Le Deal du moment : -14%
Console Sony PS5 Slim Edition Standard Blanc et Noir
Voir le deal
474.99 €

Ainsi sonne le glas

Le visage d’Hitoshi était fouetté par les vagues tandis qu’il faisait son possible pour venir en aide aux employés de la translinéenne. Les conditions de navigation depuis qu’ils avaient quitté Banaro avaient été idéales jusqu’à ce qu’ils pénètrent les eaux Hungerienne. Désormais la nuit était tombée et les vagues scélérates menaçaient à tout moment de couler le sloop. Les employés, encore jeunes, n’avaient jamais été confronté à une telle tempête sur Grand Line. La peur se lisait sur leurs visages et cela n’avait rien de rassurant pour l’ange et les autres passagers. Tandis que le capitaine hurlait des ordres qui se perdaient dans le bruit ambiant, Hitoshi se rapprocha lentement, prenant appui dès qu’il le pouvait, ce n’était pas le moment de tomber à l’eau.

« - Capitaine ! Vos hommes disent qu’il y a une île en face ! Nous devons accoster ! »

Le capitaine, un vieux loup de mer à son allure, semblait ne pas apprécier qu’un jeune homme remette en cause ses décisions.

« - C’est hors de question gamin ! L’île en face c’est Harahettania !
- Et alors ? »

L’ange peinait à rester debout sur le pont tandis que les bourrasques ne cherchaient qu’à le déstabiliser et l’engloutir dans ces eaux sombres.

« - Et alors ? Mais d’où tu sors gamin ?! C’est une île qui… »

BAOUM

Un gigantesque éclair vint s’abattre sur l’unique mât de l’embarcation, le détruisant dans un craquement sinistre. Heureusement pour lui, l’ange eut le reflexe de fermer les yeux et de se protéger des éclats de bois qui se logèrent dans la peau de son bras. Un sang épais coula sur le pont, aussitôt rincé par les vagues salées qui passaient par-dessus la rambarde. Un sifflement intense dans les oreilles, le jeune homme ne parvenait plus à discerner le moindre son. Le capitaine de son côté n’avait pas survécu au mât qui s’était écroulé sur lui, détruisant complètement le gouvernail. Une brusque bourrasque propulsa le bateau tandis que les voiles blanches, lacérées et enflammées, continuaient de propager le feu sur le pont. Hitoshi sentait la chaleur des flammes lui lécher le visage tandis qu’il courait en direction de ses compagnons, Mizuiro et Ezume qui les avait rejoints quelques semaines plus tôt. L’ange lui avait sauvé la vie sur une île déserte et l’homme au teint blafard s’était promis de l’accompagner et de tout faire pour lui permettre de retrouver sa grand-mère. Mais il s’agit là d’une autre histoire.

« - Hito ! Par ici ! »

Ezume TAHARAGI:

Mizuiro:

Ezume, tenant le petit dinosaure dans ses bras gris, était très inquiet de tomber à l’eau. Maudit par un fruit du démon, c’en était fini de lui s’ils chaviraient.

« - Ezume ! Il n’y a plus de gouvernail ! On fonce droit sur l’île en face ! »

Le petit dinosaure, recroquevillé en une boule tremblante, n’osait pas sortir la moindre griffe. Tandis que le bateau se soulevait au rythme des vagues, le jeune homme sentit son cœur s’accélérer. Ce qu’il restait du sloop prit rapidement de la vitesse tandis qu’un sombre tourbillon marin se formait au loin. Hitoshi en eut la chair de poule, c’était un phénomène météorologique complètement différent de ce qu’il avait pu observer sur Skypiéa.

CRAC

L’embarcation se déchira, coupée en deux par un rocher saillant. Les enfants criaient tandis que les parents regardaient désespérément Harahettania se rapprocher lentement. Trop lentement, leurs enfants ne survivraient pas. Les pieds dans l’eau, Hitoshi rejoignit Ezume qui commençait à devenir dangereusement livide.

« - Ezume ! Grimpe sur la rambarde !
- Hito… »

Le prenant par le bras, l’ange tenta comme il le put de pousser son ami sur une partie du pont qui ne prenait pas encore l’eau.

« - Je ne peux pas… »

Certaines parties du corps d’Ezume se mirent à briller tandis que des petites flammes s’échappèrent de sa bouche. Le maudit, au contact de l’eau sombre, perdait le contrôle de son fruit et s’affaiblissait de seconde en seconde.

« - Hito…
- Allez Ezume ! Grimpe ! »

L’eau leur arrivant aux genoux, le jeune faisait tout son possible pour trouver un endroit que l’eau n’aurait pas encore envahi. Exercice compliqué quand il s’agit d’un bateau ouvert en deux en pleine mer.

CRAC

Le bois pourri sous les pieds du maudit céda, créant une ouverture béante qui l’engloutit.

« - NON ! »

Hitoshi parvint de justesse à lui prendre le bras tandis que Mizuiro bondit sur les épaules de l’ange. L’eau au niveau du cou, Ezume n’avait plus aucune force.

« - Ezume ! Tiens bon ! »

Le cœur de l’ange n’avait jamais battu aussi vite. À chaque battement Hitoshi avait l’impression qu’il allait jaillir de sa poitrine. Son souffle s’accéléra tandis que le corps de son ami devenait lourd.

« - Aidez-moi ! »

Son cri, noyé dans le brouhaha, se perdit dans l’obscurité de la tempête. Des larmes se mirent à brouiller sa vision, distordant les traits de son compagnon.

« - Pitié… Aidez-moi… »

Les jambes tremblantes, Hitoshi vit le menton saillant de son ami effleurer l’eau.

« - Hito…
- Chut Ezu, garde tes forces.
- Je suis désolé de ne pas t’avoir aidé à retrouver ta grand-mère. »

Les larmes de l’anges roulaient sur ses joues avant de chuter dans la mer, partageant la peine du jeune homme avec l’impitoyable mer.

« - Dis pas ça… »

Le visage déformé par la tristesse, l’ange n’avait jamais autant pleuré depuis le départ de sa grand-mère. Cette douleur à la poitrine lui était insupportable.

« - Promets-moi que tu vas la retrouver…
- Arrête…
- Promets le. »

Le regard calme de l’homme plongea dans les yeux submergés de l’ange. Tous deux savaient que c’était la fin, que jamais plus Ezume ne parcourrait les mers. Il était temps de se dire adieu. Hitoshi entrouvrit les lèvres mais la mer, cruelle, ne lui laissa pas cette chance.

Une vague percuta les restes du navire déséquilibrant Hitoshi qui lâcha la main d’Ezume. Ce dernier, avalé dans l’obscurité, n’entendit jamais la réponse de son ami. L’ange tituba et percuta violemment la rambarde du navire, sombrant ainsi dans l’inconscience.


Dernière édition par Hitoshi le Lun 6 Mar 2023 - 14:52, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Les yeux d’Hitoshi se rouvrirent péniblement tandis que de douces vagues lui caressaient le visage. L’ange était allongé sur la plage, la peau mate parsemée de minuscules grains de sable. Le soleil déjà haut dans le ciel réchauffait son corps détrempé.

« - Hum… »

Vu la quantité de bave qui coulait sur le visage de l’ange, cela devait faire un moment que Mizuiro lui léchait la joue, sans doute pour le réveiller. Hitoshi se redressa et tenta comme il le put de remettre ses idées en place. Il se souvint de la tempête, de l’odeur du feu qui se propage et de la main d’Ezume dans la sienne.

« - Ezume… »

Les larmes lui montèrent aux yeux. Mizuiro sentit la tristesse de son maître et glissa sa tête dans la paume de sa main. Même si l’homme à la peau grise ne les avait pas rejoints depuis longtemps, ils avaient vécu énormément de choses ensemble et Hitoshi le considérait comme son grand-frère. Lorsqu’il lui avait sauvé la vie, Ezume lui avait fait la promesse de l’aider à retrouver sa grand-mère. Ne serait-ce qu’imaginer qu’il ne serait pas présent lors de ces retrouvailles était tout simplement inconcevable. Malgré tout, l’ange était lucide et savait que les chances de retrouver un maudit après une tempête en mer étaient très faibles. C’était déjà un miracle que Mizuiro et lui aient pu survivre. C’est donc le cœur lourd que le jeune homme longea la mer en compagnie du petit dinosaure à la recherche d’Ezume. Après de longues heures, constatant que cela ne menait à rien, Hitoshi s’assit dans le sable chaud et caressa le ventre du reptile.

« - Qu’est-ce qu’on va faire Mizu… »

Si l’île sur laquelle ils avaient échoué était bien Harahettania, ce n’était pas forcément une bonne nouvelle étant donné la réaction épidermique du capitaine de la translinéenne. Qu’est-ce qui pouvait bien motiver un tel comportement ?

L’ange n’eut pas le temps de s’apitoyer sur son sort plus longtemps avant qu’un groupe d’individus ne sorte de la forêt en courant et en criant. Ils semblaient être poursuivis par quelque chose de terrifiant. Prenant son courage à deux mains, Hitoshi attrapa Mizuiro et… s’enfuit avec eux.

Ils ne réussirent à courir qu’une dizaine de mètres avant qu’un groupe d’hommes ne fasse son apparition. Ces membres de la tribu des longs bras mirent en joue le petit groupe et s’approchèrent.

« - Pas un geste ! Fermez-la !»

Les fusils braqués sur eux, Hitoshi leva les mains en l’air et resta immobile. S’il avait su qu’il s’agissait d’un groupe armé et pas d’une bête sauvage il serait resté sur la plage. Peut-être que ces mercenaires allaient se rendre compte de leur erreur et le laisser repartir ? De son côté, Mizuiro se colla aux jambes de l’ange, tremblante après toutes ces péripéties. Cela faisait beaucoup de choses à encaisser pour le bébé dinosaure qui essayait encore aujourd’hui de se familiariser avec ce nouveau monde.

« - Tiens tiens tiens, qu’est-ce qu’on a là ? »

Le long-bras qui semblait être le chef de ce petit groupe armée s’avança dans leurs rangs, prenant le temps de les observer un à un.

« - Des humains somme toute classique… Rien d’intéressant ou de valeur. »

C’est vrai que maintenant que l’homme le disait, Hitoshi réalisa subitement que contrairement aux hommes armés, ceux qui avaient tenté de les fuir étaient de simples humains. Il n’y avait pas le moindre long-bras parmi eux. Le long-bras se rapprocha lentement d’Hitoshi.

« - Pas de guerrier, que des vieillards ou des enfants. »

Alors qu’il passait devant un homme âgé, il frappa ce dernier d’un violent coup au visage. L’ange ne parvint pas à cacher son cri de surprise en voyant le vieillard s’effondrer au sol.

« - On a perdu plus d’argent à vous chasser que vous allez nous en rapporter ! »

Qui étaient ces hommes ? Que leur voulaient-ils ? Étaient-ce des chasseurs de primes ? Les gens autour de lui seraient-ils des pirates recherchés ?f

« - Qu’avons-nous là. »

Le long-bras avait repéré Hitoshi et s’approchait du petit dinosaure apeuré.

« - Finalement peut-être que la pêche n’est pas si mauvaise. »

Le regard de l’homme pour Mizuiro donna la chair de poule à Hitoshi, il devait réagir et vite.

« - Excusez-moi monsieur mais vous faites erreur, nous faisions partie du bateau de la translinéenne qui s’est échoué cette nuit. Je ne connais pas ces gens. Nous allons vous…
- Oh… »

L’homme avait complètement ignoré les paroles du jeune homme et s’était glissé dans son dos.

« - Un ange. Z’avez vu les gars ? On n’a pas l’occasion d’en voir tous les jours. Ça doit taper dans les plusieurs millions. Puis ses pupilles… »

L’homme passa sa langue rose et graveleuse sur ses lèvres gercées.

« - Avec un physique comme ça. »

Hitoshi était paralysé par la peur. Sur quelle île était-il tombé…

« - Aller les gars. On embarque tout ce bétail ! N’oubliez pas la petite bête. »

Les hommes autour de saisirent de Mizuiro qu’ils enferment dans une petite cage.

« - Attendez !
- Ferme ta gueule. »

Sans crier gare le long-bras était revenu, collant son pistolet contre le front de l’ange.

« - Encore un mot et je t’explose la cervelle. »

S’il avait réfléchi davantage, l’ange aurait compris que cet homme n’avait aucun intérêt à le tuer ou le blesser au vu de la valeur qu’il pouvait représenter.

« - Tu. Fermes. Ta. Gueule. »

Néanmoins, avec la perte d’Ezume, la fatigue et cette rencontre avec des marchands d’esclaves, le jeune homme avait perdu toute capacité de réflexion.

Ils marchèrent ainsi de longues heures dans la jungle humide avant d’arriver dans une clairière dégagée où un immense entrepôt était bâti. Sur les tôles rouillées on parvenait difficilement à lire : « Élevage d’Humains AOP de Wapoo ».


Dernière édition par Hitoshi le Lun 6 Mar 2023 - 15:01, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Tandis que les cloches d’une église résonnaient au loin, des corbeaux sombres prirent leur envol dans ce ciel gris. La nuit tombait, et avec elle les ombres déformées des arbres qui, entourant l’ange, prenaient tout de suite une allure plus menaçante.

Chaque cellule de son corps lui criait de s’enfuir, il n’y aurait pas de retour possible. Seule la présence du petit dinosaure devant lui le maintenait en place. Il avait perdu Ezume et il refusait de revivre cette sensation de vide, ce gouffre abyssal. Une larme salée roula sur sa joue avant de s’écraser lentement au sol. Tout autour de lui la petite troupe semblait s’être fait une raison. Chacun regardait ses pieds, essayant de ne pas se faire remarquer.

Qu’était-ce donc exactement qu’un élevage d’humain ? Hitoshi savait que l’esclavage n’était pas aboli au sein du Gouvernement Mondial, et que les Nobles s’en donnaient à cœur joie, toutefois il ne s’était jamais senti concerné jusqu’à présent. Les atrocités humaines paraissent souvent bien loin avant qu’elles ne frappent durement, brisant en morceau les convictions d’un prisme autocentré. Peut-être que si le jeune homme s’était davantage intéressé aux souffrances d’autrui à travers le monde, il ne se retrouverait pas dans cette terrible situation aujourd’hui.

« - L’ange et le lézard pour Wapoo, le reste dans le hangar. »

Le groupe armé escorta le jeune homme jusqu’à un homme aux longs cheveux gras leur tournant le dos.

« - Pas mure, pas mure… trop mure… »

Le dénommé Wapoo, qui ne devait pas être beaucoup plus âgé que l’ange, était concentré sur le flux humain qui défilait devant ses yeux. Une étrange paire de lunettes sur le nez, ce babos concentré ne remarqua pas la petite troupe arriver dans son dos.

« - Pfiou. C’est une mauvaise récolte cette année. Il va falloir revoir mes fournisseurs et peut-être…
- Wapoo ? »

Le propriétaire de l’élevage se retourna, le visage ingrat d’une puberté encore en cours.

Wapoo:

« - Ah c’est toi. Va jouer ailleurs je n’ai pas le temps. Il y a un client VIP qui attend et c’est le genre à… ne pas attendre.
- Regardez ce qu’on vous amène. »

L’homme armé tendit la cage dans laquelle Mizuiro était enfermée, tremblante de tous ses membres. Il était impossible de percevoir le regard de Wapoo à travers ses lunettes psychédéliques, mais au vu de la façon dont ce dernier agissait il était clair que sa curiosité était piquée. Les mains imberbes et les ongles un peu trop longs, le jeune homme attrapa la cage.

« - Oh… »

Il la secoua vivement, déclenchant les grognements et crachats du jeune vélociraptor. Wapoo retourna la cage et Mizuiro, surprise, laissa dépasser sa queue des barreaux. L’esclavagiste la saisit fermement et la releva.

« - Une femelle en plus ! Parfait. J’ai déjà ma petite idée pour l’acheteur.
- Arrêtez ! Vous lui faites mal ! »

Wapoo relâcha la queue du dinosaure et se retourna vers Hitoshi.

« - Et voici l’ancien propriétaire.
- Un ange…
- Ce dinosaure est mon compagnon, il ne vous appartient pas ! Vous n’avez pas le droit !
- Oh mais j’ai tous les droits. Que vas-tu faire ? Prévenir la Marine ? Cette île est un fief de l’esclavagisme. Si la Marine avait voulu nous arrêter ça fait bien longtemps qu’ils l’auraient fait. Le problème vois-tu… »

Tout en parlant, le jeune homme s’était rapproché d’Hitoshi et l’examinait sous toutes les coutures.

« - C’est que les Nobles ont besoin de nous. Tant que nous fournirons aux Nobles, la Marine n’interviendra pas.
- Aïe ! »

Une plume entre les doigts, Wapoo lui faisait face.

« - C’est la loi de l’offre et la demande. Qu’est-ce que… ces yeux ? »

Avant qu’Hitoshi n’ait pu ouvrir la bouche, il fut maintenu au sol, sur le dos, les doigts de Wapoo à quelques centimètres de ses yeux.

« - Qu’est-ce que nous avons là… Des prothèses ? Une mutation ? Maladie ? Hors de question de laisser une maladie décimer le reste du bétail.
- Il ne s’agit pas de bétail ! Il s’agit d’humains ! Laissez-moi maintenant !
- C’est la première fois que je vois ça. Un ange avec de tels yeux… Il faut que je te fasse estimer. Je pense que je ne vais même pas te marquer ! Abimer un tel corps ne ferait que diminuer ta valeur marchande. »

La respiration de l’ange s’accéléra. Il ne pouvait pas finir esclave, ce n’était pas possible. Il devait absolument trouver un moyen de s’échapper d’ici avec Mizuiro.

« - Attendez ! Vous avez parlé de l’offre et de la demande tout à l’heure. Et si je vous achète Mizuiro ? »

Au Diable son argent, comment le dépenser une fois réduit en esclavage ?

« - Comment ça ?
- Quel serait le prix pour notre liberté ? Je peux payer ! »

Wapoo se retourna vers le chef du groupe armé.

« - Mais vous ne l’avez pas fouillé ?
- Il se balade à moitié nu donc… On a estimé que ce n’était pas une menace. »

Le jeune homme frappa son front graisseux de la paume de sa main.

« - Qui m’a foutu des incompétents pareils. Si jamais…
- 100 millions ! »

Wapoo se figea.

« - Je vous donne 100 millions de berrys si vous nous laisser partir ! En cash ! »

L’esclavagiste enleva ses lunettes d’une main fébrile. Si ses yeux étaient d’un marron ordinaire, son regard, lui, semblait très inquiet.

« - N’en dis pas davantage.
- 120 millions ! »

Les pupilles de Wapoo se dilatèrent, mais cela ne semblait pas être de l’excitation.

« - JE VOUS DONNERAI 120 MILLIONS ! »

Il s’agissait de peur.

« - Faîtes le taire ! Immédiatement ! »

Mais c’était déjà trop tard, il était arrivé.

Sans que personne ne s’en aperçoive, un homme s’était glissé parmi eux, attiré par l’argent comme un papillon par la lumière.

« - Qu’avons-nous là… »

Les poils d’Hitoshi s’hérissèrent instantanément. Il s’agissait là d’une peur viscérale, primitive. Son cerveau lui hurlait de s’enfuir tandis que ses jambes refusaient de bouger. Wapoo, terrifié, remit ses lunettes pour dérober son regard à celui du nouvel arrivant. Comme le démon sous le lit d’un enfant, s’il ne le voit pas, il n’existe pas.  

« - J’étais tranquillement à t’ATTENDRE Wapoo quand j’ai entendu parler… d’argent ? »

L’homme s’avança et Hitoshi parvint à distinguer les traits de son visage blafard, sa respiration se coupa subitement. Il connaissait ce visage…

« - Et j’adoooooore l’argent. »

Un sourire crasseux s’étira sur les lèvres gercées de l’homme, Greed venait d’entrer en scène.

Grand Corsaire GREED:


Dernière édition par Hitoshi le Lun 6 Mar 2023 - 15:09, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum Boum-boum …

Quel était ce bruit assourdissant ? L’ange se raidit, des explosions semblaient avoir lieu tout autour de lui. Hitoshi mit de longues secondes avant de réaliser qu’il s’agissait des battements de son cœur affolé. Il ne parvenait pas à réaliser qu’il était en présence du Grand Corsaire Joe Biutag. C’était donc lui le client VIP dont parlait Wapoo. Les pensées de l’ange défilaient dans sa tête sans que ce dernier ne puisse s’en saisir. Le Grand Corsaire dégageait une telle rage, un tel danger, qu’il était très compliqué voire impossible de garder son calme en sa présence.

« - 120 millions de berrys, c’est une jolie somme. »

Hitoshi fit tout son possible pour ne pas le regarder dans les yeux.

« - Je pense que je vais les récupérer. »

Que devait-il faire ? L’homme qu’il recherchait depuis toujours se trouvait là, face à lui, prêt à écouter ce qu’il avait à dire.

« - Euh… je… »

Wapoo, immobile, releva lentement la tête.

« - Je suis désolé Monsieur Biutag, mais je ne veux pas vous les vendre je…
- Effectivement tu ne vas pas me les vendre. Tu vas me les donner.
- Que…quoi ? »

Wapoo parvint à se ressaisir. Il n’allait tout de même pas perdre de si beaux produits !

« - Monsieur Biutag, je ne peux pas. Vous savez à quel prix je pourrais les revendre. Je… »

Un craquement immonde se fit entendre tandis qu’une mousse blanche s’échappa de la bouche de l’esclavagiste. Son visage, effaré, grimaça tandis que chacun des muscles de son corps se raidit. Wapoo tomba lourdement au sol, face contre terre, rigide comme une statue en béton. Quelques secondes après avoir touché le sol, le jeune homme convulsa.

« - Wapoo ! »

Le groupe armé se précipita pour tenter de le redresser, en vain.

« - Cela dédommagera mon attente. »

L’ange se retourna vers le Corsaire qui souriait de toutes ses dents, il était terrifiant. Dans son dos, une impressionnante queue de scorpion noir au bout de laquelle perlait un liquide vert, du poison. Apercevant le regard de l’ange, Joe se tourna en sa direction.

« - Il n’est pas mort, je fais de trop bonnes affaires avec lui pour le tuer.
- Je… euh…
- J’espère que tu sais parler correctement. Je ne voudrais pas devoir t’arracher la langue pour vérifier qu’elle soit en bon état. »

Sa queue de scorpion se raidit tandis que l’ange tenta de calmer les battements de son cœur. C’était enfin son moment, celui de savoir où était sa grand-mère. En y réfléchissant c’était une chance inespérée de tomber sur cet homme ici.

« - En réalité je vous cherchais Monsieur. Vous avez volé quelque chose à ma grand-mère et elle est partie de Skypiéa à votre recherche. Un prophète de Jaya m’avait annoncé que vous étiez sur Juicy Berry donc je voulais m’y rendre mais visiblement il s’est trompé. Est-ce que vous l’avez vu ? Ma grand-mère. Elle est grande, maigre et…
- Stop. »

Joe Biutag plissa des yeux tandis qu’il réfléchissait à ce que l’ange venait de lui annoncer. Drôle de coïncidence de croiser ici le petit fils de cette teigne d’Hisa sur cette île. Était-ce un piège ? Se trouvait-elle quelque part dans ces bois sombres à attendre le moment opportun ? Non, ce n’était pas le genre. Toutefois le Corsaire se délectait de la savoir à sa recherche. Peut-être pourrait-il profiter de l’occasion pour s’amuser un peu avec son précieux petit fils.

« - Hisa est donc à ma recherche. »

Les yeux d’Hitoshi s’illuminèrent, il connaissait donc réellement sa grand-mère. Il allait peut-être enfin la revoir !

« - Comment tu t’appelles ?
- Hitoshi. Alors c’est vrai ? Vous la connaissez ?
- Je suppose que tu adores ta grand-mère Hitoshi.
- Euh … oui. »

L’ange n’avait aucune idée de ce qui se tramait dans la tête de l’ex-pirate, mais la lumière mauvaise dans ses yeux ne présageait rien de bon.

« - Mais je suppose que tu aimes ce… lézard également ?
- Oui bien-sûr. »

Un sourire carnassier s’étira sur le visage du Corsaire dont les coins des lèvres se mirent à saigner. Joe passa lentement sa langue pâle sur le liquide rouge qui venait de perler.

« - Je te propose un marché. En échange de tes 120 millions de berrys, tu obtiendras soit la libération de ton dinosaure, soit les informations que tu recherches concernant ta… tumultueuse grand-mère. »

Qu’est-ce que le Grand Corsaire n’aurait pas donné pour qu’Hisa puisse assister à ce spectacle. Voir ainsi son petit-fils blêmir et tituber, quel délicieux tourment que cela aurait été.


Dernière édition par Hitoshi le Lun 6 Mar 2023 - 15:12, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Hitoshi sentit littéralement son sang se déverser dans le bout de ses doigts et de ses membres. Il blêmit subitement et fut pris de vertiges.

Le Grand Corsaire n’était tout de même pas en train de lui demander de choisir entre sa grand-mère et Mizuiro ?

Le bras gris de Greed se déforma et s’assombrit tandis que des poils épais perçaient sa peau. En à peine quelques secondes, l’ancien pirate venait de transformer son membre en une menaçante pince de scorpion. Cet appendice claqua violemment deux fois avant de s’approcher de la cage rouillée du petit dinosaure.

« - Dépêche-toi, le temps c’est de l’argent et je pense en avoir suffisamment perdu sur cette île. »

Cela faisait tellement longtemps que l’ange était à la recherche de Joe. Il avait passé des mois à s’imaginer comment il le trouverait et la façon dont ils discuteraient ensemble. Il s’était préparé à tous les scénarios, sauf celui-ci. Mizuiro poussa un gémissement déchirant et leurs regards se croisèrent. Allait-il réellement être assez fort pour faire ce choix ? Sa grand-mère était sûrement quelque part sur les mers, à tout faire pour retrouver l’homme qui se trouvait devant lui. Le regard que lui jeta la petite femelle fut le même que celui d’Ezume avant de sombrer dans les eaux sombres.

« - Je suis désolé… »

Sa voix tremblait tandis qu’il s’approchait timidement de la cage.

« - Je suis désolé mamie. Tu vas devoir m’attendre encore un peu…
- Oh. »

Joe le laissa approcher, étonné que le jeune homme ait pris cette décision si rapidement.

« - Tu ne souhaites donc pas revoir ta grand-mère ?
- Elle n’aurait jamais voulu me revoir ainsi.
- Héhéhé. »

Se sentant d’humeur joueuse, le corsaire se permit de faire durer le plaisir un peu plus longtemps.

« - Sais-tu combien vaut ta vie ? »

Hitoshi ralentit le pas.

« - Ta vie vaut entre 1 et 5 millions de berrys. Sais-tu combien vaut la mienne ? A une époque, on l’a estimée à 455 millions de berrys. Impressionnant n’est-ce pas ? C’est-à-dire que ma vie vaut, a minima, 91 fois la tienne. Moi, Joe Biutag je te vaux, toi, Hitoshi Kinoko, 91 fois. Mais tu n’es pas le seul à avoir une étiquette posée sur le dos. Aujourd’hui tout s’achète, que ça soit bateaux, fruits du démon, esclaves, îles et même loyauté. Absolument tout a un prix. J’ai sillonné les mers et brûlé des villes entières à la recherche de trésors fabuleux car finalement, que tu sois humain, homme-poisson, roi ou esclave peu importe. Ce qui importe c’est ce que tu possèdes. Tu es ce que tu vaux. »

Hitoshi ne comprenait pas où le Corsaire souhait en venir.

« - Certains disent que la piraterie est le véritable ennemi de ce monde, un fléau qu’il faut éradiquer sans plus tarder. D’autres encore te diront avec certitude qu’il s’agit du Gouvernement Mondial, cette incroyable machine capable de broyer et d’asservir des pays entiers. Écoute moi attentivement petit ange : ce sont tous des imbéciles. »

La voix grave et les yeux perçants, Joe continua de parler, ignorant le saignement de ses lèvres gercées.

« - Le véritable ennemi du monde, et j’allais dire le seul parce que tout passe par lui, c’est celui qui est installé sur nos îles et nos mers, c’est celui dont il faut s’éloigner… C’est la pauvreté ! »

Les yeux enflammés d’une haine viscérale, Joe éleva la voix.

« - Terme extensif pour signifier toute la puissance des bas-fonds, la pauvreté qui corrompt, la pauvreté qui ronge, la pauvreté crasse qui écrase, la pauvreté qui tue, la pauvreté qui brise, et la pauvreté qui pourrit jusqu’à la conscience des hommes ! »

Un sourire mauvais se dessina sur le visage du Corsaire tandis qu’il se mit à chuchoter d’une voix rauque.

« - Et moi, Joe Biutag, plus JAMAIS je ne perdrai face à la pauvreté. »

Il se redressa lentement en toisant Hitoshi de sa hauteur.

« - C’est pourquoi je vais prendre tes 120 millions de berrys en plus de vous vendre, toi et ton lézard, au plus offrant. »

Hitoshi sentit son cœur bondir dans sa poitrine tandis que le regard fou de Greed croisa le sien.

« - Alors rends-toi gentiment veux-tu ?»

L’ange peinait à assimiler les informations que son cerveau lui transmettait. Le Grand Corsaire n’allait pas respecter son accord ? Comment avait-il pu être assez stupide pour croire les paroles de ce pirate. Joe Biutag représentait l’avarice, évidemment qu’il ne se contenterait pas de 120 millions de berrys. Hitoshi sentait la puissance écrasante du Corsaire à ses côtés. S’il ne pouvait pas le vaincre, il lui faudrait gagner du temps.

« - Ne t’inquiètes pas Mizu, je vais revenir. »

Le jeune homme relâcha la puissance des dials accumulée dans ses jet-shoes et se propulsa dans les airs loin de son ennemi. Il entendit crier le Corsaire.

« - Poule ! »

Alors qu’il allait atterrir sur le sol, le souffle chaud d’une explosion vint le déséquilibrer. Hitoshi s’écrasa lourdement tandis qu’un éclat de métal se logea dans son bras gauche.

Joe n’avait jamais été du style à faire dans la dentelle. Les combats à l’épée comme au temps de son grand-père c’était très peu pour lui. En revanche, il ne se déplaçait jamais sans son lance-grenade qu’il avait personnalisé grâce à quelques autocollants le représentant. Si le skypién avait réussi à lui filer entre les doigts c’était évidemment car il l’avait bien voulu. Jouer avec ses victimes ne lui procurait habituellement pas de plaisir mais là c’était toute chose. Cette fois il s’agissait du petit-fils d’Hisa.

Hitoshi courut en direction de la forêt tandis que les grenades pleuvaient tout autour de lui. Ses sens étaient complètement brouillés. Le bruit des explosions l’assourdissait, les flashs lumineux l’aveuglaient et la chaleur dégagée lui brulait la peau à de nombreux endroits. Il parvint dans sa course à se retourner et à apercevoir les brutes de Wapoo se lançant à sa poursuite. Armés de fusils, ils tirèrent en sa direction. Joe de son côté se lança à petites foulées, excité de la partie de chasse qui s’annonçait.

« - Je me demande à quel prix peuvent se vendre ses étranges yeux. »


Dernière édition par Hitoshi le Lun 6 Mar 2023 - 15:16, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347
Une fois arrivé dans la forêt, Hitoshi retira douloureusement l’éclat d’une grenade qui lui avait transpercé le bras. Il s’agissait là d’une très mauvaise idée puisque le sang écarlate ainsi répandu dans les bois indiquait clairement sa position. Désormais, il ne pouvait plus se cacher.

« - Merde… »

L’ange se mit brusquement à angoisser, accélérant son rythme cardiaque et par conséquent, sa perte de sang.

Des balles passèrent à quelques centimètres seulement de sa tête, l’obligeant ainsi à reprendre sa course. Toutefois l’ange s’essouffla rapidement et dû s’arrêter quelques mètres plus loin. Une nouvelle salve de grenade explosa, l’obligeant à trouver un autre abri. Il n’y avait absolument aucune échappatoire. Le jeune homme, qui n’avait jamais été aussi proche de la mort, paniqua. Il revit tous ceux qui l’avaient aidé à arriver jusqu’ici et parmi tous ces visages se trouvait celui de Jyll.

« - Jyll… »

Il avait besoin de lui comme il n’avait jamais eu besoin de personne auparavant. Hitoshi ne pourrait pas s’en sortir seul et il avait cette nécessité viscérale de retrouver les bras protecteurs du pirate. Il sorti en tremblant son schyzo den-den relié à celui de Jyll et décrocha le composé.

Le schizo den-den (avec l'option vital card):

Pulu pulu pulu

« - Décroche Jyll… »

Pulu pulu pulu

« - S’il te plait… »

La gorge de l’ange se serra tandis que le voyant du den-den s’alluma, signe qu’il pouvait laisser un message. Si Jyll était à côté il l’entendrait, autrement il serait enregistré et le pirate pourrait l’écouter en rentrant. Le jeune homme était complètement déstabilisé et ne sut pas par quoi commencer.

« - Jyll c’est Hitoshi. Je me trouve sur Harahettania. »

Un rapide coup d’œil lui permis de s’assurer que ses poursuivants n’étaient pas encore arrivés.

« - Je… Je ne suis pas dans une bonne posture. »

L’ange observa son bras sanguinolant qu’il ne parvenait plus à bouger.

« - J’ai besoin d’aide. Si tu es dans le coin, je t’en supplie vient m’aider. Le Grand corsaire Greed est ici et je suis tombé sur lui. »

Mais bon sang à quoi pensait-il ? C’était impossible que le pirate soit dans les environs.

« - Jyll ? Pitié décroche… Ezume est… »

Bang

L’ange baissa les yeux et tapota de sa main tremblante son ventre qui se teinta de rouge. Un filet de sang passa au travers de ses lèvres blêmes.

Hitoshi utilisa toute la puissance qui lui restait dans ses jet-shoes pour se propulser au loin. Cette manœuvre ne lui permis que de gagner quelques minutes.

« - Jyll, je crois que je suis blessé. »

Des larmes ravagèrent le visage d’habitude souriant de l’ange.

« - Jyll… Pitié viens me soigner. J’ai besoin de toi. »

L’air autour de lui semblait se rafraîchir

« - J’ai si froid. Où es-tu ? »

L’ange ne distinguait plus rien tandis que ses yeux se remplirent de larmes.

« - Promets moi de retrouver ma mamie. Promets-moi de lui dire que je l’ai cherchée. »

Le doigt pointé vers le ciel, l’ange vivait ses derniers instants.

« - J’y étais… presque. Ils auraient été si fiers de moi. »

Un bref instant de lucidité passa dans son regard embrumé.

« - Je ne veux pas mourir, j'ai très peur…»

L’angle pleura à chaudes larmes sans se soucier de ceux qui le poursuivaient. Il aurait tellement voulu être fort, laisser un tout autre message à l’homme qu’il aimait. Pourquoi ne parvenait-il pas à se faire violence ? Pourquoi devait-il se montrer si faible en ses derniers instants ?

« - Je ne te l’ai jamais dit mais… je t’… »

Un dernier souffle s’échappa des lèvres du jeune homme désormais closes, à jamais. Joe arriva quelques minutes plus tard et découvrit sans sourciller le cadavre d’Hitoshi.

« - Hum… Faut croire que la journée sera un peu moins rentable que prévu. »

Le Grand Corsaire s’accroupit et posa ses doigts sur les yeux encore ouverts de l’ange.

« - Je vais devoir me contenter de ça. »

Sans respect vis-à-vis du défunt, Greed arracha les deux yeux d’Hitoshi qu’il plaça dans un récipient.

« - Si je ne parviens pas à les vendre je te les enverrai par la poste Hisa. »

C’est dans un éclat de rire mauvais que l’homme retourna vers l’élevage de Wapoo, laissant sans aucune sépulture le corps de l’ange.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24389-ft-d-hitoshi#255717
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24342-manger-5-champignons-et-legumes-par-jour-hitoshi#255347