Le deal à ne pas rater :
Blue Lock : où acheter le Tome 22 édition limitée du manga Blue ...
12 €
Voir le deal

Zaun, J'arrive.





❝L'ange Noir à la recherche de sa famille.❞

❝Zaun, j'arrive.❞- Kalgoro.





Le voyage en mer sur North Blue fut à la fois majestueux et périlleux, chaque jour apportant son lot de défis et de beautés naturelles. La Sereine, avec ses voiles blanches déployées et son équipage aguerri, fendait les eaux azurées avec une grâce impressionnante. Les vagues se brisaient en une écume scintillante contre la coque du navire, et le ciel, souvent d'un bleu profond, se parsemait parfois de nuages cotonneux qui ajoutaient une touche de mystère à l'horizon.

Le vent soufflait régulièrement, gonflant les voiles et propulsant le navire en direction de l'île de Zaun. Parfois, une brume épaisse s'élevait des eaux glaciales de North Blue, enveloppant La Sereine dans un voile fantomatique. Les cris des mouettes se mêlaient au fracas des vagues, créant une symphonie naturelle qui accompagnait leur voyage. Kalgoro, fidèle à son caractère réservé, restait souvent en retrait, observant l'équipage vaquer à leurs tâches. Cependant, il commençait lentement à se lier aux membres les plus proches de Drexel. Le capitaine, avec son air sage et bienveillant, avait un don pour apaiser les cœurs et renforcer les liens au sein de son équipage.

Elara était l'une des premières à briser la carapace de Kalgoro. Ses cheveux auburn flamboyaient sous le soleil, et son sourire chaleureux contrastait avec la froideur de North Blue. Elle passait souvent ses soirées à parler avec Kalgoro, cherchant à comprendre l'homme derrière l’épaisse armure imbrisable de méfiance et de douleur.

"Si tu es daccord, j’aimerai que tu me parle de ta famille, Kalgoro," demanda-t-elle un soir, alors qu'ils étaient assis à la proue du navire, regardant les étoiles scintiller au-dessus d'eux.

Il ressentit des frissons parcourir ses grandes ailes noires dissimulé sous sa toge shandia, Il hésita un instant tout en serrant la mâchoire, puis commença à parler d'une voix douce, presque mélancolique. "Ma femme, Ayanna, est une femme incroyable. Forte et courageuse, elle a toujours soutenu mes idéaux, même quand cela mettait notre famille en danger. Nos enfants... ils sont ma fierté. Jothan, mon fils aîné, est un esprit curieux, toujours à poser des questions. Et Lira, ma petite fille, a un sourire qui pourrait illuminer les jours les plus sombres."

Elara écoutait attentivement, ses yeux emplis de compassion. "Tu les retrouveras, Kalgoro. J’en suis sûr."

Le capitaine Drexel passait de longues heures à naviguer, mais il trouvait toujours le temps pour des conversations profondes avec Kalgoro. Un soir, alors que le navire traversait une zone particulièrement calme, Drexel invita Kalgoro dans sa cabine personnelle.

"Assieds-toi mon grand!," dit-il en lui tendant une bouteille de rhum. "Raconte-moi ton plan une fois que nous arriverons à Zaun."

Kalgoro prit une gorgée du liquide ambré, sentant la chaleur réconfortante se répandre en lui. "Je compte commencer par le sud, plus précisément le port, interroger les marchands et les marins. Quelqu'un doit bien savoir quelque chose sur ma famille, sur les soit disant ange à la couleur de peau ébène comme moi qui ont été aperçus ici. Ensuite, je suivrai chaque piste, même la plus infime, jusqu'à retrouver ma famille, même si je dois encore défier le gouvernement mondial. Si ma famille est retenue prisonnière par la marine je ferai le nécessaire, mais j'émet des doutes..La dernière fois que j’ai pu voir ma femme et mes enfants, ils m’ont été arraché par des agents du gouvernement devant mes yeux sur Grand Line, je n’arrive pas à comprendre ce que ma femme et mes enfants pourrait faire ici.. " Le colosse à la musculature hors norme baissa la tête, fixant le sol.

Drexel hocha la tête, son regard dur et déterminé. "Garde espoir Kalgoro, s’ils sont ici tu les retrouvera bientôt, et nous serons là pour t'aider, mon ami. Tu n'as pas à faire ça seul."

Kalgoro redressa sa tête pour croiser le regard du capitaine Drexel. “Drexel, je vous remercie l’équipage et toi pour tout ce que vous faites pour moi, mais cette mission est suicidaire, je ne vais pas vous mêler à ça. Une fois arrivé sur Zaun, je partirai devant et je vous demanderez de rester à quai à bord de la Sereine, j’aurai sans doute besoin de votre aide pour prendre la fuite, je ne veux pas mettre vos vies en danger.

Le capitaine Drexel comprit les intentions de son matelot aux ailes noires, il ne chercha pas à le faire changer d’avis. Il arborait un grand sourire. “ Pas de soucis Kalgoro, nous t'attendrons tas famille et toi le temps qu’il faudra.”
Lars, le timonier, était un homme imposant avec une barbe noire épaisse. Il passait la plupart de son temps à la barre, mais il partageait souvent des moments de silence contemplatif avec Kalgoro. Un soir, alors que les étoiles se reflétaient dans les eaux calmes, Lars engagea la conversation.

"Tu sais, Kalgoro, la mer a une façon de tester les hommes," dit-il en fixant l'horizon. "Elle expose nos faiblesses, mais elle peut aussi fortifier notre esprit."

Kalgoro acquiesça, trouvant un étrange réconfort dans les paroles de Lars. "La mer... Elle m'a beaucoup appris. Mais c'est la lutte pour ma famille qui me donne la force de continuer."

La vie à bord de La Sereine était un mélange de routine et d'aventure. Les marins travaillaient sans relâche pour maintenir le navire en bon état, réparant les voiles et entretenant le pont. Les nuits étaient souvent marquées par des chants marins et des histoires racontées autour d'un feu de camp improvisé avec plusieurs bougies, la lumière des flammes dansant sur les visages fatigués mais heureux de l'équipage.

Kalgoro, bien que distant, participait parfois à ces moments de camaraderie, trouvant un semblant de paix dans la compagnie de ses compagnons de voyage. Les marins respectaient sa force et son dévouement, et malgré ses réserves, ils appréciaient sa présence. Après plusieurs jours en mer, l'île de Zaun commença à apparaître à l'horizon, une silhouette sombre et menaçante contre le ciel lumineux. L'excitation et la tension montaient à bord de La Sereine, chaque membre de l'équipage se préparant à l'inconnu qui les attendait sans savoir que Kalgoro avait demandé au capitaine Drexel de ne pas s’en mêler.

Kalgoro, debout à la proue, fixa l'île avec une détermination farouche. Il savait que chaque instant comptait, et il était prêt à tout pour retrouver sa famille. Il se sentait plus fort et plus déterminé que jamais.

La mer, avec ses défis et ses merveilles, avait renforcé ses liens avec l'équipage de La Sereine, transformant des étrangers en amis et en alliés de confiance. Kalgoro était prêt à affronter les dangers de l'île de Zaun et à défier le pouvoir oppressif du gouvernement pour sauver ceux qu'ils aimaient.

Le voyage avait été long, mais pour Kalgoro, c’était bientôt le moment dont il rêvait tant. Retrouver sa famille.


Code by Laxy Dunbar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27969-ft-de-kalgoro




❝L'ange Noir à la recherche de sa famille.❞

❝Zaun, jarrive.❞- Kalgoro.


Alors que La Sereine s'approchait de l'île de Zaun, l'atmosphère à bord du navire devint de plus en plus tendue. Zaun se dressait à l'horizon, une île parfaitement ronde comme taillée à la serpe, entourée de falaises escarpées qui semblaient vouloir dissuader toute tentative d'approche. L'île n'était accessible par la mer que via deux ports situés à l'ouest et au sud, La Sereine naviguait prudemment, guidée par les compétences exceptionnelles de Lars, vers l'un des deux ports accessibles, celui situé au Sud de l'île. Les marins se mirent à chuchoter entre eux, certains partageant des histoires effrayantes sur les dangers de l'île et la réputation de ses habitants.

Le ciel, autrefois d'un bleu éclatant, s'assombrissait à mesure qu'ils approchaient, comme si la pollution de l'île imprégnait même l'atmosphère. La lumière du soleil déclinant baignait les falaises d'une lueur rougeâtre, créant des ombres longues et menaçantes qui accentuaient l'allure inquiétante de l'île. Les oiseaux de mer, habituellement si bruyants, semblaient éviter la zone, ajoutant une note de silence oppressant à l'air déjà chargé de tension. Kalgoro se tenait à la proue, ses yeux fixés sur Zaun avec une détermination farouche. Chaque fibre de son être était tendue vers un seul objectif : retrouver sa famille. Son esprit était envahi par un tourbillon d'émotions – la colère, la peur, l'espoir et la résolution se mêlaient en une symphonie tumultueuse.

Le capitaine Drexel donna des ordres clairs et précis pour préparer l'équipage à l'accostage. Les marins, bien que inquiets, travaillaient avec une efficacité redoublée. Les voiles furent repliées, les cordages vérifiés, et les provisions préparées pour une éventuelle expédition sur l'île. Elara s'approcha de Kalgoro, posant une main réconfortante sur son bras. "Nous sommes prêts, Kalgoro. Peu importe ce qui nous attend sur cette île, nous te soutiendrons."

Kalgoro tourna légèrement la tête vers elle, ses yeux sombres reflétant une gratitude silencieuse. "Merci, Elara. Votre soutien signifie beaucoup pour moi, mais je dois accomplir ça seul." La jeune femme tomba des nues, mais elle ne put qu’accepter la décision du guerrier Shandia. “Jjj..J.Jee..Daccord…”

Lars, le timonier, se joignit à eux, son regard perçant scrutant l'île. "L'endroit a mauvaise réputation, mais nous avons affronté pire. Restez sur vos gardes, et nous sortirons tous de là."

La Sereine manœuvra habilement à travers les récifs, guidée par l'expertise de Lars et la vigilance de l'équipage. Ils arrivèrent finalement accosté sur le quai du port Sud où ils purent jeter l'ancre. Une fois le navire sécurisé, le groupe de marins, mené par Drexel accompagné par Elara, Lars, et Kalgoro, descendit à terre. Le guerrier Shandia n’attendit pas une seule seconde de plus avant de prendre la parole.

“Je vous en suis tellement reconnaissant, mais nos routes vont se séparer ici. “ Elara et Drexel étaient déjà au courant, mais Lars fut surprit lui aussi. “Comment ça mon gaillard ! Nous sommes avec toi, tu fais partie de l’équipage maintenant !” Lui cria dessus le timonier qui fut débordé par ses émotions. Le capitaine Drexel posa sa main sur l’épaule de son timonier. “ Lars c’est son choix on ne peut que l’accepter, allez remontons à bord.” Rétorqua le capitaine au deux membres de son équipage avant de se tourner vers le Shandia. “Kalgoro, mon navire ne bougera pas d’ici tant que tu ne seras pas revenu avec tas femme et tes enfants! Alors à bientôt.”

Le fier guerrier shandia se retourna et prit la direction des docks en plaçant son poing droit au-dessus de sa tête tendu vers le ciel. Le port Sud de Zaun était un lieu grouillant d'activités illégales en tout genre, trafic d’esclaves, marché noir etc.. Les docks, faits de bois sombre et usé, résonnaient sous les pas de centaines de travailleurs et de marchands. La ville, visible au-delà du port, s'étendait à perte de vue, un amas de bâtiments entassés les uns sur les autres, sans un seul espace de verdure. L'air était épais de fumées et de pollutions industrielles, rendant chaque respiration difficile. Baluchon sur l'épaule, Kalgoro déambulait dans les ruelles étroites et sinueuses de Zaun, ses pas résonnant faiblement sur les pavés inégaux. L'air était lourd de pollution, une brume grisâtre flottait dans l'atmosphère. La ville semblait constamment plongée dans une semi-obscurité, les rares rayons de soleil peinant à percer à travers le voile de fumée industrielle. Les bâtiments, construits en briques sombres et en métal rouillé, se dressaient comme des sentinelles silencieuses, leurs fenêtres obscures surveillant les rues en contrebas. Les ruelles étaient bordées de tuyaux et de conduits, certains fuyant et laissant échapper des jets de vapeur brûlante. Des flaques d'eau stagnante, noircies par la crasse, ponctuaient les allées, ajoutant une note d'humidité à l'air déjà oppressant.

Les habitants de Zaun étaient tout aussi sombres que leur environnement. En passant, Kalgoro attirait des regards méfiants et hostiles. Sa stature imposante, ses ailes repliées et dissimulées sous une cape ne passaient pas totalement inaperçu, sa peau ébène marquait une différence notable qui n’échappait à personne. Les civils le scrutaient avec suspicion, leurs visages marqués par la fatigue et la méfiance.

Un groupe d’enfants, jouant dans une ruelle adjacente, s’arrêta net en le voyant approcher. Leurs yeux s’écarquillèrent de peur et de curiosité, et l’un d’eux murmura quelque chose à ses camarades avant de s’éclipser rapidement, les autres suivant son exemple. Un vieil homme, courbé sous le poids des années et d’un lourd fardeau de bois, le dévisagea avec des yeux plissés par la défiance.

"Qu’est-ce qu’un autre comme toi fait ici ?" lança-t-il d’une voix rauque, avant de cracher par terre et de détourner le regard.

Continuant son chemin, Kalgoro sentit une tension croissante autour de lui. Les ruelles semblaient se resserrer, les ombres se faire plus lourdes. Un groupe de femmes, occupées à discuter près d’une boutique aux volets mi-clos, cessa de parler à son approche, leurs murmures se transformant en chuchotements inaudibles. Kalgoro s’arrêta devant une petite échoppe, les yeux attirés par un étalage de fruits et de légumes visiblement contaminés par la pollution ambiante. Le marchand, un homme trapu au visage buriné par les intempéries, le fixa avec un mélange de curiosité et de suspicion.

"Tu veux quelque chose, étranger ?" demanda-t-il, son ton plus défiant qu’accueillant.

Kalgoro secoua la tête. "Juste de passage." dit-il avec une voix rauque.

Partout où il passait, les civils semblaient pressés de rentrer chez eux, leurs portes se fermant brusquement après son passage. Il y avait une tension palpable, une crainte presque tangible qui imprégnait l’air. Même les animaux, les rares chiens errants, le regardaient avec méfiance avant de s’éclipser dans les recoins sombres. Kalgoro continua d’avancer, son esprit en alerte. Il savait que sa quête ne serait pas simple et que chaque interaction, chaque regard méfiant, était un rappel des défis qui l’attendaient. Malgré la défiance et l'hostilité, il gardait sa détermination intacte. Il ne laisserait rien ni personne l’empêcher de retrouver sa famille. Alors qu'il approchait d'une intersection, un vieillard, assis sur une caisse renversée, leva des yeux fatigués et soupira.

"Tu cherches quelque chose, garçon ?"

Kalgoro s’arrêta, le regardant droit dans les yeux. "Je cherche des informations concernant des anges à la peau ébène qui ont été aperçu ici il n'y a pas si longtemps. Peut-être pourriez-vous m'aider."
Le vieillard esquissa un sourire triste. "À Zaun, tout a un prix. Et les informations sont les plus chères de toutes."

Kalgoro hocha lentement la tête. "Je paierai ce qu’il faut." Le guerrier Shandia n'avait pas un berry's en poche, mais il bluffa. Il était prêt à tout pour obtenir ce pour quoi il était venu ici.

L'homme se redressa légèrement, ses yeux s’éclairant d’une lueur de curiosité et de malice. "Alors, suis-moi, étranger. Je connais des choses que peu osent évoquer dans ces rues."

Kalgoro suivit le vieillard, prêt à affronter les ombres de Zaun pour retrouver ce qu’il cherchait. Les ruelles sombres et la méfiance des habitants n'étaient qu'une étape de plus dans son périple vers la justice.

Code by Laxy Dunbar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27969-ft-de-kalgoro




❝L'ange Noir à la recherche de sa famille.❞

❝Zaun, jarrive.❞- Kalgoro.


Kalgoro suivit le vieillard à travers un labyrinthe de ruelles encore plus étroites et sombres que celles qu'il avait parcourues auparavant. L'air devenait de plus en plus irrespirable, chargé de particules de suie, d'odeurs nauséabondes, mais surtout de vapeurs toxiques qui semblaient émaner de chaque fissure et interstice des bâtiments. Les murs des bâtisses étaient couverts de graffitis délabrés et de moisissures, témoins silencieux d'une ville rongée par la pollution et le désespoir. Le vieillard conduisit le shandia à une trappe dissimulée derrière un amoncellement de caisses en bois vermoulues. Avec une agilité surprenante pour son âge, il souleva la trappe, révélant un escalier en pierre descendant dans les entrailles de la ville. Une lueur pâle et vacillante émanait du bas, accompagnée d'une odeur de moisissure et de métal encore plus forte. Kalgoro jeta un dernier coup d'œil autour de lui avant de suivre le vielle homme. Les marches étaient irrégulières et glissantes, rendant la descente périlleuse. Chaque pas résonnait lourdement dans le silence oppressant, brisant momentanément le calme sinistre des lieux.

En bas de l'escalier, un réseau de tunnels s'étendait dans toutes les directions, leurs murs suintant d'humidité et de saleté. Des torches vacillantes, fixées à intervalles réguliers, projetaient des ombres mouvantes qui donnaient vie aux recoins sombres. L'air était encore plus étouffant ici, chargé de l'odeur de la crasse et des vapeurs d'acier. Le vieillard se dirigea vers une porte en fer rouillée, qu'il ouvrit avec précaution. Ils entrèrent dans une petite pièce encombrée de meubles délabrés et d'objets hétéroclites. Des cartes et des documents étaient éparpillés sur une table au centre, éclairée par une lampe à huile dont la flamme vacillait.

"Voici mon sanctuaire," dit le vieillard en s'asseyant sur une chaise grinçante. "Ici, nous pouvons parler librement."

Kalgoro sentit une tension grandissante en lui, un mélange d'espoir et de peur, étrange pour quelqu'un qui n'avait même pas peur de se sacrifier pour sa famille. L'environnement sinistre et oppressant de Zaun ne faisait qu'amplifier ses émotions. Chaque détail de cet endroit reflétait la dure réalité de son combat : la mort, la décomposition, la lumière vacillante qui semblait prête à s'éteindre à tout moment. Tout cela faisait écho à ses propres luttes intérieures, mais il s'essaya sur un vieux fauteuil en cuir noir en face de son interlocuteur.

"Que savez-vous des anges à la peau ébène aperçu dans le coin ? Jai eu des informations comme quoi ils étaient retenu captifs par la marine local ? Aucun agents du gouvernement mondial ne ce trouve sur cette île ?" demanda Kalgoro, sa voix résonnant avec une intensité contenue.

Le vieillard le fixa de ses yeux fatigués mais perçants. "Ils sont ici, c'est certain. Je ne les ai pas vu personnellement, mais mes petits oiseaux que j'ai aux quatre coins du port mon remontés certaines informations.." Le vieux débris s'arrêta net, puis esquissa un sourire carnassier. "Si tu veux en savoir plus, c'est maintenant que tu passes à la caisse mon gaillard héhé." Son sang ne fit qu'un tour, son rythme cardiaque augmenta brusquement. Le shandia se redressa brusquement tout en dégainant son poignard dissimulé à sa ceinture et en s'avançant subitement sur le vieillard pour l'attraper par la gorge. " Non, je crois que tu n'as pas comprit. Je décide quand je te paie, si je te paie et même si t'as vie se termine maintenant. As-tu comprit vielle homme ?" Dit Kalgoro d'une voix rauque tout en resserrant l'emprise qu'il avait sur la gorge de l'ancien qui commençait à suffoquer tout en agitant son poignard au niveau de l'entre jambe du vieil homme.

"O..OOOOooo..oOOK!."
L'ange noir relâcha le cou du vieux, puis retourna s'assoir sur le même fauteuil tout en s'amusant à passer son poignard d'une main à l'autre. "Où en étions nous mon ami ? Oui.. T'es petits oiseaux et les informations qui m'intéresse ? Alors ?"

" D'accord d'accord..De se que je sais, les personnes que tu recherches sont soit mortes, soit retenues captifs par le gouvernement. Depuis que la Commandante d'élite Elisabeth "Sissi" Bathory s'est pointé y'a à peut prêt un an, elle était chargée de permettre l'implantation de la marine sur ma magnifique Zaun..." Essoufflé, il se frotta la gorge encore marquée par les traces de doigts de la main du Shandia incrusté sur sa peau. " Et grâce à cet implantation de la marine, le gouvernement a commencé une purge des criminels qui s'y trouvaient et de ceux qui les aidaient du coup les anges que tu recherches on sans doute étaient englobés dans le lot. Ils ont sacrément réussi leurs purges même s'ils y'en a encore pleins qui se dissimulent en attendant que la donne change, c'est pour ça que je me cache ici, ils ont même réussi à prendre le port sud et le chantier naval de la M-Boat. Grâce à ça, la marine à le contrôle total de la conception à la production de toutes les technologies sous-marines des blues.." Le vieux s'arrêta de parler et soupira fortement. " Du coup ils ont transformé un ancien bâtiment abandonné au coeur du port en QG ou garnison, appel ça comme tu veux, la marine y est installée, mais d'après mes sources des agents gouvernementaux profiterai que cette base attire l'attention pour utiliser les faubourgs de la ville comme base d'opérations.  Beaucoup de rumeurs circulent sur leurs activités, mais peu osent en parler ouvertement, il piocherai dans les cellules de la marine pour livrer des prisonniers aux nobles et les transformer en esclaves."

Kalgoro écoutait attentivement, chaque mot du vieillard s'imprimant dans son esprit. L'idée que sa famille pouvait être retenue dans un endroit aussi sordide lui serrait le cœur. Mais il ne pouvait pas se permettre de faiblir maintenant.

"'J'ai besoin que tu m'aides à trouver une personne ayant les compétence de me fabriquer une bombe artisanal capable de raser ce QG où du moins une partie !" demanda-t-il avec une détermination farouche. L'ancien s'étonna de la requête du Shandia. "Une bombe ? Haha intéressant, je connais cette bonne vieille anarchiste, elle s'appelle Aria, je sais pas où elle se cache.. Sinon y'a l'option de l'Anarchiste Jonathan Nivel de Las Camp, apparemment il traine dans le coin depuis que j'ai entendu la rumeur supposée et non vérifiée par mes petits oiseaux que l'extrémiste aurait trouvé refuge à Shad' pour échapper à ses ennemis." Kalgoro esquissa un rictus. "Je vais opter pour l'option de Nivel, conduit moi à lui."

Le vieillard hocha lentement la tête. "Je peux te montrer le chemin, mais tu devras faire le reste. Nar Shadaa je n'y vais pas, je ne veux pas y laisser mes boyaux."

Kalgoro se redressa, sa silhouette imposante se découpant dans la faible lumière. " Je suis prêt à affronter n'importe quoi pour retrouver ma famille. Montre-moi où aller."

Le vieillard se leva également, ramassant une carte usée sur la table. "Suis-moi, alors. Le chemin est long et dangereux, mais si tu es aussi déterminé que tu le dis, tu y arriveras."

En sortant de la petite pièce, Kalgoro ressentit une vague d'émotions contradictoires. La peur de l'inconnu, l'espoir de retrouver sa famille, la colère contre ceux qui les avaient enlevés. Mais au-dessus de tout cela, il y avait une détermination inébranlable. Il savait que son chemin était semé d'embûches, mais il était prêt à les affronter.

Kalgoro suivit le vieillard à travers les tunnels, chaque pas le rapprochant de son objectif. Les bruits étouffés de la ville au-dessus résonnaient faiblement, rappelant constamment la présence oppressante de la civilisation déliquescente de Zaun. Mais Kalgoro gardait les yeux fixés sur l'horizon, son esprit focalisé sur une seule pensée : retrouver sa famille et mettre fin à l'injustice qui les avait séparés.

Alors qu'ils avançaient, le duo quitta les tunnels souterrains laissant la silhouette de Zaun s'estompait derrière eux se dirigeant vers les dédale souterrain qui parcouraient les falaises septentrionales de Zaun, laissant place à un avenir incertain mais plein de possibilités . Pour Kalgoro, chaque pas était une promesse, un serment de ne jamais abandonner, peu importe les obstacles. Et avec cette résolution, il continua à avancer, prêt à affronter tout ce que l'île de Zaun avait à offrir.

Code by Laxy Dunbar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27969-ft-de-kalgoro




❝L'ange Noir à la recherche de sa famille..❞

❝Narr Shadda, j'arrive.❞- Kalgoro.


Alors que Kalgoro et le vieillard approchaient enfin de l'entrée d’une des grottes menant aux profondeurs abyssales de Zaun en direction de Nar Shadaa, l'atmosphère changea. Le vieillard s'arrêta soudain, jetant un regard inquiet vers l'obscurité béante de l'entrée.

"Je ne vais pas plus loin," annonça-t-il, la peur perçant dans sa voix. "Les profondeurs de Zaun sont trop dangereuses, même pour toi." Le fier guerrier shandia se retourna et lui jeta un regard glacial. "Je continuerai donc seul."

Le vieillard hocha la tête avant de s'éloigner rapidement, disparaissant dans les tunnels qu'ils venaient de traverser. Le shandia se tourna vers l'entrée de la grotte, prenant une profonde inspiration avant de s'y enfoncer avec panache. L'air devint rapidement plus lourd et oppressant alors qu'il descendait plus profondément dans les entrailles de la terre. Les murs de la grotte étaient rugueux et humides, recouverts de mousse et de lichen phosphorescents qui émettaient une faible lueur verte, suffisant pour révéler les contours du chemin. Le guerrier à la peau ébène posa délicatement sa main sur une des parois de la grotte pour sentir la fraîcheur de celle-ci, il sentit des vibrations à travers elles, ce qui surprit le colosse. Le sol était glissant, parsemé de flaques d'eau stagnante qui dégageaient une odeur nauséabonde.

Des ruisseaux souterrains coulaient en permanence, créant un bruit de fond constant qui résonnait dans les tunnels. Alors qu'il avançait prudemment, Kalgoro entendit des bruits inquiétants dans l'obscurité, des cliquetis métalliques et des bruissements rapides. Il s'immobilisa, ses sens en alerte. Soudain, une créature émergea de l'ombre ; un Scorpion Géant. La bête était massive, ses pinces énormes claquant avec une force redoutable. Sa carapace sombre reflétait la lueur phosphorescente des murs, et son dard venimeux scintillait d'un éclat sinistre dont l’aiguillon suinté de venin. Kalgoro se prépara à l'affrontement, ses muscles tendus et prêts à agir, mais le scorpion attaqua en premier, ses pinces s'abattant avec une vitesse surprenante. Le shandia aux ailes noires esquiva de justesse en se jetant sur le sol humide, roulant sur le côté avant de se redresser en un éclair. Il saisit une pierre aiguisée et la lança avec précision, visant les yeux de la créature. La pierre heurta son objectif, provoquant un cri de douleur de la part du scorpion.

Profitant de l'instant de distraction, Kalgoro se précipita en avant, dégainant son poignard shandia pour frapper la créature avec une série de coups puissants. Chaque impact résonnait dans le tunnel, mais la carapace épaisse du scorpion absorbait la plupart des coups. Kalgoro changea de stratégie, visant les articulations plus vulnérables. Le scorpion répliqua avec férocité, son dard fouettant l'air. Kalgoro esquiva encore, se rapprochant pour trancher à la jointure des pinces et des pattes. Un craquement se fit entendre alors qu'il parvenait à briser une articulation, affaiblissant la créature.
Après un combat acharné, Kalgoro réussit à abattre le scorpion, son corps massif s'écroulant dans un fracas sourd. Essoufflé mais déterminé, il continua son chemin, sachant que d'autres dangers l'attendaient.

Plusieurs autres créatures rôdaient dans ces tunnels sombres. Des rats géants, des chauves-souris monstrueuses, et d'autres scorpions géants croisèrent son chemin. Chaque affrontement était une lutte pour la survie, testant sa force et son endurance. À chaque pas, Kalgoro sentait l'atmosphère devenir plus oppressante. Les rivières souterraines devenaient plus larges et plus tumultueuses, leurs eaux noires tourbillonnant avec une force presque surnaturelle. Des ponts de fortune, faits de bois pourri et de cordes effilochées, permettaient de traverser ces rivières, mais ils menaçaient de céder à chaque instant.

Malgré les dangers, des signes de vie humaine commencèrent à apparaître. Des campements de fortune, faits de toiles déchirées et de métal rouillé, se trouvaient éparpillés dans les recoins des tunnels. Les habitants de Nar Shadaa, des âmes perdues et brisées, observaient l’étrangé aux ailes noires avec méfiance depuis leurs abris précaires. Ces survivants étaient des parias en tout genre, des exclus de la société, ayant choisi de vivre contre, ou de pleins gré dans la pourriture et l'obscurité pour échapper aux cruautés du monde extérieur, mais ils se retrouvaient à survivre face aux atrocities des profondeurs. Ils se nourrissaient de vermine et de déchets, leurs visages émaciés témoignant de la dureté de leur existence.

Kalgoro marcha parmi eux, ses yeux scrutant chaque visage, cherchant des indices ou des informations sur Jonathan Nivel, l’anarchiste qui d’après les rumeurs se terrait dans les profondeurs de Zaun. Les regards étaient fuyants, certains remplis de curiosité, d'autres de peur ou de défi. Luttant contre la fatigue et la puanteur omniprésente, Kalgoro poursuivait son objectif avec une détermination farouche. Chaque rencontre avec la faune dangereuse de Nar Shadaa renforçait sa résolution. Il savait que l’homme qu’il recherchait pouvait être quelque part dans ces tunnels, et il était prêt à affronter tous les obstacles pour le retrouver.

Son cœur battait avec une intensité croissante, alimenté par l'amour qu'il éprouvait pour sa famille disparut et la perpétuelle colère qui le consumait de ne pas avoir été capable de les protéger. Les ombres de Nar Shadaa semblaient se refermer sur lui, mais Kalgoro avançait, invincible dans sa quête. Guidé par un instinct infaillible et une volonté de fer, le shandia approchait de ce qui semblait être le cœur de Nar Shadaa. L’environnement devenait de plus en plus âpre, la lumière de plus en plus faible, mais il sentait qu'il était proche de son objectif. Sa respiration était lourde, chaque pas une épreuve contre l'oppression de l'environnement. Mais il savait qu'il ne pouvait pas s'arrêter, qu'il ne devait pas s'arrêter pour retrouver cet homme capable de lui fabriquer une véritable bombe artisanale. Chaque créature vaincue, chaque tunnel traversé le rapprochait un peu plus de sa famille. Kalgoro était prêt à affronter les horreurs des profondeurs de Zaun et de Nar Shadaa, déterminé à briser les chaînes de l'oppression et à retrouver ceux qu'il aimait. Le véritable test de sa force et de sa détermination ne faisait que commencer.

Code by Laxy Dunbar
  • https://www.onepiece-requiem.net/t27969-ft-de-kalgoro