Le deal à ne pas rater :
Display Star Wars Unlimited Ombres de la Galaxie : où l’acheter ?
Voir le deal

Le ninja d'East Blue [Solo]


Après une brève interruption dans un sombre concours qui lui avait semblé un tantinet truqué, et surtout, pas du tout objectif - il aurait dû gagner de son avis, voilà Nova de retour dans le bizness. Il allait devoir effectuer sa mission pour de bon, et rejoindre l'équipe qui devait déjà avoir commencer les recherches dans le quartier emblématique, cette institution pour chaque pirate, et même pour beaucoup de marine, comme lui, qui rêvaient encore à une piraterie d'honneur et non de petitesse. Le jour ou il était mort sur ce gibet, Gold D. Roger, avait livré le monde à lui même, et fit oublié à toute une génération les conséquences de leurs actes, et la guerre que cela allait engendrer. Le reste, appartient à l'histoire. Et surtout, n'était pas du tout l'histoire intéressante de la journée. Ils devaient mettre la main sur un fantôme, sur un être d'ombre et de sang, un "Ninja", un tueur et voleur de plus, oui.

Il était difficile, pour le commun des mortels, de simplement se mettre à la place des autres, par empathie. Alors se mettre à la place d'un tueur plus intelligent que la moyenne, ne semblait pas être dans les cordes de ses collègues... Qui n'avaient que très peu d'imagination.

- Alors, vous avez avancé ? Fit-il en rattrapant ses collègues, et en souriant de son air Bennet. Oui, ils allaient sûrement rétorquer quelque chose comme : Non, mais si tu pouvais aider, après tout, c'est pour ça que tu es la, non ? Tu sais doc, aider, ce mot tu le connais je parie ? Et au tours de Nova de se frotter l'arrière du crâne en plissant les yeux, sa moue préféré quand il était désolé... J'espère au moins que tu as gagné, hein ? Il n'osa avouer qu'il avait terminé seulement deuxième.

Pour un novice, pas mal mais …

Après tout, gagner c'était être le premier ... Alors non, en tant que second, il avait perdu. Triste mais inévitable réalité. Même si on l'avait chaudement félicité pour son originalité. Ce concours de bar tender, serait toujours une cicatrices sur son cœur sensible de mauvais perdant. Il avait l’air tout penaud en suivant les autres, parlant dans sa barbe inexistante, les épaules voûtées presque par dessus ses jambes, il avait perdu de la superbe, le génie de la botanique du QG d’East blue. Il le pensait également. Heureusement, sa conscience professionnelle, son désir ardent d’aider autrui, et surtout, le pressentiment d’être en danger à cet instant précis, l’emporta bien vite sur ses petits sentiments, et toute la honte que le blondin trimbalait, allait servir une autre émotion : L’ardeur. Il devait se refaire, comme un joueur de poker ayant subit un « bad beat » … et trouver en premier le ninja qui terrifiait ce coin de la ville que tous considérait comme un emblème de l’hégémonie du Gouvernement Mondial, ou bien le départ de feu de la piraterie, selon. Lui, il s’en moquait un peu, même s’il n’aimait pas l’idée que certains soient libres à outrances, se servent sur le dos de pauvre gens, qui eux, n’en avait que peu, et devait suer, sang et eau, pour réussir à vivre décemment. L’injustice était toujours son pire ennemi.

Et quoi de plus injuste que le meurtre ? De sang froid, en faisant disparaître le corps par une méthode inconnue, privant la famille des défunts de tout moyen de communier avec l’âme -l’essence même de notre existence et toujours attachée au corps pour les vivants, et le corps de leur morts. Ca, c’était quelque chose qui révulsait Nova. Une colère froide et sourde s’emparait de son cœur à mesure qu’il baissait la garde, a cause, notamment, de cette « défaite ». Il interpella la compagnie chargée de passer le secteur au peigne fin : On a réussit à avoir des dossier sur les disparus ? Fit-il innocemment. En quelques secondes à peine, les « disparus de LogueTown » étaient devenus les « morts de LogueTown »… On devait bien avoir des registres les concernant, des infos, quelque chose.

Car ce n’était pas en cherchant dans le quartier qu’ils allaient trouver leur homme. Nova, en se mettant à sa place, sût tout de suite que c’était futile… Car le ninja devait depuis longtemps avoir quitté les lieux, et sans doute poser des pièges pour faire diversion tandis qu’il agissait, ailleurs.
C’était ce que pensait le Botaniste.

- Bah il faudrait aller à la caserne et demander à la garnison en place … Mais bon, je m’attendrai pas  à grand-chose à ta place, ils sont rouillés, les gars de Loguetown, et pas très concernés. Outrageant quand même, comme un peu de confort pouvait vous priver de toute envie de bien faire, et relâcher votre garde… En parlant de ça, Nova plissa les yeux, tandis qu’une odeur étrange ne lui remontait  dans les narines. Il y’eut une lueur, une lumière, qui lui fit dire, sans crier gare … STOP MICHELLS, on s’arrête là les gars. Ce n’était pas la première fois que Nova semblait à côté de la plaque, ou tout simplement fou. Alors Michells, malgré toute l’affection qu’il portait au scientifique, termina son mouvement… Et tira un fil, plus fin qu’une corde, et translucide, un instrument de ninja …

Un explosion. De la fumée. Des hommes qui toussent, d’autre qui courent dans tous les sens. Et les civils, qui passant par là, ne comprenaient rien à cette histoire, mais voulaient profiter du spectacle…

- Ca va, Michells ? Fit Nova en lui faisant un grand sourire, il était pèle mêle, entortillé l’un dans l’autre, de l’autre côté du trou dans le mur, tandis que les autres hommes les appelaient avec du désespoir dans la voix. Heureusement que je suis du genre rapide, hein ? Clin d’œil.

- Oui, heureusement … Fit le marine toujours un peu secoué… C’était un piège. Merci capitaine évidence.
- Je crois bien, fit Nova en se levant, époussetant son long manteau rouge plein de graviers et de morceaux de pierre, lui donnant l’air d’un vieux grigous. Appelez la garnison, on va avoir besoin de dix ou quinze hommes supplémentaires pour désactiver les pièges dans le coin. Il ne voulait surtout pas de dommage collatéraux. Dites leur d’amener tout ce qu’ils ont sur les gens disparus. Et en vitesse, hein.

Voilà, comment prendre le commandement de la mission, en étant un simple scientifique, venu prêter main forte.

Salut réglementaire de Michells et ses hommes, qui rebroussèrent chemins avec prudence, cette fois.

Son amie de toujours, mais qu’il semblait destiné à contrarier.




Dernière édition par Nova Stainless le Sam 20 Mai 2023 - 20:31, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25958-fiche-technique-du-docte
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25943-nova-stainless-alias-jacky-tuning-terminee

Réfléchis. Pas avec ton cœur. Ni avec ce qu'il y'a dans la cervelle des autres. Réfléchis bien. Si tu étais un ninja capable de tuer des innocents de sang froid, avec une précision chirurgicale, et des moyens et des compétences au dessus du commun... Ou est-ce que tu irais te planquer ? Partir semblait le meilleur choix, mais comme souvent avec les choix, le meilleur n'était pas souvent le plus utilisé par les gens. Même si tu avais peur, même si tu avais mal... Ou irais tu ? Dans un endroit ou tu pourrais te dissimuler, te mêler à la foule ... Plus le temps passerait, et plus il y'avait des chances que tu recommence, mais ailleurs, pas dans le même quartier. Il fallait trouver la constante tangible, la ligne rouge qui te faisais trouver des cibles ? Quelles étaient tes motivations ? L'argent, le pouvoir ? Ou bien la cruauté. L'être humain agissait souvent grâce ou à cause de ses trois moyens d'avoir le dessus sur les autres. Triste constat.

- Michells, il en sont ou les autres ? Fit Nova en se relevant, après avoir désamorcer un troisième ou quatrième piège. J'ai vraiment besoin de savoir, d'avoir tous les éléments devant moi... L'autre acquiesça et attrapa sans moufter son escargophone, appelant le Quartier Générale de Logue Town, cette bande de bras cassés pas foutus de trouver un homme. Mais était-ce vraiment un homme ? Parfois il arrive que des êtres dépassaient leur statuts, leur simple costume de mortel, pour embrasser la voie d'un idéal. Pour devenir une idée, un concept, quelque chose d'impalpable et qui ne peut être arrêté... Il arrive que certains se transcende... Alors, ou elle irait, cette incarnation de la mort contre tout ce que défendait les gens comme Nova ? Il y'avait seulement deux moyens de sortir de cette île. Soit par la Translinéenne soit par le Weather Port. Le reste des embarcations du port, étaient toutes bien trop surveillées pour être utilisées.

Dans ce cas, cela éliminait la moitié des districts de la ville, ne restaient plus que quelques quartiers ; comme ceux d’une orange, dans laquelle prendre refuge le temps que cela se tasse. Il avait l’impression de louper quelque chose d’essentiel…. Réfléchis baka, réfléchis plus fort … Si tu étais un tueur, et que tu avais installé des pièges dans un quartier de la ville… Irais tu vraiment ailleurs ? Si tu avais une once de sadisme, dans cet éclat de pureté, tes sentiments, comment opérerais tu ? Sois logique. Sois… Un tueur. Mets toi dans sa peau, endosse le costume de l’assassin… Car c’est tout ce qui te sépare de lui , la différence, la toute petite différence … Toi tu voyais le bon dans l’homme, et tu faisais preuve de bonté. Pas lui. Si tu basculais de l'autre côté et que tu te retrouverais piégé, comment agirais tu ?

En emporter le plus possible avec moi…

- Michells, on bouge ! Tout le monde, à l’échafaud, on attends les renforts sagement. Ce n’est plus notre territoire ici … Oui, c’est ça, il devait être … quelque part … quelque part pour surveiller que son plan fonctionnait bien. C’était logique. C’était la meilleure logique. Car on ne pouvait anticiper ce qui se passait ailleurs que dans notre champ de vison. Parce qu’on ne pouvait empêcher l’invisible de frapper … Parce qu’une fois le maximum d’ennemis réunit à un seul endroit on pouvait…

- Allez les gars, on bouge ! Arrêtez tout, il faut sortir des ruelles ! Il entendit un bruit, sans doute amplifié par sa concentration exacerbée. Un « cling », ou quelque chose tintinnabulant dans la même tonalité. ON SE CASSE J’AI DIS … Et il fit la seule chose qui était à faire, en terrain occupé, et pris en étaux par ce qu’il pensait être un tueur astucieux, et ses pièges mortels… Il courut à toute vitesse, suivit de près par Michells… Quelques secondes de plus séparaient le reste des hommes qui s’escrimaient à désactiver la somme astronomique de pièges posés dans chacun des petit vaisseaux, chaque ruelles, chaque capillaires, qui composaient cette ville-témoin. Ils courrurent tous, mais trop tard.

Nova se retourna, et contempla le carnage … Les hommes avec lesquels il avait voyagé, rit et dormit… Tous envolés, pouf, comme ça. Avec juste des Kunaï, des explosifs et un coup d’avance … Il se retint de crier de rage, de tomber par terre, abasourdis.

Toutes ses années d’études, tout ça pour n’être qu’un imbécile.
Tout ça pour être perdu face à un ninja.
Tout ça, pour ça.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25958-fiche-technique-du-docte
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25943-nova-stainless-alias-jacky-tuning-terminee


Déprimé. Désespéré… Il n’avait pas dormis de la nuit, ses pensées ou son corps se tournant, et se retournant dans tous les sens, sauf le bon. Il n’y avait pas de bon côté, que ce soit dans sa nuit, que dans les jours qui avait précédé. Les hommes qu’on lui avait confié était presque déjà tous morts. Tout partait à volo, et il n’avait pas encore trouvé comment tenir la barre face à la tempête, ni comment redresser la situation. Redresseur de torts, marine au grand coeur, Nova se fustigeait toujours trop des mauvaises surprises qui l’accablaient, ou plutôt dont il était le garant. Ces hommes, il les avait mené à l’abattoir, tout ça, parce qu’ils lui faisaient confiance. C’était triste à dire, mais vrai. Il devait assumer ses erreurs, aller de l’avant, ne jamais reculer. Non, jamais. C’était son seul sacerdoce, mais il y tenait. Des erreurs il en avait commis, mais jamais il n’avait eu assez de lâcheté pour les incomber à d’autre. A des circonstances, ou des situations. Il puait la défaite, le sang et la terre. Ses cheveux étaient encore plus en bataille, qu’une compagnie en pleine action, et ses vêtements déchirés lui donnaient l’air d’un vagabonds. Il se frappa les joues et se regarda une nouvelle fois dans la glace :

- Tu vas me le payer, et tu vas me le payer cher !Fit-il en prenant son air le plus féroce. Autant demander à un scott terrier d’avoir l’air impressionnant, sur cette tête candide, ne pouvait pousser la haine, tant le terreau n’était pas fertile. Par contre, il était déterminé à en finir avec ce maudit Ninja d’East Blue, et une bonne fois pour toutes.

Sous la douche, il révisa son plan, et ses opportunités, toutes ses occasions qu’il avait raté, mais dont il ne pouvait que craindre l’issu. Il n’avait pas le choix, pencher sur les dossiers qu’on lui avait enfin amené -en même temps il logeait à la garnison, il apparaissait une chose clair : Il devait faire appel à des experts, des tueurs, des requins-bouledogues, qui ne lâcheraient la proie qu’une fois qu’elle serait à terre. Des gars sûrs et bien rodés. Qui de mieux que les briscards de la 102ème pour venir en aide à notre héro ? N’ayant aucun pouvoir sur eux -pas plus qu’il n’en avait sur ses précédents hommes, il lui faudrait négocier. Et ça, il savait faire.

Ne restait plus qu’à trouver les corbeaux, et avec eux, une possible victoire.

Il se rendit donc au comptoir de la garnison dans laquelle il avait ses appartements, cela faisait bizarre de voir le dortoir qui leur était alloué complètement vide, a l’exception du lit de Michells, qui n’était pas non plus très jouasse ce matin là. Tout les deux se saluèrent d’un hochement de tête, les deux n’avaient presque pas dormi de la nuit, pas faute d’avoir essayé, mais impossible de trouver Morphée, cette mesquine et coquine comparse, s’amusait avec les deux marines.

Gueule fatiguée, coiffure en pétard, cernes sous les yeux comme des pandas. Triste constat d’une marine qui pataugeait dans la crasse et la semoule.

Ne restait plus qu’à appliquer le plan, ou plutôt le semblant de plan, qu’il s’était mit en tête. Pas le temps de niaiser, ni de pleurer les morts, débarrassés de toute vie, et sans doute renvoyer à leur parent le plus proche pour être honorer, mort en service oblige. Il avait un ninja renégat à chasser, et à mettre lui aussi dans une boîte ; En un seul morceau ou non. Il passa en vitesse faire une dernière toilette de chat dans le lavabo de la salle de bain attenante à la chambrée. Nova ne transigeait pas sur l’hygiène, et les protocoles ; Scientifique oblige. Et puis, celui qu’il allait voir était le genre d’être à examiner en détail ses « invités », camarades ou tout ce que vous voudrez.

- La 102 ème, ouai, je vais vous y conduire, sans problème ! Il avait passé tout le début de soirée à relire les rapports d’incidents, et de morts ou de disparitions inquiétantes, qui avaient eut lieu les six derniers mois. La plupart ne donnait rien de concret, mais pour certains, un motif lui avait sauté aux yeux… Tout ceux qui avaient disparu, contractait à la même police d’assurance, et surtout, étaient actionnaire d’un seul et même organisme : Le Service Postal Gouvernemental. En pleine récession, Nova savait par des bruits de couloirs, que certains, nostalgiques ou par un calcul bien supérieur à tout ce que le commun pouvait faire,  entretenaient la machine bien huilé  des héros sans nom mais avec les vôtres sur chaque dépêches envoyées au front, ou ailleurs. Un bon stratège sait que les noms, ont un pouvoir sur ceux qui les porte. Aussi, il découvrit qu’à Loguetown, par pure tradition, on dépensait pas mal dans le papier, et les dépêches avaient doublées pour cet endroit du monde, peut être que cela avait attiré l’affreux hors de sa tanière ? Un compte à solder avec l’entreprise peut être ? Ou peut être l’avait-on mandaté ?

Toutes ces questions trottaient dans sa tête, s’entrechoquaient, et ne menaient nul part. Bien sûr, il savait maintenant ou chercher. Mais cette affaire semblait plus sombre qu’il n’aurait pu le penser au début. Il ne s’agissait pas d’un malandrin lambda, ou encore moins un accros à la violence, il y’avait un sens, dans sa démarche. Une symbolique, ou bien un tracé, en tout les cas.

C’est munis de son long manteau rouge, qu’il suivit l’officier qui avait gentiment accepté de les conduire juqu’au bureau du Lord.

- Surtout, donnez lui du Lord. Et insistez bien sur la noblesse de votre entreprise … Encore une chose … Ne fixez pas les cornes sur sa tête, surtout pas. Il n’aime pas trop qu’on le fixe.

Quel était donc cet animal qu’ils allaient rencontré encore ? Se demanda Nova en se grattant l’arrière du crâne, pénétrant la garnison qui semblaient bien mieux entretenue, les rideaux rouges piqués d’or et les tapis richement disposés sur le sol, la reception, même, était en marbre. Je suis tombé chez les bobo de la marine. Se dit-il tristement.

- Bonjour, on aimerait voir Le Lord Jaken Constant de la tour, c’est pour … L’autre en face l’interrompit d’un geste, terminant de mettre un point sur un i.

- Vous avez rendez vous ? Il n’avait même pas regardé qui demandait le Lord, comme si, dans tous les cas, cela importait moins que de filtrer les inopportuns, et que le monde en était peuplé. Il voyait ça dans la moue suffisante, et dans son air courroucé quand on lui parlait.

- Non, mais la situation est urgente … Il nous faut le voir au plus vite ! Fit Nova, avec un petit espoir dans la voix. Combien d'autres mourraient à cause de leur indigence, ou moment même ou il parlait ?

Un tout petit espoir, contre une grande connerie humaine.

- Alors installez vous, je vais voir quand le Lord pourra vous recevoir.

Type fermé. Conversation terminée de son côté. Nova faillit contesté, mais Michells, plus malin, l’attrapa par le bras pour le mener jusqu’à la salle d’attente, aussi cosy et confortable que tout le reste du QG.

Quelle idée de mettre des tapis au sol ? C’était comparable aux tétons sur une armure.

Idiot. Et terriblement surfait.[/b]
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25958-fiche-technique-du-docte
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25943-nova-stainless-alias-jacky-tuning-terminee
Une attente qui lui sembla interminable. Les tic tac de l’horloge accrochée au plafond rythmant cette accalmie, comme un battement d’aile de papillon pour certains, mais il paraît qu’il peut déchaîner les pires tsunamis à l’autre bout de la planète. Un simple tic tac, tic tac. Un genre de mise en garde, quand on connaissait le genre d’officier qu’il allait rencontrer. Cette attente, savamment orchestrée, n’était pas anodine. Elle marquait la différence. La différence entre eux et lui, et l’écart de prestige et de puissance qui devait ploire sur leur épaules, pour les écraser. Michells regardait droit devant, semblant égrainer le temps comme une poule dans son poulailler. Les mains sur ses jambes, il tenait la position comme un chef … Quand à Nova ? Fidèle à lui même, il était avachis, les pieds sur la table en bois qui devait coûter à elle seule un de ses salaires, entrain de compulser les derniers documents qu’on lui avait donné. Comme tout entretiens qui se respectait, l’important était de se préparer, et de savoir rester simple, concis et courtois. Quand un homme vous démontrait par tout les moyens possibles, que son temps comptait plus que le vôtre, il faudrait être bête pour ne pas le ménager. Qui presse la bride va vite, mais qui ménage sa monture va plus loin. Un truc comme ça, il n’était plus sûr.

Et puis finalement :

- Messieurs ! Le Lord de la 102 ème va vous recevoir, s’il vous plait ! Il montra le vide entre lui et la porte, d’un air assez vindicatif, comme si ça lui coûtait de faire entrer deux péons pareils dans le bureau de son supérieur. Aussi, se dépêchèrent ils  de prendre l’ouverture, et d’entrer dans la garde de leur camarade, enfin, un de ceux qui roulait pour la marine. Le décorum semblait incomber plus que tout à leur hôte, aussi laissèrent ils passer au devant le gardien des lieux. Paisible cerbère, il y’avait néanmoins une étincelle dans son regard. Du défis ? Une mise en garde ? Nova remonta ses lunettes sur son nez. Il était prêt, sa pile de document sous le bras, son manteau soigneusement épousseté après les dernières aventures plutôt mouvementées qu’il avait connu.

Frappant quatre coups à la porte. Les trois compères attendirent encore un peu. Une voix s’échappa de l’antre, cette sorte de forteresse de solitude qu’incombait aux véritables chefs de guerre. S’il y’avait bien une chose que comprenait Nova, c’était la notion de solitude.

- Monsieur Stainless, et son acolyte, Michells ! Fit l’homme à tout faire du QG, en ouvrant et en invitant les deux marines à s’asseoir. Le fauteuil était tourné de manière à leur faire dos. Dans un silence presque irréel, ils prirent place sur les chaises, dépourvues de coussins, et qui semblaient faite expressément pour empêcher tout confort à ses convives. Sadique comme on les aime … Et myterieux à souhait.

L’homme se tourna en leur direction, dévoilant son fascies sans charme et ses cornes plus petites que ce à quoi s’attendait le Docteur Stain.

- Messieurs, allons droit au fait, droit au but, sans passer par quatre chemins, que puis-je pour vous ? Prendre le contre-pied et surprendre son auditoire était une technique de destabilisation bien rôdé. Nova qui s’attendait à devoir se plier au protocole, salua tout de même son interlocuteur de manière réglementaire.

- Lord Constant de La tour, enchanté, je suis le bioligiste du QG de East Blue, Nova Stainless… Sans plus attendre, voilà ma demande : Il me faudrait une vingtaine d’hommes de votre compagnie, si vous le permettez

- Je vous permet de poser la question, mais laissez moi vous en poser une autree : Pour quoi faire ? Dans la vie, on veut souvent des choses, et parfois l’on ne peut les avoir, il faut savoir composer avec. Lâcha-t-il en haussant un sourcil de compréhension mutuelle. Nova ne connaissait pas son passif ni ce qui avait cloché chez lui, ce qui lui manquait vraiment…

- Et bien, il y’a peu j’ai été mandaté sur une affaire, et notre adversaire est particulièrement retors … Mon équipe n’est plus, et vu le terrain à passer au peigne fin, je pense que votre aide nous serait sans doute salutaire, et importante … Je n’oublierai pas de le mentionner dans mon rapport, cela, pourra toujours vous servir, vous ne pensez pas ? Fit-il sur le ton de la banal conversation, mais un argument de poids reste un argument solide.

- Eh bien, cela pourrait éventuellement être possible, tant que moi même et la 102ème en bénéficie. Vous me laisserez ce rapport sur mon bureau, je veillerais qu’il soit remis à Marie Joa, cela vous convient-il ?

- Nous avons un deal, monsieur.

  • https://www.onepiece-requiem.net/t25958-fiche-technique-du-docte
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25943-nova-stainless-alias-jacky-tuning-terminee
C’est armé de sa nouvelle équipe de choc, triée sur le volet, qu’il arpenta les rues proches du « dernier repos du roi des pirates », une cigarette en bouche, ils examinaient les lieux sous toutes les coutures, du matos flambant neuf répondant à l’ingéniosité du « terroriste » comme on pouvait l’appeler dans certaines bouches. Des uniformes rouges, sans doute pour qu’on y voit pas les tâches de sang, des bottes cirés, des coiffures au cordeau, une discipline de fer. L’allure à laquelle ils avançaient dans les ruelles piégées, déjouant chacune des bombes les menant droit vers l’épicentre de ce genre de cataclysme que seul pouvait créer un seul homme chevronné, bien équipé et déterminé, ils approchaient du but, il le sentait.

D’ailleurs, d’ou lui venait tout ce matériel, on ne pouvait pas se fournir aussi bien que l’on ne le voulait, à LogueTown, cela paraîtrait trop louche. Et pourtant, plus il voyait les mécanismes, plus il était forcé de constaté, que c’était de l’artisanal d’une qualité supérieur, et pas qu’un peu. Chaque bombes posées, chaque déclencheurs, chaque détonateurs… Une merveille de technologie condensée, bien peu accessible au commun des mortels. Il commençait à penser qu’il n’allait jamais être de taille contre cet adversaire, s’il était à l’aune, au cap de cette mécanique d’horloger.

Des doigts d’or s’étaient posées là, il respectait le génie scientifique, même quand il était létal.

Pendant que la 102ème s’occupait des pièges, lui essayait de trouver la future victime du Ninja, en se plongeant dans les documents, se perdant parfois en conjecture, il essayait de prévoir, l’imprevisible. En tout les cas, la SPG avait un nombre d’investisseur assez longue, et la plupart étaient sur l’île, ou sur East Blue en tout les cas. Il allait falloir trouver la liste complète des actionnaires, et la reporter sur celle des victimes, pour essayer de trouver le schémas, après avoir trouvé le motif. Il laissa donc la partie technique à son homologue Michells, un bon gars, qui saurait mener les troupes et leur insuffler cet amour qu’il avait pour ceux qu’il protégeait. Un chic type quoi. Pas comme Nova, qui ne s’intéressait qu’à ses plantes, et n’obéissait qu’aux ordres. D’ailleurs n’avait-on pas idée d’envoyer un scientifique sur place… Peut être que c’était un test, ou peut être pas.

En tout les cas, ils avaient bien fait, car au risque de prendre le melon, Nova devient bien reconnaître qu’il était plus malin que la norme. Il demanda sa route au chaland, jusqu’aux bureaux du SPG qui se trouvait sur l’île, encore clinquant bien que vieillot d’apparence, les hommes dans le bâtiment semblait tous aguerris dans l’art du secrétariat. Il prit celui qui avait l’air le plus sympa et commença la causette …

- Bien l’bonjour,
fit-il en inclinant sa tête pour un salut des plus singulier, je suis sur une enquête, j’aurai besoin de la liste des actionnaires… Merci. L’autre arqua un sourcil en prenant une moue étonnée, mais resta bien brave : Hm, voyons, je ne peux vous divulguer ce genre d’informations, vous comprenez monsieur … ?

- Stainless, Nova Stainless, de la brigade scientifique … Lâcha-t-il comme ça en sortant son insigne… Je suppose que ça fait de moi un homme en capacité de recevoir ce « genre d’information » lâcha-t-il en singeant la moue et le sourcil arqué de son interlocuteur. L'autre fit la grimace, mais dût s’exécuter, ainsi des feuilles s’amoncelèrent en plus sur le tas de papier assez imposant de base.

Il commença alors sa recherche, avec tous les papiers en sa possession, de celui qui avait le profil de victime idéale. Il devait vivre non loin du gibet, peut être était-ce la raison de tout ses pièges. Il ne fallait jamais se fermer à une idée, ni non plus sombrer dans l’optimisme totale dans laquelle elle puisse vous plonger. Ce ne sont que des idées, mais elles sont parfois dangereuses, tantôt charmeuses, tantôt blessantes, il fallait savoir les observer de plus haut, et toujours penser juste.

C’était ça, le boulot de la scientifique, dans cette affaire.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25958-fiche-technique-du-docte
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25943-nova-stainless-alias-jacky-tuning-terminee
La 102 ème n’avait pas chaumé. Les soldats pouvaient être fiers d’eux, et de leur sang froids sans égale. Il en fallait pour manipuler des charges qui auraient pu leur sauter au visage à n’importe quel faux mouvement, à n’importe quelle petite alizée, qui serait devenu le pire des typhons. Arrivant sur place avec sa pile de papier, on le sermonna silencieusement de son absence, aussi se sentit-il obligé de se justifier sur cette incartade, qui n’en était pas vraiment une :

- Bon, pendant que vous jouiez votre partition, j’ai été révisé les miennes. Il existe une corrélation entre toutes les « disparitions inquiétantes », c’est à dire celle sans aucune justification ni logique, et la SPG, notre chère entreprise de postiers. Il se trouve qu’il n’existe plus qu’un seul actionnaire de cette boîte ici, un fameux Jean Bono, domicilié dans une ruelle aveugle de cette avenue. Nous allons d’abords vérifié qu’il se trouve déjà chez lui. Si nous ne le trouvons pas, nous ferons une enquête de voisinage, et nous verrons comment aviser. Rompez !

Michells se dirigea vers Nova, et s’installa sur la petite table portative emmené par la 102 ème, sur laquelle courrait les lignes du quartier sur du papier. Un peu comme si la ville de Logue Town, et son quartier prospère, étaient de grosses oranges, que l’on pouvait découper selon un schéma logique, ce qui n’était pas faux.

Il se gratta pensivement l’absence de barbe sur son menton… Cette piste, c’était presque trop facile. Comme si tout les menait là. Bon, il devait sans doute être encore dans sa paranoïa, et dans les réflexions basses et triviales des circonstances qui l’avaient menées à la perte de ses hommes, de ses compagnons, ses amis de fortune . Pas de méchant gars dans la team, que des gens avec des femmes et des enfants, qui ne désiraient que protéger et servir. Et accessoirement gagner de quoi substanter les bouches à nourrir de leur foyer . Qu’allaient devenir les familles ? Il espérait qu’un fond de caution, ou bien une prime spéciale était versée aux parents des victimes, sinon cela aurait de fâcheuse conséquences sur de nombreuses familles qui n’avaient rien demandé.

Il se pinça la joue, voilà que la 102ème revenait au galop, comme une flopée d’étalons bien dressés.

- RAS autours de la maison, les volets sont tirés, les lumières éteintes, la porte vérouillé à double tour … Il n’y a pas âme qui vive dans celle ci non plus. Les voisins, ont été très enclins à nous parler de lui. Bono, Jean, un homme adepte du survivalisme, du genre à ne pas placer tout ses œufs dans le même panier, bon voisin, assez courtois si l’on dépasse la première impressions assez bourrue. On entendrait des bruits étranges, comme s’il effectuait des travaux dernièrement.

C’est là qu’il eut le déclic.
C’était si facile, presque autant que d’enlever une sucette à un enfant. Bon, un peu moins sadique.

- Tout le monde s’éloigne de la baraque, et que ça saute ! Dit-il en espérant que ça ne saute pas vraiment … Si le nom lui semblait particulier, c’était surtout l’enquête de voisinage qui lui avait mis l’idée en tête. Jean Bono, le dernier des actionnaires de la SPG, était le dernier survivant. Et aussi sans doute celui qui avait commandité tout l’affaire. Il y’avait des mouvements étranges dans les documents que lui avait confié le secrétaire de la poste gouvernementale ; Il semblait qu’une OP agressive avait faillit reformée toute la boite une première fois.

Dans quel but ? Jean Bono, lui, savait.

- On se déploie, sur les toits, devant, derrière et dessous même s’il le faut, des égouts passent sous les maisons à cet endroit ! Fit-il d’une voix claire et forte qui ne souffrait d’être contrariée. Les soldats bien disciplinés s’exécutèrent …

Pendant ce temps, sur l’une des gouttière qui faisait le tour de la maison, un chat armé montait la garde jusqu’à l’agitation des humains. Il mit la tête sur le côté, et miaula, se retirant pour le moment du tableau qui se dessinait.

Il suivit les hommes qui passaient par devant. Une moue déterminée sur son visage quasi enfantin, ou tout du moins, assez innocent pour ne pas faire peur au premier venu . Et cette question au bout de son esprit, devant autant de conscience professionnelle et de désir d’aider l’autre …  Depuis quand c’était devenu un luxe rare ? Il se demandait comment ce monde ferait pour tendre vers le meilleur, un jour. Des ninjas tueurs, des artificier psychopathe -sinon comment aurait-il accepté de fabriquer autant de bombes ? Et une sombre histoire, qui ressemblait fort à s’y méprendre à celle d’un col blanc, et d’un délit d’initié qui avait mal tourné.

Il serra les poings, il en état sûr, c’était l’argent le mobile de tout ses meurtres, rien de personnel, ni de compréhensible avait animé ses disparitions, mais plutôt l’accablant désir de s’enrichir sur le dos des autres de l’homme.

- On y va, let’s go ! Fit-il en donnant le signal du déploiement des troupes dans l’endroit. Chacun avait été avisé que des pièges pouvait y être tendu, et avait pour consignes d’ouvrir l’oeil. Nova lui même ouvrit tout ses sens, s’attendant à tout et n’importe quoi … Le niveau d’alerte de son cerveau était maximale, si son instinct était le bon, il se trouvait là l’homme responsable de tout ça. Le seul et unique, Ninja de l’East.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25958-fiche-technique-du-docte
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25943-nova-stainless-alias-jacky-tuning-terminee