Le deal à ne pas rater :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 édition limitée du manga Blue ...
12 €
Voir le deal

Un navire, c'est bien. Avec un équipage, c'est mieux!

Le retour à Armada se fit tranquillement. Ne connaissant pas encore vraiment son statut face à cet îlot flottant, Aquila préféra passer par l'arrière d'Armada où il demanda l'aide à des nochers pour faire accoster le Parangon, afin de le réparer. En effet, certaines parties du navire s'étaient abîmées en remontant à la surface, en plus des affres du temps.
Pour cela, il fallait l'amener au chantier naval d'Armada. Ce chantier est possédé par Red. C'était à croire que Red était plus un homme d'affaires qu'à un pirate. À devoir gérer à la fois les Capitaines Libres et ses différents business, il méritait bien son titre d'Empereur.

Une fois dans le chantier, le navire fut expertisé et la note annoncée fut salée. La grande voile était à changer, ainsi que certaines planches du pot et le bastingage du pont arrière. Le total des réparations se montait à trente millions de berries. Entendant la somme, Aquila toussa un coup, mais dit qu'il n'y aurait pas de problèmes. À croire que la dernière tête de pirate coupée allait vraiment l'aider.
Après plusieurs jours de travaux sur le navire, il fut enfin prêt à naviguer. Mais avant de prendre la mer pour de nouvelles aventures, il fallait équiper le navire d'un équipage digne de ce nom. C'est pourquoi, vu qu'il souhaitait se mettre sous les ordres d'Izya, parce qu'elle les a sauvés, à Marine Ford, Aquila décida d'accoster le Parangon au niveau du cadran d'Izya.

Lorsque ce fut fait, Aquila descendit du navire, et le regarda avec une certaine fierté. Alors certes, c'était un vol, mais là, vu où il se trouvait, il s'en foutait royalement. Il considérait ça plus comme avoir trouvé un trésor ou une relique qui ne demandait qu'à voir la lumière et ici, à naviguer. De plus, la figure de proue était une tête de dragon. Pour un équipage voulant se mettre sous les ordres d'Izya, il n'y avait pas mieux.
Maintenant, il fallait réfléchir sur les aménagements du navire. Que ce soit la cabine du capitaine, la cuisine, les dortoirs pour l'équipage, etc... Et d'ailleurs, l'équipage, combien de personnes accepteront de naviguer avec et pour Aquila, sachant qu'il y a peu de temps, il n'était encore qu'un chasseur de primes débutant et qu'il ne se sentait pas pirate dans l'âme. Enfin, pas comme Red le sous-entendait, ou le souhaitait. En même temps, ce n'était pas à lui à qui il voulait prêter allégeance. Même si sans lui, Aquila serait soit en prison, soit mort et sans navire. Donc il fallait le considérer comme un puissant allié à qui on ne peut rien refuser sous peine de se prendre une baffe monumentale.

Alors qu'il était perdu dans ses pensées, seul sur le quai en regardant le navire, sa méditation fut interrompue par une voix toute fluette.


"C'est un beau navire !"

"Oui."

"À partir de maintenant, ça sera le mien !"

"Dans tes rêves !" Puis, regardant autour de lui pour savoir qui disait ça, Aquila ne vit personne et reprit à voix haute : "Putain, voilà que j'entends des voix maintenant !"

"Regardes en bas, grand dadais !"

Regardant ses pieds, il vit une petite créature et sortit sans réfléchir : "Qu'est-ce c'est ?"

Vexé, le petit être lui répondit sur une voix colérique : "Je suis une Tontatta, abruti !"

"Une Tontatta ?! Non mais je veux bien, mais ils ne sont pas plus grands que ça ? Brick est plus grand que toi, non?"

"Oui, il est plus grand ! Et alors ?"

"Et alors, t'es la deuxième Tontatta que je croise dans ma vie donc excuse-moi de ne pas tous vous connaître, toi et ton peuple ! Sinon, tu lui veux quoi à mon navire ?"

"Ton navire ?"

"Oui ! Mon navire ! Qu'est-ce que tu veux, à la fin ?"

"Ça sera mon navire et tu seras sous mes ordres, c'est clair ?!"

Aquila se mit accroupie et attrapa la Tontatta pour lui dire : "Le premier qui touche à mon navire sans mon consentement, je l'envois à la mort. On se comprend ?"

"Oui, on est d'accord ! Le premier qui touche à mon navire sans mon consentement, tu l'envois à la mort !"

"Ton nom ?"

"Planche !"

"... Ette !"

"Pardon ?!"

"Je vais t'appeler Planchette. Vu ta taille, ça t'ira bien !" Là, Planche se mit à gonfler ses joues, devenir toute rouge et se mit à bouder. "Sinon, tu sais faire quoi ?"

"Je suis charpentière." Dit-elle en boudant.

"Écoute, ce que je te propose, c'est de rejoindre mon équipage et je te laisserais entièrement l'entretien du navire et les réparations s'il doit y en avoir. Ça te va ?"

"Pourquoi ? Tu comptes l'abîmer ?"

"Non ! Mais nous sommes recherchés par la Marine, donc on risque fortement de les croiser et de les affronter."

"Ouais... C'est pas faux..."

Aquila posa Planche sur une de ses épaules puis il remonta sur le navire pour lui faire visiter les lieux. Au passage, ils croisèrent Kensa qui faisait aussi ses repérages. Lorsqu'elle vit le petit être sur les épaules de son amour, elle lui dit :

"Tu sais que tu as passé l'âge de jouer à la poupée ?"

"Je te présente Planche. Une Tontatta, comme Brick, mais plus petite. Elle sera la charpentière du navire. Le premier membre de notre équipage."

Planche regardait Kensa avec attention et elle restait bloquer sur la poitrine de cette dernière et disant tout doucement : "Tellement indécent..."

Ce à quoi Aquila pouffa de rire en répondant qu'à lui, ça ne le dérangeait pas. Ce à quoi, Kensa prit l'un des bras d'Aquila et appuya sa poitrine contre et sortit à Planche :

"N'oublie pas que je suis la femme du capitaine et sa seconde !"

Aquila poussa un soupir et se demandait quand il avait dit que Kensa était sa seconde. Mais pour éviter de dormir à l'hôtel du cul tourné, il ne dit rien et acquiesça les dires de sa belle.

Par la suite, ils continuèrent de visiter le navire et les différentes pièces, ainsi de comment les aménager de manière à ce que tout le monde ait le confort requis. Bien évidemment, le navire avait déjà un bon confort, mais l'aménagement n'était pas forcément au goût du jeune bretteur. C'est ainsi qu'il donna ses ordres à Kensa et Planche, afin d remanier à tout ça.

De son côté, Aquila partit sur le cadran d'Izya pour recruter des volontaires pour son équipage. Il se balada dans les rues du cadran, mais rien n'y faisait. Bien qu'il soit connu pour avoir une première prime assez élevée, peu de personnes souhaitaient naviguer avec quelqu'un qui n'avait pas encore fait ses preuves. Du coup, il décida de rentrer sur son navire afin de faire des annonces de recrutement.

Prenant une plume, de l'encre et plusieurs feuilles de papier, Aquila fit son annonce de recrutement. Déjà, il lui fallait un nom, quelque chose qui d'atypique pour un équipage qui le serait tout autant. Le mot "équipage" était trop commun parmi la piraterie, et on avait souvent le nom du capitaine dedans, ou alors un symbole provenant du capitaine. Aquila, à part ses sabres, son escrime et son sens de la Justice, s'il devait faire un drapeau, on le prendrait plus pour un soldat de la Marine qu'autre chose. C'est ainsi qu'il opta pour un symbole plus grand que lui. Et comme il souhaitait se mettre sous les ordres d'Izya, un symbole représentant un dragon était la meilleure chose. C'est ainsi qu'il décida d'orner ses annonces par le même symbole :


Un navire, c'est bien. Avec un équipage, c'est mieux! Ancient_dragon_crest


Pour remplacer le mot "équipage", Aquila se référa aux anciens contes et légendes du passé où il entendait ou lisait souvent que les "héros" de ces derniers se rassemblaient sous forme de groupe que l'on nommait "Coterie". C'est ainsi que le nom de son équipage était créé et que la Coterie du Dragon vit le jour.

Suite à cela, il fallait écrire une annonce, quelque chose de motivant, donnant envie de rejoindre Aquila. C'est ainsi qu'il commença à écrire :


La Coterie du Dragon recrute ! Si vous aussi, vous souhaitez vous rendre utile pour la Reine Céleste, Izya Tahgel, que vous souhaitez défendre ses territoires et ses intérêts. Si vous souhaitez vous affranchir des lois du Gouvernement Mondial et vivre librement, vous et vos familles, alors vous êtes les bienvenus.


Une fois qu'il eut terminé ses affiches. Aquila parcourut le cadran et en déposa çà et là, que ce soit dans des boutiques ou tout simplement sur des murs d'affichage. Lorsque sa distribution fut achevée, le jeune sabreur décida de rentrer sur le Parangon pour continuer son aménagement.


Dernière édition par Aquila Risenkaul le Ven 22 Déc 2023 - 23:06, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24821-ft-d-un-sabreur-by-aquil
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24808-aquila-risenkaul-le-sabreur-vagabond-terminee
Le lendemain, alors qu'Aquila se réveilla aux côtés de Kensa, il se leva, s'habilla et partit sur le pont de sa nouvelle maison, car il entendait pas mal de bruits au niveau du quai. Là, quelle ne fut pas sa stupeur lorsqu'il vit que du monde était là pour son annonce de recrutement.

"C'est vous le capitaine ?"

"Ouais ! C'est pour quoi ?"

"Bah, avec les gars, on se disait que nous aussi, on aimerait se mettre au service de la Reine Céleste. Par contre, on ne veut pas se mettre au service de quelqu'un qui n'est pas fort. Vous avez beau avoir une grosse prime, ce n'est pas pour autant que vous savez vous battre !"

"C'est vrai ! Vous ne connaissez rien de moi. Mais je ne connais rien de vous aussi. Qui me dit que vous n'allez pas me trahir à la moindre occasion ?"

"C'est le jeu ! Nous sommes des pirates !"

Là, Aquila voulait leur prouver sa puissance. Et pour cela, quoi de mieux que d'étaler tout le monde sans même bouger un pouce ? Il regarda attentivement le monde qui était sur les quais, puis se dit que ça serait bien de faire comme à Water Seven, pendant l'Aqua Laguna. Ayant fait des recherches, ou discuté çà et là, il comprit qu'il avait utilisé ce que l'on appelait le Haki des Rois. Depuis lors, Aquila essayait de maîtriser ce pouvoir à sa guise, mais c'était quelque chose de très dur. Comme son nom l'indiquer, il fallait agir comme un Roi et écraser les autres de sa volonté. Il avait beau essayer s'entraîner à temps perdu, ça ne fonctionnait pas comme il le voulait. Là, le jeune bretteur se redressa, les regarda comme à l'époque où il était Chasseur de Primes, avec dégoût et une forte envie de les éclater. Les pirates reprirent la parole en voyant le silence s'installer et dirent :

"Bon, vous êtes puissant, ou merde ?!"
"Ouais ! Ça commence à bien faire, ça !"
"On devrait lui niquer sa gueule et prendre son rafiot ! Nous, on en fera quelque chose !"
"En plus, il aurait une chouette nana !"


Et, il n'en fit pas plus. Toucher à sa femme et à son navire était la dernière erreur qu'ils furent, car d'un coup, tout le monde dans un rayon d'une quarantaine de mètres tomba dans les pommes. Aquila comprit qu'il l'avait réussi à le déclencher une fois encore. Le problème, c'était que Kensa, qui était sortie de la chambre pour rejoindre Planche, se retrouva avec une Planche dans les bras, évanouie. Elle remonta sur le pont et fit :

"Aqui ? Qu'est-ce que tu as encore bran..." Puis en voyant tout le monde à terre : "Mais qu'est-ce qu'il s'est passé, ici ?"

"Voici ceux qui aimeraient nous rejoindre. Ils m'ont demandé si j'étais fort, donc..."

"Ouais... Je vois... Mais regarde ! Ça a même affecté Planche !"

"Ouais, je ne le maîtrise pas encore comme je le veux... Amène-la se reposer et veille sur elle, s'il te plaît. Je vais rester jusqu'à ce qu'ils se réveillent."

"Ça marche !"

Plusieurs minutes, plus tard, alors qu'Aquila restait tranquillement accouder au bastingage, les endormis commençaient à se réveiller en se demandant comment ils s'étaient évanouis. Voyant qu'Aquila les regardait avec un grand sourire sadique sur les lèvres, tous comprirent que ça venait de lui. D'ailleurs, il leur dit :

"Alors, ça vous a plu ?"

"Le Haki des Rois..."

"Donc, reprenons... Vous avez vu ma puissance, mon navire, vous connaissez ma prime. Mon histoire, je vous la raconterais que quand je vous ferais confiance. La seule chose que vous devez savoir, c'est qu'avant d'être un criminel recherché, j'étais un chasseur de primes. Donc couper des têtes, je sais faire !
Après, si vous refusez de suivre et d'obéir à un ancien chasseur de primes, la voie est libre. Je ne vous retiens pas."


Là, un bon tiers de la populace partit reprendre sa vie, refusant d'être sous les ordres d'un tueur de pirates. Parmi ceux qui restaient, l'un d'eux demanda :

"Comment vous êtes devenus un pirate ?"

"Oh, c'est simple. La femme que j'aimais, était esclave du Dragon Céleste se trouvant sur Marine Ford. J'étais là-bas pour la protéger, sachant qu'officiellement, c'était sa femme. Izya est intervenue. Elle l'a libéré de son collier d'esclave et j'ai dû combattre des soldats de la Marine et du Gouvernement Mondial pour fuir.
Du coup, j'ai une dette d'honneur et de vie envers Izya, et je compte bien la régler. C'est tout ! Alors ?"


Certaines des personnes étaient impressionnées, mais d'autres se disaient que ça n'allait pas être un équipage de pirates "traditionnels" mais plus une bande de gens qui allaient se battre pour la gloire et l'honneur, comme des "chevaliers". C'est ainsi que certains voulurent essayer ce genre de "piraterie" alors que les autres rentrèrent chez eux...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24821-ft-d-un-sabreur-by-aquil
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24808-aquila-risenkaul-le-sabreur-vagabond-terminee
Regardant certains partir, Aquila fit entrer les autres sur le Parangon. Là, chacun se présenta, mais Aquila prit aussi le temps de discuter avec eux.
De son côté, Planche s'était réveillée et, avec Kensa, elles sortirent de la cabine. Lorsqu'elles virent tout ce monde, elles dirent en même temps :


"Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ?!"
"Mais qu'est-ce que c'est que ce bordel ?!"

Les hommes en voyant Kensa eurent pour beaucoup des cœurs à la place des yeux. Voyant cela, Aquila se racla la gorge, leur rappelant qu'il ne fallait pas toucher à certaines choses. Cependant, l'un des gars se croyait plus fort que les autres et eut la mauvaise idée de mettre sa main sur les fesses de Kensa. Voyant ça, Aquila était prêt à décapiter l'homme en question, mais il n'eut pas le temps de réagir, car, pour une fois, Kensa s'était défendue seule, et d'une manière qui assomma tout le monde.
En effet, sentant une main caressait ses fesses, Kensa utilisa son Aura de Séduction, se tourna pour caresser le visage de l'homme en question, le prit par les épaules et lui assainit un grand coup de genoux dans sa virilité.
Si tout le monde était excité à l'idée de voir Kensa faire, lors du coup final, ils étaient tous à genoux, en train de se tenir les parties. Là, la princesse de Hinu Town les regarda et leur dit :


"LE PROCHAIN, JE LE TUE. C'EST CLAIR ?! JE SUIS KENSA, LA FEMME D'AQUILA ET LA SECONDE DE CET ÉQUIPAGE !"

Et d'un coup, une voix plus fine apparut : "Et moi, c'est Planche ! La charpentière de l'équipage !"

Alors, oui, ça le faisait moins que Kensa, après avoir détruit les parties d'un homme, mais elle était maligne d'utiliser ce moment de "girl power" pour pouvoir se présenter. Là, les autres femmes qui avaient postulé pour faire partie de l'équipage, éclatèrent de rire et dirent aux hommes de bien faire attention à eux, car une fois en mer, elles n'allaient pas être que des femme-objets. Ce à quoi Aquila leur rappela à tous que le moindre souci dans l'équipage allait être jugé par lui-même et passer au fil de son sabre.

Là, un des hommes lui dit que ce n'était pas juste, car, lui, il avait sa propre femme et que pour eux, certains n'en avaient pas. Là, il le regarda et il lui dit :


"Si tu savais depuis combien de temps, on se connaît... Ça fait que depuis Marine Ford qu'on est ensemble et c'est même elle qui a prit les devant, donc bon... Fais tes preuves et tu verras bien !"

Entendant ces paroles plus d'un se disait prêt à accomplir de nombreux faits d'armes. Là, Aquila leur donna le reste de la journée pour se préparer à partir en mer, car le lendemain, le navire lèverait les voiles.

Mais si partir était facile, revenir sur Armada était bien plus difficile. N'étant pas une île, mais plutôt une grosse ville flottante et bougeant, Armada ne possédait pas de champ magnétique propre donc le seul moyen de revenir était via une sorte de papier que l'on appelait une Vivre Card. Cet objet, fait à partir d'un ongle ou de cheveux, permet à ceux qui en possèdent un morceau de retrouver la personne à partir de laquelle la Vivre Card a été créée.

C'est pourquoi, Aquila partit voir les Nochers afin d'en acheter une. Une fois, sa Vivre Card d'Armada en poche, le jeune bretteur repartit en direction de son navire.
De son côté, Kensa et Planche continuaient à ranger ou à aménager le Parangon à leur goût. Là, elles trouvèrent deux choses dans un vieux coffre très utiles pour la navigation : un Log pose et un Gyropose. Du coup, Kensa passa le reste de sa journée à étudier ces deux instruments de navigation.

Le lendemain matin, Aquila les attendait sur le pont. Tous furent accueillis comme il se devait. Certains laissaient homme, femme et enfants pour partir à l'aventure. Aquila leur montra leurs locaux, leur laissa le temps de s'installer puis leur demanda de revenir sur le pont pour dix heure.
Aquila réfléchissait à un discours encourageant, mais rien ne lui venait en tête. Lorsque l'heure fut arrivée, il décida d'y aller à l'improvisation totale. Chez lui, c'est ce qu'il marchait le mieux. Sortant de sa cabine, donnant sur le pont supérieur, Kensa, qui l'attendait, hurla :


"CAPITAINE SUR LE PONT !" Elle regarda Aquila et lui dit à voix basse : "J'ai toujours rêvé de dire ça." Puis elle lui fit un clin d'œil et tira la langue.

Aquila se plaça de manière à voir tout le monde, prit Sandai Kitetsu dans sa main et frappa le sol avec le fourreau, en maintenant ses deux mains sur le haut du pommeau et il déclara :

"Hommes et femmes du Parangon, je vous remercie de votre venue et de la confiance que vous me faites en ayant intégré notre équipage. Tant que la Reine Céleste ne nous appellera pas, nous n'irons pas la rejoindre. Mais que cela ne nous empêche pas de nous battre en son honneur. À partir de maintenant, partout sur les mers et sur terre, vous serez connus comme étant les GUERRIERS-DRAGONS !!!"

Aquila dégaina Sandai Kitetsu, et tout le monde se mit à hurler de joie. Aussitôt, tout le monde se mit au travail, telles des fourmis dans leur fourmilière. Les amarres furent levées et le pavillon de l'équipage dressé fièrement. Certains se positionnèrent sur les pédaliers pour faire fonctionner les roues à aubes, de manière à ne pas sortir les voiles tant que le Parangon ne sera pas sorti d'Armada.

Après un certain temps, le navire sortit du bastion pirate flottant pour enfin fendre les océans. Les hommes tendirent les voiles qui se gonflèrent au vent. La vitesse augmentait et tous pouvaient sentir les embruns marins leur fouetter le visage, épris par ce même sentiment de liberté et d'aventure. On aurait dit que le navire, lui-même était heureux de pouvoir enfin voguer et remplir sa fonction.

L'aventure n'attendait plus qu'eux...
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24821-ft-d-un-sabreur-by-aquil
  • https://www.onepiece-requiem.net/t24808-aquila-risenkaul-le-sabreur-vagabond-terminee