Le deal à ne pas rater :
My Hero Academia : où acheter le Tome 39 édition Collector du manga ...
Voir le deal

Le Granit Marin rend fou !

Comment Capulina a fini attaché à une poutre d'acier avec des menottes en granit marin aux poignets ?

Elle répondra sûrement que son administration la déteste. La blonde n'a pas vraiment tord, mais cette idée géniale ne vient pas d'eux. En réalité, cette initiative fait partie d'une nouvelle mesure pour accoutumer les membres du Gouvernement Mondiale à leur malédiction. Il y en a un bon nombre qui ont consommé un fruit du démon. Et de fait, le monopole sur la ressource remise en cause par plusieurs témoignages d'une utilisation non-gouvernementale, il est bon de s'en prémunir. L'agent Tarentule et une autre marine sont donc les sujets d'un test de formation.

Abandonnées dans une petite île céleste de Strong World, les deux femmes doivent trouver un moyen de quitter l'île dans les deux semaines. Pourquoi une île céleste, une île tout court est déjà assez complexe pourtant ? Car celle qui partage son martyre a la bonne idée d'être affiliée à la base G-12 en ce moment. Cette épreuve est, donc, censée imiter une captivité. Au bord de cette île, il n'y a que du sable fin, alors qu'en son centre, une petite oasis s'y trouve avec quelques cocotiers. Mais pour profiter de cette eau et pour rechercher potentiellement de la nourriture, il faut déjà se libérer. Ce qui n'est pas une mince affaire.

L’agent Tarentule a déjà tenté de se débattre pour desserrer les cordages qui la fixaient au poteau de deux mètres. Même avec son Kami-E, les organisateurs de cette mascarade ont fait du zèle. Ou bien, l'effet du granit marin est bien plus important qu'elle n'aurait pu imaginer. Cette sensation d'impuissance est frustrante. Elle s'en méfiera bien plus à partir de maintenant. La marine à ses côtés est certainement dans le même cas. Pandore de son petit nom. On lui a dit qu'elle sortait d'une période de convalescence, donc la blonde n'attend pas grand chose venant de l'inconnue. L'agent Tarentule est une personne solitaire et attaché à son indépendance. Elle ne lui a même pas adressé la parole, trop concentré à s'en sortir rapidement, seule.

Alors que plusieurs heures passent sous ce grand soleil, l'ennui devient pesant pour l'agent Tarentule. Ayant déjà compris que s'épuiser ne la mènera pas bien loin, elle préfère contempler un petit aéronef à l'horizon. La faim guette depuis un bon moment son estomac. Capulina a déjà été perdue dans une île déserte. Le plus important est de préserver son moral. Balançant sa tête de droite à gauche, elle commence une comptine en regardant cette petite aéronef progresser dans le ciel.



Il était un petit navire
Il était un petit navire
Qui n'avait ja, ja, jamais navigué
Qui n'avait ja, ja, jamais navigué
Ohé, ohé…


Tout son corps se balance au rythme de cette chanson qui la stimule assez pour décompresser. Rien de pire pour cette femme turbulente d'être condamné à l'inaction.

Il partit pour un long voyage
Il partit pour un long voyage
Sur la mer mé, mé, Méditerranée
Sur la mer mé, mé, Méditerranée
Ohé, ohé…


Il vient le premier refrain. Ses mouvements de balancier se font plus amples et avec plus d'entrain. Son postérieur frotte ainsi le sable de cette île déserte.

Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots
Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots


Elle ralentit ensuite la cadence en suivant cette musique. Un sourire inspiré s'affiche sur son visage.

Au bout de cinq à six semaines
Au bout de cinq à six semaines
Les vivres vin, vin, vinrent à manquer
Les vivres vin, vin, vinrent à manquer
Ohé, ohé…
On tira à la courte paille
On tira à la courte paille
Pour savoir qui, qui, qui serait mangé
Pour savoir qui, qui, qui serait mangé
Ohé, ohé…


Son balancier reprend avec un plus d'intensité. Le poteau se penche ainsi légèrement d'un côté puis de l'autre comme creusant le sable.

Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots
Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots


Son rythme ralentit au nouveau couplet. L'agent Tarentule se laisse porter par cette chanson qu'elle a entendu lors de ses nombreux voyages.

Le sort tomba sur le plus jeune
Le sort tomba sur le plus jeune
C'est donc lui, qui, qui sera mangé
C'est donc lui, qui, qui sera mangé
Ohé, ohé…


Le parallèle avec sa situation n'est pas difficile à trouver. Mais, à choisir entre la chaire humaine et brouter des arbustes, la blonde choisirait la deuxième option. Les cannibales qu'elle a pu rencontrer dans sa carrière sont tous moches, et Capulina veut rester belle. Étrangement naïf comme raisonnement venant d'elle.

Au même instant un grand miracle
Au même instant un grand miracle
Pour l'enfant fut, fut, fut réalisé
Pour l'enfant fut, fut, fut réalisé
Ohé, ohé...
Soudain des poissons dans le navire
Soudain des poissons dans le navire
Et le p'tit mousse, mousse, mousse fut sauvé
Et le p'tit mousse, mousse, mousse fut sauvé
Ohé, ohé…


Après ces lignes d'espoirs, son enthousiasme s'entend dans sa voix. Balançant son corps avec énergie, elle scande une nouvelle fois le refrain.

Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots
Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots


Le poteau de métal suit de plus en plus le mouvement allégeant son geste devenant bien plus ample qu'à ses débuts.

Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots
Ohé, ohé Matelot
Matelot navigue sur les flots


Au dernier mot, le lourd poteau se déchausse entraînant l'agent Tarentule à chuter sur son flanc. Elle se met à rire de la situation. Le voilà son miracle.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
img_rp
... Sauf pour ceux l'étant déjà.
Feat
Tarentule




Asthénie extrême...

Sortir de convalescence était tout une épreuve en soit... Bien souvent le corps était meurtri, l'esprit aussi, et cela pouvait prendre des mois avant que le soldat blessé ne puisse tenir à nouveau une arme. C'était là un cas général, un attendu classique chez n'importe qui... Mais passé un certains degré de compétence, de force et d'expérience, le vétéran aguerrit arrivait à récupérer bien plus rapidement si bien qu'il pouvait quand même continuer à s'exercer partiellement alors que son corps souffrait encore.

Tu étais jeune et pourtant tu tombais dans cette seconde catégorie. Ce n'était pas la première fois que tu ressentais cette fatigue, cette faiblesse, cette incapacité à se libérer de ses propres chaînes. Cela avait été même ton pain quotidien ces derniers années et naturellement, tu voyais en cette situation une ritournelle sirupeuse, désagréable et lassante à la longue bien qu'enivrante.

Pourquoi avoir accepté ? Peut-être car on ne t'avait pas laissé le choix en premier lieu ? Manger un fruit du Démon demandait beaucoup de sacrifice. Pour certains, comme toi, cela était plus que rentabilisé. Tu avais gagné en contrepartie des pouvoirs miraculeux qui étaient enviés sur toutes les mers. D'autres, moins chanceux, finissaient par devenir ivre constamment ou manquer de se briser constamment en étant constitué de porcelaine.

Mais pour ces capacités, tu avais abandonné l'idée de nager. Pourquoi pas. Ce n'était pas le plus dérangeant en soit, tu pouvais facilement esquiver cette situation. Mais en plus de cela, tu étais devenue sensible au granit marin, une minerai, un métal, va savoir, qui avait le don de saper tes forces vitales, de t'entraver tes capacités et de plonger ta chair dans un état de fatigue extrême.

On voulait que tu expérimentes au moins une fois ce cas d'extrême détresse. Non pas que cela te permettrait de t'en sauver une fois sur le champ de bataille, mais au moins, tu saurais à même de comprendre les phénomènes dans ton corps.

Cependant, alors que ta partenaire d'infortune en avait profité pour sombrer dans la folie, toi, tu t'étais servie de cet instant, perdue au milieu de nul part, pour te reposer. Certes, il y avait plus agréable comme sensation pulsant dans ses veines, mais un petit moment de tranquillité, loin d'une nouvelle mort imminente, cela se savourait, aussi précaire pouvait-il être.

Ce n'était qu'en entendant son grabuge, suivant son chant assez pénible que tu vins à refaire surface. Tournant ta tête vers la pauvre blonde qui avait totalement vrillé. N'avait-elle jamais connu la détresse d'un corps en perdition ? On s'y faisait vite... Si tentait qu'on avait le mental pour y résister. Le granit marin avait beau saper une majeur partie de ta volonté, t'empêchant de faire usage d'un quelconque Haki, le peu qui restait chez toi te différenciait lourdement de cette agent du Cipher Pol. Ne serait-ce car tu étais capable de formuler une idée sans perdre tes mots au milieu de ta phrase.

- On ne t'a rien apprit au Cipher Pol ? Manger du sable ne t'aidera pas...

Tu n'avais pas la force de rire, mais si tu l'avais eu, tu te serais sans doute moquée d'elle, ne serait-ce que pour alléger le propre poids de ta souffrance heureusement temporaire. Te levant alors, les mains toujours menottées dans le dos et de telles sortes à t'entraver à cause de ce poteau métallique, tu venais à agripper le poteau avant de laisser ton corps se contorsionner en entourant tes jambes autour du haut du poteau, tes mains en bas, la tête vers le bas. Un exercice physique horriblement complexe lorsqu'on portait ce genre de menotte, mais pas non plus hors de portée d'un humain lambda.

Heureusement pour toi, tu te battais avec agilité et puissance, deux qualités qui bien que lourdement réduites dans cet état, pouvait toujours te servir. Cela faisait des heures que tu économisais tes maigres forces juste pour cette tentative et ni une ni deux , tu te servais de tes jambes et de tes mains pour pour te traîner hors du poteau avant de finalement arriver à son sommet, libérant tes liens de cette tige épaisse de métal avant de te laisser retomber sans grâce sur le sol.

Tu n'étais certes pas débarrassée des menottes, et tu venais d'épuiser toute ton énergie dans ce simple exercice de contorsion, mais contrairement à l'autre, tu ne bouffais pas le sable.

- Tu vas t'en sortir ? Ou tu préfères que je te laisse là à chanter avec désarroi.

Tu avais naturellement le souffle court mais tu haussais les épaules avant de lui tourner le dos. Maintenant il te fallait trouver de quoi manger et boire. Ce qui ne serait pas dur puisque désormais tu étais libre et tu te dirigeais donc vers le centre de l'île pour y récupérer tes forces. Chaque source d'énergie était une véritable aubaine, bien que rapidement sapée par la présence de ces menottes en contact avec ta peau. Si tu voulais survivre quelques jours et trouver un moyen de te les retirer ou de fuir l'île, tu n'avais pas d'autre choix que d'être égoïste en t'avançant vers les ressources de l'île.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Capulina se redresse maladroitement portant le poids lourd du poteau en acier sur son dos. Elle ne s'attendait pas à un tel niveau d’irrespect de la part de cette inconnue. Il faut jamais trop en attendre de la Marine, après tout. L'espionne se lance dans le jeu de qui sera le plus piquant comme elle aime tant.

Oh oh ! Je ne crois vous avoir sonné, ma chère. Vos airs supérieurs ne changent pas ce que vous êtes. Une simple machine à tuer. Je risque d'être déçu si je vous demande autre chose qu'un massacre. Hihi!

L'agent Tarentule jouera plus tard, car elle a toujours la faim et la soif qui l'harcèlent. Repérant un palmier autour de cette oasis, elle se baisse pour mettre le poteau en avant. Comme un taureau qui charge, la blonde fonce sur le tronc. En le percutant, quelques fruits tombent. La femme s'affale sur son postérieur. Seulement à l'aide de ses pieds, elle s'acharne à retirer ses bottes. Dévoilant ses collants noirs, Capulina utilise sa souplesse pour rassembler les fruits avec ses jambes.

Encore une fois, elle va devoir manger sans convert, et peut être à même le sol. Sa nature extravagante lui fait faire des folies, mais son côté bourgeois l'empêche d'aller trop loin dans certains domaines. Parfois, elle doit se résigner. Mais pas sans trouver de quoi minimiser son dégoût.

Repérant une roche plate non loin de l'étendu d'eau, l'agent Tarentule traîne jusqu’à elle avec sa récolte puis, elle y pose ses fruits dessus. Dressé sur ses genoux, elle s'approche de la surface de l'eau. Toujours le poteau encombrant sur le dos, Capulina plonge la tête dans cette eau claire et s'en abreuve. Elle se retire les cheveux et le visage trempé mais, le soulagement d'un soif étanchée dans un gémissement.

Prenant les fruits un à un par les dents, la dérangée les trempe chacun en secouant la tête dans l'eau. Une manière de les nettoyer qui ne rassure pas sur sa santé mentale. Une fois satisfait, elle affiche un grand sourire.

Bon repas !

Comme un marteau, son visage s'écrase sur ses fruits placés sur la pierre plate. Le poids du poteau accompagne ce mouvement. Ses morsures font ressortir le jus avec abondance. Le nectar ravit déjà ses papilles. La faim rend tout bien meilleur qu'il ne l'est.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
img_rp
... Sauf pour ceux l'étant déjà.
Feat
Tarentule




Quel étrange énergumène...

Elle se permettait de faire de la dérision alors que sa situation était certainement plus pitoyable que la tienne. Qu'importe, tu la regardais s'agiter comme une sauvageonne pour tenter de s'abreuver et de tarir sa faim. De ton côté, tu n'avais pas besoin de te perdre en telle extrémité. T'étant précédemment débarrassée du poteau qui te condamnait à être inerte, tu pouvais facilement user de tes mains pour simplement saisir l'objet de tes convoitises. Pour autant, tant que ces menottes te priveraient de ton énergie, tu continuerais toujours à être la proie d'un mal bien profond. Au même titre que cette tête de mule qui s'efforçait à se fracasser sur chaque fruit pour en déchirer quelques morceaux.

- T'es ridicule.

Tu rigolais affichant un sourire de circonstance évidemment fortement diminué par la fatigue. T'adossant contre un autre arbre, tu dégustais ton repas bien mérité tout en fixant les liens qui te privaient de tes forces. Difficile à t'en débarrasser en l'état, tu ne pouvais décemment pas essayer de l'éclater de toute tes forces, le granit marin étant connu comme un autre des matériaux les plus solides possible.

Il ne te restait plus qu'à essayer d'en crocheter la serrure, plus facile à dire qu'à faire cependant. Si évidemment, l'élite était soucieuse de vous apprendre ce genre de compétence, ne serait-ce que pour pouvoir vous libérer de vous même en cas de capture par l'ennemi, tu n'avais pas vraiment l'outillage pour. Soupirant alors, tu te résignais à essayer de coopérer avec l'autre délurée.

- Je m'appelle Pandore. Tu es ?

Tu avais l'impression de parler avec un animal que l'on avait pas nourri depuis des jours. Pour une si petite femme, elle manquait clairement d'élégance dans la survie. Allez savoir qu'est-ce qu'on leur apprenait dans leur département. Croquant à nouveau dans un fruit tu venais à mettre un peu d'eau dans ton vin.

- Bon écoute, je pense qu'on s'en sortira pas si on collabore pas un peu... Je peux te débarrasser de ton poteau et te rendre un peu de ta... dignité.


S'il en restait encore à sauver. Face à cette pensée tu ne pouvais pas t'empêcher de rire à nouveau sans te mettre à tousser crachant le mal qui s'était infiltré dans tes poumons.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Voilà de nouvelles attaques ad hominem venant de cette brute de la Marine. N’a-t-elle jamais été confronté au moindre naufrage pour comprendre que les priorités sont tout autres? S’il fallait privilégier le style et la grâce, sa vocation aurait dû être dans le mannequinat. L’agent Tarentule sait qu’en situation de crise, seule la capacité de fuire la mort est à privilégier peu importe si du jus de fruit dégouline du bord de ses lèvres ou que ses cheveux bouclent à cause de l’humidité. Cette Pandore prend certainement cette épreuve à la légère. La Marine semble chouchouter bien plus ses officiers que le Cipher Pol ne considère ses agents. Maillon remplaçable, Capulina pense bien que son institution pourrait l’abandonner, ici. Après tout, la bureaucratie la déteste.

La dignité ? Il y a certaines situations qui se portent mieux que d’autres, ma chère. Si on m’avait dit qu’une marine avec autant de sang sur les mains me parlerait de dignité, j’en aurais ri à gorge déployée. Avez-vous eu aussi un stage Dinette dans votre formation pour vous soucier autant de votre image dans ce contexte?

Elle se redresse finalement après avoir fini son encas. Se balançant, la jeune fille au poteau parvient à se lever sur ses deux jambes malgré sa faiblesse et ses appuis fragilisés.

Nous verrons si vous serez toujours aussi digne lorsque la faim vous forcera à me dévorer pour survivre. Ou alors lorsque que le fruit que vous venez d’ingérer tiraillera votre estomac jusqu’à vous donner la chiasse. Hihi !

Regardant la marine de haut, l’agent Tarentule semble vouloir tester comment cette individue aux airs détachés réagit à de petites piques.

Toutefois, enchanté, Pandore. D’habitude, un officier de la Marine présente son rang en premier lieu. Votre discipline laisse à désirer. Appelez-moi, Agent Tarentule, cela suffira. Je réfléchis déjà au moyen de sortir de cette île. Il nous suffit de la quitter pour mettre fin à cette mascarade. Le plus simple, mais risqué serait de se catapulter dans une île proche grâce à cet arbre.

Ses yeux se plongent ensuite vers l’horizon. Contemplant toutes ses îles volantes, Capulina se dit que ce n’est pas pire qu’avoir failli être dévoré par un Roi des Mers.

Le plus fastidieux serait de construire un deltaplane ou un parachute de fortune. Mais si nous tombons dans l’eau, nous pouvons dire adieu à nos chances de survie. Hihi !

En réalité, la jeune espionne ne dit pas tout ce qui lui traverse par la tête. Elle ne révèle que les options les plus téméraires. Le crochetage de la serrure est une possibilité. Seulement, la blonde n’a pu camoufler qu’une mince épingle à nourrice dans ses vêtements. Cette initiative prendrait beaucoup d’heures et d'énergie, et un risque de cassure de son seul outil pour l’occasion. Le plus problématique est que cela ne lui permettrait de libérer que sa partenaire dont elle ne fait pas assez confiance pour la suite. Elle réfléchit encore à d’autres recours, elle a du fil sur elle et des vêtements à effilocher pour fabriquer une corde.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
img_rp
... Sauf pour ceux l'étant déjà.
Feat
Tarentule




Au moins elle avait du répondant...

Tu arquais un sourcil tout en penchant ta tête sur le côté, tandis que tu la fixais déblatérait sa bile. Dans cette situation, il n'y avait pas de grade, simplement deux paumées qui cherchaient à survivre coûte que coûte. Quant à la dignité, c'était bien la seule chose qui vous restiez dans cette situation. Survivre c'était une chose. Mais vivre s'en était une autre. D'un coté, tu étais esclave du destin et de l'autre tu venais à le reprendre en main. Ce n'était qu'une question de mentalité mais il devenait assez évident qu'il y avait un monde abyssale entre celle d'un soldat et d'un agent du Cipher Pol.

A bien des égards elle te rappelait l'agent Fawkes. Tout aussi folle à lier. Bref... Comme avec l'agent Fawkes, il te fallait garder ton calme et essayer de lire au delà de ses paroles concrètes. Elle voulait se catapulter ? C'était téméraire, même pour elle. Elle voulait sans doute que tu t'y essayes pour échouer lamentablement et trouver de quoi se gausser. Construire un deltaplane ? Évidemment, cela semblait si simple.

- Tu as raison. J'espère que tu as déjà tué quelqu'un Agent Tarentule. Car il n'y aura pas grand chose autre que toi qui m'empêchera de te dévorer quand la faim me tiraillera.


Ton regard ne laissait transparaître aucune émotion, aucune comédie. Simplement une vérité factuelle. Elle semblait vouloir avoir l'avantage, avoir le dessus moral sur toi. Pourquoi pas, tu pouvais le lui laisser et à vrai dire il y avait peu de chose qu'elle pouvait te rétorquer en retour à même de t'ébranler. Rien en réalité. Les menottes s'en chargeaient déjà suffisamment. Dans tout les cas, ce que tu énonçais était vrai. Tu avais fait bien pire que de t'en prendre à un Agent du Cipher Pol au nom du gouvernement. Car après tout le Gouvernement n'était pas dupe.

On ne mettait pas deux prédateurs affamés dans la même cage sans prévoir qu'ils pourraient s'entre-dévorer. Et à ce jeu, tu étais sans doute plus douée qu'elle.

- Soit. Restons-en là.

Résignée à la faire collaborer, tu appuyais ton dos sur l'arbre avant de te laisser retomber mollement. S'il n'y avait pas de solution adéquate dans l'immédiat, autant laisser le temps faire son office. Qu'il ai raison de votre patience ou qu'il érode vos chaînes, qu'importe. Vous étiez fatiguées, exténuées, et affamées. Il était difficile de trouver la meilleur solution d'un coup dans cet état. Et puis, tu pressentais qu'on ne vous avez pas seulement jeté là pour rien. On voulait vous mettre à l'épreuve d'une manière ou d'une autre.

Pour le moment, cela semblait être votre résilience et votre patience. Difficile lorsqu'une pimbêche était ta coéquipière d'infortune.





  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Ces paroles ont visiblement calmé la Marine qui ne cherche plus à discutailler avec la blonde. Celle-ci met donc à disposition l'espace mentale que cela lui libérer pour analyser le vol des îles et évaluer les distances. Son regard portant loin, elle scrute aussi les dirigeables qui vont et viennent. Toujours encombrer de son poteau, elle se déplace tout de même au bord de l'île. Elle y fait un premier tour. Puis un deuxième. Son pas plus lent à cause de la fatigue. Et ainsi de suite, jusqu'à connaître les voies aériennes et les positions potentiels des îles attractives de Stong World. Autant qu’avec tout ça, elle n'a pas débloquer de nouvelles possibilités à part se laisser tomber au bon moment pour tomber sur un dirigeable de passage. Mais les risques sont trop importants et les blessures peuvent être importantes.

Continuant à se triturer les méninges en faisant des tours, un besoin primordial surgit. La blonde s'accroupit subitement et ses joues deviennent rouges. Non seulement, sa vessie lui fait sentir ses limites mais, en plus, une autre envie disgracieuse surgit. L'agent Tarentule commence à paniquer. Si elle reste plus longtemps ainsi elle se souillera. Et il est hors de question de s’humilier devant un Marine. La dernière fois qu'elle était bloquée sur une île avec l'un d'eux, elle avait toute la largesse de se cacher et d'assurer la chose. Et puis ce poivrot de marine était loin d'être aussi méprisant que cette Pandore. Il lui faut trouver de nouvelles informations rapidement ou alors tester cet officier. Pourquoi pas les deux à la fois.

Une idée aussi dangereuse que saugrenu lui vient à l'esprit. Elle se dissimule à proximité d'un arbre. Voulant voir sous cette île pour une potentiel trouvaille, elle utilise des fils de pêche dissimuler dans ses vêtements pour en faire un lien. Elle y parvient avec difficulté grâce à son Rope Action, à cause de la fatigue et de son corps désireux de se débarrasser de ses déchets. Le front humide, elle parvient à se créer une sécurité accroché à sa jambe gauche et assurer par un tronc solide. Elle se met debout dissimulant ce lien traînant au sol. L'agent Tarentule fait face à Pandore au bord de cette petite île flottante. Agitant le haut de son corps, elle crie pour le réveiller.

Hé ho ! La dormeuse ! Je m'ennuie ! Jouons à un jeu. Apparemment, ce serait un jeu de confiance populaire dans la brigade aérienne. Testons le, tant qu'on y est ! Cela s'appelle Gravité ou Fatalité. Seras-tu plus rapide que ma chute ? N'est ce pas une question excitante ? Oh, j'oubliais. J'ai peut-être de quoi crocheter une serrure sous mes jupons. Tant pis, on verra plus tard. Gnihihihi !

Et Capulina lève une jambe pour se laisser tomber lentement dans le vide en riant.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
img_rp
... Sauf pour ceux l'étant déjà.
Feat
Tarentule





Vraiment... ?

Etait-elle tarée à ce point ? Tu connaissais la témérité de l'élite, mais clairement pas la folie des agents du Cipher Pol. Du moins tu l'avais déjà entraperçu quelques fois dans les yeux de Fawkes, mais pas à ce stade d'absurdité. Évidemment, tu ne l'avais pas lâché du regard tout le long, à faire ces quatre-cents pas comme si s'épuiser allait véritablement résoudre cette situation.

Et maintenant elle voulait sauter. Tu n'étais pas idiote au point de penser qu'elle n'avait pas des arrières pensées dans sa tentative irraisonnée de te faire réagir. Un jeu de confiance ? Encore fallait-il se faire confiance en premier lieu non ? Pourtant elle avait été la première à indiquer qu'elle préférait crever la bouche ouverte que d'estimer tes compétences et ton talents. Et dans un sens, tu avais fait de même avec elle en retour. Ou peut-être que cela c'était passé de manière totalement inverse ? Qu'importe...

Ce n'était pas toi qui était entrain de se laisser tomber dans le vide, et fixant la scène avec un semblant de perplexité, tu venais à lui répondre par une simple moue résignée. Soit... Qu'elle saute. Tu étais qui pour l'en empêcher ? Après tout, tu devais lui faire confiance non ? Croire en sa sanité d'esprit...

Et bah c'était sans doute à tord puisqu'elle la chute fut inévitable. Tu aurais espéré qu'elle se rattrape au dernier moment mais cela ne semblait pas le cas et c'était en repassant tout son trajet en tête que tu venais à flairer son subterfuge. Elle prétendait avoir de quoi crocheter les menottes... C'était intéressant mais ce n'était pas là le sujet de ton enquête en premier lieu.

Te relevant, tu venais à observer les alentours avant d'apercevoir un fil à peine visible. Tu avais beau être diminuée, tu n'en restais pas moins un soldat avec des sens plus aiguisés que la moyenne, et avec un léger sourire en coin, tu te traînais jusqu'à là où elle s'était laissée tombée tout en saisissant une pierre qui avait l'air d'avoir un bout tranchant.

- Hey la tarée... Je sais pas pourquoi t'as fait ça, mais est-ce que tu veux que je t'aide dans ta tentative de mettre fin à tes jours ? Je crois que des fils sont restés attachés à toi. Attend, je vais les couper.


Et pour t'amuser, tu venais à en trancher un... Pas suffisant pour faire craquer tout les autres, mais assez pour lui mettre la pression si elle était encore en contrebas. Se faire confiance non ? Elle te faisait confiance pour que tu l'aides dans son projet absurde.

Alors tu l'y aiderais. Même si c'était pas ce qu'elle voulait dans le fond. Ça avait au moins le mérite de passer le temps et d'être divertissant.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Un raté. Un échec total ! Capulina aurait dû se douter qu’elle aurait à collaborer avec une sadique déloyale. Préférant jouer de sa position délicate plutôt qu’aider, Pandore montre un autre visage que celui de l’officière désabusée par tant d’années de service et de traumatismes en tout genre. Ces marines, toujours à se croire remarquables à jouer les ténébreux, dans le fond, ils sont quasiment plus vicieux qu’un tueur en série. Capulina n’a pas parié sur le vice de sa partenaire, et c’est une grossière erreur. La fatigue et l’agacement l’ont poussé à la précipitation. Voilà, sa vie au main d’un profil psychologique douteux.

La tête en bas, pendu par un pied, elle sent un fil se sectionner. Ses sourcils se froncent. L’agent Tarentule se met en alerte pour chercher une solution du regard. Lorsqu’elle fixe sous cette île, la blonde remarque bel et bien l’une des voies aériennes repérées pendant ses rondes. Une unique aéronef passe à quelques centaines de mètres en dessous d’elle. Le risque est bien trop grand. Néanmoins, la bonde commence à se balancer pour jauger le bon axe. L’attitude de Pandore lui donne assez de raisons pour tenter le tout pour le tout. Et puis, ce n’est pas sa première folie.

Son cœur battant à la chamade, le sang lui monte à la tête. Un grand sourire aux lèvres, elle finit par répondre au sadisme de sa partenaire par sa témérité suicidaire.

Ne vous embêtez pas, ma chère Pandore ! Restez donc dans cette île à manger des fruits fades à côté de vos excréments. La douce voix du Seigneur m’appelle ! Vous devriez me suivre, si vous voulez atteindre la salvation. Hihihi !

De son Rope Action, elle desserre les fils qui la retenaient au bon moment. Son corps glisse soudainement. En pleine chute libre, le poids du poteau la tirant vers le bas. La sensation de vitesse dans cette longue chute lui font sentir une bouffée de vitalité impressionnante. Ce n’est pas tous les jours qu’elle s’adonne à ce genre d’activité, et quelque part, elle comprend avec surprise qu’elle aime cela plus qu’elle ne l’imaginait. S’approchant dangereusement du ballon de l’aéronef, le poteau finit par le traverser avec violence pour se planter sur le pont du navire volant. Complètement sonné, la blonde a la tête qui cogne sur le plancher, ses jambes pendent et son bas tombe comme un voile sur son visage.

Atterrissage réussi, mais des cris de panique de l’équipage ne laissent pas place aux soulagements. Le ballon percé, le navire aussi s’en va vers une chute inéluctable qui pourrait condamner les civils apeurés. Capulina, reprenant ses esprits, commence à gigoter les jambes pour enlever le jupon qui lui obstrue la vue. Un homme de main tente de calmer les passagers au mieux en donnant des directives d’urgence. Le capitaine à bord finit, d’une main hésitante, par doucement lever la robe. Un sourire malicieux se révèle à lui.

Salutations, mon cher monsieur ! Je crois que j’ai fait une grosse bêtise. Hihi !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699
img_rp
... Sauf pour ceux l'étant déjà.
Feat
Tarentule





Absurde...

Tu n'avais finalement coupé que un fil, pas assez pour faire céder ses liens et tu ne comptais sans doute pas aller aussi loin dans la blague. Tu aurais même cherché à la remonté à la toute fin après lui avoir collé la plus grosse frayeur de son existence. Mais tu n'en avais même pas eu l'occasion puisqu'elle avait plongé d'elle même vers sa fin dans une envie suicidaire étonnante.

D'en haut, tu avais observé la scène non sans étonnement. Tu étais exténuée, et l'espace d'un instant tu avais pensé que le Granit Marin avait eu raison de ton bon sens et que tu commençais tout simplement à halluciner. Pourtant, tes yeux ne te trahissaient pas et tu affichais un visage parfois crispé, parfois un peu apeuré vu l’enchaînement d'action qui se déroulait devant tes yeux.

Finalement, tu n'eus clairement pas la foi de la suivre, tout simplement car contrairement à elle, tu n'étais pas folle, et secondement, tu n'en avais plus la force depuis longtemps déjà. Connaître ses limites était un élément essentiel pour tout bon soldat, même de l'élite. Certes on vous apprenait à être des brutes, mais on vous demandait d'au moins bien le faire. A quoi bon être un poids pour les collègues avec soi...

Alors tu reculais du bord pour t'allonger en fixant les cieux. Tu pouvais déjà apercevoir du coin de l’œil l'embarcation vers ta direction, sans doute là pour te libérer de tes liens. Comme tu l'avais deviné, cette épreuve était davantage là pour vous faire comprendre le désarroi ressenti face au Granit Marin plus qu'autre chose. S'il était possible de s'en libérer avec simplement un peu d'astuce et de témérité, alors il ne servirait factuellement à rien. Et pourtant, ce granit restait la terreur de tout les utilisateurs de fruit du démo même après des siècles.

Il y avait une raison et tu la ressentais dans chacune des parties de ton corps. Heureusement que le dépassement de soi était un peu ta marque de fabrique, sans quoi tu te serais déjà évanouie au bout d'un moment.

Mais c'était fini. Avec l'agent du CP désormais hors de porté et les soldats en direction pour te chercher, tu allais pouvoir souffler un bon coup et te reposer un peu. Sans doute que tu devras faire un rapport sur ton ressenti personnel lors de l'expérience et ensuite on te renverra en mission presque aussi tôt.

Une vie mouvementée qu'était celle de soldat de la marine. Mais tu l'avais choisi.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t14105-fiche-technique-pandore
  • https://www.onepiece-requiem.net/t14000-presentation-de-pandore
Alors que l’équipage déploie des voiles d’urgence pour ralentir la chute, le navire est doucement en train de descendre d'altitude de manière incontrôlée. La plupart suivent les indications du second du navire ordonnant à l’ensemble de s’accrocher quelque part. Quelques personnes détachent la folle furieuse qui vient de tomber du ciel.

Qui êtes vous ?
-Ola, mon cher ! Pas trop de questions à la fois.


Le capitaine plisse les yeux. Son expression traduit à la fois d’une incompréhension et d’un agacement. L’agent Tarentule ne semble pas être si indemne de sa violente chute. Encore un peu déboussolée, elle tente tant bien que mal de conserver une stature. Toujours les menottes aux poignets, elle tend les mains devant le Capitaine.

Je suis un simple cobaye pour une expérience douteuse et fatigante. Même, si j’aurais pu vous faire croire que je suis un ange tombé du ciel. Hihi !
-Vous délirez ? Avez-vous conscience de la situation?!
-Oups, j’ai encore choisi un mauvais moment pour plaisanter. Soit, traitons d’abord l’urgence.


Elle regarde autour d’elle, tournoyant plusieurs fois sur elle-même pour scruter l’ensemble des environs.

“Où sont les toilettes?”

Le capitaine moustachu tombe des nues. Un membre de l’équipage de passeurs crie soudainement, interrompant dans sa grande consternation.

“La Marine ! La Marine vient nous sauver !
-Comment ?
-Regardez en bas, mon capitaine !”


En effet, une patrouille en basse altitude a vu la détresse de ce navire de transport et s’en préparer à l’accrocher dans sa chute. A une distance suffisante, une pluie de harpons et de grappins sont plantés et attrapés par l’équipage qui s’attache par ce moyen. Le navire civil dépasse ensuite ses sauveteurs dans sa chute. Les cordes se tendent et la dégringolade s'arrête subitement, secouant tout l’équipage. Le ballon de l'aéronef finit par contrôler la direction du navire sinistré. La puissance du bateau de la garnison lui permet de monter en altitude malgré la charge. Et l'officier ne tarde pas à glisser vers les civils avec des hommes de main grâce aux cordages. Atterrissant sur le pont, ils sont tout de suite accueillis en héros. Droit de sa posture, il coupe les diverses acclamations d’un geste de la main.

Commodore Militiades. Où se trouve la responsable de cet incident?

L'homme est bien informé comme s'il avait vu toute la scène. L'équipage cherche du regard en vain, quand la blonde sort soudain des cabines en agitant ses mains humides et menottées.

J’ai dû faire mes recherches toute seule. Je ne vous remercie pas, mon chèr. Me cherche-t-on?
-Agent Tarentule. Qu’est ce qu’il vous a pris? Ce n'était qu’une épreuve encadrée.
-Elle durait trop longtemps à mon goût. Et puis fallait le vivre de rester seule sur une île avec cette folle. Hihi !


Le commodore semble perplexe sur laquelle des deux est la plus dérangée mais il préfère rester diplomate. La blonde tend ses bras avec un grand sourire.

Quoi qu’il en soit, les conditions ont été réunies pour en finir avec ce calvaire. Estimez vous heureux de plus avoir à nous surveiller à encadrer cette mascarade.
-Votre degré d’inconscience me sidère. Malgré nos patrouilles, vous auriez pu en mourir, et mettre en danger de nombreuses vies.
-Et je suis toujours là, mon bon commodore. La chance est la maîtresse de la moitié de nos actions, et nous en laisse presque gouverner l'autre moitié. Je n’ai fait que choisir le bon point d'atterrissage et la fortune semble m'avoir sourit. Hihi…

Capulina a brusquement une absence et manque de tomber à la renverse, avant de se ressaisir.

Ouch, je crois bien que je ne suis pas exempt de toutes séquelles.
-Je le constate. Nous allons récupérer la Commodore Pandore. Toute l’expertise médicale sera prodiguée une fois les civils mis à l'abri.
-Je vois. C’est une façon de me punir. Je l'accepte volontiers.


L’officier en charge la libère finalement de ses menottes en granit marin. L’agent Tarentule sent revenir son énergie malgré son mal. Il a appris, au moins, une chose de cette épreuve. Que même si le Granit Marin ne peut la contenir ! Une part d'elle se dit que cette matière l'a bien plus débridé que d'habitude. Elle n'aurait probablement pas pris autant de risques en pleine possession de ses moyens... mais cette brève pensée l'a finalement fait ricaner.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25230-la-garde-robe-de-l-agent
  • https://www.onepiece-requiem.net/t25213-l-agent-tarentule#262699