Le Deal du moment : -50%
-50% Baskets Nike Air Huarache
Voir le deal
64.99 €

[1623]Le Bon, la Brute et le Cinglé ![Alh & Mizu]

    Encore une étape avant que l'aventure ne commence. Alucard se trouvait sur l'île d'Orange dans le secteur d'East Blue. Il avait rendez vous sur Tequila Wolf d'ici quelques jours. On peut donc dire qu'il n'était point en retard. Hélas le navire marchand qu'il avait emprunté, s'arrêtait dans cette baie. Pas moyen de faire machine arrière ni de continuer sur le même pont, Al' devait trouver un autre moyen de locomotion. Caché dans une longue veste noire, Yukiji masquait toute sa silhouette sous celle-ci. Il savait que les pirates n'étaient pas très appréciés dans le coin. Il ne voulait pas trop attirer l'attention sur lui, au risque de devoir à nouveau user de ses poings. Puis dans la cas présent se serait contre des citoyens ... Il y a quelques temps cela ne l'aurait pas gêné, mais à l'heure actuelle il préférait éviter un tel geste. Surtout qu'il ne savait pas si la Marine était présente ou non sur ce secteur.

    La ville d'Orange était assez chaleureuse et agréable. Il y faisait bon vivre et une harmonie régnait en ses lieux. L'air était pur et la chaleur environnante délicate. Al' marchait tranquillement au beau milieu de se qu'il semblait être l'allée centrale. La ville, dans laquelle il se trouvait, n'était pas spécialement grande. Il devait sûrement en avoir d'autres dans le coin. Il fit un rapide tour d'horizon et gagna la première échoppe qu'il vit. Direction le comptoir d'un bar, sa gorge était sèche et il avait soif. Il entra à l'intérieur en poussant délicatement la porte. Il ne voulait pas rentrer comme une brute, cela lui aurait prêté préjudice. Il n'y avait pas grand monde dans les locaux. Quelques hommes dans le fond de la salle et l'un ou l'autre ivrogne accoudés au bar. Il s'avança et prit place à quelques mètres d'eux. Il commanda un verre de lait bien frais et fut servit dans la foulée. Deux pièces d'argent sur le bois et un signe de la tête en guise de remerciement. Il sirota le breuvage durant plusieurs minutes.

    Il eut l'impression que le temps ralentissait et que les secondes se transformaient en minute. Il était enfin tranquille et serein. Cela faisait bien longtemps qu'il n'avait plus été en paix. Pas de bruit, pas de combat, pas de hurlement, rien ... Seulement lui et son verre de lait. Un lait entier et bien frais ! Il était si froid qu'il sentait le liquide descendre le long de sa trachée pour finir dans son estomac. Quel doux plaisir .... Il attrapa ensuite le journal des nouvelles. Rien ... Rien et rien !!! La vie dans se coin était-elle si ennuyante ? Puis soudainement il tomba sur la première page et loupa de peu de s'étouffer avec sa gorgée de lait. La nouvelle était lourde de conséquence ... Le Gouvernement devait être en alerte. Ce n'était donc ni le bon moment pour se faire repérer, ni le bon moment pour débuter des hostilités.

    Un ivrogne s'approcha ensuite de lui et lui arrache le journal des mains. Yukiji ne dit rien et laissa l'homme faire. Il ne voulait surtout pas créer de problèmes. Un bon contrôle de soi et le tour était joué. Mais le problème fut que l'individu revint à la charge et le poussa légèrement. Alucard souffla un grand coup et fit un signe de la main. Le signe était clair ! En l'engage d'ivrognes et de pirates, cela voulait dire: casse toi de là mec ou je te défonce la tronche !!! Mais l'homme prit d'une soudaine folie tenta de mettre une gifle à notre jeune pirate. Notre héros l'esquiva facilement et poussa simplement l'individu en arrière. Le barman demande à la personne de se calmer au risque de finir dehors. Al' était animé d'une très grande patience aujourd'hui. Il avait tout simplement de vivre tranquillement ... Pourquoi faut-il toujours que la malchance le poursuive !!!

    L'homme revint à la charge et cette fois-ci se fut la goûte d'eau qui fit déborder le vase. Il attrapa l'homme par la cou et serra assez fort pour qu'il se concentre sur sa douleur et non sur notre jeune pirate. Il lui attrapa ensuite la nuque et de deux coups bien violent, il envoya sa tête valser contre le comptoir du barman. Du sang gicla un peu partout, des verres d'alcools se brisèrent et l'individu retomba lourdement sur le sol. Alucard lui donna encore un coup de puis dans les côtes et l'envoya en dehors de l'auberge. Il prit une serviette et essaya ses cochonneries. Il essaya tant bien que mal de nettoyer l'alcool et les giclées de sang. Il remarqua par la suite que deux dents étaient encore enfoncées dans le bois du comptoir. Il devrait faire attention ... Il avait de plus en plus de mal à mesurer sa force. Il reprit ensuite sa place et commanda un second breuvage.
  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t773-yukiji-alucard-pride
  • https://www.onepiece-requiem.net/t118-yukiji-alucard-une-vie-un-but-un-hommetermine
Il était un petit navire...Il était un petit naviiire, qui n'as n'as jamais jamais jamais navigué ohé ! Ohé ! La douceur du temps a fait que j'en suis venu à ce point. Oui, moi fier pirate, je chante cet air de marines en regardant le ciel bleu azur et l'horizon tout en pagayant joyeusement sur la rive...Sourire aux lèvres, je me réjouis d'avoir trouvé une île après des jours de calvaire seul dans cet océan...Je caresse le sable chaud avec mes pieds nus, je ferme mes paupières et apprécie cet instant. Le son des mouettes parvient à mes oreilles et je souris de plus en plus. c’est une douce sensation, ça chatouille tous mes sens et ça m'emplit d'émotions. Je lève alors mes bras vers le ciel et crie !

CETTE ILE SERA MON PARADIS !

Remuant ma langue à l'intérieur de ma bouche, je me dis qu'un bon verre de rhum pour commencer cette journée ne serait pas de refus, je remonte ma barque sur la plage et avance d'un pas pressant au centre de l'île. Je brave la tête haute tout ce qui peut me gêner sur mon chemin, ce qui veut dire...rien ! A part deux, trois animaux, cette île me semble carrément déserte jusqu'à que j'aperçoive au loin des maisons et ce que je peux appeler un village. J'entre dans la ville, je regarde quelques passants, aucun signe de respect n'émane de leur gueule...même pas un bref salut. Plus j'avance dans cette ville, plus je perds le sourire que j'avais lorsque j'ai foulé cette terre. Soudain un jeune homme me bouscule et crie d'un air hautain : ''Regarde où tu vas ! ''Cette ville est rempli de gens irrespectueux qui ne pensent qu'à leur jolie minois. Je serre le poing et continue d'avancer...

Au moment où je pense avoir trouvé une taverne, je sens un projectile avoir effleuré mon dos, je me retourne alors et je ne vois personne. J'enlève délicatement ma veste et la malédiction de Waka'm le rouge s'abat sur moi, je suis foudroyé...Ma précieuse veste vient d'être taché par une tomate pourrie ! Je regarde à gauche histoire de trouver un témoin pour que j'aille faire la peau à l'abruti qui vient d'éclabousser un de mes trésors, puis j'oublie cet incident en me disant que rien de pire ne pourra m'arriver et pis voilà quoi ! Je vais me saouler au rhum et j'oublierai. Mais tout à coup un homme est comme propulsé hors de la taverne et me tombe dessus. Il s’agrippe sur mon doux et soyeux pantalon et le tâche de son sang ! Je le vois en train d'essayer de se relever ''grâce à moi'' je lui tends alors gentiment la main, il l'a prend et d'un élan renforcé par la colère, je l'envoie valser de là où il est venu.

Ma veste ! Maintenant mon pantalon ! Ce sera quoi la suite ? !

Je perds mon calme et retire délicatement mes lunettes et les pose sur mon col. Je mets ma main sur mon katana et rentre à l'intérieur. Je fronce mes sourcils et dit...

Un verre de rhum offert par vos soin où je fais un malheur. Dis-je en menaçant des yeux le barman.

Le barman me regarde et d'un geste de la tête, je comprends qu'il refuse...Dîtes adieu à vos verres, car c'est le dernier de votre misérable existence.Dis-je en sortant mon katana de mon fourreau.


      • Je vois colonel…

      Le maire de la petite cité d’Orange eut un sourire satisfait. C’était un vieil homme très compréhensif et très ouvert d’esprit malgré ce qu’on pouvait penser de sa mine qui, à première vue, donnait l’impression qu’on avait affaire à un homme acariâtre. J’avais à mon tour souri avant de vider le Whisky qu’il m’avait servit avec plus ou moins bon cœur. Qu’avais-je pu lui dire pour qu’il se mette à sourire ? C’est simple. J’étais venu lui proposer une certaine protection de la part de la marine. Avec les derniers incidents sur Shell Town et tous les dossiers qui m’indiquaient que les attaques pirates se multipliaient dans les Blues, j’avais eu l’idée de visiter les quelques villes de la région pour proposer une certaine aide aux populations. Certaines peuples avaient été heureux de me voir et d’autres non, malgré ma notoriété plus positive. C’était le cas même de cette ville. Ici, pirates et marines n’étaient pas aimés. A croire qu’on avait affaire à des révolutionnaires. Nonobstant, le maire qui répondait au nom de Charles, avait quand même voulu entendre ce que j’avais à lui dire et c’est ainsi que nous avions discutés tout au long de la matinée de la présence éventuelle de quelques marines dans la ville. Ce n’était peut être pas encore confirmé, mais je lui avais fait la promesse de vivement interpeller mes supérieurs de sorte à ce qu’on dépêche des unités de toute urgence ici, pour réguler correctement la situation.

      • Je dois vous avouez que cela me touche que vous pensiez à nous. Vous êtes sans doute le seul…

      • Ne dites pas ça. D’ici quelques temps, vous verrez que les choses s’arrangeront.

      Le maire tout sourire, hocha la tête avant que je ne me lève pour lui serrer la main. Le premier point avait été d’avoir sa confiance et son feu vert pour intervenir dans ce trou paumé. Maintenant que c’était chose faite pour ne pas dire mission accomplie, il me fallait maintenant toucher quelques mots, soit à mon vice-amiral de père, soit à l’amiral Shiro pour qu’ils me donnent l’autorisation de construire une petite caserne ici et installer quelques hommes pour fortifier la ville. Au moins, les populations locales se sentiraient quelque peu en sécurité. C’était p’être vrai que cette ville n’avait rien à envier… Il n’y avait pas de grandes infrastructures à détruire, ni même de grandes choses à piller sauf peut être la nourriture ; Mais ne savait-on jamais avec les pirates sanguinaires qui eux, prenaient gout à saccager tout un village, pour le simple plaisir de faire du mal. Et des pirates comme ça, faut dire qu’il y en avait plutôt foule. C’était cet aspect des choses qui m’avait véritablement inquiété, au point de laisser de côté pour un moment, la sécurité du Léviathan en construction et ma ville qui était de toute façon sous bonne protection. Et puis, ce genre d’initiatives permettait aussi de redorer le blason de la marine qui ne s’était plus occupée de cette ville depuis qu’elle avait été saccagé par le détestable Baggy le Clown, un centenaire plutôt… Sans compter qu’il y avait de jolies filles dans l’coin quand même…

      • Qu’est ce que tu regardes, abruti ?!

      J’avais automatiquement froncé les sourcils. J’étais un peu plus loin de la mairie avec ma cousine Ketsuno, et j’avais eu la mauvaise idée de poser mes yeux sur une belle callipyge qui passait près de nous et qui me fit un sourire à m’en faire fondre comme du sucre sous la pluie. J’me retournais vers ma cousine qui avait posé ses mains sur ses hanches en m’observant d’un air complètement meurtrier. Soupirant un moment, j’eus l’énième mauvaise idée de poser mes yeux dans son décolleté très plongeant, quand la baffe qu’elle m’administra résonna très fort, au point d’interloquer les quelques passants dans le coin. Ma cousine, dans un grognement presque bestial, finit par prendre le chemin opposé tout en dandinant son gros derrière qui défiait carrément celle de la précédente femme que j’avais mâté sans le moindre scrupule. Tout abasourdi, je la regardais s’éloigner dans ses déhanchées fulgurants, qui attiraient bien de regards autre que le mien au passage, avant d’essuyer le petit filet de sang qui s’écouler de ma narine. C’pas pour dire, mais elle m’avait bien giflée… D’ailleurs, pourquoi avait-elle fait ça ? Jalousie ? Surement. Autres raisons ? J’en voyais pas. Et sur le coup, elle m’avait quasiment déprimé. Pour noyer mon début de chagrin, j’m’étais décidé d’me rendre à un bar. Ce que je fis à la minute qui suivit. Quoiqu’en arrivant incognito, j’eus une sacrée surprise devant moi…

      • MIIZZZZUUKAAAAAAWAAAAAAAAAAAA !!!!!

      Putain de bordel de merde ! Ce petit merdeux s’cachait donc ici ?! Sans doute, mais la n’était pas le problème. Le problème, c’était qu’il était devant moi et que j’devais le capturer coûte que coûte ! D’ailleurs, c’était quoi ce katana qu’il avait en main ? Va savoir. Toujours est-il que j’allais l’emprisonner et personne n’pourrait alors m’en empêcher. Mais alors que j’voulais commencer à courir vers lui un buffle sortit de nulle part et les larmes aux yeux fonçaient sur moi. Alors que je prolongeais ma vue derrière lui, j’vis ma cousine qui le coursait comme une folle, sans doute pour le tuer. Il avait du avoir une érection en la voyant, cet animal ! Cela n’pouvait qu’expliquer la folle scène qui se déroulait derrière moi. Prenant peur moi aussi, j’me mis à courir vers le bar où j’allais m’abriter quand malheureusement, l’taureau réussit à me percuter avec véhémence. Rapidement projeté en avant, j’renversais violemment Mizukawa au passage avant que nous continuâmes notre course jusqu’à tamponner également un homme étrangement vêtu d’une cape. Inutile alors d’vous décrire la scène… L’comptoir du bar était sans dessus dessous. Le barman avait été lui aussi prit dans la folle trajectoire que j’avais décris avant de ramasser Mizukawa et l’autre gars. Incrusté dans des décombres et cul en l’air, c’est avec une difficulté énorme que j’avais réussis à sortir de tout ce bazar à un moment donné avant d’me tenir le cul…

      • Aie aie aie… Ça fait un mal de chien… Hu ?! Qu’est ce que vous avez ?

      Soudain, j’vis tous les hommes du bar afficher un air plutôt terrifiés. Ils regardaient derrière moi et tremblaient comme des feuilles. Était-ce Mizukawa qui leur faisait si peur ? Nan, ça pouvait possible. L’un d’eux pointa la scène derrière moi pendant que j’avançais vers la sortie. En fait, j’voulais remettre l’arrestation de l’héritier des Sutero plus tard et chercher à soigner l’éraflure que ce taureau de malheur m’avait faite sur les fesses. J’allais même quitter le bar en vitesse, quand l’un d’eux attrapa la manche gauche de mon manteau poussiéreux qui trônait toujours sur mes épaules et me pointa une nouvelle fois la scène arrière. C’est alors qu’un peu irrité et les dents serrées, j’avais tourné ma tête pour voir c’qui se passait. Et quelle ne fut pas ma surprise de voir une toute personne. Cette personne là, je ne le connaissais que par le biais des primes que la marine mettait sur la tête d’odieux pirates. Et il ne s’agissait ni plus ni moins que du tristement célèbre Yukiji Alucard. Sans doute que ce bâtard avait été décapuchonné par notre chute terrible. Et c’était très bien d’ailleurs. Comme ça j’allais faire d’une pierre deux coups. J’me retournais en dégainant mon meitou et je souriais en m’tenant le cul par la main gauche. Ça allait saigner grave cette histoire là. Si bien que je craignais un peu pour le bar et ses clients. Pour minimiser les éventuels dégâts qui allaient s’en suivre, c’est d’une voix de stentor que j’fis sortir les buveurs ; Eux qui commençaient littéralement à fuir en se bousculant vers la sortie que j’avais dégagé en m’avançant…

      • Yukiji Alucard et Mizukawa Sutero, j’suis dans l’obligation de vous arrêter… Veuillez vous rendre sans résistances s’il vous plait.

      Qu’avais-je dit en me mettant en garde. Ça promettait.
        Alucard sirotait tranquillement son breuvage quand un étrange individu enfonça la porte d'entrée. Il se plaignait de quelques tords qui lui avaient été infligés contre son gré. Il voulait un verre gratuit que bien sûr le barman lui refusa dans la foulée. Il n'avait pas l'air tout à fait net ce mec, car directement dans la seconde qui suivit, il dégaina son katana désireux d'embrocher tous les gens qui se trouvait à l'intérieur des lieux. Le barman blêmit devant l'horreur de cette scène. Les visiteurs n'étaient pas rassuré avec le venu de cet étranger. Yukiji souriait à pleine dent sous sa cape. Il n'avait jamais cet individu et pourtant il lui exprimait un air de déjà vue. Des lunettes, une longue veste et un katana ... ! Ce mec n'était pas un civil, alors d'où pouvait-il bien venir ? Sûrement encore un de ses taré de chasseur de prime. Il venait de nous faire une scène pour de la pauvre poussière et un balourd qui lui était tombé dessus. On y peut rien nous, si tu t'es trouvé au mauvais endroit au mauvais moment.

        Puis d'un bruit provient de derrière la boutique. Mais qu'es ce qui se passe dans cette ville. L'étrange individu au katana fut soudainement projeter en avant et fonçant tête baissée sur notre jeune pirate. Une troisième personne était rentré dans le cercle. Dans la bousculade Alucard perdit sa cape et montra son visage aux yeux du monde. Le peuple se sentait mal à l'aise. La plus part des individus quittèrent les lieux. Yukiji n'était pas connu favorablement de la civilisation. Il était plus tôt vue comme un pirate sans scrupule et qui tue à tour de bras. Un homme sans foi ni loi, un monstre buvant le sang de ses victimes et dévorant les nouveaux nés de ses crocs acérées. Puis son regarde se tourna sur l'homme qui les avait fait tombé. Il était assez grand et assez costaud. Mais un détail lui restait au travers de la gorge ... Cette mouette bleu qu'il arborait si fièrement ! Encore un chien du gouvernement, il ne manquait plus que cela. Un cinglé et un marine sur le dos en même pas cinq minutes, Al' venait de gagner sa journée. En plus il venait de se faire repérer ... Quel bordel !!! Il voulait juste boire un verre et repartir sur East Blue.

        Les civils quittèrent l'auberge et il ne restait plus que les trois individus. Le marine disposait d'une épée de très bonne qualité, l'autre disposait aussi d'une arme blanche ... Notre jeune héros lui ne disposait de rien du tout pour l'instant. Il y avait sûrement une arme derrière le bar ou une connerie dans le genre. Enfin mince !!! A u moins quelque chose qui pourrait lui être utile quoi !!!! Ses ennemis n'étaient pas des tendre et il ne pourrait pas y aller les mains nues. Bien sûr l'idée de se rendre pourrait lui être bénéfique. Il ni avait pas trop de soldats dans les parages, donc ils étaient peu nombreux. Mais les risques étaient tout de même de taille et il opta pour agir dans l'autre sens. Il attrapa tout ce qu'il avait sous la main et jeta les objets en direction du marine. Ils y avaient des chaises, des verres et des bouteilles. Par la suite il sauta par dessus le bar, afin de laisser tranquillement les deux autres. Il cherchait désespérément une arme ou une protection digne de ce nom.

        Il fouilla durant quelques secondes et la seule chose qu'il put trouver, fut un simple bâton de métal. Il était creux et aurait sûrement du servir à une canalisation ou autre chose dans le même milieu. S'était déjà pas mal, mais dans quelques coups il ne ressemblerait certainement plus à rien son bâton. Quelle idée aussi de ne pas investir dans des armes !!! Sur ce coup il ne pouvait s'en prendre qu'à lui même. Il se releva et improviserai pour prendre par au combat contre les deux autres. La chose ne sera pas aisé, le marine semblait être plus puissant que notre jeune pirate et l'autre cinglé était quasiment du même niveau. Sur ce coup il avait gagné sa journée ... Et maintenant il fallait également prévoir un moyen de fuite. Punaise même pas le temps de profiter du soleil.
      • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t773-yukiji-alucard-pride
      • https://www.onepiece-requiem.net/t118-yukiji-alucard-une-vie-un-but-un-hommetermine
      Je me frotte le derrière après m'être relevé et constater que mes petits agneaux se sont barrés ! Tout ça à cause de ce type en uniforme...Mais attends ? Je le connais ! C'est le mec qui a failli me tuer à Shell Town...Le Colonel Al' machin truc...ah oui Fenyang ! J'arrive jamais à retenir les noms de tous ces marines, faut dire que j'en bute tellement que ça sert à rien.

      Je regarde à coté de moi et je vois...NON ? ! Serait-ce Yukiji Alucard ? Primé à 70 Millions ! Dont les exploits se racontent de tavernes en tavernes et ce, sur toutes les blues. Puis voilà qu'Alheiri prêche sa bonne parole et dit tout avec politesse le combien ça lui ferait plaisir que nous nous rendions...Hahaha. Si je suis pas dans une grosse merde, hein ! Allez mizu, use de ton ciboulot...

      Pendant un court blanc, j'observe attentivement la bâtisse, quatre piliers sur chaque angle et deux au centre, je regarde en haut et je m'aperçois que la charpente ne serait pas difficile à péter, avec un bon coup là où il faut. Je pourrais essayer de viser l'angle à coté de moi et balancer une lame tranchante en forme de pentacle, comme ça je créerai une brèche et une fois que je bondirai hors de cette auberge, j'en balancerai une autre pour faire effondrer la taverne sur leur tête. ça me laissera assez de temps pour poursuivre ceux qui se sont barrés...Je me suis promis de les tuer, je vais pas m'arrêter là et c'est pas ce marine ni ce pirate qui m'arrêtera, oh que non !

      Voilà que Yuki se mit à balancer toute sorte de choses sur le marin, c'est alors que je profite de cet instant pour mettre mon plan en œuvre.

      Spirit Slash
      !

      Je tranche l'air au dessus de moi cinq fois et crée une brèche en forme de pentacle sur le toit, je m'élance et saute en prenant appuie sur le comptoir. Une fois dehors, je reprends de l'élan pour sauter dans les airs et utiliser mon attaque Dragon Slash pour fendre l'air à plusieurs reprises...Le timing est mauvais, je suis lent et s'ils se rendent compte de ce que je vais faire, il pourrait sortir de là et me tomber dessus. Ou bien, l'auberge peut toutefois résister à ces coups, difficile de manier l'épée en pleine air...

      Bref, je souffle un coup et essaie de rattraper les gens qui se sont cassés, je cours vers la ruelle principale et je ne vois plus qu'un seul homme, tous les autres ont réussis à se cacher...Je vais pas jouer à cache cache avec vous ! Tant pis, d'un pas pressant, je me retrouve quelques instants plus tard face à un homme qui tremble, paralysé par la peur. Me suppliant de le laisser partir, criant comme un lâche.

      Conserve ta salive ! Tu risque de ne plus en avoir lorsque je te montrerai ce que je sais faire...Dohahaha...J'attrape son cou et je lui plante un couteau que j'ai sortis de ma ceinture. Je lui écorche l'oeil ! Le ressort d'un coup et le plante au niveau du ventre sans toucher ses organes vitaux, puis je m'amuse à jouer à docteur maboul version ''je touche que les bords ou j'ai perdu'' Hihahahaha ! Je ris de plus en plus et me réjouis de cette fontaine de sang qui sort de ses tripes. J'ai accompli ma petite vengeance et j'en suis tout fier. ça m'a prit que quelques secondes, mais pour lui, ça été comme une éternité. Je me ressaisis donc et décide de soulager sa souffrance, je le décapite de ma lame et prends la tête de la main gauche. Maintenant, j'attends la réapparition de ces deux gus. Je suis fin prêt...
          Le gros souci avec les pirates, c’est qu’on ne peut jamais discuter tranquillement. Et ça, j’étais malheureusement bien placé pour le savoir. A peine avais-je commencé mon petit speech que monsieur Yujiki observait minutieusement les environs, à la recherche d’un je ne sais quoi. Une arme ? Boarf, j’pense pas. Mais une ouverture pour fuir, ça c’était plus que probable. J’voulais jeter un coup d’œil à Mizukawa quand un projectile me surprit et vint me tamponner violemment le front. J’m’étais alors mit à tituber avant de tomber lourdement sur mes fesses, évitant ainsi le reste des projectiles qui passaient au dessus d’moi. Un mal pour un bien dira-t-on. Mais le truc, c’est que le salopard de Mizukawa profita de cette situation pour faire un joli trou au plafond avant de prendre la poudre d’escampette. Ah bah ça… Qui l’aurait cru ? Lui qui avait été à la limite de passer six pieds sous terre à cause de son persistance à vouloir se battre contre moi à Shell Town, s’employait à fuir aujourd’hui avec le peu de cervelle qui lui restait. Comme quoi, il avait mûri en quelques mois. Même si après, on devait avouer que ça n’m’arrangeait du tout pas pour la suite des évènements. S’il fuyait d’ici, le capturer serait assez difficile. Jouer à cache-cache, c’était jamais mon fort… Surtout que l’homme qui m’faisait face avec son bâton de métal promettait d’me rendre la tâche plus ardue que jamais…

          C’est en me hissant sur mes deux pieds que j’entendis plusieurs sifflements au dessus du bar. J’étais resté cinq secondes sans bouger, avant de faire tilt que ce bâtard de Mizukawa nous attaquait depuis les airs. J’m’étais bien trop battu contre lui pour ne pas reconnaitre ses attaques. D’autant plus qu’étant moi même bretteur, j’avais l’ouïe adéquate pour ça. J’savais pas vraiment si Yukiji avait compris l’affaire, mais sur le coup, c’était chacun pour sa peau quoi. J’me voyais pas continuer aveuglement dans ma lancée alors qu’une toiture menaçait d’me tomber sur la tête avec tout ce qui allait avec. Et c’était pas charmant charmant, j’vous jure. Quoique j’n’allais pas non plus le laisser s’en tirer comme ça. Sur le coup, j’allais même passer pour un gros profiteur, mais on s’en fou un peu. Ils sont deux, j’suis seul, comment n’pas verser dans la fourberie ? Tout s’jouait donc à la seconde. C’est ainsi que lorsque l’attaque du p’tit con filait sur la toiture de la taverne dans laquelle nous étions toujours, j’décochais rapidement une lame de vent conséquente vers Alucard et ce d’un seul tranchant dans le vide, avant de me projeter vers la sortie sans crier garde. Et en deux trois grandes enjambées, j’étais à l’extérieur du bar, à même le sol. A peine me-je relevais de mes bonds de kangourou que le bâtiment derrière moi s’écroulait complètement dans un bruit assez sourd. C’est dire que j’avais échappé belle…

          • Bordel… Ce conna… Mizuu… ? MIZUKAWAAAAAAA !!!!

          Bordel, bordel, bordel ! C’petit con s’enfuyait par la rue principale qui m’faisait face. Là, il m’avait énervé grave et j’n’allais pas laisser son sort à Dieu. Cette fois là, ma filleule n’était pas dans mes pattes pour que je prenne ce forban en pitié. J’allais moi-même l’emprisonner ou le tuer tout simplement. A voir en tout cas ! Je me levais tant bien que mal avant de commencer à courir. Il était loin et il courait vite, le bougre ! Nonobstant, je n’allais pas lâcher l’affaire, oh que non ! Je laissais derrière moi le forban Alucard, mais celui-ci devait être bien occupé avec les ruines qui lui étaient tombées sur la tête. Du moins, c’est ce que je pensais fort. Mon attaque contre lui n’avait eu pour but que de l’occuper, le temps que celle de Mizukawa marche correctement, mais que sur sa tronche. D’ailleurs, ces derniers n’étaient apparemment pas alliés c’qui était un bon point pour moi. L’temps pour moi de récupérer le Mizukawa et j’reviendrais chercher l’autre qui devait être blessé et sans doute à ma portée. Elle n’est pas belle la vie ? Héhé ! Sur le coup donc, je courais comme un dératé quand j’entendis le cri de désespoir d’un homme, pas très loin. Alerté par cette voix criarde qui n’me disait rien qui vaille, j’pris deux couloirs à gauche, un à droite, avant de tomber sur un spectacle macabre auquel les pirates m’avaient habitué : Un énième bain de sang. Et à qui la faute ? A mon cher ami, j’ai nommé Mizuzu ! Mon sang ne fit qu’un tour. Il était une fois de plus allé trop loin…

          • ENFOIIIIIIREEEEEEEEEEEEE !!!!

          Ce n’est que lorsqu’il souleva la tête de celui qu’il avait à peine décapité que je surgis de nulle part derrière lui. Je donnais un petit coup de pied sur la tête du pauvre innocent qui roula au sol quelques mètres, avant d’attraper les cols de mon adversaire par surprise avant de lui infliger deux bonnes droites assez véhémentes. S’il avait évolué, il n’en demeurait pas moins que j’avais plus ou moins creusé l’écart entre nous en devenant plus fort que notre dernière rencontre. C’est dire que le bougre n’avait que peu de chances de me mettre au tapis ; Bien que ce ne puisse pas être impossible, vu qu’il connaissait plus ou moins mes faiblesses. Ne pensant même pas à subir une défaite contre ce sanguinaire qui ne savait que rependre chaos partout ou il passait, je serrais encore plus fermement les jointures de ma paluche droite, avant d’écraser impitoyablement cette dernière sur le visage du pirate qui traversa automatiquement plusieurs bâtiments avant d’atterrir sur la voie principale de la ville. J’avais partiellement détruit quelques maisonnées, mais c’était p’être un mal nécessaire pour venir à bout de ce blondinet à la con. Tel un terminator, je traversais lentement les rideaux de fumées, visage froissé, avant d’atterrir sur la route où l’héritier des Sutero avait fini sa course. A quelques mètres plus loin, on voyait parfaitement les décombres du bar où nous étions précédemment. Et sans trop me poser de question, je dégainais mon meitou que j’avais rangé pendant ma course, avant de murmurer tranquillement…

          • Ono.

          Une gigantesque onde tranchante orangée naquit de mon tranchant dans le vide, et menaçait de tout balayer sur son passage, Mizukawa et décombre du précédent bar y compris. Le vrai combat commençait. Ça allait faire mal…

          Spoiler:
            Alucard s'était propulsé de l'autre côté du bar, après avoir envoyer quelques projectiles sur le Marine. Il ne connaissait pas sa force, mais l'aura qui émanait de sa personne était bien plus supérieur à la sienne. Un tabouret lui arriva sur la coin du crâne et il tomba au sol. Il évita, par cette chance, le reste des OVNI, s'était une sorte de mal pour un bien. L'autre pirate, quand à lui, quitta rapidement les lieux. Les deux protagonistes se connaissaient ... ! Il était très observateur et décida de s'enfuir en perçant un trou dans la toiture. Il venait tout juste d'endommager la structure de l'auberge. Elle ne tarderait pas à tomber sur la tronche des deux autres loustiques encore présent à l'intérieur. Quel enfoiré !!! Maintenant plus de pitié ... S'il doit le vendre au gouvernement mondiale pour pouvoir quitter l'île, il n'hésitera pas le moins du monde. Le marine lui envoya par la suite une lame tranchante d'une couleur orangé. Elle était proche et fonçait rapidement sur le pirate. Notre jeune héros n'avait pas d'autre choix ... Il devait vite trouver le moyen de sortir d'ici, avant de finir complètement écrabouiller par la structure de l'habitation.

            Il sauta par dessus la lama tranchante qui brisa le mur se trouvant juste derrière lui. L'habitation était à deux doigts de s'effondrer. Il vit par la suite, le soldat sauter à travers la porte d'entrée afin d'échapper à la mort. Al' eut encore le temps de sourire et la toiture tomba. Il comprima l'énergie dans ses jambes et utilisa sa technique "Impulsion", pour fondre à travers le mur tout en l'oblitérant au passage. Des tuiles et quelques morceaux de bois lui tombèrent tout de même sur le coin de la tronche. Quelqu'un de normale serait certainement en mille morceaux, mais la plus grand force de notre jeune pirate était belle et bien sa capacité de résistance. Cela lui avait permis de se surpasser et de survivre à de nombreux affrontements. Il essuya la giclée de sang qui coulait le long de ses lèvres.


            *Il ne perd rien pour attendre l'autre cinglé de pirate !!! Je vais en faire de la pâtée pour rat ...*


            Yukiji était entré dans une colère noire et sanglante ... Il avait envie de meurtres et de massacres. Plus rien ne l’arrêterait aujourd'hui, enfin c'est ce qu'il pensait. Car en face il avait tout de même un bon pirate et un agent du gouvernement supérieur à lui. Ses vêtements étaient enduis de poussière et de reste de gravats. Quelle connerie ! Il avait encore eu de la chance sur ce coup. Le pirate avait voulu se débarrasser des deux gêneurs en une seule offensive. C'était astucieux de sa part, mais également à double tranchant. Al' aurait bien pu partir directement direction le port et fuir l'île, mais l'amertume était trop grande. Il avait un sale gout en bouche et le vengeance exigeait son dû. Il ne partirait pas de cette île avant d'avoir mis une bonne raclée aux deux autres. Enfin il essayerai, car c'est pas encore gagné.

            Il resta durant un court laps de temps caché derrière le tas de gravats. Il n'y avait rien de mieux à faire pour l'instant. Rester là, chercher de quoi se battre et surtout ne pas se faire repérer. Il attendrait patiemment le bon moment pour contre attaquer. Il lui vint alors une idée et fouilla dans l'ancienne auberge ... Il remarqua que l'alcool était encore présent dans les vestiges et une idée lui vint à l'esprit. Les habitation sont tout de même très proche les une des autres ... Il n'y a pas de QG dans le coin, sinon le combat aurait déjà été rejoint par une multitude de mouettes. Donc pas de moyen d'apporter de l'aide rapidement, puis les villageois ne risqueraient pas leur vie dans un affrontement comme celui-ci. Rien que l'idée d'avoir Yukiji sur leur île devait les rendre malade et peureux. Il alla à la suivante habitation. C'était un commerce, une espèce de quincaillerie où l'on vendait tout et n'importe quoi. Dans ce genre d'endroit on ne peut que trouver son bonheur.

            Alu fractura la porte de derrière et entra à l'intérieur. Les deux autres devaient sûrement se battre. Quoique il envisagea plus tôt une poursuite pour l'instant, car le pirate avait tout de même prit la poudre d'escampette. Il regarda dans les placards et se tourna ensuite vers la cave. Bingo !!! Il venait de trouver ce qu'il cherchait. Trois barils de poudre noir, une boite d'allumette et une lance. Bon c'est mieux que rien ... surtout qu'elle semblait tout de même être en bon état. Il pourrait se débarrasser de sa vieille tige de métal, sachant que de toute façon il l'avait égaré dans la panique de l'effondrement. Il perça le premier et l'envoya vers les ruines de l'ancienne auberge. Un léger et court fil de poudre reliait les deux habitations. Puis il disposa le second baril dans le bric à brac et enfin le dernier resta contre la paroi de la prochaine maison. Tous le barils furent troués ... C'est plus drôle ! Surtout que notre jeune homme ne cherchait pas l'explosion, mais bien le feu à l'état pur.

            Il regarda à travers un carreau, les deux protagonistes se trouvaient à nouveau dans l'allée centrale, à quelques mètres de sa position. Al' gratta une allumette qu'il plaça ensuite dans le paquet avant de l'envoyer dans les ruines de l'auberge. L'alcool prit rapidement feu et incendia le reste des gravats. Aucun chance pour que le pirate est survécu !!! Il resta ensuite dissimuler derrière une demeure. Il attendait le moment parfais pour contre attaquer. Le soldat envoya une lame tranchante en direction du pirate et de l'auberge. Au moins là c'est sûr !!! Tout va cramer. Le feu se propagea à une allure folle ... La lame tranchante ne ferait que terminer ce qu'avait déjà débuter Yukiji. La poudre prit ensuite feu. Alu quitta sa planque et fonça sur le marine. Il lui décocha plusieurs coups de lance avant de refaire un bond en arrière, afin de prendre à nouveau du recule. Il s'enfoutait d'avoir réussi ou non son attaque. Car le bruit de détonations et de flammes qui suivirent son attaque, lui donnèrent raison que son plan avait fonctionné. Trois maisons en proie à des flammes ... Le vent souffle vers le Nord, les flammes se propages de ce faite de maison en maison. D'ici quelques minutes le quartier sera en feu et d'ici quelques heures il ne restera plus que des cendres de ce village. Cruel dilemme pour le jeune agent ... Car plus longtemps il resterait là à nous affronter et plus les flammes iront se disperser sur d'autres demeures. Aucune chance pour que des citoyens soient tués, ils avaient tous quitté les lieux pour ne pas être pris dans l'affrontement.
          • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t773-yukiji-alucard-pride
          • https://www.onepiece-requiem.net/t118-yukiji-alucard-une-vie-un-but-un-hommetermine
            Je suis fin prêt à pimenter ce combat, prêt à mettre au point une stratégie. Je vais les monter l'un contre l'autre. J'achèverai ensuite le vainqueur blessé par son précédent adversaire...La tâche n'est pas aisé, car il se pourrait qu'ils se retournent contre moi, l'homme qui a failli les enterrer vivants. Pensif, j'ai oublié de faire attention à mes arrières...Un coup effleure ma main...Je vois roulé la tête de ma victime au loin quand le Colonel Alheiri m'attrape par le col, puis me donne de bonnes droites...Le sang coule de ma bouche, je lèche mes babines et goûte mon sang. Un breuvage que je savoure tout en lançant un regard intimidant à mon adversaire...avant qu'il ne m'envoie valser a travers les battisses de cette ville.

            Je vois que sa force a augmenté depuis notre rencontre à Shell Town, petit enfoiré, je vais te montrer de quel bois je me chauffe...Je sors mon katana de son fourreau, le salut et le dégaine d'une traite avant qu'il n'arrive face à moi...sans prévenir, il m'envoie une de ses précieuses attaques à distance, le sifflement rempli d'effroi la faune de l'île, nous pouvons entendre au loin, les cris des divers animaux...Dragon Slash ! Je riposte avec ma technique qui fend l'air et rencontre la sienne...La percussion des deux ondes tranchantes soufflent les débris qui sont autour de nous et c'est comme si un coup de tonnerre vient de s'abattre sur la place, lançant ainsi le signal pour annoncer le vrai combat...Il n'y aura qu'un seul survivant à cette bataille ! Et celui qui vient de prendre l'avantage n'est autre que mon confrère pirate, qui surgit sur le colonel, tandis qu'un feu commence à se propager...D'ici quelques instants, le feu nous encerclera.

            Je n'ai fais que repousser l'inévitable, la puissance d'Alheiri a fait que ma ''Riposte'' ne soit qu'un léger frein...Ce qui me laisse quand même un peu de temps pour m'écarter...L'attaque explose une vieille maison et les flammes commencent à embraser tout sur leur passage.

            Laissant ces deux crétins s'entretuer pour un petit moment, je commente les faits...

            Allez Pirate ! Met y du nerf ! Éclate lui les phalanges !

            Quoi ? Tu vas te laisser faire, bouseux de marine ? Qu'est ce que tu vas faire maintenant que t'es seul !

            Met lui un coup à gauche ! Droite ! Gauche ! Upercut ! Et que ça saute bandes de mauviettes !


            Oh oh...J'aurais pas du dire ça...je sens que ça va se retourner contre moi et sévère ! Tiens, je vais les occuper un peu avec mon attaque tranchante...Dragon Slash ! J'envoie une petite onde tranchante qui va droit sur les deux gus...moi cinglé ? Nooo....C'est vrai que j'aurais pu prendre la fuite, t'aleur, mais tout ceci est tellement EXCITANT !




          Spoiler:

              La gigantesque lame de vent progressait rapidement vers mon adversaire, en détruisant même le sol qu’elle fendait jusqu’à trois mètres de profondeur au moins. J’m’étais dis qu’il serait foutu. Vu sa posture, il n’y avait aucune raison que Mizukawa bloque mon attaque. J’avais pris un ascendant sur le combat et j’me voyais mal échouer d’une quelconque façon. Je n’étais pas imbu de moi-même, mais les circonstances me présentaient ainsi l’issu du combat. Néanmoins, dans ce monde, les surprises ne finissaient jamais d’embellir et de pourrir notre existence. Parce que ouais, Mizukawa et j’ne sais par quel miracle, évita ma lame de vent en la déviant avec son attaque de prédilection qu’était le Dragon Slash ! Jusqu’à là encore, tout allait bien, mais ce n’est que lorsque mon offensive partit se perdre dans les ruines du bar que le blond avait démoli qu’une explosion grandiose survint sans que je ne sache comment, ni pourquoi. J’écarquillai mes yeux de terreur en restant immobile sur le coup. Comment pouvais-je engendrer une déflagration à partir d’une onde tranchante ? Avais-je réussi à passer ce stade tordu ? Pouvais-je générer du feu en brassant l’air de mon meitou ? Sur le coup, autant dire que j’étais perdu. Et tout ceci était loin de s’arranger puisque j’eus l’ouïe tout de suite après d’un sifflement qui ne me disait rien qui vaille. Quelqu’un m’attaquait… Et c’était pas pour m’faire plaisir…

              Ma première réaction fut de faire un bond en arrière, mais le geste ne m’épargna point une grosse estafilade au niveau de l’épaule gauche. C’est alors que je vis le célèbre Yukiji armé d’une sorte de lance !! L’était pas mort celui-là ?! Ça prouvait au moins qu’il n’avait pas usurpé sa prime estimée à 70.000.000 de berrys, et qu’il en avait dans le ventre. Faut aussi dire que niveau improvisation, il était au top de sa forme. Venir de n’importe où et m’avoir comme un débutant, c’était certainement pas donné à tout l’monde. L’mec était d’un tout autre niveau ; Supérieur même à celui de Mizukawa. Et tout ceci n’allait pas être de la tarte. Pour preuve, j’eus du mal à contre-attaquer tellement ses coups étaient rapides et d’une véhémence inouïe. A croire que niveau enchainement, le type, c’était un as. Acculé, le pauvre colonel que je suis n’pouvait que se défendre, essayant de parer ou d’esquiver ses coups de lances au possible. Parce qu’avec la voix du Mizu qui galvanisait Yukiji, c’était pas gagné ! Mais il y a autre chose qui me turlupinait sérieusement. Les explosions à répétitions et les hautes flammes que je pouvais distinguer en esquivant les offensives de mon nouvel adversaire. Un coup d’pute de la part d’Alucard ? Probable. Je ne l’avais pas eu sous les yeux pendant un moment et il était bien possible qu’il eut à profiter de cette occaz’…

              J’allais commencer à riposter quand Yuki’ replia, mais hélas, Mizukawa n’avait pas dit son dernier mot. Alors que j’étais en pleine impulsion, monsieur nous décocha une bonne onde tranchante qui m’fit grincer des dents. Il arrivait comme un cheveu sur la soupe celui-là ! Un vrai casse-burne ! En plein air, j’dus faire une torsion bizarre (Je l’avoue) au niveau du bassin pour pouvoir utiliser le tranchant de mon sabre et ainsi dévier l’onde tranchante qui, divisée en deux derrière moi, partit faire des ravages. J’me réceptionnai à quelques mètres de ces fumiers, avant de commencer à souffler. Tout cela s’était passé trop vite. Et la situation dégénérait de seconde en seconde. Entre les deux pirates que je voulais coffrer et la ville qui commençait à prendre feu, il y avait un choix à faire. Le choix était tout fait en fin de compte. J’voulais sauver la ville. Mais l’problème, c’était comment l’appliquer. Parce qu’avec ces deux gars présents, difficile d’agir convenablement, d’autant plus que s’ils finissaient par s’allier, j’étais cuit de chez cuit. J’haletai encore, quand un taureau fit brusquement son apparition. L’même qui m’avait poursuivait. Il était suivit par beaucoup d’autres taureaux qui beuglaient et qui s’étaient sans doute échappés des différents enclos de la bourgade. Et sur un cheval tout juste à côté du taureau coupable d’m’es blessures aux fesses, s’trouvait…

              • KETSUNO ????!!!

              • DEPECHES TOI D’ALLER ÉTEINDRE L’INCENDIE !!! ON FAIT DIVERSION !!!

              • Tseuuuh… Toi alors… Murmurais-je…

              J’me retournai soudainement vers mes ennemis du jour avant de prendre l’offensive, une nouvelle fois, histoire d’agrémenter l’arrivée massive de moult bœufs/taureaux. « ONO SHOUGEKI ! ». Il eut un grondement sourd provenant de mon épée, bien avant que de petites lames de vent générées par mon arme, ne filent en grand nombre vers Yukiji et Mizukawa. Elles formèrent bientôt deux sphères prêtes à se refermer sur chacun d’entre eux, et décrivirent une courbe descendante, histoire de les prendre au piège. Entre ça et les taureaux qui venaient les charger en grand nombre, ils avaient de quoi jouer longtemps. Moi pendant ce temps, je courrai vers la folle progression des flammes avant d’arriver tout juste devant un bon nombre de maisonnées que l’incendie menaçait. J’saisis mon arme des deux mains ce que je ne faisais que très rarement. J’levai ma lame au dessus de ma tête avant de fermer les yeux. Concentration était de mise. Jusqu’à ce que… « TATSUMAKIIIIIIII » J’tranchai le vide devant moi avec une telle vivacité que la bourrasque qui s’y généra partit balayer les quelques ruines des habitations déjà embrasées. La bourrasque se confronta aux flammes dans un bruit sourd et les deux entités naturelles commencèrent à se tenir au coude à coude. Conscient que seule cette attaque ne suffirait pas, j’repris ma position de kendoka avant de…

              • TATSUMAKIIIIIIIII !!!!

              Rééditer l’attaque !! Cette fois là, ladite bourrasque prit une forme assimilable à celle d’une tornade avant d’éteindre le plus gros de l’incendie en un seul coup seulement. C’était fois-ci était la bonne. J’venais de maitriser l’incendie non sans mal… Quoique le calvaire n’était pas encore terminé… Me restait les deux autres zigotos…
                Alucard venait de débuter son corps à corps contre le marine. Il ne le connaissait point et de cet distance pas moyen de louper un détail. Il était puissant, bien plus fort que notre jeune pirate. Mais il se devait de lui tenir tête, il ne voulait pas recommencer une escapade pour fuir la prison. Pourtant on dit souvent jamais deux sans trois, mais dans le cas présent ce serait un comble ! Le manche de sa lance bien serrer entre ses mains, Yukiji tente d'embrocher la mouette. Celle-ci bat de l'aile, il lui avait légèrement sectionné l'épaule gauche, rien de bien particulier mais s'était un bon point à prendre pour notre pirate. Dans cette lutte sans merci, Al' pouvait entendre au loin les gémissements de l'autre pirate. Celui-ci les encourageaient ... Il était vraiment pas bien celui-là !!! L'agent réussit à contrer les attaques vives et rapides de notre jeune héros et il préféra rompre la distance pour ne pas perdre sa tête. S'écartant d'un bond en arrière du marine, c'est à cet instant précis qu'il vit une onde tranchante passée à quelques centimètres de son nez. Une goutte de sueur froid passa sur son front, merci madame la chance. L'agent en fit de même et réussit à dévier l'onde tranchante qui finit sa course quelques mètres derrière lui. Ce fourbe de pirate !!! Il venait d'attenter à la vie de notre jeune homme pour la deuxième fois. Alucard ne lui laisserait point la chance de survivre.

                L'agent gouvernementale se remit en action. Il était en position pour nous attaquer quand soudainement un troupeau de bêtes apparut. Celui-ci était mené par une femme, charmante, qui était sûrement sous le joug du marine. Un ennemi de plus ... Yukiji pensait déjà au mal qu'il pouvait lui faire. Avec sa puissance, seul le nombre était devenu un gêne pour lui. Ce n'est pas un bestiole qui va l'empêcher de nuire, sinon autant ce laisser prendre par la Marine. Le colonel envoya une puissante attaque sur les deux pirates avant de quitter le place et lutter contre les flammes. Al' savait qu'il réussirait à stopper la progression, il lui fallait donc frapper à nouveau fort. Il était bien trop puissant pour les deux individus et il se devait de quitter ce bout de caillou avant d'avoir des pinces aux poignets. L'attaque forma comme un espèce de sphère entre les deux primés. Il n'avait nullement l'intention de ce laisser faire de la sorte. Il plia légèrement les genoux et concentra de la puissance dans la pointe de sa lance. Avant que la sphère ne se referme, il expulsa le tout en une impulsion. Le venom slash partit en tourbillon et il fut propulsé dans les airs, avant de retomber maladroitement sur le dos d'un taureau.

                La bête gémit et il remarqua rapidement qu'il se trouvait au beau milieu d'un troupeau laisser à vive allure. La jeune femme était en tête de celui-ci. Il plongea sa lame dans le creux de la nuque de la bête qui s'écroula immédiatement. Le mode carnage venait d'être activé. Yukiji sautait de taureau en taureau en tuant le plus qu'il pouvait. Sa force lui permettait de réduire en centre un navire, alors un simple bête de chaire et de sang ! Il s'amusait à les couper en long et en large ... S'était bien plus amusant et cela avait pour effet de libérer une large marre de sang rougeâtre sur le sol. Ces bêtes n'étaient vraiment rien face à la terreur d'un monstre marin. Mais son but premier était de rejoindre la tête du convoi. Il passa plusieurs minutes avant de pouvoir être à porter de sa cible. Il était enfin prêt pour son ultime attaque. Il concentra de l'énergie dans la pointe de sa lame. D'une impulsion, il prit son envole propulser par l'effet de vitesse procréer par le troupeau. Et d'un geste vif et d'un poignet ferme, il envoya une onde aussi fine qu'un cheveu humain. Rien de comparable ... Une attaque censé trancher un navire condensée dans une si petite lame tranchante. Il fallait être très attentif pour l'apercevoir. Mais alucard espérait bien que la jeune femme ne l'aperçoive. Car une technique aussi condenser ne peut être déviée !!! Au moindre contre, cela aura pour effet d'exploser sur quelques mètres à la ronde. Al' retomba sur le sol et roula sur le côté. Un mur vint à sa rencontre et il passa à travers s'enfonçant dans une demeure. Pas moyen de suivre le troupeau et de savoir la suite des événements.
              • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t773-yukiji-alucard-pride
              • https://www.onepiece-requiem.net/t118-yukiji-alucard-une-vie-un-but-un-hommetermine
              Ils ont évité mon attaque tranchante, comme je le pensais, ces hommes là n'ont rien à avoir avec le faible bétail qui sévisse sur les Blues. Tout prêt des deux antagonistes, le marine lança une attaque qui commençait à nous encercler petit à petit...Enfoiré ! Cette fois ci, il a été rapide, Yukiji réussit à s'extirper de ce ''piège''. Soudain, un troupeau de taueau charge à tout allure derrière moi...Le temps m'ai compté. Je dégaine ma lame, j'essaie de me défendre, mais rien à faire, la fatigue se ressent, ma respiration est plus forte et je transpire des litres d'eau...ça aide pas avec la chaleur des flammes.

              Je me prends l'attaque de plein fouet, ce qui a blessé mon torse ainsi que mon bras gauche, la douleur est insupportable, couvert de sang et à peine ai-je le temps de faire un constat complet de mon état qu'un coup de cornes s'abat sur mon dos ! Ce qui m'envoie valser un peu plus loin...Putin ! Je me suis fait avoir sur ce coup. Je me ressaisis avant que je ne me fasse écraser par ses bêtes. Je fixe du regard la femme qui est à la tête du groupe. Je reprends mes esprits, j'enfonce bien mes pieds au sol, de la main droite, je me met en garde portant mon katana horizontalement. Dragon Slash ! Tentant de porter une onde tranchante, tout mon corps tremble, je suis comme électrocuté et souffre de douleur. L'attaque ne pourra pas aller plus loin que quelques mots. J'ai peut être atteint ma limite....

              Je fixe alors le taureau qui se trouve devant moi et qui fonce avec furie, je vais tenter de monter sur lui, tout prêt je fais un pas à gauche et j'attrape sa corne ! Mes pieds traîne au sol et je suis emporté sur la lancé de l'animal, maintenant je dois m'allonger sur son dos, la difficulté et de taille au vue de mes blessures, mais ce n'est pas impossible. Je rate ma première tentative déconcentré par le son des taureaux qui agonisent, sans doute ce pirate qui est en train de s'en occuper...Je réussis ma deuxième tentative et commence à faire du rodéo sur le dos de cette petite bête.

              Exténuer, je souffle un bon coup quand soudain, une onde tranchante vient siffler sur mes oreilles. Elle provient de derrière et se dirige droit vers la pseudo-chef du troupeau. Elle doit sans doute être de mèche avec le marine. Ah foutu marins ! Toujours incapables d'agir de leur propre moyen. Bref, pendant que je suis perdu dans mes pensées, le taureau dévie de sa trajectoire habituelle et je vois Yukiji rouler droit dans un mur, tandis que la marine se prend le coup de plein fouet, impossible de parer un coup si rapide...Je pense que ça va rendre vénère Alheiri de savoir que son amie a eut un défunt sort aujourd'hui.

              Quelques instants plus tard, le feu a été éteint efficacement par le Colonel...Rien à dire, les deux gus avec qui je me suis battu ne sont pas des tapettes, je trouve que je fatigue beaucoup plus vite qu'eux, sans doute parce qu'ils ont un niveau supérieur au miens, il me faut une solution pour pouvoir palier cette faiblesse. Un sur-entraînement ? Un médicament ? Mais pour cela, il me faut un médecin, trop dur pour un solitaire comme moi. Arf, c'est pas le moment de penser à ça ! Je dois trouver le moyen de me sortir de ce guêpier...Et si..Non ! Je ne pourrais pas ! Et pourquoi pas ? Hein, ma foi...Attendons ce que l'autre bougre de marine compte faire à présent.
                  Revenons un peu en arrière, lorsque Ketsuno amorça une diversion avec l’immense troupeau qu’elle eut à dompter.

                  Frizooooooooooooouuuuuuuuuuuuuuuuuuu (Le bruit que fait la télé quand on rembobine =D)

                  Ladite diversion avait marché à merveille et Ketsuno en fut très fière. Elle riait même des deux forbans qui s’mangeaient l’attaque dévastatrice de son cousin. L’une de ses tâches était maintenant finie et il ne lui restait plus qu’à appeler des renforts. Elle ne s’inquiétait non pas pour Salem qui pouvait assurer le combat tout seul vu son énorme force, mais bien du sort de cette pauvre bourgade qui prenait gros de ce combat presque ridicule et insensé. Le taureau lui ferait office de transport vu l’allure à laquelle il se déplaçait. Tout n’était plus qu’une question de temps. Du boucan, il y en avait derrière elle. Entre les attaques contondantes que les protagonistes s’échangeaient et le raffut des bêtes qui grouillaient, impossible de se fier à quoi que ce soit. Elle espérait d’ailleurs que Salem s’en sortait puisqu’elle ne pouvait plus regarder derrière elle. Le gros nuage de poussière que les taureaux occasionnaient ne le lui permettait pas, d’autant plus qu’elle devait faire attention au chemin périlleux qu’empruntait sa petite bête. Mais au moment même où la jeune femme pensait cela, elle eut l’ouïe d’un sifflement. Un sifflement qui ne trompait pas ses sens malgré le capharnaüm qui régnait. Car à l’instar d’Alheïri et même des deux autres pirates, la marine était bretteuse. Les lames de vent, ça la connaissait bien. Elle était bien trop habituée à cela avec Salem. Surtout lors de leurs différents entrainements. Et contrairement aux descriptions tragiques de Mizukawa…

                  • SORU !

                  Elle disparut instantanément au lieu de rendre l’âme. Bien avant que l’attaque ne vienne s’écraser au sol en éjectant tout ce qui était autour. C’était p’être fourbe vis-à-vis de la bête qu’elle avait chevauché, mais sa vie primait. L’impact de l’attaque de Yukiji la poussa tout d’même contre un mur qu’elle heurta de plein fouet. Mine de rien, ce pirate était plutôt balèze ! Ketsuno finit par couler au sol avec deux ou trois côtes cassés. Malgré tout, elle avait l’même sourire rosé scotché à ses lèvres. C’était ça ou crever comme une vulgaire chienne, se disait-elle intérieurement avant de se relever tant bien que mal. En se tenant le flanc gauche, elle toussa plusieurs fois, cracha du sang et reprit du souffle avant de recommencer à avancer. Il lui fallait coûte que coûte rejoindre les autres. En quelques pas, elle réussit à sortir de la ville et à emprunter le sentier qui traversait des bois et qui donnait directement au port. Plus que quelques mètres et c’était bon. Mais à peine avait-elle effectué quelques pas dans ces bois, qu’elle sentit quelque chose remuer dans les hautes herbes. Elle voulut dégainer mais finit par s’apaiser lorsqu’elle vit un nombre conséquent de matelots avancer vers elle, avec à leur tête les deux autres lieutenants qui formaient avec elle, les hommes de main de son cousin. Ils avaient sans doute entendu de loin le tapage que provoquaient les combattants. Rapidement donc, elle les briefa sur la situation avant qu’ils ne replongent tous ensemble dans la ville…

                  Pendant ce temps là…

                  J’avais fini par m’asseoir sur une poutre, histoire de récupérer un peu. Entre mes lèvres, brulait une Lucky que je savourais tranquillement. L’calme était revenu et le plus bizarre, c’est que je ne sentais plus la présence des autres loustics. Avaient-ils pris la poudre d’escampette ? C’est fort probable. Aucun camp ne pouvait avoir l’ascendant sur l’autre, c’était indéniable et j’ne m’en rendais compte que maintenant. Même si j’capturais l’un, j’n’allais pas pouvoir avoir l’autre… Et encore fallait-il que j’m’occupe de ma propre vie et de la sécurité des gars qui s’trouvaient dans ce trou paumé. J’pouvais dire adieu à mon engagement avec le maire du coin. Certainement qu’il n’allait plus rien vouloir entendre. Si seulement il savait que j’avais fait des efforts pour sauver sa ville… Pff… D’quoi me déprimer là. J’tirai une nouvelle taffe d’ma clope avant d’entendre des voix familières et des bruits de pas aux alentours. Des gens approchaient. Ce n’est que lorsque j’levai ma tête, que je vis toute ma clique arriver vers moi. Avec tous les marines qui grouillaient, l’combat touchait certainement à sa fin. A moins que les deux autres pirates n’soient suicidaires pour tenter quoi que ce soit, déjà que j’réussissais à les contenir sans aucune aide. Mes hommes finirent par m’entourer avant que j’ne demande un escargophone version haut-parleur. C’était p’être pas glorieux pour un marine d’mon calibre, mais j’préférais ça à continuer à m’battre comme un forcené sans de résultats concluants… Et puis, c’était mieux ainsi, et pour les habitations, et pour les habitants…

                  • VOUS AVEZ DIX MINUTES POUR VOUS CASSER DE CETTE ILE. J’NE TIENS PAS A OCCASIONNER D’AUTRES DÉGÂTS, D’AUTANT PLUS QUE PERSONNE N’AURA L’ASCENDANT. ALORS, J’ME RÉPÈTE. VOUS AVEZ DIX MINUTES POUR VOUS CASSER !

                  On n’pouvait pas être on n’peut plus clair que ça.
                    Alucard fut projeté à une allure fulgurante droit dans le mur de l'habitation. Il fracassa le bois et passa à travers le pan. Et pourtant il ne s'arrêta point là, il semblerait que l'inertie que lui avait procuré cette bestiole était bien grande. Il roula encore sur quelques mètres avant de finir la tête la première dans une armoire. La vaisselle lui tomba dessus dans un broua terrible. Il y avait du sang un peu partout. Il semblerait que le cuire chevelu est tendance à saigner abondamment. Du sang coulait sur son visage et pourtant la seule douleur qu'il pouvait sentir dans son organisme était celle de la défaite. Il avait rencontré quelqu'un de plus fort que lui aujourd'hui. Ce n'était pas la première fois, car ce fut déjà le cas dans le passé. Mais il ne s'était pas encore habituer à de tels faits. Puis il avait surtout la traitrise de l'autre pirate en travers de la gorge. Saloperie de cinglé à deux francs !!! La prochaine qu'il le verrait, il s'occupera personnellement de cet avorton. Pourtant sa tête lui disait tout de même quelque chose. Qui pouvait-il bien être ? Surement un pirate asse renommé pour qu'un puissant marine, comme l'autre baltringue, puisse ce souvenir de son nom. Ah il oubliait également l'autre mouette qui était venue comme un cheveux sur la soupe. Saloperie de Marine !!!!!!!!!! Al' grinçait des dents, il avait les nerfs à vif. Sa colère grondait en lui et il n'avait qu'une seule envie ... foncer une dernière fois tête baisser contre le colonel.

                    Il se leva tant bien que mal, sa tête tournait affreusement. Il avait plusieurs côtes cassées et quelques éclats de bois et porcelaines dans le dos. Uhm ... s'était vraiment pas la grande forme. Il attaque contre les dernières forces de ce village ne serait certainement pas une bonne idée, surtout avec de telles conditions physiques. Il tomba à genoux ! Enfin condition physique, le mot est grand. Il prit appui sur une chaise et se releva. Un coup de flotte sur le crâne, afin d'y voir quelque chose et il sortit de la demeure par son chemin d'entrée. Il y avait de la poussière partout et encore une légère odeur de brûler dans les alentours. Alucard se trouvait au bout d'une rue, le troupeau était visible par son écran de fumée. Celui-ci se dirigeait vers une direction qui lui était inconnue. Il y avait du monde au bout du quartier. Une foule à peine visible, comme quand vous regardez quelqu'un à plusieurs mètres alors que vous portez normalement des lunettes de vue. Yukiji n'arrivait pas à distinguer quoique ce soit. S'était un simple regroupement flou et imposant. Il fit marche arrière direction les quais. Plus aucune envie de combattre ne l'animait et pourtant une seule phrase suffit pour lui mettre la rage au ventre. L'autre colonel de mes coroles, donnait dix minutes aux deux pirates pour quitter l'île. Il pouvait se les mettre où je pense ses dix minutes. Sans l'intervention des toutes sa clique, il aurait pas été foutu de nous arrêter ... Il tourna le dos au groupe au loin et leva sa main en l'air. Un doigt en leur direction et il cria de toutes ses forces:


                    VA TE FAIRE ENCULER CHEZ LES GRECS !!!!!!!!!!


                    Une belle phrase de fin ... Le sourire aux lèvres, un petit rire de plaisir et surtout de folie. Yukiji quitta les lieux directions le premier navire qu'il vit. Dix minutes ... Même pas besoin de la moitié pour partir. Et pourtant au bout du compte, il doutait tout de même de sa capacité à quitter l'île dans le délais. Il était tout de même dans un piteux état. Il avait du sang sur tous ses vêtements. Il y avait un peu du sien et un peu de celui de quelques taureaux. Il détestait également ses bestioles. Un jour, quand il sera grand et fort, il massacra une bonne paire de couilles pour son simple plaisir. Ils allaient voir de quoi était capable notre jeune pirate. Le colonel venait tout juste d'allumer la mèche d'un barils de poudre noire. Un jour, notre jeune homme sera en mesure de lui tenir tête et se jour là ce n'est point la sienne qui tomera au sol. Il s’esclaffa à plein poumon avant de tousser comme une tafiole. Foutu blessure ... Il embarqua clandestinement et parti de l'île ainsi qu'à la recherche d'une trousse de soin.
                  • http://oprannexe.onepiece-forum.com/t773-yukiji-alucard-pride
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t118-yukiji-alucard-une-vie-un-but-un-hommetermine
                  Alors comme ça, on a dix minutes pour se casser de la ville, un dirigiste de son ampleur...Il est bon, pour laisser des pirates s'enfuir...Que faire ? Je dois choisir entre affronter un Colonel et une marine qui se déplace super vite pour arriver à éviter l'attaque d'un primé de 70 Millions de Berry's ou bien partir à bord d'une barque que j'ai laissé sur la plage à tout juste quelques minutes d'ici...

                  Cruel dilemme, je dirai. Le choix est vite fait, compte tenu de mes blessures, de ma fatigue, c'est très certainement la meilleure option. Je dirige la bête vers la côte, je regarde en arrière et jure qu'un jour, je deviendrai plus fort et j'éclaterai cet officier...Tandis que la brute s'exprime tel un vrai pirate, je me réconforte moi même en me disant que c'était vraiment pas mon jour...

                  Tenir tête à deux puissants hommes...Haha faut dire que je suis cinglé...AAAh merde ! Je sens que je perds le fil, le taureau fait des siennes et ne vas pas là où je veux...Pt'in, comment on dirige cet animal, y'a pas un mode d'emploi quelques part...Aller ! Uh ! Dada, va à gauche ! Non à gauche pas à droite...Moi qui voulait à la base, faire de cette île, mienne...un jour, je reviendrai avec des gens qui seront à mes côtés...Il est enfin temps de passer à autre chose, de me faire des amis, de voyager en quête d'aventures, bien que cette idée de vengeance me ronge de plus en plus...Foutu gouvernement ! Ah ! Si je retrouve le ou les coupables de cet attentat...

                  J'arrive enfin à la rive, je descends de l'animal avec beaucoup de diffcultés, si ce n'est pas dire que je me suis pété le coxis....Dohahaha Après tout ce remue-ménage, je ne saurai dire, qui de nous trois est un bon, une brute ou un cinglé...
                      Le bon, la brute et le cinglé hein ?

                      J’dois avouer que j’étais quand même un peu des trois et cela se justifiait assez. J’avais été une brute parce que j’avais ignoré toutes les infrastructures de cette bourgade lorsque j’me battais. Mon esprit était focalisé sur leur arrestation et il y avait de quoi : L’un avait buté pas mal de mes hommes il y a quelques mois, et l’autre avait quand même 70 millions de berrys sur sa tête, c’qui n’était pas négligeable. C’est dire que j’avais toutes les raisons du monde de m’en prendre à eux, même si j’ai malheureusement occasionné moult dégâts. D’un autre point de vue justement, l’on pouvait m’assimiler à un vrai cinglé de chez cinglé. Quel est le marine qui laisserait filer deux individus tristement célèbres ? A part moi, faut dire qu’il n’y en aurait pas beaucoup… Voire même aucun officier. Sur le coup, j’étais effectivement cinglé de les laisser s’échapper, ouaip. Mais tout ceci me ramenait finalement dans la peau du bon. Par toutes ces entreprises, mon unique but n’avait été que de faire régner la justice comme il se doit, en mettant ces forbans hors d’état de nuire. J’avais aussi pour but de protéger cet endroit et ses habitants, d’où la raison de ma visite dans les environs d’ailleurs. J’voulais faire bien, un peu comme mon père d’ailleurs. Et même si on qualifiait mon boulot de passable, ou même carrément médiocre, j’avais au moins la satisfaction d’avoir fait cesser le combat. Tout du moins, c’est ce que j’espérai…

                      C’est d’ailleurs c’que me confirma Yukiji Alucard en premier. Même s’il me dédicaçait un doigt d’honneur, le tout agrémenté de charmantes paroles en mon égard, il n’en demeurait pas moins que l’pirate était d’accord pour se casser de l’île. Automatiquement, mon sniper Sarkozyzy braqua son fusil vers sa nuque, mais j’lui fis signe de laisser tomber, parce que j’m’en foutais un peu de ses dires. Et puis nous avions un accord, c’que je n’allais tout d’même pas gâcher, même s’il méritait effectivement de crever comme un chien. Tout s’paye sur Terre de toute façon. Et les atrocités qu’il avait commise, certainement qu’il allait le regretter un jour ou l’autre. Gold Roger lui-même avait fini à la potence. Un exemple parlant de la puissance du bras armé du Gouvernement Mondial. Par la suite, nous attendîmes une manifestation de Mizukawa, mais dix minutes plus tard, quedal. Le loustic avait complètement disparu. C’qui signifiait qu’il avait lui aussi accepté mon offre, tout en préférant se garder de venir me narguer comme Yukiji avait eu l’audace de le faire. A force, j’vins à penser qu’il était une sorte de ninjas, ces gens masqués de la tête aux pieds qu’on pouvait voir dans les quelques rares campagnes isolées et qui avaient l’art de se volatiliser. Un constat rigolo qui m’fit sourire, bien que l’heure n’était pas à tellement à la réjouissance. En effet, l’odeur du brulé m’ramena brutalement à la réalité, bien avant que j’ne reparte dans un constat du bordel occasionné…

                      Quelques temps plus tard…

                      C’est le sourire aux lèvres que j’étais sorti une nouvelle fois du bureau du maire. Celui-ci de loin m’avait même félicité vu l’effort que j’avais déployé pour arrêter ces forbans. Avec quelques habitants, il avait eu le loisir de nous observer depuis une colline où ils s’étaient tous réfugiés. J’avais p’être détruit quelques maisonnées, mais lui et les habitants ne m’en portèrent pas rigueur. Ce qui m’encouragea à rester deux bons jours, durant lesquels moi et mes soldats travaillaient de pair avec les campagnards pour reconstruire quelques habitations. J’avais même fait don d’un cachet de deux millions pour aider aux réparations lors de mon départ et j’lui avais même promis de faire tout mon possible pour établir ne serait-ce qu’une petite caserne dans le périmètre avec une cinquantaine de marines pour assurer leur défense. Pendant les deux jours, j’eus aussi le loisir de profiter de la fraicheur de quelques belles filles… M’enfin bref. Au départ, c’est presque tous les habitants qui virent au petit port m’dire au revoir, c’qui m’toucha tout de même. Malgré mes erreurs, j’avais conquis le cœur de ces gens et il n’était pas question pour moi de les décevoir. C’est ainsi qu’à mon arrivée à Shell après deux autres jours de navigation, j’fis un bref rapport sur la situation précaire d’Orange en espérant que les autres strates n’allaient pas minimiser l’affaire comme d’habitude en jetant ce dossier dans les archives. Les connaissant, j’savais très bien qu’ils en étaient capables…

                      Spoiler: