Le Deal du moment :
Pokémon EV06 : où acheter le Bundle Lot ...
Voir le deal

L'argent avant tout

Après avoir fait la fête sur une île festive où Shoma avait rencontré une jeune femme fort intéressante du nom de Lilith, voilà avait mis les voiles pour une autre île, cette fois-ci bien moins amusante. Si la rencontre avec la jeune Newkama c'était fait dans la joie et la bonne humeur, le jeune capitaine des Spectres qui avait décider depuis le début de son aventure de naviguer seul afin de se trouver des compagnons de voyage assez malin, fort et ambitieux n'aurait jamais pensé trouver des personnes "dignes" au beau milieu d'un trou à rat qui ne comptait que des personnes bonnes à être utilisé et à être sacrifié. Ne mettons pas la charrue avant les bœufs. Avant de savoir comment il avait réussi à enrôler des personnes qu'il qualifiait de "digne", il faut savoir comment cela à commencer.

Pandle Island, cette île ne vous dit rien ? Normal, même Shoma qui avait décidé de gagner cette île ne savait rien à propos de cette île il y a une semaine de cela. Comme bon nombre d'île sur le globe et principalement sur les blues, cette île ne possède rien de spécial et est aussi courante qu'il n'y a aucune spécificité entre cette île et une île X, mais depuis peu la marine avait réussi en l'espace d'un mois à faire tomber pas moins de dix équipages pirates. Un coup d'éclat qui avait fait de cette île un point de passage à éviter pour les pirates. Shoma bien que pirate eut une idée qui selon lui pourrait lui donner une réputation encore plus fleurissante. Si cette île commençait à devenir le cauchemar des pirates, alors il allait être celui qui passerait outre cette réputation, mais pour cela il allait avoir besoin de bras.

Profitant des bas fonds de la ville principale afin de trouver des raclures, des idiots et des bandits, Shoma se fit en quelques jours un groupe d'hommes prêts à le suivre. Avoir un nm connu et une prime sur sa tête était un plus pour un pirate, ainsi grâce à la prime que lui avait donné la marine, ce n'était pas énorme, mais quand même, le jeune capitaine réussi à enrôler pas moins d'une trentaine de pirate. Fraichement recruté, les hommes et femmes qui avaient rejoint le capitaine espérait vivre avec lui des aventures toujours plus folle, mais surtout étaient attirés par l'appât du gain. Ces hommes et femmes aussi idiots soient-ils n'avaient jamais eu beaucoup d'argent en poche et étaient prêts à vendre, tuer père et mère afin d'améliorer leur condition de vie.

Même si Shoma était un capitaine pirate, un excellent orateur et avait un beau visage, il n'en était pas moins fourbe et manipulateur, d'ailleurs il n'avait que faire de cette bande d'amateur et de raclure qui ne pensait qu'à l'argent, au crime et à la belle vie facile. Non, la seule raison qui poussa Shoma à ramasser une trentaine de bras sous ses ordres était de réussir à infiltrer la base de l'île où s'il ne se trompait pas, le butin de tous les équipages qui avaient perdu face à la marine se trouvait entreposé. L'argent des pirates qui tombaient contre la marine étaient à chaque fois envoyé directement au siège de la marine, où à un organisme du Gouvernement Mondial, cette information, Shoma la détenait d'un homme de la marine qu'il avait torturé il y a quelques mois de cela l'or d'un raid du pirate dans une base où il pensait trouver assez d'argent pour se faire construire un navire.

Avant que la marine ne réussisse à envoyer l'argent volé au pirate à leur QG, Shoma se devait de tenter un grand coup et prendre les devants, mais voilà agir seule était du suicide, voilà pourquoi il décida d'enrôler des membres d'équipage. Devant ses hommes, Shoma affichait une ambition sans limite et promettait ciel et terre à ses hommes, mais au fond de lui le jeune capitaine savait qu'une fois sa mission terminée, il n'aurait que faire d'une bande d'abruti, d'ailleurs il espérait ardemment qu'ils meurent tous d'une fin rapide durant la première et dernière mission qu'il leur assignerait.

Puissant orateur, Shoma mit en confiance son groupe avant de jeter une bourse en direction du tavernier qui dirigeait l'établissement ou la petite bande se trouvait avant de lui demander de ne laisser aucune personne de son groupe sans au moins cinq verres d'alcool. La journée venait à peine de commencer que la taverne était déjà animée avec Shoma à sa tête. Les remerciements et les chansons de joies pouvaient être entendus à des dizaines de mètres et annonçait déjà un mauvais plan qui n'allait pas tarder à éclater au grand jour.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma
Une journée sympa dans un trou pommé, l'endroit rêvé pour se faire oublier après pas mal de conneries dans les Blues. Assise sur un toit, comme à ma principale habitude, je contemplais une bande de pirates bien plus enjouées qu'à l'ordinaire. Mâchonnant ma longue baguette de bois noir et soufflant de petits nuages de fumée, je ne pouvais m'empêcher d'être intriguée par autant d'enthousiasme. Cela faisait déjà une bonne semaine que j'avais déserté North Blue et par la même occasion mes principaux conflits avec la Marine, et j'étais déjà à sec. J'avais dépensé sans compter le peu d'argent salement gagné qui trainaient au fond de mes poches, et quelques Berrys n'auraient pas été de refus dans une situation pareille. Mon ventre grognait faiblement tandis que je me relevais. Les seules choses qui pouvaient réjouir des pirates, c'était l'alcool, l'argent et les femmes. Et même si la troisième solution ne me dérangeait pas, les deux premières étaient bien plus urgentes. Je dégringolais du toit et me fondis tranquillement dans la masse de marins, écoutant d'une oreille attentives les ragots qui trainaient. Un capitaine pirate recrutait des hommes pour infiltrer un QG de la Marine implanté sur cette île? Je sifflais d'approbation. Ça sentait la bagarre à plein nez, et c'était également une des choses qui me manquait cruellement ces derniers temps. Les gens étaient de véritables femmelettes, et à chaque cambriolage, me confiait d'une main tremblante leur cher revenu sans broncher. Pas un seul pour me défier, c'était désespèrent, et également très frustrant.

La récompense donné par cette assaut était plus qu'intéressante: une bonne prime bien fournie et des terres. Je réfléchis quelques instant. Mais bien sûr, c'est pas au violoniste qu'on va apprendre à jouer, ce type ne laisserait certainement rien à ses coéquipiers et prendrait la poudre d'escampette avec le butin. Il suffisait juste de le doubler... Un sourire malsain s'afficha sur mes lèvres glacées, que je ravala aussi sec. Si il était assez tordu pour inventer de tel plan, il devait aussi être sacrément futé, et il repèrerait vite les traîtres...Le tout était de ne pas se faire prendre. Avec un peu de chance, les autres serviraient d'appâts pendant que je filerais tranquillement vers leur coffre. Facile.

Capuche rabattue et mains dans les poches, je pénétrais tranquillement dans une taverne, point de ralliement donné par le Capitaine. La fête battait déjà son plein, et plusieurs verres vides jonchaient déjà le sol. Il savait bien convaincre ce gars là, il serait peut-être plus difficile à berner que je ne l'imaginais quelques minutes plus tôt. Je m'assis à une table à peu près tranquille et vide, évitant le regard du capitaine qui semblait sonder ses recrues. C'était pas le moment de me mettre dans le pétrin, et d'avoir en plus des marines, des pirates aux fesses. Je liquidais le verre que m'apportait le tavernier. Mes doutes se confirmaient. Ces pirates avaient tous l'aire aussi crétins les uns que les autres, et ils ne tiendraient pas plus de dix minutes dans la base militaire. Avec un peu de chance, ils seraient juste bons à faire diversion. Je soufflais dans le verre vide et en commandais un autre. Si ce type payait tout, autant en profiter!! D'ailleurs, le capitaine en question n'était pas aussi impressionnant que je ne l'avais imaginé. Plutôt mince, pas très musclé, un visage terriblement impassible. C'était bien le seul truc qui paraissait vraiment flippant chez lui, hormis la longue aiguille qui pendait à sa taille. Ça devait faire de sacrés pulls quand même... Je priais juste pour qu'il soit aussi idiot que les nouveaux membres de son équipage.

Ça faisait déjà pas mal de temps que le capitaine, nommé Mantle Shoma, nous exposait ses plans complètement...fous. Ça semblait irréalisable, mais il parlait avec tellement de convictions que, l'alcool aidant quand même beaucoup, les autres pirates acclamèrent son discourt de tonitruants hurlements de triomphe. Ces idiots semblaient y croire dur comme fer, libre à eux, moi je ne tomberais pas aussi facilement dans le panneau. Ce type ne m'inspirait pas confiance. D'ailleurs, personne ne m'inspirait confiance...
Dans un élan plus qu'enthousiasme, l'un des pirates renversa le contenu sucré de son verre sur ma veste. En cuir. Fourrée. Mon sang ne fit qu'un tour. Ignorant ses excuses bidons, mon poing s'encastra dans sa figure. Fracassante approche. Le pirate gueula comme putois en tenant son nez ensanglanté. PERSONNE...ne touche à ma belle veste, c'est un cadeau. Pas vraiment consentant, mais un cadeau quand même. Je me fichais de déclencher une bagarre, et puis, ça serait un échauffement sympa avant notre infiltration. En fait, j'attendais plutôt la réaction de Shoma...
    Relax, pépère au fond de la salle, Ignis était plutôt satisfait de sa journée. Apres tout, ce n’est pas tous les jours que l’on trouve du travail et encore moins provenant d’un capitaine connus. Un capitaine pirate connus, primé en somme. Cependant, ce n’était pas réellement le personnage qui intéressait notre ange plutôt que le salaire car ; selon un dicton qu’il avait appris rapidement au Blues : Tout travail mérite salaire… Ou sinon, tu te fait plumer. C’est ce qui était arrivé à Ignis qui s’était retrouvé non seulement sans argent, mais aussi sans force ; affamé.

    Encore heureux que l’employeur avait décider de payer une tournée générale, bien apprécié par le ventre grognons de l’ange. Toutefois, ce dernier ne se fit pas d’illusion ; il avait beau être relativement « nouveau » dans ce monde, il c’était déjà fait arnaquer plus d’une fois et ne voulait plus ce retrouver dans cette situation. Derrière ses airs bien trop aimable, cet homme devait cacher quelque chos ; ce Mantle Shoma n’avait pas reçus une prime de 10M Berries pour avoir secourus des personnes du troisième âge. Toutefois, optimiste, l’ange espérait qu’il se trompait et qu’il avait finalement rencontrer quelqu’un d’honnête, sans réellement y croire.

    De plus, Ignis ne c’était pas réellement mis dans les meilleurs des mondes pour trouver l’honnêteté ; c’était sa faute en fait. Il avait choisis la voie de la piraterie, connus pour le respect et l’honneur. Tout de même, l’ange n’avait pas réellement eux le choix en tombant au Blues… En effet, être accusée de viol dès son arrivée ne l’aida pas réellement quant a sa popularité. Il en avait même perdu toute chance d’entrée dans la marine ou d’en faire partie, chose qui ne semblait plus aussi grave qu’il l’avait pensé il y a un ans. La piraterie avait aussi ses avantages, quoique le coté déshonnête n’était pas son fort.

    Il pouvait voler sa nourriture, mais ne le faisait pas. Il pouvait voler les plus démunis, mais ne le faisait pas. Il pouvait faire tant de choses illégales et pourtant, restait aussi blanc qu’un linge. Bon, un linge légèrement tacheter ; car il fallait admettre certaines fautes. Voler des pommes : fruit aux couleurs toujours différente et pourtant au gout toujours semblable ; constituait son principal péchés. Eh ! Il fallait vivre tout de même !

    Une dernière rasade de sa choppe alerta l’ange. Aussitôt l’une finis, l’autre fut en route. Ca faisait longtemps qu’il n’avait pas peut boire a sa soif et ce n’était certainement pas maintenant qu’il allait commencer a faire le raisonnable ! Ignis observa ces alentours en attendant une choppe remplis, les neurones consacrés a l’analyse, comme il avait souvent l’habitude de faire. La taverne était remplie, une trentaine de pirates en herbes avaient été attirés par la gloire du capitaine, ou peut être par l’appât du gain. Dans tout les cas, très peu de monde ressortait du lot ; ou plutôt : personne du tout. Tous semblait plus ou moins costaud, balourds et imprécis dans leurs mouvements déjà influencés par l’alcool.

    Une bande bien pathétique aux ambitions assez hautes, peut être même trop haute. De ce qu’il en avait compris, ils allaient devoir s’attaquer à une réserve contrôlée par des marines où devrait se trouver un « butin », un mot qui semblait être synonyme d’argent en masse. Toutefois, l ‘ange n ‘aurait pas peut l’affirmer, restant un novice dans la compréhension de la langue des Blues. Bien sur, il savait le parler, mais en comprendre chaque mot était une autre histoire et il manquait cruellement de vocabulaire ainsi qu’un mentor pour le lui apprendre.

    Il soupira, las d’attendre l’alcool et de patientez a analyser une situation qu’il avait déjà retourner dans tout les sens depuis les deux heures qu’il se trouvait ici. L’ange posa sa choppe en observant de plus près une rouquine qui lui rappelait vaguement celle qu’il avait rencontrer a son atterrissage au Blues. Une rousse qui fut rapidement asperger du liquide pourtant si rare dans une taverne : la bière. Ignis n’eut pas besoin d’être très observateurs pour remarquer qu’elle était plutôt en colère et que la bagarre sentait à plein nez dans la taverne…

    Certains rires s’arrêtèrent abruptement et d’autres suivirent le mouvement. Avec une bande d’alcoolos comme eux, Ignis était sur et certains que ça allait dégénérer et, ne voulant pas compromettre les chances de réussîtes d’un plan qui étaient déjà assez maigres, il décida de s’interposer. D’un ton chaleureux et jovial il proposa au grand costaud derrière la rousse d’allez se prendre une autre bière avec lui. Toutefois, le dur a cuir complètement sous ne mordit pas a l’hameçon, au contraire : il s’apprêtait carrément a défoncer la canne a pêche. Il beugla une insulte envers l’ange, incompréhensible selon ce dernier, avant de tenter une droite maladroite. Sobre, Ignis évita aisément le coup et partis dans une contre-attaque plutôt nouvelle pour lui : le coup de boule… L’ange compris rapidement pourquoi ce n’était pas une bonne idée. Il jura dans son langage angélique, dont le contenu était tout autre, en se frottant un front douloureux de l’impact.

    Le receveur de l’attaque semblait au contraire rétablis de son état second et s’apprêta à lui administrer un coup bien plus puissant et précis ; de nouveau, avec la tête. Toutefois, l’ange ne répondît pas présent et préféra utiliser son genou pour saluer le front de son assaillant qui s’enfonça la tête la première dans le genou d’Ignis. Cette fois-ci, l’ange jura, traduisant son juron dans la langue qu’il avait appris :


    Sa salle race d’humains !

    Frottant vigoureusement le genou qui avait assené le coup de grâce, Ignis releva la tête pour lire la surprise générale sur les visages de tout le monde. Il venait de se faire de nouveaux amis…


    Dernière édition par Ignis Spark le Dim 18 Nov 2012 - 8:12, édité 1 fois
      La fête battait son plein et tout semblait aller pour le mieux pour Shoma. Fraichement capitaine d'une bande d'inutile et de chair à canon, le jeune homme regardait ses hommes en leur souriant, alors qu'à l'intérieur de lui il ne pensait qu'une chose se débarrasser au plus vite de cette bande encombrante et au combien bruyante. Ne laissant rien filtrer de ce qu'il pensait, Shoma joua la comédie jusqu'au bout et alla même faire un petit bain de foule histoire que ses hommes se sentent plus proche de leur capitaine. Hé oui, un capitaine aimant, avec de l'ambition et les moyens de réaliser le rêve de ses hommes, voilà ce que laissait transparaitre le jeune homme. Tout aurait pu bien se passer dans la taverne, mais il fallu que deux personnes entrent en conflit. Un combat dans une taverne est quelque chose de normal, mais dans un équipage ce n'était pas la même chose, mais étant donné qu'ils ne se connaissaient pas encore Shoma trouva logique et justifié de laisser les esprits s'échauffer un peu.

      Une petite bagarre entre camarade sa n'avait jamais tué personne et puis même s'il avait besoin de bras, Shoma n'était pas prêt à intervenir dans le but de sauver tous les faibles de sa bande, ainsi si le vainqueur du combat souhaitait tuer le perdant, ce ne serait pas Shoma qui l'en dissuaderait. Quand on est un pirate il y a des risques et parmi ces risques il faut savoir que l'on peut mourir à tous moment. Du haut de sa table où il était monté afin d'être en première loge pour le combat, Shoma observait cette bande d'idiot se taper dessus jusqu'à un certain point, car une petite bagarre ce n'était rien, mais il fallait absolument que cela reste sous contrôle, une bagarre générale ne serait être tolérer d'autant plus que l'attaque allait débuter le lendemain.

      Durant l'affrontement qui fut court, Shoma remarqua deux personnes. La première était un rousse où un roux, il ne pouvait dire s'il s'agissait d'un homme où d'une femme, mais en tout cas il la classa dans la catégorie de ces personnes qu'il fallait avoir sous les yeux constamment, car possible source de problème et qui dit problème dans un plan bien huilé dit forcément échec de la mission, ce qui ne serait être accepter. La seconde personne ressemblait à un homme ordinaire et s'il n'avait pas décidé de tenter de stopper le combat entre cheveux rouge et l'autre balourd, alors il n'aurait sans doute jamais tapé dans les yeux du pirate. Contrairement à la jeune femme où le jeune homme avec les cheveux rouges, avoir une personne capable de faire la part des choses est un atout. En le regardant, Shoma pensait même savoir quoi faire de lui. S'il aimait tant se mettre en avant, alors il allait pouvoir jouer les leaders durant la bataille.

      Une fois les esprits apaisés, Shoma pria ses hommes de se tenir prêt, car leur attaque allait débuter aux premières lueurs de la matinée, sois dans un peu moins de huit heures. N'ayant plus rien à dire le chef du commando suicide décida de partir. Durant tout le laps de temps où il n'avait rien à faire, le jeune capitaine gagne le toit et attendit les premières lueurs du soleil qui signifiait que l'heure de l'attaque était venu. Durant le temps où il avait laissé ses hommes seuls, Shoma espérait qu'ils puissent se créer quelques liens. Bien sûr ce n'était rien de solide, mais assez pour avoir assez de cran de poursuivre la bataille même si celle-ci ne tournait pas en leur faveur.

      Quand l'heure de la bataille arriva Shoma et ses hommes commencèrent par prendre d'assaut le port de la ville où un navire de la marine était stationné. Sans navire depuis ses débuts, Shoma ne pouvait se permettre de faire monter tous ses hommes sur une simple barque voilà pourquoi il envoya certain en reconnaissance avant d'en faire monter quelques-uns grâce à la chaine de l'ancre. Une fois infiltrée, les hommes montés abord réussirent à tuer quelques marins avant de faire baisser la rampe qui permit à l'ensemble de l'équipage de prendre possession de l'établissement. Pris par surprise l'équipage du navire marin ne réussirent pas à défendre leur navire face à la vague de violence perpétrer par l'équipage de Shoma. Moins de cinq minutes plus tard tous les soldats se retrouvèrent à l'eau.

      Avec seulement trois morts de son côté, Shoma pouvait s'estimer chanceux. Utilisant les uniformes de ses victimes, Shoma demanda à ses hommes de changer de vêtement afin de mieux infiltrer la base. Attaquer la base de la marine avec seulement une trentaine d'homme était une opération risquée, la muraille qui la protégeait était bien trop haute et robuste afin d'être franchi, voilà pourquoi la meilleure méthode était l'infiltration et quoi de mieux pour cela qu'être un marin ? Jamais une base de la marine n'ouvrirait le feu à l'encontre d'un navire allié. En plaçant un cheval de Troie à l'intérieur de la base, les chances de réussite du plan du capitaine était grande, pour ne pas dire que son plan n'avait aucune faille, si ce n'est qu'une fois à l'intérieur Shoma et ses hommes comprirent qu'ils allaient avoir besoin de bien plus que de la chance pour réussir, car si Shoma était fier d'avoir 27 hommes avec lui, la marine en comptait le double, même le triple.

      Voyant ses hommes prendre leur couille, Shoma leur expliqua le reste de son plan avant qu'ils ne descendent à terre. L'équipage allait devoir se diviser en trois groupes. Le premier groupe allait devoir infiltrer les trois autres navires situé près du leur afin de les saboter de l'intérieur. Chaque navire possède sa réserve de poudre et leur but allait être de jeter de l'eau dans cette poudre afin de réduire leur capacité d'attaque. Un navire sans puissance de feu ne sert strictement à rien. S'ils y arrivaient, alors ils pourraient facilement fuir quand le moment sera venu. Le second groupe quant à lui, groupe composé d'une quinzaine de personne et commandé par celui qui n'aimait visiblement pas les humains, allait devoir se charger de prendre d'assaut la base. Ils n'avaient pas de plan précis, ils devaient juste attaqué et tuer tout ce qui bougeait. Le troisième groupe commandé par cheveux rouge allait devoir rester sur le navire afin d'attaquer la base depuis le navire. Le plan du Shoma n'était pas parfait, loin de là, mais s'il était bien réalisé avait une chance de réussite.



      • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma




      Pourquoi, mais bon sang pourquoi étais-je aussi impulsive ? Me maudire n'avançait à rien, mais cela me permettais d'éviter de massacrer le trop peu d'homme qui m'accompagnait sur ce maudit bateau. Après la soiré mouvementé dans la taverne, le capitaine semblait m'avoir prise en grippe avec l'idiot de blond qui s'était incrusté dans ma baston. Il m'avait chargé de commander un des trois groupes d'hommes pour infiltrer la base. Sauf que, comble de malchance, je devais rester sur le bateau, et attendre les ordres. Il avait dut me prendre pour une de ces cinglés de kamikaze, pas capable d'aligner deux idées cohérentes sans frapper tout ce qui bougeait, et pour la forme bien entendu. Super. Mon joli plan tombait à l'eau. Et ma richesse aussi. Je mordais rageusement mon collier qui crissait entre mes dents. Ça n'allait pas du tout, ce type était bien plus futé qu'elle le pensait. Il avait du flairer l'entourloupe, et m'avait volontairement coincée hors de la base et des bataille pour que je ne puisse pas m'éclipser. Et en plus, bonjour la bande de couilles molles qu'il m'avait laissé ! Des femmelettes, et je pèse mes mots. Tous à gigoter comme de petits chiots, ou à pleurnicher sur le sort en attendant l'attaque. Ça n'allait pas être de la tarte, d'autant plus que pour attaquer une base, déjà il fallait être sacrément balèze...et également organisé, et doué au niveau du tir au canon. Je priais qu'au moins l'un d'eux le soit. Le blond et le capitaine devait biens s'amuser sur les autres bateaux, à tuer tout ce qui bouge et à saboter les bateaux de la Marine à coup d'épée. Je sortis une cigarette et mon briquet de ma veste et alluma négligemment le tabac, laissant s'échapper un nuage grisâtre qui fut emporté par le puissant vent marin. Du vent en plus, gé-nial, encore mieux pour tirer ! J'étais maudite, il n'y avait pas d'autre mot ! Les Dieux devaient me haïr, c'était obligé. Mais qu'avais-je donc fait encore ? Trompé une dizaine d'hommes et un capitaine plutôt bien primé, je devais faire ça tous les jours, c'était un parcourt de santé ? Où est-ce que cela clochait ? J'avais fait un erreur de calcul ? Depuis quelques temps, je me fiais plus à mon instinct qu'à ma tête, qui se révélait parfois bien plus exacte que des heures d'activité cérébrale. Les hommes commençaient à sérieusement s'agiter, et cela n’annonçait rien de bon. Pour ma part, plus je réfléchissais à ce plan, plus il me semblait foireux. Mantle ne semblait pas être le genre de type qui fonçait à l'aveuglette dans une voix sans issues. Il devait parfaitement être au courant du danger que représentait son plan complètement barré, et dans ce cas, il avait les mêmes objectifs que moi. Se servir de cette bande d'imbéciles pour accéder à son objectif, et s'enfuir avec sans demander son reste. Il fallait que je sois prudente, il me réservait certainement le même sort qu'au reste de son pseudo équipage, et cela devait même être la raison pour laquelle il nous avait placé, le blond et moi, en tête des deux autres groupes. On était plus dangereux. Il devait donc mettre toutes les chances de notre côté pour nous éliminer avec le reste de la bande. Je me demandais sérieusement si l'autre mec pensait comme moi. Aux premiers abords, il semblait bien plus réfléchit que les autres pirates, et apparemment n'aimait pas spécialement les humains. Sans doute ma race décadente l'horrifiait... Dans ce cas là, il n'hésiterait pas à me laisser crever, et également à abandonner ses hommes pour réaliser ses propres objectifs. Je sifflais de désapprobation. Dans tous les cas, cela me retomberait sur la tronche. Assise sur la balustrade, j'observais les Marines se faire égorger sur les autres bateaux, et les barils de poudre flotter mollement à la surface de l'eau verdâtre du port. Si, il me restait une solution. Si il s'avérait que mes déductions sont exactes, la seule chose qu'il me resterait à faire serait de m'allier avec ce Shoma...Et récupérer une partie du butin. Mais pour cela, il fallait que je fasse mes preuves, et ce n'était pas en dérobant son butin que je me ferais apprécier.

      Je sursautais. Le signal. Ils avaient terminé leur travail, tous les bateaux étaient hors service. Je bondis de mon perchoir et donnait quelques ordres aux hommes à ma charge. Heureusement, certains avaient été canonniers, et n’eurent pas de mal à prendre en main les commandes du navire. Je n'étais absolument pas à mon aise pour les combats à distance, il me fallait du contact. C'est ce que je vins chercher, à la source. Ignorant les ordres que m'avait donne Shoma, je plongeais à la mer sous les regards éberlués des autres pirates. Une des choses que je ne sacrifierais jamais était bien ma capacité à nager. Ces porteurs de fruit du démon étaient de vrai lavettes en mer, franchement, sacrifier ces sensations pour quelques pouvoirs de pacotille était crétin. Quelle idée de partir sur les océans sans même pouvoir faire trempette dans un mètre d'eau sans couler comme une enclume ! Je secouais la tête et nageais rapidement vers la berge, faisant sourde oreille aux cris désespérés de mes matelots qui ne savaient plus quoi faire sans mes piètres connaissances. Enfin hissée sur le quai, trempée et la fourrure de ma vest me collant dans le cou, j'hurlais à l'un des canonnier de me remplacer, qui m'obéit non sans m'avoir décrocher une sale grimace, et filais vers la base Marine en veillant tout de même à ne pas me faire trop remarquer. L'une de mes qualité principale était la discrétion. Sauf quand j'étais soûle, ou qu'on touchait à ma veste...Avec un peu de chance, j'arriverai même à me faire bien voire auprès du capitaine.
        Re…Vo…Lu…Tion ? Ces mots semblaient bien étrange à l’ange et pourtant lui semblaient si familier a la fois. Il aurait jurer pouvoir en comprendre le sens toutefois il lui restait sur le bout de la langue, a jamais indéchiffrable. De plus, le fait que les pirates le marmonnent sans arrêt dans un accent tout aussi indéchiffrable ne l’aidait pas. Ignis soupira, c’était dur d’apprendre un nouveau langage, sans parler du fait que ce soit horriblement handicapant dans la vie de tous les jours. D’ailleurs, ce n’avait pas été la seul chose que Ignis avait plutôt mal compris, les instructions données par le capitaine c’étaient elle aussi avérer être assez complexe. Le capitaine, trop concentrer a utilisez des mots savants sur le tas d’ignare qui l’entouraient, avait oubliés la principale fonction du discours : l’explication du plan. Cependant, l’ange avait retenus quelques bribes de la conversation : il devait diriger un des trois commando, celui qui allait mener l’assaut contre la base ; celui qui menait au plus grand risque. De ce qu’il en avait compris, le capitaine c’était designer pour une tache nécessitant de la discrétion et avait relégué la rouquine au fond ; quelqu’un qu’il aurait préférer retrouver a ses cotés. Apres tout, sans le capitaine et l’autre personne d’intérêt ; le reste de cette bande d’homme était tout a fait banal et dans aucun cas apte à prendre une base de cette ampleur.

        Pour couronner le tout, Ignis ne bénéficiait même pas de la totalité des effectifs ; se retrouvant avec une maigre moitié des hommes présent, équivalent à environ 15 personnes…Pour en attaquer environ 6 fois plus… Nul besoin de dire que la partie s’annonçait mal. Dans tout les cas, l’ange refusait de croire a l’échec certain car, même si elle restait petite, la chance de réussir ce trouvait la et c’était a lui de la saisir. C’était d’ailleurs précisément ce qu’il avait décider de faire, et non par la force brute, mais par la ruse qui semblait si chère au capitaine. Une fois de plus, l’ange se retourna pour faire face à sa troupe, l’air sévère pour inspirer l’autorité


        Je le répète, on descend de se navire comme si l’on était des marines et personne ne brise la formation avant mon signal. Quand j’en ai finis du premier supérieur, la on attaque…

        L’ange observa tour a tour ces coéquipiers, tous l’air perdus dans ses propos qui n’avait peut être pas été clair ; après tout : il n’avait pas eu beaucoup de chance d’exercer sa langue des Blues. Cette fois, il soupira d’exaspération. Il était temps de commencer ; leur navire approchait du quai de la base et il n’avait toujours aucune arme pour combattre. Il n’avait même pas réussis a retrouver ne serait-ce que la plut petite épée dans les dizaines de marines qu’ils avaient détroussés dans la prise du navire. Partis comme ça, le plan commençait mal. Mais il s’apprêtait à empirer d’autant plus. Pour ça, il ne fallut qu’une seule chose ; entendre le mot « trahir » et « superieur » dans la même phrase ; le tout en chuchotement derrière son dos. L’ange se raidit ; ils avaient baissés l’ancre et le voilà maintenant en plein milieu d’un beau pétrin. Cependant, l’ange ne laissa rien transparaitre ; il n’en avait pas le temps : il devait trouver une solution et tout de suite !

        La solution lui vint en observant son entourage : les murailles étaient certes bien gardées, la place centrale restait presque vide et aucune vigie ne se trouvait a l’intérieur même du camps ; tout les marines étaient occupés a regarder a l’extérieur. Bref, ils étaient à leur poste. Quant au traitres, ils ne semblaient pas vouloir mettre en marche leur plan, enfin, pour l’instant. L’ange n’eut d’autre idée que rentrer dans la base, à l’abri des regards, mais surtout a proximité du premier petit gradé de la marine sur lequel il avait posé ses yeux. Ainsi, avec un grand sourire, l’ange vint a la rencontre de l’homme a la tête de 5 marine, ce présentant comme un homme nouvellement mutés ici par une procédure administrative imaginaire. La main tendue qui se présenta a lui le fit sourire car il aperçut exactement ce qu’il cherchait ; un sabre. Faisant mine d’attraper la chaleureuse poignée de main, la main de l’ange glissa le long du bras de l’homme, agrippant la poignée du sabre, et le retira de son fourreau. Le marine, perplexe ne broncha même pas quant la lame vint s’enfoncer sa la gorge, n ‘émettant qu’un gargouillis de surprise pour confirmer sa mort. Les autres marines se précipitèrent a l’assaut, oubliant la petite troupe d’homme qu’Ignis avait a sa disposition, qui fit son travail et submergea le restant des marines ; laissant le couloir couvert de sang et jonchée de cadavres frais.

        Finalement, l’ange se retourna contre un des hommes qu’il avait entendus parler de trahison et coupa net l’air devant ce dernier pour non seulement capter son attention, mais aussi pour asperger sa joue du sang de sa victime. Le regard accusateur soutint par Ignis disait tout ; c’était une mise en garde. Toutefois, a peine c’était-il retourner qu’il entendit le bruit des chaussures d’un homme derrière lui qui se lançait à sa poursuite. Concentré à observer la lame acquis, l’ange patienta jusqu'à la fin du bruit de course de l’homme pour se retourner ; tombant nez a nez avec non seulement un traitre, mais aussi un futur mort. Plus petit que le pirate, Ignis se baissa et, gardant la lame près de son corps, enfonça son épaule dans le ventre de l’adversaire. Puis, sortant son épée tel un dard, Ignis se releva en enfonçant l’intégralité du sabre dans le ventre mou du traitre. Le choc fit brutale mais de courte durée, une fois le sabre retiré, le pirate relâcha un dernier soupir avant de tomber mollement au sol ; glissant le long de la lame maintenant entièrement couverte de sang.


        Quelqu’un d’autre veut la « révolution »…Non ? Eh bien on va taper du marine maintenant !
          Maintenant que le navire s'était infiltré dans le port de la base privée de la marine, Shoma laissa ses hommes entrer en action, tandis que dans son coin, il allait faire ses petites affaires. Bien sûr durant l'explication de son plan, Shoma n'avait pas mentionné la tâche qu'il allait accomplir clairement, normale, s'il l'avait dit, alors personne ne l'aurait suivit, pire encore ils l'auraient tous abandonné, pour ne pas dire qu'ils se seraient retournés contre lui et auraient essayé de le tuer comme la crapule qu'il était. Plutôt que d'avouer qu'il allait se servir de leur mort afin de s'infiltrer et voler le butin sous le nez de ses hommes et de la marine, Shoma se contenta de faire de grandes phrases complexes et en employant des termes que très peu pouvaient comprendre et fini par conclure que sa partie était la plus délicate, car l'erreur n'était pas permise, mais qu'avec leur aide dans les points stratégiques qui leur avait donner, tout le monde serait gagnant.

          Menteur parmi les menteurs, Shoma réussi à gagner la confiance de ses hommes qui agirent comme il leur avait demandé. La bande d'idiot ne comprenait pas qu'ils n'étaient qu'une bande de pion dans les mains maléfiques d'un pirate qui ne pensait qu'à lui. Dommage pour eux, leur vie allait bientôt s'éteindre et même plus rapidement que prévu. Au début de l'opération, la marine qui ne s'attendait pas à une telle attaque ne pu que tomber sous les coups des pirates, mais voilà il ne fallait pas sous-estimer les hommes en blanc. L'effet de surprise fut une étape importante dans le plan des pirates, mais voilà après avoir pris le temps de tourner le problème sous plusieurs angles, les officiers qui se trouvaient en charge de la base mirent en place un plan visant à stopper cette attaque ennemi. Moins de cinq minutes après avoir été attaqué, la marine mit en place une procédure de contre-attaque qui se révéla plutôt efficace.

          Voyant qu'il leur était impossible de différencier les marins qui faisaient partie de leur base des imposteurs qui profitaient de la confusion pour gagner de plus en plus de position importante à l'intérieur du bastion de la justice, l'isolement de plusieurs bâtiments fut appliqué, ainsi sans se soucier de leurs hommes qui faisaient face aux pirates, la marine enferma le groupe qui évoluait au sol dans l'un des bâtiments et ne laissa ouverte qu'une porte afin de pouvoir les contourner et prendre à revers tout le groupe. Ce plan n'était pas parfait et il y aurait des victimes appartenant au camp de la justice, mais c'était le prix à payer pour ne pas perdre une base qui se voulait une figure de proue de la marine sur les blues. Pour le bien de la justice, tous les moyens étaient bons, tant que cela apportait une victoire cuisante sur les infâmes pirates qui avaient pris d'assaut leur base.

          Pendant que ses hommes n'allaient pas tarder à gouter à la poudre à canon, Shoma lui dans son coin commençait son enquête ne se souciant pas un instant des hommes qui se battaient plus loin. Farfouillant un peu partout dans le but de trouver ce qu'il était venu chercher, le capitaine des spectres savait qu'il ne pouvait pas se permettre de prendre son temps, bien au contraire, il allait devoir accélérer s'il voulait avoir une chance de quitter les lieux avant que son plan ne tombe à l'eau. Alors qu'il quittait une pièce qui semblait être le vestiaire des hommes, Shoma tomba nez-à-nez avec un groupe de trois soldats qui se dirigeait vers le bâtiment qui était devenu l'une des cibles prioritaires des marins.

          Ne pouvant se permettre de laisser des témoins en vie, Shoma engagea aussi le combat. Avec une charge plutôt rudimentaire, il jeta le premier homme contre le mur d'en face, avec sa main il bloqua la main de l'un de ses adversaires qui tenta de sortir son arme de son fourreau avant de lui donner un coup de tête. Le troisième décida de crier, mais se stoppa quand le poing du pirate le frappa au plexus. Malgré qu'il ait vite réagi, les trois hommes n'étaient pas complètement hors d'état de nuire, ainsi après avoir bloqué la parole du troisième hommes, les deux autres se levèrent plus déterminé que jamais, mais cette fois Shoma ne ferait pas la même erreur et se chargea de les éliminés pour de bon.

          Après son triple meurtre, Shoma laissa une grosse empreinte de sang ainsi que trois cadavres sur le sol. Mission oblige, il ne pouvait nettoyer la scène du crime. Sentant le poids de la défaite sur ses épaules, le capitaine des spectres accéléra le pas et ouvrit les portes les unes après les autres dans le but de trouver la pièce qui contenant le trésor de guerre de la marine, mais après avoir ratissé un étage entier, Shoma se rendit compte qu'il allait devoir s'enfoncer encore plus profondément dans la base afin d'atteindre son but. Ce n'était pas ce à quoi il s'attendait, mais c'était peut-être la conséquence de son plan créé dans la hâte.

          Ce que Shoma ne savait pas était que tandis qu'il cherchait telle une fouine dans la base les Den Den Mushi de surveillance l'avaient remarqué et qu'en coulisse l'un des dirigeants de la base l'avait désigné comme principale responsable de ce qui arrivait en ce moment et dépêcha une vingtaine d'homme dans sa direction afin de le capturer vivant de préférence, mais mort si jamais il ne se rendait pas. Après ces quelques consignes, l'homme qui avait envoyé ses hommes se rendit dans son bureau, attrapa son arme favoris, mis un cigare à sa bouche avant de quitter la pièce et se mettre en route afin d'ouvrir une autre porte pour cette fouine qui ne savait pas ce qui l'attendait.
          • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma


          Encore quelques soldats à égorger et je touchais au but. Depuis que j'avais pénétré dans la base navale, plusieurs alertes s'étaient déclenchées et certains bâtiments avaient été condamnés, ce qui rendait pas tâche légèrement difficile. Je n'avais croisé aucun de nos hommes dans les couloirs, ils avaient donc dût se déguiser en marine. Donc, j'avais aussi dût en tuer deux ou trois par inadvertance...mince, c'était pour ça que certain m'étaient familier. Ok, réfléchir avant d'agir. Je réfléchissais nerveusement, griffes au poing. Si ça tournait mal, je ne saurais certainement pas à qui m'accrocher, sans compter que je portais moi aussi l'uniforme de la Marine, ce qui diminuait mes chances de survies de 50%. ça craint. Pendant mon intense réflexion, quelques marines se prirent un léger 360° au niveau de la tête, ou carrément n'en avait plus. Simple, efficace, moi.
          Au détour d'un couloir, je freina précipitamment et pénétra dans une espèce de bureau tapissé de cartes. Je les scrutais quelques secondes avant d’apercevoir celle qui m'intéressait, arracha le plan de la base du mur et m'élança de nouveau dans le couloir jonché de cadavres. Ça commençait à puer sérieusement, il fallait que je me dépêche si je ne voulais pas me faire doubler.

          Au bout d'un certain nombre de têtes coupées, les marines pas si crétins que ça finirent par se rendre compte que je n'étais pas des leurs, et m'encerclèrent totalement. C'est arme au poing qu'un premier se jeta sur moi en hurlant comme un damné. J'esquivais agilement le gros bourrin et, avant qu'il ne touche le sol, lui envoya mon genoux dans les côtes. Je n'avais pas perdu la main. Son ventre produisit un crac sonore, et c'est satisfaite que je le poussais du pied sur les dalles et passa au suivant. Un autre marine beaucoup plus fin s'avança avec un sourire goguenard. Je le lui fis ravaler d'une griffe plantée dans la trachée. Il vomit une gerbe de sang écarlate avant de s'écrouler mollement à mes pieds. Je retirais distraitement mon arme du cadavre avant de trancher les autres soldats, furieux de se faire ridiculiser de la sorte par une gamine qui devait n'avoir qu'une vingtaine d'année.
          Après avoir achevé mon dernier adversaire, je décidais qu'assez de sang avait coulé de mon côté pour le moment. Je n'allais quand même pas mâcher le travail de mes collègues pirates, et filais discrètement vers un escalier désert en essuyant mes lames sur mon pantalon. Penser à en trouver un autre. Tout en éliminant les quelques marines qui traînaient su les marches, j'observais la situation à chaque étage. Ignis faisait un véritable massacre, mais avait tout de même du mal avec ses propres hommes au bord de la mutinerie. Il venait d'en éventrer un devant ses troupes qui n'en menaient pas large.

          -Quelqu’un d’autre veut la « révolution »…Non ?

          Cette phrase me fit doucement rire. Tout le monde se trahissait mutuellement. C'était foutrement comique, et j'étouffais un gloussement, qui fit tout de même tourner la tête du grand blond. Je haussais les épaules et fila rapidement dans les escaliers et continua mon ascension. Il n'était pas à prend à la légère, et autant le laisser se débrouiller avec ses hommes, ça me ferait gagner un temps précieux. Je débouchais enfin à l'étage qui m'intéressait, celui qui communiquait avec la chambre forte, et également le moins surveillé en temps de crise comme celle ci. Je m'élança dans le couloir sombre tout en esquivant d'un bond les corps ensanglantés qui en jonchaient les dalles grises. Quelqu'un m'avait précédée, et je ne pus m'empêcher de rager intérieurement. Ce moment de distraction me coûta cher. Je fini par tomber nez à nez avec un garde bien plus costaud que moi, et me retrouva vite plaquée contre le mur, une longue lame sous la gorge. Un léger filet de sang chaud coula lentement dans le col de ma chemise. Et merde. Je mordis furieusement le bras de l'officier qui laissa échapper un juron et lâcha son arme, tenant son bras ensanglanté. Je crachais avec dégoût le morceau de chaire que je lui avais volé. Son sang était ignoble, pollué par le tabac et l'enfermement. Même pas bon à manger. Je soupirais et me redressa, attrapa en même temps son arme et la lui planta dans le crâne. Une bonne chose de faite. C'est à ce moment que j’aperçus Shoma. Tellement prévisible. Il finissait d'achever deux marines lorsqu'il tourna brusquement la tête dans ma direction. Je lâchais ma proie levais nonchalamment les bras en l'air, signe que j'étais avec lui, et il baissa son arme en secouant la tête, agacé. Ah, j'avais sans doutes contrarié ses plans ? Tant mieux, il avait fait de même pour les miens. Il s'avança dangereusement vers moi. Pas de témoins hein ? Ok, on va la jouer fine. Shoma n'était pas le genre de personne à évaluer trop vite, il était aussi imprévisible qu'un homme soûl.

          -Yo Capitaine...Dis-moi, tu comptes aller où sans un joli petit plan pour te diriger ? Heureusement que tes subordonnés sont là !

          Je lui lança le sourire le plus niais et innocent possible, qui dût certainement me donner l'air encore plus stupide. Ou alors j'avais une tête de psychopathe, au choix.

          -Tu comptais pas nous fausser compagnie j'espère !
            Une fois le "calme" restaurer et les cadavres détroussés, la bande dirigée par l'ange s'apprêta a s'enfoncer dans le territoire des marines. Toutefois, avant de s'éclipser, l'ange marmonna des reproches en vérifiant ses alentours. Une voix posée, mais cynique, lui répondit tout aussitôt *Trop violent ? Estime toi heureux que tu est encore en vie surtout; quoi que, vue comment c'est partis; ça ne risque pas de durée longtemps*. L'ange roula les yeux en observant ses alentours. Il savait très bien que Blade avait eu raison en tuant le traitre; mais il aurait tout de même préférer trouver une autre solution. C'était principalement ça qui les différenciaient. Lui, sa nature pacifiste et réfléchis, et Blade: son aptitude au combats et sa tendance a éradiquer les problèmes. Néanmoins, malgré leur personnalités conflictuelles, jamais on ne vit deux personnalités schizophrène s'entendre ou travailler si bien ensemble. Cependant, le combat accomplis, Blade se replia dans l'esprit d'Ignis, partant au "repos" en attendant le prochain affrontement. Libérer de son double, l'ange peut finalement se concentrer entièrement sur ce qu'il faisait, observant des escaliers non loin d'ou venait surgir la rouquine. Malgré le fait que sa présence soit soulageante, une partie de l'ange c'était mis a paniquer: si la rousse était ici, il n'y avait personnes aptes a accomplir la mission de canonnier dans les bateaux récupérez plus tôt. Loin d'être une catastrophe, c'était tout de même un inconvénient non négligeable et qui allait perturber les plans initiaux de manière irréversible. Sortir de la base n'était plus garantis a présent, a moins que dans le tas d'idiot qui restaient la bas, l'un d'entre eux soit frapper d'une soudaine intelligence suffisante afin de mener l'opération jusqu'au bout. Or, de ce cote la, Ignis avait peut d'espoir.

            De plus, la rousse, a la vue de l'ange, c'était mis a rire avant de s'échapper par les escaliers. Elle aussi avait perdus des neurones ? Il se mordit la lèvre et se retourna. Décidément, il allait devoir accomplir le boulot lui même! Ainsi, il repartit a la suite de sa troupe qui avait déjà repérer et liquider une autre bande de marine en patrouille et se, sans souffrir la mort d'un pirate: un réel exploit compte tenus de leur capacités. Plusieurs couloirs, dispute entre le butin des dépouille et groupe de marine tués plus tard; la troupe de l'ange ne comptait plus que dix hommes, 9 en omettant un pirate fraichement boiteux et dont la vitesse compromettait le groupe. Toutefois, il ne fut pas un problème longtemps, étant le premier mort a déplorer dans une embuscade tenus par les marines; ayant réalisés qu'un groupe de pirates c'était infiltrés dans leur base. Le piège, efficace sans l'ombre d'un doute, réduisit de moitié l'effectif contrôlée par Ignis en seulement quelques secondes; cependant le camp de la justice en souffrit tout autant; tailladez par l'ange devenus subitement combattif, subitement devenus Blade... L'alter ego de l'ange fit son travail a merveille, après tout, lorsque l'on a si peu de travail autant le faire correctement. Le premier marine a subir sa charge eut la plaisante surprise d'observer la lame de très près, trop près même: la recevant entre les deux yeux. Néanmoins l'ange, posséder, se devait d'être rapide et lâcha prise aussitôt du sabre, se jetant en arrière en bousculant un marine pour éviter le coup de masse d'un de ses compatriotes: visiblement en colère d'avoir perdus son ami. Le double balança son bras droit en arrière et récupéra le manche d'une épée provenant d'un marine, celui sur lequel il était tombé, souriant en se demandant pourquoi les marines portait toujours leur arme blanche sur la gauche. Il dégaina la lame succinctement et sans même accorder un regard a l'homme sur lequel il avait trouver l'arme; trancha ce qui devait être sa gorge. Le deuxième marine mort, Blade bondit sur le troisième qui pleurait encore son compagnons d'arme. Ce dernier, plus costaud ne rendit pas âme directement lorsque l'ange planta son sabre entre ses omoplates, au lieu de cela le marin se retourna brusquement; envoyant un coup de main brutal au visage de l'ailée qui bascula en arrière. Secoué par la force brut du coup, il évita d'un cheveux la masse de l'homme corpulent, se glissant entre ses jambes et récupérant le manche de l'épée toujours fermement encastrée dans la chair de son attaquant.

            Un bon coup sec dégagea la lame qui fendit le bras du marin depuis l'omoplate jusqu'à l'épaule; le rendant bien plus vulnérable au avaries telles que: la mort par perte de sang. Les deux marines restant prirent leur jambes a leur cou, mais seul un s'échappa; l'autre se prenant l'épée de l'ange en plein coeur, qui l'avait lancé comme un harpon. Un répit s'installant, Ignis, de retour a la place de Blade, fit le tour de la situation. D'un cote ils avaient tués 14 marine supplémentaires, de l'autre: ils n'étaient plus que 3 de la troupe original qu'il avait dirigé. Cependant, avec le nombre d'homme qui lui avait été fournis, l'ange avait réussis a en tué plus du double en terme de marine ce qui aurait été plutôt bien s'il n'en restait pas encore une trentaine dans la base... Le blond souffla, agacé, il n'avait plus qu'a espérer que les autres avaient réussis a tabasser du marine en chemin; sinon le plan risquait de tourner au vinaigre. Dans tout les cas, un nouveau plan d'attaque se clarifiait pour l'ange: il devait retrouver le capitaine et la rousse. C'est pourquoi il partit a tout allure, suivis de ses deux compagnons restant, au delà de l'embuscade marine; récupérant les deux épées au passages. Toutefois, au delà de l'embuscade il ne trouva qu'un simple escalier menant vers les étages supérieur qu'il escalada a tout allure, ne se doutant pas qu'il fonçait droit dans la direction de ses camarades, mais aussi dans un autre piège tendus par la marine.
              Alors que tout se passait pour le mieux pur Shoma, du moins tout sauf sa recherche de son butin, Sokoa, enfin la personne aux cheveux rouges qui s'étaient démarqués dans la taverne la nuit dernière en causant un combat contre l'un de ses camarades se retrouva à côté de lui. En la voyant dans le même couloir que lui, Shoma se demanda ce qu'elle pouvait bien faire ici, car même si elle faisait partie des personnes à sacrifier, il lui avait donné un lieu précis à défendre où du moins un lieu précis où elle devait mourir. Mourir sur le navire, voilà qui était honorable pour un pirate, quoi que un pirate vêtu en marin n'avait rien d'honorable, mais bon, la fin justifie les moyens. En présence de la rousse, Shoma approcha avant de la prendre par le col. D'ordinaire, Shoma n'aurait pas dit non à ce que l'on contredit ses ordres, mais c'était seulement quand il s'agissait de ses nakamas, les vrais, pas les faux.

              Alors qu'il expliquait à la jeune femme qu'il n'en avait vraiment rien à faire de sa carte et que ce n'était pas avec un plan de la base que l'on arrivait à trouver ce qu'il cherchait une explosion se fit entendre. L'explosion qui secoua la base entière provenait de la direction où se trouvait la baie dans laquelle le navire volé des pirates se trouvait. Relâchant la jeune femme pour essayer de voir ce qui se passait, Shoma quitta le couloir pour se rendre dans une pièce qui avait une vue sur le port. Du feu, du bois qui prend l'eau, des hommes qui se font tirer dessus par des hommes de la marine, un spectacle effroyable qui se passait à l'extérieur de la base. En réagissant de cette manière, la marine venait de priver les pirates de tous moyens de retraite et avec la muraille qui protégeait la base les pirates n'avaient plus aucun moyen de fuir et qui était responsable de cet échec ?

              Comprenant qu'il n'avait plus de moyen de fuir, Shoma comprenait que la mission tournait au fiasco et qu'il était temps pour lui de mettre les voiles butin où non. La marine avait été prit de court au début et s'était retrouvé au pied du mur, mais avec de bons officiers à la tête de cette base, la balance s'était inversé laissant apparaitre les nombreux défauts du plan des pirates. Plutôt que de penser au châtiment adéquat qu'il était en droit de faire subir à la rouquine, Shoma se mit à penser à une manière simple, rapide et discrète de quitter cette base avant que les forces de la marine ne se dirigent vers sa position. Tic, tac, tic,tac, le temps passait et alors qu'aucun plan ne semblait lui venir, un autre petit groupe d'indésirable se retrouvèrent avec Shoma et Sokoa. 4 pirates, 4 indésirables, 4 pions à sacrifier.


              " La mission est annulée, je me barre."

              "Quoi et notre l'argent que vous nous avez promis ?"

              "Oé et notre argent, je ne me suis pas battu pour rien."

              Trop d'entre nous sont morts par ta faute Shoma."

              "Je ne pensais pas que ce moment arriverais. "


              Plutôt que devoir combattre, ce qui lui ferait perdre un temps précieux, Shoma préféra agir avec malice et désigna la rousse du doigt. En voyant leur capitaine pointer la jeune femme du doigt, les deux protestataires ne comprirent pas tout de suite ce qu'il voulait dire, alors joignant la parole au geste, Shoma leur expliqua que c'était elle qui devait défendre le navire et que ce n'était que si le navire était encore en état de prendre la mer qu'ils pourraient ensuite prendre le butin et partir, mais maintenant qu'il n'y avait plus de navire pour partir sur la mer, comment allaient-ils faire pour voler le butin ? Ils n'allaient pas risquer de se frotter à la marine par voie terrestre les mains pleines d'argent, d'or, alors que leur opposant avaient des armes. Autant se rendre tout de suite et attendre la mort au fond d'une prison.

              Trop idiot pour comprendre que Shoma les mènent par le bout du nez, les deux hommes regardèrent la jeune femme avec l'envie de la tuer. Ce qui était bien avec ce genre de personnage, est qu'ils sont très facilement influençables. Un petit mensonge et les voilà sage comme de braves petits chiens. Vraiment des hommes comme celui-ci dans l'équipage de Shoma ? Jamais au grand jamais. Shoma en grand protecteur qu'il est s'interposa entre les deux pirates et la rousse prétextant qu'il était préférable de la laisser en vie afin d'augmenter leur chance de pouvoir quitter cette base en vie. Réticent à l'idée de ne pas toucher la jeune femme, les deux idiots acceptèrent de travailler main dans la main avec elle quand un nombre incalculable de soldat firent leur apparition dans toutes les directions, prenant les pirates en tenaille.


              " Les principes de la marine serait de vous capturer vivant, mais pour tout ce qui vous avez fait aujourd'hui, la mort est la seule punition qui pourrait apaiser la colère de mes hommes. "
              • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma

              Maintenant c'était de ma faute. En plus de vouloir tous nous sacrifier, il me faisait porter le chapeau...Bon, c'est vrai, quitter mon poste en plein combat n'était pas un très bonne idée, mais ce n'était certainement pas ma faute si les pirates que Shoma avait recruté étaient de véritables brêles...et trouillardes en plus. Je scrutais les deux pirates du regard. Allez y amenez vous, je vous attend. Les mains dans les poches, je sentais mes lames glacées se clipper silencieusement dans mes gants. Malheureusement, je fus encore interrompue, mais cette fois ci par des soldats armés jusqu'aux orteils. La crème de la marine, une bande de cinglés en blanc et bleu, pas spécialement contents que l'on ait massacré leurs chers collègues. Je ne pus retenir un ricanement et sortit les lames de mes poches, me plaçant derrière les deux crétins qui n'allaient pas tarder à se rendre utiles en choisissant l'option boucliers humains. J'eus tout juste le temps de m'abriter derrière l'un d'eux lorsque les tirs fusèrent. Je sondais l'autre côté du couloir qui n'allait pas tarder à vite se remplir. Si on ne bougeait pas illico presto, on serait vite pris en sandwich par ces satanés poulets, et perso, finir en plateau repas ne m'enchantais pas plus que ça. Je saisis Shoma qui avait miraculeusement survécut par la manche et le traîna dans le couloir. Ok, il m'avait engueulé comme du poisson pourrit, essayé de se débarrasser de moi pour ensuite me traiter comme un objet « utile », mais là maintenant tout de suite j'avais autre chose à faire que de me la jouer débile rancunière. J'avais mes fesses à sauver, et avec un mec balèze avec moi, ça serait quand même plus facile. Je courrais à toute allure tout en baladant par le bras mon pseudo capitaine qui devait me maudire milles fois, et faillit percuter l'ange blond au passage. Je me retournais vivement vers lui et hurla entre deux coups de feu :


              -MOI À TA PLACE J'IRAIS PAS PAR LÀ !!


              Je continuais de courir comme si j'avais le démon aux trousses (ce qui n'était pas tout à fait faux), sans faire gaffe aux deux pirates qui me suivaient probablement. Sinon, ils étaient fous voire complètement suicidaires. J'aimais bien la baston, une bonne bagarre ne fait jamais de mal, mais une centaine de soldats d'un coup dont la moitié armés de fusils, là je dis non. Trésors ou pas, je n'avais pas encore l'intention de mourir, surtout dans une base marine. C'est en mer que je veux finir mes jours, et certainement pas à à peine vingts ans ! J'serais en mode fripée avec un verre dans la main et un cigare dans l'autre, allongée sur mon imposant butin de petite pirate, non mais ! Je continuais de courir comme une dingue dans le long couloir jusqu'à me faire coincer à quelques mètres des escaliers par une bande de marines. L'avantage quand on est plate, c'est qu'on passe n'importe où s'en s'accrocher, et cette merveilleuse fenêtre était juste à ma taille. J'abandonnais une nouvelle fois mon combat et bondis par l'ouverture, manquant de peu de me trancher la chaire sur les morceaux de verre de la fenêtre que je venais de briser. Le soleil m'aveugla et je trébucha sur le mur de pierre. Je tombais en chute libre pendant quelques secondes, le temps de repérer une poutre à quelques centimètre de moi et de m'y accrocher de toutes mes forces. Pendue dans le vide, je me retins de faire des traction juste pour narguer les marines qui fulminaient au dessus de moi. Quelques balles me manquèrent et explosèrent sur la poutre qui commença à s’effriter, m'alertant du danger imminent, c'est à dire m'écraser lamentablement sur les quais du port. C'est déjà moins douloureux que de se faire torturer pendant plusieurs jours ligotée à une chaise, mais mourir m'embêtais tout de même. Je me balançai doucement dans le vide et accrocha une de mes jambe sur la poutre, me libérant une main au passage qui fourragea dans mes poches à la recherche d'une corde qui me fit soudainement cruellement défaut. Mauvais plan, pas de corde, pas de descente toute gentille comme un ascenseur... Je décidai d'y aller à l'arrache. Quitte à m'écraser contre la parois du mur, je bondis de mon piédestal et planta mes griffes dans la pierre grise. Les lames firent un sale bruit, signifiant que je devrais vite en changer. Et merde... manquait plus que ça. Je n'aurais le droit qu'à très peu d'appuis, voire pas du tout avant que l'une d'elles se brise. Je tentai le tout pour le tout, et retira brusquement les griffes qui crissèrent horriblement avant de me laisser tomber dans le vide. Arrivée à une vingtaine de mètres du sol, je lançai à nouveau mes bras contre la paroi. Les lames crissèrent à nouveau et se plantèrent difficilement. Ma chute continua sa course sur quelques mètres et se stoppa. Encore dix et c'était bouclé. Pourtant, mon instinct me souffla de rester où j'étais. En effet, un joli troupeau de marines m'attendaient biens sagement en dessous de moi. à peine aurai-je atteint le sol qu'il me transperceraient ou me capturerais. Mais quelque chose me chagrinait... J'étais assez immobile pour qu'ils puissent aisément me descendre en plein vol, alors pourquoi ne le faisaient-ils pas ?
                *Finalement la rousse!* C'était précisément ce qui était passé par la tête de notre ange, enfin, avant que cette dernière décide de lui briser les tympans. Toutefois, l'ange n'eut pas a se poser longtemps le *pourquoi*. Alors qu'il venait de passer son capitaine et la rousse qui courait en sens inverse a tout allure; Ignis et les deux survivants de son petit groupe tombèrent nez a nez avec un groupe d'une dizaine de marine. L'ange, alerter par les cris de Sokoa avait réagis rapidement a la vue de l'uniforme bleu et blanc, bien plus vite que ses deux compagnons qui s'écrasèrent contre le tas de marin; sacrifiant leur vie de manière involontaire pour sauver la sienne.

                Ah...Bah voila pourquoi...

                Sur ces sages paroles, Ignis entra en mode panique complète et tourna les talons, prenant ses jambes a son cou: si ce Mantle Shoma et la femme s'éclipsaient en courant; il y avait une bonne raison de faire de même! Apres tout, finir en brochette angélique n'était pas vraiment sa tasse de thé. De nouveau a la poursuite de ses alliés, Ignis courait sans relâche, arrivant au niveau de Shoma lorsque l'explosion retentit; l'explosion qui enfouissait tout espoir de quitter la base marine. Le bateau...Le bateau qui aurait dut être gouverner par l'autre...L'autre...L'autre femme, qui aurait dut pouvoir le protéger contre les marins, qui aurait dut leur permettre de s'échapper. Ahuris et déconcertés, Ignis regarda dans le vide, dans la direction ou il y aurait DUT avoir le navire. Il fut cependant tirer de son désespoir par le bruit des forces de la "justice" arrivant: il y avait vraiment pas beaucoup de chance de s'en sortir; mais s'il pouvait échapper au forces marines...Alors peut être...Peut être *MAIS BOUGE TON CUL*. Blade était moins dans la réflexion philosophique, plus dans l'action, c'est pourquoi il prit brièvement le contrôle du corps de l'ange afin de sauter par la fenêtre; d'une manière similaire a ce que l'avait fait la rouquine. Ignis n'eut le temps de reprendre le contrôle seulement en brisant une autre vitre de tout son poids, se coupant a de multiples reprises et tombant dans une vague bleu et blanche.

                Il fallait tout de même préciser, la vague était a une vingtaine de mètre plus bas, sur les fondations solides et au combien dur de la base. L'ailée n'y réfléchit pas deux fois et pivota dans les airs; c'était en quelque sorte son élément: tomber dans le vide. Il dégaina les deux sabres imbiber de sang et les planta directement dans le mur qui lui faisait face. Une étincelles, deux étincelles, une ribambelle; a mi-parcourt les sabres s'accrochèrent finalement au mur et commencèrent a ralentir la vitesse de décente qui avait pourtant bien accélérer. Ignis laissa derrière lui une traînée d'étincelles et de crissement horrible de sabre pendant plusieurs mètres, jusqu'à ce que les sabres se fende et brise les derniers espoirs de l'ange. Heureusement pour ce dernier, il ne restait que trois mètres de chute, dont un bon mètre fut amortis par le corps du marin qu'il venait d'écraser. Déboussolé par la chute, Ignis ne se soucia même pas d'attraper la main qui lui était tendus pour se relever et la pris. Le marin qui lui faisait face le tira sur pied avant de lui planter son genou dans le ventre et le laisser retomber dans un petit son étouffé. Cependant, il avait bien retrouver ses sens a présent, et savait pertinemment qu'il était dans ce que l'on appelait dans les blues: la merde...

                L'homme en uniforme s'apprêta a abattre a ce qui ressemblait a une hache lorsque Ignis leva les yeux et, de ce qu'il pouvait en juger, ça allait faire un peu plus que picoter. En effet, le picotement fut conséquent. L'ange, les yeux écarquillés, hurla en se prenant un coup de hache maladroit provenant du marin. Le sang fit son apparition, trempant l'épaule gauche de l'ailée, et il lâcha prise du peu qu'il restait du sabre après sa chute. Toutefois, il se releva, la rage le guidant (et peut être un peu la douleur aussi) et planta le reste de l'autre sabre qu'il tenait de sa main droite dans les entrailles du bucheron. Hors de lui, Ignis enfonça son sabre et le tordit violemment d'un coté; obtenant le souffle expirant de celui qui lui avait brutalisé si sauvagement l'épaule. Il laissa le corps tomber sur lui avant de le dégager d'un coup de son épaule, droite évidemment, et cria a l'attention des autres marines en crachant par terre:


                Allez ?! C'est qui le suivant ?

                A vrai dire, il ne c'était jamais comporter comme ça avant, mais d'un autre coté: il n'avait jamais eu aussi mal depuis son arrivé sur les Blues. Puis soudainement, il comprit immédiatement ce qui l'enrageait: Cette douleur...Ce pressentiment d'avoir le corps meurtris a tout jamais. Il se rappela exactement ou il avait ressentis de telle chose. Son regard tomba au niveau de sa taille ou se trouvait les trois cicatrices inconnus du reste du monde et pourtant si visible a leur yeux: ses sabres. Au cours de cette réalisation, un neurone, un boulon, un câble; quelque chose court-circuita dans le cerveau de l'ange. Il n'y avait plus de marine autour de lui; simplement des hommes en blanc, en blouse blanche qui voulait le disséquer, l'opérer...Le transformer. Perdu dans ses hallucinations il se précipita sur le premier a sa porte: prêt a l'étriper avec ces propres intestins.
                  Des problèmes, voilà ce que lui avait apporté cette expédition. En prenant sous son aile des personnes indignes de confiance, Shoma s'était engouffré dans une merde pas possible. Maintenant en plus de n'avoir aucun moyen de fuir, la petite bande d'indestructible se retrouvait pris entre un groupe puissant de marin qui ne voulait qu'une chose, en découdre avec eux pour tout ce qu'ils avaient fait à leur base et leurs amis. Bien qu'il était souvent fier de sa force et de ses coups jusqu'à présent, Shoma se sentait comme une souris en cage. La possibilité de fuite était mince et ses chances de victoire encore plus mince. Dans un lieu si étroit et avec autant de force ennemi, les pirates n'allaient pas avoir une très grande marge de manoeuvre afin de se sortir d'affaire, mais ce n'était pas pour autant qu'ils allaient devoir baisser les bras, bien au contraire ils allaient devoir faire preuve de malice afin de se sortir d'affaire.

                  "Bon, ben on n'a pas le choix visiblement "

                  Déterminé à en découdre avec ces marins qui lui barraient la route, Shoma avait déjà commencé à approcher ses mains de son sabre, mais à peine son index avait-il effleurer le manche de son sabre qu'il se retrouva transporter de force par la rousse qui n'avait visiblement pas pensé à la même méthode pour quitter la base. Plutôt que de combattre et mourir comme des pirates, du moins pour ceux qui allaient mourir, la jeune femme préféra rester en vie tout en ne combattant pas. L'idée était plutôt bonne, mais voilà ils ne pourraient pas fuir éternellement et au bout d'un moment l'affrontement deviendrait inévitable.

                  "On fait quoi maintenant ? "

                  Voilà qu'une fois de plus la jeune femme trouva la solution à leur problème, où plutôt la solution à son problème, car sans même se soucier de la personne qu'elle tirait de force la rouquine se jeta à travers une fenêtre. Bonne solution aurait pu dire Shoma si la jeune femme avait un quelconque don lui permettant de voler, de planer, mais visiblement non. L'échappatoire de la jeune femme n'était pas plus brillant que le plan d'attaque de Shoma, mais voilà plutôt que de mourir sous une pluie de projectile au moins ils mourraient à cause de la gravité. 10/10 Super plan c'était tout ce que pouvait dire Shoma alors qu'il goûtait à la dure loi de la gravité.

                  * J'aurais tout vu avec elle.*

                  Se retrouvant déjà dans le vide, Shoma n'avait plus d'autre choix que de se fier au plan de la jeune femme, mais cette dernière n'avait pas pensé à Shoma dans la seconde phase de son plan et quand elle tenta d'amortir sa chute, elle négligea complètement le capitaine pirate qui compris que son salut il ne l'obtiendrait que par ses propres moyens. Décidément on ne peut compter que sur soi dans ce monde. Utilisant son ombre comme moyen de retrouver la terre ferme sans encombre, Shoma le jeta au sol avant de tenter une manoeuvre d'échange avec son ombre quand le moment serait opportun, car s'il changeait de place maintenant avec son ombre, il tomberait nez-à-nez avec les soldats qui venaient de détruire leur navire.

                  *Je pense que je vais les utiliser jusqu'au bout, cela pourrait jouer en ma faveur. *

                  Alors qu'il tombait, Shoma évita les nombreuses balles qui venaient dans sa direction à l'aide de son sabre, mais ne pu stopper les projectiles provenant des marins si tué là où ils avaient sauté. Avant de s'écraser au sol, Shoma changea de place avec son ombre qui avait s'était déjà caché. Maintenant assez loin du combat, Shoma avait une chance de réussir à fuir, mais quand il vit le jeune homme blond se battre au frontière de la mort, Shoma se demanda si ce n'était pas du gâchis de laisser un tel homme mourir ici. Certes il n'avait pour lui rien d'intéressant au premier abord, mais sa ténacité et son esprit combattif était tel que même Shoma ne pouvait rester de marbre. Que faire ? Que faire ? Y aller et se retrouver à nouveau au milieu d'un combat ? Du coup il allait devoir porter ce pirate ce qui lui ferait perdre un temps précieux, ce qui le priverait sans doute d'une chance de réussite dans son plan qui consistait à rester en vie.

                  *Rhaaaaaaa ! Et puis merde*

                  La rage de vaincre de ce pirate venait de taper dans l’œil du capitaine et pour cette raison Shoma sacrifia son plan de fuite afin de lui venait en aide. Laisser mourir un homme comme lui serait une perte préjudiciable pour son équipage. Quittant sa cachète pour retourner dans la foule de marin qui combattait, Shoma sorti son sabre et fit son maximum afin de fendre la foule et arriver le plus vite possible près du blond et lui prêter main forte. En récompense de tout ce qu'il avait fait jusqu'à présent, Shoma posa sa main sur son épaule blesser avant de lui dire qu'il allait devoir résister à la douleur, car s'il flanchait maintenant, il n'allait pas pouvoir survivre longtemps en tant que pirate.

                  Kage Kage Mane


                  " Maintenant nous allons tous quitter cette base. "

                  En utilisant son emprise des ombres, Shoma s'assurait de la participation de tous les marins qu'il avait emprisonnés avec son ombre pour se frayer un chemin jusqu'à la sortie. Qu'ils le veuillent où pas, ils étaient tous forcé de suivre les ordres de Shoma et bien qu'ils étaient tous remonté contre lui, son emprise sur eux étaient maintenant total. Regardant derrière lui, Shoma remarqua la jeune femme qui avait réussi à tomber sans se briser en plusieurs morceaux. Sa présence tombait à pic, bien qu'il n'avait pas réellement apprécié la jeune femme jusqu'à présent Shoma venait de lui trouver un rôle qui lui irait à merveille.

                  "Aide moi et porte le. Nous allons nous barrer d'ici. "
                  • https://www.onepiece-requiem.net/t1129-mantle-shoma