Le Deal du moment : -39%
Ordinateur portable ASUS Chromebook Vibe CX34 Flip
Voir le deal
399 €

Le Clown larmoyant (Joey Wilson) 100% Terminée

Joey Wilson

Age : 30
Sexe : Homme
Race : Humain
Métier : CP
Groupe : Gouvernement (tant que je fais partie du CP)
But : Gagner suffisamment d'argent en montant en échelon au sein du gouvernement pour payer les soins médicaux de sa sœur.
Équipement : Une gourmette métallique où la photo de sa sœur est cachée à l'intérieur, ainsi qu'une mallette pour compléter son personnage de clown.
Parrain : Shoga
Ce compte est-il un DC ou un "reroll" ? non
Si oui, quel @ l'a autorisé ?
Codes du règlement : (Il y en a deux, un par charte. Mettez-les entre les balises sans les astérisques.)

Description physique

Notre cher clown est un homme à la musculature tout à fait ordinaire, comme sa taille qui semble du même acabit, même pour être plus précis dans les un mètre soixante-dix pour un poids correcte de soixante-neuf kg, ce qui a pour effet immédiat auprès de la foule de lui donner un air faiblard ou maigrichon. Quant à la forme de son chaleureux minois, Joey est pourvu d'un nez fin dont à la pointe une délicate courbe vient compléter à merveille la finesse de ses lèvres. Puis, en guise d'accompagnement la mâchoire et le menton du pitre peut lui donne un air vaillant, voir sympathique, mais le caractère visuel le plus atypique chez cet homme est la couleur de ces pupilles : Un vert presque aussi intense que celle d'une émeraude. D'ailleurs, la voix du clown est similaire à un doux rayon de soleil, doux, ardent et amicale à la fois, il arrive facilement à amener les autres à lui pour festoyer dans la bonne humeur. Son rire quant à lui est assez étrange, car il a deux particularités : il peut soit être communicatif ou agaçant selon le type de personne. Hormis cela, ses oreilles sont camouflés par sa longue chevelure de jade dont il prend un soin particulier à brosser chaque matin.

Et pour achever cette partie du corps, Joey passe un temps fou à maquiller sa frimousse à la perfection pour ressembler à un clown enjoué par la vie. En terme vestimentaire, le comique est revêtu d'un costume magnifique alimentée par des couleurs en tous genres, histoire que le monde entier passant à côté de lui puisse l'admirer et le voir correctement lors de ses bouffonneries. Joey garde précieusement au cœur de la pochette de sa veste la gourmette que lui à offert sa petite sœur. Fait d'un métal éclatant l'objet cache en son sein une photo de la demoiselle tant aimé du clown, et tous les soirs avant de fermer les yeux, il regarde une dernière fois cette image la larme à l’œil avant de plonger dans les bras de Morphée. En pleine rue le bouffon marche de manière élégante ou totalement loufoque, son corps est comme guidé par la folie du moment, car son seul désire est de faire rire ceux qui lui font face, même si pour cela il doit se couvrir de ridicule, son travail est juste accompli à la perfection. Dernière note étrange le concernant, le clown à la larme facile, s'il voit une personne triste ou s'il doit agir à contre cœur lors d'une mission, son œil droit ne peut s’empêcher de verser des larmes en continuent. Aussi, le bouffon à toujours une petite mallette remplie de babiole en tous genres pour impressionner les spectateurs : ballon, jeu de cartes, ect...

Petit plus : Le clown chante très bien et il est un excellent joueur de piano.

Description psychologique

Joey est comme un feu inarrêtable, cette source incroyable d’énergie l'oblige à faire quelque chose de spécial à des moments inopportun, sinon il finit très rapidement par s’ennuyer. Il est du genre à voir le monde comme un immense terrain de jeu où il peut amuser toute la galerie en usant de ses pitreries les plus loufoques. Malgré le travail qu'il effectue au quotidien auprès du gouvernement, le bouffon est du style à aider les autres lorsqu'il croise une âme en peine. Chagrin d'amour, problème familiale ou confiance en soit, le clown sensible à tout cela est capable d'apporter un soutien moral suffisant pour faire repartir la personne sur les bons rails, un sourire est la plus belle des récompenses à ses yeux. Niveau orgueil masculin, le clown se fiche complètement des moqueries en tous genres, que cela soit sur son apparence physique ou sur ses vêtements, il préfère rigoler de ces parfaits imbéciles et continuer son chemin sans faire plus attention à eux. Cependant, si un idiot à le malheur d'insulter une connaissance que Joey apprécie, l'individu en question passera un très mauvais moment, car malgré sa gentillesse débordante, le bouffon n'a pas du tout la langue dans sa poche. Il arrive très facilement avec un don presque inné à frapper là où ça fait mal et si l'individu répond par la force, l'homme à la chevelure de jade va tout faire pour le ridiculiser devant ses amis, avant de lui flanquer une méchante rouste, histoire de lui apprendre à ne pas emmerder la mauvaise personne.

Malgré sa volonté à faire rire les autres, Joey adore aussi une bonne baston contre un adversaire à sa mesure, il est du style à user de tout stratagème pour gagner, que cela soit par la ruse ou un plan foireux seule la victoire compte, car pour l'homme souriant les règles «d'honneur» n'ont pas leurs places dans ces moments endiablés. Quant il travail en plein cœur du gouvernement, au niveau des bureaux où devant ses chefs, le joker adore s'amuser en voulant paraître sérieux, telle une machine dénuée de la moindre émotion, seulement, cette expression tombe rapidement à l'eau, car il suffit qu'un événement inattendu et extrêmement drôle arrive pour que ce dernier rit aux éclats, faisant rire ou agaçant au passage tous les travailleurs dans les environs. Excellent comédien, Joey peut facilement duper les inconnus lors des missions d'infiltrations, car il peut facilement se faire passer pour un autre homme, il a juste besoin de se débarrasser de son maquillage et de sa tenue habituelle, afin de renaître sous la peau d'un nouveau personnage. Malgré toutes ses bonnes choses, le bouffon à certains points négatifs à noter. Il peut par négligence être blessant envers un ami alors qu'il désire seulement le protéger. Aussi, il a un véritable problème avec le fait d'avoir raison ou tord sur un sujet divers, un véritable bouc sur patte qui ne lâche rien à un point où il finit soit par se fâcher ou bouder dans son coin en jouant la comédie. En ce qui concerne la propreté, Joey peut se montrer très pointilleux sur le sujet, car il désire être parfaitement coiffé et bien fringué à tout instant, malheureusement, cette exigence peut aussi concerner ceux de son cercle proche, un cheveux blanc trop long, une mèche rebelle étrange ou voir un poile de nez qui dépasse, n'a que peu de temps à vivre dans le périmètre du clown souriant.

Aime : Sa sœur, ses amis, danser, boire, jouer de la musique, chanter, une bonne baston, rire aux éclats.

N'aime pas : les hypocrites, les idiots, les êtres malveillants et ceux qui effacent le sourire des autres.

Biographie


Chapitre 0 :  Naissance

Sur une île au beau milieu des océans, plus précisément sur Logue Town, lors d'une nuit de pleine lune une femme faisait le plus beau devoir du monde : donner la vie à un être cher. Allongée dans son lit à hurler de douleur, Rebecca broyait la main de son mari tout en poussant de toutes ses forces pour faire sortir le bébé, après un long combat acharné, la sage femme avait enfin entre ses mains un tout petit garçon venant de naître. Il ne fallut pas longtemps pour cet être délicat de se mette à pleurer à plein poumon, prouvant par se fait qu'il respirait et que le pire était passé. Une fois déposé sur le ventre de la combattante, le jeune nourrisson sentant l'odeur de sa génitrice commença peu peu à se calmer, laissant donc le temps aux parents de le contempler en silence. Trop impatiente de lui donner un nom, la belle blonde chuchotera à son mari :

Rebecca : «Chéri... On l'appelle comment ce petit homme ?»

Le père de famille songeur finira par donner son avis, un avis bien stupide :

John : «Pourquoi pas... John Junior ? »

Légèrement frustré par cette réponse, la jeune femme soupira et agira par elle-même pour la peine.

Rebecca : «Mon petit homme... Tu vas t'appeler Joey... En l'honneur de ton grand-père disparu trop tôt... tu en penses quoi mon petit ange ?» Le jeune chérubin déjà endormi ne donnera aucune réponse, convainquant donc les deux parents que ce nom lui sera destiné.

Cinq années plus tard...

Une nouvelle fois, Rebecca donnera à nouveau la vie en plein cœur de la maison Wilson. Le deuxième arrivant était une petite fille très pleurnicharde et difficile à calmer comparait à son grand frère, intrigué par cet événement peu commun, le petit Joey rentra dans la chambre d'un pas légèrement timide, attendant la validation de ses parents pour s'approcher de la frêle créature bruyante. Souriante à la venue de son fils, la mère fit un hochement de tête pour que le petit garçon puisse s'approcher du lit et contempler à son tour la petite merveille. Lorsque ses yeux couleur émeraude se posèrent sur sa petite sœur, le petit homme ne pouvait s’empêcher de lui caresser la main d'un geste délicat et sans comprendre pourquoi, une petite larme coulera le long de sa joue, témoignant un signe d'amour affectif venant de prendre feu au sein de son petit cœur d'enfant. Débordant d'une énergie soudaine, Joey se tourna vers sa ravissante mère et lui demandera avec un grand sourire :

Joey : «Moman ! Tu as déjà un nom pour elle ?»

Sa mère ayant déjà réfléchis à l'avance d'un prénom avec son mari, donnera comme réponse à son jeune chérubin  :

Rebecca : «Ta petite sœur s'appelle Rosa... tu en prendras soin j'espère ?»

Sans réfléchir, le petit gamin à la chevelure de jade répondra avec énergie :

Joey : «Oui Moman ! Je l'aime déjà ! Mais je pourrais jouer quand avec elle ?»

Rigolant un bon coup, Rebecca répondra au petit diablotin qu'il devra attendre encore un peu avant de pouvoir jouer ensemble tous les deux. Et c'est après ce grand événement que la famille Wilson sera au grand complet.

Par la suite, encore cinq longs années vont s'écouler pour le prochain chapitre du clown.

Chapite 1 : L'origine du Clown

Dix années se sont passées à Logue Town depuis la naissance de Joey. Ce dernier jouait dans un parc à proximité de sa maison avec des amis à lui, sa sœur Rosa se trouvait pas très loin, en dessous d'un arbre à jouer calmement avec sa peluche fétiche «lapi» à l'abri du soleil. Cette journée magnifique était bien trop belle pour être vrai, car dans l'ombre non loin de là, une petite peste du nom d'Angela, épiait jalousement la petite sœur du lutin farceur. Elle désirait ardemment la peluche de la belle boucle d'or et de se fait, elle essayera d'arracher des mains la peluche tant désirée. Ainsi, une dispute éclata entre les deux gamines, l'une désirant protéger son copain fidèle, tandis que l'autre voulait juste assouvir sa cupidité. Tristement, face à cette bagarre puéril et infantile, la peluche ne résistera pas longtemps à ce duel, finissant par se rompre en morceaux devant les yeux écarquillés des deux filles. Effrayée à l'idée de se faire punir par ses parents pour sa bêtise, la diablesse prendra les jambes à son cou, laissant seule Rosa pleurer sur le corps du lapin dépiauter. Alerté par les cris et les sanglots de sa sœur, Joey  fera un signe à ses amis qu'il faisait une pause le temps de découvrir le problème. Arrivant sur la zone tel un éclair foudroyant, le frangin prendra sa sœur dans ses bras en vérifiant dans un premier temps si elle n'avait pas de blessure, rien n'en soit, mais la peluche quant à elle était fichue... Le jeune garçon attristé par cet événement renforça son étreinte tout en parlant avec l'aide d'une voix calme et rassurante pour stopper le chagrin de la belle boucle d'or :

Joey: «Ne pleure plus Rosa... Maman va tout faire pour ramener Lapi sur pied !» Il fera deux pas en arrière en faisant gonfler ses biceps. «Tu sais bien que Maman est la meilleure dans ce domaine ! Hein ?! Hahahahaha !» Il se mettra soudainement à danser et à faire l'idiot pour changer l'humeur de la petite princesse larmoyante.

Rosa : «Snif... D'accord... Jojo...» tel était le surnom du frangin.

Par chance, cela semblait marcher à merveille sur elle, mais lorsqu'ils rentrèrent ensemble pour montrer la peluche abîmée, leur mère semblait plutôt sceptique sur sa capacité à réparer ce dernier. Devant ce refus inopiné, Rosa se mettra à bouder tout le long de la journée et même lors du repas, la petite fille ne mangera presque rien et ne dira pas un mot avant de quitter la table. La perte de son camarade imaginaire était plus important que prévue. Inquiet par la situation, le père de famille demandera à son fils pourquoi sa sœur était ainsi, Rebecca resta silencieuse sur ce sujet et laissa son fils expliquer la situation dans sa globalité. Une fois que le petit homme avait tout dit, Joey aura une idée de génie et la soumettra immédiatement à sa mère. Fort étonnée par une telle proposition et amusée par la gentillesse de son fils, la belle blonde ira chercher sa trousse à maquillage, prenant avec elle par la même occasion un livre de conte de fée, dont l'intitulé se nommait «Bobo le clown scintillant», pour dire, s'était l'histoire favorite du diablotin lors de sa petite enfance.

Rebecca : «Viens mon ange, je vais faire de toi le plus beau de tous les clowns.» Habille de ses mains, sa mère fera tout son possible pour créer une certaine similitude avec le portrait du clown sur la couverture. Après de longues minutes de patience, le travail était enfin achevé. «C'est bon mon cœur, maman à fini ta transformation !» Elle attrapera un petit miroir à sa portée et la donnera à son rejeton. Joey était totalement ébahi en voyant son nouveau minois, il avait l'impression d'avoir gagné un pouvoir immense. Il descendra de sa chaise déterminé à supprimer le chagrin de sa frangine d'amour, plus aucune ombre ne pouvait se dresser sur son chemin. Il était devenu le symbole de la lumière du sourire. Ouvrant avec fracas la porte de la chambre menant à Rosa, il s’exclama haut et fort en prenant une posture totalement délirante :

Joey : «C'est ici que la jeune Rosa se cache !!?» Pointant du doigt la petite fille en larme. Totalement surprise par l'entrée en scène délirante de son frangin, la petite boucle d'or ne savait pas comment agir, elle était tellement sous le choc qu'elle avait la bouche grande ouverte. Ne voulant guère s’arrêtait en si bon chemin, le jeune clown enclencha une danse totalement loufoque, faisant passer ses mains devant son visage à certain moment pour faire des grimaces en tous genres, puis, une fois à portée de sa sœur, il lui tendra la main de manière à l'invité à rejoindre son monde délirant. Amusée par cette danse endiablée la petite princesse lâcha sa peluche en morceaux et se joindra à sa manière au rythme endiablé du clown. Regardant au loin la scène, les parents étaient touchés par la bonté de leur fils, ils avaient l'impression de voir un rayon de soleil apporter un vent de fraîcheur dans le cœur de leur fille. De son côté, Joey admirait le visage de sœur briller de mille feux, il était hypnotisé par cette joie et ces rires, il avait l'impression d'absorber cette énergie positive. Il désirait intimement que cette scène soit éternelle, graver dans les mémoires à jamais...  Une fois la valse du clown interrompu, les deux enfants furent chacun guidé dans leur chambre afin de se reposer de cette longue journée. Fixant le plafond de la chambre, Joey était pensif, il voulait ressentir ce moment jovial tout le temps, pas que sur les membres de sa famille, il rêvait désormais de faire sourire le monde sur son passage, de détruire la tristesse à jamais. Ainsi, une volonté, un rêve futur venait de naître dans son cœur. Il voulait devenir clown pour faire rire et sourire le monde entier !

Chapitre 2 : De carrière à tragédie

Dix nouvelles années s’écoulèrent, Joey avait passé une partie de son adolescence dans le milieu du cirque où il apprendra une grande partie du métier. Son formateur, Bill Clint, dirigeait une bande de troubadours itinérante sur East Blue. Ce minuscule homme voyait en son jeune apprenti un réel potentiel, une future star du rire à en devenir, touche comique, il le voyait presque comme son propre enfant. Et pour dire, le jeune homme était désormais capable de jouer du piano à la perfection grâce à l'aide de Dame Bella, une femme raffinée qui travaillera en symbiose avec l'aide de son mari, Vicenzo, un homme muni d'une sublime moustache, un chanteur d’exception, qui de son côté développera la vocalise du clown à son paroxysme. Une grande carrière s'annonçait à lui, cependant, dès la vingtième année de sa vie, Joey sera confronté à une terrible tragédie. Cela s’était déroulé lors de sa dernière tournée en voguant avec la troupe sur la mer. Il était tranquillement installé dans sa tente, à se préparer sérieusement pour le spectacle du soir, quand soudain, son mentor fera irruption dans la pièce armé de son Den Den Mushi. Prenant une grande inspiration, Bill demandera poliment à son apprenti de s’asseoir et de bien l'écouter, car il devait l'informer sur la situation de sa famille, une demande aussitôt exécutée par son prodige.

Bill : «Fiston... Ta mère vient de m'appeler en larme... Elle m'a dit que ta sœur était tombée gravement malade...» Il posera sa main sur l'épaule de son prodige par compassion, mais cette nouvelle glaçante déstabilisera le farceur. Son visage était comme déformer par une profonde détresse, il ne pouvait retenir ses larmes de couler le long de ses joues. Plaquant doucement ses mains contre son visage, Joey répondra aussitôt avec une vive émotion de colère.

Joey : «Mais une maladie ça se soigne ! Il n'y aucun remède pour palier à cette merde !!? Aucun médecin ne peut l'aider ?»

Son patron penchera la tête vers le bas, impuissant face à la détresse de son élève.

Bill : «Pas cette maladie, Gamin... Le docteur à dit à ta mère que cette «chose » venait d’apparaître dans le monde et que le gouvernement serait en train de travailler sur un remède, il l'a traite en ce moment avec des médicaments pour apaiser la douleur, le problème c'est que les cachetons coûtes un bras et sans ces fichues pilules, Rosa ne pourrait pas tenir deux jours sans succomber à la douleur.» Perdu à l’intérieur de ses pensées durant un long moment, le farceur prendra la décision radicale de quitter la troupe, aider sa sœur à combattre la maladie était devenu son nouveau but.

Joey : «Je suis désolé de vous l'annoncer de cette manière, Patron. Mais je dois partir aider ma famille, ils ont besoin de monde aide.» Aussitôt dit, aussitôt fait, il entamera sans plus attendre un nouveau départ en rangeant ses affaires. Bill tentera de raisonner son poulain par tous les moyens, mais le clown écoutera seulement son cœur et reviendra au bout de quelque temps sur sa terre natale. Il rejoindra rapidement sa sœur à l’hôpital, la faisant rire avec ses pitreries dantesques, mettant au placard sans le moindre regret une carrière prometteuse. L'amour fraternel plus puissant que jamais.

Cinq ans plus tards...

Chapitre 3 : retour à la réalité

Depuis son retour à Logue Town, Joey usait de son expérience du cirque pour gagner de l'argent auprès du public qu'il divertissait le matin dans la rue avec ses tours de magie, mais aussi, il travaillait en fin d'après-midi dans une taverne du nom de la cuillère d'or. En ce lieu propice, il jouait du piano où parfois il faisait le comique de manière à divertir les mordus de la boisson. En premier lieu, on pourrait croire que cet endroit lui faisait oublier ses problèmes, seulement, son patron, le fameux « Gros Tony » mettait une pression étouffante sur ses employés. Il suffisait que vous fassiez une seule bourde et une partie du salaire s’évaporait d'un claquement de doigts. Son terrible surnom venait de son poids gargantuesque, cet ogre immonde était détesté par beaucoup de personnes à cause de sa cruauté, mais Tony se fichait pas mal d'être vue de la sorte, car son seul prix de consolation était l'argent engranger par son affaire. Seulement, un beau jour il fera l'erreur de mettre en pétard le clown lors d'une réunion avec l'ensemble de l'équipe de l’établissement. Ce radin de première avait tenté de retirer une partie du salaire de la troupe, car l'objectif fixé en vente d'alcool n'avait pas atteint le quota exigé. La seule personne dans la pièce ayant élevé la voix contre ce gros tas de graisse immonde sera le clown. Furieux, Joey se lèvera de sa chaise et commencera à marcher lentement vers cette vermine sans scrupule, sa voix pourtant si chaleureuse deviendra très rapidement glacial, dénuer de la moindre émotion. Désirant voir ce fumier plus bas que terre, le clown de jade allait mettre fin à son règne de terreur avec l'aide de sa langue acérée.

Joey : «Je ne pensais pas en venir là, mais vous êtes le plus grand salopard que je n'ai jamais vu en ce monde.» Il pointera du doigt avec une certaine fierté ses équipiers. «Toute l'équipe se donne un mal de chien pour faire tourner votre commerce ! tandis que vous et votre gros cul ne faite rien pour nous aider!» Il tapera du poing sur sa table et le regardera d'un air mauvais. «Je vous préviens... Je ne partirai pas d'ici sans mon salaire complet, même si pour cela je dois en venir aux mains contre vous.» Il rajoutera une dernière pour achever cette ordure. «Au lieu de vous empiffrer comme un porc avec toutes cette nourritures, achetez vous d'abord un cœur, pauvre minable.» Lâchant le mot de trop, l'être bouffis fondra littéralement en larmes devant tous les employés. Tous furent d'abord choqués par la réaction inhabituelle de leur camarade pourtant si gentil, mais cette stratégie soudaine portera ses fruits, car tous gagnèrent la totalité de leur salaire. Ayant accompli sa bonne action du jour, le clown de jade préféra partir définitivement de ce lieu sans causer plus de trouble. Il devait désormais trouver un nouveau boulot au plus vite ou sinon il allait devoir accomplir un travail pas vraiment apprécié des forces de l'ordre, car lorsque la nuit régnait sur la ville, il arrivait parfois que le farceur participait à des combats illégaux dans les bas-fonds des tavernes louches. Malgré sa corpulence de crevette, il se battait comme un fauve au sein de la cage, foutant la pâtée à ses adversaires pour un gain assez conséquent à la clé. Grâce à cet argent frauduleux, il arrivait plus facilement à payer les frais médicaux de sa frangine, mais ce soir-là, après sa dispute contre le gros tony, le pitre affrontera un adversaire plus que redoutable. Un véritable colosse voulant briser son opposant en petit morceau. Une fois le gong sonné par l'arbitre, les deux hommes se mirent sur la tronche, le premier coup du mastodonte mettra le clown en mauvaise posture, le couchant net contre le sol. L'ensemble du public pensait que le combat était fini net, mais la volonté combative du pitre ne devait aucunement être prise à la légère. Souriant comme un petit diablotin face à cette situation délicate, le farceur usera de sa fourberie légendaire pour vaincre son adversaire. En toute franchise, le clown remportera la victoire sans le moindre honneur en frappant les bijoux de famille du colosse à moult reprise, le forçant donc à abandonner s'il désirait fonder un jour une famille. Énervé par cette finalité à peine croyable, l'ensemble du public hua le gagnant, le traitant de lâche, la seule réponse de Joey devant un tel vacarme était un sourire satisfait avec en main la somme empocher de sa victoire. Quittant rapidement le lieu pour mettre l'argent en lieu sûr, le comédien terminera sa marche dans le parc de son enfance. Loin des regards indiscrets, le bouffon se mettra à compter son butin sans se soucier de la mystérieuse inconnue marchant avec élégance vers sa position. Cette femme entièrement vêtue de noir munie d'un chapeau haut de forme allant à merveille avec sa ravissante chevelure flamboyante interpellera notre cher Joey sur un ton ferme et autoritaire :

Inconnu : «Monsieur Wilson, veuillez me suivre s'il vous plaît.»

Au départ taquin, le clown répondra à la dame avec un grand sourire.

Joey : «Étant donné que vous avez employé le mot magique, je suis par contre le fait de vous suivre.» Il refermera aussitôt la sacoche remplie de cash et suivra la rouquine avec un brin de méfiance. «J'aimerais bien savoir comment vous me connaissez ? Vous êtes du coin par hasard?»
La rouquine laissera un rictus déformer son joli minois.

Inconnu : «Non, je n’habite pas ici, mais je vous ai suivi durant ces derniers jours.» Elle se tournera en direction du clown, bras croisés, le regard bleuté se perdant dans ceux de son interlocuteur. «Je me présente, je suis Natalia Hawks et je suis à la recherche de personne talentueuse pour le gouvernement.» Elle sortira de sa poche sa carte personnelle et la tendra au clown.

Un peu choqué par cette annonce soudaine, le clown se grattera la tête en lisant la fameuse carte.

Joey : «Attendez... Vous êtes du gouvernement, c'est bien ça ? Ce n'est pas une farce ? car elle serait franchement drôle ! Hahahaha !» Il se frappera la jambe en éclatant de rire. «Le gouvernement voudrait embaucher un clown, c'est la meilleure !»

Agacée par la réaction du comique, la jeune femme répondra avec audace :

Natalia : «Vous êtes le fils de Rebecca et John Wilson, votre sœur Rosa est atteint d'une maladie inconnue et vous cherchez par tous les moyens à soulager sa douleur en travaillant comme un acharné tous les jours. Vous êtes un bosseur, un homme capable de tous pour aider sa famille, alors avoir un élément aussi fiable que vous auprès du gouvernement ne serait pas de refus, vous ne trouvez pas ?»

S'adossant contre le mur en gardant en main la carte de la dame, le clown essayera de refuser son offre avec la plus grande des politesses.

Joey : «Votre offre est intéressante, je dois l'admettre, mais mon métier me plaît ici et je ne peux partir sans que ma sœur ne soit guérie complètement de sa maladie, alors je...»

Il sera couper dans son élan par son interlocutrice :

Natalia : «N'ayez crainte pour votre sœur, je vais superviser ses soins en parlant à mon supérieur, seulement si vous acceptez mon offre d'emploi bien évidemment.»

Face à une telle proposition, le clown de jade voulait en savoir un peu plus sur ce fameux travail.

Joey : «D'accord... Si jamais j’accepte votre proposition à partir de maintenant, c'est quoi la suite ?»

Obtenant enfin ce qu'elle désirait la dame de glace répondra aussitôt :

Natalia : «Vous partirez demain matin à la première heure sur l'un de nos navires en direction de l'île karaté où vous serez formé par un instructeur, si jamais vous arrivez à passer les tests hauts la main, vous serez engagé au sein du gouvernement et je peux vous garantir que nous sommes bien payées. Bien évidemment, si vous désirez gagner plus, il faudra travailler à fond pour monter en grade.» Elle tendra sa main pour conclure l'offre en esquissant un sourire sincère «Alors vous êtes partant ?»

Une offre pareille ne se présentera pas une seconde fois, le cœur du clown le sommera d'accepter cette offre sans tarder, car la vie de sa sœur était en jeu et tous les moyens de la soigner étaient bon à saisir. Empoignant la main de la rouquine avec force, le clown finira donc en un rien de temps sur la fameuse île Karaté où il suivra un entraînement digne de se nom.

Chapitre 4 : La formation d'un agent

Suivant désormais sa nouvelle voie sur l’île Karaté, Joey suivra une formation stricte et rigoureuse pour devenir un agent au sein du gouvernement mondial. On pourrait croire que dans une telle atmosphère le clown souriant se retiendrait à faire des blagues, mais que ne ni, il était le pitre de service, mettant en rage son sergent instructeur ne pouvant tolérer un comportement aussi farfelu. Ainsi donc, à plusieurs reprises son formateur lui en fera baver de toutes les couleurs, il voulait le voir craquer, le voir pleurer comme une fillette et savourait l'instant où le pitre donnera sa lettre de départ. Seulement, le lutin de jade résistera à ces épreuves en gardant son légendaire sourire flamboyant. Mais furieux de voir ce clown tenir bon, son supérieur lors de sa deuxième année de formation, tentera comme dernière épreuve « le supplice de l'arme » un challenge où le participant portait son arme haut au-dessus de sa tête, torse nu sous un soleil de plomb, devant aussi subir les brimades physiques du superviseur, une sorte de torture camouflée on pourrait dire. Si jamais le farceur faisait tomber son arme ou s'écroulait contre le sol, il perdrait tout simplement le test. Amusé par un tel événement, le clown se prépara à l'issue de l'épreuve, disant avec une certaine taquinerie et fierté à son supérieur ces paroles :

Joey : «Si jamais je gagne votre défi, Chef ! Vous me laisserez tranquille ? Vous serez moins méchant avec moi ? Ahahahaha !»

Sergent chef : «Pourquoi pas... Mais si tu échoues, tu pourras dire adieu à ta carrière, car je vais tout faire pour qu'un minable tel que toi ne fasse pas partie du gouvernement»

Durant cette mise à l’épreuve, le clown devra tenir une heure pour remporter la victoire.

Mis en plein cagnard avec son corps de crevette exposer face à sa brigade, Joey s'amusera à chantonner une musique de la troupe du cirque. Faisant donc rire aux éclats ses collègues, agacé par sa bêtise chronique, le sergent instructeur viendra à la rencontre du pitre plutôt que prévue, armé à la main d'un simple bâton suffisamment costaud pour effacer sèchement le sourire de ce bouffon. Entamant donc la procédure de l’épreuve, le supérieur donnera un bon coup dans le flanc et un autre au niveau du genou afin de faire plier la volonté du clown face à la douleur. Cependant, malgré les dégâts infligés, le clown tiendra bon et continuera de plus belles à chantonner, histoire d'agacer encore plus son supérieur. Toutes les dix minutes, son instructeur recommencera la brimade en multipliant en fur et à mesure le nombre de coups, transformant le corps frêle du pitre en un véritable tableau d'effroi. En vérité, Joey ne sentait plus ses jambes ni ses côtes, la douleur parcourant son corps était si intense qu'il pensait que la mort venait à lui, mais sa volonté de fer le forcera à tenir bon pour la dernière salve à venir. Malgré la fatigue, malgré son corps tremblant de douleurs, le clown de jade invitera son instructeur à en finir avec l'aide d'un sourire moqueur, tombant littéralement dans le panneau, le sergent soulèvera son arme et viendra l’abattre sur la boite crânienne du clown, un tel coup aurait pu le tuer, sauf que le pitre résistera par chance à cet assaut de la plus grande violence, mettant donc fin à ce supplice une bonne fois pour toutes. Ayant remporté l’épreuve avec brio, tous ses camarades se ruèrent sur lui pour le féliciter, cependant, malgré sa force de caractère incroyable, Joey avait fini par tomber inconscient. Un de ses camarades en panique l’emmènera rapidement vers l'hôpital du camp afin de le remettre sur pied. Et lors de son réveil douloureux, le farceur sera surpris de voir à ses côtés la resplendissante rouquine lui tenant la main, il n'avait même pas le temps de la saluer que Natalia prendra la parole :

Natalia : «Vous avez joué à un jeu dangereux, Monsieur Wilson... Vous auriez pu mourir vous savez ? Mais au moins votre supérieur va vous laisser tranquille jusqu'à l'obtention de votre diplôme, alors ne faites plus rien d'inconsidérée désormais. Je tiens à garder un tel talent en vie dans nos futurs effectifs.»

Joey : «Merci de vous préoccuper de moi, ça me touche beaucoup, mais... » Un éclair de lucidité viendra foudroyer son être tout entier. «Attendez... Vous avez tout vu ? Vous m'avez observé durant l'épreuve ? J'avais la classe, non ? » Disait il en prenant une belle tête de débile.

Restant aussi froide qu'une porte de prison face à sa bêtise, la belle rouquine répondra tout simplement :

Natalia : «En effet j'ai tout vu, mais en terme de classe, je pense que ce n'est pas encore ça.» Une fois son temps de parole terminée, elle se lèvera de sa chaise et quittera la chambre en saluant le clown amicalement. Soudain, un rire explosif se déploiera de la gorge du farceur, il était comblé par la réponse sincère de cette femme. Décidément, il commençait vraiment à l'aimer.

Après quelque mois suite à cet événement, le clown deviendra enfin un membre confirmé du gouvernement. Il ne lui restait plus qu'à faire ses preuves et monter en grade pour aider sa sœur à vaincre cette fichue maladie.

Chapitre 5 : du sang sur les mains

Durant les trois prochaines années à venir, le clown usera de son apprentissage pour accomplir certaines missions du gouvernement lui étant transmises par escargophone. Il usera de son apparence quotidienne de clown de manière à se mêler plus facilement à la foule tout en appliquant sa panoplie de farceur pour amuser la foule. Il était compliqué pour une personne ordinaire devoir derrière ce sourire flamboyant un agent infiltré, dans tous les cas, cela permettait à Joey d'accomplir sa volonté d'apporter le bonheur autour de lui avec en prime d'achever ses missions à bien. Malheureusement, le Joker n'avait jamais commis une mission en particulier, comme celle de tuer un potentiel danger aux yeux du gouvernement. Sa cible se nommait Francis Vicioli, un ancien membre de la marine ayant commis un meurtre auprès d'un agent de son administration. La cause de cet homicide restait encore un mystère, seulement, Francis avait tué un membre important de la direction, et son crime devait être puni par la mort. Assis confortablement sur son siège aux abords d'un café, Joey craignait que ce fameux jour arriverait, prendre la vie d'un homme l'effrayer grandement, il avait pour objectif initial d'apporter le bonheur et non la mort. Finissant par effacer sa peur au bout d'un certain temps, le farceur mettra en priorité la santé de sa sœur que le sort d'un sale meurtrier. Tandis que le clown buvait tranquillement son café, il sera rapidement rejoint par Natalia faisant mine de se faire passer pour sa femme. Les deux compères discutèrent de l'ordre de mission, et par la même occasion, son interlocutrice donnera discrètement sous la table l'arme du meurtre, un poignard lambda suffisamment efficace pour mettre un terme définitif à une vie. Ayant tous les éléments en mains de façon à accomplir sa mission, le clown se lèvera avec une larme coulant doucement le long de sa joue droite, son cœur ainsi que son âme restèrent silencieux.

Francis était un habitué du coin, les habitants le voyaient souvent le matin traîner dans le parc principal de la zone à se bourrer la gueule. Par la suite, il continuait sa marche dans la ville en insultant les passants où il hurlait sa tristesse et son désarroi sur sa misérable existence en ce monde. Il terminait la fin de ses journées au cœur du cimetière de la ville, assis devant la tombe de son fils tombé au combat, pleurant son absence durant des heures. Cela était le rythme quotidien de la proie du clown, il attendra donc ce moment fatidique afin de donner le coup fatal sans être remarqué par un potentiel individu vivant dans les environs. Une fois à la portée de l'objectif, le farceur armé de la lame blafarde pointera la lame sous la gorge de ce dernier, puis, sans la moindre hésitation, il laissera la dague courir le long de sa chaire créant par cette action innommable une versée d’hémoglobine se rependant partout contre le sol. La victime sur le point de mourir agrippera avec le restant de ses forces son assassin, le regardant droit dans les yeux armé d'une peur intense, avant de s'effondrer lourdement sur la tombe de son enfant disparu. Choqué par ce qu'il venait d'accomplir, Joey partira des lieux en vitesse, tremblant d’effroi en voyant ses mains couvertes de sang, puis, en revoyant la scène tournée en boucle dans sa tête, il ne pourra s’empêcher de vomir ses tripes contre un arbre. Le clown tentera de revenir à la raison à sa manière, mais une autre personne viendra lui donner un petit coup de pouce en sortant de l'ombre :

Natalia : «Bravo agent Wilson, votre mission est accomplis avec succès. Vous pouvez être fier de vous.» Elle posera délicatement sa main sur son épaule. «Je vous en prie, veuillez vous ressaisir, cet homme à tuer quelqu'un de sang-froid de notre agence, vous avez vengé un père de famille en supprimant cette ordure.» Elle l'aidera à se relever en lui témoignant un sourire d'amitié.«Vous venez d'accomplir la justice et cet homme ne fera plus aucun mal à personne, et tout cela grâce à vous.»

Reprenant peu à peu ses esprits, le clown flamboyant répondra sur un ton sérieux :

Joey : «Vous avez raison... Je n'ai pas le droit de fléchir... Si je m’arrête en cours de route, Rosa finira par mourir et cela par ma faute, je dois être plus fort...»

Accompagné par la belle rouquine en cette fin de soirée, le joker continuera avec ferveur son travail dans l'unique but d'aider sa frangine, même si pour cela, il devait perdre une part de son humanité, il fera tout son possible pour elle, par amour fraternel envers elle.

Chapitre 6 : Prologue

L'historie du clown se poursuivra sur le forum One Piece Requiem, à la suite pour de nouvelles aventures.

Fin

Informations IRL

  • Votre prénom / pseudo : Almar
  • Êtes-vous majeur ? oui
  • Vous aimez / n'aimez pas :
  • Votre personnage préféré (de One Piece) : Garp
  • Vous vous définiriez comme :Fan de manga et jeu vidéo
  • Vous faites du RP depuis :
  • Vos disponibilités (approximatives) : Deux soirs si je le peux
  • Comment avez-vous connu le forum ? Google et Shoga


Dernière édition par Joey Wilson le Dim 14 Avr 2024 - 23:53, édité 36 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27725-fiche-technique-du-clown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27637-le-clown-larmoyant-joey-wilson-100-terminee#285304
Coucou et bienvenu sur le forum !

Je vois que tu as bien avancé sur ta présentation mais d'après le titre elle est encore en cours, c'est ça ?

Dans tous les cas il te manque un code du règlement avant de pouvoir être validée !
Et n'hésite pas à nous contacter ici ou sur discord si tu as besoin d'aide pour finir !

N'oublie pas de prévenir quand tu auras fini ou si tu as besoin d'un délai supplémentaire pour finir !

Peluuuche


Le Clown larmoyant (Joey Wilson) 100% Terminée  1425067977-izya-sflagopr Le Clown larmoyant (Joey Wilson) 100% Terminée  1465207581-signizya Le Clown larmoyant (Joey Wilson) 100% Terminée  1lmh
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
Hey ! Merci pour ton retour Izya ! j'ai trouvé le deuxième morceau du code manquant et je viens de finir ma présentation.

Puis, te presse pas c'est dimanche donc je peux largement attendre.

Te remerciant par avance pour le temps que tu vas consacrer à ma présentation.

Passe une bonne soirée et à bientôt sur le fofo ou sur le discord.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27725-fiche-technique-du-clown
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27637-le-clown-larmoyant-joey-wilson-100-terminee#285304
Hello ! Alors voilà une petite notation de la prez !

Vraiment un bon moment. Les descriptions sont sympa et bien amenée, la lecture est plaisante. L'histoire se laisse lire avec fluidité, on découvre les étapes importantes de Joey, ses aspirations, ses combats, on sait qui il est en ressortant de là.
Petit bémol, comme on a discuté en PV, les futurs en plein milieu de phrase au passé. Mais rien de grave, petite relecture et ca devrait être bon ^^

Pour cette fiche, je dirais 700D, Il ne te reste qu'à aller poster ta fiche technique, renseigner les différents liens (présentation, fiche technique et plus tard : récompenses) de ton profil et passer dans le sujet de recensement d'avatar.

Des zoubis et bon jeu !


Moissonneuse et Désespoir/poussière:


  • https://www.onepiece-requiem.net/t26598-la-mort-l-etre-aux-mille
  • https://www.onepiece-requiem.net/t26537-la-mort-est-la-seule-juge-de-la-vie-redoutez-la-comme-vous-me-redoutez-jessica-l-ange-de-la-mort-hellhound#275056