Le Deal du moment : -46%
Oceanic OCEAB120W Batteur électrique – ...
Voir le deal
7.51 €

Néo Marine et Trahison

Néo Marine et Trahison Syjz

Néo Marine et Trahison

Une histoire du Cipher Pol 5



Après la défaite de Caille Doux et de Rak Haa Yooh sur les Pythons Rocheux, l'équipe gouvernementale et la Marine, s'octroient une pause afin de faire plus amples connaissances, mais aussi de discuter des trafics d'armes qui sévissent sur le royaume Doscar. Mais la mission est annulée pour Farore qui se voit séparée de son équipe pour passer des mois sur Mariejoie. Après des mois d'attente, elle reçoit l'ordre de partir pour les Pythons Rocheux afin d'apprendre davantage sur sa mission.

La taverne s’ouvre sous les pas feutrés de l’agent gouvernemental. Depuis la remise en sécurité des lieux par la Marine et le Cipher Pol, l’endroit grouille de soldats, de marins et de civils. La brasserie du Mage Upichu est devenue un lieu de villégiature tout à fait agréable. Alors même qu’elle se dirige vers le comptoir, un homme l’interpelle et chuchote.

« Comment est votre blanquette ? »

« Elle est bonne. »

« On me dit le plus grand bien des harengs à l’huile. »

« Le patron vous en apportera un ramequin, vous vous ferez une idée. »

L’échange surréaliste se déroule très rapidement et le regard des deux interlocuteurs se croise pour ne jamais faillir. L’homme esquisse un large sourire, satisfait de voir qu’il a affaire à un agent qualifié qui connaît le nom de code de la mission. Ce genre de procédure est tout à fait courant au sein du Cipher Pol et les phrases codées sont changées quotidiennement permettant ainsi une lutte assidue du contre-espionnage. L’agent invité Farore à prendre place non loin, dans un endroit un peu plus excentré pour discuter de la mission qui l’attend.

« Je suis Amir Delarian, je suis ravi de voir que le Cipher Pol envoie la personne qui s’est occupée des pirates de l’île. »


Corsandre hoche la tête positivement, elle enchérir par politesse à son tour.

« Je vous remercie Agent Delarian, c’est un plaisir de pouvoir aider ici, briefez moi, je vous prie. »

Il sort un étui une cigarette avant d’en porter une à sa bouche pour laisser une fumée ocre s’échapper dans de longues volutes.

« C’est assez délicat en fait… Nous n’avons ici pas affaire à des pirates, ni des révolutionnaires, et encore moins à des hors-la-loi…. Nous avons un souci avec un… Contingent de la Marine. »

Le Mystère, autour de cette affaire s’épaissit, d’accoutumer, une telle mission aurait mobilisé plusieurs agents, mais il semble que les protocoles soient quelque peu bafoués depuis son départ. Elle arque un sourcil, seul élément qui trahit sa curiosité sur un visage impassible. Sans mot dire, elle fait un simple signe de la main pour intimer à l’agent de liaison de poursuivre.

« Il s’agit d’une unité spéciale, elle agit contre l’adversité de manière offensive contre la piraterie. Pas de pitié, pas de quartiers, tolérance zéro. Le problème, c’est que cette unité a outrepassé ces droits à plusieurs reprises et qu’elle s’en est prise directement à la hiérarchie. Bien que ce soit anodin, la virulence des gestes et des propos a entraîné une sanction qui a elle aussi enclenchée une nouvelle escalade de violence. Par la suite, après que ça se soit tassé, l’équipe a agi sans ordres sur une île voisine avec des agents renégats pour vaincre un groupuscule pirate d’envergure qui fournissait des armes à la Révolution. »


Farore attentive, ne peut s’empêcher de se faire l’avocat du diable afin de comprendre la situation dans son ensemble et elle se devait d’avoir un historique complet et un tableau brossé pour aller de l’avant.

« J’entends bien ce que vous me dites Agent Delarian, cependant, n’est-ce pas une bonne chose que d’avoir éradiqué ces pirates. Où est le problème avec ça ? »

La serveuse se présente à la table et sans même prendre la peine de demander à Farore, Amir commande deux cafés pour sa table et gratifie la jeune dame d’un simple sourire en guise de politesse. Il ne trahit lui aussi aucune expression devant les questions de Farore, rien qu’elle ne pourrait analyser ou interpréter dans son sens.

« C’est vrai. C’est une bonne chose, sauf quand une opération du Cipher Pol d’infiltration est mise en place pour remonter la cellule terroriste sur l’île de Doscar. Toute l’opération est fichue à cause d’un officier de la Marine qui ne veut pas écouter les ordres. Doscar étant une île difficile pour nous, on risque jusqu’à perdre le peu de contrôle dont y dispose. Voilà pour la raison. »

Farore avait déjà entendu parler de Doscar, lorsqu’elle avait mis au tapis Caille Doux et à ses pirates eux aussi affiliés au trafic d’armes de l’île, étrange coïncidence une fois de plus.

« Je comprends mieux. Vous avez peur qu’il récidive, une simple radiation des contrôles ne suffirait pas ? »

Les cafés arrivent et les deux agents se murent dans un silence de plomb, un silence lourd où chacun des espions essaie d’un simple regard de comprendre l’autre. La demoiselle et son tablier sale s’en vont, laissant ainsi le champ libre pour une nouvelle discussion.

« C’est vrai aussi. C’est ce qu’il s’est produit. Il a refusé de se soumettre à ce contrôle et ses hommes aussi, ainsi, il a d’ores et déjà prévu de porter atteinte au Gouvernement en volant son navire de fonction, son matériel et son équipage, ce n’est plus qu’un pirate qui tue des pirates. Mais qui songe aussi à sa vengeance personnelle vis-à-vis de ses supérieurs. Certains de ses membres d’équipages ont déjà été mis aux fers et il compte les libérer. Si vous êtes ici, c’est parce que j’ai pu remonter sa piste. Il est dans une baie plus au sud, il a tenté de maquiller son navire, mais certains signes ne trompent pas. La mission est simple, son assassinat pur et simple, de lui, de ses hommes, et de son navire. Ni plus, ni moins. »


Farore hoche la tête, elle n’aime pas cette histoire et encore moins le ton étrange de l’agent de liaison, mais elle a comprit que son histoire est solide et qu’elle peut difficilement lui tendre un piège verbal sans que cela ne soit trop voyant, en outre vu son niveau, il serait allègrement à l’aise de lui envoyer sa récente trahison en pleine figure.

« Parfait. Je vais me rendre à cette baie, indiquez là moi sur la carte, je ferai le reste sans trop de mal, je pense. Je dois trouver le navire, repérer l’ensemble de l’équipage et le capitaine. Puis j’annihile le tout. »

Delarian sort à son tour une carte qu’il déplie partiellement.

« On est ici, il faut aller là. »

La jeune femme observe les zones avec insistantes, la topographie, la distance, tout s’évalue. Après avoir soigneusement mémorisé la carte, ce qui est plus facile avec une mémoire photographique comme celle dont dispose Farore. Elle avale son café d’une seule et unique gorgée et laisse la note au bon soin d’Amir, avant de saluer ce dernier du chef.

    Néo Marine et Trahison Syjz

    Néo Marine et Trahison

    Une histoire du Cipher Pol 5



    La pénombre gagne peu à peu l’île. Le magnifique coucher de soleil est annonciateur d’une nuit funeste, Farore est très loin de se douter de ce qu’il attend. Une mission sans encombre ? Certainement pas. Elle parvient rejoindre le lieu indiqué plus tôt dans la journée, elle découvre dès lors une position surélevée sur un petit promontoire lui permettant ainsi de monter un poste d’observation fiable, le confort du flanc de falaise laisse à désirer mais il offre un avantage stratégique majeur. Depuis sa position, elle peut voir le navire de l’adversité, il orne d’ores et déjà des voiles méconnues et un pavillon similaire à celui des néo-marins d’antan. L’équipage est extrêmement discipliné, il n’y pas un angle qui n’est pas surveillé de manière consciencieuse et professionnelle, s’infiltré ici ne serait pas une chose aisée, Farore opte donc pour se frayer un passage dans l’eau avant de se raviser, encore peu habituée à son fruit du démon elle avait omis le fait d’une mort certaine si elle entre en contact avec l’eau de mer. Décidément, rien ne semble pouvoir la mettre à l’aise en l’état, elle décide donc d’observer davantage pour élaborer un plan précis. Après plus d’heures d’observation pour tenter de trouver la moindre faille, elle se résigne, il faut malgré ses principes opté pour une manière plus frontale. Elle descend de sa cachette et se dirige vers le premier soldat venu, sa lampe torche a à peine le temps de pointer Farore qu’une lame d’air dévastatrice part de son pied pour venir trancher de part en part le pauvre bougre, son corps chaud tombe au sol et le bruit attire déjà d’autres ennemis. C’est un enchaînement de combat en mêlée qui s’exécute parfaitement. Bien que les soldats soient vaillants et assidus, ils ne font pas le poids contre Farore qui réalise des combos dévastateurs, alternant entre sa maîtrise du Fire Heart et du Rokushiki. Alors qu’elle croit sa victoire acquise, une force implacable et vive la repousse en direction de la falaise dans laquelle elle s’encastre littéralement.

    Une grimace vient déformer son visage, quelle était donc cette force immuable et d’où provenait-elle ? La nuit, qui a envahi les lieux ne lui permet pas de discerner convenablement la situation, mais deux yeux jaunes scintillent de mille feux. Sans réfléchir ni analyser la scène avec méthode, elle se rue sur l’adversité en enflammant sa jambe qui vient percuter de plein fouet une étrange fourrure et du cuir. L’animal pousse un cri strident que Farore reconnaît aussitôt, c’est celui du Chien Fû.

    « Commandant Sekyu ! C’est moi, Farore ! »

    L’animal change de forme pour prendre une apparence humaine, celle du Commandant de la Marine. Un homme à l’allure fier et au regard hagard. Il allume une cigarette aussitôt et observe avec insistance Farore, elle avait stoppé le combat, il lui devait bien ça.

    « Corsandre hein ? Qu’est-ce que fait le Phénix du Cipher Pol ici ? Ils ont enfin décidé de tenter de me buter ? »

    « Et bien, pour être tout à fait franche, c’est le cas… »


    « Et ils t’ont envoyé toi ? Quelle putain d’ironie hein… »


    Une kyrielle de questions s’enchevêtrent dans l’esprit de Farore, pourquoi le Cipher Pol l’envoi elle pour tuer un soldat renégat avec qui elle a un passif ? La réponse la foudroie aussitôt. La raison est tellement simple et évidente en fait. Il s’agit ni plus, ni moins que de son test final, celui qui définira si oui ou non elle fait partie intégrante du Cipher Pol 5. Le choix cornélien détruit chaque zone du cerveau de Farore de manière systémique et minutieuse. D’un côté, il lui est impossible de dire non à ses supérieurs afin d’espérer enfin un statut d’agent de catégorie deux. De l’autre, elle renoncerait à toutes ses valeurs si elle venait à mettre à mort un ami. Bien sûr, elle l’avait fait par le passé, impossible de ne pas penser à Vito, et depuis son visage la hante de jour comme de nuit. Alors que faire ? C’est en fait Sekyu qui possède la réponse, et lui seul.

    « Tu te poses un million de questions, et je suis presque sûr que tu pèses déjà le pour et le contre hein ? J’ai la réponse en fait. J’en ai même deux. Si tu me tues, ça ne changera pas grand-chose ici, ni pour eux, ni pour toi. Tu feras sûrement un bon agent. Si tu ne me tues pas, tes actes sur Manshon seront dévoilés, on te fera porter le chapeau pour trahison et on essaiera de te couler le plus possible, ça fera une jolie prime, fin du bal. Mais… Il y a un avantage. Tu seras libre, libre d’accomplir tes rêves, libre de vouloir faire ce que tu veux. »

    Il jeta son mégot au sol avant de plonger son regard dans celui de son interlocutrice.

    «C’est l’heure du choix. »



    Dernière édition par Farore S. Corsandre le Jeu 7 Sep 2023 - 8:32, édité 1 fois
      Néo Marine et Trahison Syjz

      Néo Marine et Trahison

      Une histoire du Cipher Pol 5



      L’illusion du choix. Un homme est fait de choix et de circonstances. Personne n’a de pouvoir sur les circonstances, mais chacun en a sur ses choix. Et ce choix est là, devant elle, impossible à parer. Tuer un ami ? Elle ne peut s’y résoudre, trahir le Gouvernement ? Non plus. Il ne reste donc plus que le choix du moins pire.

      « Tu ne me laisses pas d’autres solutions… »

      Elle pointe du doigt son navire, elle sait parfaitement qu’elle est épiée, elle sera sûrement renvoyée sur-le-champ et devra retourner à une vie civile banale. Du moins, c’est ce qu’elle croyait avec conviction. Erreur.

      Sekyu esquisse un petit sourire, puis il rallume une énième cigarette avant de faire un bref signe de main. Le voilà désormais sur son navire, l’allure fière et un brin hautain, une pointe d’arrogance se dessine aussi sur son visage. Farore ne peut que contempler le départ du bateau, un sentiment d’apaisement s’empare d’elle, elle ne revivrait pas l’épisode de Vito cette fois-ci, elle n’avait pas eu à faire de terribles choix. Satisfaite, elle tourne les talons et compte bien retourner au Mage Upichu pour faire son rapport et recevoir son irrévocable sanction. Mais les choses ne se passent jamais vraiment comme on les planifie. Plusieurs agents du Cipher Pol sont présents sur la route qui sort de la crique, ils arborent tous le même uniforme et le même air grave et sinistre. Naïvement, Farore se réjouit, car elle recevrait sa sanction plus tôt que prévu et pourrait ainsi emprunter le premier navire qu’elle trouverait pour rejoindre son île natale : Manshon.

      « Bon, dites-moi tout. Je suis virée, c’est ça ? »

      Les agents éclatent de rire tour à tour avant que le personnage central ne daigne lui en expliquer davantage.

      « Je crois que tu n’as pas très bien compris Corsandre. Non seulement, tu as échoué, mais tu as trahi le Gouvernement Mondial. Il n’y pas de simples licenciements dans ton cas. »

      Farore reste légèrement en retrait, sur la défensive et prête à rendre les coups. Mais une terrible explosion retentie, des panaches de fumée et une énorme colonne de feu s’élève depuis la mer. C’est le navire de Sekyu, un sous-marin du Cipher Pol venait tout juste de laisser s’abattre une torpille dans la cale à munition. Si l’explosion n’avait pas tué Sekyu, la mer ferait son office funèbre. Un sentiment de colère et d’amertume remplit le cœur de la mafieuse. Un air grave burine ses traits et la jeune femme laisse une fine brise venir la sortir de sa torpeur.

      « En fait… Je me suis menti à moi-même depuis toujours. Sur Manhson, j’étais persuadée de pouvoir laisser l’île échappée à son destin en montant tout cette opération. J’ai cru que j’allais apporter une certaine paix. J’ai cru que je pourrais à moi seule changer les choses. J’ai rejoint vos rangs, j’ai été humiliée par mon titre de traître, j’ai obséquieusement obéit à chacun de vos caprices. J’ai approuvé chaque mission, j’ai été docile, sur la réserve. J’ai tout fait pour avoir un sentiment d’appartenance à cette institution. Mais voilà, on me demande de refouler les règles dictées par le Gouvernement, de mettre à mal l’unité, la camaraderie, et l’ordre. Là où vous voyez des nuisibles, je vois des ressources. Tout ceci ne mène visiblement nulle part. J’ai trop longtemps refoulé ce que je suis vraiment : un criminel. Et aujourd’hui, vous allez combattre un criminel qui n’obéit qu’à elle-même, qui applique ses propres valeurs, vous aviez une personne prête à tout pour faire partie des services spéciaux du Gouvernement. Et je suis on ne peut plus sincère… Maintenant, fini de jouer, il est temps de comprendre la colère du Phénix. »

      Son pied s’embrase grâce au Fire Heart, elle s’élance vers le premier ennemi et lui assène un coup de pied enflammé en plein visage, le pauvre bougre se tord de douleur, mais les deux autres tentent d’ores et déjà la contre-attaque et viennent mettre à mal Farore. Des lames d’airs fusent çà et là, il n’est pas possible pour elle de tout esquiver. L’échange de coups dure plusieurs dizaines de minutes et aucun des deux camps ne semblent vouloir abdiquer. La tenue autrefois si parfaite de Farore se déchire et s’imbibe de son propre sang, la virulence de ses adversaires n’est qu’une démonstration sommaire de leur volonté de mettre à mal le crime dans ce monde. Et la volonté, Farore en manque cruellement, elle n’a plus de but réel, plus de structure, plus rien à quoi s’accrocher et tout ceci se ressent terriblement dans sa manière de se battre. Elle décide de mettre un terme à l’affrontement en envoyant une puissance lame d’air qui part de son pied, pour venir s’abattre dans une arche non loin. Elle provoque dès lors un terrible éboulement qui prend de court le Cipher Pol. La diversion est suffisante pour lui laisser le temps de partir et de fuir la zone. Tel un animal apeuré et blessé, elle se terre dans une caverne non loin. Blessée, elle souffre le martyre. Tout se chamboule désormais dans sa tête, elle sait qu’elle est recherchée, elle sait qu’elle est en position de faiblesse et la voilà désormais dans une impasse, sans but. Sans but ? Et si, elle devait enfin assumer son statut de criminel ? Si elle n’était bonne qu’à ça, ne devrait-elle pas mettre ce talent à profit ? Tapis dans l’ombre, une idée germe, puis un but, et finalement un rêve nouveau.