-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

Repos des Braves | Pv Salem

img_rp
Repos des Braves
Feat
Salem




Une semaine après les évènements de Shabondy


Sueur...

On t'avait demandé de te reposer, ce que tu avais fait pendant les premiers jours... Puis telle une acharnée et une idiote, tu t'étais refusée à la douleur et la fatigue pour continuer à t’entraîner de ton côté. Après tout... Tu n'étais pas morte, ni même blessée de manière irrémédiable. Et puis tu avais passé ces six dernières années à déprimer dans ton coin en te condamnant encore et encore... Mais ce n'était plus le cas désormais. Tu avais survécu à ton échec passé. Tu avais vaincu et tirer un trait sur cette tragédie qui t'avait rongé tout ce temps. En arrivant à gagner suffisamment de temps pour laisser les renforts intervenir, tu avais accomplit ton devoir et sauvé des vies. Cette fois-ci, tu n'étais plus une survivante chanceuse, tu avais été une actrice principale à votre victoire !

Enfin... Plus ou moins. Nul besoin de préciser que c'était le Vice-Amiral Fenyang qui s'était surtout chargé du gros du boulot. D'ailleurs tu n'avais plus aucun souvenir de ces derniers jours après t'être perdue dans l'inconscience. Tu savais qu'on avait dû te recoudre et réorganiser tes boyaux par endroit, mais rien de plus. Qu'importe. Tu devais reprendre du service et vite ! Tu ne t'étais pas décidée à rejoindre la marine à nouveau pour qu'on te mette encore au placard. Là était peut-être une nouvelle hantise que tu refusais à t'avouer..

Alors pour éviter ce scénario, tu avais remit rapidement le pied à l'étrier, laissant tes bandages pourtant fermement resserrés se perdre par moment sur ton corps meurtri. Pour le coup, tu t'étais isolée une petite salle, loin des autres pour te permettre de te remettre en forme.

L'exercice était sommaire et primitif, mais il avait le don de t'éclaircir l'esprit autant que d'accélérer ta guérison. Ainsi, tu frappais dans ce sac lourdement lesté avec tout ce que tu avais pu trouver autour de toi. Tes phalanges se fracassaient à répétition sur celui-ci, à l'exception que celles-ci étaient recouvertes d'Haki. C'était quelque chose de tout nouveau pour toi, si tu l'avais utilisé par instinct lors de ton précédent affrontement, tu comprenais enfin comment l'utiliser à ta guise. Évidemment, ta maîtrise était encore bien loin d'égaler les plus grands, mais c'était un grand accomplissement pour une marine qui n'avait, quelques semaines auparavant, aucun avenir.

D'autant que tu avais remarqué que même maintenant, les tremblements de ton bras semblaient se dissiper. A chaque fois que tu renforçais celui-ci, tu reprenais peu à peu contrôle sur ta chair. Comme si à partir d'un certain niveau, l'esprit arrivait à combler les lacunes du corps.

-... Oui ?

Tu t'étais retournée presque immédiatement alors que l'on toquait à ta porte. Perplexe, tu avais souvenir avoir bien indiqué que tu préférais ne pas être dérangée. Après tout, tu n'avais aucune tâche sur le feu puisque tu étais censée te reposer. Chose qui évidemment était à ta libre interprétation... Gênée, tu t'avançais pour ouvrir la porte à l'imprévu. Et quel imprévu...

- Vice-Amiral ?!

Tu te mis alors à sourire un peu bêtement, prise totalement au dépourvue. L'endroit puait la sueur et ton apparence démontrait bien que tu en étais la cause. Par endroit, des petites plaies s'étaient ré-ouvertes se mêlant au passage à ta transpiration. Depuis combien de temps répétais-tu le même mouvement encore et encore ? Quelques heures tout au plus ?





  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore

Le livre que je tenais s’écrasa brutalement sur le crane de la jeune fille sans sommation, comme un réflexe. Inutile de dire qu’elle n’avait pas pu suivre. Ça avait été trop rapide. Un peu trop même ! Par la suite, elle pouvait voir une gueule blasée, avec, évidemment, une clope allumée au coin des lèvres, comme à mon habitude. On aurait presque dit un daron qui attrapait sa sale gosse entrain de faire une bêtise… Et ce qui se dessinait sous mes yeux s’apparentait clairement à une connerie… Ou presque. Ou presque ouais, parce que l’image qu’elle me renvoyait me faisait un peu penser à moi, surtout par le passé. La fougue de la jeunesse, huh ? L’envie de progresser encore et encore qui était prégnante ? Ouais…  J’étais également passé par là.

- « On t’a surement demandé de te reposer non ? J’pense que t’es bien placée pour savoir que ça fait aussi partie du processus de progression ! Et me parle pas de vider tes esprits, y’a surement mieux à faire ! »

Pour le coup, je devrais vraiment ressembler à un daron à lui faire la morale de la sorte. Enfin… C’était de toute façon mon rôle, même si j’étais persuadé qu’elle continuerait à faire la crétine en continuant de s’entrainer si je finissais par me casser. Un bref coup d’œil par-dessus son épaule me permit de voir à quel point elle avait cravaché et quant à l’odeur très persistante de sueurs… Heh… Pouvait-elle être pire que celle des chairs calcinés, du sang ou encore de la mort ? L’odeur de la sueur dans l’armée, c’était tellement rien que l’odorat de la plupart des soldats devait être anesthésiée. Rien que ça, oui. Je finis même par soupirer, puis je me mis ensuite à regarder attentivement son corps qui aurait certainement mis en émoi bien d’hommes…

- « Bon… Si tu saignes aussi peu et que tu te tiens débout, c’est que ça devrait certainement bien aller. Les gars de la scientifique ont fait leur boulot, tant mieux… »

C’est avec mon livre que je tapotai gentiment son front une fois ou deux, avant de reculer de quelques pas pour m’adosser à l’un des murs du couloir qui donnait sur la salle où elle se défoulait alors qu’il ne fallait pas. J’aurai pu l’assommer et la forcer à aller dormir, mais à quoi bon ? « J’ai pas eu l’occasion de te le dire, mais très beau boulot sur Shabondy. Je ne pensais pas tomber sur un cas pareil, mais t’as géré avec brio la situation qui s’imposait à toi et c’est tant mieux. La plupart des gars n’osent plus broncher. » Peut-être qu’elle s’en foutait, mais s’intégrer un minimum dans un équipage était une très bonne chose.

Les médisances avaient duré un moment, mais c’était maintenant terminé : Pandore avait enfin prouvé de quoi elle était capable…

- « Alors ? C’est quoi tes impressions depuis tout ce temps ? Ça fait quoi de devoir lutter contre la mort, tuer des gens ? Tu sens que t’as progressé et que t’as appris des choses ? »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727
img_rp
Repos des Braves
Feat
Salem




Aie...

Tu l'avais mérité et tu ne cherchais même pas à lutter, te contentant de te frotter la tête tout en subissant les réprimandes du Vice-Amiral. De toutes les personnes que tu espérais croiser en cet instant, Salem était certainement le dernier. Pour autant, il ne paraissait pas t'en tenir rigueur plus que ça. Il était peut-être content de te voir en état de te battre, de te déchaîner, de te surpasser. Tu avais déjà prouvé par le passé que ce genres de blessures étaient à même de briser ta motivation mais pas cette fois-ci ! Tu étais en si bon chemin ! Encore fallait-il ne pas te perdre en route avant d'arriver à destination.

- Ils sont clairement plus doués que ceux qui m'ont traité par le passé. A l'époque, si j'avais reçu le quart de leurs soins, je n'aurais sans doute pas passé autant de temps à m’apitoyer sur mon sort.


Car en vérité, tu avais pris bien plus cher dans cette opération que dans celle qui avait écourté ta carrière six ans en arrière. Pour autant, en une semaine, tu tenais debout devant ton Vice-Amiral prompt à faire parler tes poings sur n'importe quelle cible qu'on te désignerait. Évidemment, tu n'étais pas au meilleur de ta forme et il te faudrait encore quelques semaines pour être pleinement opérationnelle, mais c'était là un très bon début.

- Enfin... Je suppose que j'ai dû changer aussi un peu.


Tu fixais ta main perplexe... Depuis quand avais-tu ce genre de potentiel qui grondait en toi... ? C'était inconcevable une progression pareille même pour toi qui l'expérimentait au quotidien. Tu pouvais évidemment mettre cela sur le compte de ta compréhension du Haki mais quand bien même ! L'influence de Salem était-elle puissante au point de sublimer ceux qui l'entouraient ? Sans doute.

- Je vous remercie Vice-Amiral. Cependant je doute que nos invités furent satisfaits de ma prestation. Sous mon commandement, notre Sainteté Octavius à faillit se faire égorger. Cela ne se reproduira plus jamais, je vous en fait le serment.


Pouvais-tu t'assurer de cela ? Pas du tout. Mais au moins, tu t'engageais à essayer de tout ton saoul. Tu avais déjà mis ta vie en danger par une fois pour le sauver et tu le referais sans l'ombre d'une hésitation quand bien même celui-ci serait le plus grand des ingrats de ces océans. Finalement, tu venais à sourire avant de te poser sur un banc adossé à un des murs de la pièce.

- Ce que ça fait de retourner en enfer... ? Difficile à dire. J'ai eu l'impression de revivre mes pires démons là-bas. L'embuscade, l'ennemi en surnombre et bien plus qualifié que nous, l'incapacité de communiquer avec le navire principal... Je ne vais pas vous mentir, j'ai faillis m'effondrer l'espace d'un instant mais les habitudes d'une Marine d'Elite ont la vie dure. Quand j'ai vu que j'étais foutue, j'ai foncé tête la première plutôt que d'attendre la mort.


Tu marquais une courte pause avant de reprendre, consciente que tu te confiais à nouveau à quelqu'un qui avait sans doute bien mieux à faire que d'écouter tes déboires.

- Ils étaient forts... Si j'ai pu l'emporter c'est uniquement à cause de leurs négligences et de leurs arrogances. Et... Ça m'énerve de l'avouer, mais je crois que je suis faite pour ça. J'ai passé des années à essayer de réfréner mes pulsions, tout ça pour laisser éclater tout ses efforts d'un coup une fois sur le champ de bataille. C'était grisant.


Etait-ce là une manière pour toi d'accepter les traumatismes qui commençaient à se cumuler dans ta tête ? Sans doute. Tu avais beaucoup perdu en attachement émotionnel avec les années et pourtant tu t'étais sentie vibrer alors que ta chair se faisait fracasser par les assauts ennemis. Puis, dans un geste qui se voulait nonchalant, tu venais à lever ta main et ton bras gauche que tu recouvrais une nouvelle fois de Haki, arrêtant tout tremblement au passage.

- J'ai réussi à utiliser le Haki pour la première fois là-bas alors qu'un bâton en métal s'apprêtait à m'éclater le crâne. Sans vos enseignements, je n'aurais jamais réussi. Je vous remercie Vice-Amiral.


Ce n'était sans doute rien pour Salem. Après tout, face à sa maîtrise, ce que tu arrivais à faire était à peine distrayant. Un petit tour de passe-passe qui n'effrayait que les pirates des Blues. Pour autant, c'était la possibilité pour toi de continuer à progresser. Tu pensais avoir atteint la limite de tes capacités et tu n'aurais jamais pu avoir plus tord qu'en pensant cela. Tu étais fière de toi et naturellement tu ne pouvais que sourire face à lui.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore

- « T’es encore entrain de te comparer à moi hein… ? »

Je plissai les yeux. Sans entendre exactement ce qu’elle disait, je pouvais apprécier les nuances de ses états d’âmes que je perçais de plus en plus à jour, et ce grâce à mon mantra. Ouais… Ce pouvoir pouvait non seulement s’avérer intrusif pour les « victimes », mais également très infernal pour les utilisateurs aguerris comme moi, parce qu’il s’imposait parfois à ma volonté. Transformé en une sorte de mentaliste, décrypter à l’instant T ce qu’une personne pensait ou ressentait était devenu un jeu d’enfant. Pour le coup, c’était un réel cheat code que j’avais développé, si on pouvait le voir comme ça. Et dire que je n’avais pas encore débloqué tout le potentiel qu’il offrait… Voir quelques secondes à l’avance dans le futur comme le faisait Mountbatten, ça allait clairement être le pied… Et diablement efficace en combat…

- « Mes enseignements hein… Je n’ai fait que t’informer, quand on y repense… » Dis-je en soupirant. « Je t’ai juste ouvert l’esprit sur des choses qu’on aurait dû t’apprendre dès le début. Je n’ai aucun mérite gamine. Il te revient complètement. »

J’eus là un sourire franc et sincère. Pas complètement joyeux, ni même pervers non… Juste sobre, bien comme il faut. Mon regard se fit même un peu plus tendre. Elle pouvait être fière d’elle et de son travail. C’était ce que j’étais moi : fier de ce qu’elle avait accompli… Même si très clairement, je l’avais envoyé en enfer sans le vouloir… Etait-ce une prémonition ? Va savoir. Il est vrai que sans ma volonté d’aller inspecter les mangroves de Shabondy, rien de tout cela ne serait arrivé. Pas de baston, pas de sauvetage de dragons célestes… Et pas d’évolution pour une lieutenante-colonelle qui retrouvait non seulement des couleurs, mais aussi de l’ambition. C’était clairement ce qu’il lui fallait pour avancer encore et encore : une envie, un moteur, quelque chose qui la pousse encore et encore. Quoiqu’il me fallait revenir sur un point quand même :

- « Je pense que l’homme n’est pas fondamentalement mauv… Ouais, non, laisse tomber. Je recommence avec mes conneries. Chacun sa conception de la justice. Fais comme tu l’entends. »

Là, c’est sur un haussement d’épaules que je conclus. Etre fait pour tuer était une chose, mais se complaire dans cette besogne en était une autre. Si j’étais fait pour buter, je n’y prenais aucun plaisir ; excepté lorsque je faisais face à la lie de l’humanité : les révolutionnaires. Encore que j’avais réussi à gommer ce que je pensais être un défaut. Si je ne pouvais clairement plus espérer embrasser la justice humaine de l’amiral Shiro, j’espérais réellement ne pas tomber dans les travers de Tetsuda, à savoir une justice absolue. J’avais cette désagréable impression que c’était vers cette philosophie que la gamine tendait… Mais qui étais-je pour vouloir la conformer à ma propre façon de voir les choses ? « Tant que tu butes pas pour buter, tout va bien. » Du moins sous mes ordres. C’est comme ça que j’imaginais la chose en tout cas. Et puis parfois…

Il fallait bien se salir les mains. Ou foutre se débarrasser de son honneur, comme en présence de ces satanés dragons célestes…

- « Pour les dragons célestes, dame Cassanja est d’un tout autre avis, donc te tracasse pas pour son cadet. Et pour ce qui est de l’arrogance de tes ennemis, crois-bien que c’est plus fréquent que tu ne le penses. » Qu’avais-je dis en m’avançant vers elle pour ensuite poser mon livre à ses côtés, sur le banc.

Par la suite, je m’étais quelque peu enfoncé dans sa salle d’entrainement avant de me retourner vers elle :

- « Viens. Je vais être ton sparring-partner pendant quelques minutes. Ça va être moins long que la dernière fois et je ne répliquerais absolument pas parce que t’es encore blessée. Tes coups me permettront de voir où t’en es niveau haki. Et t’inquiète pas, frappe-moi de toute tes forces. Évite ma sale gueule et mes couilles par contre, merci d’avance ! » Finis-je en rigolant comme un vieux con stressé… Et en tirant une nouvelle fois sur ma cigarette quasi entamée.


Dernière édition par Alheïri S. Fenyang le Ven 29 Sep 2023 - 16:54, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727
img_rp
Repos des Braves
Feat
Salem




Tuer pour tuer...

Tu restais silencieuse l'espace d'un instant, perdue dans une réflexion que tu n'avais pas l'habitude d'avoir... Avait-il raison ? Difficile à dire... Tu n'avais pas vraiment cherché à les tuer une fois sur place. Pour dire vrai, tu t'étais surtout contentée de survivre tout en faisant ton devoir. Et même si tes souvenirs des évènements étaient flous malgré ta mémoire presque absolue, tu n'avais pas eu l'impression de les avoir condamné à mort lors de tes enchaînements. Pourtant... Aucune trace d'eux et ils avaient été signalés comme morts et disparus.

Avais-tu pris du plaisir à les exterminer de la sorte ? Peut-être... Après tout, c'était là des criminels et même au-delà de ça, ils avaient essayé de se débarrasser de toi et tes gars. Inévitablement, c'était un comportement qui se devait d'être puni avec une violence égale à la leur et pourtant... Qu'importe. Tu ne le savais que trop bien, une fois sur un champ de bataille, la loi arrangeait les combattants de la justice pour leur permettre de faire usage de toutes leurs forces si nécessaire.

Même si l'élite était plus large sur ce genre de questions, la régulière ne pouvait pas te punir d'avoir usé de force létal ni même d'y avoir prit goût sur l'instant.

- Je ne pense de toute manière qu'il m'aurait été impossible de les raisonner voir de les neutraliser en m'assurant de leurs captures. Ils étaient trop nombreux pour moi.


Maintenant la question méritait d'être posée. Devenais-tu plus forte pour pouvoir les arrêter ou pour pouvoir les tuer ? Si fondamentalement les deux menaient au même résultat, cela posait des questions morales dont tu ne connaissais pas encore la réponse. Parfois, pour vaincre les monstres menaçant la paix du monde, il fallait devoir soi-même un monstre.

- Vous voulez que je m’entraîne avec vous là maintenant ?! J'ai cru comprendre que vous aviez prit un coup de jeune il y a pas longtemps mais je ne vous savez pas encore si fougueux !


Tu souriais, te permettant même de taquiner ton Vice-Amiral. Qu'importe, même si tu retombais dans tes travers sanguinaires de l'époque, tu n'étais quand même plus la Pandore d'antan. Tu savais t'accepter, bien plus que tu n'aurais pu le faire avant.

Ravie cependant d'avoir un sac de frappe plus prestigieux à te mettre sous la dent, tu fixais ta main gauche pour te rassurer. Si tu ne possédais encore qu'un ersatz d'Haki de l'Armement, cela voulait aussi dire que tu avais tout un monde à conquérir pour arriver au niveau des meilleurs. Et à ce titre, tu avais énormément de chance d'avoir justement l'un des meilleurs pour t’entraîner. Qu'importe ce qu'on pouvait dire du Vice-Amiral et  de ses méthodes assez exotiques, il restait un guide pour toi. Une main qui t'avait été tendue dans tes moments les plus sombres.

Prenant alors une position classique de combat, tu tentais de concentrer un maximum de ton fluide dans ton poing. Si cela s'était fait naturellement lorsque tu t'étais retrouvée à l'article de la mort une semaine auparavant, cela te demandait bien plus d'efforts désormais. A croire que tu n'étais performante que dans les moments les plus critiques. Qu'importe.

- J'arrive !


Tu t'annonçais tout en chargeant à pleine vitesse vers lui, prenant un maximum d'élan pour lui enfoncer tes phalanges dans son abdomen. Certes la trajectoire était téléphonée et prédictible mais ce n'était pas ce qu'il voulait tester dans l'instant. S'il voulait certifier par lui même ton niveau basique de l'Armement, il lui fallait encaisser ce coup de plein fouet.

Néanmoins tu n'avais pas des masses d'espoir de ne serait-ce que le faire bouger de quelques centimètres avec ce genre d'offensive. Généralement, tu étais davantage douée pour exécuter des prises de corps que pour porter des coups puissants à même de briser les défenses de l'ennemi simplement par l'énergie dégagée.

- Ce n'est pas encore ça... Mais mon bras ne tremble plus quand je l'utilise... !


Puis il y avait cette opération que l'on t'avait proposé depuis que tu avais rejoins le Vice-Amiral. A croire que son influence s'étendait bien plus loin que ce que tu pouvais t'imaginer. Autrefois, tu n'étais qu'un soldat, de la chair à canon dont on avait disposé sans vraiment te prêter une quelconque importance. Mais depuis que tu étais sous l'aile de Salem, on s'était intéressée à toi.

Apparemment, on pouvait te guérir définitivement. Évidemment, ce n'était pas garanti, mais ça rendait possible quelque chose que tu pensais hors d'atteinte. Sans doute que tu en parlerais avec le Vice-Amiral à l'avenir pour avoir son avis là-dessus mais pas maintenant...

Une dizaine de minutes plus tard, tu avais continué à enchaîner des coups, que ce soit avec les poings ou les pieds. Malheureusement pour toi, utiliser du Haki de la sorte de demander une endurance surhumaine si bien que tu étais essoufflée après simplement quelques minutes d'usage constant de celui-ci.

- Je ne sais pas comment vous faites pour arriver à l'utiliser en permanence sans même vous fatiguer...


Tu souriais car tu avais encore beaucoup à apprendre. Cependant rien ne t'était impossible et cette certitude te motivait à avancer toujours plus loin.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore

- « Bahahaha ! T’es pourtant sur la bonne voie ! »

C’est sourire aux lèvres que je vins poser une main sur sa chevelure pour l’ébouriffer à ma manière. Elle progressait vite. Très vite. Je pouvais le sentir au poids de ses coups, qu’elle s’était améliorée. C’était même drôle de se dire que la progression passait presque obligatoirement par de grosses confrontations qui mettaient nos vies en jeu. Je n’étais plus vraiment à ce stade me concernant, mais j’avais clairement eu cette phase aussi qui m’avait permis d’avancer encore et encore… Au prix parfois de nombreuses vies que j’avais dû faucher… Mais c’était un mauvais côté du métier qu’il fallait savoir endosser et assumer. De ce côté-là, je n’avais pas de soucis à me faire. Elle s’était également endurcie mentalement. Restait à savoir ce qui allait advenir d’elle par la suite… Surtout lorsque je lui rendrais « sa liberté ». Un moment toujours délicat et émouvant. Mais pas pour tout de suite. Je voulais encore profiter de ma superbe élève… Et de ses jolies formes qui mettaient en PLS un bon paquet de soldats. Ceux qui l’avaient tout de suite accepté !

- « Comme entrainement quotidien, essaye de le maintenir constamment sur un membre pour t’habituer et renforcer ton endurance. Ton bras gauche fera l’affaire. Au fil du temps, ça deviendra une seconde nature… »

Tiens… Lui avais-je parlé des différentes étapes qu’elle allait devoir passer avec ce haki aussi efficace qu’épuisant ? Faut croire que non. Plus qu’à lui faire quelques démonstrations visuelles pour qu’elle imprime bien ces choses en tête et qu’elle puisse tracer son chemin, construire son avancée et devenir une vraie bête à mesure du temps qui passe. Vraiment… J’avais l’impression de revivre à chaque fois que je lui apprenais des trucs. Peut-être que j’étais vraiment fait pour être un instructeur de la marine sur le long terme ? Malgré quelques doutes de temps en temps (j’étais humain comme tout le monde après tout), j’étais plus ou moins persuadé que c’était l’avenir qui me tendait les bras après la retraite. « Plus tu l’utiliseras, plus tu pourras l’étendre au fur et à mesure sur ton corps, comme une seconde peau… » Et sans attendre, tout mon corps fut recouvert comme par magie d’une teinte sombre très pure. Rien ne fut épargné. Pas même les vêtements. Pour m’amuser, je lui administrai une petite pichenette sur le front infusé de mon haki qu’elle avait du bien sentir…

- « Mais je te conseillerais dans un premier temps de te limiter à tes membres. Puis… »

En me débarrassant de mon haki, je me tournai vers un coin de la salle d’entrainement pour aller récupérer un petit haltère ; et en me retournant vers la jeune borgne, j’inondai l’objet de mon fluide. Celui-ci fut aussi mat que mon corps tout à l’heure et pour bien lui faire voir la différence, je lui balançai gentiment l’haltère pour qu’elle puisse le réceptionner sans problèmes. Elle verrait surement une différence notable de poids, preuve que ce pouvoir renforçait carrément les objets. « …A infuser des armes.  Par exemple, un bouclier deviendra plus solide, plus compacte, une épée plus tranchante et ainsi de suite… Bref, j’imagine que tu vois le topo ? En tout cas, t’auras pas à t’en faire si tu croises un logia, c’est sûr et certain ! » Je me mis à rigoler en pensant à celui que je considérais comme mon Némésis : Rafaelo Di Auditore. Ce dernier, qui avait le logia de la fumée, m’aura fait voir de toutes les couleurs avec son fruit de tricheur… Mais dorénavant, j’avais hâte de le croiser pour lui faire gouter mes poings… Et surtout l’une de mes nombreuses lames.

- « Et t’auras un dernier palier. Un tour dernier. Le plus efficace. Le plus impressionnant quoi. Attaque-moi une dernière fois pour voir. Mets-y toute ta force, quitte à te cramer pour de bon pour aujourd’hui… » Que je lui demandai sourire aux lèvres, mains dans les poches de mon pantalon, l’attendant nonchalamment.

Ce qui l’attendait ? Une armure invisible que j’avais formé autour de mon corps, et qu’elle ne pourrait pas passer.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727
img_rp
Repos des Braves
Feat
Salem




Risible...

Si tu n'étais pas occupée à récupérer tout l'air que tu pouvais, tu te serais mise à rire. Il y avait donc autant de différence entre toi et lui ? Tu pensais avoir fait un bond énorme, tout ça pour te rendre compte que c'était à peine si tu avais gravit la première marche de cet escalier infini. Bon sang... Le simple fait de le fixer entièrement s'enduire d'Haki alors que c'était à peine si tu pouvais recouvrir ton avant bras te faisait hurler intérieurement. Six ans en arrière tu te pensais toute puissante, tu te pensais être une véritable génie au sein de ce monde qui ne craindrait rien n'y personne une fois au sommet !

Désormais tu constatais que ce que tu pensais être un sommet n'était que la colline qui composait l'immense montagne derrière elle. Te grattant la tête, clairement impressionnée mais aussi gênée par cette démonstration de force, tu t'assurais de retenir tout ce que tu voyais et entendais. Après tout... Chacune des leçons qu'il avait bien voulu t'enseigner t'avait propulsé à des hauteurs que tu n'avais jamais conquise auparavant. Grâce à lui, tu progressais bien plus vite que tu ne l'aurais dû en temps normal. Évidemment, tu voulais que cela continue !

- Un Logia... ? Je n'en ai jamais croisé pour être honnête. Et puis durant ma formation, on a pas prit la peine de nous enseigner à nous battre contre des utilisateurs de Fruit du Démon. Pas étonnant lorsqu'on sait que la plupart resteront soldat de seconde zone toutes leurs carrières.

Etait-ce étonnant pour toi de ne pas davantage en connaître sur le sujet ? Pas vraiment. Ce genre de chose s'apprenait par l'expérience du terrain et jusqu'ici, tu n'en avais presque jamais rencontré. Évidemment, tu avais fait face à des choses que la science peinait à expliquer, mais à aucun mal tu n'avais été contrainte de confronter un homme fait de feu ou de terre. Pour peu que tu en savais, ce genre de fruit était tellement rare qu'il y avait beaucoup de chance que tu partes à la retraite sans jamais en avoir confronté un seul.

Cependant, l'art de renforcer une arme ou qu'importe l'objet était une compétence que tu jugeais crucial à obtenir... Si évidemment, tu ne comptais plus devenir sabreuse, il te faudrait bien un jour ou l'autre utiliser de lame. Que tu le veuilles ou non. Et ce jour, tu préférais avoir la lame la plus solide possible, à même de briser des défenses impossible à passer autrement.

Finalement, il voulait que tu frappes de toute tes forces cette fois-ci. Aucune subtilité, aucune retenu. Un simple coup qui se voulait bête et méchant mais incroyablement puissant. Si tu étais déjà bien cramée, tu pouvais sans doute lui offrir une dernière offensive bien que tu ne savais pas où il voulait en venir...

Qu'importe. Tu te jetais à nouveau sur lui, poing armée, mais cette fois-ci tu ne venais à toucher aucun chair... Rien. Seulement... Du vide ? Non. Enfin... Un mur invisible qui t'empêchait d'aller plus loin et qui repoussait avec vigueur ton poing. C'était une sensation étrange, tu avais l'impression que ton poing continuait sa lancée, pénétrait ses défenses mais ce n'était pas le cas. Et il ne te fallut que d'un moment de fatigue pour que ton propre Haki ne casse face au sien, repoussant ton poing et t'éjectant de quelques mètres, rouvrant certaines plaies au passage.

- C'est indécent...

Tu souriais. Pas la peine de t'abattre sur ton sort. Tôt ou tard, tu finirais par faire la même chose, qu'importe ce qu'on pouvait croire de toi. Pour devenir la meilleur il fallait au moins égaler le Vice-Amiral. Il avait certes environs deux décennies de plus que toi mais l'âge n'avait pas le droit d'excuser ta médiocrité. Certains avaient terrorisé l'intégralité des mers en seulement seize ans d'années d'existences.

- Vice-Amiral. Je me doute que je suis une charge pour vous. Vous m'avez accepté sur votre navire, dans votre équipage, mais j'ai bien compris que ma place à vos côtés n'est que temporaire. J'espère être à la hauteur de vos efforts que vous investissez en moi. Peut-être qu'un jour, j'aurais sérieusement des chances de prendre votre tête !

Tu riais avant de te mettre à tousser. S'il voulait trouver une raison pour te renvoyer au lit afin que tu puisses te reposer, il l'avait trouvé. En une demie heure à peine, il avait réussi à te vider de toute ton énergie. C'était cependant là quelques minutes de plus que la première fois.

- Je ne dois cependant pas vous empêcher de vous concentrer pleinement vers votre ascension au poste d'Amiral. Cela parle énormément entre les murs de ce navire, et la plupart s'accorde à dire que vous êtes le candidat parfait.

L'Amiral Fenyang... S'il venait vraiment accéder à ce poste, alors tu pouvais te considéré comme ayant une sacrée chance de ne serait-ce qu'avoir pu lui adresser la parole à ton stade d'évolution.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore

- « Pfffrrrrrrr ! N’importe quoi ! »

C’était sans aucun doute la première fois qu’elle me faisait marrer de la sorte… Et surtout qu’elle évoquait ce sujet qui brulait les lèvres des gens autour de moi. Qu’il s’agisse de ma famille, de mon équipage ou même de la dragonne céleste qui rodait autour de moi tel un serpent avide de chair fraiche, tout le monde n’avait que ce mot à la bouche. « Amiral ». S’il était vrai que j’étais bien placé pour prendre la place laissée vacante par la disparition de Tetsuda, on n’y était pas encore et je me gardais bien de trop fanfaronner sur le sujet. Après la guerre de Marineford, j’avais certes remise la vice-amirale Harnam à sa place en lui affirmant que j’étais bien mieux placé qu’elle pour choper le poste, mais c’était plus dans l’excitation du moment. Depuis, je n’en avais plus parlé à quelqu’un d’autre et tous dans les rangs attendaient le moindre signe de l’amirale-en-cheffe sur le sujet. Cette dernière devait être bien occupée à ronger son frein sous la défaite qu’elle avait essuyé. Tout du moins, c’est bien ce que je pensais réellement.

- « Si je m’occupe de toi, c’est parce que j’ai le temps pour le faire et l’envie de le faire. Et puis, il faut bien que les vioques de mon genre guident un peu les plus jeunes comme toi. Devenir amiral ce serait la consécration de toute une vie, mais pas une fin en soi quand on y réfléchit bien. Je suis déjà assez libre comme ça, même en tant que simple vice-amiral. »

J’aurai pu lui introduire le concept de dorikis qui mesurait la force exacte d’une personne, lui signifier que je savais plus ou moins les évaluer et que j’étais de ce fait, j’étais déjà du niveau d’un amiral ou d’un empereur, mais ce n’était surement pas la bonne chose à faire… Je passerais pour une personne vaniteuse… Ce que je ne voulais pas, ayant déjà fait les frais de cet état d’esprit. Je n’enfonçais pas non plus dans une fausse modestie qui friserait la gênance, mais je n’avais pas de raisons de gonfler le torse comme un coq. Les seules fois où je l’ouvrais réellement, c’était lorsqu'un adversaire me sous-estimait vraiment. Là, je ne répondais plus de rien. Et puis ne parlons même pas de ces nombreux imbéciles qui pensaient réellement que pour être fort, il suffisait de bouffer un fruit du démon, renoncer donc à la natation et tout briser autour de soi… Quelle sottise. Toutefois, je ne crachais pas non plus entièrement sur leurs fruits, connaissant leur importance. Certains offraient des capacités de soutien très intéressante et dernièrement, un me venait à l’esprit.

- « Cela étant dit, je vais faire gaffe à ne plus te laisser seule pendant un moment. Je t’assignerai à l’un de mes hommes de confiance. Qu’il s’agisse de Meilan, Bryan ou Melvis, aucun n’aurait à redire si tu restes à leur côté pour effectuer des missions, même les plus banales… Pour peu qu’elles le soient… »

Et on avait bien vu ce que la dernière mission de patrouille avait donné. Je pourrais m’excuser mais non : la vie de soldats était faite d’aléas de ce genre. Tout prévoir était impossible. Ceci étant dit, sans moi-même lui faire de l’ombre, il était important que j’assure ses arrières. Elle revenait fraichement d’arriver et il n’y avait pas de raison de la briser en quelques mois. Manquerait plus que ça… « Essaie aussi d’approcher le reste de l’équipage. Je te demande pas forcément de faire ami-ami avec les gens, mais avoir du soutien, des gens qui te respectent voire qui t’admirent, c’est le b.a.-ba pour toute personne qui aspire à se hisser au sommet. Et crois-moi, seul, le sommet, on ne l’atteint pas… A moins d’être un prodige ou un génie. Mais peut-être que tu es une prodige qui s’ignore ? » Si je l’avais dit avec un sourire amusé, il n’en demeurait pas moins que j’étais sérieux. A son âge, je n’avais pas forcément son niveau et ce n’est qu’aux environs de 32 ans que j’ai connu une explosion que d’aucuns n’hésitaient pas à qualifier de « tardive ».

A bien des égards, la gamine était précoce sur un sacré nombre de choses. Sa découverte du haki le démontrait bel et bien.

Restait maintenant à savoir, hormis la force brute qu’elle engrangeait, si elle ferait une bonne meneuse d’hommes et quel genre de philosophie elle embrasserait…

- « Enfin bon… Je t’embête pas plus longtemps pour aujourd’hui… » Qu’avais-je dis en la dépassant et en me dirigeant vers le banc pour récupérer mon bouquin. Mais bien avant de me casser… « Tiens, avant que je ne te laisse, est-ce que tu as une idée plus précise sur les compétences martiales que t’aimerais développer ? Ou t’es toujours encore dans le flou ? »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727
img_rp
Repos des Braves
Feat
Salem




Il était gêné ?

Cela en était presque mignon de le voir éviter le sujet de la sorte, voulant sans doute éviter de se porter la malchance sur sa carrière. Quoi que... Tu n'étais plus une enfant. Tu savais que beaucoup de choses pouvaient peser dans la balance lorsqu'il s'agissait de ce genre de décision. Si évidemment, à tes yeux, il n'y avait pas meilleur candidat pour ce poste que Salem, ce n'était pas forcément le cas pour les plus hautes instances. Ainsi, il valait mieux ne pas célébrer trop vite et tu comprenais alors la réserve de ton mentor.

- Les missions les plus banales... Parfois j'ai l'impression d'être poursuivie par la Malchance elle-même. Comme si quelqu'un me voulait du mal vous voyez le genre ? D'abord mon accident, puis cette patrouille, la première après ma reprise. Et au fond de moi, j'ai cet étrange sentiment que ça va ne faire qu'empirer...

Fataliste ? Un petit peu. En même temps, même le Vice-Amiral ne pouvait pas te le reprocher. Globalement, tu avais la poisse. Alors certes, ce genre d'épreuve te permettait de progresser en faisant des énormes bonds, mais cela demandait à ce que tu survives ! Deux fois maintenant, tu avais survécu à pas grand chose... Combien de temps ton corps allait tenir avant de lâcher ? Combien de temps ton esprit allait résister avant de se rebeller ?

Tu soupirais lourdement, lâchant un petit rire qui se voulait jaune. Tu n'aurais pas dit non à une cigarette face à cette réalisation.

- Je vais essayer Vice-Amiral. Mais si tous comprennent que je ne suis pas là simplement par arrivisme, on condamne encore mes méthodes un peu trop... brusques. Puis, j'ai vécu six ans en exil de tout, je n'ai plus l'habitude de partager mon temps avec autant de gens à la fois.


Une prodige qui s'ignore ? Impossible. Le Vice-Amiral était bien trop modeste. Ta progression n'en tenait qu'à lui et ses missions de patrouilles turbulentes. Rien de plus. Et en ce qui concernait ton style de combat tu restais pensive. Avec l'ajout du Haki dans tes compétences, cela te donnait des possibilités que tu n'avais jamais pris la peine d'explorer auparavant. Mais quand bien même... Il était évident que tu avais des prédispositions pour certains styles et pas d'autres.

- Je dois encore me réinventer. Je pourrais me forcer à reprendre ma voie de sabreuse, mais ce serait insulter les vrais sabreurs. Quand au reste, je pense avoir davantage de facilité à la lutte et aux prises de corps à corps. Mes coups ne sont pas aussi impactants que ce que j'aimerais et mon jeu de jambe me fait cruellement défaut.

Renforcer ses forces ou combler ses faiblesses ? C'était là la question de tout guerrier cherchant à s'améliorer. Pour le moment tu n'en savais rien. Et même si repoussais chaque jour un peu plus les limites du corps humain, cela ne changeait rien que face à un adversaire avec une puissance similaire, c'était le style de combat qui finirait par vous départager. Certes, le tiens manquait d'éclat, mais il lui suffisait simplement d'être efficace.

Le feu des projecteurs, c'était bon pour les Vices-Amiraux et au-delà. Toi ? On te demandait de faire ton devoir et c'était déjà bien.

- Je me posais une question Vice-Amiral avant que vous ne partiez. Pardonnez ma curiosité mais... Qu'est-ce qui vous a poussé à rejoindre la Marine ?


Tu te forgeais encore... Tu étais jeune et inexpérimentée. Ta conception de la justice pouvait toujours évoluer. Jusqu'ici, tu éprouvais une fidélité sans borne aux valeurs du Gouvernement Mondial, assurée que suivre la loi était la manière la plus efficace de pacifier les mers. Mais le Vice-Amiral... Ce n'était qu'une impression mais tu avais cette sensation qu'il n'était pas fait du même bois que toi.

Sans doute la vieillesse.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
- « Tu me poses vraiment une colle, là ! »

N’importe qui aurait pu voir mon sourire réellement gêné pour le coup et la grosse goutte de sueur comique qui apparut sur l’une de mes tempes. Mon credo hein ? En voilà une bonne question que l’on ne m’avait pas posé depuis longtemps ! Alors que mon regard dérivait vers le plafond de la salle et que j’ouvris distraitement le livre entre mes mains, mon cerveau s’évertuait à mettre de l’ordre dans mes pensées. Et de façon logique, la seule façon de lui répondre était de commencer de façon chronologique. Ce serait une bonne manière aussi pour moi d’éclaircir l’évidence… Qui ne l’était pas tant que ça, en vérité…

- « Quand j’étais gamin, la seule chose qui m’importait était de ressembler à mon père. Être un héros comme lui. Et puis quand je voyais tous ces grands noms à ses côtés, faut dire que ça donnait envie de faire pareil… »

Là, mon sourire gêné se transforma en celui d’un gosse pendant que je me remémorais mes jeunes années, lorsque j’étais à marineford et qu’un rien m’en mettait plein les mirettes ! Des grands noms, j’en avais connu énormément… Et si je voulais être honnête avec moi-même, j’en avais dépassé pas mal, dont mon vrai héros, mon père : « Mais naitre avec une cuillère en argent dans la gueule, ça te joue des tours quand t’es pas confronté à la réalité d’une faction… » Et là, je soupirai non sans perdre mon sourire avant de me rapprocher doucement de la seule fenêtre de la salle qui donnait une vue sur l’horizon. Dehors, il faisait beau…

- « La réalité des dragons célestes, la corruption, les promotions imméritées, les inégalités sociales et autres injustices dans le monde… Autant dire que ça a de quoi rendre malade et j’en connais pas mal qui ont sombré dans la désillusion au point de démissionner ou même pire : trahir. »

Je marquai une pause… J’étais malgré moi reparti dans mes grands discours de sale vioque décrépi. Y’avait pas à dire… J’avais vraiment pris de l’age. C’était vraiment fatal l’avancée dans le temps, si bien qu’on oubliait presque que l’on avançait inexorablement vers notre fin. « J’aurai pu sombrer aussi, mais dans les grandes lignes, mon père m’a vite fait comprendre que la marine, au final, faisait ce qu’elle pouvait. La chance que j’ai eu, c’est d’avoir un bon modèle… » Sur ces dires, je posai mon livre sur le rebord de la fenêtre, avant de sortir de mes vêtements mon cendrier de poche pour y écraser grossièrement mon mégot.

- « La révolution est interne et pas externe. Est-ce qu’on est pourri de l’intérieur ? Clairement. Les Dragons Célestes sont l’exemple le plus palpable. Est-ce qu’on devrait néanmoins tout lâcher parce qu’il n’y a rien à faire ? Non. On peut toujours essayer de changer les choses, même si changer les choses nécessite d’avoir un haut grade pour avoir le poids et la légitimité pour ce faire. Qui plus est, il ne faut pas perdre l’essentiel de vue : œuvrer pour le bien du plus grand nombre, pour la veuve et l’orphelin, ce genre de choses. Et puis, il faut bien que quelqu’un fasse justice. La marine peut être perçue à juste titre comme un mal, mais c’est un mal nécessaire. »

Sur cette tirade, je sortis mon paquet de cigarettes pour en choper une, l’embraser rapidement à l’aide d’un briquet et jeter le tout à la gamine pour qu’elle s’en grille une si elle le voulait bien. Y’avait pas à dire, la nicotine m’apaisait totalement. C’était bien mieux que les drogues dures dans lesquelles je m’étais vautré après avoir perdu contre Kiyori. Ouais… Tout comme la gamine, j’avais également marqué une pause. Une grosse parenthèse qui aura duré pas moins de deux longues années dans le désert brulant d’Alabasta. L’endroit idéal pour se ressourcer, ainsi que faire le point sur sa carrière pour ne pas dire sa vie en général.

- « Et donc, tout ça pour dire que le gamin qui voulait ressembler à son daron s’est frotté aux réalités de ce monde pour se forger la conviction qu’il faut de la justice pour asseoir une certaine paix et défendre le maximum de personnes. Quelque chose dans le genre. Y a pas meilleure faction que la nôtre pour ce faire, en même temps. J’aurai pu virer révolutionnaire, mais c’est la voie de la facilité. De la déchéance aussi. Ils sont trop chaotiques, trop désordonnés, parfois illogiques et bien souvent cruels. Pour moi, il n’y a rien à en tirer. Et si on n’est pas non plus tous blancs, on fait déjà du bon boulot en maintenant l’ordre quasiment partout. »

Là, je tirai une taffe, avant de me retourner vers elle :

- « Retiens juste que j’veux défendre la veuve et l’orphelin, c’est tout. Et c’est aussi ce qui me permet de ne pas virer totalement en un gros monstre imbu de lui-même… » Que je dis en soufflant… « Même s’il peut arriver des cas exceptionnels où je fais fi de tout bon sens pour ne penser qu’à ma gueule… » Et là, Pandore put certainement capter cette lueur inquiétante au fond de mon regard. Avant que je ne hausse mes épaules : « Et toi Pandore, c’est quoi ta raison ? »
  • https://www.onepiece-requiem.net/t13084-ft-de-salem
  • https://www.onepiece-requiem.net/t606-alheiri-salem-fenyang-achevee#6727
img_rp
Repos des Braves
Feat
Salem




Difficile...

Complexe que d'imaginer que l'homme accomplit que tu avais en face de toi, un des héros de la marine, avait été un jour un enfant les yeux pétillants de rêves. Incapable de ne pas sourire, tu l'écoutais comme une gosse qui buvait les paroles de son professeur. Finalement, il n'était pas si différent de vous tous. Lui aussi avait eu du progresser encore et encore pour espérer gravir les échelons et changer une partie du monde à son image. Certes, il était né dans une famille aisée avec un avenir déjà tout tracé par son paternel mais quand bien même.

Beaucoup avait tout autant que lui voir plus, et beaucoup se perdaient en chemin. Il fallait plus que des conditions idéales pour arriver là où il demeurait aujourd'hui. Il fallait une âme d'acier et un cœur aussi pur qu'un diamant pour accepter que le monde n'était pas forcément comme on se le figurait enfant.

- Les Dragons-Célestes...  


Tu ne disais rien de plus. Tu n'arrivais pas à les condamner outre mesure. Tu n'étais pas idiote ni même naïve et pourtant... Si individuellement, ils étaient sans doute des crasses, ils permettaient par leur présence les fondations du Gouvernement Mondial. Un mal nécessaire ? Sans doute. Les pirates, les révolutionnaires... Ils participaient davantage à répandre ce monde en cendre sous prétexte de liberté. Mais il n'y avait rien de libre à leur liberté, simplement une anarchie prônant la loi du plus fort.

Grâce à tes actes, ceux du Vice-Amiral, de l’entièreté du Gouvernement Mondial et des Dragons-Célestes, vous étiez en possibilité d'apporter l'ordre et la paix. Une paix impitoyable certes, mais une paix qui marchait ! Tous n'étaient pas capable de trancher des montagnes et c'était de votre devoir de les protéger de l'Infamie.

- Moi ... ? Et bien vous connaissez déjà mon passé pour vous l'avoir déjà raconté. Comme je vous l'avais dis, je ne cherchais qu'à me prouver à moi même au départ. Je n'ai jamais aimé la facilité et si beaucoup prenne les mers pour se faire un nom, j'ai préférai rejoindre les rangs de la marine pour me forger à la dur. Sur le moment, j'avais estimé qu'il n'y avait pas meilleur moyen de se former. Et je n'avais pas tord.


Tu marquais alors une pause, sachant bien que ce que tu disais n'était pas aussi mûri par l'expérience que les paroles de Salem. Pour autant, sur le moment, tu le pensais.

- Le concept de justice est venu un peu plus tard. J'étais reconnaissante de la main que m'avait tendu le Gouvernement Mondial en me permettant de m'engager. Puis j'ai expérimenté par moi même la brutalité et les ravages causés par ces Pirates et ces "Libérateurs". Il n'y a pas besoin de plus pour convaincre un homme que ce que l'on fait est juste à mon sens.


Mais tu ne disais peut-être pas tout. Après tout, tu pouvais très bien servir le Gouvernement Mondial simplement en te perdant dans des rôles administratifs. Pourtant tu avais choisi plusieurs fois les risques du terrains. Aimais-tu ça ? Sans doute. La justice était-elle un prétexte, une occasion pour toi de faire couler le sang... ? Peut-être... Mais c'était encore trop tôt pour toi de te prononcer définitivement là-dessus.

Tu étais ambitieuse et désormais que tu n'avais plus d'orgueil pour camoufler tes états d'âmes, il était normal d'être en proie aux doutes.

- Sachez que mon cœur sera toujours là où est mon devoir. Quant à la suite des choses... Et bien, je vais déjà commencer par aller me reposer avant de me faire réprimander par vous à nouveau Vice-Amiral !


Le sourire aux lèvres, tu relâchais un petit rire cristallin avant de quitter la salle après l'avoir salué avec toutes les formalités nécessaires. L'avenir t'en dirait beaucoup sur ton sujet, à n'en point douter.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore