Le Deal du moment :
Manga Fire Force : où commander le Tome 34 Fire ...
Voir le deal
11.50 €

Calme Plat

Je suis là avachie sur le bastingage d'un navire qui m'amène, avec une bonne partie de la garnison d'Orange, en direction d'un Q.G de Grand Line. Je ne sais plus lequel et je m'en tape un peu, pour ne pas dire comme de ma dernière culotte. Je suis amère en mer. Non pas que l'océan soit la source de mon amertume. En fait, c'est plus le fait de quitter la garnison qui me gave. J'avais enfin réussi à m'emballer Judith, une jolie serveuse du rade local et à m'en faire une régulière quand l'ordre de mutation est tombé. L'état-major a jugé que laisser Shoga sur les Blues c'était gâcher son potentiel, et il n'ont évidemment rien trouvé de mieux que de l'envoyer sur la Route de Tous les Périls. Et moi, pauvre petite taupe chargée de l'espionner, je fais évidemment partie du voyage.

Or, moi, je commençais à m'y habituer à cette vie de soldate de garnison. Certes, je n'ai pas grand monde à tuer, mais je me serais volontiers encroûtée dans ce faux-rythme d'entrainements où je ne me foule pas trop, de patrouilles où il ne se passe rien et de soirées sympa avec ma petite amie. Je savais que c'était trop beau pour durer. Je me revois encore lui dire que je partais, et ses lames perler de ses jolis yeux verts. C'est une chic fille et un bon coup. Putain, quelle conne je suis! J'aurais dû le lui dire après une partie de jambe en l'air, et pas avant. Ca m'aurais évité de passer pour une pétasse sans cœur lorsque je lui ai proposé un câlin d'adieux. Non pas que je n'en sois pas une, mais j'aurais préféré que Judith ne le sache pas.

Bref, me voilà là, à griller blonde sur blonde en pensant à ma brune. Quand soudain, une attaque surprise me sort de mon spleen. c'est un câlin-surprise de la par du Commodore Shujin. Instinctivement, je me raidis et je dois tirer la même tronche que son on m'avait jeté un sceau d'eau glacée dans le dos.

"Je sais à quoi tu penses, Ani-chou!" me lance l'okama.

Je ne crois pas. Car là, je pense juste à mon envie de le larder de shigan et de voir combien de litres de sang il va pisser avant qu'il ne crève. Mais je le laisse poursuivre.

"Tu penses à la jolie serveuse."

"Ouais, Judith."

"Une de perdue, dix de retrouvées." tente-t-il pour me réconforter.

"Oh, putain si c'était vrai!" sifflé-je entre deux bouffées de tabac. "Je serais à la tête de plus gros harem lesbien du monde!"

Et ça le fait rire en plus! Quelle espèce d'enculé celui-là. Je change alors de sujet avec la subtilité d'un éléphant bourré.

"Félicitations pour ta promotion."

Il me remercie et me sert une banalité sur les ruptures amoureuses, mais je ne l'écoute déjà plus. Puis, mon supérieur me laisse, certainement pour aller vaquer à ses nouvelles occupations. Quant à moi je cherche un clou de cercueil à m'allumer. Et là, c'est le drame : plus de clopes. Et sans mes blondes ou ma brune à fumer, je sens que le voyage va être très long...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
  • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation



Calme plat



L'horizon bleuté à perte de vue, un ciel parfaitement dégagé dont le bleu vient se joindre à merveille avec celui de l'océan brillant sous le lointain soleil laissant réverbérer chacun de ses rayons contre ce vaste liquide... Le calme plat d'une blue pouvait être aussi paisible que merveilleux aux yeux de la Cornue qui l'observait sans la pointe d'émerveillement qu'elle avait pourtant l'habitude d'exprimer à son habitude lorsqu'elle montait sur le pont. Pourtant, cette fois-ci elle ne voguait pas simplement sur une blue, c'était peut-être même la dernière fois qu'elle traverserait un océan si calme, comme si leur entrée dans Calm Belt, la plus tranquille des mers, était synonyme du calme avant la tempête. Après tout, tout ce qu'Enra avait entendu à propos de Grand Line n'augurait rien de bon et encore moins de tranquille. Elle quittait tout bonnement une blue pour traverser la ceinture de calme et rejoindre la route de tous les périls. Jusqu'ici, Enra pensait qu'elle profiterait jusqu'au bout de la beauté de l'une de ses mers natales en devant la quitter pour l'une des plus dangereuses qui soient, mais elle ne se sentait pas capable d'exprimer ou ressentir le moindre sentiment joyeux pour l'heure. La femme repensait brièvement à son ami d'enfance, celui qui lui avait permis de quitter le Cimetière d'Épaves pour embrasser cette incommensurable liberté qui s'est avéré être absolument tout ce qui se trouve hors de cette misère de navires échoués ayant pris la forme d'une île. Elle ne pouvait qu'imaginer l'immense fierté qu'exprimerait son ami s'il apprenait qu'elle était parvenue à passer d'une gosse survivant dans un cimetière à un soldat ayant pris assez de galons pour voguer sur Grand Line, mais à l'instant où le visage de Mobbs se dessinait dans l'esprit d'Enra, il était aussitôt balayé, transformé en celui d'un crabe sans la moindre oncie de vie dans le regard. Cette bataille allait vraiment la hanter un bon bout de temps...

La cornue avait pourtant apprécié son séjour postée à Orange, elle devrait être attristée de quitter ce village même pour partir sur des horizons plus ambitieux, mais dans les conditions qui ont précédés son départ, elle avait plutôt senti un poids se libérer de ses épaules. Assister à une bataille sanglante, voir des tas de morts, ôter une vie de ses propres mains... Ce sont des événements qui détruisent l'image que l'on peut avoir d'une île. Et ainsi, avant même de s'en rendre compte, Enra avait déjà perdu tout son plaisir à être postée à Orange. Être mutée sur Grand Line n'était pas si mal en fin de compte, même si la vérité reste surtout que les dirigeants ont décidés qu'elle devrait suivre son supérieur direct.

Sous le soleil agréable de Calm Belt, Enra se disait intérieurement sous son air dépité qu'elle a vraiment connu des jours vachement meilleurs, elle se mit à marcher lentement sur le pont, les bras presque ballants qu'elle s'efforçait tout de même à mouvoir tout aussi lentement pour qu'ils suivent les mouvements de ses hanches. Vêtue d'un simple débardeur blanc moulant parfaitement son buste ainsi que d'un large pantalon bleuté arborant d'innombrables poches, elle ne s'embêtait même pas à porter une veste qui lui apporterait la moindre supériorité hiérarchique auprès de ses camarades. Comme quoi, même si sa démarche était bien l'une des dernières choses qui pouvait indiquer qu'Enra était blasée et non pas en dépression, la cornue restait bien fidèle à elle-même. En fait, tout ce dont elle avait besoin c'était de se changer les idées. Faire autre chose que de ressasser tout ça, autre chose que de rester bêtement dans sa cabine ou que d'aller s'avachir sur le bastingage en attendant d'arriver à bon port. Et d'ailleurs, il y en avait bien une qui donnait l'impression de faire exactement ça. Est-ce qu'Enra pouvait la blâmer ou la juger ? Absolument pas, elle fait seulement l'une des choses les plus agréables à faire sur un navire avançant dans le plus plat des calmes. D'autant plus que... Le visage inexpressif d'Enra n'en montrait rien, mais la commandante trouvait la vue de cette femme se mariant à ce magnifique décor plutôt agréable à sa façon. À moins que l'environnement ne soit rien de plus qu'une excuse que se donnerait une cornue ne comprenant pas ce qui lui arrive. Ce n'est certainement pas Enra qui saurait en dire plus sur le ressenti que cette femme lui apporte après tout elle n'a connu rien d'autre que de l'amitié. La licorne est tout simplement incapable de dire ce que ça fait d'aimer quelqu'un autrement qu'en tant qu'ami ou frère, même de se dire qu'elle ressent quelque chose pour quelqu'un... En bref, une myriade de sentiments qui échappent totalement à sa compréhension, et en l'occurence elle n'est même pas capable de comprendre que quelqu'un lui plait. Le fait est qu'elle a réussi à chasser les idées noires de la cornue et à éveiller sa curiosité en ne faisant absolument rien. De plus, tout ce que sait Enra de cette personne, c'est qu'elles sont du même équipage et qu'elle l'a aperçue quelques fois, elle a sûrement déjà entendu son nom à un moment ou un autre mais sa curiosité ne devait pas être suffisamment éveillée pour s'en rappeler. Et là tout de suite, Enra trouvait ça bien dommage. Enfin, quand on a du temps à tuer, des idées à se changer et quelqu'un qui nous intéresse, pourquoi s'en priverait-on ?

Mais alors qu'elle s'avançait avec une pointe de détermination vers le bastingage pour se raprocher de la femme ayant éveillé sa curiosité, c'est un tout autre sentiment qui vint envahir Enra. Un autre sentiment curieux qu'elle n'avait jamais ressenti. Celui de n'avoir. Strictement. Aucune. Idée. De. Quoi. Dire. La commandante allait donc devoir compter sur l'une de ses nombreuses qualités, la plus naturelle des qualités qui lui a été offerte, celle qui lui a été inculqués à quelques reprises par l'un des plus grands roublard que le Cimetière d'Épaves ait porté... Le coach en charisme qui donnait des conseils de charisme à tous les enfants de Tehlu ! Leçon n°15 : faire une entrée charismatique. « Il ne faut rien dire. Le silence, c'est le mystère. Le mystère... C'est le charisme ! » Un grand homme... Quoi qu'il en soit, Enra suivait les conseils du grand homme en question alors qu'elle rejoignait silencieusement le bastingage, mais en veillant à faire des pas assez distinct pour se faire remarquer alors qu'elle vint pencher son buste vers celui-ci pour s'y accouder. Finalement... Elle aussi elle a fini par être avachie sur le bastingage, mais au moins son bad mood commençait déjà à se dissiper. Le voyage n'allait peut-être pas être si long en fin de compte.



Codage par Libella
    Putain, être en dèche de clopes au milieu de Calm Belt, vous n'imaginez pas le calvaire! Dégoutée, je tire sur mon mégot jusqu'au filtre, pour bien savourer le tabac qu'il me reste avant le sevrage forcé. Franchement, je suis une nana simple, je n'ai besoin que de trois choses dans la vie : tuer des gens, des cigarettes et une compagne, bien roulées si possible. Vie de merde! Comment vais-je bien pouvoir tenir en laisse mon passager noir si jamais je n'ai rien à me fumer, hein?

    Quand soudain des pas se font entendre à coté de moi. Mes sens d'agents aux aguets, je me méfie sans avoir l'air de rien. Déjà, je sais que ce n'est pas Shujin, cet immense tas de muscle arrive, aussi étrange que cela puisse paraitre, à se faire super discret lorsqu'il le veut. Non, ça doit être un matelot, et il ne va faire que passer. Ha … ben … non, en fait. Oh, putain, j'espère que ce n'est pas un gradé qui veut me coller des corvées! Là j'ai trop le seum pour réussir à utiliser ma capacité "acteur inné" et accepter de partir bien sagement aller récurer des chiottes ou accomplir une autre tâcher super gratifiante qu'on assigne aux troufions pour les garder occupés. Clairement, là, en l'état, je risque d'envoyer chier violemment le premier qui osera me déranger dans ma contemplation de la ligne d'horizon.

    Mais en fait non, ça vient se planter à ma gauche et ça ne bouge plus. J'ai du bol quand même, l'arrivant se serait placé à ma droite, je n'aurais plus la jauger d'un discret regard en coin comme je le fais à présent. En effet, je suis borgne! Enfin, bref, toisant l'impromptue, avec un "e" car c'est juste une nénette en baggy et un haut blanc. Etrangement, je constate que la miss a piqué mon look et en a juste changé la palette de couleurs. Elle porte un pantalon large et bleu, je porte des treillis. Son débardeur est blanc, le mien noir. Ses tifs sont verts longs et désordonnés, les miens sont blonds platine, mi-longs et soigneusement attachés à l'arrière de mon crâne. Elle a une corne aussi et moi, un seul œil. Et surtout, elle est plus petite que moi de presque deux têtes. Mais … elle est à mon goût la petite. Et j'en ferais volontiers mon quatre heures, pour peu qu'elle ne soit pas exclusivement hétéro.

    Je retourne à l'observation de ma fin de clope. En regardant le mégot se consumer comme si je pouvais le faire revenir à l'état de cigarette neuve juste par la force de ma volonté. Et la bombasse à coté de moi, avachie lascivement sur le bastingage qui reste là et ne dit rien. Moi, je ne sais pas trop quoi dire non plus. D'autant plus que je ne suis pas d'humeur à me faire rembarrer par une fille sous prétexte qu'elle est plus à voile qu'à vapeur. Mais je ne vais pas attendre cent-sept-ans qu'elle se jette à l'eau, non?

    Oh, putain, je suis un génie!

    Je vais me jeter à l'eau, littéralement! Si je tombe dans la mer elle viendra m'aider, vu qu'elle est juste à coté! Et ainsi, on pourra établir le contact et ça ne fera pas trop bizarre. Tout ce que j'ai à faire, c'est de forcer délicatement et discrètement sur la rembarde pour la faire céder et le tour est joué! Sauf que ce que je n'avais pas prévu c'est qu'une grande partie du bastingage ne se brise et qu'on tombe toute les deux à l'eau!

    Zut!

    • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
    • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation



    Calme plat



    La base du charisme, c'est d'avoir de la présence. Se faire remarquer. Que les gens sachent qu'on est là sans avoir à le dire ou sans avoir à parler, tout simplement. Là dessus, Enra a quand-même la chance d'être née avec une corne, ce qui revient un peu à tricher sur le charisme, mais il faut savoir prendre avantage de ses... Avantages. La cornue n'avait pas spécialement fait attention à la taille de la femme avant de s'en approcher, mais chacun de ses pas vers elle lui firent remarquer qu'elle est effectivement plutôt grande. Si sa corne lui permet globalement de se rapprocher de la taille d'un être humain lambda en culminant légèrement au dessus du mètre soixante-dix, c'était absolument inutile face à elle ! Ou plutôt à côté d'elle, mais le résultat était le même. En l'observant le plus discrètement au monde du coin de l'œil, la déduction plus ou moins bonne d'Enra lui donnait une taille approximativement proche des deux mètres. Ce n'était qu'un détail, bien qu'un détail assez intéressant à noter, mais ce n'était vraiment rien de plus qu'un détail comparé au fait qu'elle la trouvait plutôt jolie. Borgne, certes, mais d'autent plus jolie. Qui aurait cru qu'avoir un œil en moins pouvait donner autant de charmes ? Enra elle-même ne s'attendait pas à se faire cette réflexion.

    Elle restait tout de même discrète, son but était seulement de l'observer, ce qui présente une frontière très fine avec le fait d'épier quelqu'un. Cette frontière étant justement la discrétion, il suffit de se faire remarquer pour avoir l'air carrément malsain, ce qui renverrait une très mauvaise information sur Enra ! Du coup la femme restait muette et discrète, de toute façon, rendue à ce point, prononcer le moindre mot nul et cliché ne ferait que casser toute l'entrée charismatique qu'elle vient de créer. La patience étant l'une des meilleures qualités d'Enra, elle était parfaitement capable de rester là, silencieuse, à contempler l'horizon tout en profitant de la brise marine sur son visage comme si elle était venue s'installer ici pour cette unique raison. Mais quand-même, au bout d'un moment le temps commençait sérieusement à se faire long, non pas que rester avachie sur le bastingage soit particulièrement dérangeant, mais tout est forcément plus frustrant quand on le fait en attendant quelque chose. Et si Enra s'était approchée en espérant que la femme à côté d'elle soit plus habituée à ce genre de situation et qu'elle saurait comment engager la discussion ou permettre à la cornue de le faire, cette croyance se dissipait de plus en plus à chaque seconde qui s'écoulait dans un silence perpétuellement brisé par le bruit des légères vagues caressant la coque du navire. Peut-être qu'elle venait juste de créer une situation gênante finalement ? Ça c'est vraiment pas de bol... Et ne recevoir de sa cible que l'odeur de sa cigarette sortant sous forme de fumée d'entre ses lèvres plutôt que des mots, c'est vraiment encore moins de bol. Faut croire que si elles avaient du sens en théorie, toutes ces leçons de charisme qu'avait reçu Enra pendant son adolescence étaient carrément naze en pratique. « Le. Silence. » qu'il disait. C'est complètement stupide d'avoir de la présence si on a rien à dire ! C'est plutôt ça qu'il aurait mieux fait de lui apprendre, ce crétin ! Et alors que la cornue commençait à maudire son coach en s'apprêtant à abandonner...

    Clac.

    Clac ? Comment ça clac ? C'était un bruit bien trop proche pour venir de quelqu'un d'autre que la femme à côté d'elle, mais c'était aussi un bruit bien trop métallique et ressemblant à tout sauf à une voix pour venir d'elle. Mais c'était un bruit qui n'eut le temps que de déplaire un instant à la cornue en lui faisant enfin tourner la tête vers la borgne avant que tout se casse la gueule. Et par tout, nous parlons bien là du bastingage tout entier ! Du moins en assez grande partie pour se briser sous les deux femmes. Enra commençait à attendre n'importe quelel réaction, mais elle n'attendait absolument pas celle-là et elle ne s'y attendait absolument pas non plus ! Quoi qu'il en soit, elle n'eut finalement que le temps de pousser un petit cri aigu en sentant son appui lui échapper, le bastingage sur lequel elle s'était avachie tombant à la mer en emportant irrémédiablement Enra avec lui... Forcément qu'elle ne pouvait rien faire d'autre que de chuter du pont en poussant un cri jusqu'à être interrompue par son atterrissage dans l'eau. L'incompréhension la plus totale la submergeait alors qu'elle agitait les bras et les jambes pour regagner la surface et regarder autour d'elle en barbottant. La cornue était bel et bien tombée à la mer avec le bastingage et la borgne sur le flanc du navire continuant de voguer tranquillement comme s'il n'avait perdu personne. En agitant les jambes pour se maintenir à la surface sans couler comme un caillou, Enra vint saisir un bout du bastingage flottant à ses côtés pour l'agiter lentement dans le vide d'un air agacé.

    « C'est pas fait pour nous empêcher de finir à l'eau ce truc, normalement ?! »

    Oui, il fallait bien qu'elle se plaigne de quelque chose ! Comment pourrait-elle savoir que cette chute n'était autre que le résultat de sa chère borgne cherchant à attirer son attention ? Aux yeux d'Enra, le type qu'a installé cette rambarde est un gros naze, voilà tout. Cela dit, la borgne a réussi à attirer l'attention d'Enra, même si elle l'avait déjà fait depuis le début sans le vouloir... Maintenant il restait à savoir comment ces deux-là allaient pouvoir remonter sur le pont, même si la cornue n'était pas contre le fait de discuter dans cette grande piscine. Faudrait juste que leur équipage ne les abandonne pas.



    Codage par Libella
      Au dessus de nous, sur le bateau.

      "Un homme à la mer!"
      "Ah non, ils sont deux."
      "Ben « deux hommes à la mer! » Alors…"
      "En fait, ce sont des femmes."
      "Deux femmes à la mer!"
      "Ça sonne moins bien non?"
      "Du coup, on fait quoi?"
      "Jette leur une bouée!"
      "Voilà."
      "Tu as pensé à y attacher une corde?"
      "Oups."
      "Comment on fait pour les remonter maintenant?"
      "Euh..."

      Moi je suis donc à l'eau avec la cornue. Notre beau navire s'éloigne tandis que ma compagne d'infortune agite la balustrade que j'ai cassé. Oui, quand une agent du Cipher Pol en rade de clopes et de câlins ne le casse pas, en effet, le garde-corps empêche les gens de tomber à la mer. Après, on aurait pu tomber plus mal, l'eau est bonne. Ca nous évitera de nous cailler les miches jusqu'à ce que mort s'ensuive. Mais bon, notre taxi qui s'éloigne, ça, par contre, je le sens moyen. Je vois bien deux ahuris nous jeter une bouée de sauvetage, mais vu qu'elle n'est reliée à rien, en l'état actuel des choses, c'est juste un flotteur.

      "Salut, miss, moi c'est Anima, ça te dirait d'aller récupérer la bouée et de nager jusqu'au navire pour botter le cul des demeurés qui ont oublié d'y attacher une corde?"

      Un sourire plus tard et nous voilà en train de nager en direction du flotteur. Au bout de quelques minutes, on arrive enfin à s'y accrocher. Malheureusement pour nous, notre transport, lui, a continué son bonhomme de chemin. Si on veut le rattraper, on devra mettre les bouchées doubles. Mais au moins, grâce à la bouée, on ne peut sen concentrer que sur notre avancée et plus sur le fait de se maintenir à la surface de l'eau.
      • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
      • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation



      Calme plat



      Durant son voyage pour rejoindre la route de tous les périls, Enra s'attendait à tout sauf à se retrouver à barboter dans l'eau avec une borgne après qu'elles soient toutes les deux passées par dessus bord. Si l'eau était tout de même d'une température presque aussi agréable que sa compagnie en la présence de celle ayant chuté avec elle, Enra n'était tout de même pas rassurée en voyant leur navire s'éloigner de plus en plus vers l'horizon. Si personne ne remarque que les deux femmes sont tombées, elles seront dans de beaux draps au beau milieu de calm belt... Forcément, il fallait que ce désagrément arrive sur la mer la moins fréquentée de ce monde... Enfin, la moins fréquentée par des êtres humains, et c'est bien un soucis qui vint envahir l'esprit de la cornue. Si les humains l'évitent, c'est peut-être, éventuellement PARCE QU'ELLE EST ENVAHIE PAR LES MONSTRES MARINS. Après que cette idée lui ait traversée l'esprit, Enra était finalement bien plus décidée que jamais à remonter à bord du navire... Et par chance quelqu'un là dessus a été assez vigilant pour constater leur disparition ! Ou assez vigilant pour les voir tomber à l'eau. Ou plutôt, assez vigilant pour voir le bastingage céder, ça doit plutôt être ça. Cependant, la joie de la cornue en voyant qu'une bouée leur était lancée était de courte durée.

      « Attends, je rêve pas là, y'a VRAIMENT rien d'attaché à leur bouée ?! »

      Alors ça c'est la meilleure ! L'univers est immense, il y a un nombre inimaginable d'îles disséminées sur toute la surface du globe, la plupart peuplées d'un nombre plus ou moins conséquent d'êtres humains en tout genre et aux quotients intellectuels divers et variés... Et il fallait qu'elles tombent sur LUI ! Comment un crétin pareil a pu finir dans cet équipage au juste ?! Elle lui donnait quand-même une chance, en portant un peu plus son attention pour réaliser que, oui, ce débile avait bel et bien oublié d'attacher la bouée, ce qui laissait échapper un profond soupir des lèvres de la commandante.

      « Putain c'est pas croyable... »

      En tout cas il a sacrément de la chance qu'aucune des deux n'a mangée de fruit du démon, elles auraient littéralement été condamnées à mort ! Mais pendant que la cornue était encore en train de râler, comme à son habitude, la borgne, elle, proposait une solution simple et efficace. Quitte à avoir une bouée, autant l'utiliser. Et quitte à l'utiliser, autant alleren coller une aux débiles même pas foutus de lancer une bouée correctement pour deux femmes tombées à l'eau ! En tout cas cette mésaventure aura au moins permis à Enra d'apprendre le nom de cette femme.

      « Salut, miss, moi c'est Anima, ça te dirait d'aller récupérer la bouée et de nager jusqu'au navire pour botterle cul des demeurés qui ont oublié d'y attacher une corde ?
      —Tant qu'on remonte dessus et qu'on met une grosse torgnole à ces crétins, ça me dit carrément ! Tu peux m'appeler Denra si ça t'intéresse... Sinon, n'importe quel joli surnom qui te passera en tête fera l'affaire ! »

      Vu le caractère cinglant que cette Anima a l'air d'avoir, Enra est plus curieuse qu'à son habitude de savoir quel surnom elle pourrait lui pondre. En espérant qu'il ne soit pas trop méchant. Et en espérant encore plus qu'il soit digne d'un beau compliment sur sa personne ! Bon, elle ne va pas faire son exigeance, Enra aime bien les surnoms, ça montre la créativité des gens et le caractère de ceux qui lui en donnent un, même un surnom insultant avec un bon lore est plutôt cool à sa façon. Du coup, en laissant la réflexion d'Anima pour un moment plus propice à cela, les voilà donc parties à toute vitesse pour nager jusqu'à la bouée. La nage d'Enra était d'ailleurs très hasardeuse, son environnement n'étant pas le plus adapté à un apprentissage de la nage en bonne et due forme, sa façon de nager ressemblait plus à celle d'un animal avançant instinctivement à la surface qu'à celle d'une femme gracieuse qu'elle est pourtant sur la terre ferme. Malgré ça, elles finissent tout de même par atteindre la bouée, ce qui se révèle être une sacrée économie d'énergie. Une énergie qui sera bien mieux utilisée pour donner des coups de poing à des idiots ! À l'aide de la bouée, elles atteignent plus aisément le navire, même s'il leur faut mettre les bouchées doubles et agiter bien plus fort les jambes pour rivaliser avec l'embarcation ! Mais contre toutes attentes elles finissent par y arriver. Enra se demandait même si elle et la borgne étaient vraiment sacrément balèzes pour réaliser un tel exploit... Ou si le message était juste remonté que quelqu'un était tombé à la mer et que le navire avait ralenti en conséquences. Ça lui semblait être l'option la plus logique, mais aussi, elle s'en fichait pas mal ! Tout ce qu'elle voulait, c'était remonter, alors une fois arrivée au bord du navire, à portée de voix pour ceux en haut, elle s'exclamait donc d'une voix bien calme. Il ne faudrait pas non plus éveiller les soupçons quant à leurs intentions.

      « On peut avoir la corde qui va avec la bouée, maintenant ?
      —Tout de suite, commandant ! »

      Tout de suite, tout de suite... C'était un tout de suite qui prenait quand-même vachement de temps. Enra restait là à barboter en s'imaginant que si cet idiot a été capable de leur jeter une bouée sans corde, il était forcément capable aussi de ne pas penser à aller en chercher une avant qu'elles arrivent pour la réclamer... Manquerait plus qu'il ne sache pas ou en trouver une. Pour une fois, la cornue était agréablement surprise, en voyant la corde arriver en quelques secondes et non pas en quelques minutes comme elle était prête à s'attendre. Les deux femmes pouvaient enfin quitter l'eau et remonter sur le pont à l'aide de cette corde, tandis que les deux idiots se tenaient là à les attendre. Enra remontait sur le pont, recouverte d'une eau coulant sur sa peau et formant une flaque tout autour d'elle en ayant bien eu le temps d'imbiber ses vêtements. Ses bottes étaient littéralement devenues une marre, son pantalon pourtant ample lui collait maintenant aux jambes, et son débardeur blanc était devenu transparent, laissant apparaître son soutien-gorge noir. Mais même si elle avait très envie de se changer, elle avait surtout envie d'en découdre ! Enfin, pas vraiment... Ce n'était rien de plus qu'une petite anecdote sans mort d'hommes, qu'elle pourrait raconter aux repas pour se moquer de ses camarades, mais bon. En coller une à des idiots, c'est quand-même fun ! Et puis, en tant que commandante, la cornue a une hiérarchie à faire respecter. Accompagnée du bruit flasque de l'eau sur ses bottes alors qu'elle commençait à marcher en faisant des aller-retour devant les deux héros à la bouée sans corde, la commandante vint prendre la parole d'une voix exaspérée.

      « Bon, dites moi... Vous êtes deux. Vous avez donc deux cerveaux. Et ça n'a pas suffit pour que quelqu'un pense à attacher une corde à cette foutue bouée ? Vous me donnez envie de voir si ça sonne creux, là dedans. »

      Quelle commandante pleine de bonté tout de même ! Elle les prévient même qu'ils vont s'en prendre une ! Ou plusieurs, parce-que la chère borgne à ses côtés a l'air vachement plus remontée !



      Codage par Libella
        On est enfin retournées à bord! J'ai cru qu'on y arriverait jamais! Denra, c'est son nom, nage … comment dire? Mal. Elle agite de façon assez pathétique et désordonnée ses membres au point que je me suis dit que ça allait attirer un monstre marin! Mais bon, elle sait flotter et avancer, donc ça va! J'ai eu peur aussi que les deux génies sur le pont nous jettent la corde sans penser à l'attacher. Heureusement, pour une fois, mes craintes sur l'intelligence du genre masculin se sont avérées infondées. Dans le fond, ces mecs ne sont pas si cons. Et puis, comment dire … là, je suis plus absorbée par l'observation de ma petite licorne. Ouais, elle m'a dit que je pouvais lui donner un joli surnom, ben voilà, c'est celui-là! C'est mignon les licornes! En plus ça lui correspond bien vu qu'elle n'a qu'une corne. Puis petit c'est mignon aussi et puis je suis bien plus grande qu'elle. Et surtout, les équidés, ça se chevauche et je dois bien avouer qu'avec ses vêtements trempés, j'ai furieusement envie de la monter et de la faire hennir! Mais, je dois refreiner mes envies! Après tout, elle est peut être hétéro. Et je dois bien avouer qu'avec un corps pareil, ce ne serait pas un crime.

        Je sais que je devrais chasser ces pensées lubriques de mon esprit, mais que voulez-vous, je suis deux mètre derrière ma supérieure à reluquer comme une morfale sa chute de reins. Puis quand je pense au sexe, je ne pense pas à tuer ni a fumer! Et puis … je dois reconnaitre que le spectacle est captivant. Bien plus que celui de ces deux pauvres attardés qui essaient tant bien que mal de justifier leur incompétence pour éviter de se manger une rouste. Moi, même si j'ai bien envie de les cogner, je ne fais rien. Comme moi, ils sont au bas de l'échelle, et puis, je suis en mission d'espionnage, je dois me faire discrète. Bon, je sais! Tomber à la mer ce n'est pas le top point de vue discrétion mais j'avais de très bonnes raisons!

        Être en chien de clopes, de meurtres et de câlins!

        Trois excellentes raisons si vous voulez mon avis! D'ailleurs, le benêt de droite, il n'aurait pas un paquet de cigarette qui lui déforme la poche extérieure de son polo de marine? Alors sans un mot, je passe à coté de la cornue et je me dirige vers le gars, et je lui prend son paquet. Avec comme seule explication.

        "Je te prends ça, comme dédommagement."

        Le soldat n'ose pas répondre mais son copain demande.

        "Et moi?"

        "J'en sais rien, vois ça avec la petite licorne derrière moi."

        Je laisse donc Denra choisir ce qu'elle va pouvoir taxer au malheureux alors que je me dirige vers le bastingage opposé à celui que j'ai cassé pour m'y accouder et m'allumer une clope bien méritée! Sauf que là, c'est le drame : mon briquet à pris l'eau! Dans ces conditions impossible de me griller cette blonde! Enfer et damnation! Heureusement, la silhouette gracile de Denra vient me rejoindre. Alors je lui demande.

        "Dis, petite licorne, t'as de quoi m'allumer?"

        Sans me rendre compte du double sens de ma proposition.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
        • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation



        Calme plat



        Pas si cons, pas si cons... Il s'agit quand-même de deux types qui ont jeté une bouée pour récupérer deux personnes tombées à la mer, mais sans penser à attacher la dite bouée ! Pour l'intelligence de ces matelots, on repassera... D'autant plus que les deux imbéciles perdaient tous leurs moyens face à la question pourtant simple de leur commandante, cherchant à justifier leur acte lamentable en bégayant des phrases à peines compréhensibles tout en se jetant l'un l'autre des regards paniqués pour se chercher mutuellement du soutien et espérer que leur camarade d'idiotie termine leur phrase avec un argument plus confiant et concainquant. Mais puisqu'ils se renvoyaient tous les deux la balles sans garder leur sang-froid, la cornue n'en tirait rien de compréhensible et surtout, rien de concluant. Non, pas besoin de chercher des explications mystiques... Elle avait deux idiots sous les yeux, voilà tout. Comme pour mettre fin à leurs explications précipitées et leur indiquer que leur temps de se justifier était écoulé, Enra terminait donc ses cent pas en se plaçant devant les deux hommes, bras croisés sous la poitrine alors qu'elle stoppait sa marche d'un grand coup de talon qui leur extirpait un gémissement de terreur. Pourtant elle était plutôt sympa comme commandante, pourquoi étaient-ils déjà si terrifiés ? Bon, le complexe de supériorité de la femme n'allait pas la pousser à se plaindre, en fait c'était quand-même bien satisfaisant d'inspirer autant le respect avant même d'avoir agit ne serais-ce qu'une fois, et puis elle allait devoir insuffler un peu de discipline et de responsabilité dans ces crânes creux !

        « Vous allez devoir commencer à réfléchir, à l'avenir ! Et ce serait bien mieux si vous pouviez commencer à réfléchir un peu dès maintenant ! Si c'était un camarade ayant mangé un fruit du démon qui était tombé à l'eau, il serait déjà en train de se décomposer dans les abysses à cause de votre débilité ! »

        C'est vrai quoi, un peu de bon sens bon sang ! Même si en vérité, le bon sens ça aurait été que la borgne ne détruise pas le bastingage, mais c'est un détail que la cornue ignore et en plus elles sont dans le même bâteau ! Enfin, elles sont tombées du même bâteau, la finalité est la même. Une fois la leçon de morale d'Enra terminée, elle s'apprêtait à passer à la discipline sous les plates excuses des matelots quand Anima se manifestait, en silence mais avec beaucoup de prestance. Peut-être même beaucoup plus que n'importe quel commandant de la Marine.


        « Je te prends ça, comme dédommagement. dit-elle en extirpant un paquet de cigarettes de la poche de l'homme, comme si elle savait parfaitement quoi prendre et où le trouver.
        —Et moi ?
        —J'en sais rien, vois ça avec la petite licorne derrière moi. »

        La... Petite licorne ? Enra se devait de rester de marbre dans cette situation, au moins le temps d'en finir avec le côté disciplinaire, mais même si ce surnom lui plaisait, ce n'était pas le meilleur surnom à sortir à cet instant précis pour la crédibilité d'une supérieure. Enfin, heureusement, les deux hommes étaient bien trop intimidés pour se permettre une moquerie qui leur aurait coûté extrêmement cher, et la licorne en question préférait ne pas relever ça tout de suite pour ne pas sortir de son rôle de méchante commandante. Gardant son regard rivé sur ses cibles, elle restait silencieuse le temps que les pas d'Anima ne soient plus audible pour deux raisons : la laisser quitter les lieux pour se retrouver seule avec ses matelots à dresser, ainsi que pour repérer vers où elle partait pour pouvoir la rejoindre plus tard sans passer pour une stalkeuse. En tout cas, il faut bien admettre que la borgne ne perd pas le nord, elle a réussi à subtiliser un paquet de clopes tout en étant dans son droit en invoquant le dédommagement. Mais Enra ne comptait rien leur voler. C'est quelque chose qu'elle a suffisamment fait dans sa jeunesse et qu'elle réserve pour des raisons de survie ou de plus haute importance, elle ne va quand-même pas dépouiller sa propre bleusaille !

        « Je vais croire en vous et me contenter d'imaginer que ce n'était rien de plus qu'une erreur d'inattention, après tout il n'y a pas eu de blessé. »

        Elle s'avançait tout de même vers eux pour pouvoir les atteindre de ses deux poings qui vinrent les cogner au dessus de la tête dans deux bruits sourds simultanés. Même en étant clémente, elle doit tout de même leur faire entrer les responsabilités dans le crâne d'une façon ou d'une autre, en plus elle est resté gentille en se contentant de les frapper assez fort pour que ça démange sans pour autant causer de séquelles autre qu'une petite bosse que les deux matelots se frottaient déjà.

        « Dites vous que la punition est proportionnelle à la gravité de votre faute. Soyez vigilants à partir de maintenant, si quelqu'un se fait blesser un jour à cause d'une idiotie pareille, vous serez nostalgique de ce petit coup de poing. »

        Avec ça ils devraient comprendre ! Quoi qu'il en soit, la commandante ne perdait pas de temps à regarder les deux idiots s'inclinant en la remerciant presque de sa gentillesse alors qu'elle repit sa marche pour rejoindre la borgne. Avec une partie du bastingage en moins, celle-ci s'était donc dirigée de l'autre côté, et cette simple vue extirpait un petit rire des lèvres d'Enra. Elles ont toutes les deux finis à la mer à cause d'un bastingage trop peu solide et les voilà en train de reproduire la même erreur. Toujours trempée, les vêtements et la peau pleins d'eau et de sel, la cornue en profitait tout de même pour savourer la brise encore plus fraîche caressant sa peau mouillée alors qu'elle vint s'appuyer une nouvelle fois contre le bastingage. Manquerait plus que ça casse à nouveau, ce serait vraiment le drame ! Surtout si les deux mêmes crétins venaient relancer la même bouée pas attachée ! Pour l'instant il n'y avait aucune casse à signaler, mis à part peut-être celle du briquet de la borgne qui n'avait plus l'air de marcher correctement. Enra n'y connaît pas grand chose, mais de toute évidence si un truc servant à faire du feu prend l'eau, il pourra difficilement accomplir sa tâche.

        « Dis, petite licorne, t'as de quoi m'allumer ? »

        Le double sens de cette phrase était tellement évident que même une licorne inexpérimentée et innocente comme Enra ne pouvait pas la rater. Les yeux rivés dans celui d'Anima tout en se retenant de rire, ce qui se comprenait aisément à son large sourire au coin des lèvres, la cornue avait étrangement envie de jouer sur cette phrase, même si elle se serait contenté d'ignorer le double sens incongru en temps normal.

        « Petite licorne hein ? J'aime bien. Mais tu veux pas allumer ta cigarette avant ? »

        Pour ce qui était d'allumer Anima, les vêtements mouillés et la vue qu'ils offraient à la borgne devaient sûrement faire l'affaire. Par contre, elle n'avait absolument rien pour allumer sa clope. C'est dans les moments comme ça qu'il faut faire un choix et un sacrifice !



        Codage par Libella
          Je la regarde, agréablement surprise par la franchise dont elle fait preuve. En temps normal, les femmes que j'aborde mettent du temps à comprendre mes sous-entendus. Mais pas la petite licorne qui me fait face. Elle semble carrément partante même! Nos regards se croisent et, je crois qu'on peut aisément se passer de mots tant le désir qu'on l'une pour l'autre est évident. Mon œil la toise de haut en bas, en s'attardant sans subtilité sur les ses formes féminines mises en valeur pas ses vêtements mouillés. Je réalise alors qu'elle est aussi détrempée que moi, et donc qu'il est fort peu probable qu'elle ait sur elle un moyen de mettre le feu à mon clou de cercueil. Tant pis pour la clope! J'ai en face de moi autre chose à fumer! En effet, je ne compte pas décliner son invitation. Un franc sourire se dessine sur mon visage alors que je range la tige dans son étui.

          "C'est pas comme si tu avais un briquet en état de marche sur toi de toutes façons."

          Une paire de sourires complices échangés, et nous voilà parties main dans la main, direction les quartiers de la commandante. Et …

          Un voile de pudeur tombe sur mon histoire. Même une femme comme moi à un jardin secret. Et je dois pouvoir m'en occuper en toute intimité, loin des regards. Désolé les coquins qui pensaient mater!

          Une paire d'heures plus tard et me voilà dans la piaule de la gradée. Je la regarde, nue et assoupie sur le lit, comme un peintre regarde son dernier chef-d'œuvre. Je m'étire et je sens quelques articulations craquer. Mmmmh, ça fait du bien! Ca, et ce qui s'est passé avant. Cependant, la chambre à besoin d'air frais, alors je me dirige vers un hublot que j'ouvre délicatement. La caresse de l'air marin sur ma peau me fait réaliser que moi aussi, je suis en tenue d'Eve. Mais avant de me rhabiller, je couvre délicatement le corps de mon amante d'un drap, je n'ai pas envie qu'elle attrape froid. Puis, j'enfile mes habits, j'ai bien besoin d'une douche, mais je ne veux pas abuser de l'hospitalité de la cornue.

          Alors je pose mon paquet de blondes, et mon briquet trempé sur sa table de chevet. Comme une invitation à venir me les rendre. Puis je file sur la point des pieds.

          Sur le chemin vers les douches communes de l'équipage, je croise un Shujin qui me gratifie d'un clin d'œil complice. Je réalise alors qu'on a sans doute fait un peu (trop) de bruit. C'est donc en rasant les murs que je m'éclipse pour rallier la salle d'eau.

          C'est donc une moi propre et avec une tenue sèche qui retourne sur le pont, afin de laisser mes cheveux flotter au vent, et d'attendre le retour de ma petite licorne en regardant la ligne d'horizon.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
          • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation



          Calme plat



          À vrai dire, ce genre de sous-entendu ne collait absolument pas à Enra, elle était plutôt du genre à carrément éviter le sujet en terme général, ou bien même à ne tout simplement pas le comprendre. Mais l'innocente Cornue se sentait visiblement pousser des ailes en cette si charmante compagnie, et même si elle n'y connaît pas grand chose, le regard surpris que lui lançait Anima en disait long sur le fait qu'Enra venait de taper dans le mille. Surtout quand l'œil de celle-ci vint la regarder de la tête aux pieds comme si elle était en train d'observer ce qu'elle s'apprêtait à croquer. Au moins, les vêtements d'Enra épousaient assez bien ses formes pour que la femme en sa compagnie puisse savoir d'office si elle serait à son goût, et au sourire qui se dessinait sur ses lèvres, leur attirance semblait être réciproque.

          « C'est pas comme si tu avais un briquet en état de marche sur toi de toutes façons.
          —Je veillerai à en avoir un pour pouvoir t'allumer correctement la prochaine fois. »

          Pour l'instant elle allait devoir faire autrement, et vu la direction que semblait prendre leur discussion accompagnée de sourires et de regards envieux faisant à eux seuls grimper la température corporelle de la Cornue, elle risque sans doute de "malencontreusement" oublier de se procurer un briquet à l'avenir. La borgne semblait bien plus expérimentée qu'elle, c'était non seulement quelque chose de pas très difficile, mais ça se voyait aussi quand elle savait parfaitement où et quand agir, notamment lorsqu'elle pris la Cornue par la main pour aller rejoindre ensemble ses quartiers. À l'intérieur, la porte se refermait sur la dernière trace d'innocence d'Enra prête à partir en fumée. Ce n'était qu'à ce moment qu'elle comprenait qu'elle n'avait toujours été qu'une gosse incapable de regarder la vraie vie en face, tout ce chemin parcouru dans la marines à gravir les échelons en préservant l'illusion qu'elle ne devrait jamais se salir les mains et prendre ses responsabilités comme une adulte. Tous ses doutes balayés par le péché de la luxure qu'elle embrassait, la Commandante oubliait enfin pendant un instant le visage de celui qu'elle avait tué, et elle savait qu'à partir de maintenant, ce souvenir n'allait cesser de persister mais qu'elle devrait l'accepter. C'est peut-être ça de vivre comme une adulte... Et dire qu'il a fallut qu'elle soit attirée par une borgne pour s'en rendre compte.

          Ces dernières heures avaient été si passionnées et épuisantes qu'Enra n'était même pas sûre de savoir où elle était ni dans quel monde elle venait d'émerger en ouvrant les yeux quelques heures plus tard, le soleil brillait beaucoup moins fort que dans ses derniers souvenirs et l'équipage semblait bien plus calme. Même les piafs avaient cessés de brailler pour rien en venant s'attrouper autour du mât comme pour dire bonjour aux humains. Elle en déduit donc que la nuit n'allait plus trop tarder à montrer le bout de son nez une fois que le soleil aura enfin décider d'aller se coucher, mais pour le coup elle n'était absolument plus fatiguée. Se redressant en écartant la gentille attention d'Anima qui a pris le soin de la couvrir, la Cornue se dirigeait vers sa salle de bain personnelle pour prendre une rapide douche. Ce n'est qu'en sortant avec une serviette nouée autour de son corps et une autre dans ses mains pour sécher ses cheveux qu'elle voyait un paquet de cigarettes accompagné de son briquet sur la table de chevet. Un bref rire s'échappait des lèvres de la femme quand ses yeux se posaient dessus, se doutant dans un sens qu'un tel oubli ne pouvait qu'être volontaire vu comment Anima semble accro à ses cigarettes. Enra finissait de sécher son corps, ses cheveux et sa corne avant d'enfiler des vêtements propres, récupérant ensuite les objets qu'Anima avait oubliée. Si c'était un oubli volontaire, elle serait sûrement quelque part sur le pont, sans doute près de la partie effondrée du bastingage, dans le cas contraire elle allait devoir la chercher sur tout le navire, mais Enra déteste chercher quelque chose, même s'il s'agit d'une magnifique borgne. Heureusement pour cette dernière, l'intuition de la Cornue était bonne et elle retrouvait une nouvelle fois Anima sur le pont, se dirigeant vers elle en relevant sa main gauche qui tenait à la fois la paquet et le briquet tandis qu'elle vint l'interpeller.

          « Anima, je crois que t'as oublié ça dans ma chambre. »

          Elle espérait faire une arrivée parfaitement charismatique avec une belle phrase et un beau clin d'œil, mais c'était tout ce qui en sortit. Une intervention des plus banales avec un sourire qui représente déjà beaucoup pour Enra. Mais pour l'entrée charismatique on repassera... Comment une femme peut-elle la déstabiliser autant ? Surtout avec ce qu'elles venaient de faire. La Commandante se sentait presque ridicule, mais au moins elle était venue lui rapporter ses affaires, pour la suite elle va devoir improviser et prendre en expérience. Le monde des adultes est si compliqué...



          Codage par Libella
            La voix de mon amante me sort de ma rêverie. Et très vite, sur mon visage, se dessine un sourire. Je me retourne vers ma petite licorne et je récupère mes blondes et mon feu. Sans attendre, je sors un clou de cercueil un paquet, je le fais glisser vers ma bouche et je joue du briquet pour me griller. La fumée m'emplit les poumons puis je finit par l'expulser doucement, en formant un joli panache blanc, mon seul œil mi-clos, un petit sourire en coin pour ma bien-aimée.

            "Vraiment? Quelle étourdie je fais!" minaudé-je.

            Bien évidemment, elle ne tombe pas dans ce jeu de dupes et se contente de retourner un sourire qui me fait fondre. Ha, là, là, ma petite Enra, tu es bien trop canon pour une fille comme moi! A te voir comme ça, rayonnante dans le soleil couchant, j'ai l'impression d'avoir réalisé le braquage du siècle! Comme dire, je me sens à la fois incroyablement chanceuse, et terriblement pas méritante. Vraiment, qu'est ce qu'une bonasse comme toi peux bien me trouver? Franchement.

            Délicatement, je saisis ma petite licorne par la hanche je ramène cette beauté tout contre moi. J'adore la sensation de son corps contre le mien. Sa poitrine s'écraser contre mon buste, son haleine chauffer la peau de mon cou, ses bras qui m'entourent … c'est vraiment le pied. Je réalise alors qu'à toi aussi je vais devoir mentir, Enra. Je ne pourrais jamais te dire ou te montrer qui je suis au fond. Une putain de malade qui éprouve du plaisir à tuer. Si tu le savais, tu prendrais tes jambes à ton cou.

            Partagé entre la joie d'avoir trouvé une nana géniale et la tristesse de réaliser que je l'ai déjà peut-être perdue. On se retrouve un bastingage, solide cette fois, et on s'y avachit pour regarder le soleil disparaître dans l'océan. La nuit tombe comme du parfum sur les épaules de ma jolie petite licorne. Sur cette mer sans vent, il ne reste que le doux clapotis des roues à aubes vient trouble le calme de la soirée.

            Un calme plat.



            • https://www.onepiece-requiem.net/t24007-slice-of-life#258861
            • https://www.onepiece-requiem.net/t23901-une-mauvaise-presentation