankyaku ! »

« Arrêtez ! »

Ma voix s’élève jusqu’à James qui s’arrête dans son élan, son pied à quelques centimètres de visage de mes coéquipiers qui ont bien cru vivre leurs derniers instants. Il va falloir faire jouer la diplomatie à présent. Cet homme est d’un tout autre niveau, un niveau qui me surpasse, qui nous surpasse. Et je ne pourrais gagner qu’en jouant avec le temps et en faisant travailler mon cerveau. J’attends qu’il daigne se retourner vers moi pour ranger mon arme climatique à ma ceinture, s’il se jette sur moi je suis morte.

« Vous êtes là pour m’arrêter et me livrer au gouvernement ? »

« Lise arrête ! Ne fait pas ça ! »

« Je ne vous laisserais pas m’emmener si facilement, mais je souhaiterais discuter avec vous. Il y a quelques minutes, vous avez lancé le nom de ma défunte mère comme si de rien n’était. Je veux en savoir plus … s’il vous plaît. »

« Eh bien, enfin une réaction qui me plaît. Installons-nous. Quant à eux … eh bien, vous ? Gardez les dans votre viseur, s’ils bougent, tirez. »

Dans quelle genre de situation sommes-nous là sérieusement ? Mon cœur s’emballe, j’ai emporté mes coéquipiers dans quelque chose de véritablement sombre et ils risquent leur vie rien qu’à respirer un peu trop fort. James m’ouvre le chemin vers un arbre qu’il vient trancher d’un simple coup de pied, le tronc tombe juste à côté de nous, il fait de même avec son voisin, créant ainsi deux sièges naturels où s’asseoir. Il m’indique celui de droite sur lequel je prends place en tiquant légèrement, ma blessure au bras me lance encore, je dois gagner du temps, discuter pour que mon corps se remette de ces chocs. Notre discussion doit me mener à un marché, afin que je puisse au moins libérer Jyll et Meira. Ou du moins l’un des deux. Mon regard s’attarde sur eux d’ailleurs … je m’en veux terriblement, qu’ils soient là, par ma faute.

« Concentrons-nous Elisabeth. Pensez-vous que votre défunte ponéglotte de mère aurait aimer voir sa fille devenir une pirate primée ? »

« Ne l’appelez pas ainsi. Comment avez-vous réussi à faire le lien entre ma mère et moi ? »

James continue de boire son verre de whisky qu’il finit rapidement. La boisson semble faire effet, ses joues rosissent légèrement, le voilà qu’il jette son verre pour boire à la bouteille directement. Le voilà qui fouine à présent dans la multitude de poches intérieures de son long trench, pour finalement en sortir deux avis de recherche. L’un d’eux était le mien avec ma nouvelle prime, le second me fit comme un électrochoc en le voyant, était-ce véritablement lui ? Les larmes montèrent alors que ma main se portait à ma bouche.

« Elisabeth L. Gray, primée à trente-deux millions de Berrys et Zedd Gray, le présumé demi-frère de la ponéglotte se trouve être un véritable As de la Révolution primé à cent quatre-vingts millions de Berrys. Il se trouve qu’il y a plusieurs années votre mère a été trouvée morte sur un convoi où se trouvait le jeune Zedd, il aurait été sauvé par une bande de pirates, votre père sûrement… »

« Mon père ? Attendez quoi ? »

« Votre père est toujours en vie, quelque part sur le Nouveau Monde, il fait son petit bout de chemin avec ses anciens collègues pirates toujours en vie. Son dernier coup d’éclat fut celui du convoi exportant votre mère jusqu’à Marie-Joie, nos services de renseignements nous ont transmit qu’il aurait tenté de la tuer. »

« Tuer ma mère ?! Pourquoi ? »

« Filez dont lui demander … ah bah non, cela risque d’être compliqué à présent. »

Le feu brûle en moi, mon père en vie ? Il aurait tué ma mère ? Pourquoi ? Alors qu’ils faisaient partis du même équipage, qu’ils ont eut un enfant ensemble, qu’il l’a caché à l’abri du Gouvernement toutes ces années, et maintenant il se cacherait sur le Nouveau Monde. Soudain, un déclic me fit relever la tête, les Révolutionnaires ! Cette Rose Cordelya ainsi que son acolyte Gabriel m’ont avoué avoir été envoyés par Zedd pour m’annoncer qu’il aimerait réaliser de grandes choses sur le Nouveau Monde avec ma connaissance des ponéglyphes.

« Où … »

« … Se trouve Zedd ? Sur Gravity, au Nouveau Monde. Et c’est bien là mon inquiétude. Vous savez. Si les ponéglyphes sont des écritures oubliées, c’est pour une bonne raison, et je vois d’un vrai mauvais œil vos agissements à tous les deux. Malheureusement, Zedd s’est trop avancé dans la Révolution pour que je puisse agir sans risquer une guerre de territoire. D’après certaines rumeurs courant jusqu’à Marie-Joie, il aurait des souhaits hostiles envers l’équilibre du monde, en usant de ce langage oublié. Elisabeth, vous êtes sa clé. Une ponéglotte qui voit à peine le jour dans la piraterie, votre prime est déjà trop élevée pour que vous ne passiez pas inaperçue, mais elle n’est pas encore trop élevée pour signifier une véritable menace. Un entre-deux parfait pour agir. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
Il souhaite donc véritablement mettre fin à mes jours. Mon stresse grimpe en flèche, j’entends battre mon cœur dans mes oreilles, cette pression est insoutenable. Les agents présents semblent démunis face à ces révélations, ils ne semblaient pas au courant de tout cela. Quant à Jyll et Meira, ils nous regardaient, abasourdis par ce qu’ils venaient d’entendre. Le Gouvernement garde les agissements de Zedd à l’œil. Le fait que je me fasse reconnaître soit mal vu également et je commence à en saisir les raisons. Son objectif semble bien plus profond que ce qui m’a été annoncé, et si cela touche aux ponéglyphes je ne peux pas rester sans rien faire. Je ressens alors cette excitation que j’ai eu en lisant cette écriture si ancienne située à Whiskey Peak, ce n’était qu’une vulgaire recette, mais cette satisfaction de lire ce que personne d’autre ne peut lire, cette connaissance qui peut faire trembler le monde.

C’est pour ça que j’aime ma connaissance, c’est pour ça que je veux traverser les océans et devenir une ponéglotte reconnue, pour lire tout ce que le monde ne peut pas lire, et ainsi découvrir les tenants et les aboutissants de la véritable histoire. La véritable histoire que Nico Robin a lu il y a plusieurs années, cette histoire pour laquelle le monde en avait après elle. Et cette histoire pour laquelle ma mère a donné sa vie. Il y a quelque chose derrière tout ça, trop de non-dits, de secrets. Et je ne peux pas rester sans rien faire. Mon ventre se met à trembler, c’est véritablement de la peur que je ressens à présent. La peur de me faire tuer pour ce que je sais et ce que je serais amenée à savoir. Mon frère détient l’emplacement, je détiens la connaissance, à nous deux nous avons le pouvoir de bouleverser le monde et son Gouvernement.


« Vous êtes un agent de longue date au sein du Cipher Pole si j’en crois les suppositions de ma navigatrice. »

« En effet. Mais je ne vois pas la pertinence de cela. »

« Vous semblez avoir une puissance démentielle, et vous pensez que vos pairs vous féliciteront pour la capture d’une jeune pirate si peu primée. »

« N’essayez pas de jouer avec ma fierté Elisabeth. Je suis un agent depuis même avant votre naissance, et j’ai des connaissances que même les plus grands chefs d’équipes n’ont pas. Néanmoins j’ai pris ma retraite anticipée dans les bureaux. Toutefois, de nouvelles affaires du monde entier me parviennent. Et si je peux me fatiguer le moins pour agir le plus, je le ferais. Vous n’êtes qu’une petite frappe, et votre existence s’arrête ici. *Hip* »

Il vient d’avoir un hoquet ? J’ai l’impression qu’il a abusé de l’alcool, cet agent semble avoir une puissance terrifiante, mais il n’en reste pas moins un vieil homme proche de la retraite. Son temps est dépassé et malgré son sens de l’observation poussé, il n’en reste pas moins un homme rouillé. J’ai foi en mes compagnons et en mes capacités, nous pouvons nous enfuir en se jouant de lui. Je ne sais présentement pas comment, mais il va falloir faire jouer nos poings et nos compétences. Mon cerveau est en ébullition mais je ne montre rien à mon opposant qui croit faire face à une femme perdue et déjà sur son lit de mort. J’ai toutes les informations qu’il me faut, nous devons agir pendant … qu’il boit ! Et le voilà qui porte sa bouteille à sa bouche pour en terminer le contenu, il va être saoul et incapable de se relever après cette descente démentielle. Je me relève d’un bond en dégainant mon arme climatique qui tournoie déjà dans mon dos.

« MEIRA ! Va t’en, lève l’ancre et contourne l’île, on s’y rejoint au Nord le plus rapidement possible. »

Interloquée de s’être faite appeler par son prénom, ma navigatrice se relève d’un bond en dégainant ses deux poignards qu’elle fait tournoyer sur ses index. Réalisant un demi-tour à genou, elle taillade les talons de deux de ses adversaires qui chutent en arrière en hurlant de douleur. Jyll se relève à son tour pour frapper à leur tour deux agents au niveau de leur tempes pour couper leur nerf optique et les empêcher de voir durant quelques secondes. Un agent aveuglé, prit par la panique, tira une balle qui frôla l’épaule de James Larson, qui venait de finir le contenu de sa bouteille. Il le regarda d’un air surpris, un sourcil relevé et apparemment bien gêné par tout cela.

« Les pirates. On ne peut pas discuter calmement sans que vous ne preniez la mouche à tenter de vous enfuir. Shigan ! »

Après avoir lancé sa bouteille vide à la tête de l’agent aveuglé qui tomba à la renverse, sonné par le coup. Il enchaîna trois index guns qui me transpercèrent la gorge, l’épaule et le cœur. Malheureusement, la brise de début de soirée qui s’était levée dissipa l’image rémanente de mon corps qui n’était qu’un mirage à mon image. James afficha un sourire surpris en se relevant.

« *Hip* un mirage ? Impressionnante cette science climatique. »

Il fit volte-face au mirage qui se dissipait pour chercher la navigatrice aux cheveux roses, qui semblait s’être fait la malle. L’homme au trench fut forcé de se concentrer un peu pour faire un récapitulatif de ses forces, il lui restait trois agents capables de se battre.

« Vous ! Suivez sa piste et tuez-la, je ne veux aucun survivant ! »

Jyll s’interposa de manière surprenante face à James pour lui donner un coup de paume en plein visage, histoire de le sonner quelques secondes. Notre plan était en train de se mettre en place, nous allions pouvoir fuir, tandis que les agents se mirent à courir à travers la jungle qui plongeait dans la nuit à cause du soleil qui s’était couché depuis dix bonnes minutes. Malheureusement, tout n’allait pas se passer si facilement, l’agent de bureau semblait avoir atteint ses limites, il hoquetait toutes les cinq secondes mais ses réflexes semblaient plus vifs, plus directs, il attrapa subitement le poignet de mon médecin … qu’il craqua d’un geste si fluide.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

« Jyll ! Écarte-toi ! Thunder Lance Tempo ! »

« Kami-E »

Quelle réactivité, malgré mon enchaînement. Jyll se retrouvait au sol, le poignet gauche cassé rendant sa main inutilisable sans un bon bandage et une prise en charge immédiate. J’étais réapparu derrière James, levant le mirage qui nous entourait, alors que tout le monde s’agitait je m’étais empressé de créer un petit nuage noir électrique que j’avais disposé à l’opposé de l’agent, et je m’étais replacé derrière lui afin de me mettre sur sa ligne d’attaque. En réapparaissant, mon nuage se mit à filer d’un trait net vers mon adversaire afin de le pourfendre et de le foudroyer sur place. Malheureusement pour moi, sa réactivité eut raison de moi, il n’avait qu’à se pencher sur le côté pour éviter la foudre, ce qu’il fit si habilement avant de disparaître et de se tenir subitement devant moi.

« Vous *Hip*, m’ennuyez ! »

Climat-Tact en garde, je fus forcée de le planter au sol pour parer un violent coup de tibia destiné à littéralement me dévisser la tête. Le choc était dur, malgré l’air ennuyé et ailleurs de mon adversaire, son tibia renforcé par cette armure noire du Haki de l’Armement le rendait terriblement effrayant. Il reposa son pied au sol d’un air étonné, alors que l’extrémité de mon Climat-Tact s’envolait au loin, à cause du choc.

« Mince non. »

Jyll tenta de se relever afin de courir pour attraper mon arme climatique, mais il n’eut pas le temps de faire un pas qu’il fut arrêté dans son élan. L’index de l’agent du Cipher Pole venait de s’enfoncer dans son dos, assez profondément pour lui faire manquer un battement, je le vis s’effondrer sur les genoux avant de tomber la tête la première. Un cri d’effroi sortit de ma gorge, en même temps qu’une larme perlait sur mon visage, cet homme ivre est incontrôlable à présent, il va nous tuer.

« AAaaaAAAh ! JYYYYLL ! »

Cet endroit semblait se refermer sur nous, tel notre tombeau. Au milieu de cette jungle, dans cette clairière éclairée par la simple présence de la lune qui faisait son apparition dans le ciel, Jyll était allongé là, le cœur chancelant. Je me tenais debout face à cet agent fou et avide de sang, mon arme climatique à nouveau en main, prête à donner tout mon être pour survivre, pour mener à bien mes objectifs et pour que mes alliés puissent mener les leurs également. Au même instant, plus loin dans la jungle, ma navigatrice courrait à en perdre son souffle, elle esquivait les tirs des trois agents qui couraient après elle, bien déterminée à la fusiller, ce jeu du chat et de la souris ne faisait que commencer.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee