Le Deal du moment : -40%
Tefal Ingenio Emotion – Batterie de cuisine 10 ...
Voir le deal
59.99 €

Le Priscilla

Le navire des Lizards pirates avait été ramener depuis Little Garden jusqu’à Whiskey Peak. Servant de prison pour les flibustiers pendant le voyage de retour. La frégate avait été lentement tractée par la galion des Glaciers retenu par des dizaines de cordes. Depuis, elle restait dans le port de l’île des chasseurs de primes, tout comme celle des Pussycat Okamas. Robina regardait les deux bâtiments, se demandant ce qu’elle allait en faire, les navires de ligne qu’elle avait se multipliaient plus vite qu’elle ne les utilisait.

Néanmoins, elle avait plusieurs idées en tête. L’une d’elles n’était qu’une ébauche, une folie qu’elle ne réaliserait peut-être jamais. Mais les autres, elle devait juste prendre son courage pour les mettre en œuvre. Il allait donc devoir se lancer dans les papiers pour les faire. L’idée de se retrouver coincée toute la journée à remplir des papiers ne l’enchantait guère. Malgré cela, elle devait s’en occuper pour que son rêve d’ouvrir son propre restaurant et devenir la meilleure cuisinière du monde se réalise.

Elle décrocha donc son escargophone, appelant son employée, Maria Boa. L’escargot sonna plusieurs fois dans le vide avant que celle qui se trouvait à l’autre bout du fil ne décrochât. La rousse porta le micro à sa bouche, passant ses cheveux derrière les oreilles.


Bienvenue à la Société d'Affaire Nautique Déportative d'Enrichissement et de Ressources Régulières Compagnie. J’en suis la directrice. Elle s’affala sur le bois de son bureau, fatiguée par les appels incessants. Merci de rappeler l'accueil pour avoir un rendez-vous. Elle se mit à raccrocher.

Maria, ici Robina Erwolf, votre employeur. La voix de la cuisinière résonna dans le bureau de la directrice qui se releva très vite, arrêtant son geste.

Pardon, mademoiselle Erwolf. Je ne savais pas que c’était vous. Une pointe de détresse pouvait s’entendre dans la voix de Maria. Sa patronne ne l’appelait jamais, pourquoi maintenant ?

Pas de souci. Je vous contacte pour savoir si les transports de marchandises se passent bien ? Après le quiproquo, la Sanderrienne tentait de reprendre une conversation normale. Et comment allez vous, vous et les employés ?

Les affaires se portent à merveille, nous faisons un peu de transits, nous n’avons qu’un seul navire à s’occuper après tout. Les journées se font calmes la plupart du temps. La femme au Port des Jumeaux reprit son professionnalisme. Elle avait été embauchée pour ça et sa rigueur dans le travail.

Parfait, une excellente nouvelle, je n’en attendais pas moins de vous. Toutefois, je pense que vous allez avoir beaucoup plus de travail dans les prochaines semaines. La chasseresse de primes se lança alors dans le sujet de son appel.

Je vous écoute, madame. Maria était excitée, qui voulait dire plus de travail, voulait aussi dire que son aspiration à surpasser la Translinéenne pouvait devenir réalité. Elle attrapa une plume et de l’encre pour noter ce qu’allait lui dire son employeuse dans les prochains instants.

J’ai fait remorquer un navire par la Translinéenne depuis Whiskey Peak. Je sais que vous ne les appréciez pas. Mais je n’ai pas le temps de le faire moi-même avec mon galion. Et je n’ai trouvé que cette solution. La capitaine des Glaciers expliqua le pourquoi de cette décision.

Je comprends, savez-vous quand ce navire arrivera ? Ses couleurs ? Elle était déjà en train de noter les informations les plus importantes. Son bras était maintenant en suspens, attendant de nouvelles données à écrire.

Le voyage n’est pas long depuis Whiskey Peak et le port des chasseurs de primes. Il devrait être là demain dans la matinée. C’est uen frégate, rose. Je l’ai récupéré après avoir vaincu des pirates. Elle put entendre la plume s’arrêter de gratter après la couleur.

Vous avez bien dit rose, mademoiselle Erwolf ?

Oui. Elle se sentait un peu stupide maintenant d’avoir envoyer ce dernier au Port des Jumeaux. Faites enlever la peinture, réaménagez-le pour le commerce et le transport de marchandises. Installer aussi deux eternals poses, un pour le Port des Jumeaux, ainsi que Whiskey Peak.

Nous aurons donc une nouvelle destination à proposer à nos clients. La directrice de la S.A.N.D.E.R.R. Compagnie pensait tout haut.

C’est ça. Elle s’arrêta en pensant à la suite. Possiblement deux. J’ai un autre navire sous la main et j'aimerais créer un relais entre Whiskey Peak et Little Garden.

Ce qui triplera le nombre de destinations et permettra de fidéliser plus de clients. Elle continuait d’écrire sur son livret, prenant des notes sur ce que lui disait la jeune femme aux longs cheveux blancs au téléphone. Vous pensez que ces derniers seront disponibles bientôt ?

Dans les prochains jours, je vous tiendrai au courant de cette dernière.

Parfait. Maria parlait vite, elle était excitée par ces nouvelles. Je vais vous laisser, je vais prendre les dispositions pour que tout soit prêt le plus rapidement possible.

La discussion escargophonique se finit comme cela. Robina se leva de sa chaise, elle devait encore être sûre d’avoir quelque chose à aller chercher à Little Garden et ça n’était pas encore fait.

Quelques jours plus tard, la directrice de la Société d'Affaire Nautique Déportative d'Enrichissement et de Ressources Régulières Compagnie l’appela elle-même. La frégate était passée entre les mains d’André Ilpove, ce dernier avait beaucoup grommelé, mais en apprenant que c’était pour Robina, il s’était vite calmé. L’agence de recrutement Toutechaussure avait trouvé l’équipage dans les temps pour que l’affaire soit réglée pendant que les réparations étaient faites. Le tout avait coûté la modique somme de quarante millions de berries, payée de la poche de la cuisinière.

Toutefois la frégate était comme neuve. Le cygne était déjà reparti pour faire son premier aller-retour entre Whiskey Peak et le Port des Jumeaux.


  • https://www.onepiece-requiem.net/t21190-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t21186-