AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  

Le deal à ne pas rater :
Dates stocks PS5 : stocks imminents chez Amazon et Carrefour
Voir le deal

Dans la Lignée: l'Ascension

Yoakim Zelefh
Yoakim Zelefh
••• Agent du CP9 •••

♦ Localisation : Les Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 1120
Popularité: 0
Intégrité: 0

Ven 8 Juin 2012 - 16:42


Découvrez Training !


Été 1622 - Tekkai et Rankyaku

« Quatre secondes de retard, Zelefh. Mille tours de plus. »

L'ancien noble de Kichigai baissa la tête et posa les mains sur ses genoux, haletant. Cela faisait trois semaines qu'il avait été placé entre les mains d'un instructeur particulièrement retors, après que les recommandations d'Ortie Karel lui aient permis d'intégrer les rangs du CP5. L'entraîneur en question était un grand type à la jambe de bois, couvert de boucles d'oreille, et qui arborait une iroquoise et une barbe crépues. Toujours vêtu d'une longue gabardine noire au col gigantesque, son regard était tout ce qu'il y avait de plus inexpressif. Il ne s'était jamais présenté que sous un nom de code, à savoir "Mister Tea", le Barracuda. Et il avait autant d'empathie qu'un requin en chasse.

« Qu'est-ce qu'y a, monsieur le dandy-punk ? On est fatigué ? Enchaîna-t-il sur le ton de la provocation. Faut pas venir pleurer sur ton sort si t'es incapable de faire 2 000 tours de terrain dans le temps qui t'est imparti. T'es plus chez maman. »

Yoakim releva la tête et fronça les sourcils. Ce type lui tapait sur le système. Cela faisait des jours qu'il ne dormait que quatre heure par nuit. Il était forcé de soulever des poids de plusieurs centaines de kilos sans la moindre pause durant toute la première moitié du jour, puis de faire des milliers de tours sur le terrain d'entraînement le reste du temps. Et le Barracuda frappait son ego avec une ardeur qu'il n'avait jamais vue. L'île sur laquelle ils se trouvaient était un gigantesque camp de formation désert, situé quelque part sur West Blue, et il semblait au jeune homme qu'ils n'étaient que tous les deux depuis le début.

« C'est toi qui a d'mandé à ce qu'on t'enseigne les six styles du Rokushiki. C'était pas une obligation. Y'a des centaines d'agents des cipher pols qui se débrouillent sans ça. T'as eu la présence d'esprit de t'apercevoir que c'étaient des faibles. Mais on devient pas un surhomme en claquant des doigts. Et j'ai horreur des mauviettes qui renoncent à peine après avoir commencé.
- Je ne me plains pas, rétorqua le jeune homme en esquissant un sourire malgré la fatigue, je me dis simplement que vous aurez du mal à digérer le moment où je deviendrai meilleur que vous.
- Quoi ? »

Mister Tea fronça les sourcils et croisa les bras sur sa poitrine. Puis soudainement, prenant appui sur sa jambe de bois, il pivota sur lui même et donna un coup de pied rotatif dans les airs.

« Rankyaku ! »

La lame d'air fusa en un instant sur Yoakim, qui surpris, n'eut le temps que de jurer avant de la recevoir en plein dans les côtes. Le choc lui arracha un cri de douleur et l'envoya voler à quelques mètres, l'entaillant au passage. L'agent du CP5 resta quelques instants face contre terre, suffocant, puis posa ses mains sur le sol et tenta de se redresser, pris d'une toux provoquée par l'impact. Il cracha un peu de sang mais se releva, laissant un bras pendre tandis que l'autre enserrait son thorax. Le Barracuda éclata de rire et lui lança:

« Pour l'moment t'es qu'une petite merde, Zelefh. Quand tu seras capable de faire un Tekkai, on pourra en reparler. En attendant... Tes mille tours, allez. Et j'en ai rien à foutre de savoir si t'es blessé ou pas.
- Tt... Pesta Yoakim, blessé dans son orgueil.
- Au trot. T'iras pas t'coucher tant que t'auras pas fini ton putain de millième tour. »

La main au côté, le jeune homme se déplaça jusqu'à l'aire de course et reprit un rythme soutenu bien que titubant. Mister Tea se remit en place et l'observa faire, un sourire carnassier affiché sur les lèvres. C'était bien la première fois qu'on lui donnait l'occasion de martyriser un noble. Un ancien noble, certes, mais bel et bien un de ces foutus aristocrates. Ce Zelefh devait être une sorte de masochiste, il ne voyait que ça. Méditant aux raisons qui avaient poussé ce type à servir le Gouvernement malgré la destruction de son île par le Buster Call, il s'empara de la tasse de thé qui se trouvait sur une table non loin et en but une gorgée. Délicieuse.

Une semaine s'écoula, puis une autre. Une quinzaine de jours au cours desquels les entraînements furent la seule distraction de Yoakim, et où son seul contact humain fut celui de cet instructeur sadique. Jusqu'à ce jour particulier où le Barracuda décida d'innover les entraînements. Il alla réveiller son disciple en lui assenant un coup barbare en pleine tête, avant de l'attraper par le bras et de le tirer jusqu'au terrain d'entraînement. Là, sans un mot, il le laissa au milieu, et s'éloigna d'une centaine de mètres, s'approchant d'une énorme pile de déchets en tout genre qu'il avait du amasser pendant la nuit. Yoakim, pas vraiment en état d'éveil, se frotta les yeux et bailla, cherchant son instructeur du regard. Dans un premier temps, il eut du mal à le distinguer du tas d'ordures.

« On va voir si ton corps s'est endurci, et si t'as des réflexes, Zelefh ! Cria Mister Tea depuis sa position.
- Mh... »

A ce moment, un objet frôla le visage du jeune homme, qui écarquilla les yeux et tourna la tête pour voir de quoi il s'agissait. Avant même qu'il ne repère le projectile, un choc violent au niveau de sa nuque lui fit plier un genou. Il se retourna de nouveau, ne comprenant pas ce qui se passait, et reçut quelque chose de gluant sur le torse. A partir de là, une multitude d'immondices jaillirent de toute part. Pris au dépourvu, Yoakim n'eut d'autre choix que de tenter d'esquiver ce qui lui était envoyé dessus. Pris d'un fou-rire gras et moqueur, le Barracuda, qui s'amusait à augmenter la cadence de ses jets, joua comme à son habitude la carte de la provocation:

« Faible ! Mauvais ! Nul ! Je croyais que tu t'en tirerais mieux que ça, Zelefh ! Peut-être que tu vas rester une petite merde à vie, finalement ? »

La recrue du CP5 fronça les sourcils entre deux bonds d'esquive. Brusquement, tout le temps qu'il avait passé à subir les brimades de Mister Tea alors qu'il se trouvait sous tension physique de manière inhumaine lui revint d'un bloc en mémoire. Il décida donc de réagir une bonne fois pour toute, afin de montrer à ce type à qui il s'adressait. Posant une main sur le sol, il effectua un mouvement acrobatique avec ses jambes qui lui permit d'éviter une salve de détritus, mettant ainsi en pratique ce qu'il avait appris à Kichigai pendant son adolescence. Puis, dans un même mouvement, il retomba sur ses pieds, et donna un puissant coup en arc de cercle dans les airs. Une minuscule lame d'air fendit l'atmosphère en émettant un son singulier avant de disparaître, tranchant quelques objets qui fusaient sur lui.

Brusquement, les rires de Mister Tea s'arrêtèrent, et il observa son disciple d'un air circonspect, presque ridicule. Yoakim comprit qu'il venait d'assimiler le principe de la technique. Un léger sourire apparut sur le coin de ses lèvres tandis que son instructeur fronçait les sourcils grossièrement. Sans s'arrêter, le jeune homme réitéra son coup de pied, d'abord la jambe droite, puis la gauche.

« Encore un peu... »

Les deux lames d'air furent successivement plus denses l'une que l'autre, et vinrent frapper de plein fouet les projectiles qu'elles rencontrèrent, avant de s'évanouir à leur tour. Surpris, Mister Tea oublia un moment de continuer de lancer ses trucs. Yoakim tenait le mouvement, il ne lui restait plus qu'à y mettre la puissance nécessaire. Et faire fermer sa gueule à cet abruti...

« Rankyaku ! »

Il mit toutes ses forces dans sa jambe droite et frappa l'atmosphère avec rage. Une magnifique lame d'air jaillit dans son mouvement et fondit droit sur le Barracuda. Celui-ci n'eut que le temps de se reprendre et de l'éviter in extremis en roulant sur le côté. Yoakim, essoufflé, émit un petit rire en avisant le visage incrédule de son instructeur. Celui-ci se redressa, l'air furieux, et se déplaça jusqu'à lui, sa jambe de bois claquant sur le sol à chacun de ses pas. Lorsqu'il arriva à sa hauteur, il croisa les bras et le fixa quelques instants d'un regard inquisiteur. Finalement, il prit la parole:

« Comment t'as su faire ça, Zelefh ?
- C'est la seule technique que je vous ai vue faire. J'ai repris votre mouvement, c'est tout. Je suppose que ça veut dire que mon corps est suffisamment "endurci". Et qu'on peut passer à la vitesse supérieure. »

J'ai jamais vu quelqu'un assimiler le Rankyaku en à peine plus d'un mois... Ce mec... Ce serait un génie du Rokushiki ? S'interrogea Mister Tea en observant le visage satisfait de la recrue du CP5. Il resta ainsi quelques instants, cherchant à se remémorer un précédent dans son expérience personnelle. Mais il ne trouva pas. Lui-même avait mis près de cinq ans avant de maîtriser son Rankyaku, et ce constat eut le don de l'énerver.

« Ouais, te la joue pas trop. Le Rankyaku, c'est une chose. Et ça reste que le premier style offensif du Rokushiki. Un véritable surhomme sait utiliser toutes les styles. Et ça veut dire qu'il faut une maîtrise totale de son corps.
- Tout ce que je veux, c'est que vous enragiez quand je vous aurai surpassé, fit Yoakim en affichant une mine de défi. Passons à l'étape suivante, je n'attends que ça.
- Peuh. Tu vas vite déchanter, Zelefh, c'est moi qui te l'dit. »

Mister Tea se tint droit, releva légèrement les bras en serrant les poings, et plia les genoux. Puis, d'une voix rauque, il donna une explication au jeune homme:

« Le Tekkai. Premier style de défense du Rokushiki. La position doit favoriser une contraction globale de tous les muscles du corps. La tension qui pèse sur les tendons et les articulations est la même que celle que subit ta jambe pendant un Rankyaku. Sauf que là, ça s'étend à la moindre parcelle. Tu comprends, Zelefh ? Ça veut dire que tu peux plus bouger. Par contre, les mecs en face peuvent toujours courir pour te faire mal. Vas-y, essaie de le briser en balançant tout ce que t'as avec ton Rankyaku, que tu comprennes ta faiblesse. »

Le jeune homme se recula de quelques pas, heureux de pouvoir frapper à loisir cet individu plus qu'antipathique , et ne se fit pas prier. Il envoya d'abord une lame d'air, qui vint frapper le Barracuda en pleine face. Mais l'individu ne broncha pas, se contentant d'émettre un rire gras. Seule sa gabardine était quelque peu entaillée, mais en-dehors de ça, il n'était pas blessé. Fronçant un sourcil de déception, Yoakim décida de ne pas en rester là et de continuer à frapper. Une succession de Rankyaku vinrent s'écraser en vain sur le corps inébranlable d'un Barracuda euphorique.

Puis peu à peu, à force d'acharnement, l'ancien noble de Kichigai donna davantage de puissance à ses coups. Si bien que le rire s'estompa progressivement, jusqu'à ce que Mister Tea esquisse une grimace de douleur. L'homme était à bout dans son effort, et il refusait de céder face à celui qu'il jugeait comme étant un avorton. Mais Yoakim était conscient de l'ascendant qu'il prenait sur son instructeur, et en jubila. C'est avec un grand sourire de triomphe qu'il envoya un dernier Rankyaku, qui fit voler le Barracuda à quelques mètres. Lorsqu'il se releva, il semblait furieux:

« Tu veux me tuer ou quoi, espèce de petite merde !
- Je croyais que je devais prendre conscience de ma faiblesse, répondit la recrue d'un ton faussement surpris.
- Ouais, marre-toi tant que tu l'peux. Évidemment, avec ma jambe et quinze ans de moins, t'aurais moins fait l'malin. Mais ça va être à mon tour de rigoler, maintenant. Allez Zelefh, essaie un Tekkai, qu'on s'fende un peu la poire ! »

Yoakim sourit, insupportable, et se mit dans la même position que celle que lui avait montré Mister Tea. Il dosa la force qu'il allait mettre en œuvre, puis d'un coup d'un seul, tenta de contracter l'intégralité des muscles de son corps. Il chercha à égaler la tension de ses jambes lorsqu'il lançait un Rankyaku. Le résultat lui parut bancal.

« Tekkai.
- C'est bon ? Un poing, un seul, fit Mister Tea avec un air mesquin en brandissant sa main close, Je vais le briser avec ça. »

Le coup fut fulgurant. Le Barracuda frappa violemment les côtes de Yoakim, qui en eut le souffle coupé et dont le corps se tordit sous l'impact. Il fut propulsé à une demi-douzaine de mètres de là, roulant lamentablement sur le sol en fin de parcours. L'instructeur éclata de rire, fier de sa performance, et franchit la distance qui les séparait, le temps que le jeune homme se relève - non sans tousser et cracher son lot de sang.

« Encore, Zelefh !
- Quand vous voulez. Tekkai ! »

Le second coup de poing de Mister Tea fut tout aussi puissant. Yoakim s'envola à nouveau, lâchant un râle de souffrance pendant sa chute. Il mit cette fois plus de temps pour se relever, glissant sur l'herbe humide, et dut s'y reprendre à trois fois. Lorsqu'il fut de nouveau stable sur ses jambes, le Barracuda demanda d'un air faussement compatissant:

« Oh... Tu tiens encore debout. T'es sûr que t'en veux encore ?
- Aah... Ouais... Allez-y. Tekkai !
- C'est toi qui l'aura voulu, Zelefh... »

L'instructeur le rejoignit en quelques enjambées et frappa à nouveau. Il ne sentit même pas le peu de résistance qu'il avait pu percevoir lors des deux premières tentatives du jeune homme, qui de toute évidence frisait l'inconscience. Le coup de poing, prodigué en plein ventre, le propulsa littéralement vers le ciel, avant qu'il ne chute lourdement sur le sol. Il resta face contre terre sans bouger, inerte. Mister Tea tourna les talons, mis les mains dans les poches et s'éloigna à pas lents.

« Dors, on reprendra quand tu seras capable de bouger. Probablement pas avant quelques jours. »

Marchant tranquillement, le Barracuda se rassura lui-même sur les prétendues capacités de son nouveau disciple. On dirait que je l'ai surestimé. Je me disais bien que la surprise du Rankyaku était un coup de chance. Un génie pareil, ça n'apparaît qu'une fois par siècle. Et lui, c'en est pas un. Il émit un petit rire amusé. Et alors qu'il s'approchait de la grille de sortie du terrain d'entraînement, il eut un moment d'arrêt, l'attention attirée par un bruit provenant du centre de la pelouse. Il se retourna, et constata, stupéfait, que Yoakim s'était relevé.

Écarquillant les yeux, il fixa la silhouette de l'ancien noble de Kichigai qui arborait son sempiternel sourire aux lèvres, se payant même le luxe de s'être allumé une cigarette dont le bout rougi luisait dans la pénombre du crépuscule. La voix de Yoakim s'éleva comme un défi, prononçant distinctement le seul et unique mot qui appelait le Barracuda à revenir à la charge.

« Tek-kai ! »

Mister Tea ne comprenait pas. Ou plutôt, il ne voulait pas comprendre. Ce type qui lui faisait face le provoquait délibérément alors que désormais le moindre coup pouvait lui être fatal. Et surtout, il était censé être dans les vapes. D'un pas rapide, il refit le même chemin en marche arrière, serrant fermement son poing droit et le brandissant vers l'arrière, prêt à frapper de toutes ses forces. L'espace d'un instant il oublia même qu'il n'était qu'un instructeur qui formait une recrue.

« Tu veux mourir, Zelefh ? C'est c'que tu veux, hein ? Alors je vais t'expédier sur la Lune, histoire de briser cet ego intolérable. Et tu vas apprendre à rester à ta place ! »

Un coup de poing fusa droit dans l'abdomen de Yoakim. Mais cette fois-ci le jeune homme ne broncha pas. Il ne bougea pas d'un pouce. Son sourire s'élargit sur son visage, tandis que la clope se consumait lentement au bout de ses lèvres. Incrédule, Mister Tea releva la tête pour regarder son disciple en face et écarquilla les yeux. A l'instant, ce coup l'avait envoyé voler... Impossible... Le Tekkai aussi... Il le maîtrise déjà ? Il se recula d'un pas et arma son deuxième poing, imaginant un bref instant qu'il n'avait peut-être pas mis la force qu'il avait espéré dans son coup.

« Faible, décréta Yoakim.
- Quoi ! Fit le Barracuda le frappant au flanc.
- Mauvais, surenchérit le jeune homme sans être inquiété par la puissance de l'impact.
- Te fous pas de ma gueule ! Hurla l'instructeur en lançant ses deux bras en arrière, préparant un coup à deux mains surpuissant.
- N...Nul... »

Yoakim laissa tomber sa cigarette, interrompant Mister Tea dans son mouvement de folie. Puis les yeux du jeune homme se révulsèrent et il bascula en arrière, s'étalant bras écartés sur la pelouse. Mister Tea se redressa, desserrant les poings. Cette fois, son disciple était bel et bien inconscient. Il resta un long moment à l'observer, droit comme un i au milieu du terrain, sans piper mot. Puis lorsque le soleil se dessina à l'horizon, il fit volte-face et se dirigea vers le grillage. Malgré que Yoakim ne puisse plus l'entendre, il lui fit part d'une décision:

« Ton Chef a fait sonner mon escargophone ce matin. T'as des missions sous le coude, Zelefh. Avec c'que tu sais, tu devrais pas avoir trop d'problème pour te défendre. T'auras qu'à revenir quand tu voudras approfondir la chose. En attendant, pour moi, tant que tu maîtriseras pas les six styles, tu resteras une petite merde. »

Mais quand même, songea-t-il alors qu'il disparaissait derrière les bâtiments qui bordaient le terrain, j'ai jamais vu ça.
Yoakim ne se réveilla pas avant d'avoir cumulé soixante-douze heures de sommeil.

__________________________________________

Automne 1622 - Kami-E

« Ça ne m'enchante pas plus que vous qu'on se retrouve tous les deux sur cette île déserte, annonça Yoakim tandis qu'il marchait, mais plus vite j'aurai tout appris de vous, plus vite nous pourrons nous dire au-revoir. Alors j'en ai rien à foutre que vous ayez posé des congés, faites votre boulot.
- Ça me fait mal de l'dire, pour une fois j'suis d'accord avec toi, Zelefh. Répondit Mister Tea. Allez, on y va. Et essaie de te magner le train. »

Les deux hommes passèrent le grillage du terrain d'entraînement et se dirigèrent vers la pelouse. Cela faisait deux mois que l'instructeur et le disciple ne s'étaient pas revus. Entre-temps, Yoakim avait accompli un certain nombre de missions pour le compte du CP5, réussies pour la majeure partie, et Mister Tea avait eu le loisir de torturer autant de pauvres recrues dociles à souhait. Ils se retrouvaient donc tous deux prêts à s'affronter l'un l'autre au cours d'une nouvelle séance de concurrence d'ego.

« Une fois qu'on maîtrise le Tekkai, le plus facile c'est d'assimiler le Kami-E. En gros, ça consiste à l'inverse. Pour le Tekkai, tu te solidifies de la racine des cheveux à la plante des pieds. Ben quand t'utilises le Kami-E, c'est de la détente extrême. Donc tu ramollis tout ça. Du coup, ça d'vrait pas être trop dur pour toi, hein ? Une petite démonstration, frappe-moi aussi vite que tu peux.
- Bien.
- Kami-E ! »

Yoakim donna un coup de poing rapide en direction du visage de son instructeur. Mais alors qu'il pensait lui percuter le menton, la tête du Barracuda se pencha sur le côté. Le jeune homme haussa un sourcil, puis donna un autre coup vers l'estomac. Cette fois, c'est tout le corps qui se pencha en diagonale, avant de revenir à sa place initiale. Irrité, Yoakim sortit sa main gauche de sa poche et donna une série de coups furtifs. Aucun n'atteignit sa cible, et Mister Tea oscilla de tous les côtés sans broncher, comme porté par l'air brassé des coups de son disciple. Celui-ci tenta même de joindre des Rankyaku à ses coups de poing, mais aucune de ses attaques ne fut efficace. Haletant, il marqua un temps d'arrêt au bout d'une dizaine de minutes d'effort intense.

« Une technique d'esquive...
- Le second style défensif du Rokushiki. Utile pour épuiser l'adversaire ou le décourager. Ou te tirer de la merde quand tu peux rien faire d'autre.
- Je vois... Détendre les muscles, hein... L'opposé du Tekkai... Mh... »

Après le Tekkai, je n'ai mis que quelques semaines à trouver le moyen de produire un Kami-E. Dans son cas, qu'est-ce que ce sera... ? S'interrogea le Barracuda en observant l'agent du CP5 d'un œil suspicieux. Yoakim agita les bras et les poignets de manière ridicule, cherchant un moyen de détendre ses muscles. Plus facile à dire qu'à faire, en pratique. Régulant sa respiration, il essaya ensuite de laisser son corps danser sur ses chevilles en se servant de la force du petit vent qui se levait sur le terrain. Chercher le bon équilibre et se servir de la densité extérieure à son corps lui parut instinctivement le meilleur moyen de doser la teneur de ses muscles. Il resta quelques heures à jouer avec l'environnement, cherchant à trouver le bon compromis entre détente et contrôle. L'instructeur, qui s'était assis dans l'herbe à côté de son service à thé, finit par trouver le temps long:

« A quoi tu joues, Zelefh ?
- J'y suis presque !
- Pas trop tôt. »

Le silence s'installa de nouveau sur le terrain, à peine troublé par la brise qui se soulevait de temps à autres. Une demie heure de plus s'écoula, jusqu'à ce que Yoakim esquisse un sourire triomphant et reprenne la parole:

« Je crois que j'y suis.
- M'étonnerait. M'enfin si tu veux que j'te botte le train, on y va, fit le Barracuda en se relevant.
- Kami-E ! »

Mister Tea ne se fit pas attendre et décocha un direct en plein vers le menton du jeune homme. Celui-ci, incertain de la réussite de sa technique, préféra au dernier moment se protéger des dégâts:

« Tekkai ! »

Le poing s'écrasa sur le bas de sa mâchoire sans qu'il n'en ressente l'impact, et l'instructeur se retira en fronçant les sourcils.

« Ma parole, t'es une vraie lopette, Zelefh !
- J'ai paniqué. Reprenons. Kami-E !
- Ouais... Me refais pas l'coup. »

Le Barracuda frappa une nouvelle fois. Cette fois, Yoakim ferma les yeux et attendit le choc. Mais il ne sentit rien, qu'un léger courant d'air. Rouvrant les paupières, il s'aperçut que Mister Tea frappait dans tous les sens autour de lui, et qu'il ne parvenait pas à l'atteindre. Le jeune homme émit un petit rire, constatant avec délectation qu'il parvenait à détendre à l'extrême la moindre parcelle de ses muscles. En sueur, l'instructeur finit par s'arrêter. Une demie-journée... Est-ce que ça devrait m'étonner ?

« C'est la technique la plus facile une fois que tu maîtrises le Tekkai. Y'a pas de quoi fanfaronner.
- Oh, mais je ne dis rien.
- Ouais... On va pouvoir passer à nettement plus compliqué, maintenant. Par contre faudra que tu reviennes. Entraîne-toi à maîtriser ce nouveau style et revient dans trois mois, parce que j'ai des trucs à faire, moi aussi.
- Des trucs ? S'enquit Yoakim.
- C'que je fais de mes congés te regarde pas, Zelefh. Maintenant dégage. »

L'agent du CP5 éclata de rire, soulevant le cocasse de la situation: imaginer un type tel que le Barracuda en vacances relevait d'un véritable délire furieux, et compte tenu de son expérience de la névrose durant son enfance à Kichigai, il préféra ne pas s'engager sur une voie si hasardeuse. Saluant l'instructeur d'un vague geste de la main, il quitta le terrain, pour ne plus y mettre les pieds pendant les trois mois qui suivirent.

__________________________________________

Hiver 1622 - Soru

« Ce truc parle ?
- Et pas qu'un peu.
- Ce truc ? Ce truc ?! »

Sur l'épaule de Yoakim, Ikare sembla s'étrangler tout seul. Il en vint même à tousser, apparemment outré par la manière dont Mister Tea le considérait. C'était la première fois que l'instructeur voyait un animal doué de parole, la surprise avait donc été de taille lorsque l'iguane avait ouvert la bouche pour balancer une réplique cinglante quelques secondes plus tôt.

« Il vient d'où ?
- Je l'ai trouvé pendant une mission, il allait crever de faim. Et il était traqué par des truands qui voulaient se faire de l'argent en l'exposant au public.
- Pourquoi tu lui as pas dit que je venais du fond d'son trou du cul, gamin ?
- Je suppose que vous comprenez pourquoi ce n'est pas toujours facile.
- J'vois bien, ouais. Vas faire un tour dans la jungle, le lézard ! »

Le Barracuda empoigna Ikare sans somation et le projeta loin dans les airs en direction de la petite forêt de sapins qui bordait le camp d'entraînement. Yoakim plaça sa main en visière et l'observa redescendre vers les arbres enneigés, se disant que l'animal retrouverait bien le chemin du retour. Puis les deux hommes s'arrêtèrent sur la pelouse blanche de neige, et Mister Tea vérifia les boulons qui retenaient la jambe de bois à sa cuisse.

« Bien... Comment ça s'passe, ton service au CP5 ? S'enquit-il, apparemment dans l'attente d'une triste révélation.
- Je suis excellent.
- Ah ouais ? C'est étonnant. Ici, t'es pas franchement brillant. »

Yoakim ne répondit pas, se contentant de s'allumer une clope. Il tira une première bouffée et attendit la suite sans piper mot. L'instructeur haussa un sourcil devant ce silence qui le déstabilisait, puis consentit finalement à entrer dans le vif du sujet.

« Le Rankyaku et le Tekkai, c'est de la contraction en puissance, de la force brute. Les prochains styles que tu vas assimiler sont totalement axés sur la vitesse pure.
- Tant mieux. Jusqu'à maintenant, j'avais peur de ne pas pouvoir bouger plus rapidement que ce dont je suis déjà capable.
- Tu vois ces coureurs qui fouettent le sol du bout des pieds pour augmenter le rendement de leur accélération ?
- A peu près. L'extrémité des orteils subit une pression extraordinaire, ils ne peuvent pas soutenir l'effort plus de quelques centaines de mètres.
- La technique que j'vais te montrer est le premier style de déplacement du Rokushiki, qui reprend le même principe. Sauf qu'au lieu d'une fois par foulée, tu frappes le sol à dix reprises en une fraction de seconde. Un humain normal pourrait pas le faire, c'est simplement impossible pour le corps d'égaler une telle vitesse et d'en supporter les conséquences.
- C'est si rapide que ça ?
- Soru. »

Sous les yeux du jeune homme, Mister Tea s'évanouit soudainement dans l'atmosphère, pour réapparaître une cinquantaine de mètres plus loin sur l'aire de course. Depuis sa position, il lança:

« Tu peux pas le faire, Zelefh, c'est impossible !
- Vous pariez ? »

Le jeune homme effectua quelques étirement, puis se mit en position. Alors, il s'élança, cherchant à appliquer la méthode. Il franchit les 50m à la vitesse d'un sprinter entraîné, parvenant à reproduire le fouetté du pied dont ils venaient de parler, mais sa course ne ressembla en rien à un Soru. Il pesta intérieurement, puis cracha sa clope et refit le même chemin en sens inverse, au même rythme. Finalement, il effectua encore trois allers et retours avant de poser les mains sur ses genoux et de reprendre son souffle, pantelant. Sous les rires du Barracuda.

« Comment ça se fait ? S'enquit le jeune homme essoufflé. Mon corps n'est pas censé être prêt ? C'est simplement impossible de frapper dix fois comme d'un seul mouvement...
- Tu l'as dit, t'as encore un corps de petite merde, Zelefh. Je t'avais prévenu qu'on aborderait des styles plus compliqués. Mais c'est un mal pour un bien, parce que quand tu seras capable de faire un Soru, ton Tekkai et ton Rankyaku seront bien plus efficaces.
- C'est juste une histoire d'entraînement, alors.
- Crois pas que tu vas faire ça rapidement. Si même avec ma jambe de bois j'y arrive, ça veut dire qu'y a du boulot pour toi. Ça s'fera pas en un jour comme le Kami-E, cette fois.
- Quel est le programme ?
- Tu te rappelles les premières semaines de ton arrivée ici ? Fit l'instructeur en arborant son sourire carnassier. On va commencer en douceur. La même chose, mais avec 200 kg accrochés à chacune de tes jambes. »

Au bout de quatre jours, Yoakim cessa de compter le nombre de fois qu'il eut l'occasion d'entendre: « Quatre secondes de retard, Zelefh. Mille tours de plus. » Il se résigna à ne faire que courir de l'aube à la moitié de la nuit dans le froid hivernal, ne consacrant qu'une poignée d'heures à son sommeil. Ikare ne revenait pas de son escapade en forêt, mais le jeune homme n'eut même pas le temps d'imaginer d'autre scénario que celui qu'il ait pu trouver une femelle de son espèce dans la zone et choisi d'y passer du bon temps. Finalement, une semaine s'écoula, puis deux. Au début de la troisième, le Barracuda décida d'alourdir ses poids de 100kg chacun. Il se passa une autre quinzaine sans que la monotonie de l'entraînement ne soit troublée. Finalement, Yoakim décida seul de tenter une nouvelle fois le Soru, après un mois d'efforts continus.

En plein milieu de la journée, il fut pris d'une pulsion de rage et envoya voler son lestage en donnant deux coups de pieds dans les airs. Les masses retombèrent quelques mètres plus loin dans un vacarme assourdissant, soulevant un amas de neige et creusant un cratère dans le sol.

« Quoi encore, Zelefh ? Piaffa Mister Tea au loin. Me dis pas que tu te crois prêt ! Faut bien compter encore des semaines avant que ton corps soit suffisamment endurci !
- C'est assez pour moi ! »

Yoakim s'étira brièvement, puis se mit à ses marques.

« Soru ! »

Le jeune homme partit comme une fusée. Chacune de ses foulées s'initia par les fameuses dix frappes au sol, et il se déplaça à une vitesse prodigieuse. Ce qui lui sembla le plus étonnant fut sa capacité pouvoir appréhender tout son environnement malgré la prodigieuse accélération, comme si son cerveau fonctionnait lui aussi d'une rapidité proche de celle du son. Mais soudain, alors qu'il s'apprêtait à terminer un tour complet de terrain, il aperçut la masse noire formée par la gabardine de Mister Tea fondre droit sur lui à une vitesse similaire. Il n'eut pas le temps d'éviter le choc, et sentit le bras puissant de l'instructeur se refermer sur sa poitrine. Le Barracuda le plaqua violemment au sol, le stoppant dans sa course folle. Yoakim fut prit d'un toux légère et s'exclama:

« Qu'est-ce qui vous prend !
- Petite merde inconsciente... Ton corps n'est pas prêt, regarde ! »

Mister Tea se releva, désignant de l'index les jambes du jeune homme. Celui-ci baissa les yeux et constata qu'elles tremblaient comme des feuilles, et ce bien qu'il tentait de les contenir. Il essaya alors de se relever, mais écarquilla les yeux en s'apercevant qu'il ne pouvait pas bouger d'un pouce. Ses articulations ne répondaient plus.

« Bon sang, qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce qui se passe ? Tout marchait bien... !
- Si je t'avais pas arrêté, t'aurais fini par te les arracher toi-même. Et maintenant tu vas pas pouvoir bouger pendant un moment. Même si t'apprends vite le Rokushiki, Zelefh, t'as tes limites, comme n'importe qui. Rentre-toi ça dans l'crâne. »

L'agent du CP5 fronça les sourcils et fixa le ciel. Il ne répondit pas, se contentant simplement de nier intérieurement l'affirmation de l'instructeur. Celui s'installa en tailleur à côté de lui et servit deux tasses de thé. Il en déposa une à côté de Yoakim et porta la sienne à ses lèvres. Après quoi il reprit la parole:

« Ton chef a fait sonner l'escargophone hier soir. Je lui ai dit d'attendre encore un ou deux mois avant d'te rappeler, mais après ce que je viens de voir... Je vais faire venir un bateau dès demain, ils t'emmèneront faire des soins. J'veux pas qu'on m'prive de ma pension pour faute à cause de ta gueule. De toute façon t'as compris le principe. Faut simplement que tu poursuives l'entraînement rigoureux qu't'as suivi jusqu'à maintenant dès que tu peux. Et normalement, la prochaine fois que tu tenteras de le faire, ton Soru passera.
- Je n'ai pas l'intention de vous remercier pour m'avoir préservé de votre sort. Fit l'ancien noble d'une voix vide d'empathie, changeant de sujet. Vos cas de conscience et vos transferts psychologiques ne regardent que vous.
- J'en ai rien à foutre de ta reconnaissance, Zelefh. Alors que tu me remercies ou pas, je m'en carre. »

Le Barracuda vida d'un trait sa boisson, puis se releva en prenant appui sur sa jambe valide. Sans ajouter un mot, il s'éloigna en direction du grillage. Lorsqu'il fut presque hors de vue, il cria cependant:

« Ah ouais. J'ai trouvé ton lézard dans la cour près des cuisines, tout à l'heure. Le machin ressemblait à un glaçon. Tu l'trouveras sur ta couche. »

Yoakim ne releva pas, le laissant partir. Il resta de longues minutes sans bouger ni rien faire. Au bout d'un moment, la neige commença à tomber du ciel. La seule chose que l'agent du CP5 se disait alors qu'il était peu à peu recouvert de poudreuse, était qu'il ne pouvait pas tolérer que cet abruti lui ait sauvé les jambes.

__________________________________________

Été 1623 - Shigan

Une demi-douzaine d'individus trottaient autour du terrain d'entraînement lorsque Yoakim passa le grillage d'entrée. Il s'avança les mains dans les poches jusqu'à l'endroit où le Barracuda avait décidé de s'installer, son service à thé déballé sur la table à côté de lui. Lorsqu'il arriva à sa hauteur, Mister Tea tourna la tête et soupira.

« Ah, Zelefh. Je me disais bien que t'allais revenir bientôt. Ça fait déjà plus de cinq mois. Une chance pour nous deux, on a derrière nous la plus grosse partie du boulot.
- D'autres disciples ? S'enquit le jeune homme en désignant les types qui couraient au loin.
- Et ouais, des recrues de tous les cipher pols. Y'a même un officier de l'E.M.M. dans l'lot. C'est assez rare d'avoir plusieurs novices d'un coup, alors autant qui démarrent en même temps, c'est exceptionnel. Mais tu croyais pas que t'étais le seul qu'avait l'honneur de bénéficier de mon enseignement ?
- Ah... Non. »

L'instructeur se leva de son siège et lui fit signe de le suivre. Ils marchèrent jusqu'au centre du terrain, où se trouvait une gigantesque plaque de bois dressée vers le ciel, d'une envergure de plusieurs mètres. Mister Tea posa sa paume à plat dessus et demanda:

« Tiens, t'as pas ta merde, là... Ton caméléon ?
- Non, il a choppé quelque chose. Il se plaignait tellement que j'ai été obligé de le laisser dans une clinique vétérinaire sur West Blue.
- Tant mieux, au moins il nous emmerdera pas. Et ta maîtrise du Soru équivaut à quoi, maintenant ? »

Yoakim haussa un sourcil dédaigneux, puis claqua un bref:

« Soru. »

En un clin d'oeil, il fit le tour de la plaque de bois et se retrouva derrière le Barracuda. Lui tapant sur l'épaule pour qu'il se retourne, il lui adressa un grand sourire satisfait. L'instructeur soupira avant de reprendre la parole:

« Ouais... Ben ça veut dire qu'on peut passer au Shigan.
- Shigan ? »

Les petites démonstrations valant mieux que les grands discours, Mister Tea dressa son index et le planta dans la plaque au cours d'un mouvement fulgurant. Lorsqu'il le retira, il ne restait qu'un impact circulaire parfaitement régulier, tout juste fumant. Yoakim avisa le doigt en question, s'assurant qu'il n'y avait aucun artifice, et adressa un regard interrogateur à son interlocuteur.

« Le second style offensif du Rokushiki: le Shigan. Un doigt aussi précis et puissant qu'une balle de revolver. Tu projettes ton bras en vitesse brute, et tu perces n'importe quoi. Maîtriser ce mouvement, ça veut aussi dire être capable de donner des coups aussi rapides dans tous les cas. Avec le contrôle du Soru, ton Rankyaku a du être énormément amélioré et ton coup de pied a dû gagner en vitesse. Là ce sera pareil. Quand tu sauras faire le Shigan, tu seras capable de bouger tout ton corps aussi rapidement.
- Ça me plaît beaucoup. On commence ?
- Sois pas pressé, Zelefh, tu t'doutes bien que ça va pas se passer comme ça. Puis, se tournant vers le groupe de recrues qui ralentissaient la cadence, Hé, bande de petites merdes ! Je vous vois toujours, alors vous arrêtez pas ! Mille tours de plus pour le premier clampin qui jouera au malin ! »

Les troupes semblèrent se remotiver et reprirent un rythme de course régulier, détournant leur attention de l'arrivée de Yoakim. Mister Tea lui adressa un signe pour qu'il interpréta comme une intimation à l'attendre sans bouger, puis se dirigea à pas pressés jusqu'à un petit cabanon en bordure de terrain que Yoakim ne connaissait que trop bien. Lorsqu'il en ressortit, il était armé de trois assemblages de poids d'environ 200kg chacun. Il revint vers lui, tout sourire, et lui ordonna de les enfiler à ses avant bras et de s'entourer le thorax avec le troisième.

« Cinq mille pompes. Pas de pause. Une heure et demie. Mille de plus en cas de pénalité.
- Cinq mille ?
- T'as bien entendu. Il t'arrive quoi, Zelefh ? T'as peur de pas y'arriver ? »

Yoakim émit un bruit qui signifiait que la réflexion de l'instructeur n'avait pas le moindre effet sur lui, et déplaça les masses qui entouraient ses bras vers l'arrière. Puis il s'étendit sur le sol, et entreprit de commencer sa série de tractions. Il en eut pour trois semaines. Trois semaines au cours desquelles chaque jour, les recrues ne faisaient que tourner autour du terrain tandis qu'il s'activait près de l'immense plaque de bois. Et au milieu de ce spectacle de torture, Mister Tea se contentait de rentabiliser son service à thé en riant comme un abruti. Puis finalement, vint le moment où le Barracuda décida de mettre Yoakim à l'épreuve.

Au cours d'un après-midi, il donna trois coups de sifflet pour ordonner à tout le monde de s'arrêter et de le rejoindre près de l'agent du CP5. Il s'approcha alors de lui et lui ôta sans un mot son lestage, jetant les masses un peu plus loin, en fracas. Yoakim se redressa, se sentant étonnamment plus léger, et esquissa quelques mouvements circulaires avec les bras.

« Regardez bien, bande de petites merdes. Zelefh est en train de se découvrir une force nouvelle. Vous l'avez vu, ça fait trois semaines qui soulève 600kg rien qu'avec les bras.
- 600 kg ? S'étrangla une des recrues, un grand type au front dégarni. Damned, ce type est un monstre !
- Et comment tu crois qu'on devient un surhomme, misérable cloporte ? »

Aucun autre disciple n'osa relever, tous étaient en train d'observer un Yoakim qui s'étirait dans tous les sens. Le Barracuda se tourna vers lui et lui adressa la parole:

« Bon Zelefh... En ce qui me concerne, il m'a fallu un an complet pour réussir un Shigan potable. Mais c'est sans compter tous les entraînements que tu subis justement depuis un an. Vas-y, montre un peu c'que t'es capable de faire.
- Très bien. »

Le jeune homme se positionna en face de l'immense planche, et posa un instant sa main sur le bois, comme pour appréhender la matière qu'il s'apprêtait à percer. Puis il eut un mouvement de recul, porta son bras vers l'arrière, et...

« Shigan ! »

Yoakim projeta son doigt à la vitesse du son. Il transperça la matière comme s'il s'agissait d'un simple morceau de beurre, et se retira lentement en affichant un grand sourire aux lèvres. En lieu et place de son index, se trouvait un trou sans imperfection. Un murmure d'appréciation émergea du petit groupe de recrues, avant que le Barracuda prenne la parole:

« Vous voyez ? Quand vous saurez faire ça, vous pourrez penser à vous la couler douce. En attendant... Bougez-vous les miches ! »

Il donna un puissant coup circulaire dans la tête des six martyres, du bout de sa prothèse de bois. Les recrues volèrent jusqu'à l'aire de course, où il se dépêchèrent de se relever malgré la douleur, et repartirent au trot. Yoakim se tourna vers son instructeur et lui adressa un sourire de complaisance:

« Plus qu'un dernier style, il me semble. Vous serez forcé de reconnaître que je vous aurai surpassé sur tous les plans. En revanche, ce ne sera pas pour cette fois. J'ai une série de missions à remplir d'ici deux semaines et qui ne peuvent pas attendre.
- Tu parles. Une petite merde le reste à vie. Allez, casse-toi, Zelefh. Ce qui t'attend quand tu reviendras, ce sera pas d'la tarte. »

__________________________________________


Découvrez I'm Gonna Fly Now !


Automne 1623 - Enfin, le Geppou !


« Tu le sens Zelefh ?
- Je ne vois pas de quoi vous voulez parler.
- Ce parfum, dans l'air. C'est si... enivrant.
- Je ne sens rien. Vous déraillez.
- Mais si. C'est celui qui annonce que j'vais enfin pouvoir arrêter de voir ta tronche.
- Ah, fit le jeune homme en esquissant un sourire, Maintenant que vous le dites... Je perçois celui qui me dit que je n'aurai bientôt plus à supporter vos conneries. »

Mister Tea fronça les sourcils en avisant son disciple, tandis qu'ils s'avançaient sur l'aire de course du terrain d'entraînement. Cette fois-ci, il n'y avait pas d'autre recrue qui s'entraînait dans les environs. Yoakim s'alluma une cigarette, tandis que la tête d'Ikare émergeait de sous sa chemise. L'iguane jeta un coup d'oeil à l'instructeur, dont il avait le mauvais souvenir qu'il l'avait projeté à plusieurs mètres dans les airs jusque dans cette forêt de malheur où il avait dû lutter pour sa survie. S'adressant au jeune homme de sa voix étrange et rocailleuse, il lança:

« J'espère qu'on va pas rester longtemps dans le coin, Yoakim. »

L'intéressé ne répondit pas, retirant la cigarette d'entre ses lèvres pour expirer un rond de fumée. Il attendit que Mister Tea daigne s'arrêter de marcher pour expliquer la dernière étape de leur "collaboration", dont il lui tardait véritablement de venir à bout. Le Barracuda ralentit le pas jusqu'à s'interrompre lorsqu'ils furent au niveau de ce qui semblait être un cercle dessiné grossièrement à la craie sur le sol. Là, il prit la parole:

« C'est ton aire d'entraînement.
- Vous plaisantez ? Il n'y a même pas assez de place pour que je fasse des pompes.
- Il s'agit pas de pompes, de t'étendre, de courir ou de faire quoi que ce soit d'aussi basique, Zelefh. Je te parle de t'élever. Au sens littéral, vers le ciel.
- Pardon ?
- Le second style de déplacement du Rokushiki: le Geppou. La technique consiste à durcir les masses d'air sous tes pieds et à t'en servir comme appui pour rebondir. Ouais, t'as bien entendu ! Le Rokushiki permet aux surhommes de se rapprocher au plus près de ce que "voler" veut dire. Et de marcher dans l'atmosphère. En ce qui me concerne, je ne peux plus me servir que d'une seule jambe pour y arriver, mais regarde. »

L'instructeur se plaça au centre du cercle et bondit, avant de donner un second coup de pied en-dessous de lui, qui le propulsa un peu plus haut. Il continua ainsi, sous les yeux du jeune homme et du reptile, à s'envoler toujours un peu plus loin, puis stagna à un certain niveau en ralentissant la cadence de ses coups de pied. De là-haut, il lança à Yoakim:

« Vitesse et puissance, les deux sont essentiels pour y parvenir. Avec le Rankyaku et le Tekkai, t'as maîtrisé le principe de puissance, et avec le Soru et le Shigan, c'est la vitesse que t'as assimilé. Ton corps est prêt pour le Geppou, Zelefh. »

Puis il se laissa redescendre en donner un ou deux coups pour freiner sa chute, et atterrit à quelques pas de là où il était parti. Puis sans un mot, il alla s'installa à la table de camping non-loin de là, où l'attendait son service à thé. Il désigna alors le cercle de craie d'un geste ample du bras et annonça d'une voix amusée:

« Reste à savoir si tu vas t'en sortir. C'est sans doute l'une des techniques les plus dures à comprendre. Ton objectif c'est de monter sans sortir des limites du cercle. Quand t'auras à la fois le mouvement et la précision qui va avec, tu sauras faire un Geppou. Et alors, je suppose que tu s'ras un surhomme.
- Je vais régler ça en dix minutes. »

Yoakim attrapa Ikare nonchalamment malgré les protestations de celui-ci et marcha jusqu'à la table de Mister Tea, où il le déposa sans ménagement. Après quoi il trotta jusqu'au cercle. Là, il resta un petit moment à ses préparer psychologiquement, et décida enfin de passer à l'action. Exerçant une pression sur ses jambes, il sauta sur place, et au moment de frapper à nouveau dans l'air... Rien ne se passa, et sa réception fut catastrophique. Tendant ses jambes et s'attendant à rebondir pour s'élever, il n'eut pas le temps de reprendre une position convenable lorsqu'il s'aperçut de son échec, et s'étala de tout son long lorsque ses pieds retouchèrent le sol.

Synchrones, Ikare et Mister Tea s'esclaffèrent. Yoakim se releva d'un bond, furieux, et fit une deuxième tentative sous leurs éclats de rire. Elle se solda aussi par un échec, mais il parvint cette fois à ne perdre que l'équilibre, sans s'effondrer totalement. Partis dans un fou-rire, les deux autres se trouvaient dans un état d'euphorie incontrôlés. Une attitude qui tapa sur le système de l'agent du CP5, blessé dans son ego. Il essaya et réessaya, maintes fois, toute la journée et même toute la nuit. Près de minuit, il sautait toujours sur lui-même, cherchant à répartir équitablement vitesse et puissance dans ses coups de pieds. En vain.

« Dix minutes ! Bwahaha !
- C'est des minutes de docteur ? Frfrfrfrfr !
- Oh, j'aime ce varan ! Je l'aime ! Bwahahaha !
- Fermez-la ! »

L'énervement de Yoakim venait à son comble, et l'iguane et le Barracuda étaient trop occupés à se foutre de lui pour relever son attitude. Excédé, il décida de tenter une dernière fois. Sans doute fut-ce grâce à la tension de ses nerfs, ou peut-être parce qu'il remit sa réussite à la chance, que cette fois il parvint à rebondir. Donnant tout dans ses jambes, il réitéra le mouvement, montant encore et encore. En bas, les rires cessèrent, et ce fut lui qui à son tour, s'esclaffa de plaisir en constatant qu'il parvenait enfin à marcher dans l'atmosphère.

« Geppou ! Fit-il d'un ton triomphant. Superbe. »

Il resta dans les airs sans monter ou descendre pendant un moment, restant strictement dans les limites du cercle sans déborder, et avec aisance. Puis il s'amusa à marcher en donnant de puissants coups furtifs dans les masses d'air, se déplaçant en boucle jusqu'au-dessus de la table où se trouvaient Ikare et Mister Tea. Lorsqu'il fut satisfait, il se laissa retomber jusque devant le Barracuda, se réceptionnant de manière acrobatique. Le sourire aux lèvres, il attrapa l'iguane et le mit sur son épaule sans détacher son regard du visage grimaçant de son instructeur, et lança:

« Bon... Je suppose que c'est terminé.
- Exact, on n'a plus rien à s'dire, petite merde.
- Je savais que vous ne supporteriez pas.
- Tu ne m'as pas surpassé, tu restes une petite merde.
- Vous verrez, rétorqua le jeune homme en s'éloignant, j'ai reçu une lettre du CP9. Mon affectation, dans quelques semaines. Un jour, vous entendrez parler de moi comme le plus illustre des agents de l'histoire de l'organisation. Puis en s'approchant du grillage, Il ne peut pas en être autrement, vous le savez déjà.
- Tire-toi, Zelefh ! »

Yoakim disparut derrière les bâtiments dans un grand éclat de rire. Restant seul, Mister Tea porta une tasse de thé à ses lèvres. Quel merdeux prétentieux, m'en voilà enfin débarrassé. Il ne connaît rien des puissances de ce monde... Il tiendra pas deux minutes dès qu'il mettra un pied sur Grand Line pour se confronter aux monstres qui sont là-bas. Mais c'est plus mon problème. Qu'il aille au diable.
Page 1 sur 1