Le Deal du moment : -22%
Acer Nitro QG241YM3BMIIPX – Ecran PC Gaming ...
Voir le deal
139.99 €

Première traque feat Pandore





Première traque





Le soleil était haut dans le ciel dans les rues Zaun, et la journée était bien remplie pour l’agent Fawkes. Toujours en tandem avec son mentor l’agent Reese Pecte, ce dernier était là en tant qu’encadrant de la nouvelle recrue, histoire de l’aider dans ses premières missions. Mais aujourd’hui c’était un peu différent, c’était Reese qui avait hérité d’une mission et Fawkes qui serait là pour l’aider. C’est ainsi qu’ils se retrouvaient dans une taverne à l’abri des regards autour d’un verre pour mieux se fondre dans la foule. Une fois que le serveur a apporté les boissons, la vrai discussion pouvait commencer. Reese n’était pas du genre à tourner autour du pot.

Reese - « Bon, on a reçu une photo de la tronche du suspect : Julian Draxo. On va le suivre discrètement jusqu’à ce qu’il nous amène jusqu’à chez lui. Quand il en ressortira, l’un de nous ira chercher des preuves, quant à l’autre, et bien il continuera la filature. On se tient au courant par escargophone. Si on trouve quoi que ce soit de compromettant dans ses affaires, on l’interpelle aussitôt. Sinon, et bien je suppose que la mission va durer plus de temps que prévu. Il bosse normalement aux forges mais c’est bientôt l’heure de sa pause midi. On part en filature dès lors. »

Fawkes écoutait religieusement le briefing et plongea son regard dans le visage de sa cible. Il était jeune, mais il paraissait déjà bien sûr de lui. De quel crime cet homme avait il été accusé par une source anonyme ? Celui de copiner avec les révolutionnaires. Et ça, c’était le genre d’informations que le Cipher Pol aimait bien éclaircir. Les nouvelles recrues ont l’avantage de parler très facilement et d’avouer tout ce qu’ils savent sans opposer trop de résistance. Torturer un as ou un atout est plus compliqué, ils sont rodés à l’exercice et ne crachent pas le morceau rapidement. Les sympathisants et valets par contre, « ça croustille sous la dent » pour citer ce sadique de Reese.

Reposant l’avis de recherche, la jeune femme habillée toujours de sa tenue traditionnelle but son thé légèrement songeuse. Elle se demandait pourquoi avoir donner une telle mission à un agent de première catégorie comme Reese. Cela devait être une mission test pour voir si Fawkes allait essayer d’entrer en contact avec le révolutionnaire ? Ou bien est ce que l’administration du gouvernement mondial voulait savoir de quel bois était fait la jeune moine ? Dans tous les cas, elle ne comptait pas décevoir. Reportant son regard vers Reese, son sourire toujours au lèvre comme à chaque fois qu’elle est en publique, elle demanda.

Isis - « Une préférence pour la fouille ou la filature ? »

Reese - « Je me charge de la fouille, je voudrais pas que tu passes à côté de certains éléments. Si je tombe sur quelque chose de louche je te contacte. Assure toi d’être sur ton trente et un si tu dois l’interpeller. »

Le trente et un, un costume qui n’est jamais très loin de l’agent fawkes. Dans sa robe, elle a une longue cape noire qu’elle peut revêtir pour se dissimuler complètement en dessous, et elle a également un masque traditionnel de renard pour dissimuler son visage. C’était la tenue trente et un, celle qu’elle enfilait avant de passer à l’action pour ne pas compromettre son identité. Aussitôt après avoir payé le verre, Ils se mirent en marche dans les rues de Zaun. Attendant devant le travail de ce dernier, le couple du Cipher Pol était prêt à suivre le prétendu révolutionnaire.

Une fois ce dernier dehors, la chasse commença. Comme convenue, le jeune homme se dirigea chez lui sans faire attention. Une erreur de débutant qui pourrait lui coûter la vie dans d’autres occasions. C’était une maison miteuse qui empestait la pauvreté. Fawkes avait remarqué depuis un moment que les gens les plus pauvres avaient davantage tendance à vouloir intégrer la révolution. Forcément, c’est plus simple de vouloir l’égalité quand on a rien que quand on possède tout. Isis est certaine que son père lui, ne soutient en rien la révolution.

Mais assez parlé géopolitique, pour l’instant l’homme ressort de sa maison et il est temps d’agir. Reese s’infiltre sans aucun mal dans l’appartement tandis que l’agent en formation talonne le jeune naïf. Cela a durer quelques minutes, et puis finalement, la demoiselle entend un bruit provenant de sa poche. Le denden qui s’agite. Prenant l’escargophone dans le creux de sa main, ce dernier s’agita une fois décroché.

Reese - « C’est bien un révolutionnaire, tu peux procéder à l’interpellation. »

Isis - « Bien reçu, je m’en charge. »

Profitant d’une petite ruelle pour changer de vêtement et passer à sa longue cape noire et son masque de renard, l’agent en formation se faufila discrètement dans les ruelles jusqu’à rattraper sa cible. Elle était face à elle, et il n’y avait plus une seconde à perdre. L’angle était parfait, pour interpeller la personne discrètement sans se révéler aux yeux de tous dans la rue principale. Le moment était parfait, mais la personne était encore à une vingtaine de mètre d’elle. Tant pis, aux grands maux les grands remèdes. Isis utilisa le Soru pour se propulser vers sa cible. Le problème c’est que la demoiselle ne maitrise pas parfaitement le dosage de la technique.

Julian - « ARGH ! »

L’agent Fawkes et sa cible furent projetés dix mètres plus loin atterrissant en plein dans un mur. Le choc fût violent, suffisamment pour assommer Julian et faire tomber à la renverse Isis. Quelle plaie ! Cela aurait pu être fait plus en douceur ! Portant sa main sur l’escargophone, elle fini par ajouter.

Isis - « Cible appréhendée, on se rejoint comme convenue à l’endroit habituel dans quinze minutes ... »

Bien sûr, elle ne mentionna pas le fait qu’elle était actuellement rétamée au sol et qu’elle avait foiré son Soru. Sa cible était vivante mais bien K.O, c’était au moins la satisfaction de la jeune agent du gouvernement. Toujours le dos à même le sol, reprenant son souffle, elle tourna la tête et tomba nez à nez avec une paire de jambe appartenant à une demoiselle. Mais qui est ce ? Ami ou ennemi ? Se levant d’un bond, elle fini planter son regard dans celui de la nouvelle venue, sans dire un mot.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Zaun...

Un air putride, vicié, bouffi par la corruption des hommes comme celles des machines. L'île offrait un horizon macabre, hostile pour les étrangers, repoussant pour les plus impressionnables. Que faisais-tu ici ? Loin de ta demeure, loin de ton repos ? Difficile à expliquer... Un service à rendre, une main à tendre... Un concours de circonstances qui t'avait forcé à sortir de ta tanière, de ta tranquillité. Une manière pour la vie de te donner un coup de pied, de forcer le mouvement là où celui-ci avait été absent pendant trop longtemps maintenant.

La stagnation était un mal encore plus profond que les rejets pollués de Zaun. Si le second ne faisait qu'encrasser les poumons, le premier finissait par plonger dans une léthargie morbide. Les muscles s'atrophient, l'esprit se ramolli, et avant que l'on s'en rende compte, l'on ne vaut pas mieux qu'un mort en devenir.

Tu avais pourtant passé ton existence dédiée à l'effort, à la rigueur. Blessée, tant dans la chair que dans l'égo, tu n'avais su retrouver un semblant d'équilibrer. Une mentalité perturbée ayant tenté de combler sa perte, son manque, par autre chose. Etais-tu une meilleur personne maintenant que par le passé ? Difficile à dire. Cela faisait longtemps maintenant que tu ne vivais plus à travers le regard des autres.

Alors tu marchais, ta marchandise en main soigneusement empaquetée. Plaquée contre ton corps, tu t'assurais qu'on ne puisse pas te la voler facilement. Ici, la loi appartenait au plus fort, au plus influent. Hors de la juridiction du gouvernement mondial, les habitants de Zaun ne pouvaient compter que sur eux même pour faire face à la difficulté manifeste de la vie. Et sans savoir, en s'interdisant de jouer selon des règles justes, ils venaient inévitablement à baisser leur qualité de vie.

Pouvais-tu les blâmer ? Toi ? Alors que tu avais renoncé à faire de ce monde un monde plus juste.

Sans doute... Et tandis que tu te perdais dans tes pensées, en direction du port pour repartir d'ici, tu pouvais percevoir de ton œil valide un semblant d'agitation. Puis, à la vision vint à se joindre le chant d'un affrontement. Perplexe, tu t'apprêtais à rebrousser chemin, ne voulant pas te mêler de ce que tu n'avais plus le droit de juger, mais tu avais échappé bien trop longtemps à ton destin pour te subtiliser à lui une nouvelle fois.

Si tu ne venais pas aux problèmes, ceux-ci finiraient pas venir à toi d'eux même. Cela ne manqua pas. Une charge malencontreuse, un déplacement hasardeux au détour d'une ruelle et voilà que deux individus venaient à s'écraser proche de toi. Penchant ta tête sur le côté, perplexe, tu réfléchissais encore à la marche à suivre.

Un règlement de compte ? Difficile à croire. Si l'homme à moitié assommé trahissait une certaine appartenance à cet endroit, tant par son odeur que par ses vêtements, ce n'était pas le cas de la femme. Son accoutrement, cherchant à voiler son identité, en disait sans doute bien plus long que ce qu'elle aurait espéré. Tu n'avais côtoyé qu'un genre de personne usant de ce genre d'accoutrement pour se dissimuler loin des souvenirs. Et étonnamment, cela ne semblait pas te ravir.

Pour autant, tu venais à déposer ton sac au sol avant de te pencher légèrement, lui tendant la main en lui offrant un sourire de circonstance.

- Vous allez bien ?

Si tes soupçons étaient avérés, alors il aurait mieux valu que tu tournes les talons et que tu fasses comme si tu n'avais rien vu. C'était là un choix judicieux, mais que le destin te refusait. Il te fallait parfois affronter l'inévitable, même si celui-ci ne promettait rien de bon en perspective.

En effet... Qu'importe ce qu'il venait de se passer devant ton œil valide, cela n'était clairement pas passé inaperçu pour les locaux présents aux alentours. Tu pouvais sentir un peu d'agitation se faire alors que les mots, les paroles, s'échangeaient en échos à travers les ruelles à proximité. Zaun était connu pour être un lieu où les choses s'arrangeaient par elles même. Et si cet homme avait réussi à s'inscrire dans cette dynamique, s'appropriant le droit de revendiquer la protection locale, alors tu étais une étrangère se trouvant au pire moment et au pire endroit.

Quant à elle ? Il y avait sans doute bien plus dans ces projets que mettre à terre un malheureux et lui casser quelques côtes au passage.

Te frottant la tête de ton autre main, tu procédais l'information rapidement, tandis que les bruits de couloirs s'étaient transformés en ceux d'une marche grondante et rythmée. Zaun avait pour projet de se faire justice soi-même. Naturellement, tu ne pouvais qu'être hostile face à la ça. La loi était un outil formidable, qui ne pouvait être terni par les mains de brigands voulant se faire bourreaux d'eux même.

- Je crains que la situation ne dégénère rapidement.


Tu ne voulais pas te battre. Tu étais bien trop rouillée pour cela et tu avais tiré un trait depuis bien longtemps maintenant sur ta vie de soldat.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore




Première traque





La situation venait à se compliquer, c’est impressionnant de voir à quel point d’un simple événement pouvait découler toute une myriade de problèmes. En l’espace d’un instant, elle avait neutralisé un présumé révolutionnaire, et la minute d’après elle se retrouvait à se faire proposer de l’aide par une jolie femme borgne qui visiblement s’inquiéter pour elle. C’était une situation des plus inattendues. Elle avait utilisé son soru et était davantage vêtu comme une agresseuse que comme une victime, pourtant la femme brune avait décidé de faire confiance à cette mystérieuse apparition masquée.

C’était déroutant mais cela laissait peu de place aux suppositions. Soit sa mystérieuse bienfaitrice avait reconnu les techniques du Cipher Pol, soit elle avait une intuition du feu de dieu. C’était tout de même étrange comme façon d’agir, mais ce n’était pas pour autant que la demoiselle devait baisser sa garde. Bien au contraire. Il y avait déjà quelques personnes patibulaires qui venaient guetter ce qui se passait dans la ruelle.

En temps normal, elle aurait brandi le bouclier du gouvernement mondial expliquant être en mission et venant d’arrêter un dangereux révolutionnaire. Mais ici, il ne faisait guère office d’autorité bien au contraire. Le fait que le Tyran ait disparu peu de temps après avoir été vu au côté d’un membre du gouvernement mondial avait créé une certaine suspicion à l’égard de ce dernier. Et quand il a mentionné ses liens possibles avec la révolution dans l’escargophone vidéo, cela a alimenté tous les commérages. Tout cela, elle le savait grâce au briefing de mission que sa mémoire eidétique avait bien mémorisé. En gros, ils étaient seuls.

Enfin seul, pas tout à fait. Reese était un agent de catégorie un tout de même et il faisait très bien son boulot. Nulle doute qu’il sera là d’une minute à l’autre quand il comprendra que l’agitation en ville est due à sa capture un peu trop spectaculaire. Se relevant d’un saut carpé mais remerciant la demoiselle d’un signe de tête, le visage toujours dissimulée sous son masque de renard.

Fawkes - « Je vous remercie pour votre soutien, je vais bien. Enfin pour le moment … »

La situation était des plus complexes. Il y avait une ruelle déserte devant eux, un mur bien trop haut pour être escaladé sans l’aide du geppou et un toit bien trop loin pour permettre un même scénario. De plus, elle débutait encore avec cette technique et il lui était impossible de tracter un homme de quatre-vingt kilos dans les airs.  La foule commençait vraiment à s’agiter et à montrer des signes d’hostilités manifestes.

Emeutier - « Hé lâche Julian ! Il a rien fait ! »

Pilier de bar - « Encore des gars du gouvernement qui viennent foutre sa merde ici à Zaun ! On va s’en occuper les gars ! »

Bon, première mauvaise nouvelle, elle avait été plus ou moins reconnue sans certitude. C’est fou ça ! Pourquoi dès qu’il y a la moindre chose bizarre impliquant la disparition ou l’arrestation suspecte d’un notable, le gouvernement est toujours accusé ? Et deuxièmement, la personne à ses côtés avait été assimilée au gouvernement. C’était vrai ou bien un raccourci d’ivrogne ? Isis ne pouvait le dire. La seule chose que la demoiselle pouvait dire c’est qu’elle ne devait pas être du coin vu que l’on accuse pas quelqu’un que l’on connaît ainsi.

Il fallait agir vite, d’autant que les émeutiers avait l’air de vouloir en découdre. D’un bon, la jeune femme se projeta dans les airs et utilisa le rankyaku pour lancer une lame d’air au sol et faire reculer tous les émeutiers. C’était assez dissuasif, d’autant que les gens ne se doutaient pas du niveau de la jeune agent du Cipher Pol tout comme elle ne pouvait estimer leur niveau comme ça au jugé.  Il y eut un grand moment d’immobilisme, tous se jaugeant sans pour autant bouger. Isis demande à son acolyte du moment

Fawkes - « Est ce que vous savez vous battre ? Ma priorité est de mettre la cible à l’abri. Je vais donc devoir le protéger mais je ne peux pas m’assurer de votre protection par la même occasion. Mon coéquipier va venir nous prêter main forte pour l’extraction mais il faut tenir jusque là … »

Sa voix était des plus claires et sans peur. Elle avait été formée pour ce genre de situation. Ce n’était jamais agréable, mais l’avantage d’avoir un coéquipier comme Reese c’est qu’il trouvera toujours un moyen de se dépatouiller pour venir prêter main forte. Avec un agent qui traite la menace et l’autre qui évacue le VIP, c’était plus simple que de tenter une évacuation avec une foule hostile aux trousses.

Pour l’instant, elle allait devoir utiliser l’article 22, le plus connu de tous les agents du Cipher Pol : “Article 22 : Démerdes toi comme tu peux.”.  Il fallait composer avec tout ce qu’elle avait sous la main. Pour l’instant les deux seules personnes non-hostiles étaient Julian parce qu’il était inconscient, et la belle borgne qui ne semblait pas être hostile. La situation se corsait donc un peu.  Mais il en fallait plus pour décourager l’agent Fawkes bien déterminée à mener à bien sa mission.

Fawkes - « Oh et ...  désolée de vous avoir embarquée là dedans … Ce n’était absolument pas prévu … »

Est ce qu’elle était sincère ? Peut être bien. Après tout elle a horreur des imprévus et pour le coup elle était servie sur cette mission. Se mettant devant le jeune Julian encore inconscient, elle s’apprêtait à faire une distribution de Shigan des plus cinglantes. La mission était sa priorité et elle la mènerait à bout même si pour cela, elle allait devoir




  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Ennuyée...

C'était à prévoir. Si tu avais eu l'espoir de pouvoir sortir de cette scène, de t'échapper sans avoir à assumer les soucis d'autrui, tu l'aurais fais. Non pas par lâcheté mais simple volonté de continuer dans ce vers quoi tu t'étais engagée. Une vie hors des champs de bataille, hors des conflits. Tu ne craignais pas la mort, tu ne la cherchais simplement plus.

- Vous vous trompez. Je ne suis plus du gouvernement...


Tu venais à lever les mains en face de toi comme signe de protestation. Tu cherchais à calmer le jeu bien que tu savais celui-ci truqué. Qu'importe ce que tu pouvais dire, tu étais là, au mauvais endroit et au mauvais moment. Retenant un soupir alors que tu comptais chaque infraction qui se déroulait devant tes yeux, feignant de les ignorer mais ne pouvant t'empêcher de les juger quand même. C'était néanmoins dans l'action de cette femme, dont tu reconnaissais le groupe d'appartenance mais pas l'identité, que tu te savais condamnée.

Cette technique... Tes soupçons avaient été confirmés et ceux de vos ennemis du jour aussi. Désormais, c'était la représentation de la Justice contre la volonté d'exercer une Liberté totale. Une liberté débridée qui menait bien souvent à ce genre de scène violente qui allait se dérouler. Le mouvement de la jeune femme, bien qu'ayant fait reculé les plus malins, n'avaient pour autant pas terni leurs déterminations à venger leur camarade tombé au combat.

- Me battre... ? Je préférerai éviter.


Ton visage trahissait ton dilemme intérieur. Tu t'étais convaincue d'être rouillée, mais fondamentalement, ce n'était pas le cas. Pour peu que tu étais objectives, tu avais même prit en force depuis les débuts de ta convalescence, plusieurs années auparavant. Ceci dit, encore une fois, on ne te laissa pas le choix de la marche à suivre. La femme ayant ouvert les hostilités par sa démonstration de puissance, les flammes de l'hostilité flamboyaient désormais dans les yeux de vos assaillants.

Un coup de sabre... C'était ce que tu avais esquivé, avec une étrange nonchalance alors que tu avais pu voir sa tentative téléphonée de te décapiter. Ces gens là... Ce n'était que des criminels armés, sans aucune formation, sans aucun talent. Lorsqu'il vint à porter son second coup, celui-ci fut tout aussi infructueux que le premier. Pire, emportée dans son élan arrêté sans impact, le poids de son corps l'avait entraîné à faire une chute des plus fracassantes, le laissant s'écraser par sa propre incompétence sur le sol dur de Zaun.

Arquant un sourcil, d'autres vinrent à se joindre à la mêlée, tandis que cherchais toujours à désamorcer le combat. En t'attaquant, en s'en prenant à une civile manifestement, ils rajoutaient plusieurs crimes sur une liste déjà bien garnie. Même dans ton état actuel, tu avais du mal à totalement faire abstraction de ceux-là.

- Je ne suis pas...


Ayant saisi une brique à portée de main, tu te servais d'elle afin de te défendre. Coup de couteau, de sabre voir même de poings, tout ceci venait à se heurter sur cette simple brique, alors que l'un des bougres se fracassaient les phalanges sur cette maigre défense. Au bout d'un moment, il venait à abdiquer, en proie à une douleur abyssale sans même que tu n'ai à vraiment t'en prendre à lui.

A contrario d'eux, tes mouvements étaient précis, entraînés, rigoureux. Non seulement, tu possédais un physique bien au dessus des normes locales, mais aussi une technique qui ne pouvait que trahir tes origines ou du moins ta carrière dans la marine. Soit tu étais une criminelle, soit tu étais un soldat, il n'y avait que ces deux solutions. Finalement, de ton œil valide, tu pouvais apercevoir l'un des malandrins, sans doute plus déterminé que les autres, venir à charger son fusil avant de tirer sa balle de plomb en ta direction.

Trop lente, pas assez menaçante, tu venais légèrement à décaler le visage pour t'épargner son impact. Peut-être pas assez efficacement tandis que celle-ci avait légèrement entaillé ton oreille... Tu étais définitivement rouillée.

- Votre ami arrive bientôt j'espère ?


Tu étais bien trop calme ou nonchalante pour une situation comme celle-ci, ou le danger était palpable pour les yeux d'un observateur extérieur, incapable de discerner les différentes échelles de puissance en jeu.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore




Première traque





Lorsque les émeutiers vinrent en découdre, la mystérieuse jeune femme déclara qu’elle n’était plus du gouvernement. Cela intrigua au plus haut point Isis, ainsi il y avait des gens qui arrivaient à quitter cette vie bien pimentée et bien remplie du Cipher Pol ou de la marine ? Intéressant ! La jeune femme adopta une posture défensive typique des serviteurs de la mouette. Fawkes était une analyste dans l’âme, et même si la situation ne s’y prêtait pas, elle avait pu apercevoir des mouvements typiques de la marine d’élite. 

La situation devenait de plus en plus intéressante. Cependant, pendant un moment d’inattention à observer les mouvements bien synchronisés et très fluide de l’ancienne marine, elle en oublia son propre combat. Un des émeutiers lui asséna un coup dans le ventre avec une barre de fer avant même qu’elle n’ait pensé à activer son tekkai. L’enfoiré ! Cela avait au moins eu le mérite de remettre Fawkes dans le présent. Elle s’était trop dissipée et ce n’était pas le moment. D’abord, il faut s’occuper de ses manants. 

Reprenant sa respiration après son coup de barre de fer, elle fit un tekkai pour bloquer le coup suivant suivi d’un Shigan bien placé dans le ventre qui anesthésia son adversaire avant de le voir tomber au sol mollement. Ce n’était pas un meurtre, c’était un endormissement dû au venin se situant sous ses ongles. Lançant un regard plein de colère à la foule belliqueuse, l’agent Fawkes prit les devant.

Fawkes - “Vous ne savez pas à qui vous avez à faire ! Le gouvernement pacifiera votre île de gré ou de force. Depuis le départ du Tyran vous vous comportez comme des animaux ! Vous ne faites pas le poids face à la puissance du gouvernement ! Lui seul peut apporter la paix !”

Pas le temps de continuer sa diatribe que déjà d’autres émeutiers arrivent pour en découdre. Ceux qui s’approchent trop près goûte à son Shigan directement entre les côtes. Son objectif n’était pas de tuer mais bien de neutraliser. Bien évidemment, si accidentellement elle venait à en tuer un, cela ne l’empêchera pas de dormir le soir. Ceux qui s’opposent à la volonté du Gouvernement Mondial ne sont que des misérables à ses yeux, ou bien est ce que ce n’était que du cinéma ? La demoiselle était une grande actrice ne l’oublions pas.

Tandis qu’elle se battait avec acharnement en essayant de tuer le moins de monde possible, Isis entendit les suppliques de Pandore. Avait-elle perdu toute velléités de se battre ou d’arrêter les ennemis du gouvernement mondial ? C’était étrange, on lui a toujours dit que “les guerres se succèdent mais que l’âme du soldat reste éternel”. En tout cas, le fait qu’elle utilise une simple brique pour se défendre prouvait qu’elle savait se battre et improviser. Deux qualités bien trop sous-côtés aux yeux de l’agent Fawkes. Mais pour l’heure il fallait surtout les tenir à distance.

Fawkes - “Il ne devrait plus tarder … “

Isis connaissait parfaitement Reese, s’il la sentait à danger, il s’efforcera de venir le plus vite possible. C’était un homme assez galant en soi. Quand on parle du loup, le denden de Fawkes se met en marche et annonce d’une voix ferme.

Reese - “Envoie moi le VIP, je le réceptionne et tu files en Geppou !”

Parfait ! Le voilà revenu ! L’exfiltration c’était pour maintenant ! Souriant à cette phrase bien que personne ne pouvait le voir à travers le masque, l’agent du Cipher Pol utilisa son Rankyaku à trois reprises au sol et sur les murs pour soulever un grand nuage de poussière. Ne maîtrisant que sommairement ce coup là, ce dernier avait davantage pour but de faire un écran de fumée que de faire de réels dégâts. Profitant de la confusion, elle attrapa Julian et le jeta de toute ses forces dans les airs. Utilisant son Geppou, L’agent Pecte réceptionna le VIP et le mis en sécurité sur le toit à côté. 

Agissant vite avant que les émeutiers se jettent dans la fumée pour atteindre son acolyte du moment ou elle même, Fawkes prit l’initiative. S’approchant de la borgne, elle la saisit par dessous l’épaule comme pour épauler une personne blessée et sauta le plus haut possible dans le ciel avant de rejoindre son mentor avec la même technique qu’il a utilisé. Une fois en haut, Fawkes tomba sur les fesses et souffla un grand coup avant de retirer son masque.

Fawkes - “Pffiou c’était moins une ! Une mission rondement menée …”

Posant son regard sur la femme au bandeau noire, elle lui adressa un sourire sincère et inclina la tête en guise de remerciement.

Fawkes - “ Tu étais dans la marine d’élite n’est ce pas, j'ai bien reconnu ta façon de te tenir et de combattre … ?”

Elle attendait évidemment qu’elle décline son identité. Pendant ce temps Reese, visage complètement découvert et toujours dans son éternel costume trois pièces, vérifie l’état de santé de Julian. Il était bien vivant mais un peu secoué. Tant pis, ce n’est rien de toute façon comparé à ce qu’il va subir une fois ramené dans un QG de la marine. 




  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Impressionnant...

Qu'il soit maîtrisé à la perfection ou non, il était toujours étonnant de voir à l’œuvre l'art du Rokushiki. Plaçant inévitablement l'élite du gouvernement mondial au dessus de ses opposants, les manieurs de celui-ci était juste bien au delà des normes convenues. Avec leurs corps, ils étaient capable de prouesses dépassant largement leurs capacités physiques apparentes, et tu ne pouvais que rester silencieuse face au déroulé du combat.

Si tu t'étais contentée d'esquiver et d'éviter la confrontation, ce n'était pas le cas de la femme qui elle avait usé d'adresse et de dextérité pour répliquer, parfois avec une véhémence qui n'aurait su t'être dissimulée. La condamnais-tu pour cela ? Pas le moins du monde. Si tu refusais de prendre les armes, tu n'oubliais pas la situation dans laquelle vous étiez. S'ils en étaient capable, ces criminels vous aurez fauché sans la moindre hésitation. Il y avait une limite à la retenue, et celle-ci prenait fin lorsque sa vie était mise en danger.

Et ce n'était pas tant par principes que tu ne te défendais pas ouvertement mais plus par volonté de ne pas retomber dans tes travers. L'âme du soldat résonnait toujours en toi, mais tu l'avais étouffé tout ce temps pour une bonne raison. Ta main souffrant de légers tremblements, tu portais sur toi l'humiliation et la culpabilité d'avoir été blessée. Tu n'étais plus une combattante, tu n'en avais plus le potentiel et faire souffrir le premier lambda du coin ne changerait pas ce fait.

- Je ne suis pas certaine que ce discours était nécessaire...


Même si tu partageais au fond de toi cet esprit, tu ne pouvais qu'être pragmatique face à la situation. Jusqu'ici, vos appartenances respectives n'étaient que de l'ordre de la présomption. Après tout, la plupart ne connaissait pas les techniques qu'elle venait d'utiliser, et puis... Elle pouvait toujours venir d'un gang ennemi, tout comme toi. Après tout, ils s'étaient déjà fourvoyés une fois en te pointant comme la cible à abattre.

Désormais le doute n'était plus là, et des dizaines de témoins pourraient attester des actions du gouvernement en territoire hostile. C'était une bonne chose pour un soldat de la marine, difficile à savoir si cela l'était toujours pour un agent du Cipher Pol.

Finalement, tu fus traînée sur les toits sans que tu n'ai ton mot à dire tandis que la diversion fut sonnée et l'exfiltration organisée. Au passage, tu venais à déplorer la perte de ta marchandise qui elle était toujours au sol, abandonnée par la force des choses.

- ...


Ton visage se déformait en moue ennuyée tandis que tu tentais de fixer en contrebas tes affaires. Impossible, le nuage de poussière avait envahit la ruelle et cela n'aurait pas été étonnant si un malheureux s'était déjà emparé de celles-ci au passage.

- Vous vous trompez de personne. Je ne suis qu'une civile...


S'il était plus judicieux de décliner ton identité là tout de suite, tu ne t'étais toujours pas faite à l'idée d'accepter à nouveau cette part de ton passé. Pire, tu savais que si tu l'assumais aujourd'hui et maintenant, tu te rapprochais inévitablement de ce que tu ne voulais pas. Te réengager, céder à l'appel du devoir. Diminuée, tu étais un danger pour la marine, pour ton devoir. Il te fallait savoir rester à ta place, bien loin des lignes ennemies.

- Si cela ne vous dérange pas, je préfère partir.


Inévitablement, tu venais à focaliser les soupçons sur ta personne. Une ancienne marine ? Peut-être ? Mais que faisais-tu à Zaun alors ? Même si tu tentais de te justifier, la paranoïa était vue comme une qualité chez les agents du gouvernement. Et puis... Tu refusais de dire qui tu étais vraiment, c'était car tu avais quelque chose à te reprocher non ? Tu ne t'étais d'ailleurs jamais prise ouvertement et physiquement à ces gens qu'elle avait qualifié d'ennemi.

A cause de cicatrices encore vives, tu te retrouvais dans de sacrées emmerdes...




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore




Première traque





La femme au bandeau n’avait pas fini d’étonner l’agent du Cipher Pol. Alors qu’elle essayait de se montrer amicale, cette dernière fit mine de ne pas être rattachée au gouvernement mondial. Était- elle du Cipher Pol pour être à ce point dans le secret ? Ou bien est-ce seulement un épisode traumatisant de sa vie qu’elle préfère oublier. Si elle pensait s’en tirer à si bon compte, elle n’était pas au bout de ses peines. S’il ya bien une chose qu’Isis ne supportait pas c’était qu’on remette en question son esprit de déduction, et elle en avait trop dit maintenant pour partir en tournant les talons comme ça.


Se relevant d’un bond, Isis se fit craquer le dos récemment avant d’avancer vers la belle borgne. Elle l’examina un instant avant de sourire de satisfaction. Il y avait tellement de choses qui trahissaient son passé, tellement de mimiques et de paroles prononcées. S’il y a bien un domaine outre la médecine qui n’avait aucun secret pour Fawkes, c’était bien entendu la mécanique humaine et la façon de se mouvoir. Un civil ne se déplace pas de la sorte, un civil n’aurait pas tenu tête à autant d'émeutiers avec seulement une brique.  L’agent du Cipher Pol fini par dire à haute voix.

Fawkes - “Tu sais, que tu nous mentes, je le comprend très bien. Mais que tu te mentes à toi même je trouve ça des plus tristes.”

Elle souriait toujours, ne laissant entrevoir aucune animosité dans ses paroles. Isis était dévouée à la cause du gouvernement mondial tant qu’elle n’empiétait pas sur ses objectifs personnels. C’est peut être pour ça qu’elle n’a pas essayé de neutraliser la sergent chef. Comme dit l’adage, “Le secret est la seule chose au monde où, plus il y a de gardiens, moins il est gardé”. C’est du moins ce que veut la théorie, mais elle n’avait aucun grief particulier avec la marine. Elle était juste intriguée. Sans crier gare elle attrapa la main de la cyclope.

Fawkes - “Je ne me suis pas présentée, je suis l’Agent Fawkes et voici l’Agent Pecte. Faisons connaissance. On dit que l’on peut en apprendre beaucoup sur quelqu’un en regardant ses mains. Et vu les cales sur les tiennes, je suis prête à parier ma solde que tu es une bretteuse qui s’est entraînée avec acharnement. Ne vas pas me dire que c’est le poids du sac qui t’as fait ses marques, je ne te croirais pas. J’ai juste ?”

En plus de ça, tout à l’heure, elle avait mentionné le fait qu’elle ne bossait plus pour le gouvernement. Sans doute ne s’en était-elle même pas rappelé, ou alors n’en avait-elle plus rien à faire ? Maintenant qu’elle n’était plus affiliée au gouvernement mondial, quelle que soit son allégeance, elle n’avait plus envie de se revendiquer comme telle. C’était très intéressant de cerner la psychologie d’une vétéran de la marine d’élite. Visiblement, les agents du cipher pol ne sont pas les seuls à subir des cicatrices et séquelles psychologiques.  Minaudant légèrement devant la retraitée, elle fini par ajouter d’une voix douce et compatissante en utilisant son aura d’innocence.

Fawkes - “Ce qui m’inquiète, c’est que tu n’as même pas paru un tantinet impressionnée par cette foule en colère qui n’aurait fait qu’une bouchée de nous. Par contre, tu sembles sur la défensive quand on te parle de ton passé. Que cherches-tu à fuir ? “

Reese pesta de la voir s’occuper de son acolyte improvisée à l’insue de son plein gré, tandis qu’il s’occupait d’enrouler le corps de Julian dans une étoffe trouvée non loin de là. C’était sa cible et pourtant c’est Isis qui l’a neutralisée. Maintenant que le plus dur est fait, il faut trouver un moyen de rejoindre le port et de s’enfuir dans une île où la marine est présente. Bien décidé à avoir des réponses, l’agent Fawkes se positionna entre la marine d’élite et la sortie. Et si c’était une agent double, cela expliquerait bien des choses. Son envie de partir au plus vite et le sentiment d’être prise entre deux feux..

Fawkes - “Tu as l’air douée dans l’art de te battre, mais tout comme moi tu n’as pas envie de te battre là. Nous sommes donc dans une impasse n’est ce pas ? Que s’est il passé pour te faire perdre à ce point espoir en la justice. Tu es encore jeune, bien trop jeune pour prendre ta retraite dans la marine…”

Isis essayait de faire sortir la demoiselle de son mutisme. Cette dernière en avait peut être bien plus à apprendre à Fawkes que l’intégralité de sa division de CIpher. Elle était curieuse de savoir qui était cette femme, celle qui avait défendue une parfaite étrangère.”




Dernière édition par Agent Fawkes le Lun 18 Sep 2023 - 15:45, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Prise au piège...

La femme ne daignait pas relâcher son emprise sur ta personne si bien qu'elle venait à briser la distance, prenant un semblant de plaisir à te fixer de la sorte. De ton côté, tu ne pouvais qu'afficher un air passablement gêné, retenant tes pulsions et ton instinct lorsqu'elle venait à ta main blessée. Il n'aurait fallut que d'un peu plus pour que ton corps agisse par simple mécanisme de défense. Si tu ne pensais pas être en mesure de neutraliser deux agents du Cipher Pol, ton corps lui s'en fichait bien.

C'était la raison et le sang froid qui t'avaient évité un drame. Cacher la vérité à cette femme était une chose, s'en prendre à elle en était une autre, quand bien même tu pouvais placer cela dans la légitime défense.

- S'il y a bien une chose qui n'a pas changé depuis toutes ces années, c'est votre ténacité.


Tu disais cela, le sourire un peu gêné teinté d'amusement. Soupirant, tu grattais la tête, comprenant facilement que tu ne pourrais pas te soustraire à sa vigilance. D'autant qu'elle venait de décliner leurs deux identités. Si cela pouvait paraître anodin pour quiconque, ce n'était pas son cas. En faisant cela, elle venait de te condamner. Tu en savais désormais beaucoup trop pour une simple civile, et tu avais intérêt t'ouvrir à eux si tu ne pouvais pas finir dans une geôle pour un prétexte quelconque.

- Je m'appelle Pandore. J'ai été effectivement dans la marine d'élite. Pour dire vrai, je suis en phase de convalescence à durée indéterminée. Je n'ai pas vraiment démissionner.


Difficilement de dépeindre l'apparence de la femme qui se tenait en face de toi. Elle avait voilé au mieux son physique et si ce n'était sa voix teinté d'une étrange innocence, elle n'avait rien qui la démarquait. Là était la plus grande arme de ces agents. L'art de la tromperie et de la manipulation. Tu ne pouvais pas lutter face à cela, elle t'avait elle même traîné dans ce cul de sac et t'avait contrainte à parler. Elle était douée, bien plus que toi en la matière.

- J'étais sabreuse mais ce n'est plus le cas... Cependant... Je tiens à vous faire remarquer que cet homme n'était pas seul. Si vous aviez été attentive à autre chose que moi tout à l'heure, vous auriez remarqué qu'une femme s'est soustraite de la foule avec l'attention de prévenir quelqu'un.


C'était là l'avantage de n'avoir pas cherché à attaquer en retour. Perdue dans l'idée de simplement te défendre, tu avais la pleine possibilité d'observer les alentours et la scène de tantôt. Tu ne perdais aucun détails, et tu espérais jeter les agents sur une nouvelle traque autre que toi en cible.

- Je ne connais pas votre mission, mais je pense qu'il y a plus à arrêter que cet homme. Je peux aider.


Tu savais que généralement le Cipher Pol était assez obtus dans sa manière de procéder. Un début, un milieu et une fin. Mais elle avait de l'assurance cette femme et peut être voudrait-elle se démarquer de ses congénères. Une grosse prise imprévue, c'était là une possibilité de progresser. Et puis... Si tu les aidais, ne serait-ce qu'un peu, tu espérais que cela te permette de repartir dans ton petit quotidien tranquille et sans problème.

Une sorte de marché que tu proposais tandis que tu écourtais la distance en approchant ton visage du sien sans une once de gène pour tenter d'entrevoir un visage derrière ce masque opaque.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore




Première traque





Lorsque la femme au bandeau loua la tenacité des agent du Cipher Pol, l’agent Fawkes afficha un sourire satisfait. Elle avouait donc à moitié connaître le gouvernement mondial et ses représentants sur le terrain. Était- ce uniquement de réputation ou bien avait-elle pu nous fréquenter durant nos missions ? Elle ne tarda pas à avouer, suite à cela, son appartenance à la marine d’élite bien que théoriquement en convalescence. Cette femme plaisait de plus en plus à Isis qui avait cessé dès lors de la regarder sous toutes les coutures à la recherche d’information la concernant. Elle en savait suffisamment.

Elle avait obtempéré suite aux présentations des deux agents en mission. Elle était donc des plus intelligentes. En temps normal, les agents ne se dévoilent pas. Et s’ils le font c’est qu’ils y ont été contraints. Surtout pour ce genre de mission d’interception de potentiel révolutionnaire. Si Fawkes avait pris la liberté de se dévoiler, c’est qu’elle avait déjà cerner la véritable nature de la jeune marine. Sinon au pire des cas, elle aurait fini dans une prison interrogatoire du Cipher Pol dans le meilleur des cas. Au CP9 par contre, il était davantage commun de tuer les témoins.

Mais nous nous égarons, la demoiselle avait pris la peine de se présenter : elle se nommait donc Pandore et visiblement, elle n’était pas au mieux de sa forme. Sa curiosité légendaire voulait la faire parler plus, mais ce ne fût pas nécessaire. Elle expliqua avoir eu une blessure qui l’empêchait de se servir d’un sabre. D’où la convalescence, se disait l’agent en formation. Très vite, elle dévia la conversation jusqu’à faire remonter un détail que les agents avaient omis. Une femme qui aurait profité de la confusion pour s’enfuir et à l’attitude louche.

Interloqué, Fawkes admira la jeune femme de bas en haut, des grands yeux inquisiteurs qui tentaient de déceler la moindre parcelle d’âme de la jeune femme. Etait ce une tentative désespérée d’éluder sur sa vie ou pas. Avait elle raconté quelque chose de fait simplement pour ne plus centrer les dialogues sur elle ? Cela fascinait Isis. Cette Pandore avait encore beaucoup de secrets, et c’était là le plat préféré de l’employée du gouvernement mondial.

Faisant fi de toute bienséance, la jeune femme proposa de les aider en approchant son joli petit minois à proximité de la jeune Fawkes. Véritablement charmée par cette dernière, l’agent du cipher pol afficha un sourire des plus sincères avant de poser ses lèvres sur celle de la marine d’élite. C’était un simple baiser voler dans le but de la perturber. Suite à cela, elle ajouta d’une voix toute guillerette.

Fawkes - “Hum et bien pourquoi pas aller chercher une autre proie, ça te remettrait le pied à l’étrier !”

Reese - “C’est pas prévu dans notre mission, on doit s’exfiltrer, tant pis pour elle, nous la rattraperons plus tard.”

Fawkes - “Reese, mon beau, où est donc passé ton plaisir pour la chasse et la traque ? Je t’ai connu plus enthousiaste, tant qu’à être là, autant s’assurer qu’on ne passe à côté de rien du tout ?”

Fawkes s’était rapproché de l’homme au costume trois pièces au visage inexpressif en permanence. Ce dernier continuait de fixer Pandore pendant qu’Isis passait dans son dos pour le masser un petit peu. Rigolant légèrement, elle fini par lui dire doucement à l’oreille pour que la marine l’entende.

Fawkes - “Ce n’est pas exactement comme si on pouvait aggraver la situation, on est déjà recherché de partout sur ce côté là de l’île. Et aucun d’eux n’a vu mon visage.”

Reese - “ Bon d’accord, je vais attendre avec Julian devant le bateau. Si dans une heure tu n’es pas revenue je pars sans toi. Fais vite et essaye de ne pas te faire tuer.”

L’homme s’écarta des mains d’Isis et se saisit du corps de Julian encore sonné pour le ramener jusqu’au port. Comme quoi parfois il savait se montrer conciliant. Une fois ce dernier parti avec le corps du jeune homme dans les mains, la médecin afficha un grand sourire à l’attention de la convalescente. Toujours autant attirée par l’idée de voir ce qu’elle vaut et ce qu’elle sait faire, l’agent du cipher pol déclara :

Fawkes - “ Et bien, nous voici seule désormais. Nous pouvons nous mettre en route. Passe devant, j’ai hâte de voir ce qu’ils t’ont enseigné à la marine d’élite.”

Ce n’était pas un hasard si Fawkes avait laissé le commandement à Pandore alors que rien ne lui obligeait. Elle avait perdu le goût à la marine et la doctoresse espérait bien arriver à lui faire réintégrer sa section. Surtout depuis les événements récents où les pirates se lâchaient de plus en plus dans leurs pillages et leurs exactions. Peu importe ce qu’elle cachait, elle t’intriguait au plus haut point. S’approchant jusqu’à avoir le visage très proche de la demoiselle à son tour, elle ricana avant d’ajouter.

Fawkes - “Tu m’intrigues je dois avouer …”






  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Soit...

Cela allait donc continuer ainsi. C'était prévisible, bien que tu ne comprenais pas, elle s'était prise d'un intérêt certains pour ta personne. Pour elle, la mission était devenue secondaire, du moins, elle appréciait le fait que tu sois là pour la rendre moins barbante. Tu avais d'ailleurs arqué un sourcil lorsque celle-ci t'avait dérobé un baiser, posant rapidement ses lèvres sur les tiennes. T'y attendais-tu ? Pas le moins du monde.

Clignant de ton œil valide, tu avais pris quelques secondes à procéder l'information avant de lui offrir une expression de confusion puis de gène avant de te perdre à nouveau dans un faciès assez neutre. Elle jouait avec toi et tu ne pouvais pas vraiment lui refuser le tour de manège. Enfin. Tu n'allais pas te plaindre. Ce n'était pas non plus comme si cela avait été subit comme une forme de torture.

- Vous voulez que je passe devant... ?


Voyant son partenaire s'extraire de la zone, tu te retrouvais en duo avec elle. Son tempérament semblait la rendre imprévisible pourtant tu en étais persuadée, elle savait pleinement ce qu'elle faisait. Que ce soit dans sa mission ou avec toi. Même si elle avait été plutôt maladroite durant votre rencontre, elle non plus n'avait pas paniqué lorsqu'une foule en colère s'était jetée sur vous. C'était une erreur que de la sous-estimer.

- Je ne suis pas en service vous savez, et ça fait très longtemps que je n'ai pas fait ça. Votre visage n'est pas connu mais le miens oui... J'aimerai éviter de m'attirer plus de problème que nécessaire.


Mais tu l'avais très bien compris. Tu n'aurais pas ce que tu aimerais aujourd'hui. Soupirant cette fois-ci de manière bien visible, tu venais à retirer ton visage du sien avant d'inspecter la zone. Descendant du batiment avec précaution, tu venais à te gratter la tête. Tu savais par où était parti la femme en question mais tu préférais t'esquiver la foule. Bon sang... Cette vie, elle t'accrocherait à la peau quoi que tu ferais. Tu avais pourtant réussi à t'en éloigner, une opportunité que peu de gens avait eu la chance de saisir.

- Agent Fawkes c'est bien ça ? Sachez que je refuse de combattre malgré tout. Je ne suis là qu'en soutien.


Elle pouvait te forcer à plein de chose mais pas ça. Tu n'étais plus une combattante, tu n'avais ni le potentiel pour le prétendre ni le droit. Ta place était en retrait et uniquement là. Ta main tremblante en était un signe que tu ne pouvais pas ignorer. Longeant alors les ruelles, tu faisais ce qu'on t'avait apprit sans jamais n'avoir rien oublié. Même si la marine d'élite était une unité d'intervention qui se souciait que rarement de la discrétion, il restait simple de tromper la vigilance des gens les moins expérimentés.

- Cette femme... Si on déniche où elle est partie, nous risquons de tomber sur plusieurs autres criminels. Il n'est pas présomptueux de penser qu'ils risquent d'être plus doués qu'une foule énervée. Vous saurez gérer ?


Saurais-tu t'en tenir à tes convictions si elle venait à être danger ? Peut-être pas. Cette femme... Elle pouvait t'attirer tellement d'ennui que rien que le fait d'y penser te donnais mal à la tête.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore




Première traque





La marine d’élite n’était pas plus emballée que ça à l’idée de suivre l’agent Fawkes dans sa chasse, mais à côté de ça, c’était elle qui avait proposé l’idée. C’était fascinant de voir à quel point les gens arrivent à se faire prendre à leur propre piège ? Ou peut être est ce seulement une volonté cachée de revenir dans la course ? Ou tout simplement son inconscient qui la guidait vers sa destinée ? Peu importe, chacune des réponses convenaient à l’agent du Cipher Pol pourvu qu’elle mène la danse.

Effectivement, même si elle se montrait désinvolte par la parole, elle était d’une efficacité rare à trouver sa proie. Pour l’occasion, la jeune femme avait retiré sa tenue d’intervention et remit son masque sous ses vêtements. Elle était parfaitement innocente dans cette tenue là. Et même si son acolyte prenait un maximum de précautions pour ne pas se faire voir, la demoiselle la suivait le plus naturellement du monde. Il n’y a rien de plus discret que de se mêler dans une foule, pourtant elle ne tardait jamais à rattraper l’agent d’élite. L’anonymat de la tenue et du masque était quand même un sacré luxe. Et puis, il faut avouer que pouvoir se balader librement quand Pandore était obligé de raser les murs, c’était tout bonnement plaisant.

Le plus ironique c’est qu’elles en étaient là à cause de Fawkes mais elle ne manifestait pas le moindre regret, au contraire même ! Sans sa boulette de tout à l’heure, elle aurait sans doute jamais rencontré Pandore et ne serait pas en train de la jauger comme ça. Elle avait mentionnée le fait de ne pas vouloir se battre, et bien sûr comme vous vous en doutez, ce n’est pas le genre de Fawkes de pousser les gens dans leurs retranchements. Honnêtement, vous y avez cru ? Bien évidemment que cela devint même sa raison d’être à ce moment précis. Pour cela, inutile de dire que l’annonce finale de la borgne fit sourire l’Agent Fawkes.

Fawkes - “Ne t’en fais pas, je suis certaine qu’au pire des cas tu prendras la décision de t’enfuir et me laisseras me faire tuer sans lever le petit doigt.”

Une petite pique énervante peut être, mais criante de vérité. Voilà le genre de petit poison qu’elle aimait administrer, peu lui importait, ami ou ennemi, les paradoxes et les dilemmes c’est son violon d’ingres. D’autant que pour le coup, il n’y avait plus Reese pour lui rappeler qu’elle était une insupportable peste. Après, c’était la proposition de la jeune marine d’élite. Inutile de dire qu’elle était pleinement responsable de son sort aux yeux de l’agent Fawkes. 

Elle vit au loin deux gros costauds qui étaient présents parmi les émeutiers. Sans doute était il en train de chercher les deux ravisseurs de leur ami Julian. S’ils avaient vu la médecin sans se douter qu’il s’agissait d’une des deux silhouettes, ils n’avaient pas encore vue Pandore. C’était une occasion qu’elle ne pouvait manquer. S’approchant de la jeune marine, elle lui murmura à l’oreille.

Fawkes - “Je crois que j’ai vu quelqu’un qui ressemble à la description de la femme que tu as mentionné, dans la ruelle à ta droite.”

Laissant Pandore s’approcher de ladite ruelle, elle s’approcha ensuite très rapidement des deux colosses avant d’attraper la manche de l’un d’entre eux qui la regardèrent avec une colère non dissimulée

Emeutier - “Qu’est ce que tu veux gamine ?”

Fawkes - “Il y a la dame qui a enlevé Julian qui est dans la ruelle là bas ! Vite avant qu’elle s’en aille !”

Jouant son jeu d’actrice innée, les colosses n’y ont vu que du feu et ce sont précipités dans la ruelle talonnée par une Isis bien trop heureuse de pouvoir jouer à son jeu préféré  : le chaos. Les deux émeutiers se mirent à barerr la route à la dénommée Pandore, l’enfermant dans la ruelle qui se trouvait être un cul de sac. Une manigance de l’agent du Cipher Pol ? Possible. En tout cas, elle observait la scène de loin, les deux malabars étant prêt à en découdre.

Emeutier - “Et toi ! Où es ta pote qui a emporté la gamine ? T’as intérêt à cracher le morceau sinon ça va mal finir pour toi !”

Bien entendu, Isis n’était pas très loin, elle n’aurait raté ça pour rien au monde. Elle se trouvait derrière les deux malabars et affichait un sourire amusée que seule l’ancienne bretteuse pouvait voir. C’était le kiffe totale pour l’agent du Cipher Pol. En plus, c’était deux mecs costauds en apparence mais qui n’était pas une menace. Aucun ne pouvait rivaliser. C’était juste un test pour forcer la main à son acolyte dans une situation où elle n’aurait pas d’échappatoire.









  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Une vraie peste...

Elle t'avait trompée, elle s'amusait encore une fois de toi. Quelques années auparavant, tu aurais sans doute condamner ouvertement son acte, tentant même de s'en prendre à elle par un sursaut d'orgueil. Mais désormais tu te contentais de pencher ta tête sur le côté afin de fixer celle qui jubilait. Elle voulait te pousser dans tes retranchements et te contraindre à la faute, à l'excès.

Fixant alors les deux colosses, tu les jaugeais rapidement tandis qu'ils t'agressaient verbalement, s'approchant de toi avec l'idée d'en découdre. Ils étaient grands et musclés, mais leurs démarches étaient grossières. Il t'était facile pour toi de discerner les vulnérabilités flagrantes qui marquaient leurs présences, pour autant, tu ne voulais toujours pas avoir à te battre.

Qu'importe la situation, tu refoulais tes instincts primaires, quitte à devoir prendre quelques coups au passage.

Et si tu avais pu jouer de la danse avec la foule tantôt, ce ne serait sans doute pas le cas avec eux. En temps normal ils ne représentaient pas une menace pour toi, mais avec les contraintes que tu t'infligeais, c'était une tout autre histoire. Soupirant alors de manière bruyante, tu ne leur offrais aucune réponse, c'était là une chose inutile. Ils n'allaient pas simplement se contenter de repartir si tu leur disais que tu ne savais pas où il était détenu.

- J'aimerais éviter de...


On te laissa une nouvelle fois pas finir alors que les phalanges du plus grand menacèrent de s'écraser sur ton front. Décalant légèrement sur la droite, tu pouvais sentir l'air se déplacer par la force de son mouvement. Il te fallait te défendre et vite tandis que l'autre venait à te saisir par la taille pour essayer de te soulever.

- Soyons civilisés.


Solidement fixé sur le sol, le bougre avait beau utiliser toute sa force, il n'arrivait pas à te faire décoller d'un millimètre. Ce n'était pas une technique semblable au Rokushiki dont tu étais bien incapable d'en comprendre les rouages, mais plus une position stable et l'usage de muscles bien plus puissants et toniques que les siens. Finalement, tu venais à décaler une nouvelle fois ta tête alors que le poing du premier s'écrasait sur le poitrail du second.

Chargeant tout deux vers toi, tu venais changer de posture à chacun de leurs assauts pour t'éviter la peine de te prendre un poing mal placé dans les dents. Et lorsque tu le pouvais, tu venais à naturellement diriger leurs élans respectifs vers l'autre. Et avant même qu'ils aient le temps de protester, voilà qu'ils venaient à s’assommer mutuellement sans que tu n'ai eu besoin de lever le petit doigt.

Depuis le départ, tu avais gardé tes mains dans les poches, t'assurant que celles-ci ne sortent à aucun moment pour t'empêcher de faire d'usage de la force.

Fouillant les deux corps assommés, tu venais à trouver quelques papiers intéressants qui sauraient écourter vos recherches à l'aveugle.

- Ils avaient ça sur eux, ça peut vous donner une indication sur là où ils se terrent.


Tu venais à lui lancer les papiers avant de frotter tes vêtements, t'assurant que ceux-ci n'avaient pas été trop sali par le précédent combat qui n'en était finalement pas un. Bon sang... Allais-tu devoir supporter ses pitreries encore longtemps ? Tu voulais simplement reprendre ta petite vie.

- S'il vous plaît, ne recommencez plus sur ce genre de chose.


Car si ta patience paraissait être légendaire, elle avait une limite comme toutes choses.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore




Première traque





La marine d’élite s’en sorti sans aucun mal des deux hommes envoyés pour la tester. Si le but était de la faire sortir de ses gonds, c’était raté. D’un calme olympien et en usant juste de mouvement fluide et précis, elle s’était défait des deux colosses envoyés contre elle. Sa façon de bouger et ses réflexes furent analysés par l’agent Fawkes qui semblait surprise. Il y avait une justesse dans sa façon de se mouvoir qui épatait Isis. Durant la phase de protection de Julian, elle n’avait pas pu l’analyser correctement, trop occupée à dégager les hordes de parasites à ses trousses. Mais là, elle eut tout le loisir d’analyser. 

Quelque chose clochait, elle était beaucoup trop à l’aise. Ce que l’agent du Cipher Pol avait pu analyser comme étant de la peur n’était peut être pas uniquement la peur de prendre des coups ou d’en encaisser. Elle était à l’aise avec son corps et n’a semblé craindre à aucun moment les coups qui lui ont été asséné. C’était donc juste par pure idéal qu’elle n’avait pas daigné se battre depuis le début ? Cette pensée fit froid dans le dos de l’Agent Fawkes.

Elle avait côtoyé quelques temps certains marines, de la régulière ou de l’élite, et aucun ne lui avait fait fort impression au point qu’elle s’était mise à les sous-estimer. Mais visiblement, il y en avait peut être certain qui savait se battre, et si elle décidait d’en arriver là. Peut-être même que Fawkes allait y laisser des plumes. Elle n’était plus sa proie désormais, elle était un prédateur qui refusait d’attaquer patiemment. Cela changea radicalement l’attitude d’Isis qui inclina la tête en signe d’excuse en ajoutant.

Fawkes - “Je vous prie de bien vouloir m’excuser, j’avais besoin de savoir. Cela ne se reproduira plus.”

Véritable crainte que ça s’envenime contre elle ou bien tentative de faire baisser sa garde à la marine d’élite ? Qui sait ? Dans le rôle du menteur, elle est la meilleure des artistes.Elle n’aurait pas rejoint le Cipher Pol si tel n’était pas le cas. Les plus attentifs auront remarqué un passage au vouvoiement par habitude lorsqu'elle s'excusait. Elle le savait mieux que quiconque, quand l’adversaire semble plus fort que toi, il vaut mieux espérer un péché d’orgueil. Mais peut être était ce simplement le fait que Pandore avait un niveau au combat supérieur au sien, et que cela s’était ressenti durant le combat. Vous ne le saurez jamais.

Amenant à ton visage le papier que la demoiselle t’avait lancé, tu soupirais. Les informations présentes sur ce papier là rendait la traque ennuyeuse. Une adresse, l’adresse de Julian, une écriture d’apparence féminine qui avait griffonné tout cela sur un morceau d’affiche.  Rien de très probant. Les choses étaient beaucoup trop simples et cela ne plaisait pas à Fawkes. Véritablement intéressée par les plans complexes et les plans extrêmement bien ficelés, la mission devenait rapidement un ennui pour elle. Elle en perdit même toute sa saveur. 

D’un coup, elle se mit à arracher le morceau de papiers en plusieurs morceaux avant d’ajouter d’une voix désormais beaucoup moins amusée.

Fawkes - “Non seulement elle n’est pas dans notre mission, mais en plus de ça elle est trop simple à traquer ! Quelle traque pourrie …”

Prenant une grande respiration, elle se tourna vers son acolyte du moment avant d’ajouter d’une voix calme et bien moins enjouée que l’autre fois, comme si elle avait perdu tout intérêt pour cette mission.

Fawkes - “On a qu’à aller voir à cette maison si la fuyarde est là, je prend deux ou trois informations et on s’exfiltre. J’aurais préféré qu’on ne trouve pas ce papier, cela aurait donné du goût à la traque.”

Pestant, elle indiqua la direction à son acolyte du moment, elle s’éclatait moins et ça se ressentait dans sa manière d’être. Est ce que c’était le fait de comprendre que Pandore était plus forte qu’elle ? Le fait que la mission ne soit clairement pas aussi difficile depuis qu’elles sont tombés sur le papier ? Allait savoir, mais cette fois, cela ne semblait pas simuler. Muette pendant un temps, elle rompit le silence pour demander.

Fawkes - “Dis moi Pandore, je ne comprends pas. Tu m’as prouvé tout à l’heure que tu savais te battre, tu as été dans la marine d’élite, tu t’es sculptée un corps qui demande de l’acharnement, de la discipline et une intensité rare. Pourquoi être comme ça maintenant ? Quel est donc cet idéal qui t’a poussé à devenir aussi forte pour ensuite tout laisser tomber d’un seul coup ? Tu me parlais d’épée tout à l’heure … Je pense que y a autre chose, de plus profond …”

Cela pouvait choquer Pandore qui est passée de la peste sans coeur à l’amie qui veut aider, mais après tout cela faisait partie du personnage. La curiosité est son plus grand défaut, et elle voulait absolument avoir des réponses.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Un soupir...

Cette fois-ci, tu ne le cachais même plus. En tentant de te faire patience, elle avait fini par s'énerver elle même si bien qu'elle venait de déchirer l'un des éléments essentiels à une bonne traque. Certes, cela rendait la chose aisée mais pourquoi s'en priver ? Le plaisir de la chasse ne devait être que secondaire face à l'objectif de la mission. Elle avait certes dévié de ses plans orignaux en acceptant de capturer bien plus gros que le filet qui lui avait été confié, mais cela servait avant tout les intérêts du Gouvernement Mondial.

Désormais, c'était ses intérêts qu'elle servait, et tu ne pouvais t'empêcher de condamner son acte silencieusement. Si elle avait été sous tes ordres, tu n'aurais sans doute pas laissé passer ça. La suffisance pouvait être extrêmement dangereuse et cette Fawkes n'en manquait clairement pas. Cependant, tu n'étais pas en service et ce n'était pas là ta subalterne. Pour la première fois, elle prenait les devants et voulait que l'on fasse comme elle. Soit.

- Décidément...  


Tu te grattais la tête alors que désormais elle cherchait à nouveau à fouiller dans ton passé. Elle ne comprenait pas tes choix et avait ce besoin viscéral d'en saisir la logique derrière. Pourquoi ? Sans doute car elle n'arrivait pas pleinement à te cerner. Sans doute que pour une experte de la manipulation il était complexe pour elle de converser avec autant d'inconnus. Son énervement était peut-être la résultante de ta réserve, du paradoxe que tu représentais. Tu savais te battre mais tu t'y refusais. Tu t'étais forgée un corps solide mais tu ne voulais plus t'en servir.

Affichant alors un sourire gêné, ne voulant pas te perdre en drame inutile, tu venais à pointer ta main dominante devant elle. Si celle-ci paraissait être creusée par l'effort, il devenait facile de discerner après quelques secondes d'observations un tremblement persistant.

- Voyez-vous cette main tremblante. Ce n'est là que le résultat de ma négligence passée. J'ai été blessée gravement et mon bras ainsi que ma main m'empêche d'utiliser efficacement une épée. Il n'y aucune solution évidente à ce problème, pas pour quelqu'un d'aussi peu importante que moi. Alors plutôt que de mettre en danger ceux qui m'entourent par suffisance, je préfère m'abstenir. M'empêcher de me battre, c'est une manière pour moi de ne pas retomber dans mes travers. Que vous compreniez ma pensée ou non n'y changera rien.


Si son regard était vif, elle pouvait discerner une cicatrice béante qui s'étendait sur la totalité de l'intérieur de ton bras. Tu ne mentais pas en disant cela. Certes, tu pouvais battre la plupart des grouillots qui se terraient ici, mais cela ne changerait pas le fait que ta carrière était terminée. Tout ce que tu pouvais faire, c'était de te forcer à l'accepter.

- Je vous apprécie Fawkes. Vous êtes intelligentes et vous savez obtenir ce que vous désirez. Mais je ne suis pas votre ennemie ni même la cible de votre traque. Accomplissons ensemble votre devoir et nous aurons l'occasion d'apprendre à nous connaître autant que vous le voudrez ensuite.


D'une certaine manière tu avais abdiqué face à sa persistance. Tu ne pourrais pas lui faire lâcher ta jambe et c'était mentir de dire qu'elle n'avait pas fini par attirer ta propre curiosité.






Dernière édition par Pandore le Mer 20 Sep 2023 - 23:12, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore




Première traque





Finalement, Fawkes était arrivée à briser la carapace de Pandore et à lui soutirer les informations qu’elle recherchait. Mais un détail l’avait déstabilisé. Elle ne se sentait pas importante ? Tous les gens qu’elle a côtoyés jusqu’à maintenant le penser. Seul les faibles conscients de leur faiblesse acceptent de se déclarer non importants. Et là c’était la personne qui avait tenu tête à la horde d’émeutier qui oser penser cela ? Non, s’en était trop. D’autant que c’était un sujet particulièrement important aux yeux de l’agent Fawkes. Arrivé à l’embranchement d’une ruelle, elle empoigna Pandore par le bras et la plaqua contre le mur, mettant une main de chaque côté de sa tête pour la prendre entre quatre yeux.

Fawkes - “Je t’interdis de penser que tu es non-importante. Tu es une personne exceptionnelle ! Tu as une puissance que je n’ai encore jamais vu auparavant ! Si par conséquent tu te dis pas importante, c’est que je ne le suis pas et ça c’est non ! Tu as du coeur et une volonté incroyable. Je t’interdis de penser ça.”

La valeur des gens, un sujet qui était très sensible aux yeux de l’agent en formation. Quand on est chassé de chez soi à dix ans, envoyé à l’autre bout du monde comme un vulgaire colis. Que tous les gens qui t’ont aimé ne prennent plus de tes nouvelles. Tu deviens un étranger aux yeux du monde entier : tu n’es plus personne. Isis s’est battue pour devenir quelqu’un, pour rester encore quelqu’un de valeur aux yeux des autres. L’histoire de la compétence l’a fait un peu sortir de ses gonds. S’en rendant compte, elle retira ses mains et fini par ajouter d’une voix désormais plus calme.

Fawkes - “Pardon, c’est juste que … moi aussi je t’aime bien et je n’aime pas voir les gens que j’aime bien se dévaloriser de la sorte. Tu as vraiment l’air d’être quelqu’un de bien, et c’est de plus en plus rare de nos jours …”

De la vérité dans la bouche d’Isis ? Voilà qui était fort déconcertant. Se décalant légèrement, elle fini par retomber dans ses pensées et à reprendre sa marche comme si de rien n’était. Il y eut un petit silence gêné avant qu’Isis ne reprenne la parole comme si de rien n’était, retourné derrière son masque impassible. Comme si la tempête était passé et qu’il convenait de revenir à une eau plus calme et sereine.

Fawkes - “Quand j’étais au temple, il y avait un moine combattant très fort que je rêvais d’avoir pour maître. Cependant, il m’avait imposé la condition d’arriver à le toucher d’une frappe pour qu’il m’estime apte à recevoir mon apprentissage. J’ai passé trois jours et trois nuits à essayer de le toucher en vain. Et finalement j’ai réussi. Pas à force d’apprentissage ou de fatigue de la part du moine. Mais avant de contrer mon attaque, une petite souris est passée devant lui, créant une diversion suffisante pour que j’arrive à lui asséner un coup. Où je veux en venir ? Sans l’intervention de ce petit rongeur, je n’aurais pas réussi à toucher le vieux maître. Parfois, même les gens qui se prennent pour les plus insignifiants peuvent servir de grands desseins.”

Tournant dans une rue plus loin, nous nous trouvâmes face à la batisse du début de notre mission : La maison de Julian. Beaucoup de monde passés à côté, il ne serait pas chose aisée de rentrer sans attirer l’attention. Laissant la personne à côté d’elle réfléchir à cette petite fable philosophiques provenant bel et bien de la vie de l’agent. Quelque chose attira son regard, la porte de la maison s’ouvrit et la femme de la ruelle probablement se mettait à marcher d’un pas pressé en pressant quelque chose contre elle de visiblement très important. Faisant signe à Pandore, elles ne tardèrent pas à la rattraper et à l’isoler dans une ruelle.Utilisant le Soru, Fawkes se retrouva face à elle laissant pandore couvrir un éventuel demi-tour. La fuyarde se mit en position pour cacher ce qu’elle tenait contre elle.

Fawkes - “ Vous avez l’air bien pressé, pourquoi vouloir partir ?”

Fuyarde - “Je … je vous suivrais sans faire d’histoire, mais ne faites pas de mal à mon bébé …”

Isis, l’espace d’un instant, aperçue la petite frimousse d’un enfant emmitouflé dans son linge. Cette fois, c’était trop. L’agent du cipher pol pensait être en paix avec son passé, mais la situation actuelle lui montrait que ce n’était pas le cas. Séparé une mère de son enfant, comme la mère d’Isis a été séparé d’elle par le passé. Nulle doute que la fuyarde serait entendue pour son affiliation avec le dénommé Julian, et possiblement, elle serait séparé à jamais de son enfant. C’était une décision lourde de conséquence. Que devait elle faire ? 

Voyant l’hésitation dans l’attitude de Fawkes, la femme fit demi tour et se mit à courir prenant la direction de Pandore. Isis était en plein doute et la regardait faire. Elle était encore à portée de Soru. Mais cette impression dérangeante était toujours là. Devait elle intervenir ? Elle laissa le soin à Pandore de choisir à sa place. Si Pandore s’interposait, elle capturerait la femme sans état d’âme. Si la marine d’élite la laissait partir, et bien … ce ne sera qu’un rapport basique. Pour l’instant, laisser le choix à son ainée lui semblait la meilleure des solutions.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Surprenant...

Elle s'était ouverte à toi sans que tu n'ai besoin de lui demander. Muette face à ses déclarations, tu ne pouvais que l'observer avec un regard teinté de curiosité. Te manipulait-elle à nouveau pour obtenir de toi ce qu'elle désirait ? Peut-être. Contrairement à elle, tu n'avais pas été formée pour déceler le mensonge avec précision. Tu n'étais qu'une brute de soldat qui bien qu'elle savait faire preuve de stratégie, était bien incapable de se perdre en complexité sociale comme l'agent devant toi.

Pour autant, tu ne voulais plus aller à contre-sens. Tu te contentais d'hocher la tête et de la croire. Même si tout ce qu'elle te disait n'était qu'un mensonge, alors tans pis. Bien souvent, le seul moyen de continuer d'avancer était de ne pas se perdre en conjectures infondées.

-...


Perdue dans un étrange silence alors que tu la laissais pleinement parler, tu comprenais ce qu'elle cherchait à te dire. Évidemment, tu ne pouvais pas pleinement te perdre dans sa philosophie, mais tu voyais en elle une forme de sagesse qui ne s'était formée qu'à travers son vécu. Il était vrai, tu te considérais comme dangereuse, peu importante. Tu étais persuadée que rejoindre les rangs, c'était coûter bien plus à la marine que ce que tu pourrais leur apporter en échange. Après tout, tu n'avais pas perdu ta volonté de servir le Gouvernement Mondial. Tu t'étais simplement réfugiée dans cette pensée douloureuse qu'ils seraient bien mieux sans toi.

Mais même si tu étais désormais incapable de frôler les sommets, si tu étais incapable de faire la fierté de toute une génération, tu pouvais toujours agir à ta mesure. Tu n'avais pas la réponse pour le moment, mais finalement... Un marin faisant son devoir dans les Blues valaient-ils moins qu'un Vice-Amiral dans le Nouveau Monde ? Évidemment, il y avait un monde d'importance et d'influence entre les deux, mais le marin agissait tout autant pour ses convictions que le Vice-Amiral. Même s'il ne sauvait qu'une vie à la fois, cela restait une vie de sauvée.

Difficile à dire, tu n'avais évidemment pas de réponse à t'offrir.

Cependant, tu n'eus pas l'opportunité de rétorquer. La fugitive avait tenté de saisir l'occasion de votre altercation pour prendre la poudre d'escampette. Malheureusement pour elle, il était compliqué de tromper la vigilance d'une Agent du Cipher Pol et celle-ci n'avait pas mit longtemps avant de tourner son attention envers elle. Pour autant, Fawkes qui avait toujours été proactive dans ses machinations jusque-là semblait perturbée, inapte à agir.

Immobile, elle laissait l'occasion à la fugitive de s'enfuir. Toi aussi tu avais repéré l'enfant qu'elle portait contre elle et tu ne comprenais alors que cette situation résonnait particulièrement avec l'histoire de Fawkes. Fronçant alors le sourcil, tu venais à couper la route de la femme avant de la neutraliser habilement, t'assurant de la plaquer au sol d'une main et de protéger son enfant de l'autre que tu portais contre ton poitrail.

Inutile de préciser que la Marine d’Élite était particulièrement douée lorsqu'il s'agissait de neutraliser un ennemi.

- Fawkes. En mission, tu ne dois pas douter. Cette femme doit être jugée, Mère ou non. Une vie derrière les barreaux est préférable à une vie de fugitive en mettant en danger la vie de son enfant. Quant à lui, il mérite de pouvoir faire ses choix librement et de ne pas être influencé par la destinée qu'à choisi sa Mère. La Justice ne doit jamais être aveuglée surtout pas par les émotions. Sinon elle n'est que tyrannie ou faiblesse.


Tu avais arrêté de la vouvoyer tandis que tu t'assurais de ne laisser aucune marge de mouvement à la criminelle. D'une certaine manière, tu manquais cruellement de compassion, la vision de cette femme et de son enfant n'ayant provoqué aucun chamboulement chez toi. Si tu t'étais refusée à céder à tes envies en revenant à la Marine c'était car tu t'en étais jugée incapable physiquement. Qu'importe tes envies, la mission passait avant. Evidemment, on pouvait facilement critiquer ta vision des choses mais c'était comme cela que tu voyais le monde.

Si cette femme n'avait commit aucun crime alors elle serait relâchée. Si celle-ci n'avait commit que des petites fautes, alors elle aurait l'occasion de payer et de repartir sur des nouvelles bases, peut-être même de s'occuper de bien élever son enfant. Et si elle avait commit bien pire, alors elle devait payer pour ses crimes. Un enfant n'avait pas à endosser ce genre de responsabilité.

Et pour cela il fallait faire confiance en la notion de Justice et en ceux qui l'exerçaient.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore




Première traque





L’agent Fawkes semblait frustrée. En temps normal, elle aurait jubilée à l’idée de voir l'incarnation de son obsession faire ce qu’elle attendait d’elle. Mais là tout n’avait pas été prémédité par ses soins. Et c’est avec un sentiment de frustration qu’elle s’approcha de la marine d’élite. Cette femme avait assisté à son échec en direct, et l’avait sermoné bien correctement. En temps normale, la demoiselle aurait ironisé la chose en disant que c’était un coup de théâtre pour la forcer à faire sa prise de karaté. Mais là, ce n’était plus Fawkes mais bien Isis qui se tenait devant elle. Plus de masque, juste la personne en tant que telle. 

Regardant le bébé avec attention, elle finit par se remettre de sa torpeur précédente. La jeune médecin avait horreur de l’échec et c’est dernier temps, un excès de réussite l’avait rendue beaucoup trop négligente à cet instant. L’ancienne marine d’élite avait raison, ce n’était pas à elle d’établir un jugement sur cette personne, juste de faire appliquer la justice. Il faut parfois mettre le cerveau sur arrêt pour éviter de trop penser. 

Fawkes - “Je suis désolée, cela ne se reproduira plus …”

Puis comme si Fawkes avait reprit le relais sur Isis, elle releva la fugitive et la plaqua contre le mur, effectuant une palpation de sécurité afin de vérifier qu’elle n’ait aucun objet dangereux ou autre sur elle.  Rien à signaler. La femme était beaucoup trop inquiète pour son bébé, cela pouvait ameuter les gens de voir une femme en détresse se mouvoir comme une diablesse pour pouvoir récupérer son enfant. Rapprochant sa bouche de son oreille, Isis lui expliqua.

Fawkes - “Tu vas nous suivre bien gentiment maintenant, si tu essaies quoi que ce soit, je t’élimine et ton enfant ne reverra plus jamais sa mère. Crois moi, ça sera mieux pour tous les deux si tu te tiens tranquille. Maintenant direction le port.”

La mère résignée se mit à ouvrir la marche pour le groupe derrière elle. Elle marchait devant talonnée par Isis et Pandore. Durant le trajet, l’agent du Cipher récupéra le bébé pour décharger les mains de son acolyte. C’était un peu sa punition pour avoir failli à son devoir. Cela l’obsédait davantage maintenant que sa prisonnière. Alors qu’elles se mirent en marche jusqu’au port, il y eut un grand blanc qui s’installa. D’habitude bien plus loquace, l’employée du gouvernement mondiale n’était pas à l’aise.

Déjà, elle avait un truc vivant dans les bras dont elle n’avait aucune connaissance sur le sujet. Fawkes étant de celle qui se refuse un jour à donner la vie.  Tentant de rester le plus naturelle possible, elle avait une sainte horreur des enfants en bas âge comme celui là. On pourrait croire que le temple  et le Cipher Pol l’ont formé à toute les situations, et bien en réalité, pas celle là. C’était un peu comme si on lui avait mis un bébé caiman dans les mains et qu’elle ne savait pas quoi faire avec. Un peu gênée par tout cela, elle aurait voulu le rendre à Pandore mais elle n’osait lui demander quoi que ce soit après sa bévue.

A ce propos, Fawkes hésita un petit moment avant finalement d’ajouter d’un air plus solennel et humble.

Fawkes - “Merci d’avoir attrapé la fugitive, je ne sais vraiment pas ce qui m’a pris. Un moment d’égarement qui n’a pas lieu d’être. Tu as tout à fait raison, je ferais plus attention désormais. Je tiens à mentionner ta présence pour l’aide que tu as apportée au gouvernement, par ton intervention.”

Les trois femmes arrivèrent au port et se dirigèrent vers un ponton sur l’extérieur où se trouvait Reese avec l’embarcation. Ce dernier attendait impatiemment les trois femmes. Il se mit à attacher discrètement la femme à l’embarcation. Pendant ce temps les deux femmes demeuraient sur le ponton.

Fawkes - “Pour ce qui s’est passé dans la ruelle … Je compte sur ta discrétion je te prie. Je ne souhaite pas être cataloguée comme une agent faible. La seule chose que je peux te proposer en échange, c’est de te déposer où bon te semble avec le bateau du Cipher ? En tout cas, je te remercie pour tout, tu as été une super coéquipière.”







  • https://www.onepiece-requiem.net/t26704-dossier-des-techniques-d
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26698-dossier-743435-presentation-de-l-agent-fawkes
img_rp
Premières Traques
Feat
Fawkes




Soit...

La situation, bien qu'ayant prit une tournure imprévue semblait petit à petit reprendre un semblant de justesse. La femme désormais arrêtée et neutralisée, l'agent pouvait être fière d'avoir réussi à faire d'une pierre deux coups. Évidemment, sur son visage, ce n'était pas le triomphe qui était marqué mais bel et bien la culpabilité, la honte, la frustration. Des émotions que tu connaissais bien et si autrefois tu étais gouvernées par celles-ci, désormais tu te contentais de prendre la chose avec un certains calme.

Rendant la criminelle à l'agent Fawkes, tu fixais l'enfant avant de le lui confier. De ton côté, tu n'avais aucun droit d'établir quoi que ce soit sur la situation. Tu t'étais contentée d'appliquer un code et une morale que tu brandissais lorsque tu étais en fonction mais en réalité tu n'avais aucune autorité sur ce qui s'était passé. Si Fawkes avait voulu en faire autrement alors tu aurais simplement suivi son plan.

Ce ne fut pas le cas et ses pitreries à ton égard avaient tout autant disparu.

Marchant jusqu'à son bateau, tu venais à regarder tout autour de toi simplement pour t'assurer que tu ne retrouves pas à nouveau en proie à une foule en colère. Tu avais beaucoup trop eu d'altercation à ton goût en ce jour, et si cela t'avait rappelé l'époque où tu étais toujours en fonction, cela n'était pas forcément pour te plaire. Chaque fois que tu goûtais à nouveau au champ de bataille, c'était une pierre de plus qui menaçait de te faire replonger pour mieux te couler dans ton arrogance. Il te fallait vivre dans la retenue, loin de ce monde, loin des conflits de celui-ci.

- Si tu veux. J'espère simplement que cela ne va pas me créer de soucis plus que nécessaire. Je suis censée ne plus être en fonction et il n'est pas bon pour une civile de côtoyer le Cipher Pol.


Enfin bon... Tu lui faisais confiance en la matière. Si elle n'avait eu de cesse de te taquiner depuis le début de cette rencontre, tu espérais qu'elle ne te jette pas sous les rails du train cette fois-ci. Une civile qui aidait le Gouvernement à arrêter une criminelle, cela n'avait absolument rien d'anormal mais cela pouvait quand même éveiller des soupçons mal placés. La dernière fois que tu voulais c'était d'avoir une enquête aux fesses.


- Pas la peine d'acheter mon silence, je ne dirais rien. Je vais devoir cependant refuser ta proposition. J'ai perdu ce que j'étais venue chercher sur cette île pendant notre rencontre et je peux pas me permettre d'avoir fait tout le déplacement pour rien. Au plaisir de nous revoir dans d'autres circonstances.


Tu lui tournais alors le dos, levant ta main comme simple signe d'adieu. Cette journée avait l'une des plus étranges de ces six dernières années et tu contraintes de constater que cela ne faisait pas de mal de casser la routine de temps en temps.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore