Le deal à ne pas rater :
Disney Lorcana Chapitre 3 : où acheter le Coffret Cadeau Les Terres ...
Voir le deal

Yatta !

Bercé par la voix mélodieuse de notre chère Mitsume, j'avance d'un pas doux sur le pont, souriant à mes nombreux nakama's occupés dans leur travail, certains soucieux et d'autres simplement joyeux...Cachant sans doute cette vision amer, ce premier aperçu de Grand Line. Nous avons effleuré la mort et nous nous en sortons indemnes, si puis-je dire...

Cela fait bien trois journées que nous avons quitté Banaro et je remarque l'impatience de mes camarades, pressés de mettre les pieds sur une autre terre...Tandis que moi, je suis inquiet du sort de Takashi, que lui est-il arrivé ? J'espère qu'il s'en sort bien. Le temps est calme, il y'a quelques nuages et un beau soleil, la navigatrice n'a pas l'air inquiète à ce sujet, juste très malheureuse d'avoir perdu son homme. Je la comprend, mais elle est souvent consolée par l'amie de Yukisame qui avec son fort caractère arrive à lui faire oublier ses tracas. Grâce à notre nouvel équipier, le toubib, Matata à l'air d'aller mieux, bien mieux, il fait le pitre avec son collègue Akuna. A eux deux, via l'aide de Lion, ils ont pu retaper les quelques dégâts du bateau, mais ils m'ont annoncé notre manque de poudre à canon, on est dans le mal, si on se fait attaquer...Je prends mon meitou qui est sur la base du mat et grimpe pour remplacer Tokigawa à la vigie, ça fait depuis hier qu'il n'a pas mangé...A ce qu'il parait, il trouve Prince bizarre...Il a rien de bizarre le prince ! Je lui dit cela fermement, bon c'est vrai que ces poches sous les yeux...Il est juste fatigué, il n'a qu'à aller voir le médecin. Je confie donc cette tâche à Toki dés qu'il aura terminer de manger les bons plats de Yuki.


Une fois en haut et seul, je sors mon katana de mon fourreau et commence à lancer des ondes tranchantes loin devant...Et là y'a Izya qui me traite de cingler ! Tout en criant avec sa voix aiguë de sa petite forge...Tiens que tout est petit de là haut...

Et lion, où est lion ? Je l'ai pas vu de la journée...Il pourrait la faire taire, je me concentre à améliorer la précision de mes lames d'airs ! Après ce combat, blessé ou pas...Je dois m'améliorer ! Etre plus fort ! Il le faut !
    Voilà trois jours que nous, Shinoryu, avons repris la mer. C’est fou combien ma vie est devenu agité depuis que j’ai rencontré Mizu, depuis que je vie pour ma liberté et que je combats pour ma survie. Autrefois, alors que j’habitais toujours à Suna Land, les pirates me racontaient leurs aventures. A cette époque, j’étais là en tant que spectateur à m’imaginer les scènes de combats, de scènes marantes,… Aujourd’hui, je suis là, à leur place et je vie le jour au jour ! Je peux ressentir l’excitation qu’eux avaient lorsqu’ils me racontaient leurs histoires. C’est une fierté pour moi que de vivre ainsi en tant que pirate… Enfin, je ne sais pas si je peux me considérer comme « vrai pirate » étant donné que voler des biens n’est pas dans ma nature. Sans parler de l’alcool que je ne consomme pas ! Hmmm, suis-je alors un rebelle ? J’ai entendu parler d’un mouvement révolutionnaire à plusieurs occasions dans ma vie… mon destin est-il de faire partie des leurs ? Je pourrais, hors je ne sais pas du tout quelle est le but de ce mouvement, ce que les personnes qui se trouvent à sa tête comptent faire après avoir anéanti le gouvernement mondial. C’est pourquoi je préfère rester aux côtés de Mizukawa, de cet homme qui me guide dans ce monde dirigé par des fous ! Fous qui m’ont pris mes parents dans le passé, mais que je retrouverais un jour. Son visage, je m’en souviens très bien de ce monstre qui a vidé son chargeur sans hésiter sur ma mère. J’en fais le serment, je le retrouverais où qu’il soit dans ce monde, si je le croise, je n’hésiterais pas un instant ! Mais bon, je dois faire gaffe à ce que je fais à partir de maintenant, car j’aimerais revoir un jour l’enfant que porte Riya en elle. Mon enfant ! Il faudrait trouver un moyen de retourner les voir de temps en temps. Mais comment ?
    Yatta ! 738887Durararafull236492
    Des bruits venant de l’extérieur m’interpellent. Ha, c’est sûrement Mizu qui s’entraine. Je ne connais personne d’autre qui maitrise l’épée comme lui. Hmmm, d’ailleurs j’ai beau avoir appris à manier l’épée, je n’arrive pas à en faire mon arme naturelle. Mes poings sont beaucoup plus efficaces ! Bon, assez dormi pour aujourd’hui, je devrais aller rejoindre les autres voir ce qu’ils font. Surtout Mugen ! Dieu merci, il s’est remis des blessures qu’il a reçues. Me levant d’un bond, je vais au lavabo me laver la figure puis enfile un pantalon, des chaussettes et mes chaussures. Soudain, mon estomac me sert et enchaine avec un bruit. Oui, ce bruit qu’il fait chez tout le monde lorsqu’il réclame à manger. En plus je peux sentir d’ici le bon repas que Yuki a préparé, comme d’habitude ! J’attrape une chemise et sors de ma chambre. En arrivant sur le pont, je n’ai toujours pas réussi à enfiler le second bras car ce dernier s’est emmêlé avec je ne sais quelle partie de la chemise.

    - Eh salut Kan ! Bien dormi ?
    - Unh ? Ah salut Mug’, ça va mieux ?
    - Oui, j’ai encore mal mais ça va beaucoup mieux. Je t’attendais pour manger justement, comme ça on pourrait parler un peu.
    - Ahhh, satané chemise !! Euh oui, attends deux seconde, je n’ai pas réussi à mettre ma chemise depuis tout à l’heure. En plus y’a tellement de vent là, je caille !

    Je décide finalement par enlever ma chemise pour défaire ce foutu emmêlement quand tout à coup ce dernier m’échappe des mains et s’envole. *CHIKUSHÔ* Nooon, pas cette chemise, c’était ma préférée ! La voilà envolé tout en haut du mât, en plus Toki est en bas, je ne peux même pas lui demander de la rattraper…
    • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion


      Un épais brouillard entourait, depuis maintenant plusieurs minutes, le pirate au tricorne, Howard Prince. Ce dernier s'était alors réveillé, une nouvelle fois, dans un endroit particulièrement chimérique, mais également et surtout menaçant : seule cette mystérieuse brume était visible devant lui, ne lui laissant d'autres choix que d'avancer à l'aveugle. A intervalles irréguliers, des sons se répercutèrent dans l'atmosphère : des échos, dont le pirate ne savait jamais si ce qu'il entendait était très proche ou très éloigné et surtout cette mystérieuse voix qui lui chuchotait à l'oreille, des mots inaudibles... Prince sentait sa présence, mais à chaque fois qu'il tournait la tête, plus rien.
      A plusieurs reprises, le pirate avait cru sentir une main se poser sur son épaule : son échine se glaça alors lentement, comme si un voile de givre lui était littéralement tombé dessus... une tendre caresse qui faillit le faire tomber genoux.
      Se retournant instinctivement, Prince se retrouva devant un immense miroir, tenu, par le haut, par deux arbres morts, qui, néanmoins, paraissaient étrangement... Le hurlement d'un animal agonisant, au loin, le sortit de sa pensée : avançant vers le grand miroir, le pirate au tricorne vit son reflet apparaître avant que quelque chose ne cloche : ne comprenant pas au départ, Prince recula de quelques pas lorsqu'il vit son image afficher, très lentement, un sourire presque malsain.

      Une sorte d'aura noir sortit alors de l'homme, plus précisément de "la chose" en face de lui, avant que cette dernière ne sourit à pleine dents : Prince, alors galvanisé par la peur, cru voir, un court instant, une dentition plus proche de celle d'un monstre, que d'un simple humain, avant que l'être, ne place ses mains aux extrémités du miroir. Le pirate au tricorne fut alors sidéré de voir son reflet sortir du miroir et marcher tranquillement dans sa direction : désormais, l'ombre qui sortait de lui, recouvrait l'ensemble de son corps et Prince ne pouvait, désormais, discerner devant lui qu'une simple silhouette sombre de son profil, avec en guise de yeux, deux petits rubis.

      Une alerte se déclencha alors dans sa tête qui se mit à bourdonner comme pour lui signifier que la chose en face de lui n'était en rien amicale... Et tandis qu'il voulu sortir son sabre pour parer une éventuelle attaque, la main du pirate ne trouva que de l'air. Son sabre avait disparus ! Le temps qu'il regarde à nouveau devant lui, une voix traversa son esprit, laissant son emprunte dans l'ensemble du corps de Prince, comme une main gelé à l'intérieur de ses tripes :

      « Tu... es... faible. »

      La respiration de l'homme au tricorne se coupa alors au moment ou se propre lame pénétrait son corps : une substance noire coula de sa bouche tandis qu'il voyait l'ombre porter sa propre arme dans la main... Sa bouche s'ouvrit alors, montrant une mâchoire acéré, qui fondait droit en direction de sa tête !

      Souffle coupé et complètement trempé de sueur, Howard Prince se réveilla, torse nue, sur le lit dans lequel il s'était assoupi la veille... Cela faisait déjà le troisième cauchemar identique et le manque de sommeil commençait réellement à se faire ressentir.

      Assis et les yeux fermés, le pirate plaça une main sur sa tête, qu'il glissa en arrière, le long de ses cheveux mouillés... Un petit frisson lui parcourra alors une nouvelle fois le corps et un petit sursaut réveilla une petite douleur au niveau de son bas ventre : ouvrant ses yeux, il regarda alors en direction de sa ceinture abdominal pour voir une petite marque noire, un trait vertical presque invisible :

      « Bordel... Qu'est-ce que c'est ?! »

      Sortant de son lit, Prince fut pris d'un petit vertige... Il prit alors appuis sur la chaise d'un petit bureau présent dans la chambre avant de respirer longuement... Depuis qu'ils avaient quittés Banaro, trois jours plus tôt, le pirate avait eu du mal à récupérer de sa fatigue, hanté par le même cauchemar... Pour le moment en tout cas, il avait besoin d'air frais.
      C'est à ce moment que la porte s'ouvrit : Tokigawa passa sa tête à l'intérieur de la pièce pour, apparemment, voir son compagnon dormait toujours. Néanmoins, ce dernier fit rapidement demi tour en voyant la mine de Prince.

      Plusieurs minutes plus tard, l'homme au tricorne était sur le pont : le soleil l'avait, au début, agressé, avant que ce dernier ne lui procure une réelle dose de bien être. Il ferma les yeux un petit moment avant d'être intrigué par un bruit qui provenait de la vigie : levant les yeux vers cette dernière, il reconnut alors Mizu, entrain, à première vue, de s'entraîner au sabre, lançant d'énorme lames d'airs vers le ciel.
      Regardant derrière lui, Prince vit alors Cassandra à la barre, discutant avec Yukisame, le cuistot de l'équipage : il s'avança vers ses derniers, avant de les saluer d'une main levée :

      « Comment ça va vous deux ? »

      Apparemment, ils avaient bien récupérés depuis la dernière fois. C'est Yukisame qui répondit, avec un large sourire sur le visage :

      « Beaucoup mieux merci... D'ailleurs, on tenaient à te remercier... A ce qu'on dit, tu n'aurais pas hésité à risquer ta vie pour nous. Merci ! »

      « J'ai simplement fait ce qui était normal... Hum, Cassandra, à combien de temps sommes-nous de la prochaine île ? Pas trop de problèmes en vue concernant la météo ? »

      La navigatrice regarda alors son log, ainsi qu'une petite carte qu'elle avait posé à côté de la barre, avant de répondre :

      « Hum... Je dirais six jours, peut-être sept, tout au plus... Et aucun soucis concernant la météo... Mais tu as pu constater comment cette dernière pouvait changer rapidement... Maudit Océan !!! »

      Discutant ensuite de diverses choses avec ses deux compagnons, Prince retourna au milieu du pont supérieur et regarda, une nouvelle fois Mizukawa, avant d'appeler ce dernier :

      « Ohé ! Mizu ! Que dirais-tu d'un entrainement en duo un peu ? »

      Ponctuant sa phrase d'un léger sourire, Prince vit son compagnon arrêter de fendre l'air et sourire à son tour.



      Soleil et douceur d’une brise légère… C’est ainsi que s’annonce notre troisième jour de traversé entre Banaro et notre prochaine destination. Malgré la routine quotidienne, j’ai lâché ma forge au profit de ce temps bien dégagé. Par une prise de conscience, j’avais décidé, depuis notre départ, de forger une petite quantité d’arme en tout genre que j’ai bien l’intention de revendre lorsque l’occasion se présentera. Parce que bon, la pauvreté ça va cinq minutes ! Et puis ça nourri pas mon estomac.

      Bref, ces deux derniers jours m’ont aussi permis de découvrir un peu plus nos nouvelles recrues. Et oui, on avait réussi à engager Mitsume, ancienne musicienne des pirates de Peter, et Azrel, le médecin des profondeurs souterraines. Il s’était avéré que celui-ci avait toujours voulu prendre la mer pour pouvoir réaliser le rêve de ses parents qui était devenu le sien : aller sur Drum, la ville des médecins, afin de pouvoir y perfectionner ses talents auprès des meilleurs. Du coup, le cap’tain lui avait dit qu’un jour, quoi qui lui en couterait, il l’y amènerait.

      Une main sur la figure de proue, je regarde l’horizon qui s’étend devant moi. Mon avenir s’y trouve ainsi que mon passé… Qui suis-je après tout ? J’aimerai pouvoir répondre à cette question un de ces jours et pour cela, je dois continuer d’avancer. Mais avancer tout droit n’est pas forcement judicieux… Car les obstacles seront nombreux et il va me falloir acquérir la force nécessaire pour les surmonter. Et la force, ça ne s’acquière pas en restant les bras croisés !

      Mais avant de gagner en force, faut reprendre des forces ! Et pou cela, j’fais signe à Cassandre… Parce que, le Yuki, il nous a à l’œil toutes les deux maintenant… Comme quoi on mange trop et qu’à nous deux on épuise presque la moitié des réserve de l’équipage… Totale affabulation de sa part ! Bref, je lui fais signe, parce qu’en bonne goinfre que nous sommes, on s’entraide. L’idée ? Elle garde le cuistot à l’œil pendant que je farfouille les placards à bouffe. Et si jamais, il bouge, elle va le voir en gueulant haut et fort « Yuki » voulant dire « grouille toi Izya ». Et de temps en temps, on change les rôles. Oui, ça fait que deux jours que c’est mis en place, mais à deux ou trois utilisation par jours, va vite falloir qu’on change de technique.

      Donc, elle se met en place, et moi je passe part le pont pour rejoindre discrétos le lieu contenant le magot. Et je me fais surprendre par ce débile de Mizu qui à choisit CE moment précis pour commencer son entrainement ! Il m’a fichu une peur bleu ce con !

      - Mais t’es complètement cinglé Mizu !

      Je regarde en l’air de manière réprobatrice pendant quelques secondes, mais finalement, il en a rien à s’couer… Je me vengerai plus tard… Alors que je tourne la tête pour pouvoir recibler la cuisine, je vois le Lion qui vient de laisser sa chemise se faire la malle.

      - Exhibitionniste… que je marmonne en voyant ça…

      Bref, je les contourne, lui et Mugen, et reprends ma route. Enfin, me voila dans ce lieu presque aussi sacrée que ma forge et ma chambre, mais seulement presque, qu’est la cuisine. Bon, bon, bon… Ils sont où les biscuits ? Pas dans ce placard *Clac*, ni dans celui-ci *Clac*… Oui, Yuki a la sale habitude de tout changer de place dès qu’il y pense… Quel fourbe celui-ci ! Ah, les voilà ! Cachés au fond d’un tiroir… Nan mais franchement Yuki, un peu d’imagination enfin !

      Alors que je viens de trouver ma proie, j’observe un espèce de petit bâtonnet noirâtre par terre, mesurant pas plus d’un centimètre, juste derrière un meuble… J’me rapproche un peu de ce truc, et, sortant de derrière le meuble, j’voie une sorte de lombric qui se glisse derrière… Ne me dites pas que… Nan… Pas dans LA cuisine ! Oh saleté de merde, je vais t’avoir ! Je dégaine une de mes armes et ouvre la porte du fameux placard d’un coup sec tout en me préparant à achever la bête. De truc globuleux qui brillent *Paf* embrochement ! … Raté… La boule de poils a eu juste le temps de se mettre dos au mur et de baisser la tête. Et alors que mon épée se retire du fond du placard, la petite bête tente une fuite… *Spouitch* Nah ! Cette fois, j’t’ai eu saloperie ! Tu croyais vraiment pouvoir manger ma nourriture sans en subir les conséquences ! S’pèce de sale vermine va !

      Un rat au bout de mon épée et un sachet de biscuit en main, je ressors de la cuisine. Plantant mon arme dans le plancher, sur le pont, j’arrive l’attention de mes camarades…

      -Code rouge les gars… Nous sommes envahis.

      Oui, envahi… Car si y’en a un, y’en a surement d’autre…


      Yatta ! 1425067977-izya-sflagopr Yatta ! 1465207581-signizya Yatta ! 1lmh
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
      Le cuistot est souvent le premier levé à bord. Je sais, je l'ai déjà dit, et j'me répète, mais cette réalité prend tout son sens depuis notre départ de Banaro, où l'équipage a affronté le contre-amiral Sam Lebrize. Et oui, ça me les brise de devoir me lever tôt alors que tout le monde dort pour récupérer du terrible combat qui s'est déroulé il y a quelques jours. Bande de feignasse.

      Moi aussi, j'suis fatigué, figurez-vous ! Mais quand j'ai le malheur d'oublier de me lever, j'viens me faire réveiller par Cassandre à coup de pied au derrière, sous prétexte qu'elle a faim. Et j'me retrouve à préparer le petit déj' pour tout une bande de morfale, en m'endormant à moitié dans ma poêle... Quelle vie.

      D'ailleurs, parlons en de Cassandre. Et de sa nouvelle acolyte : Izya. Ça fait quelques jours qu'elles pillent allègrement nos réserves de biscuits et autres gourmandises. Qu'on se serve, je veux bien : ça arrive, d'avoir une petite fringale au cours de la journée. Mais j'ai l'impression que ces deux-là passent leur temps à se goinfrer ! Et j'ai beau changé les friandises de place, rien à faire, elles trouvent toujours un moment pour fouiller toute la cuisine de fond en comble... Un jour, j'vais en manger une des deux. Sûrement Izya, Cassandre risquerait de me frapper...

      Bref. Troisième jour depuis que nous avons quittés la première île de Grandline. Levé tôt, comme dit plus haut. Je suis fatigué, mais parfaitement calme. On ne devrait plus trop tarder à poser pied à terre, et là, fini les tâches ingrates de vaisselle et nettoyage de la cuisine après les repas : on va aller sauver notre pote Takashi ! J'me demande ce qu'il devient, d'ailleurs. Je le connais pas super bien, mais j'espère de tout cœur qu'il ne lui ait rien arrivé de grave.
      D'ailleurs, en parlant de lui... Voilà Cassandra, sa petite amie, qui arrive à son tour sur le pont. En tant que navigatrice, elle partage avec moi ce dur aspect du travail qui consiste à se réveiller avant tout le monde (oui, je fais une fixation là-dessus, ça te dérange?). La pauvre n'est pas en grande forme depuis la disparition de Takashi. Je vais la voir pour lui éviter de se morfondre toute seule. Étrangement, elle semble plutôt ouverte à la conversation, et nous discutons de tout et de rien alors que tout le monde se lève au fur et à mesure, chacun vaquant à ses activités.

      Au bout d'un certain temps, le Prince fit son apparition. Alors qu'il s'approchait, j'essayais de paraître plus en forme que ce qu'il en était réellement. Bon, c'est un peu comme une réaction de gamin qui veut épater son grand-frère : après ses exploits face au contre-amiral, je lui vouais le plus profond respect, et je m'étais mis en tête de l'épater dès que je le pourrais. Vas-y, t'as vu, on a subit un combat de la mort qui tue y a trois jours et j'pète déjà la forme !
      Il vient simplement nous interroger sur notre état, puis nous enchaînons sur une banale discussion, jusqu'à ce que celui-ci appelle Mizukawa, qui se trouvait dans le nid-de-pie, afin de lui proposer un petit duel.

      Au même moment, Izya sort de la cuisine avec un sac de biscuits et une bestiole embrochée au bout de son sabre. Une grosse bête noire...

      -Bordel... C'pas vrai, pas ça...

      -Code rouge les gars… Nous sommes envahis.

      -Et merde...


      Un putain de rat... J'ai même pas envie d'engueuler Izya d'avoir piqué les cookies tellement cette découverte me répugne. C'est la pire chose qui puisse t'arriver en mer, ça : les rats. Ça bouffe dans les réserves, c'est dégueu, c'est gros et ça mord ! Le combo du parasite, quoi...
      Je m'approche de Cassandre et lui dit :

      -Tu pourrais pas nous faire de la mort-aux-rats ? Genre, tu mélanges deux trois touffes d'herbes et hop, on a un truc mortel pour ces saletés!

      -Mortel juste pour les rats ? Ca peut s'faire, mais faut juste que vous évitiez d'y toucher, ça pourrait vous foutre au pieu pour quelques jours, si tu vois ce que je veux dire...

      -Ok, merci beaucoup. J'me voyais mal les traquer un par un pour les tuer. Et puis, j'pense que tout le monde a bord est assez intelligent ici pour éviter d'avaler un truc qu'il ne connaisse pas...

      -Oh, ça, j'en suis pas si sûre... Avec les goinfres qu'il y a à bord...

      -Au hasard... Toi et Izya?

      -Mais arrête ! C'est pas comme si on s'empiffrait!

      -Oh si, je t'assure que vous mangez beaucoup trop, toutes les deux ! Et puis...


      Je lui donne une petite tape sur la hanche :

      -T'as grossi, ma vieille!

      Et vlan ! Je me prends une baffe qui me laisse sur le cul, mais je ne peux m’empêcher d'éclater de rire en voyant ma meilleure amie tourner les talons, furieuse.
      Je me relève et essayer de la rattraper.

      -Hé ! Te fâche pas, je disais ça pour plaisanter!

      -Fous moi la paix...


      Houla... J'crois que je l'ai vraiment vexé, là. Je la laisse retourner vers Izya, fulminante.
      Je reprends mes déambulations sur le pont, n'ayant strictement rien à faire... Pas de manœuvres bizarres à faire (je crois que je me souviendrais toujours de ce vol mémorable que j'ai failli faire quand on a traversé Reverse Mountain), pas de goinfres à nourrir, pas d'amie envahissante pour se faire frapper... J'pourrais peut-être m'entraîner ?

      J'en ai pas envie, en fait : avec le temps, je perds de plus en plus foi en mon Meitou. D'abord épée porteuse d'un message divin, elle n'est peu à peu plus devenue qu'une arme comme une autre, à ce détail près qu'elle est très encombrante et finalement, peu adaptée à mon style de combat. Et puis, au fur et à mesure que je visite ce vaste monde, ma foi s'ébranle un peu plus à chaque fois. S'il existe un Dieu censé aimer sa création, pourquoi permet-il de telles dérives ?

      Plongé dans mes réflexions hautement philosophiques, je n'ai pas le temps de voir la boule de poils qui s'approche de moi, et ne comprends qu'elle est là que lorsque mon pied bute contre elle. Le rat relève la tête, pousse un couinement indigné et s'enfuit.
      Je prends quelques secondes à réagir, puis je m'élance à sa poursuite :

      -Un rat ! A MORT LES RONGEURS!

      C'est qyue ça court vite, cette saleté ! Et puis, ça se faufile partout, faut pas croire !
      Je bouscule un ou deux nakamas dans ma course, mais pas le temps de m'excuser : la survie des réserves en dépendent ! Et la bouffe, chez moi, c'est sacré, et c'est pas un parasite qui va me piquer ma ration !

      Je m'engouffre dans la cuisine à la suite de la bête, qui se retrouve acculée dans un angle de la pièce. Je me jette en avant et je l’attrape à deux mains. Le rat se débat. Désolé, mon pote, mais là, tu me laisses pas le choix...

      Je sors de mon lieu de travail et m'approche du garde-fou. Alors que je m’apprête à envoyer le rongeur saluer les poissons, celui-ci cesse de se débattre et tourne sa tête vers moi. Son museau tremble et...
      C'est quoi ce regard ? Limite larmoyant, et suppliant, du type : « s'il-te-plaît, ne me tue pas, j'ai pas demandé à être un rat ! »
      Mais c'est pas possible, c'est quoi ce délire ? Un rat peut pas avoir un regard attendrissant de chaton, nan ? Et pourtant, j'en ai la preuve, là, face à moi ?

      Comment me résigner à tuer cette pauvre bête ? Après tout, elle aussi à le droit de vivre !
      Je jette un regard de chaque côté pour vérifier que personne ne me regarde. Je me penche vers le sol et repose l'animal par terre.
      Et vous savez ce qu'il fait ? Il me mord le doigt, cette enfoiré ! Hop, réflexe de rageux : je lui balance un coup de godasse en pleine face et l'envoie valser dans l'océan, son couinement suraigu accompagnant son vol. Saleté !
      • https://www.onepiece-requiem.net/t3125-yukisame-pandora
      • https://www.onepiece-requiem.net/t2951-yukisame-termine-test-rp-poste-en-attente-de-validation
      Aie...Aie...Aie...J'ai encore mal au bras, je suis toujours affaiblie...Satané bataille ! T'ain ma lame d'air est ridicule...Je veux du gros, du grand, de l'explosif pas un truc qui ressemble à un petit ''je ne sais quoi !'', soudain j'entends la voix de Lion, je me retourne tout en déchirant l'air en direction de l'horizon et là contre toute attente, une chose se met en travers...J'entends comme un bout de tissu se déchirer et j'aperçois...une chemise ? Je regarde en bas et y'a Lion torse-nu...Oup's !

      Désolé, j'ai pas fais exprès !

      Je me remets à fendre l'air comme si de rien n'était et me voilà pris de cours par le cri d'Izya qui me traite de Cinglé ! Mais arrêtez d'être tous sur moi !! Je suis pas au point ! Nan mais Oh ! Je continue comme de rien n'était jusqu'à que Prince se pointe et me demande un duel...Je m'arrête, le regarde et souris...Mon gars tu vas prendre cher ! Vlà une bonne proposition...Je lance en l'air mon katana et le vois retomber juste aux pieds de notre invité...Sous les yeux ébahis de Lion qui a faillit se prendre un sabre dans la gueule...

      Répondant à son duel par un oui enthousiaste, je saute du haut de la vigie vers le pont et d'un coup, j'oublie que j'ai toujours le fourreau accroché à moi...Merde, je suis déjà en l'air, que ce dernier percute le bois et me déséquilibre...AAAAAAAh ! Je fais une chute monumentale et m'écrase comme une crêpe sur le plancher...Arff...ça fait mal ! Je me relève quand même, tenant mon dos...Et comme si de rien n'était...


      Prend mon sabre ! Et essaye de me vaincre...

      Tandis qu'un duel imminent est en train de commencer, l'alerte rouge est sonnée ! Des rats ont envahis notre bateau ! Je vous l'avais dit de prendre un satané chat, personne ne m'écoute...

      Je vais commencer par esquiver ces gestes et ces attaques pour attendre le moment venu et bien contrer sur un kick qui percutera en même temps Lion...Hahaha, d'une pierre, deux coups ? Mais tout à coup, j'entends un piaf survoler le Blue moon, je lève les yeux au ciel et ...Boom ! Je me prends un truc sur la tête...Du papier ? Un journal ? Ce qui laisse l'avantage à mon adversaire...Pt'ain, Pt'ain La prince va me toucher avec mon meitou....Prit de peur...Je me retrouve totalement invisible et recule...A l'image d'une réaction en chaîne, je percute une personne qui se trouve derrière moi...Je tombe, redevient visible et entend Akuna le charpentier en train de me crier dessus...J'ai pas fais exprès, désolé ! Dis-je avec une voix étouffé par le journal que je retire immédiatement de ma tronche pour apercevoir sur une page la gueule d'ange du prince.

      D'un côté, il est sur le journal et quand j'abaisse ce torchon, je le vois tout sourire en train de s'approcher...Mec ! Arrête ! Je lui montre ce que je viens de lire...

      Tu vaux 40 Millions !!

      Alors que l'équipage est en plein remue-ménage, d'un côté avec l'invasion des rats et de l'autre avec mes bêtise, un silence d'or s'est invité sur notre bateau exprimant la surprise général face à cette annonce...
        Le vent souffle de plus en plus et l’air frais se fait ressentir, surtout lorsqu’on est torse nue sur le pont d’un navire en mer. En plus de ça, je me fais insulter d’exhibitionniste ? Hahaha, Izya et ses remarques, des fois c’est juste magique. Bref, je me redirige dans ma chambre afin de récupérer d’autres vêtements. Un blouson noir par-dessus un t-shirt blanc… ça devrait le faire ! J’en profite pour prendre des lunettes de soleil et me redirige vers le pont. Au moment où je franchi la porte, quelque chose se plante juste devant moi. Ne comprenant ce qu’il vient de se passer, je regarde d’abords l’arme puis vers le haut et aperçois Mizu en plein vol… ou devrais-je dire en pleine chute car il n’a pas trop l’air de maitriser la situation. *BOOM* Oufff, je n’aimerais pas tomber de cette façon ! Le voilà qu’il récupère son arme juste devant moi et qu’il va voir Howard. Même pas d’excuse ? Rien ? Non mais quel nigaud ce gars ! Bref, je ne dis rien et retourne aux côtés de Mug’ afin qu’on aille manger un peu, parce que j’ai vraiment faim là.

        - On y v…. QUOI ?? UN RAT ?

        Je me disais bien qu’il manquait quelque chose sur ce navire. Quelque chose de TRES important… DES CHATS ! Et en plus, c’est le genre de détail que je n’oublie pas en général, mais là… bordel, il faut vite qu’on trouve une île et surtout, des chats. Sinon, on peut dire au revoir à nos réserves de bouffe, à nos cordages et… Oh mon dieu, les cordages !!

        - Shinji, viens avec moi vite !

        *BIM* Je reçois un coup dans le dos qui m’envoie contre Shin’. Regardant derrière moi, je remarque Mizu avec un grand sourire. Rofl, ce n’est pas le moment pour une dispute, je m’occuperais de toi plus tard. Soufflant un bon coup et remettant mes lunettes à leur place, je me relève et aide mon ami à faire de même et commence à courir direction la réserve. J’espère qu’il n’y a pas trop de rats sur le galion, parce que sinon, je ne vous dit pas combien ça va être chiant à s’en débarrasser. Une fois arrivé, nous commençons l’inspection de la pièce dans ses moindres recoins. Rien à signaler ici pour le moment fort heureusement pour nous, car sinon, j’aurais fait un malheur ! Soulagé, nous ressortons en refermant bien la porte derrière nous puis rejoignons les autres sur le pont. Tiens ? Qu’est-ce qu’il se passe ? Ah, on a reçu le journal… ça à l’air intéressant en tout cas vu le monde qu’il y a autour. On me fait signe de m’approcher, alors je m’avance vers la bande. Lorsque je regarde la page qu’ils lisent… c’est la page des primes et… Mizukawa Sutero deuxième pirate le plus primé avec… 134 000 000 B !! Mon dieu, mais c’est qu’il est célèbre ! Je félicite le capitaine pour sa prime et me retourne quand soudain, on m’interpelle en m’annonçant que j’ai également une prime. Qui ça, moi ? J’attrape le journal et balaye la page de haut en bas jusqu’à trouver mon nom. Oh, Prince vaut 40 000 000 B. Oh Izya en vaut 30 000 000 B et… 29 000 000 B pour moi ?! Ce n’est pas vrai, comment est-ce possible ? Serait-ce dût à notre bataille sur Banaro ? Au moins une chose est sure, le gouvernement ne sait pas encore que je suis Kan Kazumi, car ils ont mis « Lion ». Le jour où ils l’apprendront, ce salop qui me cherchait à Suna va sûrement se mettre à ma poursuite et le jour où je le croise…

        Toujours surpris, nous nous dirigeons dans la cuisine avec Mug’ afin de remplir nos estomacs ces derniers n’arrêtent pas de nous rappeler à l’ordre. Alors que nous mangeons le peu de nourriture qu’il nous a été mis de côté, mon ami Mugen me fait part de sa situation actuelle dans le navire. Il me dit qu’il a du mal à s’adapter à sa nouvelle vie et qu’il aimerait un peu d’aide. Je le comprends, être pirate n’est pas chose facile. Mais ce n’est pas pour autant que nous devons nous lamenter sur notre situation. J’essaye de lui montrer les côtés positifs des choses en lui donnant quelques exemple, le premier étant la bonne nourriture qui nous est préparé chaque matin par notre bien aimé Yuki. Il retrouve le sourire et approuve mes dires d’un air soulagé. C’est vrai qu’abandonner Suna pour vivre sur un navire, combattre souvent, le plus voir autant de monde, de jolies filles en un lieu, ça fait bizarre, mais c’est ça l’aventure. Nous vivons sur les mers, voyageons, explorons des endroits nouveaux et non accessible à tous. Nous faisons partie des Shinoryu, une famille qui s’agrandit au fil du temps et la solidarité est notre point fort. Lorsqu’une personne nous rejoint, nous savons qu’elle compte sur nous pour veiller sur cette dernière quoi qu’il arrive. C’est pourquoi, il est important pour nous de montrer combien nous sommes soudé les uns aux autres car l’union fait la force. Après avoir expliqué ces quelques idées à Mug’, ses sourcils se froncent.

        - Je comprends mieux maintenant Kan.
        - Ah ? Qu’est-ce que tu comprends mieux ?
        - Ce qui est important dans la vie. Ce qui rends un homme heureux et qui le motive à aller de l’avant… Vous pouvez compter sur moi quoi qu’il arrive à l’avenir. Cet équipage m’a sauvé la vie… Toi en particulier !
        - Moi ?
        - Oui toi ! Alors que j’étais encore inconscient, alors que j’étais sur le point de renoncer à ma vie, j’ai entendu une voix qui me demandait de m’accrocher. J’ai ressenti un soutien, une chaleur qui m’a fait comprendre que je n’étais pas seul. Merci Kan ! Merci du fond du cœur pour l’amour que tu as pour moi ! Tu m’as fait comprendre que dans la vie, il faut se battre pour avancer. Merci !

        Regardant droit dans les yeux de mon ami d’enfance, une fierté s’empare de moi. Celle d’avoir réussi à redonner espoir à un ami. Nous finissons de manger puis je m’occupe de faire toute la vaisselle histoire de remercier notre cuisinier pour ce délicieux déjeuné qu’il nous a mis de côté. Soudain, Mug’ m’interpelle. Il se dirige discrètement vers la porte de la réserve de nourriture.

        - J’entends des bruits Kan, viens voir !

        M’approchant, j’entends pleins de petits couinements. Oh mon dieu, il faut que j’appelle Yukisame ! Je remonte sur le pont et l’aperçois en train d’observer son doigt.

        - LA RESERVE DE NOURRITURE… ILS SONT DEDANS !!
        • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion


          A plusieurs reprises, Howard Prince, l'air un peu gêné, voulu expliquer à Mizu que ce qu'il lui avait précédemment proposé n'était pas un duel à proprement parlé, mais plutôt un entrainement, qui les amèneraient à trouver une forme de fusion, un automatisme, pour leurs prochains combats en duo... Bien que la synchronisation n'avait pas été parfaite, le pirate au tricorne avait justement remarqué que c'était ce détail qui avait fait la différence lors de leur dernier combat sur Banaro, contre le haut gradé Néo : une rapidité de mouvement, combinée à un placement et surtout, à une puissance de frappe multiplié par deux, étaient quelque chose de véritablement monstrueux...
          Néanmoins... le capitaine des Shino était apparemment resté ancré dans son idée de duel... Fermant les yeux quelques secondes et soufflant de dépit, Howard Prince se dit finalement que cela ne pouvait être que bénéfique pour eux. Pendant le combat, Mizu en apprendrait plus sur les techniques de son compagnon et vice versa.

          Tandis que les deux combattants s'étaient placés sur le pont supérieur, prêt à combattre, Mizu sortit son sabre et, contre toutes attentes, l'envoya vers Prince :

          « Prend mon sabre ! Et essaye de me vaincre... »

          Le sabre en question était incroyablement beau, sculpté dans les moindres détails... Mais ce qui frappa le pirate fut davantage la sensation que lui procurait cette arme : une chose l'avait enveloppé, une puissance nouvelle que l'homme au tricorne n'avait encore jamais ressentie en touchant un objet... Moulinant dans le vide, il comprit rapidement que ce qu'il tenait dans sa main droite n'était pas un sabre ordinaire. Faisant abstraction de toutes choses, il se donna à l'arme tout entière, tentant de ne ressentir que l'afflux qui en découlait : les couleurs disparurent et seul lui était présent dans cette nouvelle peinture, comme si le monde lui-même n'était qu'éphémère. Le sabre, lui, brillait par à-coups, comme pour lui exprimer qu'elle n'était pas une simple arme, mais qu'un mystérieux pouvoir sommeillait en lui...

          « Ce sabre est incroyable... Je n'avais encore jamais ressentie cela... »

          Perdu dans ses pensées, le pirate fut néanmoins sortit de ses songes par le cri de Mizukawa, qui avait affiché sur son visage, une expression à mi- lieu entre la stupéfaction et l'hilarité. Le résultat faisait d'ailleurs un peu peur, mais fit sourire le Prince qui s'approcha du capitaine pour voir qu'est-ce qui l'avait mis dans un tel état. Un bout de papier ? Voyant également l'oiseau postier qui s'était posé sur le la rambarde du pont et qui attendait sa paye, le pirate compris que c'était une nouvelle du journal qui venait d'étonner son capitaine :

          « Ohé... Qu'est-ce qui te met dans cet... »

          « Tu vaux 40 Millions !!!! »

          Prenant le journal dans les mains de son capitaine, Prince s'écarta de quelques pas, bientôt suivit par Lion et Mitsume, une nouvelle recrue du Blue Moon, qui voulaient, apparemment, voir de plus prêts les nouvelles : les yeux du pirate passèrent rapidement sur quelques têtes de hors-la-loi qu'il ne connaissait pas, avant de s'arrêter sur l'image de sa propre tête, mise à prix pour 40 Millions de Berrys... Lorsqu'il vit cela, Prince eu une étrange sensation à l'intérieur du corps. Une sensation qui se voulait entre la fierté et l'appréhension... En effet, contrairement à beaucoup d'autres hors-la-loi, Prince voyait davantage une tête mise à prix comme une source de problème, qui rimait souvent avec nouvelles difficultés et surtout, nouveaux malheurs... Cependant, lorsqu'il vit Lion et Izya savourer leurs nouveaux "statuts" aux yeux du monde, Prince ne put s'empêcher de sourire à son tour : en voilà au moins qui ne s'inquiètent pas pour la suite des évènements.

          Laissant alors le journal dans les mains de Mitsume, qui, elle, semblait complètement paniquée à la vue de sa nouvelle prime, le pirate au tricorne lui posa une main amicale sur l'épaule, avant que Mizu ne vienne lui parler :

          « Alors ? C'est quoi cette tête ? J'ai pas l'impression que tu sois heureux de ta nouvelle mise à prix Héhéhé. »

          Prince, qui marcha avec lui vers l'avant du bateau, regarda l'horizon, gravement, avant de répondre de la façon la plus objective possible :

          « Ce n'est pas ça... Je me dis simplement qu'il faudra, par la suite, redoubler de vigilance. Le gouvernement commence à nous connaitre et plus on avancera, plus les forces qui se trouveront sur notre chemin seront puissantes. »

          « Oui tu as raison, mais n'oublies pas qu'on a les arguments pour faire face ! Regarde toi ! Regarde Lion et Izya ! J'ai confiance en chacun de mes nakamas et c'est pour cette seule raison qu'aujourd'hui, je ne me fais aucun soucis. »

          Posant une main sur son tricorne, tout en fermant les yeux, Prince du constater que Mizu avait raison : pour le moment, il n'y avait pas lieu de s'inquiéter. Arrivant alors au bout du pont supérieur, le pirate lança à son capitaine :

          « Hum... Pour en revenir à ma proposition de tout à l'heure... »

          « Hum ? »

          « Je ne souhaitais pas un duel, mais plutôt un entrainement en duo, afin de synchroniser nos attaques et, pourquoi pas, élaborer une nouvelle technique. J'ai remarqué que la puissance dégagée par nos attaques, lors de notre duel contre Néo, a été incroyable... Donc je... »

          Tandis qu'il n'avait pas encore terminé sa phrase, un tremblement se fit sentir sur l'ensemble du Blue Moon : tous les pirates se raidirent et se regardèrent, tentant de savoir si le phénomène avait été le fruit de leur imagination ou s'il avait été bien réel...
          Pendant quelques secondes, un silence régna sur le pont du navire et au moment même ou la tension se relâchait chez les Shino, un bruit sourd et puissant se répercuta dans l'atmosphère, au moment même où une masse sombre et gigantesque sortit de l'eau, à seulement quelques mètres du bateau pirate : un monstre marin !
          Ce dernier, colossale, semblait tout droit sortir d'un cauchemar : allongé, il ressemblait à une énorme anguille de couleur jaunâtre, rayée de noir, dont la tête se rapprochait plus de cette d'un dinosaure. Sa mâchoire était hérissé de dents incroyablement pointus, sortis, assurément, afin d'impressionner ses adversaires du moment...

          Néanmoins et pendant que des cris de terreurs étaient perceptibles sur le pont, Howard Prince sortit son nouveau sabre de son fourreau et, se mettant en position de combat, sans lâcher la bête des yeux, lança tout haut :

          « Alors Mizu... Prêt pour notre entrainement ?! J'ai cru entendre Lion parler d'un problème dans notre garde manger également... Je crois que ce problème va rapidement être résolu ! Qu'est-ce que tu en penses ? »



          Alors que Cassandre, après avoir prit la moitié de notre butin, est partie concocter un poison pour cette saleté de vermine qui s’est infiltrée sur le Blue Moon, Lion annonce qu’ils sont dans la réserve… Ah, vils créatures, vous périrez jusqu’au dernier ! Je rejoins mon ami, suivie de près part Shinji et Mugen. Arrivés devant la porte, nous entendons très nettement le petit grattement de papattes griffues... sur un aliment, probablement ! Tssss...

          Armes aux poings, nous nous apprêtons à ouvrir le seul obstacle qui nous sépare d’un futur carnage… J’suis chauffée à bloc, j’vais tous les zigouiller ! Il n’y en aura plus après ça ! Du moins, plus dans la réserve ! Et je ne compte pas leur laisser une chance de s’enfuir.

          - Vous y allez et moi je choppe les fuyards ! Okay ? GOOOOO

          Alors que la porte s’ouvre, que des p’tites bêtes noires commencent à courir dans tout les sens et que certaines tentent de s’échapper en vain, un bruit sourd et puissant se répercuta dans l'atmosphère… Intriguée par ce son, je me retourne vers sa provenance : une énorme masse vient de jaillir de l’eau et domine maintenant notre navire. La peur me prend le ventre… Je ne peux plus bouger. Mes jambes ne me répondent plus. Tout s’arrête. Seuls les souvenirs restent…

          Souvenir d’un naufrage… Souvenir d’un drame… Léo… Je n’ai rien pu faire pour te sauver ce jour là. Je n’ai… J’ai juste… Crié, oui. Crié ton nom sans relâche en voulant venir te chercher, en voulant te sauver… Tout ça à cause d’un monstre, comme celui–ci, ou presque... De toute manière, quelle différence peut-il y avoir entre les monstres marins… Aucune, ils font tous la même chose lorsqu’ils sortent là tête de l’eau près d’un navire… Et ce bateau qui te transportait, réduit en miette en quelques minutes qui me paraissaient des heures, alors que moi, j'étais sur le rivage et que toi, tu étais dedans… Je ne peux pas… Je ne sais pas… Je...

          Mes jambes s’affaissent sous mon poids… Mon teint est livide… Mon corps tremble... Et les petites créatures que je devais empaler profitent de ma faiblesse pour s’enfuir ailleurs. Mais tout ça n’a pas d’importance... Je ne vois plus rien… Juste ce navire qui coule sans cesse, emportant avec lui mon précieux amour… Et ce monstre qui m’a prit ce que je chérissais le plus… Que puis-je faire, moi simple humaine, simple ange, contre la folie de ces eaux… Je ne possède pas la réponse, mais mes yeux savent eux… Et agissent. Mes bras et mes genoux suivent le mouvement, eux aussi, même si, en temps normal, ils auraient fait autre chose. Mais mes yeux ne sont pas les gérants de mon état... Le vrai chef en cet instant, c'est la peur guidée par le traumatisme subit il y a de cela un peu plus de quatre ans.

          Je me retrouve donc, là, par terre, genoux dans les bras, le regard dans le vide et les joues humides de larmes. Avec la peur qui est là, juste dans mes tripes. La peur de tout perdre une seconde fois…


          Yatta ! 1425067977-izya-sflagopr Yatta ! 1465207581-signizya Yatta ! 1lmh
          • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
          • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
          Amené à guider cet équipage, il y'a des jours où je me dois d'être au top de ma forme...C'est moi le leader. Ils me suivent, ils ont confiance en moi...mais par la barbe de Wakam le rouge, je vais faire comment pour éviter les nombreux chasseurs de primes qui sévissent sur Grand Line ! Et par la moustache de Wakam le bleu, que c'est pas des petites natures...Ce sont des loups qui chassent en meute, poursuivant leur proie jusqu'à la mort afin de se rassasier ! Brrrr....134 Millions...C'est trop ! Y'a pas de quoi me féliciter...C'est même pas ça qui me fait le plus peur...C'est lorsqu'on va se confronter à plus grand, plus fort ! Déjà que ce Sam nous a donné du fil à retordre...

          Je prends une grande inspiration...j'oublie ces mauvaises pensées...Après tout ! Nous sommes des pirates ! J'essaye de me galvaniser et reprends le cours des choses...Où en étais-je ? Ah oui, je vais voir le Prince qui discute avec Mitsume, cette dernière un peu choquée de sa petite prime de 16 Millions...Elle a du potentiel notre musicienne, héhé. Et oui, comme tu le stipule le Prince, on va devoir redoubler de vigilance...Quoi ? Prince...tu souhaitais qu'on s'entraîne ensemble...Dohahaha ! Moi qui voulait tester à quel point tu me résistera...Je suis gêné...Je me frotte les cheveux quand soudain, un tremblement se fait sentir un peu partout...Au secours, c'est un tremblement de terre !!!?

          Quelques instants après, cette chose est apparu ! Un monstre marin ! Tandis que la plupart de l'équipage est parti chassé les rats, les autres sur le pont sont tétanisés ! TÉTANISÉS !


          Pour ma part, j'ai été surpris...Je ne savais qu'ils étaient aussi grand les monstres de Grand Line ! J'en avais croisé un sur South blue que j'ai découpé en deux...mais là...C'est autre chose ! Il est gigantesque ! Limite, si sa mâchoire pourrait gober tout le navire ! De l'eau s'est infiltré à l'intérieur du Blue Moon...Il n'est pas très loin de notre navire...Regardant Prince dans les yeux, je le suis dans son élan...Notre volonté d'en finir avec cette bête qui risque sans doute de nous prendre pour son 4h va bientôt se réaliser...On s'observe avec Prince et on se comprend...on va utiliser notre attaque...Tandis que j'ai l'oeil fixé sur notre adversaire, j'en ai un autre observant l'état d'Izya...Elle est sous le choc ? !


          Kowabunga !


          La communication est un atout majeur pour combattre un adversaire qui a l'air plus fort que nous...ou même plus faible d'ailleurs...Parler entre nous est un moyen efficace d'aller droit au but et d'éviter la casse au maximum. Je dis clairement à Tricorne Man de me faire la courte échelle, pour que je puisse prendre appuie et stipule en étant très formelle de garder mon meitou en main, il est spécial...Ce n'est pas un sabre comme les autres.

          Grâce à cet enchaînement, je monte le mat de misaine et cri alerte générale !

          Sortez les Canons et Préparez-vous à tirer quand je vous le dirais !

          D'une voix essoufflé de panique, je me stabilise sur le bois qui sert à porter la voile et avance jusqu'à l'extrémité du bateau pour me rapprocher de plus en plus de la bête...PRINCE ! Ecoute-moi attentivement ! Ressens la lame ! Salue là ! Communique avec son âme ! Et prépare toi à donner un coup dans l'air...Tu vas trancher dans le vide ! Ne t'inquiète pas, je sais ce que je dis...Fait moi confiance...Peut être que t'as jamais fait ça, mais avec Yubashiri, ça pourrait marcher...Fend l'air verticalement en direction du gros poisson pas beau !

          Je le regarde faire et il se loupe complètement, limite s'il a pas foutu le sabre sur le plancher...Ah merde, le con ! C'est ce qu'il a fait...Ressaisis le sabre et ré-essaye ! La bête gueule et je lui dis fermement ta gueule ! Elle bouge la salope et ça crée des vagues qui secoue le bateau...Je ne suis plus en équilibre, je manque de glisser...je tombe ! Malédiction, j'ai flanché, je me rattrape in-extremis avec la main gauche qui me tire pas mal et tombe quand même....ZUT ! Sérieux, c'est pas le moment. Je tente de me rattraper en fendant l'air grâce à ma technique...Little Punch of Earth Dragon, mais ça ne ralentit pas ma chute, je m'éclate à moitié rattrapé par les cordages puis m'étale sur le plancher, tandis que le Prince réessaye sa technique...Vite nous manquons de temps pour l'anéantir...Vilain, vilain ! Le vilain petit poisson.

          PRINCE ! ON CROIT EN TOI !

          Dis-je en levant l'index, la face contre le bois...Pt'ain qu'il est dur ce plancher....Et par un grand miracle, j'entends ce bruit...ce son si mélodieux, bien mieux que la musique de Mitsume...C'est doux, c'est l'acier qui tranche l'air...et poursuit sa route...il a réussit.

          Maintenant, c'est à moi de jouer...mais j'arrive pas à me relever ! Fait chier ! Fait chier ! Aller je retente ! c'est pas une petite chute qui va m’assommer ! Quand même pas...Je me relève petit à petit et complètement...j'aurais dû devenir invisible, tout le monde va se foutre de ma gueule maintenant, héhé...Petit sourire aux lèvres pour découvrir que la rembarde à été éclaté par Prince et qu'il a blessé le monstre marin...

          Je fixe ce titan d'un regard noir...Il n'a aucun moyen de s'échapper, alors qu'il gigote à cause de sa blessure...Venant de casser en deux un mat, celui de l'arrière... Dégât matériel seulement... heureusement...Je me positionne à côté de Prince...Je lui demande de réessayer en lui montrant le geste d'une main....Little Punch of Earth Dragon ! Je fends l'air avec les deux mains pour créer une lame d'air en direction du poiscaille...En même temps, toujours verticalement... Élégance Princière, courbe quasi-excellente, il a réussit à dompter Yubashiri...C'est deux lames d'airs qui vont trancher net notre ennemi pour en faire un jolie cadavre...


          Royal...Dragon Slash !


          Venant de régler un problème, nous apercevons derrière nous une terre...Je porte un grand sourire aux commissures de mes lèvres, j’acquiesce d'un soupire de joie et ne dit plus rien jusqu'à ce que le calme revient sur le bateau...Cette espèce marine, était-elle, la gardienne de l'île ? Dohahahaha Par la barbe de Wakam le rouge....GRAND LINE !


              Tenant son nouveau sabre à deux mains, devant lui, Prince se laissait envahir par l'aura de l'arme qu'il avait déjà ressenti, quelques minutes auparavant : cette sensation agréable parcourait son corps et semblait complètement apaiser l'homme, malgré le danger qui était toujours face à lui... Après l'échec de la première tentative, Howard Prince allait retenter une nouvelle fois l'attaque : d'après Mizu, il devait simplement frapper devant lui, frapper l'air, en direction de son adversaire. Dit ainsi, cela avait évidemment l'air plutôt simple, mais lors de sa première tentative, quelque chose se brisa, s'effaça entre lui et l'arme qu'il tenait. Pourquoi ? Il avait pourtant effectué tout ce que Mizu lui avait...
              Son expression avait alors soudainement changée ! Il venait de comprendre son erreur... Néanmoins, cela semblait quelque peu... incroyable : serrant les mains sur le manche du sabre, l'homme au tricorne ferma les yeux pour se concentrer et faire le vide autour de lui. En cet instant, il n'y avait plus que lui, l'arme qu'il tenait et son adversaire et cette fois-ci, il dit ces quelques mots, qui se répercutèrent directement à l'intérieur de son esprit, comme un écho :

              « Toi, qui me donne ta force et ton pouvoir en cet instant... Laisse-moi te saluer... Laisse-moi te remercier en te prouvant que je suis digne et honorable ! »

              Puis une voix résonna à l'intérieur de son cerveau, comme un éclair qui tombe sur un arbre pour le trancher en deux... Une voix d'enfant :

              « "Rire"... Howard Prince... Je sens un être spécial... Une force sombre mais bonne... "Rire" Je t'offre ma force ! »

              Ouvrant les yeux en grand, Prince frappa devant lui : une lueur bleuâtre s'échappa de l'arme, effectuant un demi-cercle, qui partit, à une vitesse incroyable, en direction du monstre. Le pirate recula d'un bon mètre, serrant les dents, tellement la puissance fournit avait été incroyable : ses mains tremblèrent et, à plusieurs moments, il crut qu'il allait lâcher l'arme à terre. Cela le déstabilisa tellement que la lame d'air arracha une partie de la rambarde du pont avant de frapper le monstre...

              « Incroyable... Quelle puissance ! »

              Quelques instants plus tard et tandis que Mizu était arrivé auprès de Prince, les deux pirates frappèrent, avec une grande synchronisation, en direction du monstre : deux lames d'air se formèrent, simultanément et fondirent vers le géant amphibien. A mi-chemin, elles fusionnèrent pour donner naissance à une seule et même lame bleuté incroyablement éblouissante, qui coupa le coup du monstre littéralement en deux.

              Haletant, Prince vit alors la partie supérieure du monstre tomber dans les flots et distingua, au même moment, quelque chose sortir de cette dernière : une forme sombre mais, apparemment humanoïde tombait dans les flots en même temps que le cadavre. Tandis qu'il allait prévenir tout le monde de cette apparition, le mat inférieur, que le monstre avait frappé, tomba sur le pont, fracassant le plancher et déchirant un morceau de la grande voile. L'homme au tricorne et son capitaine durent sauter en arrière pour éviter d'être écrasés et comme s'ils n'avaient pas eu assez de problèmes, la météo commença à changer à une vitesse incroyable : des gouttes énormes frappèrent le pont du Blue Moon, tandis que le ciel virait au noir : une tempête se préparait !

              Le monstre marin ainsi que les rats avaient vite été oubliés et tout le monde s'agitaient sur le pont : Lion donna quelques directives à ses deux amis charpentiers, pour éviter que les dégâts soient un problème pendant la navigation et la navigatrice cria plus forts que le bruit de la pluie, pour que tout le monde s'occupe du voilage.
              Malgré cela, Prince, dont les vêtements commençaient déjà à être trempés, semblait ailleurs... Quelque chose trottait dans son esprit... Il courra alors en direction de la rambarde du pont pour regarder en direction de l'océan, qui s'agitait de plus en plus : observant le monstre marin qui flottait à la surface, il distingua, sur la partie inférieure de ce dernier, ce qui semblait être un homme, allongé sur le ventre. Il n'avait donc pas rêvé.

              Le pirate cria alors en direction de l'homme :

              « Ohé ! Toi ! »

              Aucune réaction... C'est alors qu'il vit une vague avaler littéralement le type sur le monstre, qui disparut en un instant :

              « Non !!! »

              Enlevant le long manteau noir qu'il portait sur ses épaules ainsi que son tricorne, Prince sauta dans l'océan, sous le regard hébété de ses Nakamas : le froid s'empara de lui, tandis qu'il s'enfonçait de plus en plus dans les flots. S'il avait attendu quelques secondes de plus, jamais il n'aurait pu récupérer l'homme, qui sombrait drôlement rapidement, vers les abysses sombres de la mer... Réussissant à attraper la jambe du mystérieux type, après un dernier effort, le pirate remonta à la surface, poussant le plus fort possible sur ses jambes. Lors de la remonté, il remarqua une chose étrange qu'il ne comprit alors pas directement... C'est lorsque sa tête sortit de l'eau pour reprendre sa respiration qu'il réalisa... l'homme en question qu'il venait de remonter à la surface était... monstrueusement différent : la texture de sa peau était incroyablement étrange, comme-ci cette dernière était faite de bois. Cela étonna tellement le pirate, que ce dernier failli lâcher la chose en question...

              Après quelques secondes à lutter dans l'océan qui se déchaînait de plus en plus, Howard Prince entendit une voix, étouffée par le son de l'orage, qui venait, apparemment, du Blue Moon : c'était Lion qui, sur l'échelle hissée, était penché pour récupérer son compagnon :

              « Prince ! Prends ma main ! Tu veux te suicider ou quoi ?! »

              Arriver sur le Blue Moon fut plus laborieuse que prévu : le type qu'avait Prince sur l'épaule semblait peser une tonne et la puissance de la pluie, mélangée aux caprices de l'océan n'arrangeaient rien... Sous les regards stupéfaits des Shinos, Howard Prince pénétra à l'intérieur du vaisseau et, sans prendre le temps de frapper à la porte, entra dans l'infirmerie ou se trouvait Azrel :

              « Ohé toubib'... On a un problème... »



              Les rats, ces satanés créatures qui peuvent vous foutre en l’air un navire à elles seul… nous devons les tuer et vite, surtout lorsque ces dernières attaquent nos réserves de nourriture. Accompagné de Yukisame, Izya, Shinji et Mugen je retourne dans la cuisine. Plus nous serons nombreux, moins il y aura de bêtes qui s’échapperont. Tiens, il y a un peu plus de bruit derrière la porte comparé à tout à l’heure, les saletés ont dût sentir notre présence. Yuki met sa clé dans la serrure, enlève le cadenas et ouvre d’un coup la porte. Oh mon dieu !! Une quinzaine de rats à peu près son là, devant nous à dévorer comme s’ils n’avaient rien mangés depuis des jours. Shinji charge dans le tas et envoi un coup de pied dans un qui vol contre un mur. Mais non, y’a de la bouffe là-dedans ! Soudain, deux rats lui sautent dessus. L’un sur sa tête, l’autre sur la jambe. Une scène assez marrante à voir à vrai dire, c’est du Shinji tout craché ça ! Hahaha.

              *BROUUUMMMMMM*

              Quoi ? Qu’est-ce que ? Le navire penche sur le côté à cause de je ne sais quoi à l’extérieur. Quel bruit phénoménal. Jamais auparavant, je n’ai entendu chose pareille. Izya regarde par la fenêtre et a l’air pétrifié. Qu’est-ce que c’est bon sang ? Je m’avance à ses côtés pour voir de quoi il s’agit oubliant la cause de ma présence dans cette pièce.

              - DAME !! TOUT LE MONDE DEHORS, SONNEZ L’ALERTE !!

              Alors que nous nous précipitons vers la sortie je remarque qu’Izya n’a pas bougé de sa place. Elle est là, assise dans un état de choc. Je lui demande de se relever, mais apparemment, elle n’est plus avec nous. Pourquoi s’est-elle mise dans un état pareil ? Il faut sortir et vite avant que cette chose ne gobe le navire. Je ressaye de l’appeler mais rien à faire, c’est comme si elle ne m’entendait pas. J’aperçois des larmes sur son visage qui est devenu tout blanc. Après avoir fléchi les jambes, je prends sa main et pose l’autre sur son cou.

              - Aller Izya, il faut sortir, viens avec moi vite !

              Elle met un peu de temps à réagir, mais finalement se relève avec mon aide. La pauvre est toute chamboulée. Nous sortons enfin de cette pièce et remontons sur le pont à côté des autres. Tiens, la météo à l’air de changer petit à petit, ça ne me dit rien de bon. Là, j’aperçois Mizu et Howard entrain de lancer une attaque sur cette chose immense. Mais qu’est-ce que c’est ? Jamais je n’ai vu telle chose sur les blues. Quoi ?? Prince est capable de trancher l’air comme Mizu ? Mais depuis quand ? L’attaque combiné de mes deux nakamas est d’une class que je n’aurais soupçonné auparavant. Ils ont l’air de bien s’entendre au combat et c’est une chose rare, surtout lorsque ces derniers ne se connaissent que depuis peu de temps. La magie de leur attaque au rayon bleuté nous ébloui tous sur le pont. La lame d’air tranche alors le cou de la bête qui retombe à l’eau. Je suis bluffé ! Quelle puissance bon-sang. Je regarde alors Izya qui est toujours aussi tendue derrière moi. Qu’est-ce qu’il se passe enfin ? J’essaye de la rassurer comme je le ferais avec un enfant en lui expliquant que la bête est morte et qu’elle n’a plus rien à craindre quand soudain, des bruits de pas rapide se font entendre. Au moment où je jette un coup d’œil derrière moi, Prince saute par-dessus bord. Quoi ? Mais il est fou !? Il va chercher la tête du monstre ou quoi ? En plus le vent est de plus en plus fort, on va surement tomber dans une tempête.

              - PREPAREZ-VOUS POUR LA TEMPETE ! Shin’, Toki, occupez-vous des voiles. Mug’, prends Izya et allez à l’intérieur, elle n’a pas l’air dans son assiette. On est assez pour s’occuper du reste !

              M’approchant du bord, aucun signe de Prince. Mais bordel, qu’est-ce que tu fous ? Soudain, je remarque quelque chose qui ressort de l’eau. C’est lui, mais il a du mal avec les vagues, il faut que je l’aide. Je descends à l’aide d’une échelle et l’appelle, mais ce dernier n’as pas l’air de m’avoir entendu. Je retente et cette fois, ma voix l’interpelle puis il s’approche tant bien que mal.

              - Prince ! Prends ma main ! Tu veux te suicider ou quoi ?!

              Nos mains s’emboitent et je tire de toutes mes forces pour le remonter. Tiens, il tient… un homme ? C’est donc pour ça !? J’arrive à le faire monter sur l’échelle puis l’aide à remonter l’homme repêché dans l’eau. Il fait froid, très froid ! La pluie commence à tomber et les nuages grondent. C’est le début de la tempête. Je laisse Prince s’en aller à l’intérieur et retourne aider les autres à diriger le Blue Moon car ça ne va pas être une partie de plaisir. Qu’est-ce que ? Je n’avais pas vu qu’un mat avait été brisé !! Ça va compliquer les choses ça. Alors que ça court dans tous les sens par manque de mains, Mugen fait une apparition soudaine à mes côtés. Et Izya ? Il me répond qu’il l’a laissé à l’intérieur car il estimait qu’on aurait plus besoin de lui ici. Ce brave Mug’, un rêve devenu réalité. Lui qui voulait ne jamais nous quitter avec Shinji, il est là à vivre sur ce navire, avec nous quoi que la vie nous réserve. Et Shin’, ce clown qui me ferait toujours rire, qui n’a peur de rien et sur qui on peut toujours compter. Ça me fait chaud au cœur en ce moment même de les avoirs prêt de moi. On a grandi ensemble et nous sommes faits le serment de ne jamais briser les liens de notre amitié quoi qu’il arrive. Bref, ce n’est pas le moment de penser à tout ça, nous avons une tempête à affronter !
              • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
              Le parquet tanguait lentement en-dessous de moi. Manipulant tranquillement mes concoctions, je regardais par la fenêtre la tempête qui s'annonçait. De toute évidence, les autres faisaient face à de grandes difficultés dehors. Cependant, ce travail ne m'appartenait pas, et je continuais mes manipulations chimiques en essayant de ne pas y penser. En tant que médecin, mon rôle premier était de soigner une fois les problèmes résolus les blessés, et non de foncer bêtement dans le tas au moindre danger. Malgré cela, je ne pouvais m'empêcher par moments de m’inquiéter pour mes compagnons, après tout, on était jamais à l'abri d'une catastrophe... Ce fut alors qu'un bruit de claquement se fit entendre à la fenêtre. Je regardais de nouveau celle-ci en sursautant légèrement, et j'y vis un corbeau noir, assez majestueux malgré son corps trempé, se mettre à tambouriner contre la vitre avec son bec. Assez intrigué, je m'approchai de la fenêtre et l'ouvrit légèrement pour voir ce que l'oiseau me voulait, mais à peine l'eus-je entrouvert que le corbeau se précipitait déjà sur l'entre-bâillement, le poussant violemment et pénétrant de force dans la pièce avant que je ne puisse réagir. Assez étonné, je regardai l'animal noir se poser tranquillement sur le rebord d'une chaise dans un coin de la salle, se nettoyant les plumes comme si de rien n'était. Ayant vraiment du mal à comprendre ce qui lui prenait sur le coup, je me dis qu'il voulait juste un abri pour la tempête et me relança d'un air détendu dans mes préparations. Mais une fois de plus, je fus interrompu soudainement dans mon travail, par l'ouverture de la porte d'entrée ce coup-ci, Prince entrant dans la pièce sans frapper ni prévenir en lâchant en mode Western :

              "Ohé, toubib... On a un problème..."

              "Que se passe-t-il ? Vous avez trouvé un naufragé ? Oh... Oh nom d'un... C'est quoi cette chose ?!"

              A la lumière tamisée de la pièce, je pus finalement voir à quoi ressemblait le naufragé lorsque Prince le posa par terre devant lui, et à cette vision, j'écarquillai les yeux et reculai brutalement en tremblotant. Ce que je vis sur mon parquet... Ce n'était pas humain. C'était bien loin de là. Une véritable vision d'horreur, presque diabolique. C'était une sorte d'épouvantail, au corps trempé, certes, mais à l'allure terrifiante. Était-ce juste un outil de fermier ayant fini malencontreusement dans le ventre de ce monstre ? Non, cette chose vivait, je le sentais bien, et cet épouvantail était bien trop effrayant pour avoir été fabriqué par un humain... J'entendis alors un croassement qui me fit sursauter, et je me tournai rapidement vers la gauche, voyant l'oiseau noir me regarder d'un air impassible. Je sentis une goutte de sueur couler sur mon front. Je n'étais pas non plus un grand superstitieux, mais toute cette histoire devenait vraiment effrayante, me laissant une impression de danger inébranlable. Malgré tout, Prince semblait vouloir que je le soigne si c'était pour me l'avoir amené ici, et je me devais de faire mon travail malgré tout. Je pris un peu de matériel médicinal et m'approchai timidement du corps de bois et de paille, très peu rassuré. Je déglutis, et me prenant mon courage à deux mains, j'approchai ma tête de celle de l'épouvantail et lâcha mal à l'aise :

              "Hé ho... Tu m'entends ?"

              "AAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"

              Soudainement, l'épouvantail eut les yeux qui brillèrent et hurla d'une voix extrêmement forte et stridente, déformant son visage d'une façon horrible, et me faisant hurler à mon tour à haute voix, de telle façon que même pour ceux dehors, le son devait être largement audible. Jamais je n'avais vu quelque chose d'aussi terrifiant, la plus grosse peur de toute ma vie. Frôlant de peu l’infarctus, je m'éloignais rapidement en courant de l'épouvantail, me calant contre le mur le plus lointain et regardant d'un air horrifié si cette chose me poursuivait pour m'attaquer, ou alors si Prince l'avait décapité avant par réflexe de combat. Mais ce que je vis était tout autre et au fond beaucoup plus choquant. Tout comme moi, l'épouvantail avait fui à mon opposé, et s'était plaqué contre le mur, tombant lourdement au sol, encore trempé. La créature regarda autour d'elle d'un air complètement déboussolé, et commença à cracher de la paille trempée, avant de lâcher de cette même voix stridente :

              "Où je suis ? J'suis lourd... J'ai mal partout... Faut que je sèche..."

              Beaucoup moins forte que précédemment, la voix de l'épouvantail était toujours aussi stridente, mais aussi misérable, attirant toute empathie, et je sentis malgré la peur que cette chose avait besoin de notre aide. Je le regardai plus attentivement : Son corps était trempé, et il pouvait à peine bouger... Il semblait dans le même état qu'un animal à l'agonie après une chasse à la cour. Certes, cette chose était effrayante et sûrement dangereuse, mais mon devoir était de soigner les blessés ou les malades, et ce monstre était clairement dans cette situation. Cessant mes tremblements comme je pouvais, je pris un air déterminé et sérieux, puis je regardai Prince en lui lâchant avec volonté, tandis que le corbeau continuait à me regarder impassiblement :

              "Je sais pas d'où tu me sors cette chose, Prince, mais si tu tiens à le sauver, va me falloir n'importe quoi qui me permette de le sécher. De toute évidence, la paille mouillée, c'est pas ce qu'il préfère..."
                J’ai tout vu… J’ai vu ce monstre se faire trancher. J’ai vu Howard lancer son attaque en même temps que Mizu. Je l’ai vu lui, avec Yubashiri, et le capitaine, avec ses simples mains. J’ai aussi vu les autres s’activer pour aider à manœuvrer le navire. J’ai senti la pluie sur mon visage avant de me faire guider de nouveau vers la cuisine. J’ai entendu Mugen me parler, puis, surement parce que je ne lui ai pas répondu, je l’ai vu partir.

                Et moi, dans tout ça, qu’ai-je fait ? Rien. Je n’ai rien fait. Trop choquée pour bouger de mon plein gré, trop choquée pour penser. Qu’aurai-je pu faire ? Aider ? Participer ? Mais je n’ai rien fait.
                Je suis donc là, seule, regardant l’unique fenêtre de la cuisine tout en étant assise sur une chaise. Et toi, Léo, qu’as-tu fait lorsque ça t’es arrivé ? T’es tu battu pour tenter de survivre ? Où, comme moi, n’as-tu rien fait ? As-tu été faible, comme moi ? Et qu’aurai-je fais, si j’avais été avec toi ce jour là… Rien ? Comment aurai-je pu te sauver de cette manière, hein…

                Bordel ! Je suis faible ! Si faible ! Même pas capable d’agir quand il le faut ! Putin !

                Dans ce moment désespéré, une idée me vient en tête. Plus mauvaise que bonne, mais je dois savoir… Alors récupérant mes épées laissées au sol depuis l’apparition du monstre et attrapant la première chaise qui me passe sous la main, j’envoie cette dernière en direction de la seule fenêtre et décoche un coup rapide avec une de mes lames. Mais forcement, rien ne se passe… Du moins, ce que je voulais faire ne se produit pas, car la vitre se brise tout de même sous le coup, et la chaise reste coincée dedans. Mais quel importance, comparé au fait que, oui, je suis bien incapable de produire des lames d’airs. Trop faible… beaucoup trop faible.

                P’tin de bordel de Merde !

                Mais ceux ne sont pas les seules insultes que je prononce. Et puis, histoire de pouvoir évacuer un peu plus de colère, je shoot dans la table, l’envoyant valdinguer contre le mur. Et au même moment, un cri se fait entendre, provenant du fond du navire. Mais quelle importance, sérieusement ? Aucune, donc pas besoin de s’en préoccuper.

                J’ai tellement honte de moi, de ma faiblesse… Je fini par m’assoir sur une chaise, posant mes coudes sur mes genoux et ma tête dans mes mains. Bon sang ! Faut que j’me reprenne ! Que je m’améliore ! Pas moyen que je reste avec ce niveau de tapette, que je me laisse encore intimider par ce genre d’évènement… Mais… Sérieux… Ces images… Ces souvenirs… Il est vraiment temps que je les accepte, il faut que je tourne cette fichue page !

                Finalement, tant que je continuerai de t’aimer, Léo, je n’accepterai jamais ta mort. Mais comment… Comment faire pour t’oublier ? Je n’en sais rien… Par contre, je sais comment je peux m’améliorer : je dois apprendre, encore et encore… Et le mieux, ce serait que l’on m’apprenne.

                Une détermination nouvelle brille en moi. Et lorsque je sors de la cuisine, comme si le temps suivait mon humeur, la tempête commence déjà à se calmer. Et notre nouvelle destination montre enfin le bout de son nez. D'après Mizu, c'est ici que vivent les longs bras et selon les dires de nos chers amis marines rencontrés à Banaro, ceux sont eux qui ont attaqué leur camp et ont enlevé Takashi. Du coin de l’œil, je regarde notre navigatrice. Cette vision la motive, cela se voit dans ses yeux. Comme quoi, Grand Line ne réserve pas que des mauvaises surprises…

                Un rayon de soleil vient caresser mon visage, finissant d’apaiser ma colère, mais ne diminuant en rien mon envie d’apprendre. Alors, je me dirige vers mon capitaine, car c’est lui le plus apte à faire de moi une brute.

                Dis, toi qui es un véritable monstre en combat, tu n’voudrais pas m’apprendre deux trois trucs ? Histoire que tu te sentes pas tout seul niveau monstruosité…

                IZYAAAA !

                Ça, c’est Mugen. Il ne m’a pas vu quitter la cuisine alors, dans sa bonté, il est venu voir comment j’allais là où il pensait que j’étais restée. Et donc, il vient de découvrir la scène de meurtre du mobilier. Moi, je préfère continuer de regarder Mizu, avec une mine totalement innocente, attendant toujours sa réponse.

                Et puis, Yuki ne va surement pas tarder à rappliquer auprès de Mugen, et quand il va voir l’état de sa chère et tendre cuisine… Hum… Je préfère ne pas y penser…

                Finalement… J’f’rai p’t’être mieux de dire que j’me sens pas très bien… On m’pardonnera p’t’être plus facilement… Fin bon, moi j’veux m’entrainer là ! Alors au pire, s’ils me crient dessus, j’peux toujours m’entrainer sur eux… Quoi ? C’pas une bonne idée ? Et sinon… C’est pas moi, c’est les rats !... ?


                Yatta ! 1425067977-izya-sflagopr Yatta ! 1465207581-signizya Yatta ! 1lmh
                • https://www.onepiece-requiem.net/t3825-
                • https://www.onepiece-requiem.net/t3683-
                C'est incroyable, combien de choses peuvent se passer en si peu de temps...A peine ai-je pris une seconde respiration que Prince se met à courir pour bondir hors du Blue Moon, risquant sa vie par cette tempête...Je fixe notre navigatrice....Pas un brin d'inquiétude ? Bizarre ? Elle est confiante et semble à nouveau sourire...je lui ai promis...j'ai juré par la barbe de Wakam le rouge que je retrouverai son homme et je le ferai...nous le ferons.

                Putain...c'est pendant ces moments critiques que mon envie de fumer surgit...une cigarette...juste une petite pour me calmer les esprits. Voir certains de mes nakama's se presser pour une petite tempête comme celle là, d'autres pressant le pas pour essayer de comprendre l'attitude de Prince et de ce qu'il a pu pêcher...Et la tête du monstre marin ? On l'a prend pas pour notre repas du soir ? Tout se passe si vite...Tout le monde court dans tous les sens, sauf moi qui reste immobile. Je contemple l'île et je soutiens du regard notre navigatrice. Sans un mot de ma part, elle met le cap vers l'île. En l'espace de quelques secondes, la tempête se calme. Tour de passe-passe de Grand Line ? Une mer déréglée selon ses humeurs ?

                Quelques instants plus tard, le Prince m'explique que cette chose qu'il tient dans ses bras a besoin de se faire sécher la paille ? Attend, c'est quoi cette expression ? Oulaaah...tu fais ce que tu veux avec sa paille, je n'me mêle pas de ça...hein ? Il est fait de paille ? ça existe ? ...Dans ce cas !

                Je fais un tour sur moi même et embrase ma jambe gauche...Breath Of Fire Dragon ! ça prend feu, il y'a de la chaleur et le bonhomme en mousse...non en paille commence à sécher tout doucement...Plus nous rapprochons de la côte, plus il sèche. Et pendant ce temps, je demande à notre cher tireur d'élite de me chercher mon pack de lames...Le prince veut me redonner mon meitou...

                Garde le ! Il te va mieux et on dirait qu'il t'a adopté...c'est le katana qui choisit son maître...lui dis-je avec un petit clin d'oeil et le sourire au coin des lèvres.

                Ensuite, y'a Izya qui se ramène vers moi...Elle me demande de lui apprendre deux, trois trucs et a une détermination qui se lit facilement sur ses yeux...Je vois pas quoi lui apprendre, je hausse les épaules et lui dit que je suis nul, j'ai rien à t'apprendre...Sorry Lady ! Je la snobe complètement et la laisse seul...elle va surement se faire engueuler par Yukisame...Je me retourne et là elle me chope par l'épaule, je fais demi tour vers elle et elle me fout un gros coup de poing dans la gueule...Aouch ! Et c'est elle qui donne son dernier mot, elle saute par dessus bord pour se barrer sur l'île à la nage en mode ''La prochaine fois que tu dis, je t'explose la tronche''....Aaaaa...j'ai vraiment peur, je crois que je suis en train de trembler, c'est une coriace, c'te fille ! Puis je regarde tous mes nakama's en mode '' Ouais, il s'est rien passé, une goutte de sueur derrière et le front et dit tremblotant''

                Les gars ! Nous sommes à quelques mètres de notre prochaine aventure ! Hihihi

                Hakuna Matata s'occupent de jeter l'encre...je prends notre seule barque et prends avec moi notre invité...Je reprends confiance en moi, je souris à mes nakama's toujours avec cette gueule bien amochée par Izya...

                Preum's ! YATTA ! Je vais m'occuper de lui ! Occupez vous de trouver Takashi et de vous amuser. On se retrouve sur le Blue Moon avant le coucher de soleil pour faire le point...hé ! Pas de bêtiiiiiiiiiiii....

                Avant même de finir ma phrase...NOUS TOMBONS D'un coup d'un seul ! Prêt pour l'aventure !