Le Deal du moment : -20%
OnePlus Nord CE 2 5G – 8GB RAM 128GB – ...
Voir le deal
239 €

Izya Sélindé [Terminée]

>> Izya Sélindé



Izya Sélindé [Terminée] 1409874192-izya-aile-pres

Pseudonyme : Izya
Age: 20
Sexe : Femme
Race : Ange sans antenne
Rang :

Métier : Forgeron
Groupe : Pirate
Déjà un équipage : Shinoryu Kaizoku
But : Devenir suffisamment forte et courageuse pour pouvoir traverser les mers à la nage ; Forger le plus puissant des katanas ; Découvrir ses origines.

Fruit du démon ou Aptitude pour la suite :
Équipements : Si possible une épée double forgé par mes soins lors de mon background, un marteau de forgeron et une paire de gants.

Codes du règlement (2) :

Parrain : Yukisame et The Sea Lion

>> Physique

Quoi de plus beau qu’une sirène ? Un ange peut être… Ainsi Izya fut béni d’une grande beauté à la naissance.
Elle possède un corps svelte, avec des courbes bien dessinées, bref, un bonheur pour les yeux. Sa chevelure d’un rouge grenat chatoyant impressionne toujours un peu, mais son visage est des plus tendres, voire même rassurant. Ses yeux son marron,  mais tendent sur le rouge, on a parfois l’impression qu’ils changent de couleurs selon son humeur, mais ce n’est qu’un effet d’optique du à sa chevelure de braise. Pour parfaire le tout, elle possède une taille très respectable, 1 mètre 70, et pèse 62kg. Un peu lourd pensez vous ? Cela ne colle pas avec la description ? Et bien, sachez que cette demoiselle aime le dur labeur de la forge et de la natation, ses bras son donc bien entrainés, même si cela est très discret sur son apparence.
En temps qu’ange, elle possède, bien évidemment de fines petites ailes blanches dans son dos qui ne peuvent soulever son poids dans les airs de part leur taille si « ridicule », mais elles lui permettent de s’aérer lors des grosses chaleurs qu’elle rencontre dans la forge.
Niveau vestimentaire maintenant : Izya aime être jolie et se mettre en valeur, parfois même un peut trop, ce qui à pour effet de déstabiliser plus d’un homme sur son chemin, et d’outrer plus d’une femme… Elle n’a pas de style particulier et s’habille selon ses envies, cependant elle fait toujours attention aux couleurs pour que ça aille avec ses cheveux. Pour le haut, elle est obligée de faire attention à cause de ses ailes, elle met donc en général des « dos nus » et en hiver, favorise les cape et poncho pour se protéger du froid. Pour le bas, en revanche, elle n’a aucune gène particulière donc varie selon ses envies, et niveau chaussure, elle favorise les bottes avec ou sans talon. Toujours coquette, Izya aime avoir toujours un collier autours du cou, parfois des bagues aux doigts et plus rarement un bracelet, tout dépends de ce qu’elle pense à mettre lorsqu’elle se réveille le matin.



>> Psychologie

Izya est une fille intelligente mais indécise dans ses choix, hormis lorsqu’elle a une idée en tête, quoi que là encore, elle peut se compliquer la vie pour pas grand-chose (par exemple : « Cette robe, je l’a prends en rouge ou en bleu… » Pour finir en « Et puis ça me gonfle je prends rien ! »). En bref, elle est assez imprévisible, pouvant dire oui à tout ce qu’on lui demande de faire un jour, et non le lendemain. Elle aime son indépendance mais n’aime pas être seule. Mais en règle général c'est une "jemenfoutiste" de première catégorie. "Quoi ? Les autres ? Ils font leur vie comme ils veulent, laissez moi tranquille."
A part ça, c’est une profiteuse, oui , une profiteuse qui sait jouer de ses atouts pour obtenir ce qu’elle veut mais tout cela dans la limite du raisonnable ! Cela ne lui viendrait jamais à l’idée de souiller son corps pour arriver à ses fins. Il lui arrive aussi de profiter de ses amis, mais ce n’est jamais bien méchant car ses amis sont un trésor qu’elle respecte et garde précieusement. Mais, comme on dit si bien « qui aime bien, châtie bien », et Izya correspond parfaitement à ce dicton.
Niveau alimentation, Izya n’est pas très compliquée car elle aime tout ce qui est viande et légumes et autres. Par contre, elle a une aversion pour le poisson et les fruits de mer, rien que l’odeur l’insupporte mais elle fait des efforts pour qu’on ne le remarque pas.
En ce qui concerne ses passions, elle adore nager car cela lui procure un sentiment intense de liberté, car dans l’eau, le haut et le bas n’existent plus. Malheureusement, elle a été traumatisée par des monstres marins dans son passé, et depuis, elle n’ose plus vraiment s’aventurer en zone profonde à la nage. D’ailleurs, c’est depuis ce traumatisme qu’elle s’entraine sans relâche afin de voir sa force s’accroitre jusqu’à pouvoir affronter ces monstres sans crainte. C’est ainsi qu’elle a découvert sa deuxième grande passion : les épées et tout ce qui coupent. Dans cette optique, elle a même appris à les forger, en plus de savoir les manier. Mais, lorsqu’elle travaille à la forge, mieux vaut la laisser tranquille, car sa concentration est telle que si on lui parle, elle ignore dans un premier temps, et si on insiste, elle n’hésite pas à utiliser son marteau pour aplatir autre chose que du métal…



>> Biographie

 « Il se fait tard, Malia, allons nous coucher avant d’être dérangés part l’orage » dit Géralt à sa femme, et c’est ce qu’ils firent… Puis, un bruit dans la nuit réveilla l’épouse, le tonnerre grondait, certes, mais ce n’est pas ça qui la tira de son sommeil. C’était un bruit caractéristique, qui éveilla tous ses instincts, un bruit qu’elle n’avait encore jamais entendu sous son toit.
Elle descendit à l’entrée, ce bruit était de plus en plus fort à ses oreilles, il venait de dehors, surement juste devant la porte d’entrée. D’un geste, elle ouvrit se qui la séparait du miracle qu’elle avait tant attendu, tout en fermant les yeux et espérant de tout son cœur que ce soit vrai.
Lorsque la porte fut ouverte, le fameux bruit fut tout à fait lisible à ses oreilles, Malia ouvra ses yeux et fut sous le choc de la joie qui l’envahissait en découvrant ce qui l’attendait : un poupon emballé dans un drap, allongé dans un panier d’osier  pleurait juste devant sa porte. Elle ramassa le panier et l’amena à l’intérieur, les larmes de joies coulant toujours sur ses joues.
Les pleures du bébé réveillèrent son mari, qui alla voir ce qui se passait. Il trouva sa femme dans le salon entrain de bercer doucement ce petit être. En s’approchant, il remarqua que l’enfant avait des cheveux rouges, mais n’y prêta pas plus attention, ce qui le marqua fut le visage de sa femme qui n’avait jamais été aussi heureux hormis le jour de leur union. Il s’approcha d’elle et la serra dans ses bras.
« Les dieux nous ont béni Géralt, ils ont répondu à nos prières et nous envoient un ange ! »
Depuis, des années le couple avait tenté d’avoir un enfant jusqu’au jour ou le médecin annonça à Malia qu’elle était infertile. Depuis se fameux jour, elle avait prié tous les jours pour qu’un miracle se produise et se moment était enfin arrivé.
Malia proposa à son mari de porter l’enfant pour qu’elle puisse aller chercher des serviettes pour le sécher. Lorsqu’il le prit, il remarqua enfin les deux petites ailes qui dépassaient de son dos : « Ah mais… Mais c’est vraiment un ange ! ». Sa femme le regarda et lui sourit « Oui, c’est est vraiment une, et nous l’appellerons Izya ; Izya Sélindé. »

Sept année passèrent où Izya grandit sur Scarlet Town, dans les mers de South Blue, auprès de Géralt et Malia Sélindé. Bien entendu, elle commençait à se poser des questions sur ses ailes. Pourquoi était-elle la seule à en posséder sur toute l’île ? Ses parents ne savaient que répondre à cette question, ne voulant pas lui briser le cœur, ils lui dirent que c’était parce qu’elle avait faillit mourir à la naissance et qu’un ange était venu se pencher sur son berceau pour la sauvée, et que, depuis cet instant, elle avait acquis des ailes d’ange. Cet explication convaincu Izya du haut de ses sept ans, mais ses parents savais qu’il viendrait un jour où ils devraient lui révéler la vérité.
Pour Izya tout allait bien dans le meilleur des mondes. Ses activités étaient simple, elle aimait jouer avec Léo, son meilleur ami de 2 ans son ainé. Tous les deux faisaient les quatre cents coups dans le village, mais ce qu’ils aimaient par-dessus tout, c’était nager. Ils pouvaient rester des journées entières à jouer dans l’eau.
Un jour, Izya se retrouva seule à leur point de rendez vous journalier. Elle attendit une bonne demi-heure mais Léo ne vint pas. Inquiète, elle pensa que son ami était malade et alla voir chez lui. Léo était le fils du boulanger et Izya aimait beaucoup aller chez lui car sa mère leur offrait toujours de bons gâteaux à grignoter. Mais cette fois, elle n’était pas la pour ça. En entrant dans la boutique, la mère de Léo l’accueilli : « Bonjours Izya, je me disais bien que tu allais venir. Je suis vraiment désolé mais il est temps pour Léo d’apprendre le métier de son père. Il sera donc moins disponible pour jouer avec toi.
-Mais, pourquoi ? Hier encore il jouait avec moi, pourquoi il faudrait qu’il travail maintenant ?
-Et bien, son papa se sent de plus en plus fatigué chaque jour, oh, rien de grave ne t’inquiète pas ! Seulement il a peur de ne pouvoir tout apprendre du métier à Léo si il attend plus longtemps avant de le former. Tu comprends ?
-Oui, je comprends… , dit Izya en baissant la tête, l’air un peu triste,
-C’est bien, tu es une grande fille. Mais ne t’inquiète pas, il pourra toujours jouer avec toi l’après midi, car le métier de boulanger se passe surtout le matin !, la rassura la mère,
-D’accord ! Et bien, puisque c’est comme ça, moi aussi je vais travailler le matin avec mon père ! dit-elle en fonçant vers la sortie, motivée comme jamais.
-Non, mais, la mère de Léo vu qu’Izya était déjà sortie de la boutique et finit sa phrase dans un murmure, ton père est forgeron… »
Izya courut donc à la forge de son père qui était en plein travail. Lorsqu’elle y entra, elle dit de manière surexcitée à son père : « Papa, papa ! Apprend moi ton métier ! ». Géralt se tourna vers sa fille ailé, d’un air intéressé et surpris : « Depuis quand tu veux apprendre à forger ?
-Bah Léo doit apprendre le métier de son père alors je veux faire pareil !
-Hum, dit-il pensif et un peu déçu par les motivations de sa fille, dans ce cas, tu ferrais mieux d’apprendre le métier de Maman plutôt que le mien puisque tu es une fille, tu ne croies pas ?
-Ah mais non ! C’est trop nul de cuisiné ! En plus parfois elle fait du poisson et ça pue ! dit Izya d’un air dégouté, Non, moi je veux faire des épées !
-Des épées, carrément ! Et depuis quand tu veux faire ce genre d’objet dangereux ?!
-Heuu… ,Izya se fit toute petite, Depuis qu’on est passé vers chez le marchant d’arme avec Léo… Mais on n’est pas rentré dedans…
-Vilaine petite chipie ! Je t’avais pourtant dit de ne pas rentrer dedans ! On ne peut rien voir de l’extérieur ! dit Géralt d’un air sévère.
-Bon, alors tu vas m’apprendre maintenant ? » Renchérit Izya comme si de rien était. Et devant son effronté de fille, Géralt ne su que dire oui. C’est ainsi que commença l’apprentissage d’Izya en temps que forgeron. Bien entendu, elle continuait de voir Léo sur la plage les après midis et ces deux la se racontait mutuellement leur formation.

Le travail de Léo commençant de plus en plus tôt aux fils des mois, celui-ci devait faire une sieste l’après midi avant de passé sa soirée avec Izya. Pour l’attendre, elle décida de s’entrainer avec les armes qu’elle forgeait, réduisant en miette l’écorce des arbres qui bordaient la plage.

Les années passaient et se ressemblaient, les deux jeunes gens c’était rapproché au point de s’aimer. Lorsque Léo eu dix-huit ans, il promit à Izya de l’épouser mais avant il voulait parcourir le monde en solitaire pour lui ramener un présent digne de l’amour qu’il lui portait. Elle essaya de l’en dissuadé, disant qu’elle n’avait pas besoin de ce genre d’attention et que ce qu’elle voulait, c’était juste vivre à ses cotés. Mais Léo était inflexible, il partirait et lui ramènerai le plus beau des trésors…
Le jour de son départ, Izya regarda le bateau s’éloigner, jusqu’à ce que le drame se produise… Un gigantesque serpent de mer attaqua le navire qui fini par sombrer. Cette événement anéanti le cœur d’Izya, qui espérait, au fond de son cœur, qu’il y ait des survivants, qu’il est survécu… Elle resta deux semaines à scruter l’horizon, mais seuls quelques morceaux de bois revinrent. Finalement, ses parents réussir à la faire rentrer chez elle.
Plusieurs mois s’écoulèrent ou Izya ne sortait plus, mangeait que très peu, forcée par ses parents et restait dans son lit. Et puis, elle eu un déclic. Un matin, elle alla à la forge pour se créer une nouvelle arme assez spéciale : composée de deux épées pouvant être liées aux niveaux de la garde pour n’en faire qu’une à deux lames. Son père fut ravit de la revoir à la forge et fut très surpris par sa nouvelle création.
Une fois qu’elle eut fini son travail, son père s’approcha d’elle, car il savait qu’il ne devait pas la déranger durant son travail : « Tu vas mieux Izya ?
-Un peu, c’est dur tu sais, mais je ne pense pas qu’il aurait aimé me voir dans cet état. Il aurait voulu que je vive ma vie à fond, alors c’est ce que je vais faire, je réaliserai notre rêve et les miens.
-Et quels sont ses fameux rêves ? demanda Géralt, intrigué,
-Nous voulions traverser les mers à la nage lorsque nous serions prêts. Avec ce qui s’est passé il y a de cela cinq mois, je ne pense pas être prête à affronter des monstres marins, je dois donc m’entrainer. Et, d’ailleurs, je ne pense pas y parvenir ainsi armée. C’est pourquoi, je souhaite aussi forger la meilleure épée du monde. Et le dernier… , elle s’interrompit un instant avant de continuer, je souhaiterai savoir d’où je viens… »
Son père la regarda et sourit, elle l’avait compris d’elle-même finalement, après tout, c’était une fille intelligente.

Trois autres années s’écoulèrent où Izya s’entraina d’arrache pied, aussi bien à la nage, même si, maintenant, elle avait peur de s’aventurer trop loin de la côte, qu’au maniement de son arme. Elle attendit son vingtième anniversaire pour annoncer à ses parents qu’elle partait de l’île afin de poursuivre ses rêves. Il la laissèrent partir avec un pincement au cœur mais en sachant que c’était mieux ainsi.



>> Transition Biographie et Test RP

Il me restait encore une heure avant le départ des marchants avec lesquels j’avais négocié le voyage vers ma première escale. Je ne savais pas jusqu’où ce voyage me mènerai, mais il fallait que je le fasse, je ne pouvais plus rester sans savoir ce que j’étais réellement et d’où je venais.
Rassemblant les dernières affaires dont j’avais besoins, comme des vêtements et mon marteau fétiche pour la forge, j’aurai bien pris plus d’instruments, mais je me suis dit que si j’avais l’occasion de forger, ne serai-ce que pour gagner quelques Berrys, j’aurais surement à ma disposition une forge et les outils du forgeron qui la possède. Et puis, de toute manière, prendre tout ce matériel serait trop lourd pour une femme seule.
Bien, je n’avais plus rien à prendre dans ma chambre, il ne me restait plus qu’à faire face à mes parents… Ils ne s’étaient pas opposés à mon départ, je pense, qu’au fond d’eux même, ils savaient que le jour viendrait ou je devrais partir. Mais leur tristesse se lisait clairement dans leur yeux lorsque je leur eu annoncé. J’avais peur qu’ils y cèdent cette fois ci, rendant nos adieux plus difficiles. Mais il fallait bien que je descende, car le capitaine du navire m’avait bien fait comprendre qu’il ne m’attendrait pas pour mettre les voiles. Bref, mon sac sur le dos avec mon marteau, attrapant mes épées au passage et prenant mon courage à deux mains, je me lançai à leur rencontre.
Il était la, dans la cuisine. Maman était entrain de me préparer quelques vivres pour le voyage tandis que mon père nettoyait un objet.
Ce fut ma mère qui remarqua ma présence la première :
- Ça y est, tu es prête ?
- Oui, il va bientôt être l’heure…
Mon père se tourna vers moi et me tendis la chose qu’il était entrain de nettoyer un instant plus tôt :
- Tiens, je l’ai faite pour toi, j’ai commandé le meilleur métal qu’il est possible de trouver. J’y ai mis tout mon talent, c’est le mieux que je puisse faire.
J’attrapai l’objet qui n’était autre qu’une magnifique petite dague, dont la garde était finement ouvragée. Je reconnaissais bien la le travail de mon père, avec une belle arabesque dessinée sur le plat de la lame.
- Elle est super jolie ! Merci beaucoup !
Je le pris dans mes bras pour le remercier comme il se devait.
Puis ma mère dit :
- Il est temps, Izya…
Sa voix tremblait, elle était au bord des larmes mais je voyais qu’elle se retenait.
- Maman… je reviendrais tu sais, ce ne sont que des au revoir ! Je reviendrai lorsque mes rêves seront accomplis, vous rendant plus fières de moi que jamais !
- Mais nous sommes déjà fières de toi. Aller, va, l’aventure t’appel.
J’embrassai une dernière fois mes parents et sortie. Il me restait encore un peu de temps avant de partir, je me dirigeai donc vers la plage où j’avais passé une grande partie de mon enfance. Je me recueilli quelques instant. *Ça y est Léo, je pars à l’aventure et ne reviendrai pas tant que notre promesse ne sera pas accomplie.* Je posai un dernier regard sur le large, et partie vers le port.
Le bateau était bien là, avec son capitaine qui scrutait la ville. *A mon avis, il m’attend…*
Dans un geste d’agacement, il tourna la tête et m’aperçue enfin :
- J’ai bien cru que vous aviez changé d’avis ! Aller, montez, on n’attend plus que vous.
Sans rien dire, je suivi ses instructions. Une fois sur le pont, je me tournai vers mon île et aperçu mes parents qui étaient tout de même sortie de leur maison pour m’accompagner du regard aussi longtemps que possible.
Le bateau démarra enfin, et je vis mes parents devenir de plus en plus petit… Puis ce fut le tour de l’île, jusqu'à ce quel disparaisse dans l’horizon. C’est à ce moment là que le capitaine du navire vint à ma rencontre :
- Vous voudriez peut être mettre vos affaires dans votre chambre ?
- Oui, ce serait plus pratique…
J’étais effectivement assez chargée.
- Suivez-moi, je vais vous y conduire… Je m’appel Jack et si je peux rendre votre voyage plus agréable, n’hésitez pas à me demander ce que vous voulez…
- Merci, Jack, j’y penserai au cas où.
Je le suivi jusqu'à ma chambre, en silence. Une fois arrivé, il reprit :
- C’est ici. Je vais vous laisser vous installer comme il vous convient, après tout, le voyage durera 3 jours, autant vous mettre à votre aise. Et n’oubliez pas, je suis à votre service, n’hésitez pas à venir me chercher, je serai au commande de notre fier navire.
Enfin, il partit, me laissant tout le loisir de souffler. J’étais assez déprimée d’avoir quitté ma famille et en même temps excitée par cette aventure qui m’attendait.
Après avoir déposé mes affaires dans un coin, je m’affalai dans mon lit et me perdit mes pensées, le regard plongé dans l’observation de ma nouvelle dague. Je restai ainsi jusqu’à ce que la faim me sorte de mes rêveries. Je sorti le sac que ma mère m’avait préparé et en sorti une pâtisserie typique de la boulangerie des parents de Léo.*Mes préférés.*
Après l’avoir terminée, je me décidai à sortir de ma chambre pour prendre un peu l’air marin. Je me dirigeai donc sur le pont et m’accoudais au bord du bateau. Comme toujours, je fus comme envoutée pas la mer. Plus rien n’importait, je me sentais comme si j’étais seule avec cette immensité bleue. Puis, une ombre passa sous mon regard, me sortant de ma transe. Je m’éloignai d’un bond du rebord, une main sur le pommeau de mon épée.
- Ça ne va pas mademoiselle ?
Je fus prise d’un sursaut ! Un des marins s’était avancé vers moi, inquiet de ma réaction. *C’est vrai que je ne suis pas seule, je devrais faire plus attention avant de me laissée distraire…*  
- Oui tout va très bien, merci.
- Vous êtes sur ? vous êtes devenue toute pale tout à coup, alors on s’est inquiétés.
Il me désigna un groupe de marin qui jouait aux cartes. *Sérieusement, de quoi se mêle t’il celui-ci, je suis suffisamment grande pour me débrouiller seule !*  
- Tout va très bien, je vous assure, merci de vous être inquiété mais il n’y a pas de quoi se faire de soucis.
- C’n’est pas ce que dis votre main pourtant…
Le bougre avait vu juste, ma main était totalement crispée sur la garde de mon épée et tremblait légèrement. Remarquant cela à mon tour, je lâchai prise brusquement, un peu vexée de n’avoir pas mieux caché mes émotions.
- Si vous ne voulez pas en parler, venez au moins vous joindre à nous.
Ne voulant pas empirer mes relations avec ces personnes qui allaient partager ma vie durant ces trois jours, je ne pu refuser.
Je fis donc la connaissance de ces quatre marins : Joe, Milos, Raph et Howard qui m’avait interpelé. Ils me posèrent beaucoup de questions sur ce qu’y m’avait impressionnée dans l’eau. D’abord réticente, je fini pas leur avouer et ils éprouvèrent beaucoup de peine pour moi, puis Milos renchérit :
- Sinon, pardonne-moi si je suis grossier mais, que fait un ange sur terre ?
Cette question aviva une étincelle d’espoir en moi. *Peut  être connait t’il quelque chose sur mes origines ?*  Je lui répondis donc d’un ton pressé non contrôlé :
- Tu t’y connais en ange ?
- Euuh, je sais juste qu’ils ont des ailes et qu’ils vivent dans les cieux… Pourquoi ?
*Dans les cieux… Voilà qui ne va pas me simplifier la tâche…*
-  Pour rien… et pour répondre à ta première question, je ne sais pas moi-même…
Cela laissa un blanc dans notre conversation. Ce fut Howard qui le brisa :
- Bon, qui veut refaire une partie ?

Finalement, le voyage paru plus rapide que prévu. Je restai tout le temps avec ces quatre hommes à jouer et discuter. Parfois, le capitaine venait nous rejoindre et je le surpris plusieurs fois à approcher sa main de mon dos ou de mes ailes, essayant de les toucher. Je lui fis comprendre que cela me gênait, du coup il arrêta, même si je lisais dans ses yeux son envie de les caresser. Lorsque notre traversé se termina, je fis mes adieux à l’équipage, souhaitant les revoir un jour et j’entrepris de visiter la ville où je venais de débarquer.

>> Test RP

*Voici ma première étape, Erren Town.* Je me lançai donc dans ces rues, me dirigeant vers la place principale en quête d’une auberge ou passer les quelques jours qui m’attendaient sur cette île. Je ne mis pas longtemps avant de remarquer les regards des personnes que je croisais se tourner vers moi. Était-ce à cause de mes ailes ? Ou bien de tout mon équipement ? A vrai dire, je n’en savais rien et m’en moquais pas mal, mais le poids de ces regards me rendais nerveuse. *Il faut vraiment que je me trouve une auberge au plus vite ou je vais devenir folle à me faire fixer comme ça.*
Je fus vite arrivée à destination. La place de cette ville n’était pas extrêmes bien entretenu, elle était juste convenable, avec pour seul décoration, un arbre blanc en son centre et quelques bancs tout autours. Mon regard se tourna alors vers les enseigne et fut tout de suite attiré par la boutique d’arme *ça sera ma deuxième étape…*  puis je trouvai enfin une auberge. *Au cœur du blues, bizarre comme nom, enfin, ça fera bien l’affaire.* J’entrais et me tournai vers le comptoir ou attendait l’aubergiste essuyait sa vaisselle.
- Heu, bonjour, je souhaiterai avoir une chambre, s’il vous plait.
- Très bien, ce sera seulement pour vous ?
- Oui, je voyage seule.
- Bien, bien, je regarde dans ce qu’il me reste…
Pendant qu’il fouillait dans son cahier, j’observais rapidement l’état de la pièce. *Ce n’est pas luxueux mais ça me parait propre, il ne devrait pas y avoir de problème.* De plus, je vis qu’il y avait des hommes assis autours de quelques tables. Étant l’après midi, il n’y avait pas grand monde dans la taverne de cette auberge, mais le peu qu’il y avait me fixait toujours. *Ils se sont donnés le mot ou quoi ? ça devient vraiment lourd !*  Je fis donc de mon mieux pour les ignorer.
- Donc, il nous en reste deux de deux sortes différentes, la première se trouve au premier étage et est assez petite, c’est une de nos chambre basique, je vous la fais pour 9 000 berrys la nuit ; l’autre se trouve au deuxième et dernière étage, c’est une très bonne chambre qui vaut 35 000 berrys pour une nuit.
*Hum… j’avais oublié le problème de l’argent, papa m’a bien laisser quelques milliers de berrys mais je ne tiendrai pas longtemps à ce rythme la. Peut-être cet homme est-il influençable… j’vais tenter de négocier.*
- C’est très chère, même pour la basique ! À ce prix là je deviendrai mendiante dans 2 jours…
- Je suis désolé, mais ce n’est pas moi le patron ici, et les prix sont les prix. Si cela ne vous convient pas vous pouvez toujours tenter de séduire un passant et lui demander l’hospitalité, mais qui sait ce qui pourrait vous arriver…
Cet homme avait très bien compris que je bluffais, et je le soupçonnai même de se payer ma tête. D’ailleurs, quelques clients de l’auberge se mirent à ricaner.
- Bon, vous avez gagné, je vous prends la basique, mais si ça vous dérange pas, je vous paye la première nuit maintenant et le reste quand je partirai. Cela vous convient ?
- J’en connais une qui va essayer de se faire entretenir par un des messieurs de la ville… ça marche jeune demoiselle, mais ne restez pas plus de trois jours sans payer.
- Entendu.
Il me remit donc les clés de ma chambre et m’indiqua son emplacement. Je m’y rendis pour y déposer toutes mes affaires et souffler un coup. La chambre était vraiment basique, avec simplement un lit et une étagère, mais c’était bien suffisant pour moi. Je m’assis un instant su le lit et remarquai qu’il n’était pas aussi confortable que celui de chez mes parents. Enfaite, il était comparable à celui du bateau. * Je sens que mon bon lit douillet va me manquer.*
Puis je repartis car la boutique d’arme m’attendait. Je gardai simplement mes épées, ma dague et ma bourse. Lorsque je retraversai la taverne de l’auberge, je ressentis une nouvelle fois tous les regards se tourner vers moi. *Ils ne me lâcheront jamais, il ne me reste plus qu’à m’habituer.*
Je sorti enfin de l’auberge et me dirigea vers la boutique qui m’avait tapé dans l’œil. Elle n’était pas comme celle de mon île : celle-ci possédait une belle vitrine ou était exposés plusieurs sabres et katanas. Jetant un œil rapide à cette vitrine, je me décidai rapidement à entrer.
L’ouverture de la porte fit retentir une petite clochette, surement pour prévenir le vendeur de l’arrivé d’un client car il n’était pas la.
Je fis donc un rapide tour du magasin. Il y avait aussi bien des armes blanches que des armes à feu. Au centre de la pièce, se trouvait une table ou était entreposé les plus petits objets, comme les dagues et pistolets. Sur les murs étaient accrochées les plus belles armes du magasin, que ce soit des fusils ou des katanas, bien entendu, les prix suivaient. Je me tournai finalement vers le bas de gamme et testa rapidement quelques produits. *Mouais, c’est vraiment de la camelote, l’équilibre n’est pas du tout respecté…*  Le vendeur interrompit ma pensée :
- Et bien, c’est rare de voir de la clientèle féminine chez moi, dotant que vous avez l’air de vous y connaitre.
Je reposai le katana que je brandissais l’instant d’avant.
- Bah, je ne prétends pas être une spécialiste mais je sais reconnaitre des objets de qualités lorsque j’en vois, ainsi que ceux qui ne le sont pas...
Je le vis rougir légèrement…
- Vous savez, il en faut bien pour tout les prix…
- Je comprends tout à fait et je ne vous accuse en rien, je me demande juste quel type de forgeron pourrait se permettre de faire un travail aussi bâclé !
- Ceux qui ne sont pas passionnés, je suppose…
Je senti son regard parcourir mon corps. *C’est une ville de pervers ou quoi ?!*
- Tiens, je viens de remarquer que vous avez-vous-même votre propre armement sur vous, j’avoue ne pas totalement comprendre la garde, puis-je ?
*Ouf, c’est juste un passionné, me voilà rassurée !*
-  Bien entendu !
Je lui tendis mes épées jumelles.
- C’est moi qui ai mis ce système au point, regardez, si vous les mettez ainsi, les gardes s’emboitent l’une dans l’autre et vous obtenez une épée double !
- Waa, c’est super comme idée ! C’est vous qui en avez eu l’idée ? C’est très ingénieux. En plus de ça, l’équilibre est parfais et le métal est très bien travailler, qui les a forgé, je pourrais peut-être lui passer quelque commande ?
- Bah, pour les commandes ça risque d’être un peu compliqué car je ne reste pas longtemps et comme je ne suis plus continuellement à la forge…
- Attendez, vous voulez dire que c’est votre œuvre ?
- Bien sûr, ça vous surprends tant que ça ?
- Un peu oui ! Enfin, on peut dire que vous n’êtes vraiment pas une femme ordinaire, vous.
Je passai le reste de ma journée à discuter avec lui, plusieurs clients passèrent et demandèrent conseils pour des armes blanches, que je me faisais un plaisir de donner, parfois en défaveur de mon nouvel ami vendeur, mais il ne m’en voulait pas, car à plusieurs reprise, je convaincu des acheteurs à prendre une arme plus chère que celle qu’il convoitait au départ. Lorsque le soleil se coucha, je me souvins que je devais passer au port pour tenter de trouver une navette qui me conduirait jusqu’à ma future escale, toujours plus proche de Gran Line. Je quittai la boutique d’arme et me dirigeai vers les bateaux que l’on pouvait apercevoir depuis la place. Malheureusement, j’arrivais trop tard, Je rentrai donc à l’auberge où je fus grandement accueilli. Tout d’abord je ne compris pas ce qui ce passait puis je reconnu un jeune homme que j’avais conseillé plus et qui avait raconté à tout le monde que j’étais une professionnelle niveau maniement des lames. *Qu’est ce qu’il en sait d’abord celui là ! Il ne m’a même pas vu en action !*
Bref, dans la confusion la plus totale, je fus forcée de faire la fête *Bon profitons de leur ignorance pour ce soir, c’est bien marrant comme ça.*
Finalement, je pu enfin aller me coucher. Ayant, un peu trop bu, je ne cherchai pas mon reste : j’enlevai ma ceinture où était accrochées mes épées, m’affala dans mon lit et m’endormit aussitôt.
A un moment de la nuit, mes rêves furent perturbés, cela me réveilla. En ouvrant les yeux, je vu un homme penché au dessus de moi, avec une main dirigée vers moi. Je poussai un cri de surprise, ce qui surprit l’homme qui fit marche arrière. Puis il hurla :
- Retraite !
Et disparut.
Toujours pas remise de ma stupeur, je pris soin d’imprimer dans ma mémoire le visage de ce type, afin de lui rendre l’appareil quand le moment sera venu. Puis, je réussis enfin à me calmer. *Qu’est-ce qu’il venait faire ici ? Peut-être en voulait-il à ma bourse… cela expliquerai pourquoi il tendait une main vers moi… Ou alors…*  Je fus parcourut d’un frisson, n’osant même pas y penser. Puis je vérifiai qu’il ne manquait rien. *Mon marteau est la, mes sac aussi… Je n’aurai pas du boire autant hier, c’te mal de tête que j’ai… Mais*
- NON !
Soudain guérie de ma gueule de bois, je sautai de mon lit à la poursuite de ce voleur, car je venais de remarquer l’absence de mes épées ! *Si je le choppe, je le tue !* . Partie dans ma lancée, je dévalai les escaliers à une vitesse hallucinante. Je venais à peine de franchir le pas de la porte qu’une main retint mon bras, ce qui m’empêcha d’avancer. Au même moment, je lâchai :
- Reviens ici sale fumier !
Puis me tournant vers l’aubergiste qui me retenait, je dis d’un ton sévère :
- Lâchez-moi ! ce voleur à pris mes épées !
- Ils sont une bonne dizaine, jeune fille, je doute que vous fassiez le poids, surtout désarmée…
Il avait malheureusement raison. Fulminante, je retournai à l’intérieur. Il me fit assoir à une table et m’apporta un lait chaud. Plusieurs personnes étaient descendues voir ce qu’il se passait. Je les entendis se plaindre de s’être fait dérober des objets de valeurs. *Je ne suis pas la seule victime… cela me donne une idée…*
- Tavernier !
J’attendis qu’il s’approche de moi,
- Vous avez dis qu’ils étaient une dizaine, comment le savez vous ?
- Ça fait malheureusement plus d’un an que ce groupe de voleur s’est établi non loin de la ville et qu’ils viennent régulièrement détrousser de pauvre gens… En vous voyant arriver hier dans l’auberge, nous nous sommes tous dis, vu votre armement, que vous pourriez sans doute nous aidez à nous débarrasser de ces malfaiteurs ! Malheureusement je ne pensais pas qu’ils prendraient vos épées…
*C’est donc pour ça que les gens de la taverne étaient si content hier… Enfin cela ne règle pas mon problème !*
- Très bien, je vous aiderai, mais j’attends de vous un remboursement total de mon séjour ici ! Je n’aime pas trop la manière dont vous vous servez de moi mais je n’ai pas le choix si je veux récupérer mes biens. Et, comme vous l’avez dis plus tôt, une femme seule irai droit au suicide en se jetant ainsi dans leur camp. Il me faudra donc des volontaires pour m’accompagner et se battre à mes côtés.
- Bien sur, nous avons fait circuler le message toute l’après midi d’hier et six personnes se sont portées volontaires. Ce sont les meilleurs combattants de cette ville. Mais ils sont beaucoup moins bien entrainés que ces voleurs.
- Cela m’étonne que vous n’ayez pas suffisamment de combattant dans cette ville pour défaire ce groupe, après tout vous avez une très bonne boutique d’armement…
- Je vois que vous n’avez pas remarqué, cette boutique est mitoyenne à la bibliothèque… Voyez-vous, Frank est un passionné d’arme mais à la base il est bibliothécaire. Comme la majorité des habitants de notre ville adorent la lecture, il se fait une marge suffisamment grande pour pouvoir en même temps tenir sa deuxième boutique.
- Mais, mais… tout ces gens cette après midi ?!
- Ils ont du se demander pourquoi la bibliothèque était fermé et puis, n’oubliez pas, nous avons prévenu la ville de votre arrivé, c’était surement des curieux…
J’étais totalement perdue. Je ne savais pas ce qui m’énervait le plus, m’être faite volée ou qu’on se serve de moi ainsi. * Vivement que je quitte cette île de fou !* . Un silence s’installa, je fini mon lait et le brisa d’un ton froid et autoritaire
- Dites aux volontaires de ce tenir prêt pour treize heure et que quelqu’un trouve l’emplacement de ce camp.
Sans attendre de réponse, je montai me recoucher. Je sentais mon mal de tête revenir en plus de la colère qui bouillait en moi. Cette fois, je n’oubliai pas de fermer ma porte à clé puis j’allai finir ma nuit.

Lorsque je me réveillai, il devait être aux alentours de onze heures. Je repensai aux événements de la nuit, ravivant ma colère envers ceux qui m’avaient dupés et celui qui m’avait volé. *Va falloir que j’aille faire un tour chez Frank, je ne vais pas me battre avec une dague et un marteau… quoi que je pourrai, mais je ne préfère pas le tenter, mieux vaut être rapide et efficace.* Je descendis, marteau en main, à la taverne et demanda un lait frais que l’aubergiste me servit
- Vous avez pu les contacter les six qui doivent m’accompagner ?
- Oui, ils seront là dans deux heures, comme convenu.
- Bien, et en ce qui concerne le camp ?
- Dylan n’est toujours pas revenu…
- J’espère pour lui qu’il sera la à temps !
Je bu mon verre d’une traite et sorti sans en dire plus. Puis je pris la direction du magasin d’arme. Une fois à l’intérieur, j’appela Frank de vive voix et il arriva aussitôt.
- Tu es au courant de ce qui ce passe ?
- Izya, je suis désolé, je me disais bien que ce n’était pas normal de voir tout ces gens m’acheter des armes hier, ils m’ont prévenu que ce matin.
Il n’avait pas l’air de mentir. *Apparemment c’est le seul en qui je peux avoir confiance dans cette ville.*
- Bon, du coup on t’a aussi dit qu’ils m’avaient volé mes épées… Bref, je me retrouve sans arme pour combattre ces vauriens, tu pourrais me dépanner ?
- Oui, prend ce que tu veux, mais ramène les moi après d’accord ? Car je sais très bien que tu vas me prendre les meilleures…
- Évidemment… On ne part se battre avec des épées en bois quand on peut en avoir en argents. Tiens, je te laisse mon marteau en caution. Sinon, tu n’aurais pas une ceinture à me prêter pour le transport ?
- Euh, je regarde ça…
Il se dirigea dans l’arrière boutique et farfouilla dans ses affaires quelques instants. Puis il revint avec une lanière de cuir.
- Je n’ai pas de ceinture mais si c’est juste pour du transport ça devrait faire l’affaire.
- Merci, t’es un ange !
- Ah non, l’ange c’est toi !
- Ahaha, très drôle… Bon je retourne à l’auberge, histoire de faire le plein de force avant de risquer ma vie…
Je sortie donc de sa boutique, deux katanas à la taille attachés grâce à la lanière de cuir. Je retournai dans ma chambre à la taverne en donnant comme consigne à l’aubergiste de me faire monter une assiette de viande et de ne pas venir me déranger avant que les six soient arrivés. Je me mis alors à méditer, puis à m’entrainer au maniement de mes armes de remplacement. La viande suffisamment bonne pour me donner la force nécessaire pour accomplir ce qui m’attendait.
Finalement, ils arrivèrent un peu en avance *Temps mieux, plus vite ce sera fini, et mieux ce sera !*
Je descendis pour les rejoindre. Ils étaient là, tous les six *à croire que c’est moi qu’on attend…*, je me tournai d’abord vers le tavernier :
- Vous savez où ils se trouvent maintenant ?
- Oui, Dylan vous conduira jusqu'à leur campement
Il me désigna un jeune homme qui devait n’avoir que seize ans.
- Bien
Je me tournai ensuite vers les volontaires.
- Allons discuter stratégie dehors… je veux d’abord voir votre niveau. Dylan, tu viens aussi, on ira au camp tout de suite après.
Tous acquiescèrent d’un signe de tête et nous sortîmes. *Je dois leur faire peur… En même temps ils l’ont bien cherché à manigancer des trucs dans mon dos !*  une fois dehors, je me tournai une nouvelle fois vers Dylan :
- Autant ne pas perdre de temps inutilement, on va se rapprocher du camp pour l’échauffement, c’est part où ?
- Ils sont installés dans la forêt, suivez moi.
- D’accord, mais on va s’arrêter en lisière, histoire qu’ils ne nous tombent pas dessus avant qu’on soit près.
Ainsi, Dylan nous guida jusqu'à la lisière de forêt, ou je m’entrepris à tester mes combattants. Dans l’ensemble, ils se battaient tous en usant de leur muscle et de leur grande taille, je n’avais donc pas trop de mal à les esquiver et les toucher de part mon style de combat plutôt acrobatique. Enfin, il n’était pas mauvais pour autant car au bout de quelques minutes ils arrivèrent à analyser mon style de combat et à agir en conséquence. Cela dura une petite heure, puis nous mirent au point un plan :
- Récapitulons, je vais entrer seule dans le camp, réclamant mes armes, normalement il ne devrait rien faire à une femme seule. Une fois que j’aurai attirée l’attention du maximum de gens, vous pénétrez discrètement dans le camp de tout les cotés, vérifiant que tout le monde soit sortit de leurs tentes. S’il en reste, vous les assommez. Puis vous encerclez ceux qui m’entoureront, et on les dégomme.
- On ne leur laisse aucune chance de sans sortir ?
- J’ai pas dit qu’on les tuait, juste les empêcher de nuire, et non on ne leur laisse aucune chance de s’enfuir ! Tout le monde à compris ?
- OUI
- Alors allons-y ! Dylan, à toi l’honneur.
Nous nous remettions en marche. Lorsque le camp fut visible, mes compagnons s’arrêtèrent et je continuai seule. C’était la première fois que j’entreprenais une chose aussi folle, mais j’avais confiance en mes capacités et puis, j’étais vraiment en colère ! Je fis attention à ne pas me faire repérer, mais je n’arrivais pas bien à me concentrer avec ma montée d’adrénaline du au stress et à l’énervement. Un des hommes du camp vint donc à ma rencontre :
- Alors ma jolie, on s’est perdue ?
- Non, bien au contraire, je vous cherchais.
*Autant y aller cache si je veux faire sortir tout le monde.*
- Tu nous cherchais, vraiment ? Et bien laisse-moi t’inviter jusqu’à ma tente
- Jusqu’à ton camp suffira
- Oh ! Mademoiselle préfère avoir un public ! Comme il lui plaira.
*Les vauriens sont si prévisibles…* Je le suivis docilement jusqu'à son camp. Une fois arrivé, il appela lui-même ses compagnons à voir la « belle prise » qu’il venait de trouver ! *C’est trop simple… Enfin, je ne vais pas m’en plaindre, ça va se compliquer dans deux minutes normalement…* Puis, le voleur essaya de me toucher, le voyant venir, j’esquivai et dis :
- Désolé pour toi mais je ne suis pas là pour ça.
Il devint tout rouge *Un mélange de honte et de colère je suppose*, il retenta sa chance mais réussi qu’à n’avoir un nouvel échec.
- Trop prévisible… Bref, je suis ici parce que…
J’ai regardé rapidement l’assemblé et repéré mon fameux voleur, je brandi mon bras dans sa direction, le montrant du doit.
- Toi ! Tu m’as pris pas mal de choses auxquelles je tiens beaucoup, je viens donc les récupérer…
Le désigné paru réfléchir quelques instants et dis :
- Oui, je me souviens de toi, tu raccourcis notre mission de cette nuit.
Il se tourna vers ses camarades
- C’est elle qui a crié ! M’obligeant à sonner la retraite, si elle n’avait pas été là, nous aurions eu un meilleur butin !
*Hum, il serait temps que les gros costauds arrivent, en esquiver un ne me pose aucun problème, mais à dix contre un je risque d’avoir du mal… Tentons de gagner du temps.*
- C’est marrant mais quand tu en parles, on croirait que je suis en tord… Ce n’est pourtant pas moi qui vole les autres et les surprends en pleine nuit… Je pense que si ton vole, car ce n’est rien de plus qu’un vole !, n’a pas bien marché ce soir c’est parce que tu n’as pas été assez discret. Si tu l’avais été, je ne me serais surement pas réveillée.
- Les gars, je croie qu’il y a une donzelle de trop dans ce camp !
Pile à ce moment, un de mes hommes apparu et assomma le prétentieux, et d'autres suivirent.
L’attaque fut d’une surprenante rapidité. A peine eu-je le temps de dégainer que déjà trois d’entre eux gisaient à terre. Ce devint alors du un contre un. Je réussi à bloquer toutes les attaques que mon adversaire me portait et l’accaparais de coups du dos de la lame. Pour le finir, je plantai mon katana gauche dans le sol et pris appuis dessus pour lui assener un violent coup de pieds dans le sternum, lui coupant la respiration et le faisant basculer en arrière, puis je lui mis un violent coup de garde dans la tête, l’assommant sur le coup.
Je regardai autours de moi et allai aider mes camarades en détresses. Tout nos ennemis finir assommés en l’espace de dix minutes.
J’envoyai alors le signal à Dylan qui était resté à l’extérieur du campement pour qu’il aille chercher d’autre villageois afin de nous aider à fouiller cette mine d’objets volés. Mes hommes s’attelait déjà à la tache d’attacher les vauriens endormis. Pour ma part, je me mis à la recherche de mes épées qui m’attendaient bien sagement dans une des tentes. J’enlevai la lanière de cuir ainsi que les fourreaux des eux katanas et remis ma propre ceinture à sa place, avec mes épées toujours accrochées dessus. Regardant plus en détail le contenu de la tente, j’aperçu une bourse qui m’avait l’air bien pleine. Je la glissai donc dans ma poche et sorti de la tente. Puis le campement. Un des hommes tenta de me retenir :
- Tu ne restes pas nous aider à les surveiller ?
- Tu sais, moi je suis juste venu récupérer ce qui m’appartenait, je n’ai plus aucune raison de rester.
- D’accord… En tout cas, merci de ton aide !
Je repris ma route, levant mon bras en signe d’au revoir et dis :
- Vous ne m’avez pas laissé le choix !


Izya Sélindé [Terminée] 1425067977-izya-sflagopr Izya Sélindé [Terminée] 1465207581-signizya Izya Sélindé [Terminée] 1lmh


Dernière édition par Izya le Mer 6 Mai 2015 - 9:03, édité 10 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
  • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-terminee
Hello, bienvenue Izya. Voici ton test RP.

Se lancer à l'aventure, quitter le cocon familial...plus facile à dire qu'à faire. Surtout que le chemin est parsemé d'embûches. Tu t'es à peine lancée depuis quelques jours qu'on te dérobe ton épée fétiche. Raconte comment tu as surmonté cette première épreuve.

Bonne chance, fais signe quand tu auras fini.
    Bonjour et Bienvenue Izya, bonne chance pour ta validation et bon amusement sur OPR Smile
    Si tu as des questions n'hésite pas !!!
      Bonjour,
      Tout d'abord, merci de votre accueil, ça fait toujours plaisir ^^

      A part ça, j'aurai effectivement une petite question (je l'aurai bien envoyé par mp mais avec la restriction de message, c'est pas possible).
      Donc, je voulais savoir, comme j'ai choisi d'être un ange, ai-je droit au Mantra de naissance ?

      Sinon, mon test Rp avance bien, mais j'ai peur de m'être un peu emportée sur la longueur (j'en suis à un peu près la moitié, voire un peu moins, et ça prends déjà plus de place que ma biographie). J'espère que cela ne dérangera pas trop les juges, auquel cas je séparerai la partie importante du sujet du reste (contexte de départ qui équivaut à ce que j'ai écrit pour l'instant).
      Bref, je pense avoir fini pour ce soir, mais je préfèrerai posté qu'une fois avoir eu ma réponse car cela provoquera surement quelques petits changement selon la réponse.

      Edit : Je ne vais pas re up, mais j'ai fini.
      Comme je me suis carrément laissée emporter par mon Test, je l'ai coupé en deux (genre Prélude puis test). Bon même comme ça je le trouve assez énorme, mais j'y ai passé tellement de temps que ça me faisait trop mal au cœur de le modifier.
      Sinon, comme je n'ai pas eu de réponse à temps à ma question, j'ai improvisé. Si jamais ça pose problème, dites le moi Smile

      J'attends vos voix !

      Edit 2 : Unwin m'a fourni la réponse pour le mantra, j'ai donc modifié les passage ou j'y faisais allusion.


      Izya Sélindé [Terminée] 1425067977-izya-sflagopr Izya Sélindé [Terminée] 1465207581-signizya Izya Sélindé [Terminée] 1lmh
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-terminee
      Bon allez, premier avis pour ta présentation ! Ca te fera la voix d'admin nécessaire à la validation et 2 voix sur 4 !

      Donc, allons-y point par point, parce que c'pratique.

      • D'jà, truc qu'a pas grand chose avec ta prés' : il me semble que Enaro Saya utilise déjà Erza Scarlet pour son kit, faudra donc changer ta sign' (cela dit, sous réserve, je connais pas des masses FT).

      • Maintenant que ça c'fait, passons un peu sur la forme de ta fiche, on verra le contenu après ^^
      => D'abord, dans le détail vite fait, t'as deux balises de couleur qui ont sauté ^^
      => Ensuite, plus sérieusement, fais attention à te relire quand tu écris, y'a pas mal de petites fautes qui se sont glissées. A plusieurs reprises t'as confondu son/sont, où/ou, a/à, ce/se. T'as aussi des erreurs de conjugaison et des confusions é/er.
      => Petits soucis sur certaines expressions aussi. Pour info "voire même", c'un pléonasme ^^ Ensuite, pour te citer :
      « le fameux bruit fut tout à fait lisible à ses oreilles » => un bruit est audible, pas lisible x)
      « afin de lui rendre l’appareil » C'rendre "la pareille" et non "l'appareil"
      « *Autant y aller cache si je veux faire sortir tout le monde.* » cash ! Ca vient de l'anglais ^^
      « on croirait que je suis en tord… » Tort ! Quand tu dis que quelqu'un a tort, c'avec un t =) Sinon c'le verbe tordre et ça a plus grand chose à voir.

      Voilà, ça c'était pour la forme pure !

      • Concernant le fond maintenant. J'ai dénoté une petite incohérence.
      =>
      Izya a écrit:-Heuu… ,Izya se fit toute petite, Depuis qu’on est passé vers chez le marchant d’arme avec Léo… Mais on n’est pas rentré dedans…
      -Vilaine petite chipie ! Je t’avais pourtant dit de ne pas rentrer dedans ! On ne peut rien voir de l’extérieur ! dit Géralt d’un air sévère.
      Là tu te contredis complètement ^^ Le père dispute sa fille pour quelque chose qu'elle vient de dire qu'elle n'a pas fait...
      • Sinon, de manière générale, dans ton test RP, tu t'étends énormément sur tout ce qui est discussion et cie et ne consacre qu'un tout petit paragraphe à la baston, du coup on reste un peu sur notre faim. Attention à ne pas perdre le fil de l'action en te consacrant aux dialogues et situations initiales. Ca passe bien mais à la longue, c'est très redondant et ça finit par lasser. C'la chose principale qu'il y a à te reprocher je pense. Ca et peut-être le fait qu'on apprécierait peut-être de voir ton perso se poser 5 minutes et arrêter de raconter ce qui se passe mais partir plus dans le psychologique et la motivation de ses actions. 'fin c'un peu délicat à exprimer, mais y'a quelque chose qui manque dans ton style et tes RP. Peut-être le côté un peu répétitif du "je voyage, je parle avec des gens, je me balade, je re-parle avec d'autres gens". Ton perso a un background intéressant et tu tires bien parti de la particularité de ton perso vis à vis de ses ailes, mais ce serait pas mal de pas oublier que c'une jeune femme qui n'a jamais quitté son île et qui a quand même perdu son fiancé dans des circonstances tragiques. Je te demande pas de faire dans le pathos, mais de tenir un peu plus compte de ça. 'fin cela dit, ça va quand même, je pense qu'à force de RP, tu devrais t'améliorer sans trop de problème, y'a une bonne base déjà ! Mais voilà, veille à pas te perdre inutilement dans des discussions qui pourraient occuper moins de place et privilégier un peu d'action.


      Bon, je pense rien oublier et au pire mes collègues en rajouteront ! Je donne donc ma voix pour 500 dorikis qui peuvent être négociables selon l'avis des autres =)
        Merci pour ce premier avis !

        Pour les fautes, ça ne m'étonnes pas, j'ai toujours eu du mal avec ça, enfin, j'ai pas vraiment d'excuse donc je me tais.
        Pour les codes je vais regarder ça, je les ai rajouter à la fin en essayant une méthode pour aller plus vite avec word mais ça m'a fait un truc bizarre et j'ai pas gagné beaucoup de temps au final.
        Le coup de "l'appareil", j'avais bien mis "la pareille" à la base mais word m'a détecté une faute, et comme j'ai un peu plus confiance en lui qu'en moi... enfin voilà le résultat ^^'

        En ce qui concerne la petite incohérence, le truc c'est que son père comprends le mensonge, mais c'est vrai que j'aurai du être plus clair en mettant "espèce de petite menteuse" au lieu de "vilaine petite chipie". Mais la fin de la phrase permet, pour moi en tout cas (ça peut ne pas être clair), de comprendre qu'Izya a menti à son père car ce qu'elle dit est impossible : "On ne peut rien voir de l’extérieur ! dit Géralt d’un air sévère."

        Pour la suite, je tiens à rappeler que c'est mon premier RP sur internet. Du coup, je prends note de tes conseils pour mes futurs posts ! (Et oui, je me suis totalement perdue dans le détail, je l'ai remarqué qu'à la fin malheureusement...)


        Izya Sélindé [Terminée] 1425067977-izya-sflagopr Izya Sélindé [Terminée] 1465207581-signizya Izya Sélindé [Terminée] 1lmh
        • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
        • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-terminee
        Bang ! Welcome on OPR ! Troisième avis et deuxième voix pour toi !

        Pour commencer, je reviens sur le point de détail évoqué par Un' sur ton avatar, je vais donc m'adresser à elle plutôt qu'à toi ^^. Son avatar n'est pas Erza scarlett, c'est un vieux deviantart me semble-t-il, à moins que Izya n'ait changé dans l'intervalle ^^.

        Cela dit, rentrons dans le vif du sujet ! Bah c'est pas mal ma foi, pour une première fiche sur un forum rp, je dirais même que c'est bien ! Assez emballé par l'histoire qui est assez plaisante à suivre, quelques petites touches d'humour bien placées aussi. Un peu moins conquis par le test rp que je trouve moyen dans l'ensemble. Mais j'y reviendrais un peu plus tard.

        Bon, comme Unwin te l'a dit, ça pêche pas mal au niveau des fautes en général, on a un joli petit lot tout au long de la lecture. C'est pas vraiment choquant, choquant cela-dit mais ça pique un peu les yeux quand même ^^. Ce sont de petites fautes qui peuvent être facilement éradiquées par un correcteur orthographique ou par une petite relecture. Mais bon, avec l'expérience, tu les éviteras assez naturellement si tu commences à y prêter attention dès maintenant ^^. Voilà, ce que j'ai pu relever (ce n'est pas exhaustif ^^) :

        • Fautes là/la/l'a, ces/ses, er/é(e)/ait part/par, se/ce, cette/cet
          pourquoi il faudrait qu’il travail maintenant (si tu veux parler du verbe, on dit : il travaille)
        • dans ce cas, tu ferrais mieux d’apprendre le métier de Maman plutôt que le mien puisque tu es une fille, tu ne croies pas ?
        • Depuis qu’on est passé vers chez le marchant d’arme avec Léo (marchand prend un « d »
        • Et bien, c’est rare de voir de la clientèle féminine chez moi, dotant que vous avez l’air de vous y connaître (tu confonds d'autant et dotant)


        Voilà pour la forme, passons maintenant au fond ! Comme je l'ai déjà dit, assez emballé par l'histoire un peu moins par le test rp. J'ai beaucoup aimé certains passages comme par exemple lorsque Léo commence à faire le travail de son père et que tu décides de faire la même chose de ton côté ; seul hic : ton père est forgeron, pas très glamour pour une jeune fille ^^. Je reviens rapidement sur la petite incohérence qu'a relevé Un', c'est clair qu'il faudra que tu fasses attention à ça au cours de tes rp au sein du fo', si tu ne nous avais pas éclairé, je n'aurais pas compris non plus ^^. Un petit détail qui m'a cependant gêné : les dialogues. Je trouve qu'il y a un peu trop, même son de cloche pour ton test rp.

        Transition vers ton test rp ! Un peu trop de parlotte donc, et au final pas grand chose qui pimente l'affaire. C'est pas que ce soit inintéressant, mais ça bouge pas assez. Tu nous donnes beaucoup trop de discussion avec les PNJ, j'dis pas qu'avec un membre, ce ne sera pas intéressant à faire, au contraire c'est un exercice assez fun à réaliser. Je reviens sur ce qu'a dit Un, c'est assez répétitif dans l'ensemble et ça gêne un peu la lecture.

        Par contre, je ne suis pas d'accord avec Unwin sur le fait que tu ne t'étendes pas plus que ça sur la mort du fiancé et cie. C'est mon point de vue mais je pense qu'en quatre ou cinq ans, tu as le temps de faire ton deuil ; même si bien sûr l'être aimé reste à jamais dans le cœur.

        Bon ! Petite synthèse rapide de tout ça ! Un perso qui tient la marée, un background plutôt intéressant dans l'ensemble. Rien de vraiment gênant au cours de la lecture, à part ,bien sûr, les fautes qui traînent sur la fiche. Je te donne ma voix pour 550 dorikis


        Dernière édition par Flint Westwood le Sam 21 Jan 2012 - 14:44, édité 1 fois
          Merci beaucoup Flint pour ce deuxième avis et ma troisième voix ! (et non l'inverse hihihi Razz )

          Edit by Flint : c'était la fatigue du soir Rolling Eyes

          Pour la question de l'avatar, il a pas changé, ça a toujours été celui là, mais j'avais mis une signature avec Erza, que j'ai changé ^^.

          Pour les fautes d'orthographes, oui, je l'avoue (encore), je suis une vraie bille... J'ai utilisé le correcteur de Word mais je vais tenter de faire plus attention, promis (surtout que c'est quasiment que des fautes d'inattention) !

          Sinon, ça me surprend un peut que tu dises qu'il y ait trop de dialogue dans l'histoire, j'en ais pas mis tant que ça ^^'. Enfin, personnellement, j'aime pas les dialogues, mais je voyais pas trop comment mettre certain point important de l'histoire en relief si ce n'est par cette méthode.

          Bon, après pour le test RP, j'ai rien à dire pour ma défense ^^, si ce n'est que j'ai cru devoir détailler... (bon comme je l'ai dis plus haut, j'ai remarqué trop tard que trop de détails tuent le RP...)
          Après, j'ai plus l'habitude du JdR sur table, où le MJ nous explique tous les détails dont on a besoin et on peut lui poser des questions si on veut plus de précision. Du coup, j'ai essayé de retranscrire cela dans mon RP, mais apparemment faut pas... Du moins pas autant ^^.

          Bref, comme j'ai dis à Unwin, je prends note de tes remarques pour mes prochains RP.

          *Plus qu'une voix et c'est bon *_* ! *


          Izya Sélindé [Terminée] 1425067977-izya-sflagopr Izya Sélindé [Terminée] 1465207581-signizya Izya Sélindé [Terminée] 1lmh
          • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-fiche-d-izya-selinde#43003
          • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-izya-selinde-terminee
          Comme d'habitude, z'ont tout dit et je suis d'accord avec tout, je valide à 525 pour le compromis, Good Job' Very Happy
          • https://www.onepiece-requiem.net/t109-greed#772
          • https://www.onepiece-requiem.net/t100-termine-satoshi-noriyaki