Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

En route pour le Old West!

Rain était en train de flâner dans les couloirs du Léviathan. Depuis qu’ils étaient arrivés sur cette Little Garden, il mourrait d’envie d’aller étudier la faune préhistorique. Franchement, ce n’était pas tous les jours qu’un scientifique avait l’occasion de croiser la route de dinosaures, c’était le genre d’opportunité qui n’arrivait qu’une fois dans une vie. Et puis, il y avait peu de chance que le capitaine accepte de revenir sur ce territoire hostile juste pour les beaux yeux de son chimiste. Mais la règle était la même, encore et toujours. Personne n’est autorisé à débarquer tant que les éclaireurs n’auront pas fait leurs rapports sur les risques potentiels du milieu environnant. Mais bon, ils sont mignons, mais ca fait un peu cinq jours qu’on les attend et toujours pas de nouvelles.

Bien évidemment, en plus de cette frustration, Rain s’inquiétait du sort de ces marins. Après tout, bien que de sections différentes, ils faisaient tous partie du même équipage. Et il fallait être solidaire entre Léviathoniens ! Et lui, quand il se fait du mouron, ça lui donne la dalle ! Il était affamé et comptait bien parvenir à extraire un peu de bouffe du garde-manger, ni vu ni connu. Il savait qu’il pouvait compter sur Taiten, son ami d’enfance, pour lui faire sortir quelques victuailles des cuisines ! Ha ce cher Taiten, sans lui, le chimiste serait mort de faim depuis longtemps. C’est pas avec les maigres rations fournies qu’on nourrissait un cerveau comme le sien ! Il arriva à la porte de la cuisine et l’entrouvrit délicatement du bout du pied.


-Pssst ! Taiten ! T’es là?

Aucune réponse. Il savait que Yosuke était partit il y a quelques instants, mais c’était carrément toute la cuisine qui était vide! Cela semblait bien trop beau pour être vrai ! Il se risqua à glisser la tête dans l’entrebâillement et vit avec joie que, effectivement, elle était vide. Par contre, il y avait de la viande !! Et même un peu d’alcool pour la cuisson !! Le savant se glissa furtivement en rasant les murs et sur la pointe des pieds avant de refermer la porte derrière lui. Haaaa ! Quel bonheur ! Après seulement quelques secondes, il ressortait les bras chargés. Une ombre au fond du couloir le fit se stopper net. On le cherchait. Il avait entendu son nom prononcé par un sans grade. Merde ! Déjà ? C’était un piège ou quoi? Il avait même pas eu le temps de faire un croc dans son butin qu’ils cherchaient déjà à lui mettre le grappin dessus !

-Aucune chance que je vous laisse me reprendre ce gigot !

Il courut dans son laboratoire et planqua tout ce qu’il venait de piquer dans son armoire à verrerie. Personne ne viendrait jamais fouiller là dedans. Ils savaient tous ce qu’il en coutait de foutre le bordel dans son matos ! Il eut tout juste le temps de refermer les portes et de passer en mode faux-cul avant qu’on ne vienne le chercher. Il chercha dans sa panoplie de lover le sourire le plus innocent et le plus naturel dont il était capable.

-Ouuiii ??? ♫
-Officier Maniko ! Le capitaine Alheiri à ordonné le rassemblement de tous les hommes sur le pont! Immédiatement !

Et il ressortit en claquant des talons. « Mais comment qu’y me cause, c’ui-là !? » se dit Rain en se dirigeant vers la porte. Immédiatement... Ca va, on est pas aux pièces non plus.Au fur et à mesure que le scientifique se dirigeait vers le pont, un tintamarre lui parvenait. C’était un brouhaha de discussion entremêlés, de voix paniquées et de petits cris féminins qui n’avaient rien à foutre là. A moins que ce ne soit son imagination... Bref, il arriva au beau milieu d’une foule qui se pressait devant le capitaine avec plus d’empressement qu’un public à un concert de Brook ! Le Alheiri s’élevait face à ses sujets et annonça d’une voix grave.

-Comme vous le savez tous, nous n’avons plus aucune nouvelle des éclaireurs que j’ai envoyé depuis notre arrivée sur l’île. Aucun groupe n’a effectué de retour et les escargophones ne répondent tout simplement pas. Quelque chose a du mal se passer et vu les bizarreries de ces lieux, aucune hypothèse n’est à exclure... J’ai donc décidé que certains groupes partiront à leur recherche.

Rain se retrouva avec Taiten Mashida, pour son grand plaisir et avec Cross Jones, personne qu’il n’avait pas encore eu l’occasion de rencontrer. Mais il sut qu’il allait l’adorer dés qu’il le vit. Ses bras cybernétiques lui firent à peu près autant d’effet que les cuisses galbées d’une jeune blonde aux yeux vertes. Un cyborg ! Un cyborg sur le bateau et on ne l’avait même pas averti !! Lui, le roi de la mécanique, le boss du circuit imprimé, le shaman des boulons, celui qu’on appelle « le QI » !! Enfin, il s’appelle comme ça, lui, en tout cas. Le scientifique aux lunettes rondes courut vers lui et dut se retenir de lui faire un gros câlin pour ne pas faire mauvaise impression dés le départ. Il se contenta de lui serrer la main et ressentit un vrai plaisir en sentant le métal froid au creux de sa paume.

-Allez les gars, on s'occupe de toute la partie Ouest de l'île. On ratisse tout de A à Z, on explose tout ce qui nous pose problème et on cherche les éclaireurs. Si à la tombée de la nuit, on a toujours rien trouvé, on retourne au Léviathan. En route!

Ils partirent vers l’Ouest, secteur qui leur avait été attribué, une fois que Rain fut partit chercher son sac à dos dont il avait besoin pour chaque mission. Il contenait ses armes principales, certaines de ses inventions et cette fois-ci, un bon morceau de viande, héhé ! Si ce gigot volé servait à son groupe en mission de reconnaissance, on ne pourrait pas lui reprocher de l’avoir chipé. L’ambiance était plutôt sympa, même s’ils restaient sur leurs gardes. Après tout, si les éclaireurs n’étaient pas revenus, il y avait surement une raison. Rain s’amusait à embêter Taiten sur des petites anecdotes de leur jeunesse et harcelait Jones de question technique auquel le pauvre peinait parfois pour répondre. On ne sait pas forcément soi-même de quoi on est fait.


Dernière édition par Rain Maniko le Mar 24 Avr 2012 - 11:59, édité 1 fois
    En route pour le Old West !

    La route fut longue et mouvementée pour arriver jusqu'à Little Garden, mais le capitaine du navire le Joker avait pleinement rempli ses fonctions de navigateur en amenant tout le monde sain et sauf au point de ralliement. Quand nous arrivâmes sur cette île en empruntant le petit canal, je vis le gigantesque bâtiment du nom du Léviathan. Ce bateau était tout bonnement monstrueux et devait coûter une fortune, mieux faut ne pas l'amener à la réparation, car la facture sera salée. Le vaisseau de guerre portait bien son nom, le Léviathan bête biblique annonciatrice de l'apocalypse sur les flots, plongeant l'humanité dans la peur et la souffrance sauf que là les cibles seraient ceux qui s'opposent à la Justice. Je m'adressais à Stark en lui disant qu'on allait sans doute bien s'amuser avec eux. La nuit était quasiment tombée sur l'île préhistorique, nous amarrâmes proche du bâtiment contrôler par le colonel Fenyang. Une fois que notre navire fut immobile, nous quittâmes notre pavillon pour nous rendre dans l'entre de cette bête de bois. Nous fîmes des signes aux matelots qui se trouvaient sur le pont du navire de guerre, ces derniers nous virent et activèrent les passerelles du monstre pour que nous puisions monter à son bord. Dès que j'eusse posé le pied sur le Lévithan, j'avais l'impression d'être une petite fourmi. Comme un enfant, je faisais des tours sur moi-même pour admirer le bateau qui était somptueux. Finalement cette nouvelle affectation était une véritable chance, j'avais l'impression que l'on venait de me donner une promotion, oubliant presque mes soucis du quotidien.

    Après plusieurs minutes d'observation, je redevenais sérieux il fallait que je me présente à mon nouveau supérieur. J'ai donc demandé à l'un des mousses sur le pont s'il pouvait me dire où se trouvait le capitaine de ce navire. Le matelot me montra de son doigt pointu où se situait le colonel Fenyang, il était lui aussi sur le pont. Je me suis donc dirigé vers ce dernier après avoir gaiement remercié le marin. Je fis le salut militaire à mon nouveau supérieur hiérarchique tout en me présentant. « C'est un honneur de servir sous vos ordres Colonel Fenyang, je me présente Commandant Jones, Cross Jones ! » Dis-je d'un ton cordial. Alheïri me salua et demanda à l'un des moussaillons qui se trouvait près de nous de me montrer mes nouveaux quartiers. J'ai donc suivi ce dernier de près, ne voulant surtout pas le perdre de vue, car jamais je n'arriverai à trouver mes quartiers dans cet immense pavillon. Etant donné que j'étais un officier de la Marine, j'avais le droit d'avoir des appartements dans la section réservée aux officiers, chose qui n'était pas plus mal. La chambre que j'occupais était assez spacieuse environ trente mètres carrés, le matelot me salua et me souhaita une bonne installation avant de retourner à son poste. Une fois partie, je mis mon sac sur mon lit sortant une photo de ma femme décédée que je posais sur la petite table de chevet qui se trouvait à côté de mon plumard. Mais à peine avais-je le temps de défaire mes affaires, qu'un matelot arriva demandant à tous les officiers de se rendre sur le pont, ordre venant du Colonel.

    Je me suis donc hâté suivant le mouvement, j'arrivais avec une vingtaine d'officiers de la Marine sur le pont. La mine d'Alheïri était sévère, il nous expliqua que toutes les escouades qui furent envoyées sur l'île ne donnèrent aucunes nouvelles. Le Colonel organisa donc plusieurs groupes afin que l'on découvre ce qui arriva aux hommes du Léviathan. J'allais donc faire équipe avec deux autres individus : Maniko & Mashida que je connaissais ni d'Ève ni d'Adam. Heureusement pour moi, j'avais toutes mes armes à ma disposition, mon pistolet était attaché à ma ceinture, mes deux sabres étaient rangés dans mes avant-bras et le Meitou que j'avais récupéré sur Misty Moutain Island était attaché horizontalement au bas de mon dos. Je saluais les deux hommes en leur serrant la main. « Cross Jones, enchanté de vous rencontrer messieurs ! » Leur dis-je avec un léger sourire au coin du visage. Je désactivais mes lunettes de soleil en appuyant sur le bouton qui se trouvait sur ma tempe droite, il était inutile que je les porte étant donné que la nuit était tombée sur cette île préhistorique. C'était une grande première pour moi, n'ayant jamais mis les pieds sur une île de Grand Line mis à part Marine Ford et la base secrète de la brigade scientifique. Pendant le trajet, Maniko me taquina par moment sur mes bras cybernétiques me demandant des informations sur ces derniers. Il fallait peut-être mieux que je ne leur dise pas que mes jambes et mes organes furent eux aussi remplacés par des prothèses cybernétiques.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3843-commandant-jones
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3605-demande-de-validation-cross-jones-100

    En route pour le Old West

    PV : Rain Maniko & Cross Jones


    Le grand pavillon que l'on appelle depuis le début « Le Léviathan » est toujours et encore sur les flots en direction de la prochaine île qui d'après les nombreux navigateurs serait la célèbre île des dinosaures, « Little Garden ». La légende raconte que deux géants du nom de Dorry & Brogy auraient utilisés cette île comme terrain de combat durant 100 ans il est dit aussi que de nombreuses races de dinosaures sont présentes ici, cette île est donc intéressante pour que je trouve de la bonne viande fraiche de dinosaures. Un géant ragout de dinos peut être parfait pour un équipage de l'envergure des Rhinos, d'ailleurs je viens d'être mis au courant qu'une nouvelle flotte de Marine vient de nous rejoindre sur le pavillon. C'est un certain Stark Lazar qui les auraient amenés ici même, mais je ne vois vraiment pas qui est cet homme encore inconnu. Ça faisait bientôt deux jours que je glandais rien à longueur de journée, les cuisiniers étaient de mieux en mieux organisés ce qui accélérait le tout du coup il arrivait qu'on ait rien à faire, puis c'est devenu constant. Du coup je suis partie de la cuisine avec l'autorisation du vioque qui lui est partit une fois encore fumé sa clope, en parlant de ça je me suis rendu compte qu'à force d'inhaler l'odeur de sa cigarette j'ai même essayer hier et ça m'a même pas dérangé, je m'étonne moi-même.

    Finis de se tourner les pouces, finis les poses de 2 heures voir plus, maintenant nous sommes arrivés au bord de la fameuse île de Little Garden. Apparemment on ne fait que s'arrêter quelques temps, mais si tout se passe bien on repart très vite, d'ailleurs le colonel Alheiri à envoyé de hommes sur l'île je crois, c'est assez drôle l'île vue du pont du Léviathan car on perçoit les longs cous de ces drôles de dinosaures mesurant une taille incroyable en plus un steak là dedans serait carrément balèze. Ha oui en plus y'a les équipes de recherches qui ont été envoyé sur l'île et la plus part du temps il ramène toujours des informations capitales ou intéressante, j'espère juste que cette fois ce sera le cas. Je m'ennuie comme y'a pas, Yokuke fume toujours et encore, les cuisiniers se sont tous barrés, mais je vais quand même faire un petit tour dans nos cuisines qui apparemment sont .. dans … un état ….. pitoyable ! Putain ils sont partit sans rien nettoyer, les couteaux de cuisines sont encore plein de jus de tomate et les casseroles sont elles aussi toutes crasseuse ! Heureusement pour eux qu'ils ont une pose parce que je peux te dire que je les auraient tous pris un par un pour leur botter le cul ! Hun ? … Le Capitaine demande à tous nous voir mais qu'est-ce qu'il se passe ? Rien de grave j'espère , allons voir ça. Houaa tout le monde est là, le colonel Fenyang nous fait son spiche, mais apparemment ça à l'aire quand même un minimum sérieux.

    Alheiri S. Fenyang
    « Comme vous le savez tous, nous n’avons plus aucune nouvelle des éclaireurs que j’ai envoyé depuis notre arrivée sur l’île. Aucun groupe n’a effectué de retour et les escargophones ne répondent tout simplement pas. Quelque chose a du mal se passer et vu les bizarreries de ces lieux, aucune hypothèse n’est à exclure... J’ai donc décidé que certains groupes partiront à leur recherche. »

    Ho non merde mon dinosaures comment ils vont pouvoir me le ramener, je veux cuisiner du dinos bien frais moi. Alors attends y'a marqué sur la feuille '' Groupe numéro .. tatata … Taiten Mashida '' Ha ouai ça c'est moi ! '' avec Cross Jones … '' Bouarf connais pas croisons les doigts pour qu'il soit cool comme mec ! '' … et Rain Maniko ! '' Ho la vache je suis avec Rain mon bon vieux pote, c'est trop cool on va pouvoir discuter il à du bien changé depuis ce gaillard ! Bon alors, ha je vois Rain là-bas ho hé ! Attends c'est lui Cross Jones l'homme bionique avec de drôles de lunettes noires alors qu'il n'y a pas de soleil. En tout cas Rain Maniko avait belle et bien grandi puis moi aussi je suppose quand même un peu hun !

    Cross Jones
    « Cross Jones, enchanté de vous rencontrer messieurs ! »

    Ho il à trop la classe, comment il fait pour retirer le verre de ces lunettes, ha ouai je suis sur c'est son bouton là sur le coté trop cool ! En plus il est plutôt polis lui au moins, tout ce que trouve Rain à faire c'est embêter Cross avec ces questions débiles et rappeler nos aventures de gosses ! Bon je vais peut être me présenter ça fait mieux quand même.

    Taiten Mashida
    «  Salut ! Moi c'est Taiten Mashida ! Alors, comment se passe la suite des évènements ? »

    Je fixais les deux gaillards dans le seul but d'en savoir plus sur la suite.



    Dernière édition par Taiten Mashida le Mar 1 Mai 2012 - 18:42, édité 1 fois
    • https://www.onepiece-requiem.net/t9586-soul-silver
    • https://www.onepiece-requiem.net/t1448-mashida-taiten-dobutsu-no-kenri-termin
    En route pour le Old West !

    Les présentations étaient enfin faites, nous pouvions maintenant nous enfoncer dans l'épaisse flore de l'île. Je n'avais jamais rien vu de telle, les arbres étaient gigantesques et ne ressemblait en rien à ceux que je connaissais. Sur l'île, il régnait un parfum de préhistoire c'était comme si le temps avait épargné Little Garden. Grand Line est vraiment un lieu incroyable possédant une richesse végétale et animale inimaginables, néanmoins malgré nos regards émerveillés de gosses nous restions sur nos gardes. Le colonel Fenyang avait envoyé quelques heures auparavant des escouades de marins et aucune n'étaient revenues, ce qui n'était pas bon signe. Je demandais à mes deux compères s'ils avaient une petite idée sur les circonstances mystérieuses des disparitions précoces des escouades du bâtiment de la marine. Les deux officiers qui m'accompagnaient se connaissaient depuis un bon moment, j'entendais Maniko lancer quelques anecdotes sur le passé de Mashida qui était commun à ce dernier. Ils étaient beaucoup plus jeunes que moi et dégageaient déjà une aura que je n'aurai jamais eue à leur âge. En fait si je n'avais pas eu mon accident jamais je ne serais devenu aussi fort si brusquement. Le destin réserve parfois de drôle de tours.

    Pendant que nous marchions dans l'épaisse forêt nous entendîmes des cris de bêtes terrifiants, certains me rappelaient ceux du CX-8 qui m'avait posé quelques problèmes lors de ma survie dans la base secrète de la Brigade Scientifique dirigée par le brillant et fou Docteur Vegapunk. En repensant à cet événement récent de ma vie, j'avais une question à poser à Maniko. « Dites-moi Vice Lieutenant Maniko avait-vous déjà travaillé dans la base secrète de la BSM* ? » Lui demandais-je avec curiosité. Il avait tout du savant, le look, la façon de parler et une prédilection à poser des questions techniques aux pauvres cobayes. Les cris devenaient de plus en plus féroces, à croire que plus on s'enfonçait dans la forêt plus on s'approchait d'un truc énorme. Tous nos sens étaient en éveils, si quelque chose nous tombait dessus, nous serions suffisamment rapide pour la neutraliser. Pour le moment le courant passait relativement bien avec les deux jeunots. Je me surprenais de jours en jours, il y a un mois encore j'aurais été incapable de créer le moindre contact humain, mais ma mission au Royaume de Bliss m'avait transformé. Plus les jours passèrent plus les attitudes de ma vie d'antan me revenaient.

    Soudain, plusieurs bruits se firent entendre autour de nous, nous arrêtâmes de marcher pour analyser la situation. Les arbres commençaient à bouger avec frénésie et des êtres jaillissaient et nous encerclèrent. Des dinosaures, s'étaient des dinosaures, je n'en revenais pas, ils devaient mesurer dans les deux mètres et il y en avait une petite douzaine. Je commence à mieux comprendre pourquoi les escouades du Léviathan ne sont toujours pas revenues, peut-être qu'elles ont croisé un des cousins de ces petits dinosaures. Je ne savais pas de quelle espèce il s'agissait, si ma femme était vivante elle aurait pu me dire avec exactitude leur nom ainsi que leurs caractéristiques. Mais quand je vois les crocs ainsi que les griffes de ces prédateurs, je pense sans me mouiller qu'ils sont carnivores et qu'ils aimeraient bien faire de nous leurs quatre heures. S'ils venaient à me dévorer ces petits monstres risqueraient de le regretter entre mes bras et mes jambes de fer et mon torse truffé d'appareils électroniques, je ne suis plus une viande de premier choix. Je tournais légèrement la tête pour voir Maniko et Mashida et je m'adressais à ces derniers avec un petit sourire au coin de la bouche. « Quatre chacun c'est réglo ? » Leur dis-je en dégainant les deux sabres cachés dans mes avant-bras. J'étais content que des monstres nous tombent dessus, ma panse criait famine et j'avais envie de me décrasser les boulons.

    Spoiler:

    *BSM : Brigade scientifique de la Marine.
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3843-commandant-jones
    • https://www.onepiece-requiem.net/t3605-demande-de-validation-cross-jones-100
    Les trois compères évoluaient dans un décor vraiment grandiose. Il fallait absolument s’y trouver pour comprendre ce que l’on ressent lorsque l’on doit éviter des plantes carnivores de plusieurs mètres de haut, contourner des arbres inconnus mais dont le diamètre du tronc dépasse l’entendement et surtout lorsque l’on se retrouve nez à nez avec une bouse plus grande que soi-même. C’est vraiment perturbant. On se sent ridiculement petit et vraiment pas à sa place. Même l’odeur ambiante était perturbante. On ne s’en rend pas compte dans la vie de tous les jours, mais l’odeur de l’herbe, des fleurs, des gens, des animaux est omniprésente. Ici, les fleurs étaient différentes, les plantes aussi, et ne parlons pas des animaux. Rain ne pouvait s’empêcher de s’extasier devant ce spectacle mais ressentait tout de même une certaine gêne vis-à-vis de son environnement. Ils n’étaient pas à leur place dans cette jungle jurassique. Les discussions avec Taiten et Cross Jones permettaient d’oublier ce malaise. Ils parlaient donc de tout et de rien, pour passer le temps, mais aussi pour briser ce silence ponctué de rugissements intemporels.

    -Vous croyez qu’ils ont eu des problèmes ces éclaireurs ? Ou qu’ils sont simplement en train de se prélasser au milieu d’une source thermale volcanique ?

    Après tout, ils étaient simplement en retard, on n’avait pas retrouvé leurs cadavres complètement déchiquetés, empalés au sommet d’une colline, les viscères à l’air en train de se faire béqueter par des ptérodactyles... Le chimiste secoua la tête. Ce n’était pas le moment de sombrer dans la folie violente. Il devait se concentrer et être prêt à affronter toute éventualité. Soyons réalistes, s’ils n’étaient pas revenus, c’est qu’ils n’avaient pas pu. Du coup, rien ne dit qu’ils le pourront, eux. Cross Jones lui posa soudain une question qui le désarçonna.

    -Dites-moi Vice Lieutenant Maniko avait-vous déjà travaillé dans la base secrète de la BSM ?

    Oulah... C’était surement là-bas qu’il avait reçu ses extensions cybernétiques, mais le savant n’avait en théorie pas le droit de communiquer la moindre information sur les travaux qui s’y déroulent. Tout ce qui se passait dans cette base devait rester dans la base.

    -J’y ai travaillé, en effet. Il y a quelques années.

    Voilà, il n’avait surement transgressé aucune règle en lui disant ça. De toute façon, il n’eut pas beaucoup plus de temps, car des craquements se firent entendre tout près d’eux. Sans même tourner la tête, le boucan leur appris que de nombreuses créatures massives approchaient rapidement. « Ils nous ont surement sentit de loin », pensa Rain. Sans attendre, il attrapa ses poings tranchants et se mit sur ses gardes. Cross et Taiten avaient également repérés les attaquants et étaient déjà prêts à se défendre. Ils n’eurent pas à attendre longtemps, douze créatures venues du fin fond des temps leur tombèrent dessus. Ils étaient plus grand s’un humain, pourvus de longues griffes et d’un bec orné de crocs acérés. Ils n’étaient pas là pour bouffer des feuilles d’eucalyptus ceux-là, ca ne faisait aucun doute. Douze monstres, trois combattants, cela en laissait quatre pour chacun.

    -Hé Taiten, tu vas nous faire un bon festin avec ça, pas vrai ?


    Le scientifique sauta en l’air et envoya une bonne avoine au plus proche des dinosaures. La bête n’était surement pas habitué à affronter des humains et sembla perplexe lorsque Rain lui atterrit sur le dos. Il resta un instant immobile et regarda ses compagnons à la recherche d’une explication. Puis, il se mit à ruer et à se cabrer pour le plus grand amusement du savant. Un rodéo du paléolithique, c’était quelque chose à vivre ! Il dut éviter quelques coups de griffes et de dents des autres reptiles mais ce fut sa monture qui les encaissa. Lorsqu’il sentit que la fin était proche, il trancha la gorge de son dino et sauta au sol. Un rapide coup d’œil à ses amis avant de repartir. Ils s’en sortaient plutôt bien visiblement. Il fit un saut sur le coté pour éviter une furieuse charge et se retrouva bloqué au sol. Ses deux armes repoussaient une gueule terrifiante qui claquait à quelques centimètres de son visage. L’haleine qu’il dégageait aurait pu être considérée comme une arme chimique à elle toute seule. Rain commençait à suffoquer et ne parvenait pas à le repousser dans la position où il se trouvait. Il chercha rapidement autour de lui quelque chose qui pourrait l’aider. Il avisa une grosse pierre, la saisit rapidement et la lança dans la gueule du dinosaure.

    -BOUNCE !!

    La pierre entra dans la gorge du monstre et se mit à rebondir dans son estomac. Le reptile de deux mètres recula dans un rugissement et se mit à se tortiller dans tous les sens, dans une souffrance presque communicative. Ses cris étaient déchirants mais Rain n’eut pas le temps de ressentir de la pitié. Il lui en restait encore deux à combattre. Il remarqua alors qu’il saignait du bras. Cette saloperie avait profité du moment où il s’était emparé de la pierre pour lui lacérer le biceps. Espérons juste que la salive n’infecte pas la plaie. Après tout, ces trucs bouffaient du cadavre à longueur de journée et à en juger par l’odeur, ils n’avaient pas une hygiène buccale irréprochable.


    Dernière édition par Rain Maniko le Dim 13 Mai 2012 - 11:46, édité 1 fois
      En route pour le Old West

      PV : Rain Maniko & Cross Jones


      Haaann c'est long quand est-ce qu'on arrive je sature moi, je suis cuistot pas aventurier dans une jungle remplit de grands steaks sur pattes rugissants à en percer les tympans. Puis c'est foutu branche que Jones m'envoie dans la figure sans s'en rendre compte.*Sbaaf* hhaa qu'est-ce que je disais ça fait mal en plus euhh … Ha oui j'avais oublier à quel point Rain était bavard, il n'arrêtait pas entre les questions à Cross sur sa composition bionique, un truc que je comprend pas d'ailleurs, et ses anecdotes presque foireuses. Le pire c'est que bionique man et moi on jouaient le jeu et on répondaient comme des pantins, mais fallait voir le point positif au moins le temps passait bien plus vite comme ça. Ho la vache, elle est jolie cette fleur … hé mais attends je peux manger ce que je veux maintenant, c'est pas pour rien que l'on m'appelle le Lieutenant-Colonel Bouftou, je le trouve cool ce surnom enfin bon là j'ai fin et cette fleur pourra toujours le rassasier même si elle est pas bonne … *GRRRRAAAHHH* ! Haaa ma main, merde c'est une plante carnivore géante lâche moi, lâche moi, lâche moi … hé ho les gars je vous déranges pas là je suis entrain de me faire bouffer la main et vous vous discutez comme si de rien était ! Saloperie de plante va en enfer prend ça dans ta tronche, essaye de bouffer mon pied yaaah ! Et je mange ta fleur t'inquiète pas !

      Maintenant j'en suis sur je déteste la jungle et même tout Little Garden ! En même temps qui aimerait vivre en société avec des dinosaures rageurs et des plantes qui pensent cas faire de toi leurs casse-croute, pas même un géant serait à l'abri ici enfin si peut être un peu plus que des simples humains comme eux … sans oublier les cyborgs *sifflotte*. Bon depuis le temps qu'on marche dans une direction inconnue on devrait quand même trouver quelque chose au final. Si on retrouve la section de recherches faites moi penser à leur botter le cul avant de les ramener, ils m'ont pourris mon diner prévue avec du dinosaure dans les assiettes et en plus ils m'ont fait marcher pendant des heures ! Marcher, marcher, toujours marcher … hun !? Les feuilles viennent de bouger c'est quoi ce bordel quelqu'un peut-il me dire ce qu'il se passe ? *GRAAHH* Ho nan tout mais pas ça s'il vous plait ! Une horde de dinos sur deux pattes arrières vient de faire une magnifique arrivé histoire de bien nous faire chier, au moins on va se dire que ça bougera déjà un peu plus. Cross nous fit son petit sourire qui annonçait pas très bon pour la suite et Rain toujours avec ces répliques foireuses :

      Cross Jones
      « Quatre chacun c'est réglo ? »

      Rain Maniko
      « Hé Taiten, tu vas nous faire un bon festin avec ça, pas vrai ? »

      Ok merci les gars vous me rassurez vachement, en attendant je veux pas dire mais on à des steaks à découper dans la bonne chaire fraiche. Quatre chacun je veux bien en plus j'en ai pour deux secondes donc y'a pas de soucis les gars ! Mais oui je me souviens qu'on nous à donner un pistolet chacun avant de partir je pouvoir l'utiliser fasse à ces bestioles affamés, en plus je vais essayer de façon original ça changera ! Pistolet OK, mangé OK, c'est partit pour de l'innovation j'appellerais ça «Finger Gun » ! Un deux trois transformation *POUFF* … Nan sérieux, je crois que je suis pas encore maitre de mon fruit, ce n'est pas un doigt pistolet mais un P*tain de « Finger Flower » et l'autre qui me regarde bizarrement avec ces yeux en amandes là ! Alors maintenant on va arrêter de rigoler et on va si m'être sérieusement … Aiee mais merde je suis Le Lieutenant-Colonel Bouftou et tu me griffe comme ça … crève !! Osef l'originalité je sors mon pistolet PAN PAN PAN !!! Ok j'ai eu de la chance ça fait moins un, mais où est le deuxième … hun où ça !? Houaa ok je l'ais retrouver il est sur moi en ce moment même où je vous parle ... ou plutôt où je vous écrits … enfin bref vous m'avez compris ! Toi aussi tu va pas me souler, allez casses toi et prends ça «  Cooorail ! » coup de pied dans les jambes, puis dans le ventre puis je termine avec un full kick dans ta tête de dinosaures ! Voilà qui fait deux de moins merde c'est pas de la tarte j'ai faillis me faire bouffer par deux pauvres dinos sa craint un peu nan, j'espère que ça roule pour les gars je m'occupe pas trop d'eux :

      Taiten Mashida
      « Hé les gars ça va de votre coté ? Vous vous éclatez bien ? Moi ça va hun ... que le meilleur steak gagne ! »


      • https://www.onepiece-requiem.net/t9586-soul-silver
      • https://www.onepiece-requiem.net/t1448-mashida-taiten-dobutsu-no-kenri-termin
      En route pour le Old West !

      Les monstres nous entouraient poussant par la même occasion des cris stridents, de la bave dégoulinait de leur bouche. Ils avaient faim et nous aussi. Comme je leur avais fait remarquer à mes compères ils étaient une douzaine et nous trois, ce qui faisait mathématiquement quatre par personne. J'avais dégainé mes deux sabres qui avaient jailli au-dessus de mes mains. Je me jetais sur les petits dinosaures à la peau bleue, l'un d'eux m'attrapa le bras et essaya de le mastiquer, malheureusement pour lui il était fait dans un métal très solide. Je sentis que certaines de ses dents c'étaient cassés. Le monstre recula en chougnassant, mais il était trop tard pour lui je l'avais pris pour cible, plantant mon sabre dans son poitrail, je sentis son sang dégouliner sur ma main de métal. Je retirais rapidement ma lame de son torse pour me dépêcher de m'occuper des trois autres. Je ne sais pas comment le dire, mais les trois bestiaux restants ont dû se mettre d'accord puisqu'ils m'attaquèrent ensemble. L'un d'eux m'attrapa la jambe gauche, l'autre le bras droit et le troisième le torse. Quand je sentis les crocs de la bestiole se planter dans ma chair, j'avais l'impression de revivre la même douleur lorsque le Docteur Vegapunk m'avait implanté mes prothèses cybernétiques. Je grimaçais et j'étais aussi fou de rage, je rangeais la lame de mon bras gauche et j'attrapais la tête du reptile avec la main, je serais cette dernière avec toute ma force.

      Un jus jaillissait de ses orbites, la bête lâcha aussitôt sa prise, elle était morte sur le coup. Mon sang dégoulinait le long de mon torse, j'essayais d'oublier la douleur pour m'occuper des deux autres. Ils essayaient tant bien que mal de m'arracher les membres qu'ils avaient entre leurs crocs. Je pris le pistolet qui se trouvait dans mon dos et je vidais le chargeur sur les deux monstres. Les huit coups de feu que j'ai tirés ont retenti dans toute la jungle, niveau discrétion on pouvait mieux faire. Je me tournais vers mes compagnons de route pour voir où ils en étaient, eux aussi avaient vaincus les quatre monstres. Je rangeais le pistolet dans son étui qui se trouvait à ma taille ainsi que la lame de mon bras droit dans le compartiment prévu à cet effet. Mon sang s'arrêta de dégouliner, néanmoins j'avais la trace de la mâchoire tatouer sur mon torse, une cicatrice de plus me disais-je. « Après l'effort, le réconfort ? Je vais aller chercher du bois pour que l'on fasse un feu, si d'autres viennent, ils s'ajouteront à notre menu. » Dis-je avec un léger sourire. Cette fois-ci je dégainais Kokoro Kurai, le Meitou que j'avais gagné lors de ma mission sur South Blue. D'un geste rapide et concis je tranchais un arbre qui se trouvait devant moi. Après ce mouvement, je rangeais dans son étui le sabre, je pris le tronc fraîchement découpé et je l'apportais à mes deux camarades. Pour faire un bon feu, il faut toujours une grosse buche.

      Après avoir posé la buche je pris des feuilles de palmier que je brulais afin que le feu prenne vite. Maintenant que le feu était là, je laissais le cuisinier préparer le diner, pendant ce temps je regardais les dégâts causer par les dinosaures. Au niveau de mes prothèses, il n'y avait que des éraflures rien de bien méchant, néanmoins le torse était un peu plus préoccupant même si je ne saignais plus les marques des crocs commençaient à devenir violettes. Ma belle tenue confectionnée par la Brigade Scientifique était dans un sale état, du sang avait séché et en plus le flanc gauche était en lambeau.

      Une bonne demi-heure plus tard, le repas était servi. Il régnait une bonne ambiance, tout le monde participait à la discussion, le feu était impressionnant il dégageait une énorme fumée blanche. La nourriture que nous avait préparée Taiten était succulente, jamais je n'avais aussi bien mangé de toute ma vie, la viande de dinosaure était tendre et cuite à merveille. Quelle chance d'avoir un cuistot avec soi, avec lui on ne pourra jamais mourir de faim. J'étais rompu à la fin du repas, mon ventre était ballonné, j'affichais sur mon visage une mine radieuse. Je remerciais pour la énième fois le jeune cuisinier pour ce repas qui était digne d'être étoilé. Je m'allongeais sur le sol, fermant les yeux quelques instants, mais ce moment de bonheur ne dura pas longtemps, car des bruits de pas se faisaient entendre autour de nous. Cette fois-ci ce n'était pas des animaux, mais des hommes, car ils parlaient entre eux.

      « Voilà d’autres Marins, offrons-les au grand Morvak le futur Seigneur des Pirates. »
      « OUAI, VIVE LE GRAND MORVAK ! »

      D'innombrables pirates sortirent des hautes herbes et nous encerclèrent autour de notre feu. Je me sentais un peu responsable, car si ces forbans étaient là c'était à cause de moi et du feu que j'avais préparé. Je me redressais tout en dégainant Kokoro Kurai, cette fois-ci place au sérieux. Je regardais mes deux acolytes. « Désolé les gars, mais au moins on sait que si les escouades du Colonel Fenyang ont disparu, c'est à cause de ces types. » Leur dis-je d'une voix calme.



      Dernière édition par Cross Jones le Ven 18 Mai 2012 - 21:04, édité 1 fois
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3843-commandant-jones
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3605-demande-de-validation-cross-jones-100
      Le combat allait devoir être vite terminé. Il ne voulait pas trop gigoter avec une plaie ouverte sur son magnifique biceps gauche. S’il forçait trop, la blessure allait s’ouvrir encore plus et la cicatrice allait être encore plus visible. Être recouvert de grosses traces donnait peut-être un coté viril, mais jamais Rain n’aurait pu supporter de voir son corps défiguré en se regardant dans le miroir.
      Un petit pas de coté pour éviter une charge de la première bête et un saut en avant pour monter directement au contact de la deuxième. Les déplacements des humains étaient bien différents de ceux des créatures que les dinosaures avaient l’habitude de pourchasser et les deux prédateurs semblaient vraiment déstabilisés. Le scientifique pivota sur lui-même et appuya rapidement sur le bouton rouge de ses armes. Il entendit un petit sifflement aigu qui signifiait que la nitroglycérine se rependait dans tous les tubes, recouvrant d’une mince couche la lame. Les tubes étaient répartis à la surface du métal d’une manière analogue aux veines dans le corps humain, se perdant dans des ramifications de plus en plus petites qui recouvraient au final chaque millimètre carré. Rain resta devant son adversaire et attendit qu’il attaque, tout en restant sur ses gardes. Le deuxième n’était pas loin et pouvait tout à fait l’attaquer par derrière. Le temps lui parut durer une éternité. Le reptile le regardait mais ne semblait pas vouloir passer à l’action. Soudain, il baissa la tête avec une vélocité surprenante. Rain eut tout juste le temps de se décaler et frappa de toutes ses forces au niveau de la tempe du monstre d’un ancien temps.

      Le rugissement eut été déchirant s’il n’avait pas été recouvert par le bruit de la violente explosion. La nitroglycérine avait réagit au choc et la détonation à bout pourtant avait arraché la majeure partie du crâne de la bête. Le chimiste recula en soufflant sur sa main. Cela lui faisait toujours bizarre d’utiliser cette technique. Diablement efficace, mais bon sang, ça fait mal à la main ! Il n’en restait plus qu’un et ce dernier ne faisait pas vraiment le fier. Il venait de voir ses compagnons tomber les uns après les autres, et même un cerveau de plusieurs milliers d’années pouvait comprendre qu’il ne faisait pas le poids. Rain ne lui laissa pas le temps de réfléchir plus longtemps, sauta au dessus de lui et le frappa sur le haut du crane avec le coté tranchant de ses poings. La tête du reptile fut propulsée contre le sol dans un choc violent. Il tenta de se relever, tant bien que mal, mais le garçon lui atterrit sur la boite crânienne et se mit à lui enfoncer la tête dans la terre avec une alternance de coups de pieds et de poings, tout en évitant de se servir de son bras gauche. Lorsqu’il sentit qu’il n’y avait plus la moindre résistance, il cessa et se releva en s’essuyant de tout le sang noir qui recouvrait ses vêtements. Il s’était laissé submerger par la violence et s’en rendait compte en regardant les cranes en bouillie des deux derniers dinosaures. Cela faisait longtemps que la folie ne l’avait pas envahit. Peut-être était-ce l’excitation d’être sur cette île ? Peut-être la colère d’avoir été blessé au bras ?

      Ses deux compagnons finirent rapidement de s’occuper de leurs propres adversaires. Rain, Taiten et Cross rassemblèrent les corps pour se payer le repos du guerrier. Euh... non ! Le réconfort après l’effort ! Le cyborg s’occupa de ramener une « bûche », Taiten préparait ses ingrédients pour assaisonner la viande tandis que le scientifique dépeçait les cadavres, tout en analysant les particularités physiques et physiologiques de ces créatures uniques sur Grand Line.


      -Hé Taiten ! Tu vas faire comment pour nous préparer ça ? T’as jamais cuisiné de dinosaure héhé !

      Après avoir bien étudié les corps et récupéré le contenu d’une poche située sous l’estomac des reptiles, Rain se dirigea vers un point d’eau afin de laver sa plaie sur le bras. Le liquide qu’il avait recueillit semblait être un acide extrêmement puissant capable de digérer n’importe quoi. Cela lui serait surement utile plus tard. Il passa son bras sous l’eau et vit le sang coagulé s’en aller. La blessure était profonde mais ne semblait pas s’être infecté pour le moment. Il attrapa une longue feuille, la lava et s’en enroula le bras avec afin qu’aucune poussière ne vienne se coller dessus. Lorsqu’il revint vers le campement, il vit des hommes qui entouraient le feu et ses deux compagnons. Ne cherchant pas à comprendre, il en frappa deux derrière la tête et retourna à l’intérieur du cercle. Il n’aimait pas spécialement être encerclé, mais il n’allait pas laisser ses deux compagnons seuls dans la difficulté.

      -Gloire à Morvak ! Ne les laissez pas s’échapper !

      Un homme tout chétif s’avança et dégaina son épée d’une dizaine de centimètres. Rain lui donna une gifle qui l’envoya valser jusqu’à l’extérieur du cercle d’ennemis. Ridicule...

      -Sérieusement ? Nos éclaireurs sont tombés face à ça ? C’est une blague ?

      Un tremblement se fit soudain ressentir. Puis un autre. Et un autre encore. Un arbre tomba au sol dans un grand fracas. La bouche béante, les lunettes violettes étant sur le point de tomber de son nez, Rain leva la tête pour regarder l’homme qui arrivait. Il était immense. Bien qu’il fût humain, il aurait pu rivaliser avec un géant. Il tenait un chêne centenaire dans la main droite et s’en servait comme d’une simple massue. Son autre poing était fermé. Il continua à s’avancer, manquant de marcher sur un de ses propres alliés partit d’un grand rire.

      -HAHAHA ! NON ! ILS SONT TOMBES FACE A MOI!! HAHAHA !

      Il avança sa main et ouvrit le poing, laissant tomber les corps déchiquetés de trois hommes. Les restes de l’uniforme marin ne laissaient planer aucun doute, malgré l’état déplorable des corps. Ils faisaient partie des éclaireurs disparus. Le scientifique regarda son ami d’enfance et le cyborg. Même le fait de le dire était superflu. Ils savaient tous trois que pour venir à bout de ce monstre, ils allaient devoir s’y attaquer ensemble. Il s’approcha d’eux discrètement, se plaça dos vers eux pour ne pas se faire attaquer par surprise et murmura à voix basse.

      -Les petits sont faibles, ce sont des pommés. Il vaut mieux qu’on les mette d’abord hors d’état de nuire rapidement. Après on s’occupe du gros mammouth, sinon ils vont nous gêner.

      Le problème, c’est que les petits forbans étaient nombreux et répartis un petit peu partout. Le chimiste sourit et glissa la main dans son sac à dos. Cela faisait des années qu’il n’avait pas eu l’occasion de se servir de cette technique. Pourtant, c’était une des premières qu’il confectionna lorsqu’il s’engagea dans la marine. Il fit glisser son sac à dos sur son ventre et se mit à tourner sur lui-même. Il gagna rapidement en vitesse et lança une bombe qui explosa en touchant le sol, faisant valdinguer trois pirates. Il continua à tourner et se mit à pilonner le terrain.

      -PLUIE DE BOMBES !!

      Les explosions étaient violentes et Rain visait bien, malgré le mouvement. Le cercle d’ennemis en fut rapidement fragilisé et le trouble était jeté dans les rangs adverses. Il fallait simplement toujours garder un œil sur le grand gaillard.
        En route pour le Old West !

        Le rire gras du colosse résonnait dans toute la forêt, il était fier de lui et de nous montrer les restes des marins tombés au combat face à lui. Rain Maniko prit très vite des initiatives et lança une pluie de bombes sur les forbans qui nous encerclaient. Leurs rangs furent fragilisés, il fallait en profiter tout en gardant un oeil sur le géant qui allait être une gêne. Grâce à la fumée due aux explosions, j'en profitais pour dégainer les deux sabres cachés dans mes avant-bras effectuant des mouvements pour trancher mes adversaires. Ils étaient au moins une cinquantaine, mais heureusement pour nous ils ne valaient pas un pet de lapin. Après en avoir terrassé une demi-douzaine, je sentis que le colosse n'allait pas se montrer passif pendant que ses petits camarades allaient nous servir d'échauffement puisqu'il essaya de m'écraser avec son poing. Je pus éviter de justesse l'attaque du géant le sol se mit à trembler une nouvelle fois, quelle force incroyable ! Ce monstre allait être une véritable gêne pour nous. De plus, il fallait toujours être sur ses gardes, un pirate profitant de la situation m'attrapa par derrière, mon sabre gauche se rétracta pour ensuite apparaître de nouveau, mais cette fois-ci il apparut derrière mon coude se plantant dans le torse de mon assaillant. Il me lâcha aussitôt, son corps tomba comme une masse. Une nouvelle fois encore la lame de mon bras gauche se rétracta pour disparaître.

        Je jetais un rapide coup d'oeil pour voir où en étaient mes camarades, eux aussi livraient bataille contre ses misérables. Je sortais de son étui mon pistolet vidant le dernier chargeur qui me restait, neuf pirates de plus venaient de tomber sur ce champ de bataille rendant mon arme inopérante. Je rétractais la lame de mon bras droit, car je n'en avais plus besoin et puis face au géant elle ne me serait d'aucune utilité. Je préférais combattre avec une arme plus légendaire, Kokoro Kurai l'une des cinquante lames de qualité supérieure. Le regard froid, j'observais le colosse qui se moquait de moi et insultait mon arme en disant qu'elle ressemblait à un cure dent. J'allais lui montrer qu'il fallait mieux se méfier des apparences et que l'arrogance n'est pas une force, mais une faiblesse. Dégainant d'un geste rapide mon sabre, j'effectuais l'Arcane bleu.

        Le géant poussa un terrible hurlement, car je venais de lui trancher son tendon d'Achille droit avec cette technique, j'étais couvert de son sang. Poussé d'une rage noire, le colosse frappait de toutes ses forces le sol avec son chêne dans l'espoir de nous abattre. Pour ma part, je me trouvais derrière lui, mais j'avais peur pour mes camarades qu'ils se fassent prendre par cette attaque dictée par la rage. Néanmoins, cela avait du bon puisqu'il écrasait en grande partie ses petits camarades qui tombaient comme des mouches, certains lui criaient de s'arrêter qu'il ne faisait plus de mal que de bien. Me trouvant près de sa cheville gauche je plantais l'un de mes sabres cachés dans sa chair, mais cette fois-ci il ne criait pas. Au contraire, il fit un violent mouvement avec sa cheville ce qui eu pour conséquence de me faire valdinguer à plus de cent mètres de lui. J'atterrissais violemment sur le tronc d'un arbre crachant du sang à cause du choc. Je tombais lourdement sur le sol tenant toujours Kokoru Kurai fermement. Mais je me rendis compte que le sabre gauche était brisé et que la lame était restée plantée dans sa cheville.

        Je me mordais la lèvre inférieure, signe d'agacement, ma vision était un peu trouble à cause du choc en plus ma blessure au torse saignant de nouveau. Les choses allaient mal et cerise sur le gâteau, le géant me vit à quatre pattes sur le sol. Il poussa un terrible rugissement et se frappa la poitrine, il tournait le dos à tous les pirates ainsi qu'à mes deux compagnons, s'ils voulaient l'attaquer c'était le moment où jamais, car toute son intention était portée sur moi et puis il était dos tourné donc il ne pourrait pas voir leurs attaques. J'essayais de me relever, mais cela était difficile, si mes membres supérieurs et inférieurs ne ressentaient plus la douleur, ma tête et mon torse eux me faisaient souffrir le martyre. Lorsque mon regard croisa celui du colosse, je le vis sourire et lever sa massue qui n'était autre que le chêne dans les airs. Apparemment il voulait que ce coup me soit fatale en prenant une telle inclinaison. J'étais bien trop secoué pour esquiver l'attaque du monstre, mon seul espoir résidait dans l'action qu'allait entreprendre les deux marins qui m'accompagnaient dans cette aventure. Ne voulant pas voir ce qui allait se passer, je fermais les yeux comme pour montrer mon impuissance dans cette situation.
        • https://www.onepiece-requiem.net/t3843-commandant-jones
        • https://www.onepiece-requiem.net/t3605-demande-de-validation-cross-jones-100
        Les hostilités avaient plutôt bien commencé. Les trois marins se tenaient au centre du cercle, repoussant les ennemis qui pullulaient. Chaque fois qu’un adversaire tombait, trois autres surgissaient pour le remplacer. Cela semblait sans fin. Les dégâts des bombes de Rain avaient certes ouvert des failles dans ce cercle, mais il aurait été un mauvais choix stratégique pour les trois compères de sortir de ce cercle, car ils se seraient alors retrouvés séparés. Mieux valaient concentrer leurs efforts et pouvoir se couvrir mutuellement. Dés qu’il avait un moment de battement, le scientifique observait Cross et Taiten pour voir s’ils s’en sortaient. Le cyborg faisait de sacré dégâts avec ses lames et le cuistot réussissait tant bien que mal à repousser les assauts. Après quelques minutes de combat intense, le nombre d’assaillants commença à décroître. Le véritable danger venait du géant, c’est pourquoi Rain ne le quittait jamais du coin de l’œil. Mais le gros balourd était plus lent que la moyenne et ses coups dévastateurs étaient aisément évitable, surtout porté par l’adrénaline du combat.

        Rain sauta en l’air pour éviter le chêne qui servait de massue au titan et écrasa son poing sur un pirate en atterrissant. Ils étaient faibles, mais gênants. Une force le tira en arrière et lui attrapa le bras. Un petit enfoiré était venu le choper dans le dos et lui bloquait le bras en arrière. Danger ! Il était totalement vulnérable dans cette position et n’avait qu’un bras pour tenter de se défaire. Très vite, un deuxième l’attrapa au niveau du coup et essaya de l’étrangler. Le chimiste tenta de frapper ses agresseurs, mais ils n’étaient pas à portée de son bras gauche. Il avait beau se débattre, A deux, ils avaient réussis à le maîtriser.


        -Haha ! Alors le playboy ! On fait moins son malin, maintenant, hein ? Morvak sera content de nous.

        Un hurlement déchira le ciel. La puissance du cri fit vibrer le sol, mais Rain l’entendit à peine. Il manquait d’air et n’allait pas tarder à perdre connaissance. Il commençait à sombrer lorsque, d’un seul coup, il sentit une grande bouffée d’air rafraîchir ses poumons. Il pouvait respirer ! Il tomba à genoux et se mit à tousser. Ses sens lui revenaient petit à petit. Il percevait beaucoup d’agitation autour de lui. Des bruits secs résonnaient autour de lui. La terre tremblait par à coup. Une odeur de sang embaumait l’atmosphère. Il finit par se ressaisir et se relever. Le géant était dans une sorte de frénésie violente et frappait un peu partout sur le sol. A en juger par l’amas de chair derrière lui, Rain comprit que ses deux agresseurs avaient finis écrabouillés sous l’arbre. Il vit alors Cross Jones qui montait à l’assaut de la bête, s’attaquant à ses pieds. Mais un rapide dégagement le fit valser à plusieurs dizaines de mètres.

        -Merde, Cross !

        Le géant avait réussi à mettre le cyborg à terre et semblait bien vouloir l’achever d’un bon coup de massue. Dans sa situation, le robot n’avait aucune chance d’esquiver quoi que ce soit. Rain se pencha et vit une grosse pierre. Il l’attrapa et la lança de toute ses forces sur le géant en hurlant.

        -BOUNCING ROOM !

        Sans que personne ne s’en aperçoive, il venait de créer une « room » autour du géant de laquelle la pierre maudite ne pourrait plus sortir et rebondirait indéfiniment. La pierre pénétra dans la zone et se mit à frapper le géant. Le premier impact, il ne le sentit même pas, mais très vite, la vitesse de la pierre se mit à augmenter et à rebondir tout autour du colosse. Certes, ces impacts le laissaient de marbre, mais la vision de la pierre qui rebondissait dans tous les sens détourna l’attention du monstre et cela laissa un petit peu de répit à Cross. Le géant se mit à faire de grands battements dans les airs pour tenter de choper cet objet qui le gênait. Complètement déconcentré, il ne faisait plus du tout attention à ce qui se passait autour de lui, obnubilé par cette satanée chose qui le harcelait. Lorsqu’il vit que son partenaire robotique était à couvert, Rain se reconcentra sur les petits pirates. Il n’en restait pas beaucoup, une petite dizaine à tout casser. Quelque chose le dérangeait. Où était passé Taiten ? Cela faisait quelques minutes qu’il ne l’avait pas vu, probablement en train de se battre dans un coin.

        °°J’espère qu’il va bien !°°
          En ayant réussit à occuper l’esprit du géant, il était bien plus facile pour les trois compères de se concentrer sur la petite racaille qui grouillait autour d’eux. Ce n’était pas évident pour Rain de se battre et de maintenir la room en place simultanément. Il devait garder une concentration constante sur le géant, ne pas pivoter sur lui-même et ne pas relâcher le pouvoir. Fort heureusement, Taiten et Cross Jones se chargeaient des derniers pirates, ce qui fit que le scientifique n’eut pas besoin de se salir les mains et put se focaliser sur son travail. Le cuisinier était revenu depuis quelques minutes, tout tachetés de sang. Rain en avait déduit qu’il avait du aller s’occuper de quelques gars dans un coin. Du moment que ce n’était pas son sang à lui, c’était plutôt bon signe.

          Après un temps qui lui parut infiniment long mais qui n’avait duré que quelques minutes en réalité, le cyborg et le cuistot finirent d’éliminer toutes les petites frappes. Le chimiste relâcha son étreinte sur la pierre qui tomba au sol et la room disparut. Le géant se tourna vers eux les yeux injectés de sang et de multiples plaies sur le visage. La pierre ayant pris de la vitesse, elle commençait à frapper sévèrement la peau, même pour un géant. Il semblait furieux, mais également déboussolé, comme si la haine lui faisait perdre sa raison. Il se pencha vers eux et hurla si fort que les marines durent poser pied à terre et se boucher les oreilles. La sensation que leur crâne allait exploser et l’haleine fétide du monstrueux pirate étaient insupportables.


          -CREVEZ !

          A peine le géant eut finit de crier que les trois compagnons firent un saut pour s’écarter. Le chêne s’écrasa une seconde plus tard à l’endroit où ils se trouvaient auparavant. Il fallait en venir à bout et vite ! Les marins commençaient vraiment à voir leur force diminuer, Rain était exténué, Cross était sérieusement abimé depuis son vol plané et Taiten semblait avoir tout donné. Pourtant, le plus gros morceau était encore là et ne semblait pas vouloir se rendre. Le play-boy remit ses lunettes en place et se mit à cogiter. Le géant avait le tendon d’Achille droit de tranché. Il ne pouvait donc plus prendre appui sur cette jambe. C’était le moment de tier profit de cette faiblesse et de faire fonctionner ses méninges. Et ça, c’était le point fort du Fou. Il se mit en retrait, ferma les yeux et réfléchit quelques secondes. Lorsqu’il rouvrit les yeux, il avait un plan. Il se concerta avec ses deux camarades et lorsque le plan fut bien établit, ils se dispersèrent. Il fallait faire vite, le géant les regardait et ne les laisserait pas exécuter leur projet bien tranquillement. Maintenant, ils étaient trois, il était seul, ca changeait tout.

          -Allez ! On y va !

          Cross s’était placé derrière le pirate surdimensionné, Taiten sur le coté et Rain en face, détournant son attention et essayant d’éviter les coups dévastateurs. Dés qu’il eut une ouverture, Cross dégaina son sabre de son bras et se rua sur la cheville valide, la mettant à mal. Surpris par la douleur, le géant eut le réflexe de soulever son pied et pris appui sur son pied droit. Son tendon étant tranché, il ne put soutenir son poids et s’effondra au sol, à quatre pattes, dans un hurlement où se mêlaient la douleur et la rage.

          -Taiten ! A toi !

          Le cuistot avait une force incroyable dans la jambe, Rain le savait bien depuis le temps qu’ils se connaissaient. Celui-ci sauta en l’air dans une détente extraordinaire et effectua son spécial « Abysse ». Le scientifique avait déjà assisté à ce coup, mais il fut tout de même impressionné en voyant le pied du minuscule garçon envoyer s’exploser contre le sol cette gigantesque tête. Le visage s’enfonça dans la terre dans un fracas extraordinaire et un nuage de poussière s’éleva, masquant toute visibilité sur le champ de bataille. Le savant profita de cette opportunité pour monter sur le corps du géant et y répandit la totalité de son stock de poudre inflammable. Lorsqu’il tenta de se relever, le géant ne pouvait plus marcher, seuls ses bras étaient encore valide. Il était fait comme un rat. Rain attrapa son poing américain et appuya sur le bouton rouge. Les lames s’enflammèrent alors. Le scientifique se plaça sous le menton du géant qui le regardait avec une haine palpable. Il était totalement impuissant. Son lourd torse n’était soulevé que par la force de ses bras. S’il essayait de frapper le marin, il devrait libérer un bras et s’effondrerait alors à nouveau contre le sol. Le chimiste sauta en l’air et lui offrit son plus bel uppercut au niveau du menton. La force du marin, le tranchant de la lame et la chaleur des flammes eurent raison de ses dernières forces. Il se laissa tomber au sol dans un dernier râle tandis que les flammes se propageaient sur tout son corps, suivant le tracé de la poudre à canon.

          Le calme retomba rapidement, dés que le crépitement des flammes se tut. Ils avaient réussis, mais étaient vraiment au bout du rouleau. Tentant de passer outre l’odeur de chaire brulée, ils ramassèrent les corps des éclaireurs et rentrèrent en direction du Léviathan. Leur mission était de savoir ce qui était arrivé à ces pauvres marins, ils le savaient désormais. Et ils les avaient vengés. Tous trois redoutaient le retour. La réaction de Salem en voyant les cadavres et surtout, la question que chacun se posait.

          Si les autres étaient aussi tombés sur des adversaires coriaces, s’en étaient-ils tous sortis ?

            Pendant ce temps, vers le Léviathan ...

            Tout le monde se tenait à une bonne encablure du colosse. Pourquoi diable avaient-ils autant peur de lui ? Il n'était que le merveilleux prêcheur du ReThor, ce qui n'était pas une sinécure. Son marteau sur l'épaule, il se gratta le menton, tout en écartant une branche récalcitrante. Peut être étaient-ce les coups de marteau, mais la gloire du Divin n'était rien comparée à ce désagrément. C'était là la purification tant espérée par le genre humain, l'enfoncement crânien par choc répétés sur l'occiput. Rien que d'y penser, il en avait des fourmis dans les doigts. Et alors qu'ils cheminaient parmi la végétation luxuriante de l'ile, une forme gigantesque se fit bien rapidement apercevoir par la frondaison des arbres. Comme un navire, mais c'était bien plus imposant. On entendait déjà les ressacs de la marée, le piaillement des oiseaux. Et c'était pas des p'tits zozios ici, c'était le modèle maouss-costaud. Goldorak laissa tomber son marteau avec nonchalance, un geste qui valu un sursaut de la plupart de ses hommes.

            "Oh là, gente compagnie. Il aurait fallu que la plupart d'entre vous soit déjà sur le cheminement du navire, cariant quantité non négligeable de feu grégeois, comme l'a chastement ordonné notre bien aimé commanditaire." ordonna-t-il, d'une voix pompeuse en montrant du doigt le Léviathan.

            Un petit détachement de six hommes s'avancèrent avec une roulotte qui transportait avec une patience infinie un liquide gluant et jaunâtre. Les pots de terre semblaient si vieux qu'on aurait pu croire qu'ils étaient poreux. Mais ils avaient un but bien défini. Le plus inquiétant restait, néanmoins, l'espèce de grande plateforme qui s'arrêtait au bout de la charrette, une sorte de balancier savamment étudier où il fallait appliquer une force conséquence pour que l'objet fasse office de catapulte. Evidemment, c'était la partie que préférait Goldorak, dans le magnifique plan de Morvak. Trois autres hommes s'échappèrent du groupe et les devancèrent armes au clair. Depuis que le gros bateau avait été aperçu, le plan avait été mis en place, mais il fallait une lenteur toute relative à son exécution. Quoi qu'il en fut, les trois s'en allèrent se charger des quelques pauvres soldats de patrouille, afin que le chemin se fasse sans encombre. Ce n'était pas tant le bruit qui était gênant, mais manipuler une telle dose de feu alchimique, c'était peu aisé. Le colosse arriva bien rapidement au niveau du point de lancement, et aucune patrouille n'était venu les interrompre, parfait, parfait.


            "Mes chers compatriotes, nonobstant le fait que l'équipe chargée de camoufler explosifs et autres ustensiles nécessaires à notre expédition ne soient pas revenus de leur tache ardue, je me propose, en votre fidèle serviteur, pour ordonner la mise à feu. Pour cela, il m'agréerait que vous plaçâtes le chariot en bonne et due forme sur la plateforme de lancement, que j'ose espérer être cet imposant amas rocheux, que nous nommerons affectueusement Philippe." continua-t-il, en avisant un rocher plat d'un geste éloquent de la main.

            Et rapidement, la petite troupe ordonna la carriole pour la 'mise à feu'. Ce fut sur ces entremets qu'une petite troupe de pirates revint, les mains chargées de cordes et de différents ustensiles dont Golodorak ne comprenait pas l'utilité. Le p'tit vert aux bras mécanique les avait chargés de poser l'attirail du feu d'artifice à venir, et lui s'occupait de mettre le feu aux mèches, c'était un plan subtil et parfait. Et encore mieux que ça : il commencerait par un coup de marteau. Posant son outil à terre, Goldo' se cracha dans les mains puis frotta ses paumes l'une contre l'autre. Puis il saisit l'imposante masse et s'avança vers l'espèce de cible aménagée sur la poutre qui émergeait de la charrette.


            "Messieurs, si vous voulez bien vous écartez de Phillippe. Nous allons procéder à la mise en mouvement de notre feu alchimique. Une fois engagé, vous n'avez de toute façon plus le choix. Appréciez le spectacle dans trois ... deux ... un ..."

            Et levant haut son marteau, il l'abattit de toute ses forces contre la cible, provoquant le basculement du contenu du chariot. Celui-ci se renversa et expédia à vitesse grand V les six pots de terre dans les airs, qui s'écrasèrent contre la coque du Léviathan en une gerbe verdâtre. Rapidement, le feu se mit à courir sur celui-ci puis se firent les échos des détonations qui répondirent aux applaudissement des pirates. Un sourire enfantin courait sur leurs visages, tandis que Goldorak applaudissait de son marteau sur la tête de deux pauvres imbéciles pris au dépourvu. Et ce fut le signal de la retraite, alors que l'arrière du Léviathan s'embrasait et volait en éclat. Mais si on ne devait en retenir qu'une seule chose, c'était "oh la belle verte".