Le Deal du moment :
Jeux, jouets et Lego : le deuxième à ...
Voir le deal

Sail Away [Ft. Izya]

Sous un pont surplombant un cours d'eau, le sabreur-pêcheur avait enfin trouvé refuge pour éviter la pluie. Assis sur un rebord, les pieds ballants au-dessus de l'eau, Bao était dans un état contemplatif. Une gorgée de saké pour se redonner un poil de courage, il se remémorait tout les événements qui l'ont emmenés jusqu'ici, à la sortie de Cocoyashi, sous un pont l'abritant de la pluie.

Ce matin, il avait fait une grande décision : Si l'aventure ne venait pas jusqu'à lui, alors il irait la chercher. Il avait pu dégotter une petite chaloupe pour faire le tour des îles environnantes. Cela faisait, peut être deux ans qu'il était installé avec sa famille sur l'île de Shimotsuki et ça commençait tout juste à lui être invivable. L'idée même de la routine lui était insupportable. S'entraîner tout les jours dans le même dojo avec les mêmes maîtres et les mêmes préceptes en boucle. Partir ensuite pour aller pêcher, revendre sa prise journalière et rentrer à la maison. Et ça, tout les jours de la semaine sans y ajouter le moindre petit grain de sable dans un quelconque rouage trop bien huilé. Il existe des gens qui sont clairement fait pour ça, mais Bao ne collait pas à cette norme.

Du coup il avait prit la chaloupe et s'était décidé à prendre la mer. Sa fidèle canne à pêche lui permettrait, tant qu'il y avait de l'eau, de trouver de la nourriture. Il n'était guère un grand cuisinier, mais il savait préparer ses prises pour les rendre comestibles. De ce fait, tant qu'il y avait de l'eau, il avait de quoi manger et pour sa survie ça allait être primordial. Pour le reste, Bao n'était pas un grand connaisseur des principes de survie en mer ou en terres inconnues. Il s'était certainement dit que le plus important était de prendre peu de choses pour son périples, histoire de pas être surchargé. En soit, l'idée était pas si stupide que ça. Une gourde d'eau, une petite bouteille de saké, ses katanas, de quoi les entretenir, des clopes, un briquet qui pourrait être utile pour allumer un feu. Sa canne à pêche, un chapeau de pêcheur en bambou pour éviter la pluie et les rayons sur soleil sur les lentilles de sa coiffe. Voilà. C'était tout.

Les principes de navigations lui étaient inconnues. Juste, il partait du principe qu'il fallait ramer tout droit et qu'à fortiori il trouverait quelque chose. Le temps était un poil couvert mais, "ça irait" qu'il avait dit. Et en fait non. Ça irait pas.

Il s'était retrouvé très vite, balloté entre plusieurs courants marins. La mer se distordait, l'orage était arrivé, et Bao ramait de plus en plus vite pour s'en échapper direction le premier lopin de terre. Il avait fait naufrage, à peut être quelques minutes d'arriver à bon port. Cocoyashi lui avait tendu les bras, et il s'était vautré avant d'en attraper le bout du doigt. La vague de trop et le courant l'avaient emportés sur la terre ferme de manière un peu trop violente. Il s'était pris Cocoyashi directement de plein fouet, sans avoir le temps de manœuvrer ou de pouvoir mouiller au port. Misérablement planté dans le pourtour de l'île, sa bicoque en miettes, il avait du nager pour atteindre la rive.

Et une épave de plus pour nourrir les fonds marins.

Une fois sur la terre ferme, il s'était fait dégagé d'une auberge parce qu'il était trempé de la tête aux pieds et qu'il foutait de l'eau partout. D'une autre pour sensiblement les mêmes raisons. Et à la vue d'un pont il avait trouvé comme bonne idée de se mettre dessous, le temps de se sécher.

C'est ainsi qu'il débutait sa première aventure, trempé de la tête aux pieds, en perdant son bateau et le peu de dignité qu'il avait. L'orage grondant au-dessus de sa tête l'avait sorti de sa torpeur. Ni une ni deux, il fallait se reprendre. Sa canne dans la main droite, il lance la ligne histoire de se trouver quelque chose à manger. Quelqu'un approchait de sa position. Une main sur le pommeau, il se permettait une mise en garde.

▬ Si c'est pour me détrousser vous pouvez r'partir, j'ai rien.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25732-ft-d-un-sabreur-a-tete-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25726-c-est-qui-ce-mec-c-est-bao
- Vous détroussez ? Oh, non non, c'est même tout le contraire...

Tout le contraire oui. Car voilà quelques jours que je sais où je dois aller, le seul souci, c'est que je ne sais pas comment y aller. Cette île... Je suis arrivée dessus il y a quelques heures déjà et, en m'approchant discrètement de la ville, j'ai vite repérer la garnison de la marine dessus. Une plaie. Une plaie surtout quand mon déguisement pour passer incognito est resté sur Logue Town au moment de ma fuite. Une plaie encore quand les seuls trucs que j'ai trouvé pour me déguiser sont mon plaid dans lequel j'ai enroulé mes longs cheveux de feu pour ne pas qu'ils soient visible et un chapeau de Red qui est tout sauf discret...

Lui aussi je l'ai recouvert du plaid, ce qui me donne des airs de folle avec un gros morceau de tissu polaire sur la tête. Sauf que ça ne cache en rien mes yeux rouges et mon visage si reconnaissable grâce à mon merveilleux avis de recherche valant pas moins de 180 Millions de Berrys... Oui, Izya Tahgel, fille du terrible traître à la marine et capitaine des Saigneurs des mers Tahar Tahgel, alliée du traître à la marine et Capitaine d'Armada Red, est ici, sur cette petite île de Cocoyashi...
Et malgré toute ma renommée, la dernière chose dont j'ai envie la tout de suite, c'est qu'on me reconnaisse.

Alors oui, je me cache comme je peux, faisant attention à ce que ma cape de voyage cache bien mes ailes, tandis que mes deux lames jumelles sont bien sagement rangées dans mon dos... J'ai même laissé mon fidèle Narnak dans mon moyen de transport bien caché sur cette île pour minimiser le plus possible une quelconque reconnaissance...

Et finalement, après avoir fait demi tour en ayant vu la garnison de la marine pour tenter un nouvel angle d'approche, mes yeux ont aperçu cette grosse tête d'ours posée nonchalamment sur un corps humanoïde allongé sous ce pont. Alors oui, d'abord, j'ai froncé les sourcils en me demandant quel genre de type bizarre pouvait porter ce genre de masque aussi encombrant qu'extravagant.
Et puis la seconde d'après j'ai compris. J'ai compris que cette tête d'ours était exactement ce dont j'avais besoin pour faire mes emplettes incognito !

- Vous voudriez pas me vendre votre masque, s'il vous plaît ? J'ai de quoi vous payer grassement, dites moi seulement votre prix.

L'avantage de traîner avec Red, c'est qu'on apprend que l'argent est une denrée indispensable pour se simplifier la vie. Et que tout est toujours achetable tant qu'on a de quoi payer le prix...


Sail Away [Ft. Izya] 1425067977-izya-sflagopr Sail Away [Ft. Izya] 1465207581-signizya Sail Away [Ft. Izya] 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
▬ Ah bah nickel alors !

C'était juste le temps que ça monte au cerveau. Il en profitait pour analyser rapidement son interlocutrice. Y'a un truc qui lui dit quelque chose.

▬ Attends, vous entendez quoi par "le contraire" là ?

Et déjà, c'était quoi le contraire de détrousser ? Retrousser ? Comme dans retrousser ses manches en gros ? Et si c'était le cas ça voulait dire quoi ? Au lieu de le détrousser donc de le voler, elle allait le retrousser donc lui filer du pognon ? Genre comme ça, sans contrepartie ? Hm. S'il y a bien quelque chose que Bao avait compris aussi juvénile soit-il, c'est que dans ce bas monde, rien n'arrive sans rien. L'élan de bonté et de charité, provenant d'êtres humains ? Vaste blague. Et ça commençait tout en haut de l'échelle : Ceux qui avaient tout dans leur assiette continuaient perpétuellement à essayer de récupérer des miettes en plus dans les assiettes des autres. Voir même leurs assiettes directement, ôtant le pain de la bouche pour se gaver encore plus. Alors, un élan de charité envers un espèce de clodo-pêcheur à tête d'ours sous un pont, il n'y croyait pas le moins du monde.

Mais elle n'avait, jamais, parlé de ça.

S'il était en train de boire quoi que ce soit, il aurait tout recraché directement. Lui vendre son masque ? Et puis quoi encore ? Certes c'était pas la première fois, et ça n'allait pas être la dernière, mais qu'est-ce qu'ils avaient tous avec ce masque en particulier ? Son for intérieur lui disait la chose suivante : Si tu n'arrive ni à débuter une carrière dans la piraterie, que tu as toujours la flemme de commencer en bas de l'échelle dans la Marine, et que c'est toujours aussi cher de te payer une licence de chasseur de primes, faudrait possiblement penser à fabriquer en masse des coiffes de peluches XXL parce que tout le monde veut se les arracher.

▬ Il y a beaucoup de choses que je peux vous vendre, voir même vous partager. Ma prise quand je l'aurais pêchée, une gorgée de saké si c'est vot' truc, mes talents de bretteur.., affirmait t-il en ouvrant légèrement son kimono pour monter la bouteille en poche intérieure, la main toujours posée sur le pommeau de son sabre prêt à dégainer au cas où, Mais ça, c'est non. Et même pour tout l'or du monde.

Tout l'or du monde ne serait pas suffisant pour combler le dégoût qu'il aurait, à la seconde où il verrait son propre reflet.

▬ Vous dites avoir de quoi payer grassement, pourquoi ne pas aller en ville ? Je suis sûr que vous y trouverez votre bonheur.

Il laisse tomber la pêche, pour le moment, plus enclin à avoir les mains libres. Un autre truc qu'il avait compris depuis longtemps, c'est que les gens d'ordinaire, détestent essuyer des refus et deviennent facilement belliqueux par la suite. Et au passage, il en profitait pour s'allumer une clope. Un rituel. Pour chaque moment qui lui semble un peu tendu : Une clope.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25732-ft-d-un-sabreur-a-tete-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25726-c-est-qui-ce-mec-c-est-bao
- Ah... C'est justement ça mon problème. Je ne peux pas aller en ville sans une bonne couverture...

Je fais une moue entre la gêne et l'humour, sans pour autant que ça n'ai aucun rapport avec le plaid qui entoure ma tête. Bon... Peut être que je pourrais l'agencer mieux que cela et alors me risquer en ville ? Mais un plaid, ça s'arrache vite alors que ce masque semble tout à fait élaboré pour ne pas être enlevé. Il n'y a qu'à voir ! Il arrive même à fumer sans le quitter ! Cela dit, si je dois le lui prendre, ou simplement lui emprunter, j'aimerai autant qu'il ne pu pas le vieux tabac le temps que je l'utilise.

Alors me reprenant, je tends le bras et lui tire sa cigarette avant de la jeter dans la rivière.

- Désolée mais... Et si je vous le louais ? Pour tout vous dire, je suis un peu trop connue... dans le coin... le "coin" étant étendu aux blues et à Grand Line j'imagine, et plus particulièrement à tous les endroits où il y a une garnison de la marine... Vous vous doutez bien que je ne me coiffe pas comme cela parce que je trouve cela joli ! Hm, c'est peut être pas la meilleure approche du siècle que de critiquer ma coiffe de plaid devant un type habillé d'une tête d'ours en peluche... Mais bref ! J'ai besoin d'aller en ville pour acheter de quoi continuer mon voyage et je n'ai pas particulièrement envie que des... connaissances ? Je me demande quand même si c'est possible que ce type en face de moi ne m'ait pas reconnue lui même... Mais je vais quand même partir du principe qu'il ne sait rien de moi... Vu sa dégaine, il doit être un peu pommé de toute façon. Me reconnaisse. Voyez vous, mon voyage est long et fatiguant et je n'ai pas envie de perdre du temps en "papotages inutiles"... Vous comprenez ?

Je doute qu'il comprenne que par "papotage" j'entends "grabuge pouvant devenir dangereusement destructeur". Après tout, je suis un dragon et si je dois m'enfuir face à une garnison entière, je risque de devoir faire une bonne diversion, surtout si elle est comme celle de Logue Town. Ahlala, j'aurai peut être du voler une carte d'East Blue en plus de archives sur mon père avant de partir de Logue... Ça m'aurait évité d'aller à l'aveuglette.

Heureusement, je vais pouvoir corriger le tir et m'acheter cela ici, hein ? Parce que le monsieur ici en face de moi va me prêter son masque, n'est ce pas ?

- Promis, ce ne sera l'affaire que de quelques minutes... Juste le temps d'aller m'acheter des vivres pour la suite de mon voyage et une carte de cette Blue... Et si vous voulez, en garanti, je vous laisse mon plaid et mon chapeau. Ça vous irait ?


Sail Away [Ft. Izya] 1425067977-izya-sflagopr Sail Away [Ft. Izya] 1465207581-signizya Sail Away [Ft. Izya] 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
Le cheminement de pensée à la Bao, ça ressemblait à quelque chose comme : Quand elle disait une bonne couverture, c'est parce que la sienne est trempée ? Du coup, c'est quoi le rapport avec un masque ? Parce que, si elle met un masque sur une couverture trempée, elle n'aura toujours pas une bonne couverture. Ainsi, Père avait raison. Les femmes, elles utilisent les mêmes mots que toi, mais c'est pas pour autant que t'y comprends quelque chose.

▬ Je... ? Hé ! Ma clope !?

Elle lui avait rien fait, d'une. Et de deux, si c'était si dérangeant l'odeur ou la fumée, pourquoi rester aussi proche ? A croire que même dans le comportement c'était à ni rien comprendre. C'était fini les faux-semblants et les vouvoiements, la discussion commençait à réellement l'impliquer. Et il avait toujours du mal avec les formules de politesses, du moins, sur la longueur.

▬ Tu veux me louer ? Le masque. Louer le masque. Il mit quelques secondes, et un grand froncement de sourcils avant que ça ne lui revienne. Ah, le masque, j'avais pas capté. Je me doute de rien, à vrai dire, je suis pas plutôt mal placé pour me moquer de l'apparence des gens. Cependant j'ai déjà vu ta tête quelque part. T'es célèbre?

On parle tout de même d'un jeune à la vingtaine, avec la peau du visage brûlée, calcinée, fondue. Cela lui donnait un côté décharné, les rares fois où il retirait le masque. C'était l'une des principales raisons qu'il le gardait. Ce masque là, lui donnait le courage d'affronter la vie, il pouvait se carapater derrière sans faire fi de tout ce qui peut lui arriver. Et pour elle, possible qu'elle ai été à Orange. Ses souvenirs étaient frais, va savoir d'où, mais il semblait l'avoir déjà croisé ailleurs.

Sur une prime. Mais il regardait jamais les primes, juste les têtes parfois. Ça rentrait et ça sortait sans qu'il y fasse réellement attention. Pour l'instant.

▬ Pourtant, on est en plein dedans. Les papotages inutiles. J'ai aucune intention de m'en séparer. Ni de le vendre, ni de le louer, ni de te l'échanger contre un autre. Je ne peux pas l'enlever. Et même si je pouvais, j'aurais pas envie de le faire.

Faut dire, une fois sur deux, c'était hyper galère de retirer les petits crochets dans la nuque. Le cryptage façon attaches de soutien-gorge était, effectivement, une plaie masculine.

▬ Une carte, et des vivres ? C'est tout ? Si y'a que ça...

En se levant, il remarquait le différentiel de taille entre les deux. Bao était à deux centimètres de faire les deux mètres. Mais c'était complètement faussé par le fait qu'il portait une coiffe qui rallongeait sa taille et lui offrait dix bons centimètres de plus. Mais même sans ça, il existait un écart lorsqu'il se cambrait pour approcher son faciès de l'encapuchonnée.

▬ Si y'a que ça, j'peux te faire le coursier si tu veux. Ça me coûte rien, mais en échange, je pose mes conditions.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25732-ft-d-un-sabreur-a-tete-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25726-c-est-qui-ce-mec-c-est-bao
A la remarque sur la célébrité, je détourne les yeux tout en tirant un bout de mon plaid pour le passer devant mon visage en silence. Moi célèbre ? Un peu trop à mon goût malheureusement...

Et pour le reste il n'a pas tout à fait tort. Niveau papotage inutile, ça se pose là. Quoi que finalement, peut être pas si inutile que cela si monsieur la grande perche se propose de jouer les coursiers... Cela dit, je me demande quel genre de condition il veut mettre... J'espère que je ne suis pas tombée sur un horrible pervers !

De toute façon, j'ai de l'argent pour le rémunérer pour ses services de coursiers. Et seulement de coursier non mais ! Et si jamais l'envie lui prend de se la jouer gros dur, j'aurai toujours l'option dragon de trente mètres de long pour jouer à qui est le plus impressionnant des deux, monsieur je passe au tutoiement sans même demander l'avis des gens !

- Des conditions hein ? C'est pas plutôt moi qui devrait en mettre ? Rapport que c'est avec mon argent que tu vas devoir aller en ville pour m'acheter tout ce dont j'ai besoin...

Et ce dont j'ai besoin c'est surtout de chocolat. Parce que oui, depuis le Davy Back Fight de l'autre jour, je n'ai pas eu le temps de me ravitailler et je n'en ai plus. En plus, vu qu'il m'a déjà proposé du poisson, si je ne fais pas une liste détaillée je risque de me retrouver avec des horreurs à manger... Non non, hors de question de laisser qui que ce soit choisir pour moi sans y mettre des conditions claires et précises, et surtout du papier et un crayon pour noter tout ce dont j'ai besoin.

Je tatonne un peu dans mes poches, sentant bien ma bourse de berrys mais nulle trace de quelconque matériel d'écriture... Et tandis que je cherche, je dévisage mon interlocuteur de haut en bas.

- Je suppose que tu n'as rien pour noter...

Non, ça serait trop beau. Enfin tant pis, ça n'aura qu'à être un test !

- Bon, conditions donc : dans un premier temps, je vais juste te donner assez pour aller chercher de quoi écrire. Une feuille et un crayon feront l'affaire. Puis, si tu reviens comme convenu, je t'écrirai tout ce qu'il me faut et te donnerais plus pour tout acheter mais tu me laisseras une garantie, genre : tes deux sabres ?

Je n'ose même pas imaginer l'état de ces deux pauvres morceaux de métal vivant aux crochets d'un homme qui dort sous un pont... Pauvre petites créatures si dépendantes de l'homme ! Heureusement, moi la forgeronne Izya je vais prendre soin de vous pendant que votre maître fait mes courses.

- Je te les rendrais quand tu reviendras avec mes achats, et tu auras le droit de garder la monnaie. Ça te va ?

Je tends alors ma main vers le bougre, soulevant légèrement ma cape dans ce geste de telle sorte que mes armes soient bien visibles à ma ceinture...
Juste au cas où il aurait des idées...


Sail Away [Ft. Izya] 1425067977-izya-sflagopr Sail Away [Ft. Izya] 1465207581-signizya Sail Away [Ft. Izya] 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
▬ Hmmmm...

C'est vrai. Il n'y avait pas pensé. Il proposait un coup de main, donc il proposait ses conditions. Mais malgré tout cet élan de bonté et de charité, c'était lui qui allait se trouver avec de l'argent entre les mains. Rien ne dis qu'il allait revenir. Bao n'y avait tout simplement pas pensé, parce que dans son cheminement de pensée, détrousser quelqu'un était bien plus rapide qu'essayer de l'amadouer des heures durant. Et à aucun moment il s'était dit qu'il allait détrousser qui que ce soit.

▬ Affirmatif. J'ai rien pour noter. Je retiens tout de tête généralement.

Faux. Archi faux. Et pourtant il l'affirmait avec tant de sincérité dans la voix. Mais Bao était du genre à facilement oublier les trois quart des choses et se souvenait uniquement des trucs qu'il considérait important. Le cours du poisson dans les différentes villes, les adresses des restaurants où il allait faire ses livraisons. La poiscaille la plus rare et la plus chère. Les combinaisons aux cartes et aux dés lorsqu'il jouait. Les mouvements avec une ou deux armes et les préceptes qu'on lui avait enseigné dans les différents dojos qu'il avait fréquentés. Mais s'il avait une bonne mémoire, Bao aurait reconnu Izya alors que, peut être vingt minutes avant sa rencontre, il l'avait déjà vu. Après s'être lamentablement échoué contre Cocoyashi, elle était là. Sur le premier mur à côté du port. Sur une petite affiche qu'il avait regardé vite fait.

▬ Mes... mes... MES DEUX SABRES ?  

C'était cher la contrepartie. Pour un crayon et une feuille et plus tard des vivres et une carte ?

▬ Une caution de presque 400.000 berrys pour aller acheter une feuille et un crayon et des vivres et une carte? T'es dure en affaire toi. Bao était pas encore au courant, mais il avait acheté bien trop cher ses premiers sabres. Quasiment le double de ce qu'ils valaient, à un marchand itinérant qui avait flairé le bon coup. Ma canne, en caution. Ma canne et... mon chapeau. Et un seul sabre. On sait jamais, y'a des mecs qui se font appeler les Berrys et qui dépouillent des gens. Sans armes, c'est comme si j'allais dans la gueule du loup à poil. Et j'aime pas l'idée d'être à poil.

Par contre aller dans la gueule du loup, c'était pas un problème. Bao sait d'où il vient, et sait se battre. C'était pas effrayant, même s'il était moins bon avec un seul sabre.

Ce à quoi elle lui répondit. "- Bon, je peux comprendre... Passe moi un sabre maintenant pendant que tu vas chercher la feuille, et on échangera quand tu repartiras faire mes courses."

Et il s'exécutait sans poser de questions.

▬ Prends-en soin, c'est mon outil de travail. Fit-il en déposant la canne. Et ça aussi, c'est avec ça que j'écrirais ma légende. Cette fois en lui tendant l'arme avec précaution, directement dans son fourreau. Et ensuite vint son chapeau. Lui n'avait aucune valeur si ce n'est qu'il lui plaisait bien. Valeur sentimentale donc. Il le déposait sur la tête d'Izya directement, fit craquer ses muscles et son dos, attrapait la bourse et s'élançait à toute vitesse, faisant claquer systématiquement ses geta à chaque pas. Le cardio était encore une étape à travailler, mais l'Ours était rapide comme l'éclair. L'un des avantages de la pluie résidait dans le fait que les gens ne sortaient pas beaucoup. Donc il pouvait aller à l'essentiel : Se grouiller sans percuter tout le monde, trouver la première boutique qui lui vendrait du papier et un crayon et retourner le plus rapidement possible au point de départ. En espérant qu'elle ne se soit pas barrée avec son katana.

▬ Voilà m'dame. Tout est en ordre.

Du papier, froissé mais en bon état et pas trempé par la pluie. Et de quoi écrire.
Quelle était la prochaine étape de Bao, le sabreur-pêcheur-coursier ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25732-ft-d-un-sabreur-a-tete-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25726-c-est-qui-ce-mec-c-est-bao
Je le regarde un instant s'éloigner, m'assurant qu'il me laisse seul avec son matériel et son premier sabre. Et une fois qu'il est enfin hors de vue, je dégaine alors son arme et souffle avant même de l'avoir entièrement sorti en regardant cette pauvre lame de piètre qualité.

Il a dit que la paire valait 400 000 Berrys ? Le pauvre a du subir la félonie d'un arnaqueur, je ne vois que ça... Le grain du métal est plein d'impureté, la lame émoussée semble épuisée par les tentatives d'entretiens de son maître, l'attache du sabre à la garde est très légèrement branlante... Non vraiment, si je devais humaniser cette pauvre création, ce serait alors un manchot avec son unique bras atrophié et ayant une espérance de vie de quelques mois, voire années, pas plus. Autant dire que ce sabre risque de se briser au moindre combat que l'homme fera... Et malheureusement, cela qu'importe ce que je pourrais faire pour lui.

Mais, parce que je ne peux rester sans rien faire face à une lame en détresse, je sors tout de même mon matériel d'entretien que j'ai toujours sur moi en bonne forgeronne que je suis et entreprends d'aiguiser et traité, bichonner même, cette pauvre arme conçus très certainement par un idiot qui a du se dire que le métier de forgeron était si facile qu'il pouvait le faire en amateur.

Et bien non. Le métier de forgeron demande du temps et un apprentissage assidu en plus d'une passion ardente. Il ne peut clairement pas être maîtriser par le premier venu !

C'est donc ainsi, assise sur une grosse pierre entrain de nettoyer cette lame avec mon plaid retiré de ma tête et de mon chapeau, servant maintenant de torchon doux pour lustrer le métal, que l'homme à la tête d'ours me retrouve.

Mes cheveux rouges maintenant libérer de mon semblant de camouflage, le chapeau du grand capitaine Red sur ma tête, je lève alors mes yeux rouges vers lui lorsqu'il arrive en oubliant évidemment que j'aurai peut être du remettre ma couverture en place avant son arrivée...

- Ah, parfait. Donne moi ça.

Lui arrachant des mains sans prendre la peine de bouger, je pose alors son arme avec délicatesse au bord de mon rocher qui me sert de siège sous ce pont et commence à griffonner la liste de mes achats.


- Chocolat au lait de la marque Naiskouik : 15 tablettes
- 6 Litres de lait
- 3 brioches
- 1 pain
- 3kg de viande de bœuf
- 2kg de fromage (1kg vache, 1 kg chèvre)
- 1kg de tomates
- 1 carte d'East Blue
- 1 guide touristique de cette île.


Bon, je crois que c'est tout... Le guide, c'est bien parce qu'il me faut un moyen de savoir où je suis... Oui, moi je suis forgeronne et pas navigatrice. La géographie, c'est pas mon fort !

Je relis une dernière fois la liste avant de la lui tendre.

- Tiens, et n'oublie rien surtout !

Mes mains libérées du papier, je récupère alors son arme et la lui tends.

- Je suis pas certaine que tu puisses réellement te défendre avec ce genre d'arme bas de gamme... A mon sens, au premier combat tu risques de la briser mais j'ai tenté de le soigné comme j'ai pu. Donne moi l'autre maintenant, ça m'occupera le temps que tu ailles m'acheter tout ça.


Sail Away [Ft. Izya] 1425067977-izya-sflagopr Sail Away [Ft. Izya] 1465207581-signizya Sail Away [Ft. Izya] 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
Rouge qu'elle était, la dame. Sa chevelure surtout. Ses yeux aussi, un peu. En fait, plus le temps passait, et plus Bao était sur et certain de l'avoir déjà croisé quelque part. Il existe des têtes, comme ça, qui sortent de l'ordinaire et qui sont impossible d'oublier. Mais où avait-il pu l'avoir rencontré, lui qui n'avait jamais bougé d'Orange avant d'arriver à Shimotsuki. Lui qui venait tout juste d'embraser son premier voyage en solitaire ? Peut être sur un navire marchand.

Bao avait remarqué, lui aussi, que ses lames n'étaient pas d'aussi bonne facture qu'on aurait voulu lui faire croire. Mais c'était son instinct de gosse qui avait repris le dessus. C'était la seule occasion pour lui d'avoir deux sabres, deux vrais sabres, à cet époque. Soit il acceptait le marché, soit il aurait du attendre un autre navire marchand itinérant. Cela devait faire, au bas mot, peut être deux ans qu'il les avaient eus. Il tentait de les entretenir au mieux et ne les avait jamais utilisés pour le moment. Il vérifiait le tranchant, à raison d'une fois par tranche de trois jours à peu près, histoire d'être certain qu'ils soient effectifs le moment venu.

Ses connaissances n'étaient clairement pas suffisantes pour savoir si elle avait raison en lui disant que son arme était bas de gamme et qu'il risquait de la briser au premier combat.

▬ De les briser ? Carrément ? Pourtant j'en prends tellement soin...

Et dire qu'il pensait vraiment les bichonner.

▬ Si c'est le cas, oui, tiens. Prends l'autre. J'te remercie, mais... J'ai pas un berry pour te payer ce service.

Son élan de générosité allait le perdre un jour. Parce que techniquement, il comptait rien lui demander en retour. Il l'aidait parce qu'il avait été éduqué comme ça, qu'il fallait tendre la main à celles et ceux qui étaient dans le besoin. Il échangeait les sabres, qui étaient clairement identiques. Il se trouvait que généralement, comme Bao ne faisait pas trop gaffe et n'arrivait pas à les différencier, celui à gauche passait parfois à droite et inversement. A terme, il irait se trouver deux sabres distincts, c'était un objectif. Une arme d'exception ça lui coûterait trop cher et avec son train de vie ça n'allait clairement pas le faire. Comment un mec qui dort sous un pont ou dans des poubelles pourrait être le même type qui se balade avec des Meitous. Ceci dit à terme, avec son style de combat, il pensait prendre un sabre plus épais pour sa main gauche, et une lame plus fine pour la main droite. Avec un meilleur estoc si possible.

Pour y aller, encore une fois ce fut rapide. Pour le reste, un peu moins. Elle l'avait chargé comme une mule. 6 litres de lait, 6 kilos de nourriture. Ça lui ferait de l'exercice. Techniquement, c'était pas plus lourd à porter que la honte lorsqu'il est arrivé sur Cocoyashi, en grande pompe, éclatant sa petite chaloupe à quelques mètres du port.

C'est alors qu'il fit la rencontre d'Izya. Izya Tahgel. Elle était là, sous le pont à réparer son arme mais elle était là aussi, sur un mur décrépit. En noir sur brun. Avec le logo de la marine en-dessous, et surtout le montant :

▬ Recherchée, mort ou vif... Izya Tahgel... 180. Attends... mille, milliers. MILLIONS ? 180 MILLIONS ? Ehhhh bah putain.

Tout prend du sens maintenant. Le bougre décroche l'affiche et rajoute ça à la liste des courses. Bien, il n'avait plus qu'à y retourner maintenant. Décrochant au passage un deuxième avis. Et un troisième sur sa route. Tel un chasseur de primes, qu'il n'était absolument pas. La carte, le guide de Cocoyashi, toute la bouffe, rien n'avait été oublié et il pouvait retourner sous le pont.

▬ Tout est bon, je crois. Tes courses, et ta monnaie. Par contre, je me disais bien que je t'avais déjà vu quelque part.  Bao parlait moins fort, s'est réinstallé assis comme prêt à pêcher, et s'allume une clope. Y'avait ta tronche placardée partout en ville. Il brandissait les affiches. 180 briques, tu m'étonnes que j't'avais d'jà vu quelqu'part ! Du coup ça change tout pour mes conditions.

Il inspirait une grande bouffée alimenté par l'objet qui lui calcinait les poumons, avant de reprendre. Ses yeux fixaient les primes. Aucun doute, c'était bien elle.

▬ J'ai vu ta lame tout à l'heure. Tu m'ferai l'honneur d'accepter un duel ? J'veux voir c'que ça vaux, une bretteuse qui vaux 180 millions.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25732-ft-d-un-sabreur-a-tete-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25726-c-est-qui-ce-mec-c-est-bao
Légèrement dépitée, je fais subir le même traitement à la deuxième lame tandis que Monsieur va faire mes courses. Courses qui se révèlent bien plus longues que les précédentes, à telle point que je suis obligée de l'attendre en entretenant mes propres lames qui elles, sont de très bonne factures puisque je les ai forgée moi même.

Et le temps que ça dure je me repasse ses derniers mots, me moquant légèrement de lui d'un sourire sur mon visage. Le bougre voudrait me payer alors que c'est lui qui fait mes courses. Trop drôle. Et puis, je lui ai promis qu'il pourrait garder la monnaie de mon argent non ?

Mais le revoilà enfin et tandis qu'il pose tout mon bordel, la seconde chose qu'il fait est de me rendre cette fameuse monnaie. Bon, je ne suis pas malpolie, je refuse rarement un cadeau, question de principe. Cela dit, je fais bien vite la moue lorsqu'il me parle de mon avis de recherche et qu'il revient à la charge avec ses conditions. Moue qui passe à la surprise et à l'incompréhension quand il révèle ce qu'il veut.

- Un duel ?

Je prends alors le temps de le dévisager, le regardant une nouvelle fois de haut en bas. Et s'il avait du potentiel pour être impressionnant debout, assis il n'est plus qu'un pauvre pêcheur amincie par la pauvreté et tout sauf effrayant. Mon analyse terminée, je fouille sans un sac pour récupérer une tablette de chocolat et m'en couper un morceau pendant que monsieur fume, et ceux toujours sans bouger.

- Je te l'ai dit. Tu risques de casser tes sabres au moindre choc. D'ailleurs, je ne suis même pas certaine qu'ils soient simplement capable de couper une feuille de papier...

Bien évidemment j'exagère. Mais en bon nouvel aventurier, je doute qu'il connaisse le haki de l'armement. Donc entre mes mains, la fameuse liste de courses que je lui ai donné pourrait bien ruiner ses pauvres petites lames... Liste d'ailleurs que je sors du sac et que je déplie d'un geste vif pour attirer l'attention du sabreur.

- Mais si tu insistes je t'en pris, essaye quand même : moi je la tiens et toi tu frappes. Si tu la coupes en deux, j'accepte de faire un duel contre toi, si c'est ton sabre qui casse, alors il faudra te trouver de vrai armes avant de pouvoir à nouveau me défier.

Croquant dans mon chocolat, je lui lance un regard malicieux tout en continuant de secouer la feuille dans sa direction pour l'appâter. Sur le papier, les conditions sont en sa faveur, non ? Et puis une fois que j'aurai brisé sa lame contre ma feuille que je recouvrirai de haki, il comprendra alors le gouffre qui nous sépare...

A moins que je ne me trompe sur son cas et que ce soit un grand épéiste... Dans ce cas là, j'aurai l'air maligne... Hm... Espérons que ce ne soit pas le cas.


Sail Away [Ft. Izya] 1425067977-izya-sflagopr Sail Away [Ft. Izya] 1465207581-signizya Sail Away [Ft. Izya] 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
▬ Ouais, un duel. Genre, un contre un, mais pas ici. Dans un endroit un peu plus loin, plus calme. Pour éviter de tomber sur quelqu'un qui pourrait t'reconnaître. Un duel quoi.

Quel genre de sabreur ne savait pas ce qu'était un duel ? Après tout, beaucoup de gens portent une épée mais ce n'est pas tout le monde qui est élevé à l'art du sabre dans un dojo avec différents professeurs. Et aussi, accessoirement, le dernier duel en date remontait à fort longtemps. C'était pour un duel, que Bao avait perdu son visage. Est-ce que c'était une bonne idée de réitérer ça avec une personne qui valait, au bas mot, cent quatre-vingt millions de plus que son premier adversaire ? Pas vraiment. Mais ça remplirait Bao de bonheur, de pouvoir se mesurer à quelqu'un ayant une certaine renommée.

▬ J'avoue.. Si ils pètent, j'suis dans de beaux draps. J'ai d'jà pété ma chaloupe en arrivant. Si en plus je pète mes sabres, j'crois que je vais devoir rester à Cocoyashi jusqu'à la fin d'mes jours..

Et l'idée était inintéressante au possible. Vraiment. A un rythme où il pouvait pêcher, aisément quelque chose comme une vingtaine de poissons par jour, puis les revendre, devoir se nourrir et s'acheter au moins le strict minimum pour survivre, il allait falloir beaucoup de temps. Et Bao était pressé. Pressé d'en découdre. Pressé de vivre sa vie comme il l'entends. Pressé de prendre la mer et voir ce qui s'y trouve au loin.

Il restait pensif, pendant qu'elle agitait le morceau de papier comme pour l'appâter. Trancher une vulgaire feuille de papier, c'était un peu le prendre pour un faiblard. Il avait déjà tranché des bûches bien plus épaisses que ça. Il dégainait une lame de son fourreau, côté droit. Une seule épée, si elle casse, il aurait de quoi se défendre encore quelques temps dans le pire des cas. Précepte premier : "L'orgueil est le premier poison de l'épéiste. Prend chaque défi et chaque combat avec sérieux, et respect." Ou au moins un truc du genre. Bao tendait la lame, vers le bout de papier. Un petit pas en arrière, histoire d'être certain que même avec un mauvais geste, il ne toucherait en aucun cas celle qui tenait la liste de courses. Droit comme un piquet, inspiration, expiration et le voilà frapper verticalement afin de trancher en deux ce vulgaire bout de papier et passer à la suite.

C'est comme taper dans un mur, ou dans un roc. Ça avait rebondit, et tout son poids fut balancé en arrière. Kuma était à la fois sur le cul, et bouche bée. Il inspectait son sabre, parce que forcément, il y avait un truc qui clochait. Pourquoi il coupait si bien d'habitude ? Est-ce qu'elle avait émoussé la lame pendant son absence, par peur qu'il découvre le pot aux roses sur son avis de recherche, et essaie de le rendre plus vulnérable pour s'éviter des problèmes ?

▬ C'est pas net, y'a un truc qui cloche. J'pouvais couper un arbre pas plus tard qu'avant-hier, pourquoi j'peux plus couper une simple petite feuille ? T'a trafiqué un truc sur mes sabres, c'est pas possible autrement.

Pourtant, même en passant le doigt sur le tranchant, le constat était formel. Il s'était très légèrement entaillé le doigt, du sang en coulait. Donc, ça coupait.

▬ Pourtant ça coupe toujours... C'est quoi cette diablerie ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25732-ft-d-un-sabreur-a-tete-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25726-c-est-qui-ce-mec-c-est-bao
- Oh..?

Je suis surprise : son sabre à tenu le coup finalement... Cela dit, en y réfléchissant, cela n'est pas très encourageant pour lui... Car ça signifie qu'il n'a pas tapé assez fort pour que le coup le brise... Bon, je suppose qu'il ne vaut mieux pas que je lui fasse remarquer que je l'ai surestimé. Alors je me remets rapidement de ma surprise avant de finalement commencer à plier la feuille de papier tout en lui répondant.

- Cette diablerie comme tu dis, c'est la différence entre toi et moi. Si tu ne peux pas couper une simple feuille de papier que je tiens, cela veut dire que tu ne serais même pas capable de me faire une égratignure quand bien même je ne tenterai pas de me défendre. Mais je comprends ton accusation : après tout j'ai pris grand soin de tes babioles en forme de sabre pendant que tu faisais mes courses donc j'aurai effectivement pu les trafiquer... Sauf que, contrairement à celui qui t'as vendu ces breloques, je suis forgeronne, pas charlatan.

Mais si tu doutes toujours de moi, tu peux recommencer en prenant une de mes lames personnelles. Ou alors on laisse tomber la feuille et je peux te montrer ce que je peux faire avec tes coupes choux.


La feuille dans mes mains ressemblent maintenant à un avion en papier que je lance dans sa direction et qui tape doucement contre son front avant de tomber au sol tandis que je tends une main dans sa direction en attente de recevoir la fameuse arme.

- Et si finalement tu n'as pas besoin de preuve et que tu veux toujours un duel contre moi, je veux bien me résoudre à accepter... Après tout, aucun des deux n'a cassé alors le pari ne tiens plus...

Il est loin le temps où j'essayais de former un de mes camarades à l'art de l'épée. Suffisamment loin pour que j'y pense avec une pointe de nostalgie, mais l'échec de ces entrainements restent assez bien gravé en moi pour que je sache pertinemment que je suis un piètre professeur... Enfin, là il ne s'agit pas d'apprendre à quelqu'un je suppose, non ? Mais simplement de lui montrer mon niveau.

Sauf que si le pauvre n'a même pas réussi à briser son morceau de métal aiguisé sur mon haki, le niveau qui nous sépare est infiniment trop différent... Ça va être dur de ne pas juste le ridiculiser...


Sail Away [Ft. Izya] 1425067977-izya-sflagopr Sail Away [Ft. Izya] 1465207581-signizya Sail Away [Ft. Izya] 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
La différence entre les deux, c'était ce bout de papier ?
Juste parce qu'il n'arrivait pas à le couper net il ne pourrait même pas la toucher ? Possible qu'elle ait suffisamment de force et de résistance pour que ses pauvres coupe-choux comme elle disait, ne pourrait ne serait-ce que l'effleurer. Ainsi soit-il, cela voulait dire que c'était perdu d'avance. Mais Bao ne fonctionnait évidemment pas ainsi. Car ce qui l'importait, c'était ni gagner, ni perdre.

L'apprentissage était un long chemin. Et pour réussir, il fallait connaître l'échec. Le plus important n'était pas de savoir comment il allait perdre, ni savoir comment elle allait le ridiculiser et gagner haut la main. Le plus important c'était de savoir comment il allait se relever par la suite, et bûcher tout les jours pour essayer d'approcher de son niveau.

▬ Nan, j'prendrai pas tes lames. Je préfère les miennes, j'connais le poids, la longueur, et je commence à être habitué à la prise en main de mes "coupe-choux".

Et ce n'était pas une raison de lui lancer un truc à la gueule. Izya était plutôt bonne provocatrice, bien que contrairement à tout les provocateurs, elle semblait assumer derrière. Et l'idée de l'affronter en duel, sachant qu'il n'avait aucune perspective et aucun avenir là-dedans, ça le bottait. Oh que oui, ça le bottait grave. Pendant un instant il pensait que l'idée avait été tuée dans l'œuf, mais elle avait remis ça sur le devant de la scène.

▬ Enfin une bonne nouvelle ! On pouvait y entendre une once de sincérité, et presque un sourire dans la voix. La journée aurait été catastrophique sinon. C'est pas tout les jours que je croise une pointure comme toi. 'fin, j'veux dire, c'est rare, pour quelqu'un comme moi, de croiser quelqu'un comme toi.

C'est pas tout les jours qu'on croise, à East Blue, une pirate recherchée activement avec une aussi grosse prime sur la tête.

▬ Suis-moi, on fera pas ça ici. On est trop proche de la ville, et j'pas envie qu'une garnison arrive et te tombe dessus à cause de mon envie de t'affronter en duel.

Drôle d'oiseau qu'il était. Là où beaucoup auraient espérés tendre une perche de ce style pour essayer de faire beaucoup de bruit et tenter de faire venir la Marine avec pour but, d'essayer de prétendre avoir un petit quelque chose sur la prime, lui s'en foutait royalement. C'était tout le contraire, même. Elle lui devait un duel, de ce fait, sa survie était beaucoup plus importante que le montant de sa prime.

Après quelques foulées, de longues foulées bien discrètes en marge de la ville, encombrés par leurs provisions, canne à pêches et autres, les voilà dans un espace assez ouvert éloigné de toute civilisation. Ou presque. Seuls ces deux âmes là semblaient être de la partie. Après une énième clope, ainsi qu'une gorgée de saké, il était fin prêt à voir ça de ses propres yeux. Il était au premier rang du spectacle, aussi bien en tant que spectateur et acteur. Bao dispose ses lames en croix, à quelques pas d'Izya. Concentré au maximum pour ne pas en louper une seule miette.

▬ Juste une chose : Laisse moi en vie, et en un seul morceau s'il te plaît. Mais par respect, ne m'offre aucune pitié.

Technique utilisée:


Dernière édition par Bao Lian le Lun 20 Mar - 1:02, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25732-ft-d-un-sabreur-a-tete-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25726-c-est-qui-ce-mec-c-est-bao
- La pitié, ce n'est pas mon genre. Tout comme blesser des gens qui m'ont aidé. Bref, soit sans crainte, il ne t'arrivera rien.

Tout le long du chemin, j'ai réfléchi à la manière d'appréhender ce duel... Que devrais-je faire ? Me battre avec une branche pour lui donner des petits coups pour le dissuader le plus vite possible ? Mais ne serait-ce pas là faire montre d'un cruel manque de maîtrise de mes lames ? Ne suis-je pas simplement capable de frapper avec précision ?

Si. Je pense clairement en être capable. Je pense maintenant être devenue suffisamment forte pour retenir ma main a temps, frapper avec justesse du plat de ma lame plutôt que de la tranche, réagir avec rapidité et efficacité pour esquiver voire désarmer... Bref, aucune raison donc de ne pas me battre avec mes propres lames.

Cela dit, parce que prudence est mère de sûreté, je n'en dégaine qu'une seule tandis que l'homme à la tête d'ours se positionne devant moi en croisant ses jouets devant lui. Après mûre réflexion sur le sujet, j'en suis arrivée à la conclusion que ce petit duel pourrait finalement être un entrainement intéressant pour augmenter ma rapidité d'exécution et mon observation de l'adversaire. Autant dire quelque chose qui ne me ressemble pas tellement, ayant plutôt tendance à attaquer la première et à chercher à déstabiliser ceux que j'affronte le plus vite possible.

C'est donc de profil que je me place, tout en m'assurant des appuis stables malgré le sol boueux sous mes bottes. Heureusement que la pluie s'est arrêtée... Cela dit, il y a un petit vent qui ne me plait gère et me fait même remettre le plaid autour de mon cou, comme un châle me permettant de me protéger au mieux de l'air trop frais pour moi.

Et ainsi, nous attendons. Nous attendons que l'autre fasse le premier geste. Un travail de patience qu'il m'est déjà difficile de tenir...

- Si tu attends que j'attaque, tu risques d'être déçu. C'est toi qui veut ce duel alors à toi l'honneur... Tête d'ours dont je ne connais même pas le nom.

Comme quoi, mon incivilité légendaire a encore frappé. J'ai toujours eu du mal à communiquer avec les gens, à leur demander les choses les plus simples comme leur nom... Et pourtant ce type m'a déjà rendu un grand service...


Sail Away [Ft. Izya] 1425067977-izya-sflagopr Sail Away [Ft. Izya] 1465207581-signizya Sail Away [Ft. Izya] 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
▬ Bao. Mais on m'appelle généralement Kuma. Retiens-le, c'est sous ce nom que j'écrirais ma légende!

C'est le sobriquet qu'on lui donne lorsqu'on ne le connaît pas. Kuma, pour Ours. Mais également "tête d'ours" ou "le mec chelou là dans les poubelles" reste fonctionnel également. Quant à la légende, il était impossible à l'heure qu'il est, de savoir dans comment et dans quoi elle allait s'écrire. La face ursidé de la justice, accroc à la clope et aux jeux d'argent ? Le légendaire pirate sabreur-pêcheur ? Ou le célèbre chasseur de prime clodo ? On pouvait mélanger les trois intitulés avec les trois description, à chaque fois ça pourrait lui ressembler.

Pour le moment il était surtout rien de tout ça, voir même, rien du tout.

Et vu qu'on l'avait incité à ouvrir les hostilités, Bao n'allait guère se faire prier. Ainsi, il changeait de posture. Plus tourné vers l'offensive. Gardant son sabre main gauche dans le but de parer et piquer main droite par la suite. Ses mouvements, amples, étaient maîtrisés mais beaucoup trop prévisibles. Estoc esquivé, attaque horizontale, verticale, à un sabre puis à deux, rien n'y fait. Il en gardait, au départ, un peu sous le coude. Ne pas tout montrer dès le début.

Deux petits moulinets, main gauche, suivi d'un craquage des os de la nuque, il sentait l'adrénaline monter. Pourtant, jusqu'à présent, aucun de ses coups n'avait ne serait-ce qu'effleuré. Ainsi soit-il, il rengainait main gauche pour prendre un seul sabre des deux mains, préparant une énième offensive.

Un. Deux. Trois. Quatre.
Quatre mouvements, esquivés de manière acrobatique, presque de manière féline.
Cinq. Six.

"Touché"

Il l'avait pas vu venir. Son flanc complètement à découvert, elle l'avait tapé du plat de sa lame au coin des reins. C'était  pire que le blesser, c'était comme piétiner le peu d'amour propre qu'il avait envers lui-même. Sept. Huit. Encore une fois, touché plein centre. Neuf, et à la dixième qu'il pensait bonne, il basculait son arme à une seule main, et tentait de dégainer par surprise main gauche. Et encore une fois, c'était lui qui fut touché et non l'inverse.

Invisible sourire en coin, il attendait patiemment le moment propice et opportun, qui n'arrivait guère. Balayant le vent de toutes ses forces, se disant qu'à un moment donné, il verrait le coup partir et pourrait enfin le parer, et qui sait, possiblement toucher à son tour. Que nenni. Au lieu de ça, une énième pique. Celle qui arrive droit, plein cœur.

"Préviens moi quand tu seras satisfait"

Le deuxième poison de l'épéiste, la colère. La colère obstruait la vue, et lorsque l'épéiste n'arrivait plus à garder le contrôle sur lui-même, il se dirigeait inlassablement vers le trépas. Ça, on lui avait rentré dans le crâne comme à grand coups de pioche. Notamment Maître Honda à Shimotsuki, et certainement avec des mots beaucoup plus philosophiques, et de meilleurs tournures de phrases, mais Bao en avait quand même capté tout l'essence.

Il s'était donc arrêté, à un bon deux mètres de distance. Rangeant lentement ses sabres et s'inclinant respectueusement. Cela ne servirait à rien, il pouvait faire ça toute la soirée qu'il arriverait au même constat. Elle lui était insaisissable.

▬ Satisfait, non. Mais ça n'sers à rien de s'acharner. On aurait pu continuer pendant des heures que j'aurais jamais réussi à t'toucher. Mais c'est pas grave, faut voir le bon côté des choses.

Il lui tendait son avis de recherche.

▬ J'vais garder ça avec moi, pour être sûr de pas oublier ta p'tite tête. J'vais continuer à m'entraîner dur, toi tu va continuer à éviter de t'faire attraper, et un jour j'te r'trouverais sur Grand Line pour avoir ma revanche. Oh, j'y pense, tu m'f'rais l'honneur de m'la dédicacer ?

C'était peut être débile, dérisoire de l'autre point de vue. Mais pour Bao, c'était la première - la seule donc à ce jour - grosse pointure qu'il avait rencontré.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25732-ft-d-un-sabreur-a-tete-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25726-c-est-qui-ce-mec-c-est-bao
Je souris, rengainant mon épée en même temps que lui et écoutant attentivement ses paroles. C'est étrange tout de même cette situation. Quelques années auparavant, c'était moi, gamine qui sur une plage assurait au grand colonel Tahgel de l'époque qu'un jour je le rejoindrai dans ses aventures. Bon évidemment, aujourd'hui Bao est un adulte d'un âge incertain au vu de son masque mais un adulte quand même... Du coup au lieu de me demander clairement de lui apprendre des choses il demande une revanche.

Mais on me l'a fait pas à moi, c'est la même situation. Enfin, au moins je risque pas d'apprendre dans douze ans que je suis finalement sa mère... Une  pensée qui m'amuse une seconde avant d'assombrir totalement mon regard. Mais je n'ai pas particulièrement envie de parler de cela avec un inconnu, alors j'attrape rapidement mon avis de recherche qu'il me tend tout en récupérant le crayon de tout à l'heure.

Bon, évidemment, écrire sans support et sur une feuille déjà bien chargée, ça rend pas fou, mais c'est l'intention qui compte non ?

Sail Away [Ft. Izya] Image0

- Tiens, voilà pour toi. Et pour avoir déjà été capturée et enfermée à Impel Down, je t'assure que n'ai absolument pas envie de recommencer... D'autant plus que si je me fais avoir, y'a de forte chance qu'il m'envoie dans leur toute nouvelle prison gelée et ça, vraiment, ça ne me tente pas du tout...

Après tout, j'en ai eu un horrible aperçu lorsque je suis passée au niveau -5 de la prison qu'on a cassée... Le seul étage où j'ai été totalement impuissante...

- Après, j'avoue que je ne sais pas trop ce que l'avenir me réserve... Mais quoi qu'il arrive je ne compte pas arrêter de forger et de me battre à l'épée. Donc un petit duel sympathique sera toujours envisageable.

Le seul truc, c'est que je ne suis pas certaine que je me souviendrai vraiment de lui. Enfin, s'il garde sa tête d'ours, ça devrait aller mais est ce qu'il l'a gardera pour toujours ? A mon sens, c'est un élément qui peut être gênant en combat : ça crée forcément des angles morts où il aura du mal à voir venir les attaques... Je le sais pour en avoir largement abusé dans notre combat.

- D'ailleurs, je me demandais... Pourquoi une tête d'ours ?

Je devrai peut être lui dire qu'il n'a pas le niveau pour se permettre pareil fantaisie ? Hof, non. Je suppose qu'il l'apprendra pas lui même bien assez tôt... Avant qu'il meurt ?

- Bah, tu n'es pas obligé de répondre si tu ne veux pas. Mais si tu veux la garder tu as intérêt de compenser rapidement le désavantage qu'elle te crée. Enfin, merci pour ton aide, et je crois qu'on est quitte cette fois. A plus !

Et sans plus attendre, je me change en dragon et disparait au loin dans le ciel, laissant l'ourson seul avec mon affiche de prime dédicacée.


Sail Away [Ft. Izya] 1425067977-izya-sflagopr Sail Away [Ft. Izya] 1465207581-signizya Sail Away [Ft. Izya] 1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-