Le deal à ne pas rater :
ETB Pokémon Fable Nébuleuse : où acheter le coffret dresseur ...
Voir le deal

L'Après-Guerre [feat. Reyson]

Le ciel est sombre, la pluie fait rage, voilà maintenant un petit moment que nous sommes partis de Marineford et pourtant, les environs, même à des kilomètres, semblent avoir subi un contrecoups de cet assaut sans précédents. Le Gouvernement n'a pas perdu de temps, les mouettes piaillent déjà partout au-dessus de l'océan, portant les nouvelles de cette nouvelle guerre au sommet, à travers le monde. Notre navire, Vaillant, a réussi à se frayer un chemin au sein du courant Taraï pour fuir ce champ de combat. Mais à quel prix ? J'ai bien failli y laisser ma vie. Depuis notre départ furtif de Marineford, je suis assignée à mon lit par Meira. Mon combat contre le Sous-Amiral Vassili Joukov a laissé de grosses séquelles. Et heureusement que l'affrontement d'Izya a bouleversé tous les champs de bataille, sinon j'aurais pu y laisser la peau. Cet homme cyborg m'a complètement déboussolé, et j'ai agis bêtement.

« Lise, tu es réveillée ? »

« Hmm ... entre. »

« Nos nouveaux avis de recherches sont arrivés. Il y a de la nouveauté, et je crois qu'une tête que tu connais viens d'obtenir sa première prime. Une énorme d'ailleurs. »

Intriguée, je me redresse dans mon lit. Pestant sous le contrecoup des effets de mon affrontement. Meira me tend le journal que j’attrape tant bien que mal. Je commence alors à parcourir les premières pages, en couverture il y a bien entendu les visages des deux Empereurs présents à cet évènement. Leurs primes sont tellement énormes qu’elles me laissent quelques secondes sans voix. Puis je continue ma lecture en m’arrêtant sur les primes des « alliés » de Red, comme ça a été décrit dans l’article.

« Clotho … il l’a bien mérité, après tout il a tué un corsaire. Il y a Reyson aussi, cette prime est énorme, je me demande bien ce qu’il a fait de son côté. »

« Regarde la prime d’Izya. »

« J’ai vu … elle est impressionnante. »

« On parle d’Izya là … le Gouvernement en a après elle depuis des années. M’enfin … il y a pleins de nouvelles têtes. Oh … tu as vu nos primes ? »

« 320 Millions de Berrys pour la Reine Climatique et 76 Millions de Berrys pour l’Éclair Rose. On commence à inquiéter le gouvernement, tâchons de continuer ainsi. Oh non … sérieusement ?! »

« Tu l’as vu aussi … »

« AQUILA ? 143 Millions de Berrys ?! Qu’est-ce qu’il a fait pour avoir une première prime aussi exorbitante ? »

« Je ne sais pas, mais de ce que tu m’as dit c’était un simple guide à Hinu Town il y a des années non ? Tu l’as rencontré en même temps qu’Izya. »

« Oui … et jamais je n’aurais imaginé qu’il puisse valoir autant. Tiens … les Sandstorms ont repris du service on dirait. Azerios a disparu des radars, le Gouvernement les reprend en chasse apparemment. Les Corsaires sont vraiment de sales larbins. »

« Qu’est-ce qu’on est supposées faire maintenant Lise ? Tu n’es pas remise de ton com… »

« On va appeler Izya et s’entraîner. »

« Quoi ? »

« On doit appeler Izya et nous perfectionner à la science du climat. »

Tout en parlant à ma meilleure amie, j’enfile un long gilet en laine en me levant le plus délicatement possible pour quitter ma chambre et rejoindre le pont central, suivit de près par Meira qui veille à ce que je ne m’écrase pas au sol, de fatigue et que je ne me vide pas de mon sang.

« Tout va bien. »

Dis-je, haletante, à mon amie qui s’efforce de sourire. Mais je le vois, elle souffre aussi, les combats au QG de Marineford n’ont pas été de tout repos pour elle aussi. Elle a dû veiller à ma sécurité de nombreuses fois en mettant sa vie en jeu … je dois devenir plus forte pour ne plus qu’elle ait ce rôle à jouer.

« Sommes-nous réellement faites pour être des pirates ? »

« Lise … qu’est-ce que tu racontes ? »

« Eh bien … durant l’affrontement à Marineford … des flashs de certaines de mes lectures sont revenues en mon esprit. »

« Et quelles sont ces idées ? »

« Nico Robin, l’archéologue de l’équipage aux chapeaux de paille, elle s’est rapprochée de la Révolution un temps non ? Pour s’entraîner auprès d’eux. »

« Euuuh … si tu le dis. »

« Allons, tu n’as lu aucun livre sur le siècle dernier ? »

« L’archéologie c’est pas mon dada, je te laisse cette partie, j’ai assez à faire avec la navigation. »

« Enfin ! Ce n’est pas là le but. Auprès de la Révolution, elle a pu apprendre énormément de choses sur le siècle oublié et sur le fonctionnement de ce monde. Penses-tu … »

« Lise … tu veux rejoindre l’Armée Révolutionnaire ? »

« Je ne suis sûre de rien. Mais c’est une option. Voyons voir où nous mène nos retrouvailles avec Izya. »

« Tu devrais manger un peu. Je vais tenter de pêcher quelque chose. »

Perdue dans mes pensées, Meira s’éclipse quelques minutes pour récupérer une canne à pêche en état dans notre foutoir habituel afin de tenter de nous trouver quelque chose pour le dîner. Le soleil est en train de se coucher, je reste là, accoudée au bord de mon navire, le regard perdu dans l’océan. Le calme plat s’est installé sur notre navire … ai-je tendue Meira ? Je n’espère pas. J’espère pouvoir continuer à ses côtés, je tente des regards en coin, mais mon acolyte reste concentrée sur son hameçon qui pend dans l’océan. Je n’ai pas le temps de dire une phrase, qu’un banc de poisson se met à frétiller autour de notre embarcation. Je crois bien qu’elle tient un bon poisson au milieu de tout ce beau monde. Je la regarde quelques secondes galérer avant de venir à son secours en voyant qu’elle manque de passer par-dessus bord.

« Tu tiens ?! »

« Va chercher ton Climat-tact, foudroie-les ces petites merdes ! »

« Meira … ce sont des poissons. »

« FOUDROIE-LES ! »

Avant même que je n’ai le temps de dire quoi que se soit, une vague s’élève devant nous, dont une multitude de poissons s’en extirpe. Quelque chose de bien plus grand vient d’en sortir, mais avec la retombée d’eau, nous n’y voyons malheureusement pas grand-chose.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
Alice:

Malheureusement, comme à chaque fois qu’on change d’île, je dois respirer l’air du monde réel pour que tout le beau monde dans les miroirs puisse me suivre étant donné que j’en suis l’épicentre. Mais pour moi, la réalité ce sont mes miroirs ! Là-bas il y fait calme, enfin jusqu’à ce que Reyson ait choisi d’amener tous ses camarades dans mon monde. Mais il respecte mon espace et a fait passer le mot à tous : personne ne vient m’importuner. Seulement, ce n’est pas le cas sur le navire de Red au départ de Marineford. Heureusement Izya et son nouveau compagnon sont sur l’autre bateau. Ha, j’ai toujours su qu’elle n’a jamais aimé Reyson ! Elle n’est pas digne de confiance, elle ne fait que le mettre en danger. Et ça s’est prouvé sur marineford encore une fois : si je n’avais pas été là Reyson serait probablement… Et là il m’en veut sûrement de lui avoir désobéi. Mais je n’en ai cure : il peut bien m’ignorer s’il le veut, le voir me suffit amplement. Ca m’a toujours suffit…

Abhorrant la compagnie d’autrui, j’ai quitté le navire de Red sur notre monstre marin de compagnie Plouf. Enfin seule, comme dans mon monde, ou presque. Ici l’air pue le poisson et la pluie est l’unique musique qui atteint mes oreilles. Un décor vide, morne, nul. Je veux retrouver mes miroirs d’où je peux observer une multitude de scènes, environnements, et surtout mon Reyson. J’ai beau arborer sa silhouette grâce à mes pouvoirs, ce n’est pas pareil de se voir que de le voir lui. Personne ne voit la différence, c’est sûr, mais mon cœur la connait, la différence. Mais je suis là, seule sur Plouf tandis que Reyson est dans mon monde, probablement alité avec des personnes autour de lui qui pansent ses blessures. Et cet Olek estropié qu’on a tiré de marineford, il est encore en vie ? Ils sont tous là-bas, chez moi, tandis que je suis sous cette pluie à…

Subitement Plouf ferme sa gueule sur moi et plonge dans l’océan. Le grand serpent de vingt mètres surgit alors devant un navire qui n’est pas celui de Red. Sur le pont qui me fait face, deux femmes dont une tenant une canne. Mon regard suit le fil jusqu’à l’eau où je vois l’un des sbires de Plouf se démener : un genre de squale quadrupède de 6 mètres. C’est donc pour ça que Plouf a réagi ainsi ? Une voix masculine s’élève du miroir que je porte en médaillon autour du cou :

« La reine climatique et l’éclair rose ? Je vais réveiller Reyson ! » murmure Marc à qui je réponds immédiatement :
« Non ! »

Je remarque alors l’air étrange que me portent les deux femmes. Après tout, j’ai l’apparence de Reyson D. Anstis, une voix féminine et je surgis de nulle part dans la gueule d’un serpent marin géant.

« Hum. Je veux dire : votre prise est un ami à moi. Libérez-le. »

Spoiler:
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
« Lâche … lâche le monstre marin. »

« J’aimerais mais l’appât est bloqué … merde… »

Sans réfléchir je prends la canne des mains de Meira et vais pour la lancer en mer mais mon instinct me crie de ne pas le faire. Je lève alors les yeux pour bien vérifier que je ne rêve pas et que l’homme à la voix de femme en face de nous est bien la bonne personne.

« Je ne rêve pas hein ? »

« Non Lise … c’est bien Reyson. »

En face de nous, sur le côté gauche de notre embarcation, au sommet d’un monstre marin d’une taille ahurissante se tenait là, debout, Reyson D. Anstis, l’un des alliés de Red. Un de ses alliés les plus puissants et un homme intelligent, manipulateur et diplomate. Alors, je lève le menton et avale péniblement ma salive avant de reprendre toute ma contenance et lui répondre.

« Nous venons de quitter Marineford, les vivres nous manquent sur le navire. Vous y étiez aussi, ce monstre marin est votre seul moyen de déplacement monsieur Anstis ? De plus, je ne pensais pas vous croiser après que tout le monde s’était dissipé aussi vite qu’ils soient arrivés. »

Je ris légèrement en le regardant, mon stresse se calme légèrement. En le voyant d’aussi près, malgré le fait qu’il soit à plusieurs mètres du navire, je ne peux pas m’empêcher de ressentir la même chose que lorsque j’ai rencontré Izya et Red. Cette sensation de n’être qu’un moustique face à quelqu’un de bien plus grand, cette prestance dont ces trois-là font preuve est impressionnante. Meira pense bien la même chose mais n’en dit pas plus, elle reste muette face à son potentiel repas qui va s’en aller et la présence d’un commandant d’empereur aussi charismatique.

« Êtes-vous réellement Reyson ?! Pour un homme vous avez une voix bien peu virile. »

Elle se taisait donc pour préparer cette phrase et avoir l’audace de la dire à Reyson ? Je retiens bien malgré moi un rire nerveux, préférant lancer un regard impressionné à Meira qui ne fait que hausser les épaules. Alors ça … je dois bien dire que je ne m’y attendais pas. Bien qu’elle n’ait pas tort.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
« Parce que je vous dois des justifications ? »

Oh j’aimerais bien en fournir, mais la plupart des exemples qui me viennent impliquent que je crée d’abord un miroir, ce qui ferait tomber le subterfuge à l’eau immédiatement. Ah ! Je pourrais peut-être changer mon apparence, tout simplement, grâce au retour à la vie ? Mais c’est trop tard à présent, j’ai choisi l’option d’imposer le respect et je dois m’y tenir. Comme elles ont lâché la canne, la réputation de Reyson D. Anstis devrait suffire à les garder à leur place et je…

« Fais moi sortir. »

Une voix masculine qui résonne suffisamment fort pour être entendue par les autres et qui provient tout droit de mon cou : ou plutôt du miroir qui me sert de médaillon. C’est la voix de Reyson. Je retiens ma première pulsion qui est de refusée : je l’ai déjà désobéi sur Marineford et il m’en veut pour ça, je ne peux réitérer ça si tôt. Pas pour si peu : rien ne m’empêche de rester à ses côtés et de m’assurer sa sécurité. Ici on a affaire à des pirates qui ont combattu dans notre camp et qui écoutent les ordres de Reyson. Ca devrait aller pensais-je tandis que je crée un miroir à taille humaine à côté de moi, mais j’avais omis un détail : l’état actuel du véritable Reyson.

Ce dernier quitte le monde miroir et se présente lui aussi dans la gueule du serpent du géant, et bien qu’il fasse de son mieux pour se tenir droit, ses jambes et son bras gauche sont recouverts de bandages colorés de rouge, témoignant de ses blessures récentes. Comme il se place un peu en avant de moi, je remarque le même phénomène sur ses vêtements au niveau de son dos. Il est physiquement affaibli, même si sa posture cherche à le cacher, mais son esprit n’a rien perdu de sa force.

« Je reconnais vos auras, vous étiez bien là-bas. Mes félicitations, vous avez rejoint la cour des grands. »
« Elles manquent de vivres. » indiquais-je à Reyson.
« Je vois. D’où la pèche. Malheureusement votre prise est un ami à moi. »
C’est exactement ce que j’ai dit ! Je connais trop bien mon Reyson !
« Mais nous pouvons peut-être y remédier. »

Le serpent des mers géant tire sa langue sur laquelle nous sommes et la monte de telle sorte que nous puissions monter sur son crâne, libérant sa gueule.

« Je vous conseille de vous boucher les oreilles. »

Plouf lance alors un cri strident. L’instant suivant, la surface de l’eau remue ci et là dans toute la zone : cinq cents de nos amis bêtes marines se mettent en chasse autour de nous. Cette même bête qui avait mordu la ligne auparavant finit par sortir de l’eau et atterrir sur le pont du navire, un poisson dans la gueule et l’hameçon encore accroché de l’autre côté. D’autres animaux identiques, allant de 4 à 6 mètres de longs, suivirent et apportèrent leurs proies qu’ils déposaient un à un sur le pont.

« J’espère que ça suffira à vous dédommager. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Ce n’était donc pas le véritable Reyson, car désormais le véritable Supernova se présente devant nous, sortant d’un miroir de la création de son acolyte qui ne s’est toujours pas présentée. Son état n’est pas beau à voir, il semble très blessé à en juger par les bandages qu’il porte aux bras et aux jambes. Je comprends à présent pourquoi est-ce qu’il se cachait derrière une fausse identité. Ses félicitations me font, mine de rien, assez plaisir et je dois bien avouer que notre coup d’éclat à Marineford s’est bien fait remarquer. J’en parlais d’ailleurs il n’y a pas si longtemps avec Meira, avant qu’elle ne boude.

« Vous m’avez l’air en bien piteux état, que pourriez-vous faire pour nous aider. »

Sans lui laisser le temps de réflexion, Reyson passe à l’action. Enfin plutôt son poisson taille titanesque qui passe à l’action. Ce dernier semble commander à tous ses petits compagnons pour nous ravitailler plus que nécessaire. Le cri strident de son animal marin de compagnie manque de nous faire tomber dans les pommes, nous nous bouchons les oreilles afin de ne plus rien entendre et en l’espace de quelques secondes seulement le pont de notre navire, Vaillant, se trouve recouvert de poissons gigantesques qui ne demande qu’une chose, être mangés.

« On va couler ! »

« Tu as un sabre, coupe-les. »

« T’es maligne toi ! »

Il ne faut qu’un regard échangé entre Meira et moi pour comprendre que nous sommes en train de nous chercher. Néanmoins cette fois, il y a une certaine vérité qui n’échappe à aucune de nous. Elle semble encore perturbée quant aux évènements de Marineford et à mon potentiel souhait de vouloir rejoindre la Révolution. Et de mon côté, évidemment, je suis un peu chamboulée par tout ce qui se passe dans ma tête. Finalement, mon acolyte dégaine la réplique de Mono Oshi et tranche les gigantesques poissons servis tout frais par l’animal marin de compagnie de Reyson. Alors qu’elle s’occupe de ça, je m’avance jusqu’au bord du pont, pour m’adresser au Supernova.

« Vous n’avez pas l’air en état de traverser les océans Reyson. Permettez que nous partagions la pêche que vous nous avez si gentiment apporté. Nous pourrions compléter les soins que vous avez reçu. J'insiste, ça me ferait plaisir, nous n'avons pas eu le temps de discuter à Marineford, ça peut être l'occasion de souffler un peu. »

Alors que Meira continue de trancher les grosses bestioles et de les entreposer du mieux qu’elle peut sans mettre du sang et des tripes partout sur le pont, je me place, confiante à l’avant de mon pont, la main tendue vers Reyson, son acolyte et son gigantesque poisson de compagnie. Un véritable sourire est apparu sur mon visage, je sais me montrer impitoyable mais pas avec ceux qui ont tendu la main dans ma direction pour me venir en aide. Ce qu’a fait Reyson n’était absolument pas obligé, et pourtant il l’a fait. Alors à nous, à présent de nous montrer amicale. Cet homme fait parti des grands de ce monde dans la piraterie, il serait malvenu de ne pas lui rendre la pareille.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
« Pas en état de traverser les océans ? » répétais-je comme à moi-même.

N’ont-elles pas remarquer les efforts de l’homme pour paraître droit et fort ? Me prennent-elles pour un faible ? Peut être pensent-elles pouvoir me vaincre ? Dois-je trancher leur mât ou percer la coque de leur navire pour leur rappeler qui je suis ? Mieux ! Pourquoi ne pas profiter de cette main tendue pour lui injecter des hormones de bienvenue et la remercier pour son insulte ? Certes c’était sans doute une proposition d’aide altruiste dans sa bouche, et bien que mon mantra le confirme, ce n’est pas ainsi que mon égo le reçoit.

Finalement j’ignore la main tendue et me contente de lui répondre :

« Nous avons eu un ennemi commun, mais sommes nous amis pour autant ? J’ignore pourquoi vous avez participé à cette bataille ni si je peux vous faire confiance. Aussi je ne vous laisserais pas me toucher. »

Pour autant je rejoins leur pont d’un petit bond, immédiatement suivi par mon sosie qui reste au plus près de moi pour veiller à ma sécurité. A n’en point douter, Alice aurait préféré que je ne monte pas à leur bord mais c’est ma manière de lui rappeler qui commande.

«  Cependant je ne dirais pas non à un repas. »

D’autant plus que j’en connais l’origine et que j’attendrais, comme à mon habitude, la première bouchée de mon hôte avant de prendre ma part. N’oublions pas que nous sommes dans un monde de pirates. Non, correction : le monde est cruel dans son ensemble.

« A qui avez-vous prêté allégeance ? »

A eux-mêmes ? Ou y a-t-il un nom plus connu qui les protège ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Reyson émet quelques doutes quant à notre accueil au sein de notre navire. Et je ne peux que le comprendre, nous ne sommes personne l’un pour l’autre. En tant que pirate, je suppose qu’il faut d’abord prouver à l’autre que nous n’allons pas lui planter un couteau dans le dos pour pouvoir se montrer amicaux. N’étant pas sûre de la relation que je souhaite entretenir avec lui, je range juste ma main près de mon corps et l’invite lui et son acolyte à entrer dans ce qui est notre petite cuisine. En montant les quelques escaliers de notre pont principal, nous accédons au cœur de Vaillant, une cuisine centrale avec cinq places assises autour. Un bar en bois contourne le fourneau central, nous permettant d’être bien installés pour déguster nos plats. D’ailleurs, Meira s’est lancée sur les préparatifs du poisson que Reyson et son amie nous ont gracieusement offert.

« Pour vous répondre, nous ne répondons aux ordres de personnes. Autrement dit, nous sommes allés à Marineford pour soutenir des connaissances, entre autres Red avec qui nous étions sur Armada et Izya, mais sans pour autant nous affilier à leurs troupes. »

Meira se sent alors obligée de rajouter son petit grain de sel, pendant qu’elle fait griller de longs pavés de poissons dans sa poêle.

« C’est pas un Empereur ni même sa copine qui nous auront dans leurs rangs. »

« Meira est légèrement sur les nerfs en ce moment, les affrontements de Marineford l’ont bousculé. »

Mon amie ne répond pas, elle termine la cuisson de notre quatre pavés de saumon pour finir par les disposer dans des assiettes propres trouvées pas loin. Elle ne se gêne d’ailleurs pas, pour commencer de manger goulument son propre repas. Je la regarde quelques secondes avant de commencer à manger à mon tour, le goût est tout simplement divin. J’invite alors Reyson et son acolyte à manger en leur indiquant leurs assiettes, du bout de ma fourchette.

« Allons, vous pouvez manger, ce poisson est tant le vôtre que le nôtre. »

Je continue de dévorer mon poisson avec un tant soit peu de grâce dans ma façon de manger, alors que Meira nous sert un verre d’eau à chacun, que je bois d’un coup sec. Mon regard se porte ensuite sur l’amie de Reyson, puis finalement jusqu’à l’homme à mes côtés.

« Que faisiez-vous à Marineford ? Vous avez l’air vraiment bien amochés par vos affrontements. Qui avez-vous donc affrontés ? »

Il nous reste certes une bonne dose de fatigue de nos affrontements à Marineford mais heureusement que nous avions Clotho à nos côtés pour déblayer la zone et occuper le capitaine corsaire venu sur notre aile. Mais qui donc s’est-il opposé à Reyson pour le mettre dans un pareil état ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
« Izya n’est pas sa copi… »

Qu’est ce que je dis ? C’est sorti par réflexe, presque un commandement, mais j’ai bien vu comment ils se tenaient là bas, sur Marineford. Je sais très bien le regard amoureux d’Izya et je découvre une nouvelle facette de Red. C’est indéniable, mais une partie en moi continue de le nier.

L’autre Reyson pose sa main sur la mienne, me ramenant à la réalité. C’est assez troublant de voir son propre visage marqué d’inquiétude pour soi, mais ça a le mérite de me changer les idées illico. Nos hôtes prétendent connaître Red et Izya ? La bonne affaire : elles savent que je suis avec eux et s’octroient une immunité en disant ça. Mais mon mantra ne me donne aucune raison de douter de ses propos. Soit.

« J’étais là pour porter concours à un ami et veiller à ce qu’il ne lui arrive rien. L’Empereur. Une contre amirale, un vice amirale et pléthore de soldats d’élites ont essayé de me faire obstruction… »

Mais j’ai réussi : Red est encore en vie. Et Izya aussi, dieu soit loué.

Alice est la première à manger de nous deux, sans doute pour vérifier pour moi qu’il n’y a pas de poison. Essaie-t-elle de se rattraper pour sa désobéissance ?

« Qui donc peut vous avoir dans leur rang ? Et quel est le but de votre équipage ? »


  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Mon regard se perd légèrement dans les mouvements des deux Reyson. L’un d’eux commence à manger, me faisant sourire, nous avons réussi à nous faire un minimum confiance pour qu’ils ne pensent pas que nous souhaitons les empoisonner. En souriant, je ne peux pas m’empêcher de réfléchir aux actes des grands pirates de ce monde, en parlant d’actes je veux surtout parler de leur comportement avec les autres pirates. Izya est de nature bienveillante et sincère, elle n’a jamais tué pour tuer et est fidèle à ses convictions et sait se montrer dure lorsqu’il le faut. Là où, des pirates comme Reyson, semblent être de nature extrêmement méfiant.

Et en y réfléchissant … ces pirates n’ont pas tort. La méfiance est la meilleure des défenses. Je les observe l’air pensive, pendant que Meira réunit nos deux assiettes vides pour aller les rassembler dans le seau qui nous sert de bac à vaisselle. Pourquoi est-ce qu’ils sont si méfiants avec nous ? Je ne peux pas m’empêcher d’y penser encore et encore. Nous ne sommes personnes … seulement deux pirates qui se sont opposées à la Marine à de nombreuses reprises, sûrement assez dangereuses pour se méfier de nous. Mais … entre pirates sérieusement ?


« Personne ne nous a dans leurs rangs. Très sincèrement, nous sommes sur Grand Line depuis un peu moins d’un an. Nous avons vogué dans l’espoir de trouver des Ponéglyphes, mon rêve est de retracer l’histoire du monde et du siècle oublié. Néanmoins … ce rêve n’est pas apprécié de tout le monde. »

« Ni même des pirates Lise … »

Il est vrai … que les Ponéglyphes sont le sujet de meurtres et d’assassinats à travers le monde. Oser en parler auprès de Reyson marque une nouvelle fois que je veux lui marquer mon respect.

« Je viens d’avouer ce que le Gouvernement voudrait savoir. Est-ce que cela vous rassure ? Pour être honnête … après ces combats à Marineford, je n’arrive pas à comprendre que les pirates ne se fassent pas confiance. Nous avons affronté la mort, et nos objectifs sont certainement communs. Dans une moindre mesure. Je serais curieuse de connaître vos objectifs à vous, après tout ce remue-ménage. »

Je reste assise, les jambes croisées, et la tête posée sur ma paume gauche, légèrement penchée pour les regarder droit dans les yeux à tour de rôle. J’espère qu’ils ont comprit qu’ils ne sont pas tombés dans un piège mais bien chez une alliée de circonstance qui ne leur veut aucun mal.

« Et comment réussissez vous à naviguer sur la route de tous les périls sans même un navire ? »

« Tiens ... pas faux ça. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
Des ponéglyphes. Clotho les a mentionné lors de son départ de Marineford. Le gouvernement a interdit l’étude et la recherche de ces textes anciens, ce qui fait d’elles et des criminelles, et un criminel qui écume les mers est appelé pirate.

« Comme vous l’avez constaté, j’ai dressé un monstre marin qui me sert de navire. Quatre planches et un mât ne sont pas nécessaires pour naviguer sur ces mers, il suffit d’un moyen d’orientation et la force de surmonter les dangers. »

J’ai également un oiseau géant si la voie de l’eau devenait trop ardue…

« Malheureusement la nomenclature est drastiquement simplifiée en mer : un hors la loi sur l’eau est un pirate. Sur terre, ce peut être un bandit, un meurtrier, un charlatan, … ou un historien, comme ce semble être votre cas. On ne peut donc pas savoir quel type de pirate nous fait face, ni s’il est digne de confiance. Vos paroles témoignent de votre jeunesse dans la piraterie : partager un champ de bataille fait de vous des alliés temporaire, pas des amis. Lorsque vous connaîtrez le goût amer de la trahison, vous comprendrez. »

Comme mon ancien équipage qui n’a pas levé le petit doigt lorsque leur capitaine et moi fûmes emprisonnés à Impel Down, ou lorsque votre plus proche allié et ami vous vole votre femme…

Ou bien il s’agit simplement d’une différence de vécu. J’ai connu la solitude très tôt. Beaucoup trop tôt.

« Malgré tout vous n’ignorez pas ce qui est nécessaire à la survie. D’après votre but vous n’aviez aucune raison de vous frotter à Marineford, excepté de vous faire un nom et des alliés. Seul nous ne sommes qu’un grain de poussière dans ce vaste monde… A quel point désirez vous préserver votre indépendance ? »

Si elles ont pu participer à la bataille de Marineford et en réchapper, c’est qu’elles ont du potentiel.

« Quant à moi, mon objectif est d’abolir le Buster Call. »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Sa phrase eut comme l’effet d’un coup de feu en plein cœur. À quel point est-ce je désire préserver notre indépendance ? La piraterie n’est pas qu’un nom que l’on se donne en tant que forbans des mers, il y a derrière cette désignation, tout un mode de vie. Ce mode de vie me convient-il toujours ? Suis-je capable d’assumer le rôle de capitaine pirate ? En regardant Meira, je me convaincs que oui, mais le monde est si vaste et la piraterie est elle-même, extrêmement vaste. Nous ne sommes pas encore tombées sur des mercenaires des mers prêts à tout pour en détrousser d’autres, mais à nous deux … nous ne représentons pas une si grande menace que ça.

« Le monde est si vaste … »

Sa dernière phrase me cloue alors un moment sur place, me faisant légèrement froncer les sourcils. Il souhaite abolir le Buster Call ? Cette attaque surpuissante du Gouvernement, chargée de littéralement réduire une île en un vulgaire tas de cendre. Le siècle passé en a connu énormément, et même si cet évènement reste rare, il n’en reste pas moins des plus ravageur. Pour oser avoir cet objectif, il faut avoir vécu quelque chose de traumatisant.

« Ce n’est pas un objectif à prendre à la légère … vous m’avez l’air déterminés à le faire en tout cas. Je serais curieuse de connaître vos moyens pour y parvenir. On parle quand même du Buster Call … d’un moyen de pression extrême détenu par le Gouvernement. Je vous souhaite tout le courage du monde pour y parvenir. Sincèrement. »

Je ne peux pas m’empêcher d’être émue en envoyant ce message de soutien à Reyson et son amie. C’est dans ce genre de cas, que je me rappelle que les pirates oeuvrent pour le bien commun. Du moins … certains pirates.

« Sachez que si vous cherchez du soutien, en tant que Capitaine de l’Équipage de la Reine Climatique, je serais prête à vous venir en aide. Très honnêtement, je ne sais pas si quelqu’un d’aussi fort que vous aurait besoin de deux femmes encore novices en piraterie sur Grand Line, mais vous rencontrer ici et aujourd’hui m’a confirmé que vous n’êtes pas un pirate froid et sanguinaire comme la plupart des grands de ce monde de rapace. »

Je souris alors en reposant mon menton sur la paume de ma main. Meira profite du beau temps extérieur pour ouvrir la porte de la cabine dans laquelle nous nous trouvons afin de faire rentrer un peu d’air frais, un léger vent vient faire virevolter une mèche devant mon visage. J’utilise ma main de disponible pour effectuer un revers de main et lancer mes cheveux en arrière. Mon amie s’installe alors, assise contre la porte, profitant des reflets du soleil pour vérifier l’état de sa réplique de Mono Oshi, l’arme de l’Impératrice Pirate.

« Le monde est ce qu’il est … et je trouve votre objectif bien noble. Pour qui se prend le Gouvernement pour oser prétendre pouvoir ravager ainsi ce monde dont il est censé en assurer la sécurité ? On dirait bien que nous possédons cette même haine envers la Justice, tous les deux. Et vous … enfin vous … »

Mon index pointe un Reyson puis le second, pour finalement revenir sur le premier que je pointais.

« Votre objectif est également d’abolir le Buster Call ? »

Demandais-je à l’acolyte de Reyson.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee
Je vois Reyson répondre d’un sourire aux encouragements de son interlocutrice. Est-ce pour son soutien ? Non, il sourit parce qu’elle l’a déclaré comme n'étant ni froid ni sanguinaire. Des paroles réconfortantes pour quelqu’un qui n’y croit pas. Que penseront-elles de lui lorsqu’elle liront dans un mois dans le journal qu’il a décimé quasiment la totalité de la population de ChâteauGéant, civils compris ? A force de combattre ses démons, on peut en devenir un…

Mais je me fiche de qui est Reyson et ce qu’il devient. Du moment que je peux rester auprès de lui… D’ailleurs je sors un morceau de parchemin que je pose sur la table.

« Mettez votre denden, on vous contactera au besoin. »

Est-ce que Reyson les appellera un jour ? Je l’ignore complètement. Mais au moins comme ça il en aura la possibilité.

« Vous avez pu constater du danger de Marineford… Me soutiendrez vous toujours si j’attaque Mariejoa ? »

Une vraie question ? Connaissant Reyson c’est surtout un test pour connaître la valeur de leur proposition de soutien. Sont elles prêtes à aller aussi loin pour une personne qu’elles viennent tout juste de rencontrer ? Mais ce ne sont pas que des paroles en l’air : je sais Reyson capable d’aller jusque là pour atteindre son but. Je le sais capable de mourir pour sa cause. La seule difficulté pour lui sera de tenir Izya loin de ça par crainte qu’elle ne périsse. Si seulement elle était morte, Reyson aurait bien moins de tracas dans sa vie. Elle n’est source que de malheur… Le regard d’Elisabeth me rappelle alors que je n’ai pas répondu à sa question. Mon but ?

« Je le suivrais jusqu’au bout du monde. »

Voilà mon unique but. Tout comme lui le Buster Call a ravagé ma vie. Tout comme lui je n’ai pu me construire…
  • https://www.onepiece-requiem.net/t946-reysondanstis-le-pirate-me
  • https://www.onepiece-requiem.net/t862-reysondanstis-le-pirate-assoiffe-du-sang-de-la-marine
Meira me regarde prendre le papier que me tend Reyson et commencer à y écrire notre contact Denden, afin qu’il puisse nous contacter au besoin. Je lui tends à nouveau la feuille, prenant bien soin de mettre un cœur à côté de mon prénom, soyons kitch jusqu’au bout. Je le regarde alors d’un air un peu perdu face à sa question. Je souri même naïvement une fois qu’il a terminé de me parler.

« Mariejoa, rien que ça ? Je suppose que vous en avez la puissance militaire, entre vous et tous vos alliés à travers le monde. Mais il y aura énormément de pertes humaines et matérielles. Cela n’a pas d’importance pour vous ? »

Jolie façon dissimulée de retourner sa question. Mariejoa est bien évidemment un lieu que je souhaite voir et faire tomber. Suis-je capable d’assurer que je viendrais lui prêter main-forte dans cet objectif fou ? Je dois bien avouer qu’intérieurement oui … mais Meira elle … sera-t-elle capable de tenir le bout si elle m’accompagne ? Je commence encore à divaguer, il y a trop de choses dans ma tête. Alors je décide finalement de répondre à sa question après avoir écouté la réponse de son acolyte, au moins on peut le dire, elle est dévouée à son capitaine.

« Comme je vous l’ai dit plus tôt, vous pouvez compter sur notre aide. Tant que nous y trouvons un objectif commun, mais à Mariejoa, nul doute que j’y trouverai mon compte. Je hais le Gouvernement plus que tout. Cette fausse impression de guider le peuple alors qu’ils les tiennent d’une main de fer, ils sont répugnants. »

Alors que je venais de terminer ma phrase, un bruit d’explosion dans l’eau attira mon attention. Mon regard se porta sur Meira qui bondit d’un coup.

« Je vais voir dehors, restez là. »

Je me penche légèrement pour tenter d’apercevoir quelque chose à l’extérieur mais le soleil brille trop fort pour que je ne puisse distinguer quoi que ce soit. Meira revient alors en courant, arme en main, elle me jette mon climat-tact que j’attrape tant bien que mal.

« La Marine ! Il y a deux galions derrière nous, à environ cent mètres, ils avancent vite, le vent va dans leur sens, ils seront sur nous dans cinq à dix minutes si on ne fait rien. »

« Navrée Reyson, notre pavillon a dû les attirer, vous sentez-vous capable de combattre ou bien voulez-vous partir ? »

Je laisse la décision à l’acolyte de Red, tandis que je me lève, attachant mes longs cheveux argentés en queue de cheval haute, puis brandissant mon arme climatique devant moi, vérifiant qu’elle est en état pour nous permettre de combattre.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22854-lise-ft
  • https://www.onepiece-requiem.net/t22832-le-prologue-terminee