Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : la prochaine extension ...
Voir le deal

The Violator

Un nouveau matin se lève sur Libertalia. La ville de Rochenoire est enfin terminée et j'en ai confié la gestion à ce bon vieux Rackham. De ce fait, j'en ai profité pour dispatcher une partie de mes forces vives à ce qui deviendra Tréno à l'Ouest et le Grand Bazaar à l'Est. Actuellement, je suis en train d'assister Priscilla qui construit la ville coté soleil couchant. A l'opposée, j'ai chargé une femme de la tribu des trois yeux, Maryann Sorrento d'y ériger une cité, si son travail me convient, je lui en ai promis le poste de mairesse. Cependant, j'aimerais aussi bâtir des villes au centre de l'île et au Sud, mais, malheureusement, je ne dispose pas de la main d'œuvre nécessaire pour mener autant de chantiers en même temps. D'autant plus qu'il me faudra aussi réparer la ligne de chemin de fer Nord que j'ai salement amochée lors de la chute de l'Asile. Et je ne parle même pas de rendre les terres cultivables. Thelwyn, un géant amoureux des choses qui poussent, éprouve toutes les peines du monde à cultiver les semences qu'Elize a eu la délicatesse de nous fournir. Selon le colosse, la terre est bonne, mais la pollution et un manque d'entretien l'ont rendue presque stérile. Ma volonté de reverdir l'endroit n'est donc qu'un rêve lointain et qui demandera beaucoup de travail et d'efforts. A moins que … oui. J'ai bien une idée. Mais, sera-t-elle disponible? C'est une grande et bonne question.

J'émerge donc de mon lit. Et je sors profiter de la fraîcheur du matin. L'aube est magnifique et colore le ciel d'orange et de mauve. Je distingue quelques rais de lumière passer au dessus des ruines de l'Asile alors que je savoure mon petit déjeuner en terrasse avec mes gars. Le ciel est voilé, mais mes compétences de démomètre m'indiquent qu'il ne devrait pas pleuvoir aujourd'hui. Ainsi les travaux ne seront pas ralentis pas les caprices de la météo. Tant mieux! La chose m'arrache un franc sourire. La matinée se passe bien, j'aide au mieux de mes capacités aux travaux, c'est à dire que je me contente de porter des choses, d'en dissoudre d'autres, et de coordonner les navettes ferroviaires de récupérations des débris de la Grand Prison. La seule ombre au tableau, c'est le stock de charbon qui se réduit comme peau de chagrin. Je me demande où les forces du Malvoulant s'approvisionnaient, parce que, mine de rien, le chemin de fer est super pratique! Bientôt on ne pourra plus récolter les débris de l'Asile pour nous aider à bâtir et ça risque de poser problème. Je dois donc soit trouver une source d'approvisionnement en houille, soit utiliser une autre énergie pour mouvoir les locomotives. J'aurais bien besoin de l'aide d'un ingénieur de génie sur le coup.

Bref, c'est peu après la pause déjeuner que les choses se mirent à prendre une mauvaise tournure. Un coup de den den affolé de Maryann.

"Jeska, on a un gros problème." m'annonce-t-elle paniquée.
"Quoi donc?" demandé-je à brûle pourpoint.
"Il est là!"
"Qui?"
"Frost!" souffle-t-elle.
"Mer... credi!" pesté-je entre mes dents.
"Je fais quoi?"
Je réfléchis à toute vitesse. "Tu lui dis que j'arrive. Mais que ça prendra un peu de temps. Je prends le prochain train en direction du centre, toi, demande à ton chef de ligne de m'attendre, compris?"
"Oui. Et moi, pendant ce temps, je fais quoi?" s'enquiert-elle.
"Tu le fais patienter. Et tu ne dis pas un mot sur Elize, compris?"

J'entends juste sa déglutition difficile, avant qu'elle ne raccroche. Je pense qu'elle doit me maudire, mais je n'ai pas le choix. Et à voir ma mine déconfite, Héfy qui m'accompagne dans chacune de mes aventures, s'inquiète.

"Il se passe quoi?"
"Frost est là." dis-je d'une voix blanche.
"Merde, on fait quoi?"
"Je vais le voir pour limiter la casse."
"Ha, ouais, c'est vrai, le chaperon qu'il t'avait collé s'est fait buter et tu ne l'as pas averti."
"Je devais aussi lui faire mon rapport une fois la conquête finie."
"Ha ouais, tu es mal, Jes' "
"Tu as besoin d'aide?" me demande Diego, l'homme poisson masqué à l'accent hispanique.
"Moi aussi je peux t'aider Jeska-chou." renchérit Priscilla, la Reine des Glamazones.
"Non, toi, tu restes là, j'ai besoin que tu continues de superviser le chantier." dis-je à l'okama. "Par contre, Héfy, Diego, vous venez avec moi."
"Pourquoi moooooiii?" gémit la blonde.
"Parce que j'ai besoin d'un plan et que je ne connais pas de meilleure stratège que toi. Et si ça venait à tourner au vinaigre, je pourrais compter sur la force de Diego."

L'homme-lamproie bombe le torse, et Héfy apprécie que je la caresse dans le sens du poil. Et comme prévu, on quitte la ville qui ne dort jamais pour rejoindre le Grand Bazaar. Dans le train, on parle stratégie, que faire pour tuer Frost. Après tout, il me simplifie la tâche en venant de lui même ici; et ce genre d'opportunité ne risque pas de se représenter de sitôt. Après une brève escale au centre de l'île, on remonte dans un wagon. Cette fois, les discussions sont plus détendues, on se remémore le bon vieux temps, et on rigole.

Finalement, l'après midi touche à sa fin et on met enfin les pieds dans la ville de l'Est. Et que dire sinon que Maryann a bien bossé. Forte de son sens des affaires, elle a réussi à se procurer pas mal de matériaux. Et sa cité semble déjà pleinement fonctionnelle : le port peut accueillir des navires aussi grands que celui de Frost. Quant au marché, l'abondance de tissus colorés masque à merveille la vétusté des bâtisses. Et surtout, le tout grouille de vie! Partout où mon regard se pose, je vois une échoppe ou une boutique. Ici tout se vend, et c'est sans doute ce qui fait la force de ce lieu! Et puis, soudain, je le vois. Ernest Snowfall est assis le plus naturellement du monde à la terrasse d'un café discutant avec Maryann. Je reste maître de mon envie de le tuer et je m'approche lentement.

"Bonsoir, capitaine. Quel bon vent vous amène?" dis-je en guise de salutation.




  • https://www.onepiece-requiem.net/t7858-les-techniques-de-jeska
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7775-jeska-kamahlsson