Le Deal du moment :
Captive : où acheter le Tome Captive 1.5 en ...
Voir le deal
26.90 €

Symphonie en catastrophe mineure.


Symphonie en catastrophe mineure


East Blue, l'une des mers les plus paisibles du globe, s'étendait sous les yeux d'Hayato. Le soleil inondait de lumière le paysage devant lui, laissant ses reflets danser sur les vagues à l'infini. La navette sur laquelle il voyageait fendait bravement les flots, le portant lui et les autres passagers vers leur destination, sous cette douce chaleur. L'écho lointain de quelques mouettes en quête de nourriture répondait aux clapotis de l'océan.

Un grondement sourd le tira de ses pensées.

Comme à son habitude, l'épéiste n'avait pas pris plus d'une poignée de Berrys sur lui. Pour être tout à fait honnête, il s'agissait plutôt de toute sa fortune ! Bien insuffisante pour payer une traversée de cette mer, ni même un repas digne de ce nom. Il devait donc négocier avec les capitaines, et généralement s'engager à protéger le navire qu'il empruntait contre d'éventuels assaillants, en échange du voyage. Un processus long et fastidieux. Son estomac lui rappelait, sans aucune pitié, l’infâme condition dans laquelle il le plaçait depuis déjà trop longtemps ! Sans doute s'était il remis à geindre en apercevant la terre ferme, dans l'espoir de trouver de quoi faire taire cette fringale.

Quelques minutes plus tard, Hayato posait le pied sur l'île de Sirup. Sans sa réputation de villégiature pour nobles, elle aurait très bien pu devenir un bastion fortifié. En levant les yeux, il aperçut un des deux seuls chemins fendant les falaises qui encerclaient l'île. Qu'il serait simple de se défendre contre une attaque, ici ! Après avoir remercié le capitaine, Hayato emboîta le pas aux quelques touristes et se mit à la recherche d'une auberge miteuse, d'un restaurant bon marché ou, à défaut, des restes oubliés.

En quelques minutes, il rejoignit un petit village. Son baluchon sur le dos, il avança en laissant ses sandales usées crisser sur le sol. Promenant son regard en tout sens, le voyageur affamé finit par repérer une enseigne à l'allure abordable. « Chez Coco » annonçait la pancarte écrite à la main. La peinture ne datait pas d'hier, les carreaux devaient avoir été lavés l'année dernière et la porte grinça avant même qu'il ne touche la poignée. Lorsqu'il entra dans l'établissement désert, le client sans le sou repéra des tables crasseuses, des tabourets de récupération et un bar usé par le temps. La cuisine ouverte laissait apparaître un immense monticule de vaisselle sale et, à moitié endormie derrière le comptoir, une vieille femme le regarda entrer en le lorgnant d'un œil ensommeillé.

Contrairement à son établissement, la tenancière d'une soixantaine d'années semblait fraîche comme un gardon. Elle avait coiffé ses cheveux blancs d'un bandeau aux vives couleurs. Sa chemise et son pantalon aux teints criards avait étés lavés et repassés. Ses doigts manucurés tenaient une cigarette fumante et ses yeux, à présent qu'elle était réveillée, pétillaient d'un air espiègle.


- Bienvenue, voyageur, déclara-t-elle d'une voix rauque. C'est pour quoi ?
- Bonjour, j'aurais aimé vous demander à manger, mais...
- T'as pas un rond, hein ? le coupa la patronne, avec un sourire en coin.


Hayato eut la bonne grâce de rougir, lorsque son estomac répondit pour lui. La faim le privait toujours d'une bonne partie de ses forces, à son grand dam au vue des quantités astronomiques nécessaires pour le rassasier. Il suffisait d'examiner sa mine déconfite pour comprendre qu'il n'avait pas fait de repas convenable depuis des jours. Il reprit la parole pour plaider sa cause. Ces négociations forcées faisaient, en réalité, partie de son entrainement :


- Je voudrais vous proposer un marché. Je peux...
- Si tu veux manger, gamin, fais moi toute ma vaisselle et mon ménage.


Surpris, l'épéiste cligna des yeux à plusieurs reprises. Ça n'avait jamais été aussi facile ! Devant la mine ahurie de son client, la vieille femme éclata de rire, avant de reprendre :


- J'en ai vu d'autres, petit ! Laisse faire Coco. Il en a pas l'air, mais ce restaurant est toujours plein, tu sais ?
- Donc, toute cette vaisselle... date juste d'hier ? demanda-t-il, impressionné.
- Hein ? Ah ! Ça... Non... Ça, c'est parce que j'ai la flemme de laver.
- Vous servez dans des assiettes sales ?
- T'es con ou quoi ?


Elle souffla la fumée de sa cigarette, tandis qu'Hayato souriait d'un air gêné. Evidemment, elle devait finir par laver sa...


- Quand j'ai tout utilisé, j'en rachète d'autres.


Il faillit avaler de travers.


- Mais vu que t'es là, je pense que je suis tranquille pour un bon mois !


Du pouce, elle montra non seulement la vaisselle dans l'évier, mais également un tas monstrueux dans la cour derrière l'établissement. Le vagabond déglutit avec difficulté. Dans quoi s'était il encore fourré ?


- Allez, mon p'tit ! ricana-t-elle. Au boulot ! Si tu te débrouilles bien, t'auras terminé pour le service de ce midi !


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h
Le temps s'écoulait comme un ruisseau rapide, les jours défilaient à toute allure, et Natsu venait de célébrer son dix-huitième anniversaire, une étape cruciale dans la vie d'un jeune homme. Natsu, animé par la flamme de l'aventure, décida que c'était le moment idéal pour partir à la conquête des mers et poursuivre son rêve de devenir le prochain seigneur des pirates. Cependant, il y avait un obstacle majeur sur son chemin : sa grand-mère totalement folle, Ayame, une maîtresse des arts martiaux à la crinière bien grisonante mesurant un mètres cinquante deux, qui à la disparition de sa mère, du départ de son frère ainé, mais aussi de la non implication de son père l'avait initié à cet art depuis son plus jeune âge.

Alors que Natsu annonça une énième fois ses plans d'aventure, Ayame, au lieu de se réjouir de la perspective d'une quête héroïque, éclata de rire d'une manière qui n'avait rien de joyeux. Sa grand-mère, aux manières farfelues et à la personnalité excentrique, n'était pas du tout d'accord avec la décision de Natsu.

"Seigneur des pirates ? Ha ! Mon cher Natsu, tu ferais mieux de viser le titre de 'Maître des danses folles' ! Les mers sont pleines de poissons bizarres, tu sais ?" s'exclama-t-elle, en agitant un éventail décoré de paillettes multicolores.

Natsu, malgré qu’il était habitué aux excentricités de sa grand-mère, tenta de lui expliquer encore une fois son désir ardent d'aventure et de liberté en s’emportant.

Symphonie en catastrophe mineure. F9a5428539b2eef60a062c1bfc88e97f

"Non, mais tu ne comprends jamais rien ! T’es sourde ou quoi ! Je veux découvrir le monde, vivre des expériences incroyables et me forger une réputation en tant que fier capitaine de mon navire et une fois le moment venu tu verras que je deviendrai le prochain seigneur des pirates ! Vieille peau !’’

Ayame fit une pause théâtrale avant de se lancer dans une série de mouvements acrobatiques totalement absurdes avant de donner un violent coup de tongs en pleine face à son petit-fils le faisant tomber à la renverse.

"Natsu, maître des arts martiaux, tu es bien trop précieux pour te perdre dans les eaux troubles de la piraterie ! Shashasha ! Si tu veux te battre, pourquoi ne pas participer à un tournoi de lutte intergalactique ? Ou devenir le champion mondial de la danse des casseroles ?"

Natsu esquissa un sourire, partagé entre l'exaspération et l'amusement avant de reprendre d’un ton bien plus sérieux les étoiles pleins les yeux.

Symphonie en catastrophe mineure. 789df998d3d5a832c8dcc4e44292b284

"Grand-mère, tu sais que c'est mon rêve depuis toujours. Je veux être libre, naviguer sur les océans, et découvrir ce que le monde a à offrir."

Ayame fit mine de bouder avant de sauter soudainement en l'air, effectuant un magnifique coup de pied acrobatique.
"La liberté, tu dis ? Mon cher Natsu, tu peux trouver la liberté dans un bon bol de ramen épicé, pas en te jetant dans des aventures périlleuses !"

Natsu secoua la tête, comprenant que sa grand-mère ne le laisserait pas partir sans une confrontation. Ils se retrouvèrent finalement dans un affrontement amical d'arts martiaux, mélangeant les mouvements sérieux et des pirouettes comiques du bambou volant un art humoristique créée par Ayame. Entre les rires et les échanges énergétiques, Natsu commença à réaliser à quel point il allait manquer ces moments avec sa grand-mère.
Finalement, après une séquence de mouvements à la fois extravagants, mais aussi impressionnant, Ayame s'arrêta essoufflée mais satisfaite.

"Natsu, tu es un combattant formidable c'est indéniable, mais la vraie bataille se livre ici," dit-elle en tapotant son front avec un clin d'œil complice.

Natsu, touché par la sagesse déguisée de sa grand-mère, prit une profonde inspiration.

"Grand-mère, même si nos chemins divergent, je garderai toujours en moi les enseignements que tu m'as transmis. Et qui sait, peut-être qu'un jour, je reviendrai te défier dans une danse des casseroles intergalactique Shishishishi !"

Ayame éclata de rire. "Je t'attends de pied ferme, mon petit seigneur des pirates en herbe. Mais avant de partir à l’aventure sur les différents océans, tu vas commencer par faire les courses au village comme un grand shahahah. Et n'oublie pas d'acheter des paillettes pour ajouter un peu de glamour à tes futures aventures maritimes ! Shahahah"

*Devenir le prochain seigneur des pirates..*, s'étonna-t-elle en pensée.*Il n’a vraiment pas froid aux yeux mon petit Natsu, je suis sûr qu’il peut le devenir, mais il est tellement naïf.. Il faut vraiment que je digère la disparition de sa mère.. Cela m’inquiète tellement qu’il décide prendre la même direction que Kohana.. Pour le moment il va rester bien au chaud avec moi..J’espère pouvoir retarder son départ le plus longtemps possible..*


Ainsi, Natsu, décontenancé par la requête de sa grand-mère, hocha la tête d’un air dubitatif. Il attrapa la petite bourse remplie de quelques berry’s tendu par Ayame. Sac sur le dos, il quitte donc la demeure familiale reculée tout en prenant la route en direction du village de Sirup, tiraillé entre le désir d'aventure et le pincement au cœur de bientôt laisser derrière lui sa grand-mère totalement barrée, mais profondément aimante.

Portant son sac à dos, Natsu se dirigea vers le village de Sirup, laissant derrière lui la maison familière pour la journée où les rires de sa grand-mère résonnaient encore. Les rayons du soleil dansaient à travers les frondaisons des arbres, créant une atmosphère d'aventure imminente. Son esprit vagabondait déjà parmi les vagues déchaînées, les trésors cachés, et les îles mystérieuses, mais surtout le One piece.

"Ahoy, me voilà prêt à affronter les océans ! Vous n’avez qu’à bien vous tenir, les monstres marins géants, les tempêtes dévastatrices, je vous vaincrez tous ! moi, Natsu, le futur seigneur des pirates, bravant tout cela de la force de mes poings!" s'exclama-t-il, esquissant un sourire gargantuesque sur ses lèvres tout en pratiquant des katas.

Alors qu'il avançait, il s'imaginait les membres d'équipage qu'il pourrait recruter. Un navigateur robuste et émérite capable de lire les étoiles comme un livre ouvert, un cuisinier prodige capable de transformer n’importe quels poissons bizarres en festins succulents, et bien sûr, un épéiste capable de rivaliser avec les plus redoutables adversaires des mers. Son équipage de rêve prenait forme dans son esprit, chacun apportant une compétence unique à bord de son futur navire.

Le jeune aventurier s'égara dans ses pensées, visualisant des scènes épiques de combats navals, de découvertes extraordinaires et d'amitiés forgées au fil des vagues. Les rires joyeux et les conversations animées de ses futurs compagnons de bord résonnaient déjà dans son imagination.

Cependant, ses rêveries furent interrompues par l'odeur alléchante qui flottait dans l'air. Ses yeux se posèrent sur le panneau écrit à la main annonçant le restaurant ‘Chez Coco’. Le restaurant préféré de la grand-mère de Natsu et pour cause, la dirigeante ne fut autre que la meilleure amie d’Ayame. Une pause dans ses aventures imaginaires s'imposa, et la perspective d'un bon repas fit soudainement retentir le rugissement de l’estomac de Natsu. Notre futur seigneur des pirates entra dans le restaurant avec un violent coup de pied, faisant s’arracher la porte du bâtiment.

BAAAAAAAAM


‘’Coco ! A MANGERRRRRRR ! JAI FAIMMMM !’’


Symphonie en catastrophe mineure. 28ebbd7454129e6e98fd0ba47a4e2eeb

Comme à son habitude, Natsu fit une entrée fracassante,mais la dirigeante du restaurant n’était pas du genre à se laisser marcher dessus. Surtout par Natsu qu’elle connaissait plus que bien, elle lui envoya plusieurs couteaux de cuisine d’affilés que le jeune homme esquiva sans sourciller.

Symphonie en catastrophe mineure. 7360eda0105fe34486820c8a6a037ebf

‘’Héhé ! Je vois que t’as toujours de l’énergie vieille peau numéro deux ! Shishishi!”

Symphonie en catastrophe mineure. 76ff0d17019d89b4a98986356bb2a9e3

Contrairement à Ayame, Coco n’était pas du genre à aimer se faire insulter de cette manière par un petit gars qu’elle avait quasiment nourri dans ce même restaurant et ce tous les midi depuis dix huits longues années. Comme Natsu fut trop occupé à rire aux éclats, elle cracha sa cigarette puis elle lui envoya valdinguer un rouleau à pâtisserie qui vint s’incruster sur le front du garçon, le choc fit retentir un léger son creux, comme si sa boîte crânienne était vide.

“Aie ! Tu m’as fait mal Coco….!” Lâcha Natsu suivit d’un puissant soupir.
“Je te l’ai déjà dit, je suis encore dans la fleur de l’âge ! Alors t’es injures tu les gardes pour ta grand-mère ! COMPRIT !”
Natsu libéra son visage qu’il tenait fermement laissant apparaître une grosse bosse au niveau de son front.
“Ok, mais j'ai toujours autant faim Coco !”

La vieille dame eut le sang chaud, elle attrapa Natsu par la crinière et l'amena à la plonge où se trouvait déjà quelqu’un.

“ Quand tu auras fini d’aider mon nouvel employé tu pourras peut-être manger ! ALLEZ AU BOULOT ! “

Coco donna l’impression de s’énerver sur le jeune homme, mais en réalité elle lâcha un sourire suite à cette altercation. Cette restauratrice aimait énormément l'énergumène qu’était Natsu. A son nouveau poste de travail, le jeune homme fut ravi d’y trouver une personne qui lui était inconnue. Il esquissa un plantureux rictus avant de laisser s’emporter sa joie de vivre légendaire.

Symphonie en catastrophe mineure. 85c944b4608a057cdad0c9229faf25de

‘Oh trop cool ! t’es pas d’ici toi ? T’es pas un pirate par hasard ? ALLEZ ? Je suis sur que si ! En plus t'as un sabre, t'es un épéiste ! TROOOOP COOOOL ! Tu sais que tu as devant toi le prochain Seigneur des pirates ? ça te dit d’intégrer mon futur équipage ? Et de voguer sur les mers ensemble ? En plus t’as l’air trop fort ! Shishishishi”

Complètement emporté par ses émotions et sa soif d'aventure, il ne prêta pas attention à ses gestes, au lieu de ranger proprement les assiettes qu’il avait fraîchement lavées, il les jetait par terre. La fureur de dame Coco se fit entendre au loin...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Symphonie en catastrophe mineure


Décidément, Hayato manquait d'expérience. Il apprenait chaque jour à se montrer un peu plus vigilant, à savoir quand presser son avantage ou, au contraire, faire le dos rond, quand louvoyer ou bien être direct... pourtant, il n'était pas encore au point. Une négociation, en soit, restait similaire à un combat au sabre. Les échanges d'idées et de roublardises ressemblaient aux passes d'armes et aux feintes. Cela étant, il était toujours étonné de voir des quidams le rouler dans la farine aussi facilement ! Cette vieille femme en était la preuve, il avait encore beaucoup à apprendre. En repensant à la facilité avec laquelle elle avait repéré sa condition financière, avant de retourner la situation à son avantage... l'épéiste sourit. Il plaça une assiette propre sur un torchon, pour la laisser sécher, avant de se saisir d'un plat à gratin sale et poussiéreux. Tout de même... depuis combien de semaines - ou de mois ? - quelqu'un ne s'était-il pas occupé à nettoyer toute cette vaisselle ?

De son coté, Coco s’affairait dans le seul misérable petit coin propre de la cuisine. Elle réussit malgré tout à réaliser sa mise en place en un temps record ! Les légumes étaient épluchés, les poissons écaillés et préparés, les sauces lancées et les aromates séparés dans divers petits récipients, que le vagabond venait tout juste de laver. Un doux fumet commençait à s'élever dans le restaurant, à mesure que le monticule de vaisselle décroissait, et que les marmites bouillonnantes se multipliaient. Tout du moins, le monticule dans la cuisine... Une goutte de sueur naquit, à l'arrière du crane du bretteur, en repensant à ce qui l'attendait dans la cour. Non. Il préférait ne pas y penser ! Il fut tiré de ses réflexions par un violent coup de pied dans la porte, suivi d'un cri du cœur et du ventre :


- Coco ! À MANGERRRRRRR ! J'AI FAIMMMM !


L'hurluberlu responsable de cette entrée fracassante commença, sans crier gare, à discuter grossièrement avec la patronne. Cette dernière, loin de se laisser marcher dessus, répliqua verbalement, ainsi qu'à l'aide d'un bon coup de rouleau à pâtisserie, afin de corriger l'impertinent. Loin de se démonter, il réclama malgré tout un bon repas, comme s'il s'était s'agit de salutations banales. Hayato en venait presque à se demander s'il existait une personne saine d'esprit sur cette île ? Sans crier gare, le nouveau venu fut recruté de force pour la plonge, lui aussi. L'épéiste commençait à comprendre comment cette vieille femme réussissait à rester à flot, malgré sa flemme digne des légendes : des recrutements d'office ! Il n'eut pas le temps d'explorer plus en avant cette théorie, que son partenaire de vaisselle l'assaillit de questions et d'informations toutes plus loufoques les unes que les autres. Néanmoins, malgré la tornade qu'il représentait, un détail se fraya un chemin jusqu'au cerveau du vagabond :


- Le « futur roi des pirates » ? Intégrer votre équipage ? Je suis désolé, mais je ne connais même pas votre nom. Cela me semble particulièrement rapide, comme approche. D'ailleurs, je ne suis même pas pirate moi-même.


Il se racla la gorge, afin de se ménager un temps d'arrêt et de remettre de l'ordre dans ses pensées. Ce faisant, il remarqua que le trublion, au lieu de s'atteler sérieusement à sa tache, brisait les assiettes par mégarde après les avoir lavées. Un cri s'éleva, derrière le duo d'hommes corvéables à merci. Un bref coup d'oeil en arrière permit à Hayato d'esquiver le lancer de chaise, d'une roulade improvisée.


- NATSU ! hurla Coco de l'autre bout de la cuisine. Combien de fois je t'ai dit que ça sert à rien de laver la vaisselle pour la casser ensuite ! FAIS ATTENTION, ESPÈCE D'EMPOTÉ !


Puisque son propre repas était conditionné par le nettoyage de la vaisselle et le ménage dans le restaurant, le vagabond tenta une autre approche auprès de l'énergumène à ses côtés :


- Écoutez, Natsu, c'est ça ? Je m'appelle Hayato. Si vous le voulez, je vais laver la vaisselle, je vous propose de vous occuper du ménage. Lorsque nous aurons terminé, Coco nous a promis de nous servir à manger. Que diriez vous de rediscuter au calme, après nos corvées, avec un bon repas dans le ventre ?


La manœuvre n'était pas innocente. Au vu du caractère fantasque des locaux, il avait tout simplement peur de se voir privé de repas, si jamais Natsu continuait à faire des siennes. Et au vu des protestations de son estomac, l'épéiste n'était pas certain de vouloir tester la patience de la tenancière plus que de raison. Ainsi, il mit les bouchées doubles et se plongea corps et âme dans le récurage des assiettes, casseroles, plats, moules, ustensiles et couverts en tous genre. Au bout de ce qui lui sembla une éternité, il posa enfin l'éponge, complètement lessivé, mais satisfait.


- Ooooh ! s'estomaqua la patronne. Mais, ma parole, c'est une vraie fée du logis ! Aller, les garçons, chose promise, chose due ! Asseyez vous, je vais vous servir !


Les mains en feu, à force d'avoir frotté ; la peau des mains frippée après être restée sous l'eau si longtemps ; les épaules endoloris suite à des heures de mouvements répétitifs... Hayato se serait cru tout droit sorti d'un entrainement au sabre ! Pour autant, un sentiment de triomphe insondable l'habitait. Non seulement il avait aidé cette pauvre vieille femme dépassée par sa propre entreprise, mais, surtout, il allait pouvoir déjeuner autre chose que des restes ! N'oubliant pas sa promesse, il se tourna vers Natsu avant de reprendre la conversation là où ils l'avaient laissée :


- Alors comme ça, vous êtes un pirate ? Ce n'est pas banal de croiser des forbans aussi... enthousiastes. Cela fait combien de temps que vous naviguez ?


Alors que Coco lui servait une généreuse portion de riz frit, Hayato écouta poliment son partenaire de ménage, tout en dégustant avec satisfaction la cuisine locale.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h

Natsu, les mirettes pétillantes d’excitation, acquiesça vivement à la proposition de Hayato. La perspective d'un bon repas était plus qu'alléchante, d'autant plus que le ventre du jeune homme se faisait entendre avec insistance. Suivant son compagnon d’infortune vers la table dressée par Coco, Natsu prit place avec enthousiasme.

"C'est une sacrée journée, hein, monsieur le sabreur ? On a commencé par des acrobaties avec la vaisselle, maintenant on s'apprête à déguster un festin. C'est ça, la vie d'aventurier ! Pleine de surprise shishishi" S’exclama le jeune homme à la crinière ébouriffée.

Coco connaissant que trop bien notre protagoniste et son appétit hors norme, elle apporta les plats les uns après les autres, plusieurs palettes de saveurs différentes qui chatouillaient les narines de Natsu. Le jeune homme s'attaqua au repas avec une énergie débordante, comme s'il dévorait les saveurs de l'aventure elle-même. Hayato sembla curieux et intéressé par le statut de pirate que Natsu s’était autoproclamé, entre deux bouchées, il questionna Natsu à ce sujet.

Symphonie en catastrophe mineure. 2760393535_60e2c9060e_z

Natsu, la bouche encore pleine, fit un signe affirmatif avec la tête. "Ouais, je suis un pirate dans l’âme ! Je suis prêt à affronter toutes les mers, à découvrir des îles mystérieuses, et à réunir l’équipage le plus fort du mo…. ! ‘´ En discutant la bouche pleine, il manqua de s’étouffer. Après plusieurs gestes euphoriques, le jeune homme reprit ses esprits. ' Je réunirai les meilleurs membres d’équipage et ensemble, avec mon équipage, ma nouvelle famille je deviendrai le prochain seigneur des pirates ! Mon équipage et moi on va trouver le One pièce ! Shishishi’

Les échanges entre les deux aventuriers se poursuivirent, Natsu partageant ses rêves de conquête maritime, d'amitiés forgées au gré des vagues, et d'îles lointaines à explorer. Il s'imaginait déjà avec un équipage hétéroclite, chacun apportant sa propre expertise à bord de son futur navire pirate.

Hayato, écoutant attentivement, finit par sourire et relança Natsu au sujet du titre qu’il convoite tant. Natsu, une lueur d'aventure dans les yeux, se lança dans l'histoire de sa jeunesse, de son rêve de devenir seigneur des pirates naissant dans sa tête dès son plus jeune âges, de sa mère une fière capitaine pirate et son équipage, mais aussi de sa grand-mère excentrique, de son apprentissage des arts martiaux, et de son désir ardent de voir le monde au-delà de son île natale pour conquérir les océans.

Au fur et à mesure que les récits s'entrelaçaient, Natsu et Hayato partageaient non seulement un repas, mais aussi une connexion naissante, une compréhension mutuelle entre un voyageur aguerri et un jeune homme rêvant de voyager.

Pendant ce temps, Coco, observant les deux hommes échanger des histoires et des rires, se dit que peut-être cette journée ne serait pas seulement celle où elle avait obtenu de l'aide pour la vaisselle, mais aussi le début d'une nouvelle histoire dans son modeste restaurant. Les odeurs appétissantes et les échos de rires remplissaient l'air, créant une atmosphère chaleureuse et accueillante, telle une pause dans le tumulte des océans qui attendaient Natsu et Hayato.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Symphonie en catastrophe mineure



La simple question de l'épéiste avait déclenché un torrent inarrêtable. Cet homme entier croquait la vie à pleines dents, c'était une évidence. Avec lui, tout semblait prendre des proportions dantesques, à commencer par ce simple repas transformé en festin gargantuesque ! Hayato s'était toujours étonné de la quantité colossale de nourriture nécessaire à le rassasier. Pourtant, il trouvait en Natsu un adversaire à sa mesure, tant son appétit semblait ne pas connaître de limite. Un sourire aux lèvres, l'épéiste écoutait l'énergumène lui narrer ses rêves de piraterie. Il semblait entretenir une idée romanesque de l'aventure, et lui parlait même de légendes comme le « One Piece »  ou de devenir le prochain seigneur des pirates ! Tandis que le jeune homme s'étouffait à moitié avec le contenu de son repas, le vagabond releva :


- Le prochain seigneur des pirates... C'est une ambition phénoménale que vous avez, Natsu. Vous devez être déjà très fort, pour entretenir pareil rêve !


Après tout, malgré ses airs rêveurs et sa jovialité, il était impossible de ne pas reconnaître le corps d'un artiste martial, en regardant cet homme. Ses muscles dessinés, son aisance à se mouvoir et la précision de ses gestes, même en mangeant, laissaient transparaître une toute autre réalité que celle d'un benêt rêveur. Le futur pirate semblait avoir plus d'une corde à son arc. À mesure que la discussion avançait, Hayato mit enfin de doigt sur un détail qui, à première vue, ne sautait pas aux yeux. Ils se ressemblaient, tous les deux. Ils entretenaient chacun le rêve fou de se hisser au sommet du monde. Ils rêvaient d'une famille, d'aventures glorieuses, d'honneur et de découvertes. Rester en place et se contenter d'une vie médiocre ? Très peu pour eux ! Si Hayato se caractérisait par son calme et son éducation poussée, Natsu en revanche, semblait bien moins poli, mais bien plus enthousiaste et propre à se faire rapidement des amis. À cette idée, l'épéiste sourit. En à peine quelques instants, cette tornade avait su en effet se faire apprécier par le futur criminel.

Les échanges se poursuivirent durant tout le repas, lui même alimenté sans relâche par Coco qui, fidèle à sa parole, leur servit des mets raffinés jusqu'à ce qu'ils soient tous les deux repus. Alors qu'il soupirait d'aise, profitant avec plaisir de cette sensation de satiété bien méritée, Hayato entendit la porte du restaurant s'ouvrir. Plusieurs clients arrivèrent en saluant l'assemblée, la plupart étaient des habitués, à en juger par la réaction de Coco. Si elle les accueillit tous avec des paroles bienveillantes, l'un d'entre eux, en revanche, eut le droit un sermon d'entrée de jeu :

Symphonie en catastrophe mineure. Natif-Sirup-180x400
Charlie

- OLALALA ! Toi, mon petit Charlie, fais gaffe je t'ai à l'oeil ! Si ton machin du diable s'approche de ta bouche, je te vire du resto à coups de poêle à frire. Capich' ?
- Ou... Oui Coco ! Aucun problème, désolé pour la dernière fois...


Le jeune homme alla précipitamment s'asseoir à coté de Natsu. Il déposa un étui noir au sol, dans un bruit de tintement métallique qui fit arquer un sourcil à l'épéiste. Intrigué, ce dernier regarda le futur roi des pirates, avant de lui demander :


- Tu le connais ? Coco a l'air vraiment en colère contre lui, mais il n'a pas l'air d'un mauvais bougre...


Comme si elle avait des oreilles et des yeux derrière la tête, la patronne du restaurant tomba sur Hayato comme la pluie :


- Pas un mauvais bougre ?! Cet empoté m'a détruit une semaine de vaisselle, en seulement quelques secondes avec son bazar, là ! Et attention, hein, tu le sors de son étui, il passe par la fenêtre ! Et tu me paieras les réparations de la vitre !
- Bi... Bien sûr Coco ! Encore désolé.


Après un instant de flottement, le jeune homme se racla la gorge, avant de lever la main, comme s'il demandait la permission de parler. Lorsque la tenancière le regarda avec un « Hmm ? » interrogatif, il bredouilla :


- C... Coco... est ce que je pourrais avoir à manger ?
- Et puis quoi, encore ! Tu t'es cru dans un.. Ah, c'est vrai, on est au restaurant. Hum... bien sûr mon p'tit, ça arrive.


Le calme retomba soudain dans l'établissement, à mesure que les clients étaient servis et que Coco s'activait en cuisine. Toujours intrigué, Hayato se pencha en avant, pour apercevoir le jeune garçon à gauche de Natsu. Il semblait renfermé, un rien triste, et mangeait en silence après les remontrances salées dont il avait été victime. Discrètement, l'épéiste se rapprocha du pirate en herbe et lui chuchota :


- Il n'a pas l'air dans son assiette. Il a fait tant de dégâts que ça ? Et qu'est ce qu'il cache dans son sac, au juste ?


Curieux, le voyageur attendit tranquillement la réponse de son compère, profitant d'un moment de répit, l'estomac plein.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h
Natsu, ayant bien profité de son repas copieux, se redressa légèrement sur sa chaise, se rengorgeant légèrement à la mention de son rêve colossal, il arborait un large sourire empreint d'une confiance contagieuse. Il observa Hayato avec des yeux pétillants d'enthousiasme, prêt à partager un peu plus de sa vision audacieuse.

"Bien sur que je suis fort Hayato, mais tu sais, la force ne se mesure pas seulement aux muscles, même si j'ai la chance d'en avoir un peu plus que la moyenne Shishishishi," dit-il en plaisantant, en tapotant avec fierté ses propres biceps. "La force dont je parle va au-delà de la puissance physique. C'est la détermination, la passion, et la volonté de surmonter tous les défis qui se dressent sur mon chemin. Les océans regorgent de mystères et de dangers, mais c'est précisément ce qui les rend si excitants ! Tu ne trouves pas ?" Questionna son nouveau camarade.

Natsu inclina la tête légèrement, laissant entrevoir une certaine sagesse derrière son allure décontractée, qui l’eut cru. "Il y a quelque chose de magique dans le fait de naviguer sur des eaux inexplorées, de découvrir des îles lointaines, de défier des adversaires redoutables. C'est cela, la véritable force du futur seigneur des pirates, et je veux vivre tout ça ! "

Il marqua une pause, ses yeux fixés sur l'horizon imaginaire, Il tapota ensuite sa poitrine avec un geste démonstratif, soulignant son assurance. "Je ne doute pas un instant que je deviendrai le seigneur des pirates. C'est écrit dans le sable de chaque plage que je foulerai, Hayato !"

Tandis qu'il parlait avec conviction, Natsu sentit une nouvelle énergie l'envahir, celle qui le poussait à affronter tous les défis qui se dressaient devant lui. Hayato, observant le jeune pirate avec attention, pouvait percevoir cette détermination palpable qui émanait de lui. La journée, qui avait déjà débuté avec une simple corvée de courses, prenait des tournures inattendues, surtout avec les nouveaux venus dans le restaurant et plus précisément avec Charlie qui eut une sacrée altercation avec Coco, il décida de s’assoir dans le plus grand des calmes à côté de notre jeune homme à la crinière ébouriffée.

- Il n'a pas l'air dans son assiette. Il a fait tant de dégâts que ça ? Et qu'est ce qu'il cache dans son sac, au juste ?

Après avoir déposé son étui noir au sol, Charlie se tourna vers Natsu avec un sourire complice. Il émanait de leur échange une camaraderie qui avait traversé les années de leur amitié. Natsu leva un sourcil en signe de taquinerie et s'exclama.

"Hayato, je te présente Charlie, quand il utilise son truc dans la bouche, bah il crée beaucoup de problème Shishishi ! '' Une fois les présentation faite il s'adressa enfin à Charlie. ''Ça fait une éternité Charlie." Charlie répondit avec un rire maladroit, "Ouais, ouais, Natsu ! Toujours plein d'énergie, je vois." Natsu éclata de rire, "Tu te rappelles quand on a essayé de construire ce bateau pour prendre la mer comme des vrais pirates Shishishi !?"
Charlie grimaça, "Oh, comment pourrais-je l'oublier ? On a fini par couler et être trempés jusqu'aux os, j’avais pas assez bien serré les cordages et tas grand-mère nous a passer un savon mémorable..mais au moins, on a eu notre dose d'aventure ce jour-là. D'ailleurs ? Comment va Ayame ?." Natsu fronça les sourcilles, “ Cette vieille peau ?! Elle ne comprend rien de rien…!’’ Charlie lui coupa la parole.’’ Laisse moi deviner, toujours ton rêve de devenir seigneur des pirates ? hahahaha’’ La situation dégénéra lorsque Natsu, visiblement contrarié par les taquineries sur son rêve de devenir le Seigneur des pirates, frappa la table avec force, la brisant à l'impact. Coco, furieuse, lança une poêle à frire sur le front Natsu, qui tomba à la renverse.

“J'AVAIS JURÉ QU'ELLE SERAIT POUR CHARLIE ! TU AS DÉPASSÉ LES BORNES NATSU ! DEHORS ! ‘’
La scène se conclut par Coco folle de râge qui fit sortir Natsu du restaurant en lui bottant le derrière, suivit de Charlie qui n’avait pas encore fini son assiette. Pendant que Natsu se redressait pour ensuite tapoter la poussière qui s’était déposée sur sa tenue, Coco rouvrit brièvement la porte de son restaurant pour y jeter le sac noir de Charlie. Pour ne pas qu’il tombe au sol, Charlie se rua sur son sac comme si sa vie en dépendait. Natsu lança un regard interrogateur à Charlie qui semblait vraiment pas dans son assiette.

“C’est vraiment pas mon jour..’’

Natsu rit et lui donna une tape amicale sur l'épaule, "C’est pas la première fois que Coco nous met à la porte, qu’es qui ce passe mon ami ?" Charlie soupira fortement. ‘Bah en fait, je suis déprimé.. Je me suis fait virer de mon école de musique ! Ils ne comprennent pas mon talent ! JAI UN DON !..’ Il racla sa gorge avant de reprendre.
’’Tu sais bien que la musique c’est ma passion et que je veux devenir le saxophoniste le plus connu dans le monde ?”’
Charlie marqua une pause, il attendit désespérément une réponse de Natsu, le jeune pratiquant des arts martiaux essaya encore une fois de camoufler sa méconnaissance de l’instrument en se frottant le crâne.

“Oh tu sais moi… ‘’ Charlie coupa une fois de plus la parole de Natsu.’’ Ouais t’y connais rien… Je ne sais même pas pourquoi je parle de ça avec toi..”

Complètement désespéré, Charlie s'éloigna du restaurant en laissant Natsu derrière lui dans l’incompréhension, marchant dans la rue avec une silhouette soucieuse et des pensées tumultueuses. La journée qui avait commencé par une simple corvée de courses avait pris une tournure inattendue, et l'amitié entre Natsu et Charlie fut mise à l'épreuve par les vagues imprévisibles de la vie.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Symphonie en catastrophe mineure



L'épéiste hochait la tête, à mesure que Natsu parlait. En effet, séparer l'esprit du corps était une bêtise sans nom. Un artiste martial se devait d’affûter le premier tout en renforçant le second, au risque de pâtir d'un cruel handicap face à un adversaire plus complet. Décidément, malgré son apparente simplicité, ce futur pirate avait les idées bien en place. Si on ajoutait à cet état d'esprit la conviction inébranlable en son rêve, ce garçon avait tout pour devenir un adversaire redoutable, ou un allié de poids. Hayato attrapa son menton, tout en réfléchissant à la situation présente. Ce bienheureux hasard, qui les avait conduit à se rencontrer... il ne pouvait que le remercier !

Ses considérations philosophiques furent arrêtées par l'arrivée en fanfare du dénommé Charlie. Comme on pouvait s'y attendre sur une si petite île, Natsu et le nouveau venu se connaissaient déjà. Des quelques échanges entre les jeunes hommes, l'épéiste put relier les points d'interrogations qu'il entretenait afin d'obtenir une vision sommaire de la situation. Alors qu'il s'apprêtait à poser la question fatidique : mais quel était ce fameux « truc », Natsu réagit violemment lorsque son ami le taquina sur son rêve. D'un coup de poing rageur, il brisa la table sous l'impact. La réaction de Coco fut immédiate et jeta tout ce beau monde dehors.

Hayato soupira, avant de s'excuser auprès de Coco et de la remercier pour le repas.

Il sortit alors à la suite des deux compères, pour les retrouver en pleine discussion. Ainsi donc, le pauvre adolescent maltraité était un musicien, saxophoniste de surcroît ? Malgré le fameux « don » dont il se targuait et la passion qu'il entretenait, il s'était fait exclure de son conservatoire ? Pour une raison évidente, il se sentait incompris, esseulé et déboussolé, maintenant que son rêve s'était brisé. Hayato s'était déjà adonné à la flûte en bois, instrument symbolique de la maison Suisou. Malgré les innombrables heures passées par son père adoptif pour lui inculquer les bases, enfant, adolescent ou jeune adulte, Hayato n'avait jamais eut le moindre talent. À force de discipline, il avait tant bien que mal réussit à comprendre comment ne pas percer les tympans de son auditoire, puis à jouer un peu moins maladroitement l'hymne de son clan... mais il ne pouvait guère en tirer d'avantage. Charlie semblait profondément affecté par sa situation et, malgré sa joie de vivre, Natsu n'arriva pas à lui remonter le moral, ni même à le comprendre. Bien malgré lui, le vagabond sortit de son baluchon sa flutte en bois, avant de la porter à sa bouche.





La mémoire musculaire était une chose impressionnante. Voilà des mois, sinon des années, qu'il n'avait pas joué de la flûte. Néanmoins, dès les premières notes, le souvenir de son père le sermonnant pour ses erreurs refit surface. Immédiatement, ses doigts s'activèrent mécaniquement et son esprit vagabonda. Son enfance calamiteuse, sa joie lors de l'adoption par Jinro-san, les merveilleuses années passées en sa compagnie, à mûrir et à devenir un homme... cette mélodie lui renvoya toute sa vie en pleine figure. Toutes ses émotions enfouies refirent surface mais, malgré tout, le vagabond restait calme, mesuré. Il joua l'hymne du clan en y mettant tout son cœur, en une ode au passé et un chant d'espoir pour le futur. Lorsqu'enfin, il termina son récital improvisé, il baignait dans une aura apaisante. Il se serait crû sorti d'une méditation, tant son corps et son esprit étaient en harmonie. Il respira doucement, avant de regarder Charlie dans les yeux.


- Un don est une chose rare, et un rêve une partie de soi précieuse, Charlie. Peu importe les circonstances, peu importe les obstacles, vous devriez être fier de pouvoir entretenir les deux. La musique, en soi, ressemble aux arts martiaux et à la voie du sabre. Il s'agit d'un cheminement vers le dépassement de soi, vers la sublimation de son potentiel. Traverser les embûches et en ressortir grandi fait partie du voyage. C'en est même le principal intérêt. Je suis certain que, passé l'amère déception qui est votre, vous trouverez la force de vous remettre à l'ouvrage.


Avec un sourire, le vagabond s'inclina légèrement, avant de reprendre la parole :


- Mes excuses si je vous ai paru condescendant. Mon intervention visait simplement à vous aider à reprendre confiance en vous.
- Je... je comprends ce que vous voulez dire. C'est... oui. C'est très gentil de votre part. C'est sans doute encore un peu tôt pour moi, j'ai été viré aujourd'hui... Mais... oui, je ferai de mon mieux.


Le sourire de l'épéiste s'étira devant cette réponse. Il regarda sa flûte un instant, toujours bercé par une douce nostalgie, avant de finir par la ranger dans son baluchon. Il se gratta l'arrière du crane d'un air ennuyé. Comment repartir sur un sujet plus léger, à présent ? Fort heureusement, un grand remue ménage éclata, vers le centre du village. Loin de ressembler aux échos d'une bataille, il s'agissait plutôt d'un rythme doux, harmonique et... entraînant ? Étonné, le voyageur regarda les deux amis, avant de tenter d'un air engageant :


- Si cela vous intrigue aussi, nous pourrions aller voir la cause de ce raffut ?
- C'est un groupe de musique itinérant, expliqua Charlie. J'ai vu des affiches un peu partout.
- Oh ! s'exclama Hayato. Voilà une éternité que je n'ai pas assisté à une démonstration musicale !


Il invita donc les deux jeunes hommes à le suivre, en direction du centre du village. Sur la grande place, une scène improvisée avait été montée et, sur elle, trois jeunes personnes jouaient en y mettant tout leur cœur.


Symphonie en catastrophe mineure. Chanteuse-180x400Symphonie en catastrophe mineure. Guitariste-180x400Symphonie en catastrophe mineure. Pianiste-180x400


D'un coup d'oeil en coin, Hayato repéra les étoiles dans les yeux de Charlie. Avec un peu de chance, la morosité du jeune homme vivait ses derniers instants !


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h
La place du village était baignée dans une lumière douce émanant des lanternes suspendues aux maisons environnantes. Les échos des rires et des conversations résonnaient dans l'air, créant une atmosphère chaleureuse et animée. Les étoiles scintillaient dans le ciel nocturne, ajoutant une touche de magie à l'ensemble. Le groupe musical itinérant, installé sur une petite estrade improvisée, attirait l'attention de la foule. Les musiciens, habillés de costumes extravagants, semblaient être tout droit sortis d'un conte de fées. La chanteuse, une voix envoûtante, transportait les spectateurs dans un monde de mélodies enchanteresses. Le guitariste, les doigts dansant avec grâce sur les cordes, créait une harmonie envoûtante, tandis que le pianiste ajoutait des touches mélodiques qui semblaient caresser les âmes.

Charlie, Natsu et Hayato étaient parmi la foule, captivés par la performance musicale. Les musiciens semblaient jouer avec une passion qui transcendait la simple exécution technique. L'énergie qui émanait de leurs instruments donnait une dimension surnaturelle à leur musique.

Peu à peu, la magie des notes s'intensifia. Natsu, habituellement plus enclin à l'action qu'à l'appréciation artistique, se laissait malgré lui entraîner par la musique. Les mélodies le captivaient, bien qu'il ne comprenait pas grand-chose à la théorie musicale. Hayato, quant à lui, observait avec une curiosité éclairée, appréciant la magie de l'instant. Soudain, la musique prit une tournure hypnotique, les rythmes devenant presque entêtants. Les musiciens semblaient jouer avec une intensité croissante, créant une ambiance presque irréelle. La foule était captivée, hypnotisée par les notes séduisantes.

C'est alors que Natsu, la tête légèrement penchée sur le côté, murmura à ses compagnons d'un ton taquin : "Ils jouent bien la ? Roaaaaah, je n’y comprend vraiment rien à la musique."

Charlie, un sourire amusé aux lèvres, répondit : "T'inquiète, Natsu. On n'a pas tous besoin de comprendre la musique. L'important, c'est le feeling, tu vois ?" commenta-t-il, cherchant à inclure Natsu dans l'ambiance. Hayato, quant à lui, esquissa un sourire enjoué.

Natsu, portant son regard sur Hayato, leva les épaules. "Beuuuurk..Je préfère le son des vagues ou le bruit des combats, mais bon, chacun ses goûts."

La musique prit ensuite une tournure hypnotique, les rythmes devenant entêtants. Les vagues sonores enveloppaient les esprits des spectateurs, les transportant dans un état de transe délicieuse. Les yeux de la foule reflétaient une fascination profonde, leurs visages exprimant une béatitude indicible.

Les musiciens, toujours en train de jouer avec une intensité croissante, semblaient connectés entre eux. Les volutes qui avaient ensorcelé la foule commencèrent à se transformer en cacophonie, un mélange confus, discordant de voix, de sons s'enchainèrent. Les ondes sonores entourèrent chaque personne, les liant à la musique de manière indissoluble.
Le majestueux concert se transforma en un tapage nocturne cacophonique, mais étrangement cette discordance devint une berceuse enchanteresse, à présent teintée de notes complètement fausses, avait un effet hypnotique et soporifique. Les regards des spectateurs devinrent vitreux, leurs mouvements se ralentirent. Peu à peu, les paupières se fermèrent, et les corps s'affaissèrent doucement sur le sol de la place du village. Natsu, Hayato et Charlie, pris au piège dans cette toile magique, ressentaient une fatigue accablante s'emparer d'eux. La cacophonie ensorcelante sapait leur énergie, les plongeant dans un état de somnolence irrésistible. La foule, maintenant endormie, semblait être prisonnière d'un rêve collectif.

Les musiciens, insensibles à l'effet de leur propre sortilège, continuèrent à jouer, leur brouhaha. C'est alors qu’un énorme amas de fumée sombre prit une forme quasiment tangible, elle se manifesta à l’arrière de leurs scène improvisée sans doute à l’aide de matériel spécifique, puis elle se déplaça autour des musiciens sous la forme d'une brume.
Les musiciens se transformèrent en voleurs masqués, cachés derrière cette brume, ils émergèrent avec une agilité féline. Ils se déplacèrent parmi les corps endormis avec une aisance déconcertante, dépouillant les villageois de leurs biens précieux. Bourses, bijoux, objets de valeur, tout était pris avec une précision diabolique.

Natsu, à moitié conscient malgré l'emprise des musicos, sentit le poids de son sac s'alléger progressivement. Son esprit lutta pour rester éveillé, mais la magie ensorcelante était implacable, malgré l'engourdissement qui l'envahissait, il grogna : "J'avais jamais vu un concert, c'est normal que je m'end.... ?" Charlie, même endormi, émit un léger rire étouffé.



Symphonie en catastrophe mineure. 9k=


Hayato, habitué aux affres de la bataille, fit un effort surhumain pour lutter contre la somnolence. Il observa avec impuissance les voleurs dérober les villageois impuissants. Charlie et Natsu, plongés dans un sommeil profond, furent également victime de ce vol. Alors que les voleurs avaient pris tout ce qu'ils pouvaient emporter, ils se retirèrent aussi furtivement qu'ils étaient venus, se fondant dans la brume maléfique qui les entourait. La musique ensorcelante s'estompa, laissant le village plongé dans un silence perturbant.

Les premières lueurs de l'aube commençaient à percer à l'horizon, éclairant le visage paisible des villageois endormis. Natsu et Hayato, furent enfin libérés de cet emprise hypnotique, ils reprirent conscience avec le goût amer de la trahison, mais surtout ils furent les seuls à ouvrir les yeux. Le mystère du groupe musical itinérant avait pris une tournure bien sombre, laissant derrière lui un village endormi et dépossédé de ses richesses. La magie qui avait ensorcelé la foule était à la fois fascinante et terrifiante, et les deux compagnons savaient qu'ils devaient percer ce mystère pour réveiller Charlie, mais aussi le village de son sommeil.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Symphonie en catastrophe mineure



L'ambiance venait de changer du tout au tout.

Alors que la morosité et l’apitoiement étaient de mise, quelques instants auparavant, le trio de musiciens avaient réussi à ramener la félicité sur le devant de la scène. Aux étoiles qui brillaient dans les yeux de Charlie, Hayato comprit qu'il était conquis, lui aussi. Néanmoins, à mesure que les couplets s’enchaînaient, l'épéiste sentit le doute s'installer. Peu à peu, d'une douce extase musicale, son corps fut lentement transporté vers une transe hypnotique. Cette dernière gagna en intensité, à mesure que les notes continuaient, tant et si bien que l'audience toute entière finit par succomber aux terribles desseins des musiciens itinérants. L'un après l'autre, les trois spectateurs finirent également par fermer les yeux, bien malgré eux, pour rejoindre Morphée.

Impuissant, Hayato eut beau user de toute sa discipline et de sa force mentale, il ne put qu'observer, dans un demi sommeil engourdi, les trois habiles voleurs s'emparer des richesses des villageois. Lorsqu'il se réveillèrent, lui et Natsu, les deux artistes martiaux n'eurent besoin que d'un bref coup d’œil pour s'entendre sur la conduite à tenir. Il était parfaitement impensable de laisser ces malfrats s'en tirer à si bon compte ! Sans grande difficulté, ils repérèrent des traces de pas ainsi qu'une large traînée qui, sans aucun doute, venait d'être causée par le sac rempli des trésors de l'île. Instinctivement, le vagabond comprit ce qu'il devait faire. Doucement, Hayato réveilla Charlie à grand peine. Lorsque le musicien finit par sortir de sa torpeur, l'épéiste prit la parole :


- Charlie ! Nous avons besoin de ton aide. Je sais que c'est soudain, mais tu vas nous être précieux pour lutter contre eux.
- L... lutter contre... tu veux que je me batte ? J'ai jamais...
- Tout va bien, nous serons là pour te protéger. Mais nous avons besoin de tes talents, pour contrer leur musique.


Tout en lui confiant ce point névralgique de son plan, Hayato pointa du doigt l'étui du saxophone. Tout d'abord interdit, le musicien hésita un long moment. Le jeune homme finit par prendre son courage à deux mains, à force de réassurance de la part du bretteur. Il se leva, plein de fougue, avant de retomber aussi sec. À se lever trop vite, si tôt après avoir subi une hypnose, il venait de faire un malaise. Sa constitution laissait à désirer, mais l'épéiste croyait fermement qu'il avait besoin de cette aventure, d'autant que les combattants devraient compter sur son talent musical. Le groupe de poursuite ainsi constitué, ils partirent rapidement à la suite des traces laissées par les escrocs. Ils finirent par les rattraper juste à temps, au niveau de la fameuse pente qui menait à la plage, en contrebas de l'île. Immédiatement, Hayato dégaina et fonça pour les empêcher de s'enfuir.

Les trois fripouilles repérèrent bien vite l'épéiste. À geste précis, ils sortirent un micro, qu'ils branchèrent rapidement à un amplificateur sur leur navire. Avant que le bokken ne puisse les atteindre, la chanteuse émit un cri strident qui fracassa l'air devant elle. Hayato fut stoppé net dans sa charge vengeresse, avant d'être violemment repoussé contre le sol. Il se releva difficilement, les mains sur ses tympans, alors que la jeune femme reprenait son souffle. Derrière elle, il aperçut ses deux complices laisser leur trésor, tout en sortant leurs instruments eux aussi. Si on les laissait faire, ils recommenceraient leur séance d'hypnoses et lèveraient l'ancre en toute impunité !


- Natsu ! Charlie ! Il n'est pas trop tard ! Foncez sur les deux autres, je m'occupe de la chanteuse !


Cette bravade mourut dans l’œuf, alors que la jeune femme attaquait de nouveau à l'aide d'une onde sonore plus grande encore. L'épéiste se boucha les oreilles, un genou à terre, attendant que l'orage ne passe. Lorsqu'elle reprit son souffle, il se jeta immédiatement dans sa direction, avant d'être repoussé par une autre attaque similaire. Des acouphènes commençaient déjà à lui embrouiller l’ouïe, alors que le combat venait tout juste de commencer.

N'y avait-il rien qu'il puisse faire ?


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h

Feat Suisou Hayato

SYMPHONIE EN CATASTROPHE MINEURE.



Alors que le groupe se lançait à la poursuite des voleurs, Natsu sentait son cœur battre la chamade dans sa poitrine, une vague d'adrénaline parcourant son corps. Ses muscles étaient tendus, prêts à l'action, alors qu'il courait sur le sable doré de la plage, les pieds s'enfonçant légèrement à chaque foulée. L'air salin lui fouettait le visage, ajoutant à l'intensité de l'instant. Lorsqu'ils rattrapèrent enfin les malfrats près de la plage, Natsu vit leur navire amarré au rivage, les voleurs se préparant à partir avec leur butin. Un grognement de détermination s'échappa de sa gorge, exprimant toute la colère qu'il ressentait envers ces escrocs qui avaient osé s'en prendre aux villageois.

Hayato prit les devant, il fonça arme à la main en direction des malfaiteurs, mais malheureusement il se fit stopper avant qu'il ne puisse les atteindre, la chanteuse émit un cri strident qui fracassa l'air devant elle. Hayato fut stoppé net dans sa tentative, avant d'être violemment repoussé contre le sol.

- Natsu ! Charlie ! Il n'est pas trop tard ! Foncez sur les deux autres, je m'occupe de la chanteuse !

De part son regard déterminé et sa posture ferme, Hayato annoncait la bataille imminente. Il donna le signal pour attaquer, et Natsu se prépara à bondir, sentant l'excitation monter en lui. Il ajouta avec un clin d'œil à Charlie :

Symphonie en catastrophe mineure. F5b17d165068de2dd893b3c785003388

"Prépare-toi, Charlie, à montrer à ces voleurs ce que signifie vraiment être un musicien shishishi!"

Charlie, resserrant sa prise sur son saxophone, afficha un sourire déterminé. Son regard brillait d'une lueur combative alors qu'il se tenait aux côtés de son compagnon, prêt à défendre les villageois avec sa musique. Il répondit d'un ton assuré :

"On va leur jouer une symphonie qu'ils ne sont pas prêts d'oublier."

Dans cet instant chargé de tension, Natsu ressentait à la fois la colère bouillir en lui et une étrange excitation à l'idée de combattre aux côtés de ses amis. Ils étaient unis dans leur mission de mettre fin à l'arnaque des musiciens voleurs et de rendre justice aux villageois endormis sous hypnose. Ils se lancèrent alors dans la bataille, leurs pas résonnant sur le sable, prêts à affronter les escrocs avec détermination. L'avenir de l'île reposait sur leurs épaules, mais Natsu était résolu à ne pas les laisser tomber. Dans un élan de détermination, Natsu se jeta en avant, prêt à en découdre avec les deux musiciens voleurs. Son esprit était en ébullition, son regard fixé sur ses adversaires, tandis que son corps se mouvait avec une agilité féline sur le sable de chaud en direction du navire de ses ennemies.

Les deux escrocs se tenaient face à lui, une lueur de défi dans les yeux. L'un d'eux brandissait une guitare électrique, prêt à déchaîner sa musique, tandis que l'autre tenait fermement un clavier électronique, prêt à utiliser ses notes pour hypnotiser leurs adversaires. Le guitariste fit vibrer les premières notes, son instrument émettant un son strident qui résonnait dans l'air. Mais Natsu, loin d'être impressionné, se lança en avant avec une aisance fulgurante, évitant habilement les accords menaçants. Il se déplaçait avec une grâce et une précision impressionnantes, esquivant chaque attaque avec une facilité déconcertante.

Pendant ce temps, l'autre musicien commença à jouer sur son clavier, ses doigts dansant sur les touches avec une rapidité étonnante. Les notes s'élevaient dans l'air, enveloppant Natsu dans une mélodie envoûtante. Mais le jeune homme refusa de se laisser distraire. Il se concentra sur son objectif, ignorant les notes hypnotiques qui tentaient de le subjuguer. Avec un cri de détermination, Natsu se lança dans une série d'attaques rapides et précises. Ses poings volaient à une vitesse vertigineuse, frappant avec une force dévastatrice. Le guitariste tenta de riposter avec un solo virtuose, mais Natsu continua d'avancer, déterminé à mettre un terme à cette mascarade. Finalement, avec un ultime coup de poing, Natsu parvint à désarmer le guitariste, envoyant son instrument voler à travers l'air avant de s'écraser sur le sable. Le musicien chuta lourdement, sonnée par le choc.

Au même instant, Hayato et Charlie se battaient également avec acharnement contre les autres membres du groupe de voleurs, chacun faisant preuve d'une détermination sans faille. Ensemble, ils luttaient pour protéger l'île et ses habitants contre cette menace insidieuse. Dans un dernier effort, Natsu se tourna vers le claviériste, prêt à en finir une fois pour toutes. Avec un rugissement de défi, il chargea, son poing prêt à frapper. La bataille faisait rage autour d'eux, mais Natsu était déterminé à remporter la victoire.

Natsu tenta une approche rapide vers le claviériste avec une détermination sans faille, ce dernier continua de jouer sur son clavier, ses doigts volant sur les touches avec une virtuositée impressionnante. Les notes hypnotiques s'élevaient dans l'air, enveloppant Natsu dans un tourbillon envoûtant. Malgré ses efforts pour rester concentré, le jeune homme sentit son esprit devenir brumeux, ses mouvements devenir plus lents alors que l'hypnose commençait à prendre effet.

Soudain, un son strident de saxophone perça l'air, brisant l'enchantement hypnotique. Charlie, déterminé à aider son ami, s'était élancé dans la bataille, son saxophone à la main. Avec des notes puissantes et discordantes, il contrebalançait les mélodies du claviériste, créant une cacophonie déroutante qui perturbait son contrôle sur Natsu.

Profitant de cette diversion, Natsu secoua la tête pour chasser les derniers vestiges de l'hypnose de son esprit. Reprenant ses esprits, il se releva avec une détermination renouvelée, prêt à en découdre une fois de plus. Les muscles tendus, les yeux brillants de détermination, il fixa le claviériste avec une intensité féroce.

Le claviériste, pris au dépourvu par cette soudaine résistance, tenta de reprendre le contrôle de la situation en intensifiant ses attaques musicales. Mais Natsu, galvanisé par la présence de Charlie à ses côtés, resta imperturbable. Avec une dextéritée surprenante, il esquivait chaque note lancée contre lui, avançant inexorablement vers son adversaire. Finalement, avec un cri de défi, Natsu se jeta en avant, ses deux pieds tendu vers le claviériste. Le musicien, pris au dépourvu par la vitesse et la détermination de son adversaire, tenta de riposter, mais il était déjà trop tard. Les pieds de Natsu le frappa de plein fouet, le projetant en arrière avec une force colossale.

Le claviériste s'écrasa au sol s'engouffrant dans le sable, sonné par le choc. Pendant un instant, le silence régna sur la plage, interrompu seulement par le souffle haletant des combattants et le doux murmure de la mer. Puis, lentement, le musicien se releva, son regard empli de ténacité.

Natsu se tint prêt, ses muscles tendus, son esprit concentré. Il savait que l'affrontement était loin d'être terminé. Le jeune homme prit une position offensive que sa grand mère lui avait enseigné, prêt à en découdre jusqu'au bout, ses mains prirent la forme des griffes d'un dragon. Tout en arborant un sourire espiègle, il nargua ses adversaires :

"Bah alors les musicos, vous avez que ça dans le ventre shishishishi !!''


Symphonie en catastrophe mineure. 509aec3c9ce774800a4092d81451ca62

KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Symphonie en catastrophe mineure


Hayato se releva après une autre décharge sonore. Cette capacité commençait à devenir ennuyante ! Son corps, perclus de vibrations douloureuse, résonnait en même temps que ses oreilles abîmées le tourmentaient. Néanmoins, à force de subir les techniques de son adversaire, le vagabond commençait à en saisir le rythme. Comme pour une tranche au sabre, la chanteuse devait armer – ou inspirer –  contracter son bras – ou faire vibrer ses cordes vocales – puis encaisser le contre coup de son attaque. Ici, la respiration semblait être la clé du combat. Le vagabond en était intimement convaincu: s'il arrivait à maîtriser le timing, il pourrait profiter de ce temps incompressible où son adversaire devrait reprendre son souffle et, bien évidemment, serait dans l'incapacité totale de le contrer. À la manière d'un duel de sabreur, Hayato se prépara aux prochains échanges.

Du coin de l’œil il put voir avec plaisir Charlie et Natsu prendre un avantage décisif sur les deux autres membres du groupes. Bien sûr, la jeune chanteuse arriva à la même constatation que lui : ses deux complices allaient mordre la poussière. Ainsi, elle poussa un nouveau cri strident en direction d'Hayato, avec la ferme intention de le vaincre. Ce dernier plongea sur le coté et courut, de sorte à diriger l'ire vocale loin de ses deux coéquipiers. Il tenta malgré tout de se rapprocher de quelques pas dans la manœuvre, mais finit par être pris dans la fin du faisceau. D'un grognement de douleur, le guerrier serra les dents et s'élança malgré tout. Prise de court, la jeune femme écarquilla les yeux, puis inspira en catastrophe une petite quantité d'air. Sans attendre, il lança une attaque verticale pour lui fracasser le front. Alors que son bokken touchait presque au but, une onde de moindre importance perturba suffisamment son geste pour que la chanteuse puisse parer avec son pied de micro.

Malgré tout, l'épéiste sourit.

D'un mouvement sec du poignet, il lui arracha des mains la perche en métal, qui alla s'écraser dans un bruit mou sur le sable. Alors que Natsu et Charlie combinaient leurs efforts pour vaincre le pianiste, le bokken d'Hayato fusa sans aucune pitié. La jeune femme tenta le tout pour le tout et cria de toutes ses forces mais, sans l'amplificateur sonore, la portée et la puissance de ses vocalises laissaient à désirer. Le vagabond la réduit au silence d'un coup bien placé, l'envoyant rejoindre dans les limbes ses deux amis. Un instant, seul le bruit des vagues brisa les acouphènes lancinantes qui tintaient aux oreilles d'Hayato. Lorsqu'il comprit que le combat était déjà terminé, ce dernier soupira d'aise et lança en criant à moitié :


- EH BIEN ! ILS ÉTAIENT INGÉNIEUX, MAIS PAS SI TERRIBLES QUE ÇA !


Malgré tout, il devait bien admettre qu'il n'aurait jamais pu triompher seul. Sans perdre un instant, il se baissa et attrapa des cordages pour ligoter les criminels. À ce moment, les trois voleurs se relevèrent d'un bond et tentèrent de se ruer vers leurs instruments de malheur ! Surpris, Hayato faillit laisser la chanteuse arriver à ses fins. Il fonça et l'intercepta, le pied sur le micro démoniaque.


- JE VOUS CONSEILLE DE VOUS RENDRE, AVANT QUE L'AFFRONTEMENT NE TOURNE MAL POUR VOUS ! beugla-t-il.
- Crétin ! T'es déjà à moitié sourd, j'vais finir le travail !


D'un geste vicieux, elle sortit un couteau et tenta de frapper à l'entrejambe de son adversaire. Ce dernier recula d'un bond, évitant de finir eunuque. Alors que la jeune femme allait se saisir de son micro, un son cataclysmique jeta Hayato à terre. De ses yeux effarés, il aperçut la jeune femme être projetée au sol, sous une décharge sonique. L'épéiste suivit du regard l'origine du mal, pour remonter jusqu'à Charlie. Ce dernier, le visage cramoisi devant l'effort fourni, reprenait difficilement son souffle après son sauvetage. Éberlué, Hayato finit enfin par comprendre les réactions des habitants : ce jeune homme disposait d'une force de frappe massive dans son instrument de cuivre ! L'attaque vocale de la chanteuse ressemblait au miaulement d'un chat, face au son digne d'une corne de brume que produisait Charlie !


*Et quelle puissance !*, s'étonna Hayato.


À présent les yeux vitreux, la chanteuse gisait dans un véritable cratère, au beau milieu de la plage. Par précaution, il attrapa son micro et le jeta dans les vagues, avant de se tourner vers le navire. Tout d'abord sous le choc, les deux voleurs restants avaient fini par reprendre leurs esprits et, à présent, s'en prenaient au saxophoniste. Laissant là son admiration devant le talent du jeune homme, le vagabond bondit dans leur direction, avec la ferme intention de prêter main forte à ses amis. Néanmoins, il n'était pas exclus que Natsu réussisse à s'en sortir seul, vu la force qu'il avait démontré jusqu'ici.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h

Feat Suisou Hayato

SYMPHONIE EN CATASTROPHE MINEURE.



L'atmosphère était électrique alors que l'affrontement atteignait son paroxysme sur la plage de l'île. Le vent marin soufflait doucement, agitant les palmiers alentour et apportant avec lui le doux murmure des vagues s'écrasant sur le rivage. Malgré la beauté paisible de cet endroit, l'air était chargé d'une tension palpable, alors que Natsu se tenait face au redoutable guitariste, prêt à en découdre.

Les yeux de Natsu étincelaient d'une détermination farouche alors qu'il observait son adversaire, analysant chaque mouvement, chaque geste. Il savait qu'il devait agir avec prudence et intelligence s'il voulait avoir une chance de l'emporter contre un adversaire aussi redoutable.

Pendant ce temps, Charlie se tenait aux côtés de Natsu, son saxophone prêt à jouer. Les deux amis échangèrent un regard complice, se promettant de se soutenir mutuellement dans cette bataille cruciale.

Alors que le guitariste se préparait à une nouvelle attaque, Natsu se mit en mouvement, esquivant habilement chaque coup avec une agilité remarquable. Il avait étudié le style de combat de son adversaire et savait comment anticiper ses mouvements.

Puis vint le moment crucial. Alors que le guitariste croyait avoir pris l'avantage, Natsu fit mine de faiblir, laissant entendre un léger souffle de fatigue. C'était la stratégie parfaite pour tromper son adversaire et le prendre par surprise.

Profitant de l'instant de confusion, Natsu se glissa sous les attaques du guitariste, évitant chaque coup avec une grâce fulgurante. Puis, d'un bond impressionnant, il se retrouva derrière son adversaire, prêt à l'attaquer.

Concentrant toute son énergie dans un puissant coup de poing, Natsu visa avec une précision chirurgicale le point faible du guitariste. L'impact fut foudroyant. Le guitariste fut projeté en arrière, sonné par la force de l'attaque. Il s'effondra au sol, hors d'état de nuire.

Natsu ressentit un mélange d'adrénaline et de soulagement alors qu’il avait réussi à vaincre son redoutable adversaire grâce à sa stratégie bien pensée et à sa détermination sans faille. Natsu gardait un œil vigilant sur son environnement, prêt à intervenir à tout moment si la situation venait à dégénérer. Natsu put voir d’un coin de l’œil que son acolyte Hayato avait réussit à gagner son duel, ce qui fit sourire le jeune homme. Il sentait l'excitation de la bataille couler dans ses veines, mais aussi le poids de la responsabilité qui reposait sur ses épaules. Il était le défenseur de l'île, le protecteur des villageois endormis, et il était déterminé à ne pas les décevoir.

Tandis que Natsu reprenait son souffle, Charlie s’occupait du claviériste, dont les attaques musicales devenaient de plus en plus désespérées. Avec une adresse remarquable, Charlie parvint à déjouer les tentatives du claviériste pour le neutraliser, le maintenant à distance avec son saxophone.

Finalement, voyant que la bataille était perdue d’avance, le claviériste tenta de fuir. Mais Natsu, revenu à la charge, bloqua sa route, son regard brûlant d’une détermination implacable.

« Tu ne t’en tireras pas aussi facilement », lança Natsu d’une voix grave. « Tes jours de voleur d’honnêtes gens  et de manipulateur de foules sont comptés. »

Avec l’aide de Charlie, Natsu parvint à maîtriser le claviériste, le désarmant de son instrument et le neutralisant. Les deux compères regardèrent leur adversaire vaincu, sachant que justice avait été rendue aux villageois endormis et dépouillés.

« Bien joué, Natsu », déclara Charlie avec un sourire satisfait. « On a réussi à les mettre hors d’état de nuire. »

Natsu hocha la tête, un sentiment de fierté mêlé de soulagement l’envahissant. La bataille avait été rude, mais grâce à leur détermination et à leur courage, ils avaient triomphé. Maintenant, il était temps de ramener les trésors volés aux villageois et de rendre la paix à l’île au tour d’un bon repas bien mérité « chez Coco »


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Symphonie en catastrophe mineure


Alors qu'Hayato s'était appesanti sur la force de frappe de Charlie, Natsu n'était pas resté inactif. L'épéiste n'eut pas même le temps de remonter sur le navire que l'artiste martial, aidé du saxophoniste, venait de faire mordre la poussière aux deux derniers voleurs. Cette fois-ci, Hayato ne tenta pas le diable. Il récupéra rapidement quelques cordes sur le navire, qu'il lança aux deux amis, avant de redescendre sur la plage. En quelques instants, les trois larrons se virent ficelés, en plus d'être assommés. Ce ne fut qu'une fois qu'il eut terminé ses nœuds, que l'épéiste se frappa dans les mains, satisfait. Il soupira d'aise, avant de se tourner vers Natsu et Charlie.


- CETTE FOIS-CI, C'EST POUR DE BON ! lança-t-il, tout sourire. ON DEVRAIT APPELER LA MARINE.


Joignant le geste à la parole, le vagabond remonta sur l'embarcation et, après avoir mis un sacré remu-ménage, finit par mettre la main sur un escargophone. Il composa un numéro d'urgence puis, toujours en beuglant à moitié, informa les autorités de la capture de ces dangereux musiciens. La personne au bout du fil, agacée de se faire hurler dessus, termina la conversation rapidement, non sans leur promettre venir chercher les criminels. D'un hochement de tête rassuré, l'épéiste raccrocha le combiné. Il regarda aux alentours, puis grimaça un instant, avant de se gratter l'arrière du crane  :


- QUAND MÊME, ILS ONT RÉUSSI À VOLER PAS MAL DE BUTIN EN UN RIEN DE TEMPS. ILS NE DEVAIENT PAS EN ÊTRE À LEUR COUP D'ESSAI... ET SI NOUS RAMENIONS LEURS POSSESSIONS AUX HABITANTS, MAINTENANT ?


Hayato attrapa l'un des trois sacs imposants, avant de le mettre sur son épaule. Il descendit du navire et, d'un pas lourd ainsi chargé, se dirigea vers la pente qui menait au village. Lentement, il chemina vers l'intérieur des terres, pour finir par retomber sur la grande place. Tous les villageois ronflaient paisiblement, encore totalement inconscients du drame qui venait d'être évité. Le vagabond déposa le butin récupéré, dans un bruit sourd, avant de se frotter la barbe d'un air pensif. Comment allaient ils faire pour réveiller tout ce beau monde ? Il se tourna alors vers Charlie, qui parvenait tant bien que mal à traîner son sac derrière lui. En nage, le musicien arriva à la même conclusion que l'épéiste. Il s'épongea le front, retrouva son souffle après quelques exercices de respiration puis, avec un sourire en coin, amena son saxophone à sa bouche.


Si le concert des trois escrocs avait envoûté toute l'assistance, le réveil fut douloureux. Corne de brume. Chat qui miaule à la mort. Hennissement de poney. Crissement d'ongles sur un tableau... Sans pitié, Charlie reproduisit toutes les horribles sonorités à l'aide de son instrument ! Il avait réellement plus d'une corde à son arc. Dommage qu'il ait choisi ce genre d'aptitude pour développer son talent ! Bientôt, une clameur mécontente s'éleva, les habitants se réveillèrent, encore un peu sonnés, avant de commencer à se plaindre. Le concert était terminé ? Pourquoi ils avaient autant mal à la tête ? À la tête ? Non ! Aux oreilles ! Ah ! Bon sang, mais c'était bien sûr !



- CHAAAARRLIIIIIIEEEE ! hurlèrent-ils tous en cœur.


Incapable de se retenir, Hayato éclata de rire jusqu'à en pleurer. Il finit néanmoins par retrouver son calme, afin de conter toute la mésaventure aux citoyens de Sirup. Bien entendu, l'épéiste appuya lourdement sur la participation du bouc émissaire, mais aussi de Natsu. Ses deux coéquipiers n'avaient pas démérité et, évidemment, méritaient d'être remerciés en bonne et due forme. Lorsqu'il eut terminé, il laissa bouche bée l'assistance qui, après avoir vérifié l'absence de leurs possessions dans leur poches, finirent par s'excuser platement. Mieux encore, ils remercièrent les trois garçons comme il se devait ! L'humeur festive revint bientôt et, en quelques instants, tous mirent la main à la pâte.

Des tables furent amenés. Des nappes dressés. Des instruments de musiques sortis et, bientôt, la fête battit son plein ! Comme si cette escroquerie n'était jamais arrivée, Sirup s'anima de nouveau d'une fièvre enjouée. Les rires, les jeux, les bouteilles débouchées, les enfants qui couraient en tous sens... le village s'était transformé, en l'espace de quelques secondes, en un terrain de joie. Un sourire s'élargit sur le visage du bretteur. Bien trop habitué aux affres sordides que pouvaient réserver la vie, voir autant de joie de vivre le rendait rêveur. Pourrait-il, un jour, redevenir aussi naïf ? Sans parler de naïveté, pourrait-il un jour, lui aussi, retrouver une famille sur qui compter, avec qui couler des jours heureux ? C'était là le but de toute une vie.


*J'y arriverai, Jinro-san*, pensa-t-il pour lui-même.


Soudain, il fut bousculé sans ménagement par une vieille femme qu'il reconnut sans mal. La langue toujours bien pendue, Coco lui ordonna, ni plus ni moins, de lui donner un coup de main. Bien élevé, l'épéiste s'exécuta et prêta main forte à la cuisinière. Cette dernière semblait avoir préparé des tonnes de nourritures en un temps record ! Malgré ses vociférations, elle encouragea subtilement tout le village à se goinfrer à l’œil. L'annonce termina de lancer la fête ! De son coté, Hayato souriait à s'en faire plisser les yeux. Il ne s'attendait certainement pas à ce genre de scène, lorsqu'il avait débarqué sur Sirup, quelques heures plus tôt ! En y repensant, tout cet enchaînement était dû à une simple personne. Du regard, le guerrier rechercha Natsu. S'il réussissait à lui mettre la main dessus, peut être aurait-il l'occasion de continuer leur discussion ? Il avait, curieusement, la folle envie de lui poser une question :


- Alors, cette première aventure de pirate ? lui demanderait-il. Êtes vous paré pour le grand saut à présent, Natsu ?


Au beau milieu de l'effervescence, les deux hommes auraient sans doute l'occasion d'échanger une choppe, ou deux, avec Charlie, afin de sceller leur amitié.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h

Feat Suisou Hayato

SYMPHONIE EN CATASTROPHE MINEURE.



Natsu se retrouvait plongé au cœur de la fête, se laissant emporter par l'ambiance enjouée et la jovialité contagieuse qui imprégnait l'atmosphère de Sirup. Les sons des instruments de musique remplissaient l'air, entremêlés aux rires et aux conversations animées des villageois. Les couleurs vives des décorations chatoyantes, suspendues entre les maisons, contrastaient avec le ciel étoilé qui s'étendait au-dessus, créant un tableau vibrant et joyeux.

Les festivités battaient leur plein, et Natsu se laissait emporter par la liesse ambiante. Il observait avec fascination les danses endiablées des villageois, leurs pas rythmés par la musique entraînante qui résonnait dans toute la place du village. Il se joignit à eux, tournoyant sur la piste improvisée, son cœur léger et insouciant.

Entre deux danses, Natsu se dirigea vers la table dressée de mets délicieux qui semblait s'étendre à perte de vue. Des plats fumants, des odeurs alléchantes, des couleurs appétissantes... Tout cela éveillait son appétit, amplifié par l'effort physique intense qu'il avait fourni lors des combats précédents.

"Wow, regardez toutes ces bonnes choses à manger !" s'exclama-t-il avec un sourire éclatant, attirant l'attention de ceux qui se trouvaient à proximité.


Symphonie en catastrophe mineure. 19a17a19a8d23b7db856fe5a97f48486


Il attrapa une assiette et se servit généreusement, empilant les mets les uns sur les autres avec une voracité insatiable. Des viandes grillées juteuses, des légumes frais et croquants, des fruits sucrés et juteux... Il goûtait à tout, se délectant de chaque bouchée avec un plaisir évident.

"Tu n'as pas idée, Natsu ! Coco sait vraiment la meilleure !" répondit Charlie, qui se tenait à côté de lui, lui tapotant l'épaule avec enthousiasme.

Entre deux bouchées, Natsu observait les autres convives, notant les sourires radieux sur les visages, les éclats de rire qui résonnaient à travers la place du village. Il se sentait en harmonie avec cet instant de bonheur partagé, reconnaissant d'avoir pu contribuer à ramener la paix et la sécurité à Sirup.

Le jeune artiste martial se laissait bercer par la douceur de l'instant présent, savourant chaque sensation, chaque saveur. Il avait l'impression que rien ne pouvait troubler cette paix, cette félicité qui enveloppait le village dans une étreinte chaleureuse et réconfortante.

Et au milieu de cette célébration, alors que la nuit avançait doucement et que les étoiles scintillaient au-dessus, Natsu sentait son cœur déborder de gratitude et de bonheur.

"Je suis si reconnaissant d'avoir pu aider le village," murmura-t-il à Charlie, son regard brillant d'émotion. "C'est vraiment une soirée magique."

Charlie lui lança un sourire complice, hochant la tête avec compréhension. "Oui, c'est vrai. Profite de chaque instant, mon ami."

Et c'est exactement ce que Natsu comptait faire. Le jeune homme savoura chaque instant de la fête, son esprit tourbillonnant dans l'atmosphère festive qui imprégnait le village de Sirup. Alors que Hayato lui posait la question, il se figea un instant, son regard balayant la place animée, puis se posa sur l'épéiste avec un sourire radieux.

"C'était incroyable, Hayato," répondit-il avec un enthousiasme palpable, sa voix vibrant d'excitation. "C'était ma première vraie aventure en tant que pirate, et je dois dire que ça a dépassé toutes mes attentes !"

Il prit une gorgée de sa choppe de jus de pomme, sentant la fraîcheur du breuvage rafraîchissant couler dans sa gorge, puis reprit, ses yeux pétillants d'émotion.

"Je me suis senti vivant, vraiment vivant, au milieu de l'action. Combattre aux côtés de vous deux, c'était comme si j'avais trouvé ma place, ma famille," dit-il, sa voix légèrement émue.

Il tourna son regard vers Charlie, qui se tenait à côté de lui, et lui adressa un clin d'œil complice. "Et puis, avec toi, Charlie, et ta musique qui a réveillé tout le village... C'était épique ! Shishishishi"

Il éclata de rire, se remémorant le concert impromptu qui avait secoué Sirup de son sommeil. Puis, il se tourna à nouveau vers Hayato, son expression devenant plus sérieuse.

"Et pour répondre à ta question, Hayato... Oui, je suis prêt pour le grand saut," déclara-t-il, sa détermination brillant dans son regard. "Je veux découvrir davantage le monde, vivre de nouvelles aventures, monter mon équipage et même devenir le prochain capitaine pirate à trouver le one piece.."

Il leva sa choppe dans un geste de camaraderie, ses yeux fixés sur Hayato avec une intensité résolue. "Merci de m'avoir aidé à arrêter ces maudits voleurs, t'as venu sur Sirup m'a confirmé une chose, je suis prêt à affronter tous les défis qui se dresseront sur mon chemin, tu m'as donné encore plus le gout de l'aventure shishishi! Dailleurs Hayato ! JE TE VEUX DANS MON EQUIPAGE !"

Symphonie en catastrophe mineure. 76ff0d17019d89b4a98986356bb2a9e3

Puis, dans un élan de joie contagieuse, il éclata de rire, son cœur débordant de gratitude et de détermination. Au beau milieu de cette fête, entouré de ses nouveaux amis, il se sentait plus fort, plus vivant que jamais. Et il savait que, quoi qu'il advienne, il était prêt à affronter l'avenir avec courage et détermination, il savait aussi que, où qu'il aille dans ses aventures futures, il emporterait avec lui le souvenir de cette nuit magique à Sirup, et le lien précieux qu'il avait tissé avec ses nouveaux amis.

KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi

Symphonie en catastrophe mineure


Au milieu des festivités, deux artistes martiaux apprenaient à se connaître. Laissant les badauds danser, chanter, rire et s'amuser, Natsu et Hayato profitaient du climat joyeux, après la tempête qui s'était abattue sur Sirup. Cette première aventure de pirates, pour l'olibrius local, l'avait conforté dans son choix : prendre la mer et partir à la découverte du monde. Loin de se rétracter, le jeune homme confirmait ses dires ! Il allait devenir pirate, créer son équipage et devenir le prochain seigneur des mers. Que d'ambition ! À ces mots, l'épéiste ne put s'empêcher de sourire. Il avait appris à apprécier l'énergumène, malgré son coté fantasque. Cependant, Natsu le prit brutalement de cours en l'invitant, sans plus de formalité, à le rejoindre dans son équipage naissant. Le sourire du bretteur s'élargit encore plus, avant qu'il n'éclate de rire. Loin de lui l'envie de se gausser de Natsu, bien au contraire ! Bien vite, il rassura Natsu quant à son hilarité soudaine :


- Il m'est impossible de vous rejoindre en tant que pirate, Natsu. Je ne suis pas un forban des mers ! Je suis un homme d'affaires et... un futur chef d'entreprise.


La formule semblait bien plus simple et édulcorée que « chef de famille ». La connotation de cette expression renvoyait, fatalement, à la pègre. Non pas qu'Hayato ait honte de ce qu'il était – un homme de l'ombre – mais plutôt qu'il souhaitait se prémunir des oreilles indiscrètes. Si les villageois semblaient s'être habitués aux bravades sur la piraterie de Natsu, qu'en serait-il s'ils apprenaient qu'il était lui-même un futur criminel ? Prudence était mère de sûreté, aussi préféra-t-il ne pas tenter le diable. Laissant là ces considérations, le vagabond reprit la parole :


- Malgré tout, j'imagine que nos chemins seront amenés à se recroiser, si vous décidez de voguez sur toutes les mers ! Je compte moi-même sillonner le monde pour mes activités. En ce sens, j'aimerais vous proposer une alternative. Si je ne peux pas rejoindre votre équipage, nous pourrions néanmoins nous lier autrement. Que diriez-vous de faire affaire avec moi, à l'avenir ?


Il laissa un instant de réflexion au jeune homme, avant de reprendre ses facondes de marchand :


- Pensez-y. J'ai beau ne pas être un pirate, pouvoir compter l'un sur l'autre, au sein d'une telle alliance, peut s'avérer décisif. Après tout, nul ne peut se hisser sur le toit du monde à la force de ses seuls bras. Vous avez de l'ambition, Natsu. Nous gagnerions tous les deux à nous entraider.


Comme pour sceller leur arrangement, Hayato leva à son tour son verre en direction du futur pirate. Si l'artiste martial acceptait son offre, ils scelleraient leur amitié naissante et leur pacte à la force de leurs chopines. Cette tradition séculaire avait un sens profond. Frapper son verre contre celui de son partenaire, outre la portée symbolique, recelait un sens bien moins glorieux. À l'époque où les empoisonnements étaient courants, chez les membres de la pègre, il s'agissait aussi d'une assurance. Ainsi secoués, les breuvages s'éclaboussaient l'un l'autre et, fatalement, si un verre était empoisonné, l'autre ne tardait pas à se teinter des mêmes toxiques. Hayato secoua la tête, pour chasser ces pensées pessimistes. Il revint à la situation présente et sourit à pleins dents à Natsu, avant de lancer :


- À notre amitié ! Au futur roi des pirates ! À notre alliance !


En son for intérieur, le futur chef de clan rajouta pour lui :


*Et au futur roi de la pègre.*


La fête battait son plein sur Sirup. Mais en ces lieux de liesse, venait de se nouer une alliance des plus prometteuses, entre deux jeunes gens aux ambitions démesurées.


KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26960-ft-suisou-hayato
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26955-presentation-de-suisou-h

Feat Suisou Hayato

SYMPHONIE EN CATASTROPHE MINEURE.



Le jeune homme à la coupe ébouriffée fit la moue, il fut aux premiers abords déçu du refus de son acolyte concernant l'intégration dans son future équipage, mais il écouta attentivement les paroles d'Hayato, son regard brillant d'intérêt alors que l'épéiste expliquait ses motivations et ses ambitions. Les festivités battaient leur plein autour d'eux, mais pour l'instant, le jeune artiste martial était absorbé par la conversation avec son nouvel ami.

"Une alliance commerciale, hein ?" murmura-t-il, plongé dans ses pensées. "Ça m'a l'air trop cool Hayato, mais je dois avouer que je ne suis pas sûr de bien comprendre ce que ça implique shishishi.." Dans l'incompréhension totale, il ricana.

Il inclina légèrement la tête, cherchant à saisir le sens derrière les mots de son interlocuteur. Pour Natsu, qui avait passé la majeure partie de sa vie à s'entrainer et à se battre avec sa grand-mère sans réellement s'impliquer dans le monde et encore plus dans celui des affaires, le concept d'une alliance commerciale était nouveau et un peu déconcertant.

"Pourtant, je suis sûr que si c'est quelque chose que tu proposes, ça doit être important,"
continua-t-il, son expression empreinte de sincérité. "Tu as été là pour moi quand j'en avais besoin, Hayato. Tu m'as aidé à vaincre ces voleurs et à protéger mon village. Et ça, ça compte énormément pour moi."

Il marqua une pause, ses yeux rencontrant ceux de Hayato avec un éclat d'émotion.

"Tu es plus qu'un simple partenaire de combat. Tu es un ami, un véritable ami," déclara-t-il, son ton empreint de gratitude. "Je te fais confiance, Hayato. Si tu penses qu'une alliance commerciale entre nous peut être bénéfique, alors je suis prêt à te suivre, j'accepte !"

Il saisit sa choppe de jus de pomme, le verre frais entre ses doigts, et leva son regard vers Hayato avec un sourire confiant.

"À notre amitié naissante, à nos ambitions démesurées, et à cette alliance qui pourrait bien changer nos vies," dit-il, ses mots empreints d'une sincérité profonde.

Il fit tinter son verre contre celui d'Hayato avec enthousiasme, scellant ainsi leur accord tacite. Même s'il ne comprenait pas totalement les subtilités d'une alliance commerciale, Natsu savait que tant qu'il avait Hayato à ses côtés, tout irait bien. Et dans cet échange entre deux amis, une nouvelle promesse d'aventure et de réussite était née.

KoalaVolant
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26950-ft-dun-reveur-au-sang-bo
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26929-terminee-le-prochain-seigneur-des-pirates-ce-sera-moi