-50%
Le deal à ne pas rater :
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + 2 gobelets double paroi en ...
19.99 € 39.90 €
Voir le deal

Ces ordres qui vous plongent dans le passé...

- Ah, te voilà.

Une fois n'est pas coutume, j'entre dans les appartements de mon cher et tendre Média en m'agenouillant respectueusement devant sa grandeur.

- Pour vous servir votre sainteté.
- Évidemment... J'ai une nouvelle mission pour toi.

Je me relève alors sur un signe de sa main qui m'y invite, attendant silencieusement la suite de ses ordres en buvant ses paroles comme un élixir de vie éternelle. Mon élixir rien qu'a moi, celui qui rend mon monde chaque jour un peu plus beau...

- Nous venons d'apprendre que notre cher Végapunk a été enlevé... Comme quoi, la sécurité de notre Gouvernement Mondial n'est pas digne de nous... Bref, comme je n'ai qu'une confiance limité en ces idiots qui gère les opérations... A ton avis Alcéa, avons nous une division de la marine digne de confiance ?
- Oh euh... La 102ème d'élite ?

Prise au dépourvu par une telle question, j'ai répondu un peu instinctivement... La 102ème division d'élite étant celle où ma famille a longtemps été Lieutenant d'élite, de mes ancêtres à ma sœur, en passant par ma mère... Évidemment, comme ce sont les femmes de notre famille qui ont toujours occupé le poste, leur nom est difficilement reliable entre eux d'une génération à l'autre, le mariage modifiant la lignée... Pour autant jusqu'en 1623 ma famille y a été étroitement liée...

- Très bien. Dans ce cas c'est avec cette division que vous irez superviser son sauvetage...

Hein ?

- A vos ordres votre éminence.
- Je te laisse voir avec ton directeur pour récupérer toutes les infos à ce sujet. Ah et, Charles a envoyé le GIGM... A toi de me montrer que tu vaux mieux qu'eux Agent Amaryllis.
- Bien.
- Parfait. Tu peux disposer.
- Merci de votre confiance.

Gardant mon air impassible, je salue alors mon Maître et tourne les talons pour quitter la pièce. Ce n'est qu'une fois que la porte se referme que mon visage se déforme de frustration.

Bordel, pourquoi ?!

Pourquoi ça m'arrive à moi ?!
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-a
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
D'aussi loin que je me souvienne, je ne crois pas m'être jamais sentie aussi mal avant de partir pour une mission... Et encore moins quand celle ci vient de mon étoile bien aimée... Pour dire, même la première mission que j'ai faite pour lui n'a pas eu cette impacte là... Oh bien entendu, j'étais dans tout mes états, le stress ne pouvait pas être plus grand ! Mais là... C'est autre chose...

C'est juste.

Je.

Je n'ai pas envie.

Et je dois dire que c'est tout à fait nouveau pour moi de ressentir un tel sentiment juste pour une mission... D'autant que c'est une mission prestigieuse ! Je suis en concurrence direct avec le GIGM, l'équipe de Cipher Pol qui a intégré d'office la Brigade des Étoiles que j'ai instauré parce qu'elle a toujours été considérée comme étant composée des meilleurs agents ! Normalement je devrais être plus motivée que jamais à l'idée de pouvoir les écraser de mon talon en leur prouvant ma supériorité certaine !
Et pourtant...

Je n'ai pas envie.

Bordel. Pourquoi l'idée de bosser avec la 102ème d'élite me met dans un tel état ?

Devant la porte du bureau de Konstantov, je m'arrête un instant en fixant ma main qui vient de se poser sur la poignée. Cette main... L'image d'une autre attrapant mon poignet me vient un instant en tête en même temps qu'y résonne un rire cristallin. Mais je chasse ces souvenirs fugace d'un mouvement de tête pour abaisser brutalement la poignée et entrer sans m'annoncer.

- Hei...

Je me coupe dans ma lancée en constatant que le bureau est vide, ce qui m'arrache un rictus d'agacement. Même ça... Même vérifier la présence de quelqu'un dans une pièce j'oublie de le faire à cause de mon état. Un instant, j'hésite à partir à la recherche du directeur du CP0. Mais à bien y réfléchir, je me dis que si son bureau est ouvert, c'est qu'il ne doit pas être très loin et va certainement revenir vite, alors autant l'attendre. Je referme alors la porte sur moi et investi son bureau, en m'installant sur sa chaise tournante, m'agitant légèrement en la faisant tourner et en regardant dans tous les sens.

Jusqu'à ce que je tombe sur elle.



Je me stabilise instantanément et attrape le cadre sur le bureau, approchant la photographie de mon regard. Cette image, je l'ai aussi dans ma petite chambre du Cipher Pol... Elle était jointe à l'avant dernière lettre qu'elle m'ait écrite... Et je me souviens encore de chaque mot qu'il y avait dessus, chaque phrase où elle me racontait ce qu'elle avait vécu au sein de sa division...
Dire que quand je l'ai reçu, je l'ai mise dans un coin de ma chambre et n'ai jamais pris le temps d'y répondre, trouvant futile de perdre du temps en récits inutiles... D'autant plus qu'en temps que Cipher Pol, mes missions ont souvent été secrètes.

- Bon sang Azalée... Si seulement tu étais encore là...

Si seulement oui... Si seulement tu avais fait ce qui devait être fait au lieu de céder aux sentiments. Si seulement tu avais dénoncer notre traitre de père plutôt que d'essayer de le sauver... Et dire que cette pourriture t'a entrainée vers la mort, protégeant sa cause en faisant couler ton sang.
Et maintenant je suis là, à devoir affronter tes anciens camarades dans les yeux qui m'ont surement connus à travers toi... Peut être même que certains d'entre eux nous avons grandis avec...

Tssss... Tout cela m'emmerde.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-a
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
Perdue dans mes pensées, coudes sur la table et main massant mes tempes frénétiquement tandis que je fixe encore et toujours le visage de ma défunte sœur jumelle et ancienne Lieutenante de la 102ème division d'élite, j'entends sans même réagir la porte qui s'ouvre sur le propriétaire de ce bureau.

- Si on m'avait dit qu'un jour je verrai la grande Amaryllis dans un tel état...

Mais même cela, je l'ignore. Franchement je n'ai jamais réellement su comment me comporter avec cet idiot de Vladimir quand il sortait avec ma sœur... Et maintenant que cela fait six ans qu'elle est morte, cela n'a absolument rien arranger sur ce point. Des engueulades ont en a déjà eu. Enfin, lui gueulait, moi je partais. Après tout, sans Azalée, nous n'avions plus aucune raison de rester en contact non ? Et pourtant aujourd'hui Monsieur est mon soit disant directeur de Pol...

Il referme alors la porte tandis que son inquiétude commence à titiller mon haki de l'empathie, me faisant souffler de débit au point que je relâche ma posture pour m'enfoncer dans son fauteuil et le faire tourner sur lui même.

- Tu veux en parler ?

Une perche tendue, comme lorsqu'elle est morte et que, bouffé par le chagrin monsieur voulait absolument qu'on se console ensemble... Une mauviette, rien de plus.

- J'ai besoin des infos sur la capture de notre cher chef de la Scientifique.
- Oui... Évidemment.

Il contourne alors son bureau pour venir se positionner près de moi, puis cherche dans la pile de document qu'il a laissé dans un coin de la table. Là, récupérant un feuillet, il me le tend mais au moment où je vais pour le récupérer il le ramène vers lui.

- Dis moi d'abord ce qu'il se passe ?
- Rien, donne moi ça.

Je me lève pour le lui prendre mais Vladimir fait un pas en arrière pour s'éloigner de moi.

- Quel rapport avec Azalée ?
- Aucun.
- Tes yeux te trahissent encore...
- Je suis pressée, donne moi ça !
- Parle d'abord.
- M'emmerde pas Vlad !
- Alcéa, parle.

Je serre les dents, furieuse et loin de me démonter, je tente de prendre le dossier de force au directeur du Cipher Pol 0. Mais évidemment, monsieur est plus rapide que moi, et qu'importe les manigances que j'emploi en usant de mon retour à la vie, de mon fruit du démon ou encore du Rokushiki, Vladimir Konstantov me contre systématiquement avec une facilité déconcertante. C'est à devenir dingue !

- MAIS C'EST QUOI TON PROBLEME PUTAIN !
- Ah, je crois qu'on tient quelque chose là.
- DONNE. MOI. CE. DOSSIER !
- L'impassible Agent Amaryllis cèderait-elle pour la première fois depuis qu'elle est agent confirmée à la colère ?
- RAAAAAH !

En nage, devenue hystérique comme jamais, les yeux me sortant presque de mes orbites, je tente de reprendre mon souffle tandis que finalement, Vlad revient vers moi au milieu de son bureau que nous avons saccagé dans notre valse combative pour me tendre non pas le dossier, mais la photographie de celle qu'il aurait du épouser.

- Que tu le veuilles ou non, Azalée nous a liée.
- Elle est morte Vlad. Elle est morte et elle ne reviendra jamais.
- Mais toi et moi on est vivant et on se souvient d'elle. Et si je te connais aussi bien c'est grâce à elle...
- La ferme. File moi ce foutu dossier que je me casse faire mon devoir.
- Qu'est ce qui te fait peur Alcéa ?

J'écarquille les yeux sous ses dernières paroles. De la peur ?

- Hin ! Tu te trompes, c'est pas ç... ça...

De la peur... Je regarde alors mes mains qui tremblent légèrement. De la peur ? Non... Quand même pas ! Si ?

- Hm... Dur de chuter de son piédestal, hein ?

Je tombe dans le siège derrière moi, continuant de fixer le vide devant moi tout en prenant conscience de ce sentiment qui m'a envahi depuis que je connais ma mission... De la peur... De ma vie, je n'ai jamais eu peur que de deux choses : qu'Ike Basara me déteste et que je ne sois pas à la hauteur de ma sœur...
Si la première ne risque pas d'arriver alors...

- Ils la connaissaient... Ils... Ils ont travaillé avec elle et... moi... moi je suis tellement... différente...
- Tu n'es pas elle.
- Évidemment que je ne suis pas elle ! Elle était... trop gentille, trop douce... Et regarde où ça l'a menée ! Mais... Je ne veux pas que ma présence influe sur la mémoire qu'ils ont d'elle.
- Dans ce cas, ne leur dit pas qui tu es ?
- Je suis la représentante de Médias dans cette affaire... Et je suis déjà intervenu à Logue Town pour lui par le passé.
- Alors soit sa digne sœur. Aussi curieux que cela puisse paraitre, elle t'aimait plus que quiconque alors...
- Et ça y est, je ne te supporte plus. Tu me la donnes cette fichue mission maintenant ?

Il me fait un sourire en coin avant de poser le dossier dans ma main tout en le gardant encore dans la sienne.

- Tiens, mais avant que tu ne partes, aide moi à tout ranger.

Je lui souris alors à mon tour, juste de quoi le mettre en confiance pour que les documents que je suis venue chercher soit mien et tandis qu'il tourne le dos je lui réponds enfin.

- Rêve, j'ai un vrai travail moi.

Avant de filer d'un soru en dehors de la pièce et des obligations qu'il voulait me refourguer.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-a
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
Je me souviens...

Là, dans ma chambre, mon sac prêt pour mon départ vers l'île de Sekan, je regarde un instant l'horloge sur le mur. Encore deux heures à attendre avant que le train ne parte. Dans un soupir, je détourne la tête tandis que mon regard se pose machinalement dans le coin de la pièce où réside le carton contenant les derniers souvenirs qu'il me reste de ma sœur.

Azalée...

Lentement, je m'avance vers cette boite avant de me pencher dessus, voyant immédiatement le rouge de sa veste d'uniforme de la 102ème d'élite. Uniforme qu'elle tenait de notre mère.

Je me souviens de ce jour. De l'appel de ce salopard pleurant et me demandant de rentrer à Logue Town sans vouloir me dire ce qu'il se passait. Je me souviens avoir tentée de te joindre, agacée par ces mystères qui ne devaient surement pas être plus important que ma mission. Je me souviens de Vladimir répondant à ta place et me disant lui aussi de venir, semant alors le doute et l'inquiétude dans mon cœur.

Je me souviens de mon arrivée chez nous, exigeant des réponses de notre père. Lui, en larme, me remis la lettre. Cette lettre qu'il t'a forcée à m'écrire. Cette lettre où tu avais glissé grâce à notre code ce simple indice "papa est un traitre". Je me souviens alors de ma colère, froide et dévastatrice. J'aurai pu le tuer, là, immédiatement. J'ai sérieusement eu envie. Mais une part de moi ne voulait pas y croire. Notre famille... Notre belle et vertueuse famille dévouée au Gouvernement Mondial souillée par un traitre... Même si tes mots étaient plus que limpide, je voulais des preuves.
Alors je l'ai ignoré, ravalant ma rage, ma tristesse. J'ai fais ce que tout bon Agent doit faire : rassembler les preuves avant de faire justice. Ton homme m'y a aidé.
Et non avons gagné.

Tu étais vengée. Et j'étais souillée. Souillée de ce sang révolutionnaire coulant dans mes veines. Alors, sans relâche, j'ai expiée. J'ai expiée les crimes de notre ascendance en les tuant, pourchassant, en me dévouant encore plus que je ne l'étais avant.

Le temps a passé, les souillures ont disparus et je suis plus récompensée que jamais je ne l'aurai espéré pour ma loyauté et mon efficacité. Mais je n'ai toujours pas eu le temps de te pleurer.

Azalée... Sais-tu combien de gens j'ai croisé à Logue Town depuis ta mort qui m'ont dit "ça aurait du être toi" ? Je ne tiens même plus le nombre... Et de toute façon... Ils ont raison. Si seulement j'avais découvert cela avant toi. Si seulement je m'étais douté de la traitrise de notre père... Je l'aurai tué sans scrupule et tu serais toujours parmi nous.
Et cette mission que je dois faire, nous l'aurions faites ensemble... Les sœurs Offset agissant dans un binôme invincible...

Azalée...

Tu étais la meilleure partie de moi.

Alors... Auprès de ceux avec qui tu travaillais... Comment pourrais-je seulement être à la hauteur ? A Ta hauteur.

- Raaah, j'y arrive pas Alcé !
- Arrête de te plaindre et recommence.
- Maaiiiis ! Tu pourrais être plus gentille ! Ça fait trois mois qu'on ne s'est pas vu et toi la première chose que tu veux faire c'est m'apprendre tes techniques bizarre !
- Le rokushiki Aza. Si tu le maîtrises, ils ne pourront pas te refuser le poste de Lieutenant d'élite. Allez, recommence.
- Ça sert à rien ! Je suis trop fatiguée aujourd'hui. Raconte moi plutôt comment ça se passe à Marie Joie !
- Que si tu arrives à faire un soru. Allez ! Si je peux le faire, tu le peux forcément aussi.
- Tu parles... Tu as toujours été meilleure que moi...
- Faux. Je m'entraine plus, c'est tout. Si tu avais moins d'amis, tu serais meilleure que moi. Allez, fais moi ce soru.
- Pfff...

[...]

- Aaaah ! J'ai réussi !
- Tu vois, tu es meilleure que moi. Moi il m'a fallu deux mois pour le maitriser.
- T'es bête Alcé ! Si j'y arrive si vite c'est uniquement parce que toi tu le maitrises. Tu fais toutes les erreurs à ma place et tu me dis exactement ce que je dois faire pour réussir... Si j'avais du l'apprendre par une autre personne, c'est pas deux mois qu'il m'aurait fallu, mais deux ans !
- Tu me surestimes.
- C'est toi qui me surestimes ! Mais maintenant, tu dois tout me raconter de ce que tu fais là bas !

Un sourire passe sur mon visage tandis que je me rappelle de cette belle période de nos classes tout en attrapant sa veste... Aza... D'un geste, j'enfile l'uniforme avant de me mettre devant la glace. Avec mes yeux et mes cheveux violets, je n'ai plus grand chose de l'apparence que nous partagions à l'époque... Alors, l'espace d'un instant, je la reprends, laissant mon reflet redevenir l'identique au tiens tout en tendant la main pour lui caresser la joue... Avant de laisser retomber mon bras dans un soupir et d'enlever la veste pour la jeter dans le carton tandis que je reprends mon apparence que j'ai depuis que je suis le Pion de mon vénérable Basara.

A quoi bon ressasser le passé. Cela ne te ramènera pas. Quant à tes collègues, si ma présence les faits douter de ce que tu étais, c'est qu'ils ne sont qu'une bande d'idiot de plus qui ne te méritait pas.

Et puis toi, tu croyais en moi. Alors laisse moi croire en moi pour toi.

Adieu Azalée. Merci d'avoir été ma sœur.
Je t'aime.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-a
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-
- Directeur Konstantov... On peut savoir ce que vous foutez dans ce train ?!
- Ne t'inquiète pas, je ne compte pas voyager. Je venais simplement te remettre ceci.

Arrivée au niveau de ma place réservée dans la voiture du train des mers en direction de Sekan toujours à quai à Marie Joie, Vladimir qui m'y attendait me tend un petit tas de papier.

- Qu'est ce que c'est ?
- La liste de tous les soldats de la 102ème qui sont en poste depuis au moins 1623... J'ai pensé que cela pourrait t'être utile.
- Tch. Je ne t'ai rien demandé.
- Mais de rien. C'est toujours un plaisir de t'aider.
- Il serait vraiment temps que tu passes à autre chose toi.

Il esquisse un sourire.

- Parce que tu en serais capable toi ?

Surprise de la remarque, je rougis en tournant la tête tout en ayant l'image de mon beau Basara en tête. Non. Impossible. Mais... Azalée était-elle au niveau de mon illustre étoile ?
C'était la seule à pouvoir l'égaler...

- Décidément, les directeurs de Pol sont vraiment payé à ne rien foutre... Je devrai peut être en parler aux vénérables pour qu'ils remédient à cela.
- Tch, t'es vraiment la pire.

Je m'installe à mon siège tandis qu'il se détourne de moi pour descendre du train sans un mot de plus. Décidément, je ne sais pas ce que lui trouvait ma sœur...
Enfin, je suppose que ce n'est pas le pire mec qu'elle aurait pu dénicher...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11490-les-secrets-de-l-agent-a
  • https://www.onepiece-requiem.net/t11379-