-21%
Le deal à ne pas rater :
LEGO® Icons 10329 Les Plantes Miniatures, Collection Botanique
39.59 € 49.99 €
Voir le deal

[Île du Shuriken ] La chute d'une étoile

Après maintenant plusieurs jours passé en mer, Shoma avait été recueillit dans une maison au combien étrange. Non pas que ce qui s'y passait était louche, mais simplement que le style de la maison en elle-même était assez ancien. Cela ressemblait étrangement à des maisons restées figé dans le temps à l'époque Sengoku au Japon. Très féodale, très typique d'un temps au combien fini. Comment était-il arriver sur ce lit doux et chaud, il ne l'avait apprit que la veille.

Il avait été trouvé par la jeune fille d'un berger. C'était en jouant avec son chien, que la petite fille avait trouvé un petit navire de pêche le long des côtes. Curieuse, elle monta à l'intérieur et y découvrit l'homme à moitié mort. Ne pas manger durant 24h était assez pour mettre le pirate sur le banc de touche. En voyant un corps allongé et qui ne bougeait plus, qui plus est avec un masque étrange, elle se mit à crier et pris ses jambes à son coup. Ce n'était que plus tard qu'elle décida de revenir avec son père afin de lui prouver qu'elle avait effectivement vu un fantôme sur un navire échoué. Le fantôme, c'était lui. L'histoire en elle-même était drôle. Lui un fantôme ? Non, un zombie à la rigueur, pourquoi pas, mais il n'avait rien d'un fantôme. Il faudrait bien plus pour le tuer.

Reconnaissant du geste fort bien gentil, Shoma ne savait pas comment les remercier. Il n'avait rien si ce n'est son arme et faire un tel cadeau n'était même pas envisageable. Il ne le savait pas, mais l'homme lui avait sauvé la vie sans rien attendre en retour. Il lui expliqua que c'était son devoir d'homme responsable de venir en aide à son prochain. C'était vraiment un homme bien. Les jours qui suivirent, il fut nourrit et loger. Il dormait dans la grange, mais c'était déjà mieux que rien. Le troisième jours, il remercia le berger pour ce qu'il avait fait pour lui et décida de repartir d'où il était venu. L'homme en question lui recommanda la plus grande prudence.

Cette île était très particulière et les étrangers qui y accostent doivent faire très attentions surtout depuis quelques temps. Shoma lui demanda quelques explications sur la situation. Visiblement sur cette île, il y avait un système de classe très bien établie depuis des générations qui était depuis peu remis en cause par le gouvernement mondial, ce qui provoque un état de trouble. Cette situation aiguisait la curiosité du pirate. Il voulait en savoir plus sur cette île, sur ce qui se passait. Cela semblait très intéressant et encore plus s'il pouvait y glisser son petit grain de sel.

Le sujet n'était visiblement pas tabou. L'île du Shuriken, de son nom, était autrefois dirigé par de puissants clans ninja très connu. Ils étaient au nombre de trois. Trois clans ninja pour diriger les six villes de l'île. Mais la puissance et l'influence des clans étaient sur le déclin et le gouvernement mondial à décider depuis peu de lancer une campagne de contrôle de l'île. Ce qui attisait la colère des derniers représentants des autorités locales. Le nerf de la guerre était apparemment une nouvelle base de la marine qui n'allait pas tarder à être enfin opérationnelle.

La marine, Shoma en avait un pu raz-le-bol de ce mot. Il ne tombait jamais sur d'autre méchant que la marine. Elle était partout, partout où personne ne voulait d'elle. L'homme lui conseilla de quitter au plus vite l'île s'il ne voulait pas être pris dans un conflit auquel il n'appartenait pas. C'était un bon conseil, mais Shoma aimait bien se mêler des affaires des autres. De plus il n'avait jamais vu de ninja de sa vie et aimerait bien en voir un. Pourquoi ne pas en faire entrer un où une à ses ordres s'ils avaient assez de force pour combattre ouvertement la marine. Cela pourrait être intéressant.

La ville de toutes les tentions se trouvaient au sud de sa position. À dos de cheval, il mettrait moins d'une heure pour l'atteindre. S'il voulait pouvoir assister à ce petit conflit, il devait s'y rendre. Le berger lui dit également de faire très attention. S'il ne l'avait pas trouvé dans un navire de pêche, il aurait pensé qu'il appartenait à l'un des clans ninja et si lui aurait cru cela, sans doute que la marine aurait pensé pareil et au lieu de le sauver l'aurait pris pour cible. Le message était clair. S'il ne montrait pas pattes blanches, il serait également sur la sélect.

Sur ces dernières paroles, Shoma se mit en route pour la ville de tous les dangers. Il n'était pas à dos de cheval, mais à pied. Heure d'arrivé, environs trois heures. Heure avant début du plant je me mèle de tous, trois heures.

*Des ninjas hummm, pourquoi pas*


Dernière édition par Mantle Shoma le Mer 1 Fév - 23:55, édité 4 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
Tandis que le sous-lieutenant Dark Showl lisait tranquillement un livre traitant de la médecine, le navire voguait vers sa prochaine destination. mais quelle était-elle ? Apparemment, sa prochaine mission avait lieu sur une île de South Blue nommée Shuriken, certainement en l'honneur des clans ninjas qui y faisaient régner l'ordre d'une manière que le Gouvernement Mondial n'approuvait pas. C'était d'ailleurs le motif même de ce voyage. En effet, on l'avait mandaté pour accomplir une tâche consistant à retrouver une certaine ninja et à l'emmener de gré ou de force dans la prison la plus proche. La chose, en soi, ne semblait pas particulièrement compliqué. Des informations qu'on lui avait transmis, l'officier dégagea que cette future prisonnière était chef d'un clan de ninja, ce qui signifiait que la difficulté allait être de l'approcher plutôt que de la capturer. mais qu'importe, ce n'était pas ce genre de détail qui l'effrayait et encore moins le faisait partir. Lui appréciait grandement l'action et le fait de punir les hors-la-loi en tout genre, alors ce travail était une aubaine. Tout ce qui manquait était son luxe et ses splendides demeures qui n'étaient, hélas, pas sur sa route. Quel dommage.

Le marin devait donc se contenter de l'effroyable qualité de ce rafiot sur lequel on l'avait mis au lieu d'une de ses villas de campagne dans lesquelles son occupation journalière était de jouer au golf en solo ou avec une personnalité importante de la ville. Ces deux logements étaient incomparables tant au niveau de la qualité que de la splendeur. Hélas, c'était sur ce ramassis de planches de bois en décomposition que sa croisière avait lieu et en changer était impossible des les circonstances actuelles. Qui plus est, apercevant au loin le port de l'île après plusieurs jours de voyage, cette traversée touchait enfin à son terme. Le voilà sauvé de ces immondices jusqu'à l'accomplissement de l'ordre. Quel bonheur que de ne plus voir ces monstruosités pendant quelques temps. Après avoir posé pied à terre, le noble se dirigea immédiatement vers la base marine de l'endroit afin de prendre connaissance de son logement et d'être informé des dernières actualités. Là-bas, l'homme aux cheveux noir de jais ne fit que dire au colonel de la base qu'il venait d'arriver et lui demanda de lui faire le point de la situation. Son interlocuteur lui souhaita la bienvenu avant d'accéder à sa requête et de finalement lui dire sur un ton sérieux que tout ce régiment se tenait à son entière disposition pour l'aider au mieux dans sa tâche. Ces quelques politesses passées, l'héritier des Dark quitta les quartiers et alla en ville.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2030-fiche-de-dark-showl
  • https://www.onepiece-requiem.net/t1441-dark-showl-termine
Fujiko soupirait de lassitude sur son petit bateau qui dérivait vers une île de South Blue, elle n'y allait pas pour prendre des vacances mais on l'avait plutôt envoyé sur cette île dont le nom était "Shuriken". On l'avait nommé ainsi dû aux clans de ninja qui la dirigeaient d'une façon dont le gouvernement n'appréciait pas. La jeune CP9 avait pour mission d'aider les marines à capturer une jeune ninja qui semblait être une des chefs afin de l'emmener en prison. Elle savait passer inaperçu ce qui serait sans doute utile pour capturer un tel personnage même si l'espionne ne comptait pas non plus s'occuper de son arrestation directement. Elle laisserai ce travail aux gentils marines qu'ils étaient de surcroit ils étaient là pour cela. La jeune fille aux cheveux violette était néanmoins intrigué que des ninjas pouvaient exister enfin elle en avait entendu parler dans des ouvrages mais cela était la première fois qu'elle en entendait parler.

Cela faisait plusieurs jours la jeune espionne naviguait pour rejoindre l'île et malheureusement elle avait fini les livres qu'elle avait amené avec elle pour se documenter sur cette île. Il n'y avait pas beaucoup d'information sur cette île et ses habitants à part que cela faisait depuis très longtemps que les ninjas faisait régner l'ordre cependant ils commençaient à se faire rare, actuellement ils se trouvaient être réduit à trois mais il fallait être prudent car personne n'avait encore osé rien dire jusqu’à maintenant. Elle se demandait pourquoi le gouvernement intervenait seulement maintenant mais elle ne le saurait sans doute jamais. Elle vit le port de l'île contente d'arriver enfin à destination. Une fois à terre, Fujiko visitait la ville mais pas pour faire du tourisme mais pour glaner des informations par-ci par-là mais rien en ce qui concernait sa mission était le sujet des conversations des passants. Deux bonnes heures passèrent à vagabonder dans les rues, décida donc d'aller à la base des marines. La CP9 trouva l'endroit qu'elle cherchait et demanda au chef de la base quel était la marine qui devait s'occuper de la capture de la ninja. Il hocha la tête en lui affirmant que c'était un sous-lieutenant dénommé Dark Showl qui s'en occupait en ajoutant qu'il était partit en ville. La jeune femme le remercia et reprit sa route après que le colonel lui expliquait des choses qu'elle savait plus ou moins.

Elle se mit à la recherche de ce sous-lieutenant mécontente de devoir courir après un homme heureusement il devait être sans doute reconnaissant grâce à son uniforme enfin s'il en portait un car certain marine n'en avait pas. Alors qu'elle regardait dans tout les cotés, elle aperçut un homme aux cheveux qui avait un costume, il ne passait pas inaperçu car il ne portait pas les mêmes vêtements que les habitants où sinon c'était un excentrique qui voulait se démarquer des autres. Elle se mit donc à courir après lui en l'interpelant espérant que c'était l'homme qu'elle cherchait car elle devait vraiment parler au sous-lieutenant.
    Alors qu'il marchait en direction de la sortie du village, Shoma vit une petite étable. Petit regard à gauche, petit regard à droite. Personne en vue. Il poussa la porte de l'étable, mit un pied, regarda autour de lui, il n'y avait personne. Dans les box, des chevaux, trois, non quatre. De très belle créature. Alors qu'il pénétra entièrement dans l'établissement, un jeune homme arriva. Il était vêtu comme un paysan et son odeur corporelle se fondait avec celle des bêtes. L'homme lui demanda l'objet de sa visite, Shoma lui répondis qu'il était à la recherche d'une monture pour le conduire à destination. Le garçon avait du mal à se fier à lui. Un homme avec un masque qui s'infiltrait dans une étable sans même s'annoncer, c'était quand même un peu étrange.

    Shoma fit quelques pas dans sa direction et lui montra le cheval qu'il voulait. Il l'avait vu en entrant. La bête était splendide. D'un pelage si blanc que l'on penserait qu'il s'agissait d'une créature magique. Le garçon refusa, il ne pouvait vendre le cheval sans l'accord de son chef. Shoma sentait qu'il n'allait pas avancer dans cette affaire s'il devait passer par les étapes légales et loyal en terme de négociation et vente de marchandises.

    Son ombre se glissa dans un tas de foin et passa derrière le brave homme. L'ombre sortit d'un tas de foin près du garçon et lui sauta dessus. L'affaire fut bouclée en quelques secondes. Inconscient sur le sol, il allait rester sagement allonger durant un long moment, assez pour laisser tout le temps au pirate de voler un cheval et se faire la malle. Maintenant seul, il attrapa une selle et vola un cheval. Maintenant il était fin prêt à rencontrer ces fameux ninjas qui osent se battre ouvertement contre la marine.

    La route qui conduisait à sa destination était longue et très ennuyante. Pas le moindre action. Au bout d'une heure, il stoppa son avancer pour se rafraichir et donner un peu d'eau à sa monture. Elle le méritait bien après avoir parcouru autant de distance. Elle le méritait bien après avoir parcouru autant de distance. Au terme de cette pause bien mériter, il monta à cheval et continua son parcours.

    En chemin, il croisa un petit convoi qui quittait la ville et se dirigeait en direction du village où il avait volé sa monture. Dans la charrette, une femme, un vieil homme et deux petits garçons. Les deux se stoppèrent afin d'échanger un peu. Le vieil homme et la jeune femme le questionna sur sa destination finale et vice-versa. Shoma leur avoua qu'il était très intrigué sur les évènements qui frappaient leur île. Le vieil homme prit la parole et lui le mit à son tour en garde.

    La ville n'était plus un havre de paix. Le gouvernement mondial n'admettait pas le pouvoir et la domination des clans ninja, c'est pour cela qu'ils étaient en constante diminution. La guerre entre le gouvernement mondial et les ninjà n'étaient pas nouveaux. Elle était aussi vieille que le monde. La marine était autrefois sur l'île en maître, mais un jour, profitant d'un moment de faiblesse, les clans s'unirent et lancèrent l'offensive sur tout ce qui avait un lien avec les étrangers. Le résultat fut la victoire des ninja et leur domination.

    Comme bon nombre de légende le racontent, les ninja sont des personnes très difficiles à trouver et même pour les habitants de l'île, en apercevoir un est un miracle. Ils sont discret et aussi rapide que le vent, voilà pourquoi la marine n'arrivait pas à les trouver, mais depuis, peu, ils envoyaient de plus en plus d'hommes dans le but d'ériger une base, comme s'il était en possession d'information leur permettant de faire tomber les ninjas.

    L'histoire que venait de lui raconter le vieil homme était une précieuse source d'information pour le pirate. Dans cette histoire, partait de zéro. Ce n'était que des informations sans valeurs, mais pour une personne comme lui qui était étranger au conflit et aux mœurs de l'île c'était assez pour ce faire une idée de la situation. Shoma quitta la petite famille en leur jurant qu'il allait faire très attention à lui. Le vieil homme regarda l'étranger partir avant de dire à la jeune femme de poursuivre leur route.

    Une heure et demie après, Shoma vit le début de son aventure toucher à sa fin. Au loin, d'importante maisons alignées les uns près des autres, avec un style identique que le précédent village. Au-dessus de toute, ces maisons, une tour s'élevait. Plus haute et imposante que tous, elle avait du mal à se fondre dans le décor. Dressant un pavillon aux couleurs de la marine, la tour culminait dans le ciel, montrant à tous le visage du nouveau patron.


    • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
    Après avoir quitté la base marine, l'officier parcourut la faible distance qui le séparait de la ville en prenant le temps d'admirer le paysage qui s'offrait à lui en cet instant. L'herbe était verdoyante, les pâturages comptaient de nombreux bovidés, le soleil rayonnait et illuminait le chemin, quelques oiseaux osaient s'aventurer hors de leur nid et virevoltaient dans le ciel. Cependant, si la nature, elle, semblait joyeuse, la population ne laissait transparaître que le contraire. En effet, aucun enfant n'osait s'aventurer dans la campagne, les fermiers et laboureurs semblaient invisibles et ceux en ville n'avaient guère plus de joie de vivre qu'une tombe si ce n'est que leur conditions de vie étaient supérieures. Au fond, la population était apeurée, certainement suite aux événements qui arrivaient, au lieu de s'en réjouir. Effectivement, maintenant que la marine prenait réellement part aux affaires de cette île, seule une nouvelle civilisation allait ressortir de cette guerre ouverte contre le gouvernement ninja pour le bien des citoyens. Et la machine se mettait inexorablement en marche puisqu'on l'avait envoyé pour régler une partie des soucis que le gouvernement mondial éprouvait avec ces assassins de l'ombre. Si leur vitesse et leurs techniques de camouflage étaient avancées, leur force n'était que peu impressionnante et résultait souvent d'un coup de surprise. Néanmoins, capturer vivante, obligatoirement avait précisé et souligné son supérieur, une chef de clan n'allait pas être chose aisée puisque rien ne lui indiquait où elle pouvait bien se cacher. Jouer finement était donc de mise afin de mener à bien cette tâche qu'on lui avait confiée. Même si son esprit n'avait pas encore élaboré une stratégie infaillible, le noble n'envisageait pas la défaite. rester optimiste en tout circonstance était l'une de ses devises, due à son intelligence hors du commun qui lui permettait toujours de se sortir de situations délicates quelles qu'elles fussent.

    C'est en pensant à ces choses-là qu'il arriva en ville. Une assez petite bourgade, en fait. L'essor économique ne paraissait pas être le fort du gouvernement actuel. Ce n'était pas étonnant de la part de ces barbares. Évidemment, hormis leurs arts secrets, ces gens-là ne connaissaient rien des techniques évoluées, de l'essor démographique et des arts modernes. En comparaison avec le GM, ces marginaux passaient pour de vulgaires révolutionnaires bons à éliminer pour que règne la loi proclamée par le conseil des cinq étoiles. Ces gens qui se cachaient de tout un chacun avaient des siècles de retard sur le monde entier et rien ne leur permettrait de rattraper ce retard. Ainsi, une dernière possibilité persistait : les exterminer, tous, sans distinction hormis les dirigeants de ces groupes qui purgeraient une peine perpétuelle en prison. Et lui était celui qui rendrait possible le projet. Lui, qui dénué de tout sentiment, accomplit ses missions sans jamais craindre la mort ou l'échec. C'était une sorte de machine à tuer ou plus exactement une machine à faire respecter sa propre Justice. Oui, la sienne et non celle de la marine. L'homme aux cheveux noir de jais n'était pas du genre à se laisser dicter sa conduite par qui que ce soit. Il n'oeuvrait que pour lui-même. Tout en marchant dans les rues, son regard s'attardait sur certaines échoppes jusqu'à ce que quelqu'un l'interpelle. Tandis que le sous-lieutenant se retournait, son cerveau tentait en vain d'assimiler la voix entendue à un visage bien connu. Qui cela pouvait-il bien être et que lui voulait cette personne ? Ce sont les questions que l'héritier des Dark se posa avant de demander à la jeune femme lui faisant face le motif de cet appel, pour le moins, incongru.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2030-fiche-de-dark-showl
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1441-dark-showl-termine
    Avant d'entrer en ville, Shoma laissa sa monture ce repaître d'herbe verte. Il n'avait plus besoin de lui. Il l'avait rendu un grand service en le conduisant jusqu'ici, maintenant il était libre de faire de qu'il voulait. Il avait gagné sa liberté. Sans doute ne savait-elle pas ce que signifiait ce mot.

    Shoma entra en ville sans son masque, il ne voulait pas attirer l'attention sur lui, il y avait déjà un climat tendu dans cette ville, alors être pris pour cible par l'un des groupes, non merci. Quelques habitants étaient dehors, des vieux assis sur un banc, sans doute en train de se raconter leur histoire passer, leurs aventures, leurs conquêtes féminines voir leur misère de couple. Ils étaient comme cela les vieux. Toujours à parler, toujours à repenser à l'époque où ils avaient la force de la jeunesse. Maintenant tout ceci n'était plus que de l'hisoire ancienne pour eux. Un lointain vestige du passer.

    Ce qui était bien avec eux, c'était qu'ils aimaient bien parler. Ils aimaient être écouté, en gros, ils étaient des sources de savoir, des sources d'informations. Informations qui pouvaient être plus où moins utile à un homme qui tentait de se faire une idée de ce qui se passait ici et plus il aurait d'information et mieux il pourra trouver ses repères et ainsi encore mieux participer au chaos local.

    Shoma approcha le petit groupe d'ancêtre et leur demanda avec politesse s'il pouvait se joindre à eux. C'était inhabituel, jamais un jeune homme comme lui ne venait prendre part à leur passe-temps quotidien, mais c'était une bonne chose que la jeunesse cherche à en savoir plus sur leur ainé et c'est avec plaisir qu'ils firent de Shoma un membre à part entier de leur groupe. Les vingt premières minutes n'étaient qu'une longue et ennuyante comparaison des femmes de leur temps et des petites jeunettes d'aujourd'hui.

    Pour des vieux, ils avaient quand même gardé des esprits assez jeunes, dans le sens, où ils étaient toujours partant pour aller regarder l'herbe dans un autre pré quand l'occasion se présente. Comme on dit, quand le chat n'est pas là, les souris dansent. Un autre raconta que dernièrement, il avait rencontré une femme, du même âge que lui. La femme l'avait rencontré au marché et elle l'invita chez elle, mais il n'y était pas allé, car il avait peur des représailles de sa femme et à ce moment-la, les autres le huèrent telle une personne qui venait de foirer un très bon spectacle. Shoma riait à l'occasion, ils étaient quand même drôles, même si leur discussion n'était pas ce dont il voulait parler.

    Le tour du pirate arriva. Ils voulaient en savoir plus sur lui. Il était jeune, il avait certainement beaucoup d'histoire de femmes à leur raconter. Ils en avaient déjà l'eau à la bouche. A croire qu'il allait leur service un bon repas. Ce qu'ils ne savaient pas, c'était que Shoma n'avaient encore jamais eu de vrais copines, du moins dans le sens qu'ils pensaient. Il n'avait jaimais fait quoi que ce soit dans ce domaine, il était encore moins expérimenter qu'un jeune de treize ans et encore.

    Ne sachant pas quoi dire, car inventer un mensonge sur quelques choses dont on ne connait rien, n'est pas chose facile, il mit sa main derrière sa tête, baissa un peu la tête avant de leur avouer qu'il n'y connaissait rien en la matière. Tous les grands-pères tombèrent sur le sol. Cette vérité était difficile à entendre et très décevante pour le groupe du troisième âge. L'un deux frappa même le pirate sur la tête pour leur avoir fait espérer quelques détails sur une histoire érotique. Un petit pervers celui-ci.

    Shoma ne mentait pas et afin de remédier à cela, ils lui donnèrent quelques conseils, car s'ils ne faisaient rien, la jeunesse était fichue. De leur temps, ces choses-là s'apprenaient toutes seuls. Mais où va le monde.

    Alors qu'ils allaient commencer à lui parler de la sexualité, plusieurs ombres passèrent. C'était un mouvement très rapide et seul une petite brise de vent indiquait que quelqu'un, quelque chose venait de passer. Shoma remarqua des ombres fines et rapides glisser sur le sol, mais ne savait pas d'où cela provenait. L'action était passé trop rapidement. Quelques feuilles jaunes tombèrent sur le sol et les vieux se stoppèrent. Ils se levèrent et recommanda au jeune homme de faire de même. Shoma ne comprenait pas ce qui venait de se passer ni pourquoi ils partaient, mais une chose était certaine, le ton employer par l'ancêtre était assez sec. Quelques choses allaient se passer et ils savaient que le moment n'était plus à la discussion.


    "Tu n'est pas d'ici n'est-ce pas ?"

    "Pourquoi cela ?"

    "Car tous les habitants de l'île savent que le vent les précèdes.
    La petite brise de vent, c'était eux."


    "Mais eux.. eux ?"

    "Les maîtres de l'île les ninjas, mon ami... les ninjas."


    Rejoindre le groupe de vieux ne lui avait rien appris de nouveaux, mais au moins, il savait que ceux qu'il cherchait venait d'entrer en scène. Maintenant il n'avait plus qu'à suivre le vent et voir où cela le menait.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
    Que pouvait donc bien lui vouloir cette personne qui semblait si pressée de déballer tout ce qu'elle avait à dire ? Demandant le pourquoi de cette interpellation, celle-ci lui répondit, après avoir repris un rythme de respiration normal au lieu de son souffle saccadé et ténu, qu'elle était l'informatrice chargée de lui apporter toutes les informations nécessaires à l'accomplissement de la mission. Elle se présenta alors, tout en se gardant de dévoiler son identité exacte, puis, d'un geste vif, sortit d'une poche de sa veste plusieurs documents qu'elles transmit au marin en lui apprenant par la même occasion que tout ce trouvait imprimé dessus. Ceci fait, la jeune femme, avant de s'en aller, précisa que brûler les feuilles après les avoir lues était obligatoire afin de conserver afin d'en conserver le caractère important et d'éviter que cela ne tombe entre des mains mal-intentionnées. Décidément, cette rencontre n'avait pas été bien longue. C'en était même à se demander si son interlocutrice ne connaissait pas parfaitement son discours pour que cela soit aussi bref et paraisse aussi peu naturel. Mais, dans l'absolu, cela était égal au noble. Tant que les papiers contenaient ce qu'on lui avait promis, le reste était insignifiant à ses yeux. Et tout en regardant l'agent du gouvernement s'éloigner, l'homme se mit en quête d'un endroit discret où pouvoir tranquillement lire ce qu'on lui avait apporté. La rue le laissait trop à découvert, mieux valait donc s'engouffrer dans des ruelles adjacentes plutôt que de rester là où nombre de gens pourraient être pris d'une curiosité abondante pour ce que tenait l'élite dans sa main gauche.Après s'être mis à l'abri des regards indiscrets, le marin lut avec attention les quelques documents et retint ce qu'ils contenaient avant de se conformer à ce que la dame lui avait dit, c'est à dire de brûler les papiers après avoir pris connaissance des informations. Cela fait, l'escrimeur retourna dans la rue principale.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2030-fiche-de-dark-showl
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1441-dark-showl-termine
    Shoma progressait dans la ville certain de suivre le bon filon. Suivre le vent, suivre le vent. Si les vieux lui disaient la vérité, alors suivre la brise devait le mener sur cette bande de ninja qui défiaient la marine. Au bout d'une longue course, Shoma tomba dans une impasse. Visiblement, suivre le vent n'était pas aussi facile à faire qu'à dire. Ils avaient sans doute beaucoup de vécu en ce qui concerne les mœurs et coutumes de leur île, mais quand il s'agit de pister des personnes, ces vieux débris n'étaient plus d'aucune utilité. Devant le mur qui lui indiquait clairement qu'il avait fait fausse route, Shoma se demandait ce qui avait bien pu lui passer par la tête pour boire la parole de ces inconnus comme de l'eau bénite.

    Bon visiblement, il ne suivait pas la bonne route. Si les ninja étaient présents, alors il devait rejoindre le seul endroit où ils pourraient apparaitre. Si cette nouvelle tour de la marine causait la colère des anciens maîtres, alors s'il s'y rendait il aurait plus de chance de les croiser. Alors qu'il se tournait afin de rebrousser chemin, Shoma se sentit épier, comme si des dizaines de regard venaient de le prendre pour cible. Cette mauvaise impression était de plus en plus pesante, à croire qu'il venait d'être découvert. Il avait beau chercher, il n'arrivait pas à trouver d'où pouvait provenir cette sensation.

    Dans la ruelle, il n'y avait personne, même les fenêtres des maisons étaient complètement fermées, ce qui signifiait que ce n'était pas des civils qui l'épiaient, mais bien des personnes dissimulées quelques parts. Ne voulant pas paraître fou et à parler seul, Shoma ferma les yeux et se pinça la peau assez fort pour se réveiller. Pour les autres, ça marche, alors pourquoi pas pour lui également. En rouvrant ses yeux, plus rien. Il n'avait plus la mauvaise impression d'être observé comme un raz de laboratoire. Sur le coup, comme il ne pouvait expliquer ce que venait de se passer, il pensa qu'il s'agissait du surmenage. Depuis qu'il avait pris la mer, il n'avait pas arrêté d'accumuler des situations de stress, de combat. Cela à du sans doute lui monter à la tête, une sorte de début de psychose où ce genre de symptôme chronique.

    Au même moment, alors que le jeune pirate s'occupait de sa santé, une bande de dix ninja quittèrent leur planque d'observation où ils avaient pris en chasse le jeune homme masqué. Il était fort étrange et à bien des moments des demandes de confirmation à son égard fusèrent dans la direction de la jeune femme du groupe qui semblait être le leader du groupe. Pour une raison qu'elle ignorait elle-même, elle ordonna à ses hommes ne pas tuer ce dernier. Dix, dix fois, c'était le nombre de fois qu'elle aurait pu lancer ses hommes dans un assaut collectif afin de lui prendre la vie. Leur objectif depuis le départ était la marine, alors même s'ils trouvaient une personne aux allures étranges, comme cet homme qui ce balade dans les rues dans un accoutrement venu d'ailleurs et un masque au beau milieu du visage, ils ne devaient se concentrer que sur leur unique objectif.

    Après plusieurs minutes à se reposer Shoma était de nouveau prêt à s'aventurer dans cette ville de fou. Afin d'y voir plus clair, Shoma s'aida de son ombre afin de grimper sur le toit d'une maison. Ce poster au-dessus de ce genre de bâtisse n'était pas très facile, mais une fois en hauteur, il y voyait mieux. La ville était un gros labyrinthe et presque tous les trois ou quatre intersections, il y avait un cul de sac. Comment une telle ville pouvait avoir vu le jour. Comment les habitants de cette ville faisaient pour ne pas s'y perdre. A croire qu'ils utilisent un plan à chaque fois qu'ils veulent aller faire un tour dehors.

    Pour ne pas se perdre, Shoma décida d'évoluer à travers la ville depuis les toits. Au moins, il n'allait pas se perdre. La tour que la marine venait de construire était droit devant. Vingt minutes, douze tuiles, cinq cordes à linge coupé et deux petites blessures sur le corps, c'est tout ce que lui avait coûté cette traverser de la ville sauvage. Au final il était bien content d'avoir réussi un tel challenge. Il n'était plus qu'à une bonne centaine de mètre seulement de la tour, qu'il pouvait y voir toute l'agitation de ces petits représentants de l'ordre en contre-bas.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
    A peine se fut-il à nouveau mêlé à la foule indistincte présente qu'un envie d'aller au bout de l'affaire l'obligeait à accélérer le pas. Ce faisant, le marin traversa la rue sans détourner le regard de sa destination : un ancien quartier industriel. Autour de lui, les gens vaquaient à leurs plaisirs quotidiens et se laissaient aller. Certains semblaient regarder les vitrines de boutiques tandis que d'autres discutaient simplement avec leurs proches tout en se baladant. Pour sa part, ce qui l'amenait ici était tout sauf un moyen de profité de l'oisiveté. On l'avait expressément dépêché pour régler une certaine chose et non pour prendre des vacances. D'ailleurs, prendre des congés était loin d'être une habitude pour l'élite. Tout ce qui ne permettait de lutter contre les malfrats était superflu selon lui. Ainsi, avec une pareille mentalité, même un voyage en bateau paraissait être un calvaire. Quand bien même une pile d'ouvrages n'attendait que lui pour dévoiler leur contenu. Arrivé sur les lieux après quelques minutes de marche, l'escrimeur observa les environs pour une petite séance de repérage diurne. Apparemment, d'une difficulté très simple au vu du temps record que cette étape avait duré. Dans le coin le plus reculé se dressait une sorte d'entrepôt d'une taille assez modeste et entouré par des bâtiments dont l'utilité semblait encore à démontrer. Du tout se dégageait une aura sombre qui rendait l'endroit lugubre et peu enclin aux visites touristiques. Que pouvait-il bien être venu faire dans un pareil dépotoir ? Qu’est-ce qui pouvait à ce point l’intéresser en ces lieux ? A vrai dire, rien de bien particulier si ce n’est de découvrir ce que peut bien renfermer ces vestiges du temps passé. Pour ce faire, la meilleure solution consistait évidemment à se rapprocher de manière à clairement pouvoir identifier chaque particule de pierre. Et ce faisant, un bruissement anormal de l’air éveilla sa curiosité alors que le premier pas venait d’être fait. Pourquoi un mouvement d’air lui paraissait-il suspect ? Certainement à cause du kunaï posé sur sa gorge et dont le détenteur n’allait pas tarder à se servir. De toute évidence, son informatrice avait vue juste. Cet endroit était bel et bien un repère de ses cibles. Cela vérifié, la traque pouvait réellement commencer. Et pour entamer une palpitante aventure, rien de tel que de corriger l’éducation qu’avait reçu l’indésirable ainsi que celle de ses potentiels complices. Nullement impressionné par l’arme appuyée sur sa trachée, le marin se contenta de demander au ninja si celui-ci avait déjà vu la mort en face. Son agresseur, intrigué par cette question, baissa momentanément sa garde. Une chose à ne pas faire. D’un geste vif, l’épéiste dégaina alors sa lame et trancha avec la gorge de son ennemi. A quoi bon menacer quelqu’un si ce n’est pour mettre ses menaces à exécution ? La vie ayant quitté le corps du criminel, de nouvelles âmes à faucher apparurent. D’où leur venait donc cette irrésistible envie de périr plus tôt que prévu ? Soit, si les cinq arrivants souhaitaient engager le combat, l’héritier des Dark n’avait d’autres choix que de répliquer par une offensive massive. Et dans ce style, il était fort difficile de le surpasser. D’autant plus pour quelques sbires sans importance et dénué de tout intérêt. C’est alors qu’un fonça sur lui, puis deux autres et enfin les derniers. Quel manque flagrant de discernement que de se diviser pour attaquer. Cela amenuisait considérablement leurs chances de victoire déjà si faibles. Le premier finit donc décapité en bonne et due forme tandis que le groupe suivant finit avec le cœur transpercé et que la troisième escouade s’en tira avec le ventre lacéré. Cinq nouveaux cadavres gisaient à terre désormais, et ce ne seront certainement pas les derniers.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2030-fiche-de-dark-showl
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1441-dark-showl-termine
    Près de la tour, les soldats de la marine se mirent en formation avant de se mettre en route. Visiblement, la guerre entre les soldats de la marine et les ninjas de cette île n'allait pas tarder à débuter. Ce que Shoma ne comprenait pas, c'était la réaction des habitants de l'île. Ils savaient qu'il y avait une menace plus ou moins grande et pourtant ils ne se sentaient pas plus que cela en danger. Les maîtres de l'île étaient-ils des êtres bons avec leur serviteur ? Dans ce cas pourquoi la marine jouait-elle le forcing pour implanter une tour et instaurer sa suprématie ? Voyant des étrangers progressé dans les rues avec des armes, les mères de famille attrapaient leur enfant et se dirigeaient vers leur maison respective. Instinct féminin ou simple peur, elles ne voulaient pas être impliqué dans un combat qui n'étaient pas le leur.

    Après seulement une centaine de mètres parcouru, un soldat de la marine tomba à terre. Shoma n'avait pas eu le temps de voir ce qui venait de se passer, mais une formation défensive de la part de la marine laissait croire qu'un homme venait d'être blessé ou de mourir. Brandissant leur fusil dans toutes les directions, les soldats tentaient de trouver le lieu où se cachait la lâche qui venait d'attaquer. Deux hommes quittèrent la formation et se mirent en route en courant en direction de la tour. L'homme tomber à terre n'était pas mort, mais une il perdait beaucoup de sang et une arme étrange se trouvait près de son estomac. Sans doute un projectile. Après avoir jeté des coups d’œil dans toutes les directions, un soldat fini par trouver le jeune capitaine pirate en haut d'un toit et le désigna à l'aide de son doigt au reste de son groupe. Groupe, qui sans même comprendre que depuis sa position, il ne pouvait pas être le responsable de cette attaque ouvrirent le feu. En quelques secondes, Shoma venait de passer du statut d'observateur à celui de cible.

    Rapide comme un homme qui ne voulait pas mourir à cause d'une erreur de jugement, Shoma réussi à passer de l'autre côté du tout et ainsi ne pas terminer son aventure ici même. Comment pouvaient-on donner des armes à des hommes incapables de garder la tête froide. Tirer à vu ne devait pas être enseigné à une bande d'idiot. La cible ayant disparu, les soldats se divisèrent en plusieurs groupes afin de boucler la ville et arrêter tous les suspect. L'ordre avait été donné de faire de cette ville un lieu sécurisé. La tolérance 0 était de mise. La marine avait décidé de mettre aujourd'hui même fin au contrôle des ninjas sur cette ville et à plus grande échelle sur toute l'île.

    Alors qu'il descendait en bas de la maison où il se trouvait, plusieurs ombres rapides firent leur apparition avant de disparaitre aussitôt. Comme un signale d'alerte, le bruit sourd d'une explosion retentit à travers la ville. Avec elle de nombreux cris. Ne voulant pas rater le spectacle, Shoma contrairement au commun des mortels qui couraient dans le sens contraire du danger, se mit en route vers la tour. A peine venait-il de parcourir une centaine de pas dans la direction voulue, qu'il tomba sur une bande de marin en prise avec des personnes visiblement rapide et très bien organisé. L'armée de l'ombre venait de prendre un petit groupe de dix soldats de la marine à part. Supérieur en nombre, les ninjas avait réussi à les encerclé et en profitait pour lancer une vague de projectile sur les soldats n'ayant rien pour contrer ces objets tombaient au sol. Le nombre était une donnée importante afin de prendre un adversaire par surprise, mais les armes qu'utilisaient la marine étaient bien plus efficaces que de simple couteaux de lancer et alors qu'une lame ne tue pas directement si elle ne touche pas un point vital, une balle de fusil était bien plus néfaste et pouvait mettre à terre le plus costaux des hommes.

    Après un court avantage, la victoire changea de camps. Une pluie de plomb fit tomber bon nombre des ninjas sur le sol, voyant cela les survivants jetèrent tous des fumigènes avec de prendre la fuite. Un bon moyen de rester en vie que de penser à se replier, surtout qu'un autre groupe de soldat était en chemin afin de prêter main forte à leur camarade. Seul dans la rue, Shoma passa une fois de plus pour un ennemi et du se servir de son ombre comme moyen de diversion. Une bonne protection pendant qu'il se mit à courir cette fois-ci dans le sens inverse. Contre une trentaine de soldats, même lui n'allait pas faire long feu. L'option de la survie était toujours la meilleure option du monde. Alors qu'il prenait ses jambes à son coup, Shoma entendit le cri d'une jeune femme qui provenait d'une direction pas très loin de la sienne. Ne se trouvant pas en direction de la tour et donc des soldats qui le poursuivaient sans relâche, il décida de s'y rendre et de voir la raison pour laquelle cette femme avait poussé pareil cri d'effroi.

    Après un chemin étroit et plusieurs intersections, Shoma tomba sur une jeune femme qui se retourna et préféra partir que de rester sur place. Elle ne semblait pas dans son élément et pour cause, au loin plusieurs hommes venaient de trouver la mort. Afin de ne pas se faire remarquer par celui qui était les bourreaux de ces personnes, Shoma se colla contre le mur d'une maison et observait la scène d'un œil attentif. Sur le sol, les hommes étaient habillés comme des ninjas, mais avaient d'autre couleur, comme s'ils n'appartenaient pas au même clan où à la même famille. Le survivant de ce carnage était sans aucun doute un homme d'un niveau supérieur, car de ce qu'il avait pu voir du mode d'attaque que pratiquait ses shinobis, ils étaient assez synchronisé et habile. Qui pouvait bien être cet homme aux cheveux noir. S'il voulait le savoir, il allait devoir rester en retrait et observer.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
    Le combat terminé, le marin ne prit pas la peine de regarder les cadavres ennemis et continua sa route jusqu’à l’entrepôt. Malgré l’embuscade, cet homme avait quand même suffisamment de courage pour aller là-bas. Qu’est-ce qui pouvait le motiver à se diriger là où d’autres ninjas devaient attendre ? Tout simplement sa conscience professionnelle. On effectue son travail sans rien omettre, point. De ce que l’informatrice lui avait donné, l’épéiste en avait retiré que ce bâtiment n’était pas anodin et cachait certainement des objets pour ces barbares. Voilà la raison de sa venue dans ce quartier sinistre et délabré. Arrivé à destination, une pancarte accrochée à la porte d’entrée attira son attention : « Keep out « . Hélas, ce n’était pas un message comme celui-là qui allait décourager l’élite. S’engouffrant dans l’ouverture laissée par la porte découpée quelques secondes plus tôt, ses yeux tentèrent de déceler quelque anormalité dans les ombres de la pièce. Apparemment, les ennemis étaient plutôt bien camouflés. Mais tout bon stratège sait que c’est lorsque quelqu’un se croit supérieur qu’il manque de prudence et dévoile sa position. Ainsi, dans cette optique l’homme aux cheveux noir de jais s’avança afin d’explorer ces lieux plongés dans une semi-pénombre. Rien de bien ennuyant pour distinguer ce qui l’entoure, mais assez contraignant dès lors que l’on souhaite effectuer une recherche précise. Comme escompté, plusieurs personnes vêtues d’étranges haillons se présentèrent à lui en formant un cercle dont il était, évidemment, le centre. Somme toute un nombreux peu conséquent, une dizaine tout au plus. Mais était-ce vraiment tout ? N’y avait-il pas des renforts embusqués comme tout à l’heure afin de bénéficier d’un effet de surprise et de pouvoir analyser ses déplacements ? C’était probable. D’ailleurs, c’est un fait avéré que ces assassins de l’ombre sont spécialisés dans les fourberies. Mieux valait donc rester constamment sur ses gardes pour éviter des blessures inutiles. Et pour ce faire, rien de tel que de préparer une offensive punitive. Fonçant sur l’adversaire devant lui, une lame ne tarda pas à transpercer le cœur du malheureux alors que ses alliés s’apprêtaient à lui venir en aide. Une réaction un peu trop lente pour qu’elle puisse être réellement efficace. Se redirigeant sur ceux qui l’approchaient, un scintillement argenté le fit stopper sa course et l’obligea à se mouvoir sur sa droite pour voir l’O.V.N.I. se ficher dans le sol meuble. Il s’en était fallu de peu. Comme ses précédentes réflexions l’avaient suggéré, d’autres se cachaient et attendait le moment propice pour décocher un projectile meurtrier sur le vertueux jeune homme. Cela s’annonçait un peu plus compliqué que prévu. Cependant, rien d’insurmontable pour un marin d’élite. Le danger de mort était chose courante pour cette section méconnue du grand public. Tandis que des kunaïs menaçaient de l’éventrer, une de ses armes parvint à se frayer un chemin parmi les ennemis pour réussir à en décapiter un. Mais une telle chose n’avait pu se produire que grâce à l’ingéniosité du sous-lieutenant qui évitait au maximum les combats de masse en tentant de les séparer. Heureusement, la tactique semblait fonctionner sur ces combattants adeptes du combat individuel de masse. Ceux-ci préféraient former des cercles plutôt que de se rassembler les uns contre les autres. Une assez mauvaise idée puisque deux des dix avaient ainsi péri. Et la suite n’augurait rien de bon. Alors que le marin était pratiquement arrivé sur son nouvel adversaire, des nouvelles attaques aériennes se firent sentir et c’est donc tout naturellement que le ninja servit de bouclier temporaire. Cependant, maintenant que le nombre de forbans au sol diminuait, une solution devait être trouvée pour ceux se tenant cachés derrière les innombrables caisses. C’est d’ailleurs en se disant cela que l’idée brillante lui vint de déplacer sa tête sur la gauche, lui permettant par la même occasion d’échapper à une mort certaine en l’échange de quelques bouts de sa chair près de son épaule gauche. Trouver une solution s’avérait donc crucial.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2030-fiche-de-dark-showl
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1441-dark-showl-termine
    Depuis sa planque, Shoma regardait attentivement le jeune homme. Il entra dans l'entrepôt qui se trouvait en face de lui sans même regarder derrière. Que cherchait-il ainsi avec tant de détermination ? Un objet, un artefact, de l'argent, en tout cas si ces cadavres sur le sol provenaient de ce lieu étrange qui sentait tout sauf la sécurité, alors il allait bientôt le découvrir. Pas vraiment décider à se salir les mains, Shoma resta contre le mur tel un espion. Alors que l'homme disparut dans le ventre de l'entrepôt, une silhouette passa au-dessus de la tête du pirate et une impression de danger le fit quitter sa planque. Son sens du danger était très développé et une jeune femme avait fait son apparition. Comme les personnes sur le sol baignant dans leur sang, cette personne portait des vêtements sombres ornés d'une étrange marque sur le front, le torse et la ceinture. La finesse de son corps, sa chevelure ainsi que sa poitrine qui ressortait à travers son vêtement, laisser à croire qu'il s'agissait d'une jeune femme. Dans ses mains, deux lames.

    Shoma avait eu de la chance d'avoir une très bonne expérience du combat et des arts de l'assassinat. S'il n'avait pas quitté sa position en effectuant une roulade avant afin de se retourner et faire face à son adversaire, il serait sans doute en train de dormir dans son propre sang. Poignarder à plusieurs reprises par un assassin qui visiblement savait y faire pour se débarrasser d'une cible. La jeune kunoichi n'avait pas assistée à la scène et pensait sans doute qu'il était responsable de ce carnage. Malheureusement pour lui, raisonner une femme en colère n'était pas dans ses capacités. Lui qui ne naviguait qu'avec des femmes savaient combien pouvait être dangereuse une femme qui voulait prendre sa vengeance. Ayant déjà fait l'expérience avec la folle Old, il savait que tenter de parler était complètement inutile, il fallait simplement lui faire comprendre par la force.

    La jeune femme s'élança dans la direction du jeune homme. Ne pouvant plus utiliser l'effet de surprise pour vaincre, elle allait utiliser toutes ses techniques de combat pour vaincre l'ennemi. Première attaque, elle utilisa des shurikens afin de le déstabiliser, mais face à un adversaire tel que Shoma, ce genre d'attaque était complètement inutile. Il sauta, évitant ainsi tous les projectiles. Ce qu'il avait qualifié d'inutile n'était qu'une feinte de la part de la jeune femme. Elle se mit ensuite à courir, puis sauta également avant de lui donner un coup de pied dans le ventre. Bingo, elle toucha sa cible, mais Shoma avait réussi à attraper son pied par la même occasion et au lieu de tomber sur le dos il utilisa le corps de la jeune femme comme tapis et tomba sur son dos. Sa technique était bonne, mais elle manquait cruellement d'expérience. Ce n'est pas au vieux singe qu'on apprend à faire la grimace

    Allonger tête contre le sol, de la poussière sur tous ses vêtements, la jeune femme venait de perdre à son propre jeu, mais elle avait de la chance. Si elle serait tombé contre cet homme, celui qui était entré dans ce bâtiment, sans doute qu'elle n'aurait pas la chance de pousser un autre souffle de respiration. En tombant, la jeune femme avait fait tomber ses armes. Shoma était un pirate sans scrupules, mais il n'avait pas pour habitude de frapper une jeune femme et encore moins quand celle-ci est loin, très loin de son niveau. En quittant son coussin, qui plus est agréablement confortable, il tourna la jeune femme et lui proposa une main afin de la relever, mais en prenant la main du pirate, la jeune femme avait une idée en tête. Une fois debout, elle le frappa au niveau de la jambe, se rua sur l'une de ses lames et l'envoya sur lui. La jeune femme était combative, elle ne baissait pas les bras, mais Shoma n'était pas un vulgaire soldat de la marine qui se laissait tuer facilement. Pour le battre, il lui faudrait au moins trois, voir quatre années de plus d'entrainement.

    Avec deux de ses doigts, il attrapa la lame et la retourna à son envoyeur. Le combat entre les protagonistes était assez ennuyeux. La femme avait beau tenter de manœuvres, elle n'y arrivait pas et au lieu d'exciter le pirate, il prenait de moins en moins de gout à éviter et contre-attaquer. Au bout de trois minutes de jeu, un petit groupe de marin arriva à leur niveau. Fusil en main, ils tirèrent sans même prévenir les deux forbans. Indésirable aux yeux de la marine, ils devaient être éliminés. La détonation résonna dans la tête de Shoma qui par réflexe, utilisa son ombre afin de se protéger. La jeune femme sans défense était une cible facile, mais grâce à son pouvoir, il réussi à lui venir également en aide. Une balle avait réussi à l'atteindre et toucher l'un de ses côtes. La jeune femme tomba sur le sol. Du sang coulait de sa blessure. Ne pouvant supporter ce genre d'acte, Shoma laissa la jeune femme dans sa bulle d'ombre, tandis qu'il se fit un passage vers l'extérieur.

    Prisonnière de l'ombre, la jeune femme était à l'abri malgré elle. Le soleil écrasant de l'île allait être le seul témoin du carnage de Shoma. Sortant son sabre, il était prêt à faire couler le sang de ses ennemis en guise de monnaie d'échange, mais nul doute que le sang de ses misérables n'était pas suffisant pour payer l'affront commis.

    Il ne lui fallut pas moins d'une minute pour mettre à terre dix soldats. Armés de fusils, ils n'étaient pas de taille face à un adversaire qui se battait au corps à corps. La lame de Shoma s'abreuva du sang de ses victimes avant de jeter leur corps sur le sol. Baignant dans la poussière, des bras, des têtes éloignées de leur corps d'origine. Les pauvres soldats étaient bel et bien mort, mais d'une bien triste manière. Leur corps mutilé, leurs membres n'étaient plus. Si le soleil pouvait regarder sans doute les aurait-il laisser fermer.

    A la fin du carnage, Shoma laissa son ombre retrouver sa véritable place avant de forcer la jeune femme de le suivre. Blesser, elle ne pouvait rien faire. Elle avait beau essayer de fuir par ses propres moyens, Shoma la porta, car, plus elle tentait de bouger et plus elle aggravait sa plaie. Une blessure par balle sur un corps aussi fragile n'était pas rien. Il était curieux de savoir ce qui se passait à l'intérieur de cet entrepôt, mais la santé de cette jeune femme était pour le moment sa priorité.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
    Le projectile avait été évité de justesse. Une seconde de plus pour bouger et c’en était fini de lui. Mais qui avait donc lancé cet outil japonais ? Regardant furtivement derrière lui, une ombre se dessina et projeta à nouveau une de ces armes de lancer. Une belle opportunité pour le marin, en soi. Alors que les quelques ninjas au sol se rapprochaient dangereusement et s’apprêtaient à passer à l’action, lui sauta en prenant une bonne impulsion puis posa son pied sur le projectile lui étant destiné et l’envoya dans la gorge d’un des forbans tout en prenant appui dessus pour se propulser vers les ténèbres mouvantes. Trois secondes plus tard, du sang coulait à flot et un corps inanimé gisait près des caisses. En bas, le shuriken fiché dans la trachée pris le souffle de vie d’un autre. Maintenant qu’il était en hauteur, s’occuper des autres également sur les caisses allait être plus évident même si cela restait quand même dangereux. Cependant, quel marin d’élite se soucie du danger ? Certainement pas le sous-lieutenant Showl. Les autres ninjas étant cachés sur les caisses suspendues au plafond, il s’avérait nécessaire de monter plus haut. Effectuant un saut mural, l’officier se retrouva bien vite près d’un nouvel ennemi qui ne l’attendait visiblement pas. Après avoir percé un nouveau cœur, le corps du perdant tomba au sol sans en écraser d’autres, hélas. Alors qu’il souhaitait passer sur la prochaine plateforme, un flux d’objets métalliques lancés vers le plafond l’en empêcha tandis que d’autres de ces étranges instruments fondaient sur lui en provenance de différentes direction. Décidément, on ne comptait le laisser tranquille. Les kunaïs parés d’une lame, les trois ennemis aériens foncèrent sur lui, arme blanche à la main. Bloquant l’assaut, le noble répliqua en leur lacérant le ventre après avoir repoussé leur attaque. La suite fut plus basique, mais tous en perdirent la tête. Malheureusement, le combat n’tait pas encore terminé et pour le lui prouver, ses adversaires en vinrent à couper les liens de la plateforme qui s’écroula alors sur le sol, emmenant l’épéiste dans sa chute rapide. Secoué par le choc, l’attaque suivante de front des ninjas ne fut contrée que difficilement et au prix d’une légère fatigue. Mieux valait en terminer désormais. Seuls cinq anti-gouvernementaux demeuraient encore vivants et par chance, ils ne formaient qu’un seul groupe homogène. Pareille occasion ne se refusait pas. Reprenant ses esprits, l’escrimeur effectua un dernier assaut rapide en dégainant ses armes, les pliant puis les dépliant à bonne distance de ses proies. L’affrontement enfin conclu et les cadavres déversant un flot de sang, l’homme aux cheveux noir de jais put passer à la phase proprement dite d’exploration des lieux. Au bout de quelques minutes de recherches, aucune trace de sa véritable cible n’eut été découverte. L’entrepôt avait donc été décontaminé en vain, quel dommage. Tout ces morts pour rien, un vrai gâchis. Convaincu que de plus amples recherches n’aboutiraient pas plus loin ici, le riche prit son den-den mushi portatif et contacta la base marine pour qu’on lui envoie un régiment de 100 soldats aux coordonnés dites durant l’appel. Ceci dit, la ligne fut coupée et l’homme en costume sortit du bâtiment et se dirigea vers la lumière des rues principales où aucun massacre n’était perpétré. Si la dirigeante ne se trouvait dans cet endroit, elle ne pouvait être qu’au deuxième vers lequel il se dirigeait.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2030-fiche-de-dark-showl
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1441-dark-showl-termine
    Plus le temps passait et plus la blessure de cette kunoichi s'aggravait. La jeune femme avait de bonnes aptitudes aux combats, bien que son niveau n'était pas très élevé, mais la laisser mourir, alors qu'elle faisait partie d'une petite troupe qui, comme lui, combattait la marine. Shoma était un médecin, un très bon médecin et quand il n'était pas en train de courir après des trésors ou à tuer quelques-uns de ses adversaires, il n'oubliait pas qu'il avait fait un certain serment, un serment qui, quand il s'en rappelait ou quand il voulait bien le mettre en pratique le forçait à venir en aide à une personne dans le besoin. Maudis serment d'Hippocrate qui obligeait tous les pratiquant de l'art de la médecine à protéger la vie et à sauver quiconque demande des soins. La femme, trop fier pour demander de l'aide restait muette et ce même si celui qui l'avait protégé n'avait pas de mauvaises intentions.

    Pour ne pas tomber sur les soldats qui ratissaient la ville, Shoma décida de prendre une autre route. Il devait absolument s'enfoncer dans la ville et s'éloigner le plus possible du port où la marine était maître. Après avoir traversé plusieurs rues et intersection, Shoma trouva son bonheur. Ce n'était pas une clinique ou un dispensaire, mais un vétérinaire. La petite boutique était spécialisé dans les soins des animaux, mais ce qui était bon pour nos amis les animaux l'étaient également pour l'homme. L'homme est un loup pour l'homme, ce qui montrait bien que l'homme était également un animal et puis de toute manière, il n'avait pas le luxe de choisir ou pas d'y soigner la jeune femme. Pour lui sauver la vie, il devait la soigner ici. A l'intérieur, il n'y avait personne mise à part le propriétaire qui était en train de soigner la patte d'un pauvre chien. Devant l'urgence de la situation, Shoma ordonna à l'homme de retirer sa bête avant qu'il ne lui coupe les deux jambes. Les yeux du pirate en disait long sur sa cruauté et en voyant qui était sur ses bras, l'homme accepta de coopérer sans broncher. Il ne connaissait pas Shoma, mais savait qu'entre ses mains, ce jeune homme avait certainement l'un des nombreux ninjas qui dirigent cette île.

    Être un ninja durant cette sombre année n'était pas recommandé. Il faut dire que leur passé glorieux, n'est bientôt plus qu'un lointain vestige si la marine décide de rattacher cette île à leur contrôle. D'ailleurs la présence de soldat et de cette tour était le signe que l'ordre avait déjà été donner en hauts lieux de faire de cette île un point de garde sous le contrôle du gouvernement mondial. Malgré cela, se mettre à dos cette force armée qui combattait jusqu'à la mort l'envahisseur n'était pas bon pour un simple civil. Alors qu'il essayait de fuir discrètement la salle d'opération, Shoma attrapa le vétérinaire et l'obligea à lui donner un coup de main. Il ne lui demandait pas d'opérer la jeune femme, mais de l'assister. C'était la moindre des choses. Après une anesthésie générale, Shoma s'occupa de la jeune femme avec le matériel qu'il avait à sa disposition. Près de lui, le vétérinaire le regardait faire sans parler. Il jouait à la perfection son rôle de second et une fois l'opération terminée, ce dernier avait au pour mission de la part du pirate ne prendre soin de la jeune femme. Avec la dose de sédatif qu'il lui avait injecté, elle allait rester encore un bon moment endormi, mais une fois réveillé, il devait faire en sorte de lui redire exactement les consignes qu'il lui avait dictées.

    Une fois le cas de la jeune femme terminer, Shoma rebroussa chemin. Il avait à faire dans cet entrepôt. Avec de la chance, l'homme qui y était entré s'y trouvait encore. Une demi-heure, c'était le temps qu'il fallu au pirate pour conduire la jeune femme chez le vétérinaire, la soigner et revenir sur ses pas. Une fois à l'intérieur, Shoma tomba sur ce qui semblait être un carnage. Comment une bande avoisinant une vingtaine de ninja avait pu mourir dans de telle condition. L'homme qu'il avait observé avait-il agit seul ? Si c'était le cas, dans quel état se trouvait-il à présent ? Les corps des ninjas jonchaient le sol, les caisses et deux plates-formes suspendus. Que de cadavre. N'avait-il pas imaginé une seconde qu'en défiant la marine et le gouvernement mondial, ils se mettraient à dos une flopées d'hommes puissants qui n'acceptaient pas que l'on puisse se dresser contre l'ordre mondial.

    Maintenant qu'ils n'étaient plus de ce monde, ils ne pouvaient s'en prendre qu'à eux-mêmes pour avoir ainsi sous-estimé la puissance militaire de la marine. Alors que tous semblait fini ici pour tous ces hommes, Shoma remarqua des traces de pas qui, maculé de sang se dirigeaient vers la sortie. Avec le bain de sang qui s'était passé, ces traces de pas pouvait appartenir à n'importe qui. Un ninja qui avait réussi à prendre la fuite où peut-être même à l'assassin. Les traces étaient trop régulières pour appartenir à une personne blessée, ce qui ne laissait plus de doute possible. La personne à qui appartenait ces empruntes avait marché dans du sang et après avoir déployé sa puissance était partie par la grande porte.

    Prêt à pister cette personne, Shoma se mit à suivre les traces de ce mystérieux personnage. Alors qu'il pistait celui qui était responsable de ce massacre, Shoma se tourna et pensa à ces pauvres hommes qui n'avaient même pas une tombe pour honorer leur sacrifice, alors il brandit ses deux lames et se chargea de leur donner un minimum de respect. En envoyant deux vagues d'air à l'aide de son arme, il détruisit l'infrastructure. Le bâtiment tomba et servit de tombe pour toutes ces âmes perdues. Si la marine gagne cette guerre, alors personne ne viendrait chercher leur corps, donc faire de ce dépôt une tombe était, alors une bonne idée.

    Une fois la bonne action terminée, Shoma tomba sur un petit groupe de dix soldats qui courraient dans sa direction. Ils inspectaient les rues à la recherche d'ennemi et en entendant un bâtiment s'effondrer, ils avaient accouru afin de voir ce qui se passait. En voyant un homme armé, ils pointèrent sur lui leur arme et firent feu. S'ils avaient agi comme de bons garçons et étaient restés en retrait, Shoma aurait pu les laisser s'en tirer, mais l'agresser était un acte condamnable de peine de mort. Avec son sabre, il détourna chacune des balles avant d'utiliser la toute puissance de son art pour se débarrasser de ces insectes. Une vague d'air tranchante s'occupa du petit groupe. Il n'en restait plus qu'un. Assis sur le sol, un bras en moins, l'homme rampait dans la direction du port. Sa vie était plus précieuse à ses yeux, que l'arrestation d'un monstre qui venait de faire la peau à neuf de ses amis. Plutôt presser, car ne voulant pas perdre la trace du chasseur de ninja, Shoma marcha dans la direction du soldat, l'attrapa par le col et se présenta. Il lui donna son nom et prénom avant de le jeter sur le sol et de l'avertir de ne plus mettre son nez dans ces affaires, car la prochaine fois, il n'en sortirait pas vivant. Laissant derrière lui, un entrepôt détruit, des cadavres ainsi qu'un malheureux rescapé, Shoma se mit à la poursuite du soldat aux cheveux noir.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
    Edito : Merci de ne pas ouvrir le spoiler si vous n'êtes ni Mantle, ni un membre du staff, ni un donneur de récompenses. Ce serait bête de vous gâcher le suspens de futurs rp's.

    Revenant dans une des rues principales, l’officier marcha d’un pas mesuré, sans se préoccuper des autres personnes qui se promenaient et admiraient les devantures des magasins. Evidemment, le sabreur ne pouvait faire du shopping dans les circonstances actuelles. Tout en avançant, le marin remarqua qu’on commençait à le regarder en biais voire même qu’on le dévisageait. Conscient que ce n’était certainement pas pour le luxe affiché sur son corps, l’épéiste bifurqua dans une ruelle adjacente et s’y arrêta quelques instants. Tentant alors de trouver la cause de ces regards, deux choses vinrent titiller ses yeux. Tout d’abord, sa contusion à l’épaule et ensuite les quelques égratignures présentes sur son costume, transformé en une vulgaire serpillère au mieux. C’est alors que ses pupilles fixèrent ses traces de pas qui se démarquaient fortement par leur couleur. En effet, une tinte écarlate rendait chacun de ses pas visible même dans le noir. Heureusement, la couleur avait perdu une grande partie de ses pigments et était quasiment sèche. Ne supportant pas de rester avec une tenue entière de paysans, le fortuné noble rappela la tour et demanda à ce qu’on lui apporte, avant que le bataillon n’arrive, son 345ème costume et sa 53ème paire de chaussures. Soit le plus vite possible au coordonnées nouvelles indiquées. Pendant le temps que le coursier mettait pour amener à l’élite ses effets personnels, celui-ci chronométrait la performance afin de pouvoir féliciter comme il se doit le futur arrivant. Lorsque finalement, un colis arriva jusqu’à lui porté par un marin vigoureux, en pleine force de l’âge et en pleine forme, aucun mot ne transparut sur ses lèvres. Puis, soudain, après un éclat métallique, le jeune garçon s’effondra au sol, le regard vide et laissant voir une franche incompréhension. C’est alors que le sous-lieutenant demanda s’il n’avait pas expressément dis à ce que le colis arrive dans les plus brefs délais. Cependant, aucune réponse ne lui parvient, mais en avait-il seulement espéré une ? Un ninja, venant du ciel, fondit alors sur lui avec l’intention ferme d’en faire de la charpie. Evidemment, l’absence d’uniforme du coursier ne permettait pas à ce hors-la-loi de savoir que le mort était de la marine et non un civil. Mais, qu’importe. Cette victime tombait au bon moment. Esquivant le kunaï ennemi, sa lame se planta alors dans le ventre de sa cible. Laissant le cadavre tomber au sol, l’homme aux cheveux noir de jais s’éloigna du flot de sang et se changea avant de rejoindre l’allée principale. Jetant un oeil à sa montre en or massif, il vit que ses hommes arriveraient bientôt au lieu indiqué. Mieux valait donc se dépêcher puisque lui non plus n’y était pas encore. Le trajet ne dura guère longtemps, en partie grâce au rythme cadencé que s’imposait le chef de l’opération. Sur place, dans la plaine désertique aux abords de la ville, à quelques minutes de marche du deuxième lieu, les troupes furent attendues par l’extrémiste-radicaliste. Lorsque se présenta à lui son régiment, un air de satisfaction parcourut son être intérieur sans qu’un signe extérieur ne se manifeste. Désormais prêt à mener à son terme sa mission, il ordonna à tous de prendre d’assaut le bâtiment jusqu’à ce que le lieu soit sécurisé et que l’ordre de cesser le feu leur parvienne, sans hésitations ni attentes d’ordres et que tous assiègent la demeure par encerclement mais n’attaquent que par les devant et par les côtés uniquement sous peine de les voir comparaître devant la cour martiale. Ceci dit, le groupe suivit le meneur qui se dirigeait résolument vers une luxueuse villa de style médiéval.

    À l’arrivée, comme espéré, aucun ne s’immobilisa. Tous se mirent à leur poste en déplaçant l’artillerie lourde et en la plaçant tout autour du lieu. Puis, après avoir reçu par den den-mushi l’ordre de commencer l’assaut, les premiers tirs de mortiers se firent entendre et les premières briques s’effondrèrent. La cinquantaine de soldats prévue pour pénétrer l’enceinte n’eut aucun mal à le faire et arriver dans le jardin où des silhouettes apparurent par dizaine. La bataille pouvait réellement débuter. De son côté, l’héritier des Dark se faufila par derrière en passant par un pan de mur que les soldats devaient garder et non pas détruire. Evidemment, contre ce genre d’adversaires, les techniques d’approches étaient inutiles. Et donc trois cadavres jonchèrent le sol de la propriété quelques secondes plus tard. La petite épreuve passée, l’élite pénétra dans la résidence en passant la porte et commença alors à chercher les escaliers menant à l’étage supérieur dans ce dédale de couloirs. En toute logique, une dirigeante ne devait se trouver qu’au dernier étage. Le sous-lieutenant allait donc devoir monter jusqu’au sommet pour l’atteindre et nul doute que bon nombre de ces hommes masqués allaient se mettre en travers de sa route. Evitant soigneusement de passer par devant, le marin réussit finalement à atteindre les escaliers sans se faire remarquer. La majorité des défenseurs devait déjà se trouver dehors, comme prévu. Cela lui laissait donc pratiquement le champ libre. Hélas, au deuxième étage des personnes s’agitaient en tout sens. Evidemment, sa présence fut immédiatement remarquée et c’est avec une exaspération largement perceptible que l’instigateur du conflit se prépara à passer à l’action. Alors que trois des cinq ninjas fondaient sur lui, kunaï à la main et en position d’attaque, les deux autres restaient en retrait, certainement prêts à réagir en fonction des mouvements effectués par l’officier. Bloquant de ses deux lames les trois lames ennemies, le justicier souhaita en terminer le plus rapidement possible et fit donc un mouvement circulaire horizontal au moyen d’un de ses katanas. C’était sans compter la ténacité de ces hors-la-loi qui ne s’écroulèrent pas malgré la profondeur de la blessure et le sang qui s’en écoulait abondait. Ces marginaux ne devaient pas être n’importe qui pour réussir pareille prouesse. Cependant, pour l’officier sans-coeur ce n’était que partie remise. Au choc suivant, le trio s’effondrerait à coup sûr. D’ailleurs, à quoi bon les laisser agoniser plus longtemps. Préparant un coup similaire au précédent, deux traits scintillants d’un éclat métallique l’obligèrent à réviser sa stratégie. Esquivant le premier de justesse, mais se prenant le second au niveau de la plaie à son épaule, son assaut fut momentanément interrompu, ce qui donnait suffisamment de temps aux avortons pour contre-attaquer. L’un des condamnés à la mort, ressaisit, tenta de supprimer le représentant de l’Ordre en tranchant sa gorge. Fort heureusement, l’homme aux cheveux noir de jais avait appris le mépris des blessures, enseigné dès la première semaine dans les formations élites mais surtout mis en pratique chez les premières classes , et avait ainsi pu se reprendre à temps et parer l’arme ennemie grâce à son bras gauche puis mener une offensive gagnante décisive. Cela fait, seuls les deux derniers étaient encore à éliminer et la douleur que lui causait son épaule n’allait certainement pas jouer en la faveur des futurs cadavres et ce picotement indésirable ne pourrait être comparé à celui qu’ils allaient éprouver. Après tout, oser ficher un projectile dans son splendide corps relevait du blasphème et de l’impardonnable. Pour cela une sentence devait être appliquée : la peine capitale.

    Fondant sur les mécréants, l’un eut le cœur transpercé alors que l’autre contemplait la scène, tremblant de peur. Sautant sur l’occasion, l’épéiste décapita le second alors que celui-ci criait au secours. Une très mauvaise idée que d’appeler du renfort. Mieux valait ne pas rester dans les parages et éviter d’autres rencontres de ce genre. Pour ce faire, le marin cassa un carreau puis s’accrocha au toit dont les ornementations étaient facilement saisissables et se balança alors pour finalement se rétablir sur le dessus de la villa, toujours dos aux jardins. De ce que cette vue imprenable lui offrait comme plan d’ensemble, une tour dressée au milieu du toit attira son attention. Ce devait certainement être là-dedans que se trouvait sa cible. Immédiatement, l’officier se mit à courir en direction de cet imposant édifice qui devait compter environ 5 étages. Hélas, une difficulté cachée apparut devant lui. Sept ninjas arrivèrent avec l’envie évidente de le tuer. Décidément, le laisser tranquille ne semblait pas être possible. Qu’à cela ne tienne. Des projectiles tournoyants fonçant sur lui, un saut bien paramétré permit d’éviter une conclusion trop hâtive. Après être retombé au sol, une bonne impulsion suffit pour arriver sur un ennemi et en même temps transpercer sa pompe cardiaque. Evidemment, les ennemis présents devaient faire partis de l’élite ninjas pour leur temps d’adaptation exceptionnel. A peine eut-il porté son coup que d’autres O.V.N.I. tentèrent de l’assassiner, l’obligeant à utiliser le cadavre comme bouclier de fortune. Cependant, ces spécialistes de l’assassinat ne paraissaient pas être stupéfaits de ses talents et enchaînèrent donc en envoyant trois des leurs fondre sur le marin, kunaï à la main. Ayant seulement le temps de se débarrasser du corps du défunt avant de croiser ses lames pour se protéger, l’élite tenta de répliquer en repoussant l’assaut puis en profitant du déséquilibre adverse pour leur asséner un puissant, cependant ceux-ci avaient déjà planifiés leur retraite et les repousser ne fit que les aider. Toutefois, il y avait là une bonne fenêtre d’attaque et c’est donc tout naturellement que le sous-lieutenant s’en servit et repassa à l’offensive en en transperçant cette fois-ci deux au niveau du cœur, qui plus est deux des trois rapatriés. Malgré la perte de leurs camarades, les autres ne semblèrent pas plus désappointés que cela et continuèrent à mener des offensives en passant tous les quatre au corps à corps, se doutant certainement qu’avoir le dos tourné était un désavantage certain pour l’officier. Cependant, cela était évident pour le sabreur que de se retourné pour leur faire face, mais la célérité des ninjas était si impressionnante que seul le retournement put être effectué dans le temps imparti. Heureusement, ce fut à nouveau les cadavres qui se prirent les coups, mais en contre partie, il ne put en donner. Ces hors-la-loi enchaînant les attaques au corps à corps, l’idée lui vint alors des brochettes. Poussant davantage ses lames, celles-ci finirent par transpercer un duo alors que le second eut juste le temps de se replier. Les morts devenant lourds, le justicier les laissa au sol pour se concentrer sur ses deux ennemis restants. Apparemment, ceux-ci commençaient enfin à douter de leur victoire et leur dernier assaut fut donc assimilable à une tentative désespérée. Fondant en même temps qu’eux, il les trancha au vol et continua sur sa lancée en se dirigeant vers la tour.

    Arrivé juste devant, un détail attira son attention : aucune porte n’était présente. Comment entrait-on dedans dans ce cas ? La seule réponse qui lui traversa l’esprit était d’entrer par une fenêtre. En soi, il s’agissait de la seule possibilité pour pénétrer le lieu. Cependant, à nouveau un problème surgit puisque le premier carreau se trouvait au quatrième étage. L’officier allait donc être obligé de monter par ses propres moyens jusque là. Estimant vite fait la hauteur, le marin sauta ensuite le plus haut possible pour enfoncer l’une de ses lames dans le bois de la structure et resta accroché à son arme avec son bras valide. Le sous-lieutenant se balança alors et prit cette impulsion pour monter plus haut et planter son katana dans le mur en hêtre puis reprit son premier sabre avec ses pieds pour l’avoir à nouveau en main et procéda de cette manière jusqu’au quatrième étage où un coup suffit à briser le simple vitrage. Posant donc pied sur le sol richement décoré, le noble comprit que ce devait bien être dans ce bâtiment qu’elle se trouvait. Désormais, il ne restait plus qu’à terminer cette partie en faisant échec au roi. Pour ce faire, s’occuper des derniers ennemis présents était une étape obligatoire, voire même la dernière. Mais étrangement, la sécurité semblait avoir été renforcée dans les étages inférieurs plutôt que dans les appartements privés de leur chef. En soi, on pouvait déceler une certaine logique si cette femme n’approuvait pas d’être entourée de trop de personnes. Pour lui, autant perdre le moins de temps possible et n’avoir à tuer personne paraissait être un bon moyen de gagner du temps. Cependant, à mesure que l’épéiste progressait dans le couloir, des bruits de pas semblaient se rapprocher de lui et même très rapidement, jusqu’à ce que ses yeux aperçoivent l’escalier qui mène à l’ultime étage. Au même instant, 4 portes furent poussées et d’innombrables silhouettes se massèrent pour débouler et régler son compte au marin. Ne pouvant pas s’occuper de tant de ninjas avec son épaule de blessée et sa fatigue accumulée, le sous-lieutenant se hâta d’atteindre le palier supérieur et coupa alors court à la poursuite ennemie en tranchant l’escalier au fur et à mesure de sa montée puis en faisant s’effondrer le dessus de la cage d’escalier en coupant directement la structure. Si ses calculs s’avéraient exacts, ce barrage devrait tenir suffisamment longtemps pour lui permettre d’en arriver à ses fins. D’ailleurs, c’était même préférable au vue de la trentaine de marginaux qui se trouvait juste en dessous. Observant les alentours, une porte s’ouvrit alors à la volée et un homme vêtu d’élégants vêtements tissés avec de la soie et du lin se présenta, suivit par une dame habillée de la même manière. Il devait s’agir sans nul doute du couple souverain.
    Spoiler:
    Après avoir capturé la dame, un coffre posé sur la petite table attira son attention. L'ouvrant, d'innombrables pierres précieuses et bijoux en or lui firent comprendre que c'était le trésor familial qui lui revenait désormais. C'est ainsi qu'il le prit sans se faire prier. Cela fait, le marin se dirigea vers la fenêtre de la chambre, la brisa, s'avança et annonça à tous, en montrant sa captive, pleurant, que la bataille était finie et que tout ninja devait se rendre sous peine que leur chef ne soit exécutée. Tous obéirent et le bretteur ordonna alors aux marins restants de capturer tout ces ennemis. Pendant ce temps, lui sauta avec sa prisonnière en amortissant la descente en frappant de ses pieds le mur de la tour. De nouveau sur le toit, il en descendit de la même manière puis demanda à ce qu’on lui donne une paire de menottes pour sa prise. Quand elle fut finalement menottée, l’officier ordonna à ce que les explosifs apportés soient posés dans toute la résidence et que tout le monde évacue les lieux. Quelques minutes plus tard, aux abords de la demeure, la ninja fermement tenue, l’explosion eut lieu sous les yeux de la propriétaire. Cela fait, le restant de l’expédition retourna à la tour avec ses trophées. Le lendemain, sur la place publique de la ville, une horde de marins avaient investis les lieux et formaient 3 cercles autour d’une surélévation en bois où de nombreuses potences avaient été installées, le tout surplombé par une autre élévation en bois sur laquelle se trouvait une chaise où était solidement enchaînée la princesse du groupe de ninjas, le colonel de la base marine et le héros de cette journée, Dark Showl. Après le discours du chef de la tour marine, le sous-lieutenant s’avança et prononça également un petit discours à l’attention de tous :


    Bonjour à tous et à toutes !

    Si vous êtes réunis en ce jour ici, sur la place publique de cette ville, c’est pour assister à l’exécution des représentants de l’un des trois groupuscules de hors-la-loi que sont les ninjas. Depuis fort longtemps, ceux-ci vous maltraitent, vous intimident, ne se montrent que pour punir et appliquent des lois inhumaines ayant pour but votre asservissement, celui de toute la population. Cependant, cela ne doit pas continuer ni être encouragé ! De telles pratiques vont à l’encontre de la charte des droits des peuples alliés au Gouvernement Mondial. Votre peuple est grand, mais les siècles de servitude vous ont empêché de montrer votre plein potentiel. Et qui vous a infligé cela ? C’est ce pseudo-gouvernement qui agit dans l’ombre pour votre extinction.

    Je ne puis laisser cela se produire. Que dis-je ! Le Conseil des cinq étoiles lui-même se sent on ne peut plus concerné par votre problème et ne souhaite que l’erreur du passé se reproduise au présent. C’est d’ailleurs la raison de ma présence sur votre belle île. Mon but est de vous délivrer de l’oppresseur ninja et de faire de vous une nation libre et prospère. Et cette exécution n’en est que la première étape. Que tous les ninjas tapis dans l’ombre sachent que je mènerai un combat sans fin contre leur tyrannie si ceux n’abdiquent pas d’eux-mêmes. Si vous ne souhaitez régler les choses diplomatiquement, nous n’hésiterons pas à user de la force pour libérer de votre joug ce pays. Jamais je ne laisserai le mal vaincre, soyez-en certains !

    Ainsi je déclare, à partir de maintenant, la guerre ouverte contre ces gangs de malfaiteurs. Toute personne souhaitant coopérer avec la marine se verra accueillie avec bienveillance dans nos bureaux et sera écoutée par den den-mushi via l’une des 3 lignes créées pour l’occasion si jamais elle n’ose pas venir directement jusqu’à nous.


    Cela dit, la vingtaine de condamnés fut pendue sous le regard de leur chef. Quelques heures plus tard, un bateau quittait le port et se dirigeait vers la prison la plus proche, avec à son bord la princesse.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2030-fiche-de-dark-showl
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1441-dark-showl-termine
    Traquer un homme aussi spécial que ce marin était une bouffée d'oxygène pour un pirate tel que Shoma. L'homme laissait à chaque intervention le pirate sur sa fin. Comment pareil homme pouvait-il servir les intérêts de la justice, alors qu'il s'arrêtait en pleine rue afin de demander à ce qu'on lui apporte de nouveaux vêtements. Il devait bien être le premier soldat à stopper une mission afin de soigner son apparence. Pensait-il vraiment qu'une nouvelle tenue allait lui apporter la réussite ? Après avoir massacré bon nombre de ninjas pensait-il réellement rester propre comme un sou neuf ? Depuis sa position surélevé, Shoma se demandait quel genre de personne était réellement ce type. En dehors de sa passion pour le meurtre, quelle était sa personnalité, car pour rester plus de cinq minutes à attendre un coursier et ensuite prendre son colis sans même un merci, il fallait vraiment être plus que spéciale.

    Une fois le cols récupéré, le marin qui jouait le rôle de coursier se fit assassiner par un ninja qui l'avais pris en chasse. Même s'il ne portait pas l'uniforme obligatoire de soldat, une personne qui sortait de la tour de la marine avait de fortes chances d'appartenir à la marine, mais étant donné qu'il pouvait également s'agir d'un simple civil son assassin le pista jusqu'à sa destination finale et en voyant transmettre son colis à un homme qui puait le soldat, le ninja n’eut d'autre choix que de le supprimer. En temps de guerre, toutes les personnes qui assistaient où coopérait avec l'ennemi était considéré comme un ennemi, donc une cible à supprimer.

    L'assassin du jeune coursier perdit aussitôt la vie quand le "Spécial One" découvrit ce qu'il venait de faire. La scène en était presque ironique. Le tuer tué. Après ce court combat, car le pauvre ninja n'avait même pas réussi à toucher sa seconde cible qu'il passa dans l'autre monde, le "Spécial One" se remit en route pour le plus grand bonheur du pirate qui commençait à croire que celui-ci attendait encore une personne. Une nouvelle cravate ? Un café ? Qui sait ce qu'il avait pu demander pour qu'on le lui apporte.

    La traque de cet homme, mena le pirate en dehors de la ville. Il lui fallut plus de dix minutes de marche pour tomber sur un dispositif important de soldat. La marine n'avait pas hésité sur les moyens afin de s'occuper du cas des maîtres de cette île. A vu d’œil, il y avait plus d'une centaine de soldat. Avec eux, des canons, des bazookas et d'autres armes de siège capable de faire tomber une ville. Si les ninjas étaient puissant, alors ce qui les attendaient l'étaient bien plus. Caché, loin des regards indiscret qui pourrait trahir sa position, Shoma observait la scène. Il avait fait tout ce chemin afin de voir à quoi pouvait ressembler ces personnes qui n'hésitaient pas une seconde à se dresser contre la puissance du gouvernement mondial, mais même un homme comme lui ne pouvait pas infiltrer un pareil dispositif sans risquer d'y laisser la vie. S'il ne voulait pas se compromettre, il allait devoir rester en retrait et laisser faire la marine son travail.

    Quelques minutes après avoir laissé le "Spécial One", celui-ci avait pris le commandement de l'armée de soldat et déclara le siège de cette maison, forteresse de ninja. Une pluie de projectile en tous genre fit de cette maison une véritable passoire. Déterminé comme jamais, les projectiles fusaient dans tous les sens, ne laissant que peu de chances à ces occupants. Le but de cette première salve n'était pas de vaincre les occupants, mais bien d'éliminer toute tentative de contre-attaque. Ils réduisaient leur chance de tenter une quelconque retraite où fuite, les obligeant à faire face et donc mourir. Tout en assaillant la demeure, un autre groupe armé se mit en route vers l'intérieur de la maison. Cette fois, la machine infernale venait de s'enclencher. La fin d'une ère était tout proche.

    Caché, Shoma ne pouvait voir ce qui se passait cas la gueule du loup, mais pouvait se faire une idée, quand un homme se fit une sortie de secours improvisé et quand d'autres hommes se ruèrent sur lui malgré qu'il jouait avec les lois de l'apesanteur. L'intérieur de la maison devait grouiller de ces ninjas qui ne voulaient en aucun cas laisser la marine gagner ce combat. Ils étaient de véritables combattants et malgré leur technique étrange, leur seul défaut étaient leur force. Mise à par ça, ils avaient tout pour être de parfait combattant, dommage qu'il n'y avait personne d'assez intelligent à leur tête pour les guider.

    Après une dizaine de minute, le combat entre ninja et soldat prit fin. En hauteur, le "Spécial One" montra le corps d'une jeune femme qui eut un effet radical sur la résistance. Les ninja déposèrent les armes au sol offrant ainsi le victoire aux troupes de la marine. La jeune femme qui était la princesse ninja venait de perdre son meilleur ami. "Nagato", son plus fidèle garde du corps et aussi plus puissant combattant avait toujours était présent pour elle. Il était son plus fidèle ami et la vue de sa mort fut comme un traumatisme pour elle. Elle ne voulait plus de mort, elle ne voulait pas voir toute sa famille mourir par les mains des soldats et si sa reddition apporterait la fin des combats, alors elle trahirait le code de sa famille qui obligeait tous les membres à combattre dans le but de la protection du chef du mal, mais également de l'honneur de la famille. Sa vie importait peu, mais sa famille était tout ce qui lui restait. Au diable le code du clan. La survie était maintenant primordiale.

    Les combats prirent fin et la marine capturèrent leur prisonnier avant de détruire ce qui restait de la domination du clan ninja. Tout comme leur règne, leur demeure partis en fumée. Shoma, observait la scène et regardait "Spécial One" mettre les menottes à la jeune femme. Encore en vie, la jeune femme représentait une véritable opportunité pour lui, après ce qui venait de se passer, elle accepterait de le suivre sans problème. L'idée de la vengeance devait ronger son corps. S'il arrivait à en faire une alliée, alors il gagnerait une puissante carte maîtresse. Quittant sa position afin de retourner en ville sans être vue, le jeune capitaine pirate allait attendre de voir le déroulement de la situation pour agir. Pour le moment, il ne pouvait tenter de libérer la jeune femme.

    Le lendemain, non loin du port, des exécutions publiques eut lieu. Shoma s'était mêlé à la foule et était prêt à agir quand le jeune femme allait faire face à la mort, mais jamais elle ne fit son apparition et quand le spectacle se termina, Shoma attrapa un marin qui se croyait en sécurité et le força à parler. Marcher seul dans les rues n'était pas conseillée et encore moins quand on était marin dans un territoire qui n'était pas complètement sous la juridiction de la marine. Le soldat n'était pas un haut gradé et lui avoua qu'il n'était pas au courant du lieu où la jeune femme se trouvait, mais qu'il savait qu'un navire de la marine qui était partie un peu avant les exécutions se dirigeait vers la prison de South Blue. C'était la seconde fois que Shoma manquait à ses objectifs. Décidément, il n'avait pas de chance, mais au moins, il savait que la jeune femme était encore en vie. Un jour très proche, il allait se diriger vers cette prison qui gardait captif plusieurs éléments qu'il jugeait précieux.


    Spoiler:

    FIN
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma