Le deal à ne pas rater :
Display One Piece Card Game Japon OP-08 – Two Legends : où la ...
Voir le deal

Les Fondamentaux du Rokushiki ou l'Art de se faire péter la mouille.

Costa avait tiré le gros lot aujourd’hui. Il venait d’être « tiré au sort » pour assister à un des milliers de modules et stages de formation du Cipher Pol. Créés par Tenryuubito-ne-sait quel obscur administrateur de Pol en une année bien reculée, ces modules de formation permettaient de « développer les compétences transverses des agents du Gouvernement Mondial par le biais de sessions de partenariats entre organismes gouvernementaux ». Sacré enfoiré que le type qui avait eu cette idée. Sur le papier, c’était un pont en or pour n’importe quel agent de Cipher Pol. Cela leur permettait de récupérer des entraînements spécifiques puis de demander des promotions, mutations ou autres émoluments. Il aurait donc dû être ravi d’avoir tiré cela. Sauf que le sort avait été plus que poisseux avec lui ces derniers mois et qu’il se doutait que cela allait continuer.

A voir la gueule de ses collègues de Pol quand ils avaient vu son titre de module, il avait su que ça sentait le souffre. Fort. Très fort. Les fondamentaux du Rokushiki en une semaine. Costa savait ce qu’était le Rokushiki. Bien entendu, en bon agent du gouvernement, il avait eu vent de ces techniques qui étaient l’apanage de tout agent qualifié. Il y en avait un nombre varié, chacune avec une utilité spécifique. Jusqu’ici, il ne s’y était pas intéressé plus que cela car son bon fer cinq faisait l’office. Puis il s’était dit pourquoi pas. Son niveau d’anxiété n’était pourtant pas redescendu. Le directeur du CP5, l’avait croisé quand il avait reçu le résultat du tirage et lui avait tapé l’épaule avant de s’éclipser.

Maintenant, il regrettait. Rien qu’accéder au site de formation pour le module était un enfer. Il avait dû descendre dans les boyaux de Redline sans trop savoir où aller. La signalisation était très mal faite dans ces souterrains. De temps à autre, il avait pu croiser un soldat de la Marine qui lui avait indiqué un chemin encore plus obscur et plus profond. Quel idiot avait organisé le module de formation ici ? Ils auraient été tous bien mieux en plein air. Au fond de lui, le Poulet avait hâte de rencontrer ses camarades de stage. La réputation qu’avaient ces stages était aussi qu’ils permettaient de tisser des liens entre services. Cool hein ?

Quelle ne fût pas la mine déconfite de l’agent Cruise quand il arriva devant la grande porte d’acier où figurait devant un petit panneau indiquant le nom du module et une fiche de présence des agents. A sa grande surprise, il ne vit que son nom sur la fiche. Impossible ! Le module était habituellement suivi par un groupe de cinq agents y avait-il écrit sur la fiche du module.

Sous la tutelle attentive et rigoureuse d’un des instructeurs les plus doués du gouvernement, vous aussi venez découvrir la joie des bases du Rokushiki.

Voilà ce qu’il avait pu y lire. Ses yeux se portèrent sur la grande porte qui se dressait devant lui. Un petit mot était inscrit sur une feuille A4, scotchée sur celle-ci. Merci de bien fermer la porte en entrant, je ne tiens pas à attraper un rhume. En effet, il faisait un froid de canard dans le couloir.

BONG. BONG. BONG. Costa se raidit en entendant les trois bruits ressemblant à des carillons de cloches d’églises. Seul différait le tempo. Qu’est-ce que ? BONG BING BING BONG. Surpris, il porta l’oreille contre la porte. Enfin, il essaya car celle-ci s’ouvrit à la volée, le soufflant presque à une demi-douzaine de mètres s’il n’avait pas eu le réflexe de s’accrocher à la poignée en bon homme-drapeau.

Intrigué, ses yeux se portèrent sur les individus dans la pièce. C’était une immense salle d’entraînement aux murs capitonnés éclairée par de nombreux projecteurs. Au fond de celle-ci, une porte était entrouverte par laquelle sortaient des agents. Au nombre de cinq, ceux-ci semblaient tous plus ou moins dans une forme d’état second à en juger leur démarche. Certains étaient voûtés, d’autres clopinaient, les derniers marchaient en se tenant les reins. Etrange.

« N’oubliez pas de fermer la porte en sortant, j’ai horreur des courants d’air. »

Costa aperçut alors un petit homme bedonnant dans un coin de la pièce. Dégarni sur le haut du crâne, il portait fièrement les mèches de cheveux survivantes de l’homme en déni de calvitie et était vêtu d’un marcel délavé. Qui pouvait donc être ce petit bonhomme ? Le formateur ? Costa devait rencontrer ici un certain Raoul.


Dernière édition par Carnival Cruise le Ven 14 Avr 2023 - 8:34, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25322-agent-cruise-tom-euh-car
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25313-carnival-cruise
Aïe. Ouille. Ouille. Aïe. Tekkai. Tekkai. Tes couilles oui… C’était la douzième fois que Costa se relevait, désormais couvert de bleus et sans doute avec un ou deux os cassés. Bordel mais qui était ce monstre ? Sous ses dehors de grabataire endurci, l’homme qui se faisait appeler Raoul était un monstre d’une puissance insondable pour Cabana. Le Tekkai hein ? C’est ça qu’il devait maîtriser ? Avec tous les coups qu’il avait reçu dans la tête, il ne savait pas vraiment se rappeler de la consigne. Il essayait juste de se raidir avant que… Avant que quoi au fait ? Raoul semblait assis dans son siège en train de lire un magazine quelconque et pourtant de violents coups lui parvenaient à chaque fois qu’il se…

CRAC. Costa tenta de se raidir et recula d’une dizaine de mètres, les pieds frottant le sol dans un crissement sourd, avant de poser le genou au sol. Mais merde enfin. L’adrénaline qui courait dans son corps lui donna un semblant de lucidité. Raoul n’était pas juste « assis ». Il lui envoyait des attaques ultra-rapides à chaque fois qu’il se levait.

« N’oublies pas que la mouche qui flotte ne peut tomber que dans la bouteille. »


Wait what ? Encore un des nombreux conseils cryptiques auquel Costa ne bitait rien depuis le début de l’exercice. Il soupçonnait l’homme de lui en vouloir de ne pas avoir assez rapidement fermé la porte après son arrivée car le coup qu’il avait reçu après que Raoul n’éternue avait fait craquer quelque chose au niveau de son coude. D’un air discret, Costa regarda son poignet en espérant y trouver l’heure. Il n’y trouva que la marque du bracelet en cuir de sa montre imprimée sur son poignet dans un bandeau violacé.

« Ah… C’était ça le crac. »


BONG. Son corps traversa la pièce sans un bruit à part celui du vent. C’était ça le bruit de cloche. Voilà ce qu’il aurait voulu dire mais il voyait déjà des chandelles.

« Je ne raconte jamais de craques. D’ailleurs, j’ai faim. On reprend dans dix minutes petit karaage. »

HAAAAAAAA. Enfin une pause. Costa fit le vide dans son esprit. Enfin, la douleur l’aida à faire le vide tandis que sa bouche laissait couler un petit filet de bave ensanglanté sur le sol de l’endroit. Cela devait leur coûter une tonne en assurance et en nettoyage de laisser ce type opérer. Avec le recul, il avait une puissance incommensurable. Que faisait-il dans cette cave ? Entre deux trois cric et crac, l’agent Cruise avait cru comprendre que Raoul était instructeur au sein du CP9. For-mi-dable. Voilà qui venait de rayer une évolution de carrière pour le poulet. Pour rien au monde il ne voulait recroiser ce type. Ses mains griffaient le sol jusqu’à ce qu’il trouve une prise pour se relever. Une chaise ? Il avait réussi à se trainer jusqu’à la chaise ? Incroyable. Comme quoi les êtres humains en situation de danger étaient capables de… Un souffle de vent passa devant lui tandis qu’il retombait sur les mains au sol, voyant la chaise disparaitre pour se retrouver par magie sous les fesses de Raoul, apparu comme par magie avec un bol de nouilles.

« Maître Raoul, parvint-il à articuler avant qu’un glaviot glaireux ne le gêne. Grmblpftu. Concernant le Tekkai, auriez-vous des conseils ? »

Bien joué ça Costa. En faisant parler l’instructeur, aussi réduisait-il la partie pratique de l’entrainement et limitait-il ses chances de décès en ce jour déjà funeste pour sa santé. Une tactique sans faille croyait-il. Grossière erreur.

« Slurp. Le Tekkai est une forme défensive. Slurp. Tout est dans le raidissement instantané du corps pour encaisser l’impact. Slurp. »

Dégoûtant. Il engloutissait ses nouilles à une vitesse ahurissante, se tâchant son marcel.

« Tu as du répondant agent Clouze. Ca me plait. Cela fait un moment que je n’avais pas de novice si… déterminé. Reprenons ! »


Costa cligna des yeux, surpris. Pourquoi donc ? La reprise subite ? Plutôt les baguettes qui fonçaient vers lui à une vitesse folle. Il allait réellement finir en karaage si cela continuait ainsi. Réunissant ses dernières forces, il gaina son corps dans un immense effort.

KATCHINGCLONG.

Les baguettes s’étaient stoppées sur lui sans se planter, bien qu’exerçant encore un effort sur lui. Costa les fixa intensément puis sourit. Il les avait vaincues. Puis il sentit l’odeur. Qu’est-ce que ? Il avait tant forcé que ça ? Son cerveau dut percevoir la fatigue et l’intensité de ce qu’il venait d’effectuer car il s’effondra comme une poupée de chiffon.

« Bien. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu d’élève aussi encourageant, déclara Raoul en se relevant de sa chaise avant de sourire. Il va falloir que je digère ça. Lui aussi ha. »

Sifflant avec une intensité peu commune, Raoul vit deux soldats de la Marine débarquer quasi instantanément dans la pièce. Il les regarda. Ils le regardèrent. Il regarda Costa. Bref. Ils savaient quoi faire…


Dernière édition par Carnival Cruise le Mar 4 Avr 2023 - 12:16, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25322-agent-cruise-tom-euh-car
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25313-carnival-cruise
Quand Costa rouvrit les yeux, il était sur un lit d’hôpital avec pour seuls habits une blouse de patient et le fameux slip en papier qui n’apprécie pas les courants d’air. A vrai dire, il ne rouvrit pas les yeux mais il les entrouvrit plutôt. Vaseux, il lâche un « maman ? » sonore avant d’y voir plus clair. La personne qui se tenait auprès de lui n’était certainement pas sa mère. Imperméable noir, cravate noire sur chemise blanche. Veston boutonné. Sourire carnassier et air mielleux. Le diable en personne. Que foutait donc R.R Scorpio ici ?

« Agent Cruise, je suis content de vous voir ici. Vous me semblez être en pleine forme haha ! déclara-t-il d’un ton faussement empreint d’humour. »


Fils de flûte. S’il avait son fer sous la main, il aurait tenté de le faire volé à. Ouch. Non. Il avait mal. Assez mal pour ne pas tenter la chose. Son cerveau tenta de se raccrocher à la réalité. Où était-il avant de se retrouver ici ? Le vieux. La salle d’entraînement. Les bruits de cloche. Ah oui. Le module de formation.

« Oui, parvint-il à articuler. J’ai suivi un module de formation particulièrement intéressant. Vous devriez essayer. »


Scorpio sourit encore plus et rit quelques instants. Cette pourriture avait tout manigancé hein ? Forcément. Le tirage au hasard hein ? Entre tous les services. Conneries. Costa se rendit compte qu’il avait été con. Il avait simplement dansé dans la paume de l’administrateur du CP5.

« Allons allons. Vous n’allez pas m’en vouloir pour si peu. J’ai besoin de vous Cruise. Enfin je ne vais pas tarder à avoir besoin de vous. Comme la tâche est plus… ardue que ce que je prévoyais, j’ai préféré vous envoyer saluer Raoul. Il est incroyable n’est-ce pas ?

- Incroyable en effet. C’est tout à fait le mot. Mais dites-moi Scorpio… siffla Costa entre ses dents. Je suppose que je vais avoir un retour d’ascenseur un jour non ? Ce serait con que je manque ma retraite à cause d’un accident de travail non ? »

Il venait de mettre les pieds dans le plat. Depuis le temps qu’il faisait des saloperies pour Scorpio, il n’avait pour le moment jamais eu de récompenses sous quelque forme que ce soit. Le temps était venu de changer cela. Au moins, il arrêterait de mouliner dans le vide.

« Ah. Oui vous avez raison. J’y pensais en venant d’ailleurs. Vous vouliez des financements pour votre truc de croisières non ?
- Comment savez-vous…
-Tutututu. Pas de ça entre nous Costa. Je sais tout. Je vais me charger de vous faire parvenir des fonds rapidement pour que vous puissiez démarrer quelque chose dans l’année ça vous va ? »

Costa voulut hocher la tête latéralement mais il ne parvint qu’à émettre un grognement sourd que Scorpio perçut comme son accord. Il était décidemment trop vieux pour toutes ces conneries. Vivement la retraite…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25322-agent-cruise-tom-euh-car
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25313-carnival-cruise