Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon EV6.5 : où trouver le Bundle Lot 6 Boosters Fable ...
Voir le deal

Requiem pour un Roger

Dans les rues de Logue Town c'est jour de fête et il y a foule. Les rues sont noires de monde et bondées, depuis la caserne générale jusqu’à la grande place, on se bouscule, on s'interpelle, on se bat pour la meilleure place et on cherche encore désespérément le riverain qui a encore un balcon à louer avec vue sur l'échafaud. Dans la marée humaine, vendeurs de saucisses, de boissons fraiches et tire laine courent déjà la rue, et a mesure que le soleil grimpe dans le ciel et que la chaleur se met à taper de plus en plus dur, l'effervescence devient quasiment tangible.

Et enfin, a midi pile, alors que terminent de sonner les cloches de la ville, les portes de la citadelle s’ouvrent enfin devant la foule. De derrière les murs un tambour se met à battre les mesures lente et sinistre d'une marche militaire. Presque macabre. Marchant d’un pas cadencé rythmé par les roulements du tambour les hommes du 102éme régiment d’élite quittent la citadelle. Ce sont les corbeaux, la garde spéciale du gouvernement mondial. Les fidèles entre les fidèles. Ceux dont la loyauté n’est jamais mise en doute. Ceux qui ont la tache peu enviable d’aller chercher et de garder les officiers de la marine accusé de trahison, ceux qui autrefois ont exécutés le plus célèbre des pirates du monde, Gold Roger en personne. Des soldats et des bourreaux dont l’emblème est un oiseau noir, un crane et un gibet. Les corbeaux du 102éme…

Leur uniforme de parade noir et rouge sang est tellement rutilant qu’il en parait neuf, leur discipline si parfaite que leur marche donne l’impression de contempler une machine inhumaine et parfaitement synchronisée. Les corbeaux finissent de sortir à pas lents dans la cour et se positionnent dos à la forteresse et face à la foule. Et le silence retombe pour quelques instants dans la cour.

Un long coup de corne de brume retentit. Semblable au cri d’agonie de quelque monstrueuse créature. Et alors que les derniers échos du beuglement se dispersent dans l’air, le tambour recommence à battre.

Et cette fois c'est un chariot qui sort de la citadelle, un charriot encadré par quatre rangées de soldats, lames au clair, et sur lequel sont enchainés les condamnés du jour. Tout un équipage de pirates condamnés à mort, et en clou du spectacle, en tête du chariot, la plus importante des prises de la marine cette année, Peyn Ochet, un atout de la révolution en personne.

Aujourd’hui à Logue, la ville ou tout commence et ou tout fini, cela fait exactement cent trente ans jour pour jour qu'on a exécuté sur la place celui qui se donnait le titre de Seigneur des Pirates. Une commémoration que la 102eme ne manque jamais de célébrer par un rappel clair à tous les ennemis du Gouvernement Mondial.

Aujourd’hui à Logue, des têtes vont tomber.

Les portes se referment, le tambour se remet à battre. Et à pas lent et mesurés, la colonne rouge sang se met en marche pour le dernier voyage des condamnés.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14450-dossier-de-jakku-kattar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14339-jakku-kattar
Inspire...
Expire...
Inspire...
Expire...

Ça va aller.
Tout va bien se passer.
Après tout c'est quoi ? La mission la plus importante de toute ta vie ? Ahah
Ahahah...
Oh Bordel. Je ne me sens pas bien.

- Alors c'est ici que tu as grandis.

Mon coeur s'arrête au son de sa voix tandis que je blêmis et que je tourne lentement, très lentement, la tête sur le côté pour regarder dans la direction du plus beau, du plus grand, du plus fabuleux être que la terre ait porté.
Je... Je n'en reviens toujours pas.
Moi, pauvre petite Agente de Catégorie I, je suis maintenant devenu son pion, sa chose, son arme personnelle qu'il a le droit d'user de la manière qu'il le désire. Je... Je me sens... Tellement... Privilégiée ! Oh, merci, merci mille fois de m'autorisée à être là avec vous, près de vous, POUR vous !
Mon cher, mon doux, mon tendre Ike Basara.

- Allo ? Je te parle là donc tu dois me répondre... Je me demande si j'ai vraiment bien fait de l'embaucher celle la...
- P.. PARDON ! Je... OUI ! J'ai grandi là mais. Ce. Ce n'est qu'une ville ! Ordinaire. Je. Je préfère... VOUS ! ET Marie Joie !
- Hm...

L'étoile Média roule alors des yeux avant de détourner son regard de moi, gêné de mon comportement... Rah, évidemment que je lui fais honte ! Évidemment que je ne suis pas à ma place à ces côtés... Je devrais peut être... Je devrais peut être me tuer ici et maintenant pour expier mes péchés d'avoir osé poser les yeux sur lui de la sorte ? Rooh, je ne sais plus quoi penser, et je n'arrive plus à contrôler mon cœur qui tambourine douloureusement dans ma poitrine quand il est à côté de moi... Que faire ?! Comment faire ?! C'est la première mission que je fais pour lui, je me suis même changée pour lui, changeant mon corps, mes cheveux, mes yeux et même mon style vestimentaire ! Tout pour lui.

Mais je dois encore m'améliorée. Je dois être parfaite. Parfaite pour lui.
Et désespérément, je dois apprendre à lui parler sans bafouiller.

- Oh, les voilà qui arrivent enfin.

Me raidissant une nouvelle fois au son de sa voix, je fais un effort pour rester concentrer et regarder dans la direction qu'il me montre. Depuis le balcon de la maison du Gouvernement situé sur la grande place de l'échafaud de Logue Town, Basara confortablement installé dans un fauteuil luxueux et moi debout à ses côtés, nous avons une vu imprenable sur le défiler qui vient d'arriver à l'angle de la grande rue. Et déjà les tambours résonnent à nos oreilles en même temps que le bruits régulier du pas militaires des hommes de la 102ème division d'élite mené par nul autre que le Colonel d'élite Jakku Kattar.

Car cette année, voici venir la 130ème commémoration de la mort de Gold Roger. Et pour parfaire l'événement, la vénérable étoile Ike Basara a accepté d'être présent pour assurer la couverture Médiatique de l'événement.

Autant dire que cette année, il est plus que nécessaire que tout ce passe sans accrocs...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
Sur le bureau de mon protecteur, Saint Rodrick Albenas, j'ai trouvé une invitation pour participer au 130e anniversaire de Gold Roger, probablement le seul homme au monde qui aurait pu me faire de l'ombre, heureusement qu'il est mort depuis longtemps. J'ai volé cette lettre et j'ai une nouvelle fois fugué de mon palais, sans rien dire à personne. De toute façon Miaman et Pams sont trop occupés à se faire masser toute la journée par leur plâtrée de serviteurs et mes frères à se faire les griffes sur un tableau vieux de mille ans. Je ne manquerai à personne ici et aucun d'eux ne partageait mon intérêt pour l'histoire humaine, ni même mon ambition malheureusement.

Sun Tsu, qui était probablement plus chat qu'homme si vous voulez mon avis, disait toujours : "connais ton ennemi, et connais-toi toi-même, eussiez-vous cent guerres à soutenir, cent fois vous serez victorieux". Je suis un chat studieux et j'ai fait mes devoirs, je connais ce livre sur le bout de mes coussinets. Si je veux vaincre un jour ces bipèdes, je me dois de connaître les illustres personnages de leur passé et comment ils réfléchissaient. Il est donc hors de question que je ne sois pas présent à cette cérémonie. Chance pour moi, je me suis trouvé une place sur le navire de Basara, un jeune imbécile entouré de gens pas beaucoup plus compétents, mais qui assuraient tout de même une sécurité utile et un voyage agréable.

L'équipage et les agents étaient comme d'habitude bien trop occupés à surveiller et à se protéger de potentielles menaces extérieures, aucun d'eux ne fit attention à un chat. Une des raisons qui causerait leur perte, en attendant, il s'agissait d'une faiblesse qui m'arrangeait bien. J'ai réussi à me faufiler dans la cabine de l'étoile et j'ai pu roupiller dans sa caisse de fringues sans que personne ne vienne me déranger. Le petit Ike ferait une drôle de tête en voyant ses parures de soie pleines de poils, mais je serais déjà trop loin pour m'en soucier.

Je n'ai jamais compris le plaisir des humains à s'entretuer et surtout à le faire de manière aussi pompeuse, une mise à mort dans la joie et la bonne humeur était quelque chose de troublant pour moi. J'imagine que ça doit être un peu le même sentiment que quand je joue avec une souris le plus longtemps possible, avant de l'avaler vivante ou de lui tordre le cou pour regarder les fourmis la bouffer.  

Cette peur presque palpable qui bat au même rythme que les battements du cœur des condamnés, il y avait effectivement une certaine jouissance dans la domination extrême pre-mortem. Mais uniquement lorsqu'il s'agit de jouer avec la vie d'une race inférieure, je ne pense pas être un jour capable d'apprécier autant la mort d'un autre chat, ces humains étaient vraiment étranges.

Enfin bon, je suis aux premières loges et je suis bien, au soleil, sur la balustrade du balcon en face de celui des envoyés du gouvernement. J'ai réussi à voler une tranche de saumon que je digère tranquillement en me nettoyant les griffes. C'est bon cette connerie, mais qu'est-ce que ça pue, je suis obligé de me refaire toute la toilette à chaque fois !

Ah ! Les voilà qui arrivent, juste à temps ! On fera la sieste plus tard.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25474-le-seul-et-unique-chalopard
Le cheminement à travers Logue est un cérémonial parfaitement rodé et planifié. et il est tellement invariable que je pense que la plupart des hommes de la 102eme pourraient exécuter le parcours les yeux fermés. Ce qui évidemment serait une faute grave, le peuple se rassemble certes pour avoir sa dose de sang et de haine, mais aussi pur se rassurer à la vue de magnifiques soldats, a l'uniforme impeccable et au regard d'acier...

Il y bien quelques fâcheux, notamment au niveau des deux garnisons régulières de Logue Town, qui, a plusieurs reprises ont suggéré de modifier l'itinéraire entre la forteresse et l'échafaud, le plus souvent sous le prétexte fallacieux de la sécurité, qui serait renforcé si d'éventuels assaillants ne pouvaient pas se procurer facilement le parcours des prisonniers promis à la lame du bourreau.

Billevesées que tout cela. Comme si quoi que ce soit pouvait nous arriver à Logue Town, le cœur du pouvoir du Gouvernement Mondial sur les blues...

Et comme si le chemin choisit n'était pas parfaitement réfléchi et optimisé. Il s'agit d'abord de permettre à tout le monde de voir les prisonniers. L'espace est limité sur la grand place, et le syndicat des commerçants de Logue ayant fait valoir d'excellents arguments pour obtenir un passage du défilé devant les boutiques les plus en vues de la ville. Il s'agit évidemment de ne passer que par les avenues les plus larges et les plus à même de mettre en valeur la parfaite discipline de la 102eme. Et enfin il est important de faire durer la marche, le temps pour les prisonniers de prendre conscience du caractère désormais inexorable de leur fin prochaine, afin de s'assurer de l'absence de tout geste de révolte malvenu.

- Monsieur Basara est bien dans sa loge colonel.
- Parfait. Alors je procéderai a l'exécution en personne.

Fendant la foule, l'avant garde de la 102 eme ouvre une large route a travers la place jusqu'a la route, avant d'entamer un mouvement complexe visant a doubler puis à tripler les rangées d'uniformes qui vont séparer la foule du chariot au prisonnier.

Et comme a chaque fois que le dernier homme s'immobilise, la dernière escorte de Peyn Ochet fait son apparition sur la place ou tout se finit.


Requiem pour un Roger Jakku_28
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14450-dossier-de-jakku-kattar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14339-jakku-kattar
- Tiens, voilà le Colonel Kattar. Tu le connais ?
- Ou... oui... Je... J'ai eu l'occasion de faire une mission en lien avec lui.
- Une mission réussie ?
- Évidemment !
- Très bien, très bien. L'étoile se tourne alors vers un autre des agents du CP qui l'escorte. Apporte moi du thé.

Et une pirouette plus tard, l'agent disparait pour aller chercher le thé de l'homme de mes rêves tandis que je fais de gros efforts pour ne pas perdre pieds alors que je suis si proche de lui qu'en tendant la main dans sa direction je pourrais le toucher... Rien que de l'imaginer j'en ai des frissons partout.
Concentrée ! Je dois restée concentrée ! Baissant le regard, je fixe alors la procession de la 102ème d'élite menée par le Colonel Jakku Kattar, me rappelant alors que quelques années plus tôt je me présentais devant lui pour lui affirmer que ma sœur, une lieutenant d'élite de sa division, ne s'était pas suicidée et que je tuerai quiconque oserait encore bafouer son honneur de soldat avec de telles affabulations...

Enfin, cette époque est loin maintenant... Pour autant, une part de moi imagine ma sœur entrain de défiler dans son uniforme rouge avec ses compagnons d'armes. Une image qui a le don de me perturber assez pour me faire détourner le regard et plutôt fixer droit devant moi...

Droit devant moi où se trouve une horrible créature velue qui ne m'est clairement pas étrangère...

D'un geste discret, je fais alors un pas en arrière au moment où Ruper apporte le thé de mon maître adoré et souffle à l'oreille de l'agent.

- Tu te souviens le chat qui a voyagé sur notre navire et a pourri les affaires de notre vénérable Média ?
- Comment oublier...
Réflexion que je comprends parfaitement venant de lui puisqu'il a du tout nettoyer, enlevant le moindre poils de la bête des saintes tenues de l'illustre et inestimable Basara avant de devoir les laver pour finalement les jeter sur ordre de sa Sainteté.
- Il est juste en face...

L'agent se redresse alors tandis que je reprends ma place sans un mot de plus. Mais derrière moi, j'entends déjà que cela s'agite... Nul doute possible, une équipe est déjà entrain de se former pour aller tordre le cou de cette vermine poilue.
Vermine que je fixe du regard et qui voit apparaitre dans son dos, un autre personnage...
Un personnage que je reconnais à force d'étudier tous les avis de recherches que publie la marine.



Je serre alors les dents face à cette découverte. Une réaction qui ne trompe pas le très fabuleusement intelligeant Basara.

- Un problème ?
- Je n'espère pas mais ça pourrait...

Rapidement, je lève mon poignet pour activer mon mini denden et contacter les hauts gradés de Logue Town afin de leur faire part de la situation... Et évidemment, la première personne à laquelle je pense est Jakku Kattar... Mais avec la mise en scène ? Oh et puis merde, la sécurité de notre plus brillante étoile du conseil est la priorité absolu et pour cela, il me faut les plus compétents des marines...

- Colonel Kattar... Désolé de vous interrompre mais soyez vigilent : le pirate Enarik Santa observe le défilé sur le balcon en face de celui du vénérable Basara... Vous pouvez pas le louper, il y a un gros chat roux avec lui.

D'ailleurs, serait-ce un espion ce chat ? Qui serait au service du Capitaine Pirate ?
Toute cette histoire sans les complications à plein nez...

- J'ose croire que cela ne dérangera pas le bon déroulement de la cérémonie...
- N... N'ayez crainte... L'exécution de Peyn Aucho aura bien lieu comme prévu...

Raah, ça me démange d'aller moi même faire la fête a ces deux petits enfoirés de pirates ! Mais il est hors de question que je quitte ma raison de vivre d'une semelle : sa protection passe avant tout !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
Moi qui pensais être tranquille et profiter du spectacle, voilà que je sens posé sur ma personne un regard lourd de reproches. Ce n'est nul autre que la petite écervelée en chaleur du navire, je la vois murmurer à l'un de ses collègues en me pointant du doigt, ce qui m'exaspère au plus haut point. N'avaient-ils pas d'autres chats à fouetter ? Littéralement ?

Comme si mes pensées étaient capables de plier la réalité ou que les dieux exauçaient le moindre de mes désirs, un type s'approche derrière moi que je reconnais immédiatement. Le Capitaine Malchanceux, primé à 120 millions de Berrys, une somme ridicule selon moi qui ne servirait tout au plus qu'à me payer une journée de toilettage. Non, ce qui est important c'est ce qu'il représente aux yeux du monde, la liberté, rien que ça, une belle saloperie que voilà. Si je veux un jour régner sur ce monde, je dois commencer par éliminer ce genre de malotru qui nourrit l'espoir d'une populace belliqueuse et stupide d'un jour avoir leur mot à dire sur leur futur.

C'est moi qui décide de votre sort, personne d'autre. Ce type me hérisse les poils rien que par sa proximité et son style vestimentaire. Il transpire la nonchalance et l'imprévu, de ceux qui voguent selon les marées et les rafales de vent. Il pue la douceur et la bienveillance, son regard niais et innocent me fait me rendre compte de l'extrême danger qu'il représente. Quand il m'aperçoit enfin, ses yeux pétillent de joie et c'est en piétinant comme un gosse surexcité qu'il tente de me caresser. Tout n'est finalement pas à jeter chez cet homme, mais son bon gout ne le sauverait pas, au contraire, il causerait sa perte.

Alors que sa main langoureuse se tend timidement vers moi, j'y vois ma chance de briller, de faire mes premiers pas en tant que héros et futur empereur. Devant cette foule qui scandera mon nom un jour, volontairement ou forcée, ça n'a pas d'importance, je passe à l'action. L'Unlucky Rookie hurle de douleur alors que mes canines lui perforent la paume de la main, au même moment, des soldats débarquent sur le balcon, surement envoyé par la sorcière du bateau.

Un bordel sans nom commence alors. Le capitaine pirate se met à gesticuler dans tous les sens en essayant de déloger la bête féroce que je suis. Malheureusement pour lui, j'ai des mâchoires de pit-bull et un mental d'acier, je ne lâcherai jamais. Les mouettes venues appréhender Enarik tentent alors de l'immobiliser, mais ses gestes névrotiques rendent la tâche impossible. Je sens même quelques têtes craquer alors qu'il se sert de mon corps comme d'une massue à mon insu.

En réponse, je serre un peu plus les dents et sors mes griffes que je plante avec acharnement dans l'avant-bras de ma proie. La douleur la déséquilibre et tout d'un coup la gravité disparait, nous sommes en train de tomber et pas n'importe où, directement sur la procession de condamnés.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25474-le-seul-et-unique-chalopard
- C'est une attaque monsieur ! On doit vouloir libérer le prisonnier !
- C'est bien pire que ça ! On s'en prend à mon défilé !

Et effectivement, il s'agit clairement d'une attaque en règle. Depuis un des balcons réservés aux invités payants, un pirate bondit au beau milieu du magnifique ordonnancement de mes troupes pour y semer le chaos, accompagné par des sbires déguisés en soldat portant l'uniforme ! Et il nous jette même des chats !

Heureusement que j'ai des troupes rompus à toutes les manœuvres.

- Formation défensive ! Encerclez le chat et le pirate !

Et avec l'automatisme borné d'un mécanisme bien huilée, les rangs pourpres se repositionnent immédiatement pour isoler et encercler les fauteurs de trouble. Ou en tout cas essayer.

- Il m'a griffé ! Je suis aveuglé !
- Il m'a mordu ! Je suis estropié !
- Il refuse de se rendre ! A moi la troupe !

Et voila la rue qui sombre dans mon pire cauchemar, le désordre en présence d'un membre des cinq étoiles.

- Mon sabre !
- Voila Colonel !


Requiem pour un Roger Jakku_28


Dernière édition par Jakku Kattar le Mar 5 Sep 2023 - 14:32, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14450-dossier-de-jakku-kattar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14339-jakku-kattar
Ne tenant presque plus en place, je m'approche du balcon et serre les dents en voyant le spectacle qui est entrain de tournée au vinaigre devant les yeux de ma précieuse étoile. D'un simple coup d'oeil dans sa direction, je prends note de son humeur, me demandant si tout ce bordel risque de me retomber dessus ou pas.
Une chance pour moi, l'étoile Média semble tout à fait amusé de la situation.

- Si j'avais su, j'aurai repoussé le défilé pour avoir un dîner spectacle.

Je n'ose répondre quoi que ce soit, sachant pertinemment que tout ceci l'amuse tant qu'on gagne à la fin et qu'il y a une ou deux exécution de plus au programme. Mais si Peyn Aucho, le chat ou Enarik Santa réussissent à s'en sortir d'une quelconque manière, alors l'amusement deviendra fureur et une cruelle sanction attendra tous les incapables qui n'auront pas su gérer la situation.

Mais pour ma part, je suis totalement coincée. Coincée sur mon balcon à m'assurer que personne n'ose s'approcher de sa sainteté avec les autres Cipher Pol autour de lui.

- Combien de temps pensez vous que tout ceci va durer Alcéa ?
- Je...

J'en sais foutrement rien ! C'est la cata totale ! Mais je dois me reprendre ! Ike attend une réponse de ma part ! Je dois lui montrée mon professionnalisme.

- Je suppose que si je les aide, alors ça ne devrait pas prendre plus d'une dizaine de minutes... Mais soyez sans crainte ! Je reste à vos côtés quoi qu'il arrive !
- Encore heureux. La 102ème doit être suffisamment forte pour gérer cette surprise sans l'aide du cipher pol sinon je ne vois vraiment pas en quoi le colonel Kattar mérite son grade.
- Vous... Vous avez raison...

Cependant, de ce que je vois, la 102ème ne semble pas faire une forte impression pour le moment. Et pire encore : quelqu'un est entrain de se frayer un chemin au travers de la foule pour rejoindre le défiler suivit d'une cinquantaine d'homme... Un groupe qui ne va faire qu'empirer les choses...



Vito Cofresi
Et les 50 membres d'équipages d'Unlucky Rookie


En les voyant arriver, je me tourne alors vers sa Sainteté, mettant genoux à terre et baissant la tête.

- Votre éminence, me permettriez vous tout de même de les aider depuis cette position pour faire en sorte que cet... imprévu... ne s'éternise pas ? Je vous promets que je resterais auprès de vous quoi qu'il arrive et que ma priorité n'en sera point changer : votre sécurité passe avant tout le reste quoi qu'il puisse arriver.
- Hm... Si tu insistes.

D'un vague geste de la main, il m'autorise à faire ce que je lui demande.

- Merci votre Sainteté.

Et l'instant d'après, je me relève et envoie deux rankyaku sur la troupe qui arrive tout juste sur le défilé totalement désorganisé alors que le Colonel Kattar et que tous les hommes de la 102ème ont l'esprit occupé par le malchanceux et le chat.

Mes attaques font mouches et décime d'un coup une dizaine de pirate du Rookie tout en attirant l'attention de la 102ème vers cet ennemi le prenant de revers !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
Bon, que se passe-t-il ? Je crache un morceau de peau du coin de la bouche en effectuant un salto arrière pour atterrir sur un lampadaire. Hors de portée du pirate au chapeau et des abrutis en uniforme rouge, je prends quelques secondes pour analyser la scène et reprendre mon souffle. C'est vraiment le bordel, ça crie dans tous les sens et les hommes commencent à faire ce qu'ils font de mieux : s'entretuer. J'aurais bien rigolé, sauf qu'il y a un truc qui me laisse vraiment sur le cul : ces abrutis de marines continuent de me prendre pour cible, et un tir presque centré manque de peu de me faire un deuxième trou de balle ! Vous avez compris la blague ? Il y a la balle du fusil et le trou de balle, en référence à ma belle rondelle postérieure !

Non ? Tant pis, je n'ai pas le temps d'expliquer plus en profondeur, je dois rectifier le tir ! Encore un joli jeu de mots au passage, mais bon, passons. Mon problème le plus urgent, c'est de faire comprendre à ces bipèdes au QI d'huître que je suis de leur côté, tout en évitant de me faire fusiller par ces troufions ou éviscérer par le pirate pris au piège. Pas une mince affaire, mais l'embonpoint, ça me connaît, alors hors de question de baisser les pattes. Je profite de la première occasion, le colonel Kattar engageant l'Unlucky Rookie dans un combat au sabre, pour passer à l'action et briller des mille feux de mon pelage roux.

Je saute littéralement dans la gueule du loup et passe entre les jambes d'une demi-douzaine de soldats de la 102e qui, faute de réussir à m'attraper, se cognent les uns contre les autres. Leurs insultes me glissent sur la fourrure aussi certainement que mon agilité les surclasse.

Pas le temps de niaiser, je saute dans le dos du pirate et d'un coup de griffe lui fauche son chapeau. Eh bien quoi ? La mode est une de mes passions, un de mes domaines de prédilection. Il m'est impossible de ne pas reconnaître une des créations du célèbre chat-pelier Charl Laqueuefrêle, et mes priorités en sont toutes chamboulées.

Vous pensiez que j'étais incapable de me rabaisser à un tel geste que celui de voler ? Détrompez-vous, je récupère simplement mon dû. Tout ce qui existe en ce bas monde m'appartient, que ça respire ou non. Je suis simplement pourvu d'une magnanimité souveraine qui me fait partager mes possessions avec vous autres mortels. Jusqu'à ce que l'envie me prenne de les reprendre, évidemment.

Mon geste eut tout de même l'effet escompté, celui de déconcentrer l'Unlucky Rookie dans son duel. Maintenant, la seule chose que l'officier oisif avait à faire était de ne pas laisser échapper cette opportunité offerte de si bon cœur. Je ne perds pas mon temps à vérifier si oui ou non le colonel profite de l'occasion, que je ceins mon chapeau de cow-boy et me jette à l'assaut des vils pirates venus à la rescousse.

Incroyable qu'il faille tout faire soi-même !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25474-le-seul-et-unique-chalopard
Les hommes de la 102eme ne sont certes pas si bien formés que je le voudrais à l'art du combat de rue, mais ils sont tout a fait efficace quand il s'agit de tenir une position et de rester sur place pour faire bloc, quitte à ne rien comprendre à la situation hormis une obéissance aveugle aux ordres. Et dés mon ordre, les soldats obéissent, verrouillant leur position et entourant le charriot des prisonniers et le pirate au chat, juste à temps pour que les renforts du capitaine isolé se heurtent au mur infranchissables des uniformes rouges dans une brutale et bordélique mêlée.

Sabre en main je bondis de ma position pour atterrir dans le carré qui encercle le capitaine, maintenant nue tête, au visage joyeusement lacéré par le chat, et visiblement complétement perdu, un rien étrange pour le meneur de l'assaut contre le convoi... Mais foin de réflexion oiseuses, l'heure est a l'action ! Et pendant que le pirate porte simultanément la main à son chapeau perdu et à la garde de son sabre, je tranche !

Unarik se jette in extremis en arrière et au lieu de le fendre proprement en deux, ma lame ne fait que tracer un sillon sanglant sur le visage et le torse du pirate, qui s'effondre au sol, immédiatement piétiné a coups de pieds par les hommes pendant qu'il renonce a dégainer pour se mettre à ramper entre les jambes des soldats en direction de sa troupe de sauveurs.

- Flanc gauche, tous sur cet homme ! Formation en tas ! Tous les autres reformez les rangs et emmenez le prisonnier à l'échafaud !

Il est clair qu'Enarik veut s'enfuir, ce qui signifie que son plan a déjà échoué ! Reste maintenant a limiter les dégâts auprès de sa sainteté Basara en reprenant l'exécution, ce qui devrait me faire gagner assez de temps pour mettre la main sur les agresseurs.

Suivant les ordres comme un seul homme, les soldats les plus proches ensevelissent immédiatement le pirate sous un tas de corps en uniforme, me dégageant par la même une ligne de vue sur les pirates qui sont maintenant aux prises avec un chat qui pourrait finalement être du bon coté de la loi.

- Exécution !

Mon sabre fend l'air, envoyant une lame d'air décapiter la bas toute la première rangée de pirates qui s'effondrent en pissant le sang, rejoignant d'autres corps qui démontrent de façon étonnante que mes hommes sont finalement plus efficaces que prévus...


Requiem pour un Roger Jakku_28
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14450-dossier-de-jakku-kattar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14339-jakku-kattar
- Hm, je suis perplexe...
- V... votre sainteté ? Vous aurais-je déçue ?!

Mon cœur tambourine dans ma poitrine alors que je détache mon visage de la bagarre de rue pour le tourner vers le plus merveilleux de tous les êtres du monde. Mon attaque n'était pas à son goût ? Ai-je créé un courant d'air qui l'a dérangé dans mon mouvement ?

- Hein ? Ne te donne pas trop d'importance : je parle de la situation. Je n'arrive pas à me décider si je préfère que ça se passe ainsi ou si j'aurai préféré que cela se passe sans accros...
- Oh, je vois... Pardonnez moi pour la méprise votre Sainteté.

Mon genou file à terre et ma tête se baisse devant l'étoile de ma vie qui ne daigne même pas me regarder... Préférant ignorer mes excentricités de sous fifre.

- Non parce que je me dis que c'est quand même plus intéressant ainsi. Mais d'un autre côté ça montre aussi les lacunes du Gouvernement...

Une idée... Il me faut une idée pour que mon Basara d'amour me pardonne.

- Souhaitez vous que j'aille rejoindre les hommes de la 102ème en votre nom pour que la victoire soit la votre et non la leur ?

L'espace d'un instant, le vénérable média ne dit rien alors que je suis toujours agenouillée devant lui, n'osant le regarder.

- Idée intéressante... Cela dit, il vaudrait mieux que la 102ème résolve seule ce problème. Tu n'as qu'à continuer de t'amuser d'où tu es et te tenir prête si le Colonel Kattar se révèle être un incapable.
- A vos ordres votre Sainteté.

Je me redresse enfin, retournant à la contemplation de la scène tout en délivrant de temps en temps des Rankyukus pour soutenir les forces de la marine d'élite qui choisissent de gérer cet imprévu tout en continuant l'exécution comme prévu. Un choix louable, avec un peu de chance tout cela sera résolu sans empiété sur le programme initialement indiqué.

Et tandis que je continue mon oeuvre discrète depuis le balcon où observe sa Sainteté, mon denden me tire de ma concentration.

- Un problème ?
- Le chat... On l'a paumé...
- Il est dans la mêlé.
- Ce chat... Est ce celui...?

Je me tourne alors vers Ike Basara qui a entendu ma conversation d'une oreille distraite.

- Il semblerait oui.
- Puisqu'il tient tant à ruiner mes vêtements, pourquoi ne pas le transformer en écharpe ?
- Bien entendu votre sainteté... je me retourne alors vers mon denden Vous avez entendu sa Sainteté ? Attrapez le et faites en une écharpe.
- B.. Bien reçu.

La conversation se termine alors tandis que le groupe d'agent du CP7 se redirige pour filer vers les rues de Logue Town et attraper le fameux chat...


Dernière édition par Alcéa le Lun 22 Jan 2024 - 12:34, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
Je me défends bec et ongles, ou plutôt dents et griffes, pour venir à bout de cette troupe d'illettrés puant la bière chaude et la pisse, deux odeurs qui me font bien plus de mal que toutes leurs attaques. Aidé de soldats à la tête dure qui ont finalement compris qui était le véritable ennemi, je vois la victoire se profiler devant moi comme un doux tapis rouge, rouge du sang de mes ennemis anéantis. Seul bémol, le goût onctueux du succès se mélangeait à celui amer du fer dans ma bouche. Je me dis que quelques bols de champagne pour gargariser tout ça ne seraient pas du luxe. Il est également naturel de fêter ma toute première victoire dans les règles, peut-être même autoriserais-je ces quelques courageux marins à me caresser, s'ils se lavent les mains et me supplient comme le veut la tradition.

Les combats se terminent, les pirates sont mis aux fers et je nettoie de coups de langues habiles les quelques taches de sang qui salissent ma fourrure dorée. J'ose à peine baisser ma garde quelques secondes que de nouveaux problèmes surgissent. J'entends des pas feutrés derrière moi, ceux de toute une équipe de vicelards qui pensent que je ne sais pas qu'ils approchent. "Pas de repos pour les braves", dit-on, et bien soit. Je décide de leur jouer un petit tour, d'attendre qu'ils se rapprochent le plus possible de ma divine personne pour leur filer entre les mains et les voir se vautrer misérablement dans les caisses de bois.

Malheureusement, une fois n'est pas coutume, je calcule mal mon coup. Le plus vif d'entre eux m'attrape par le bout de la queue. Je feule et m'hérisse en un quart de seconde, me roule en boule et lui lacère la main comme s'il s'agissait d'un rouleau de papier toilette. Quoi ? La référence vous choque ? C'est mon péché mignon les rouleaux de toilette, je suis incapable d'en voir un sans le réduire en miettes ! En attendant, le type me lâche en hurlant de douleur et je déguerpis sans demander mon reste. Me voilà à sprinter dans l'allée principale de la ville, mon chapeau fraîchement acquis battant au vent et ne tenant que par sa ficelle qui m'étrangle.

Je tourne la tête derrière moi et évidemment, ces abrutis me pourchassent et me collent au cul. J'aperçois également du coin de l'œil la responsable de mon malheur sur son balcon, aux côtés de son maître qui semble me juger de la même manière que j'évalue une souris avant de la manger. Inadmissible ! Membre des cinq étoiles ou pas, le jeune Ike ne perdait rien pour attendre ! Personne ne m'humiliait de la sorte, et je jure sur mes ancêtres qu'il en subirait les conséquen....

VLAN !

Je viens de rentrer dans un truc qui me stoppe net, autant dans mes pensées que dans ma fuite. Quel est ce gueux qui vient s'interposer ?! Ma vie est en jeu ! À moitié sonné, j'essaie de me redresser, mais on m'attrape fermement et me relève en me serrant fort dans des bras expérimentés. Je reconnais immédiatement l'odeur musquée et me laisse aller dans cette étreinte royale et protectrice. Mon fidèle serviteur, Saint Rorick Albenas, à qui j'avais volé l'invitation, venait d'arriver, accompagné de son escorte et d'une tripotée de nobles sans importance.

- Qui ose s'en prendre à mon adoré Basile Clovis Léopold César Octavus premier du nom ?! dit-il sur un ton impérieux.

Oui, vous avez bien entendu, voici le nom que cet humain m'a octroyé à la naissance. Le premier qui se moque je lui invoque un Buster Call sur la tronche.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25474-le-seul-et-unique-chalopard
L'important quand un supérieur hiérarchique cherche un coupable, c'est d'en avoir un sous la main, tout prêt à être présenté pour vous laisser le temps de vous couvrir. Et c'est un principe qui m'a toujours parfaitement servi au fil de ma fulgurante ascension des rangs de la marine.

Je ne suis donc parfaitement préparé et réactif quand débarque soudain un nouveau dragon celeste dans l'assemblée, et que le chat générateur de chaos s’avère être sa propriété, et donc aussi intouchable et sacré que sa propre personne, en tout cas tant qu'il ne griffe pas la main de son maitre.

D'un bond je retombe sur le tas d'homme qui a ensevelit Enarik. Plantant mon sabre jusqu’à épingler le pirate comme un gros papillon, avant de le ressortir pour l'exhiber devant le dragon celeste, saignant, roué de coups, et visiblement déjà bien puni et capturé.

- Votre Sainteté, voila le coupable ! Il s'agit d'un pirate certainement venu s'emparer de votre chat. Mais nous le tenons à votre merci !

Et c'est a ce moment la que je constate que toute une troupe d'agents du Cipher pol, visiblement aux trousses du chat, s’arrêtent net en voyant la nouvelle bulle contre laquelle se frotte le félin.

Aie... Un conflit d’intérêt et la 102eme en plein milieu ? Ce n'est pas bon.


Requiem pour un Roger Jakku_28
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14450-dossier-de-jakku-kattar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14339-jakku-kattar
- Peut-on m'expliquer pour Saint Albenas est parmi la populace plutôt qu'à mes côtés ?

Je blêmis soudainement. Pourquoi n'est-il pas là ? C'est vrai qu'on a pourtant bien enregistré son invitation à l'embarquement de Marie Joie pour venir ici, mais il n'a pas été vu du voyage, et comme mon étoile d'amour ne s'en est pas préoccupé jusque là, j'avoue ne pas y avoir fait attention non plus ! Quelle manque de savoir faire de ma part !

- Alors ?!

Pourtant, le chat était là ! Donc Saint Albenas devait l'être aussi non ? C'est pas comme si un simple chat pouvait lui voler son invitation pour venir en douce à ce rassemblement...

- Je déteste attendre...
- Veuillez m'excuser mais tout me porte à croire que Saint Albenas ne vous respecte pas comme il le devrait.
- C'est une lourde accusation que celle ci. Je déglutie, faisant de gros effort pour empêcher ma sueur de perler sur mon front grâce à mon retour à la vie, ce qui serait très certainement mal perçu par mon vénérable Basara.
- J'en suis consciente mais... Entre son isolement durant le voyage et le fait qu'il ait laissé son chat venir souiller vos vêtements... Je ne vois pas d'autres explications... De plus, de part son âge avancé, il doit surement jalousé votre position étoilé votre Sainteté...
- Hm... Cela à du sens... Dites à nos agents de l'escorté jusqu'à moi immédiatement.
- Évidemment votre Sainteté.

Transmettant immédiatement les ordres dans mon denden, je prie intérieurement pour que Saint Rodrick Albenas soient comme tous les autres Dragons Célestes imbu de leur position et ne respectant qu'eux même. Mais aussi que mon cher Ike ne pose pas trop de question à ce possesseur de chat... Mais si c'est le cas, j'espère réellement que mes déductions sont bonnes...

Heureusement, les agents du CP7 réussissent à convaincre sans mal le Saint de rejoindre l'Étoile afin qu'ils puissent ensemble profiter de la fin du spectacle. Et ce n'est que lorsqu'Ike fait un signe de main pour invité le Colonel à reprendre qu'enfin tout semble repartir sur de bon rail, avec en prime de nouvelles têtes à couper pour la cérémonie.
Et pendant ce temps, une discussion des plus intéressante à lieu :

- Saint Albenas, votre cher... animal a du être traumatisé par tous ces événements. Veuillez acceptez que mes hommes s'occupent de lui offrir les soins du à son rang.
- Cela va de soit !

Et immédiatement, Ike Basara claque des doigts pour interpeller trois agents du CP7 qui arrive alors avec un oreiller de velours rouge pour inviter le monstre grassouillet à venir y prendre place pour recevoir ses traitements de faveurs. A savoir, un toilettage intégral pour éliminé tous ces horribles poils accompagné évidemment d'un bon bain et d'un brossage intensif...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-am
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-