Le deal à ne pas rater :
Funko POP! Jumbo One Piece Kaido Dragon Form : où l’acheter ?
Voir le deal

Au coeur félon

Nouveau grade, nouvelle affectation, nouvelle vie... Celle que des milliers d'autres vivent dans la marine. Se résumer pour certains à un numéro, à une simple entrée nominale dans un tas de feuilles entassée et bien triées sur un bureau. Maik pensait que c'était ça, être marine. Prise de conscience à cet instant: c'est faux. Même après son entrée au Ban, même après sa sortie et sa promotion, c'était toujours la même personne.

Une personne plutôt malchanceuse dans l'absolu...

Accompagné de Gunter, seul membre de son équipage, parce qu'en prendre plus signifierait devoir naviguer sur un autre bateau que la Manta. Et ça, justement, c'était pas négociable. Maik avait son bateau et n'en voulait pas d'autre. Et pour le moment, c'était ce bateau qui était pris pour cible par un autre, plus gros, mieux armé, ce qui n'était pas très difficile. Mais moins rapide, moins maneuvrable aussi. Un affrontement dirrect n'était cependant pas envisageable, ce qui ne laissait qu'une solution: la fuite.
Pourquoi on les attaquait comme ça ? D'abord ? Rien, sur la Manta, n'indiquait que ses occupants faisaient partie de la marine. Pas même un uniforme visible sur eux. Enfin, il s'agissait certainement d'un pirate qui c'était dit qu'un petit navire comme celui là était une proie facile. Du coup, on bombarde, on cannone, on flibuste comme on en a l'habitude.
Et on cannone plutôt bien, c'est à dire qu'on ne tire pas pour couler, mais pour emmener la cible là où on veut qu'elle aille. Maik sent bien que ses options sont réduites, et que peut importe comment, il va bien lui falloir accoster sur cette île, le cimetière d'épaves comme on l'appèle. Sachant bien que la chance ne va pas lui sourire, le sergent tire sur une corde et fonce sur les amas de bois recouverts de mousse qui forment à eux-seuls une île artificielle. Pourquoi se laisser faire ainsi ? Parce que, quand on n'a plus le choix face à la poisse, mieux vaut foncer sur elle et lui foutre une bonne tarte.
Pas besoin d'être un génie que quand un pirate vous tend un piège et vous pousse ainsi quelque part, on va certainement vous y attendre. C'est pour cette raison que Maik, en bon homme poisson, laisse la barre à son second et plonge afin d'aller à la rencontre de ses opposants. Avec ces quelques minutes d'avance, la raie pourrait analyser la situation du débarquement et la tourner à son avantage.
Et ce n'était pas une mauvaise idée, vu que, à sa sortie de l'eau, une dizaine de pirates l'attendait. Enfin, attendait la Manta plutôt. Ils ne s'attendaient pas à voir une créature à moitié nue, avec de large ailerons sous ce qui lui servait bras, et à l'expression quelque peu malsaine annonçant un mauvais quart d'heure à venir. Bref, le plan ne se passait pas comme prévu.

Quelques minutes après le débarquement du catboat et la fin du nettoyage de la "plage", le bateau assaillant jetta l'ancre et une barque fut mise à l'eau. À son bord, une capitaine qui pensait arriver pour cueillir une nouvelle brochette de prisonnier et les valeurs qu'ils transportaient. Mais comme la chance est une pute, elle a tendance à se retourner dès qu'on la force un peu. C'est ainsi que la capitaine Andrea Dargiès posa sa botte en face d'une plage vide, à l'exception du catboat. Très vite, l'ordre de fouiller les lieux fut donné à la vingtaine de subordonné sous ses ordres. Les cadavres de ses hommes en embuscade furent retrouvé. Le bateau quant à lui était vide, à l'exception de quelques vivres et des uniformes de marine. La pirate se mordilla la lèvre, voilà qui n'annonçait rien de bon. À sa surprise, un de ses homme s'effondra à terre, sans raison. Un trou s'était formé au niveau du coeur, mais pas de balle. Tout comme il n'y avait pas eu de détonnation. Ils étaient encore là, mais il fallait bien avouer que le terrain laissait de nombreuses cachettes.

Maik, derrière une coque de navire à moitié détruite, regardait la goutte d'eau qui se formait sous sa main. Sa maitrise du karaté aquatique restait encore basique, mais il fallait avouer que ces techniques étaient plutôt utiles. Jettant un nouveau coup d'oeil sur les pirates, la raie s'assura que sa position lui garantissait à la fois une bonne ligne de mire et un bon couvert. Sa cible: la capitaine. Sa première victime avait été un risque à prendre car il se trouvait sur le chemin. Mais cette fois-ci...

-Yabusame-


Elle l'avait vu, ou l'avait entendu ou quelque chose. S'écartant à peine, Andrea Dargiès esquiva le projectile aquatique et laissa un de ses hommes se faire abattre. Bonne intuition. Mauvaise chance. Bref, Maik avait été découvert.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7289-mavim-et-ses-tours-de-manc
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7070-je-suis-la-loi-et-la-loi-c-est-moi
Cela faisait une semaine qu'Ylvikel était en train de dériver. Pourquoi ? Eh bien, un soir, une tempête approcha. Elle fut si intense, que la mer se déchaina. Les vagues étaient gigantesques. Le tonnerre, lui, grondait et le ciel crachait des éclairs. Il était persuadé que ce soir là, il allait mourir. Mais la vie en décida autrement. Son mât fut brisé par les vents qui soufflaient et son bateau fut détruit par les vagues. La mer l'engloutit puis le recracha. Avait-il mauvais goût ? Quoi qu'il en soit, il dérivait sur un morceau de bois qui était juste assez grand pour lui.

Le jour qui suivit la tempête fut le plus éprouvant. Il se posait tout un tas de questions. Ou était-il ? Que pouvait-il faire ? Allait-il être sauvé ? Il n'en avait aucune idée. Pourtant, il n'était obsédé que par ça. Il commençait à ressentir un sentiment propre à l'humain : la peur. Une sensation qui peut se révéler utile dans certaines circonstances, mais pas pour celle-ci. Il venait de perdre le peu de provisions qu'il avait. Certes, il n'avait plus de nourriture, mais ce n'était pas le plus préoccupant. Il n'avait surtout plus d'eau. Il était trempé par cette eau iodée. Quelle ironie n'est ce pas ? Être entouré par des millions de litres d'eau et ne pas pouvoir en boire. L'idée le fit sourire. Il s'allongea. S'il pouvait dormir, cela serait bénéfique.

Le jour qui suivit, il espérait être secouru par n'importe quel navire. Il avait beau scruter l'horizon, mais rien. Aucun navire en vue. Il était perdu en mer. Il avait sur lui une petite fiole qu'il avait remplie juste avant de prendre la mer. C'était une chance, la soif se faisait de plus en plus pesante. Le soleil le brulait et cette eau iodée qu'il avait sur la peau augmentait encore plus les effets du soleil.

Les jours qui suivirent ne furent pas bien différents des précédents. L'eau diminuait de plus en plus dans sa gourde ainsi que sa santé. Il était toujours en train de dériver sur son bout de bois. Les courants marins le berçaient. La fatigue, le manque d'eau l'épuisait énormément. Il avait certainement dû attraper une insolation. Que des petits problèmes mineurs, mais là, ce n'était pas le cas. En pleine mer, cela pouvait, non, allait le tuer. Une mort lente et douloureuse. Puis, il perdit connaissance.

Lorsqu'il se réveilla, il était dans une petite cabine. Un vieil homme au fond de la pièce préparait le diner. Ylvikel se sentait faible et fatigué. Il ferma lentement les yeux et se rendormit. Quelques heures plus tard, il les ouvrit de nouveau. Le vieil homme était toujours là en train de fumer. Il remarqua l'agitation d'Ylvikel. Il se leva et s'approcha de ce dernier. Il mit sa main sur son front, comme pour jauger la température.


« Eh bien, tu as eu de la chance jeune homme. Lorsque je t'ai trouvé, tu étais mal en point. »

« Que voulez-vous dire ? »

« Tu étais déshydraté et tu avais une très violente fièvre. Mais on dirait que c’est passé. Je m'appelle Wil. »

« Ylvikel. Mais, où suis-je ? »

« Au cimetière d'épave. On appelle cet endroit ainsi, car les courants marins amènent toutes les épaves en ce lieu. »

Ylvikel hocha de la tête et s'assit sur le lit. Il avait passé assez de temps allongé. L'homme lui montra du doigt ses affaires. Wil lui avait sauvé la vie. Comment pouvait-il le remercier ? Il n'avait absolument rien sur lui. Il se leva et récupéra ses affaires puis, fit un sourire au vieil homme.

« Je vous suis extrêmement reconnaissant pour tout ce que vous avez fait pour moi. Je vais aller faire un tour afin de trouver quelque chose pour vous remercier. »

« Je n'ai pas fait ça pour l'appât du gain. »

Et Wil lui fit un sourire. Ylvikel haussa les épaules. Il était sincère. Il n'attendait rien, on pouvait le lire dans ses yeux. Mais il voulait quand même lui trouver quelque chose en guise de remerciement. Après tout, c'était son sauveur. Il prit sa veste et sortit dehors explorer cette étrange île. La ville était étrange, un ramassis d'ordure et de bois l'avait créé. Quel drôle de vision. Tout ceci l'étonnait. Mais quelque chose d'autre attira son attention. Deux hommes étaient en train de discuter. A priori, un pirate avait jeté l'ancre non loin d'ici. Quelle chance ! Ylvikel allait voler leur trésor afin de remercier le vieil homme. Il interpella les deux hommes et leur demanda où était l'endroit. Ils furent un peu septique, mais ils finirent par lui indiquer le chemin.

Quelques minutes plus tard, il arriva enfin sur les lieux. A son arrivée, un homme s'écroula au sol avec un énorme trou dans la poitrine. Quelle étrange blessure. Puis, un truc fusa devant ces yeux, une sorte de goutte d'eau. La femme l'évita et un autre homme tomba à terre. A priori, cette femme était certainement la capitaine. Mais qui pouvait bien l'attaquer ? Dans tous les cas, Ylvikel se trouvait au milieu et ça ce n'était pas bon, mais alors pas du tout …
  • https://www.onepiece-requiem.net/t6125-ylvikel-strauer#74184
*Putain c'est qui ce type ? D'où est-ce qu'il sort ?*

Un grand blond qui débarque comme une fleur au milieu d'un combat entre un marine et une troupe de pirates pas très content. Voilà une personne bien partie pour passer une mauvaise journée. Heureusement pour Maik, il avait attiré l'attention des truands, ce qui laissait le temps à ce dernier de faire pencher la balance un peu plus de son côté. Ou un peu moins de celui de ses adversaires plutôt.
Toujours sous le couvert des différents débris de bateau, l'homme-poisson trouva une ouverture lui permettant de rejoindre l'eau en dessous de l'île. La manière dont le cimetière d'épave c'était formé lui offrait des possibilités considérables: de nombreux passages subaquatiques s'étendaient sous le sol. Se déplacer sous les pieds des humains était donc une chose très aisée pour un homme poisson. C'était un avantage tactique à exploiter dans cette situation. Cela lui permettrait surement de se sortir de cette mauvaise passe, sinon de mettre un terme aux agissements d'une bande d'hors la loi si ces derniers ne prenaient pas peur et ne fuyaient pas.
C'est donc avec cette confiance que la raie se déplaça jusqu'à une autre ouverture dans le sol. Juste au dessus se trouvait un pirate. Maik saisit les chevilles de l'homme et l'attira sous l'eau. Des vibrations provenant d'au dessus indiquaient que la disparition n'était pas passée inaperçue. Le sergent d'élite relacha le corps dès qu'il était certain que la vie l'avait quitté.

Le combat continua ainsi pendant un moment. Alternant entre des attaques sous-marines et l'utilisation du Yabusame, Maik parvint à réduire considérablement le nombre de pirates. Si bien que, quand ils se retrouvèrent avec Gunter, resté jusque là en retrait, il ne restait plus que la capitaine, cinq de ses hommes, et l'homme qui était apparu tout à l'heure. Casse-Brique en profita pour informer le sergent au sujet de leur adversaire. La femme apparaissait dans les dossiers de South Blue. Il s'agissait d'une très bonne stratège, sans pitié pour ses hommes. Elle ne se soucierait pas de les laisser crever sur place si cela lui permettait de s'échapper.
En jetant un nouveau coup d'oeil depuis son abri, Maik vit Andrea Dargies se diriger vers la Manta. Se voyant ainsi prise en mauvaise posture, elle esperait surement s'enfuire avec l'embarcation des marines.

*Merde !*

Sans réfléchir, la raie sorti de son couvert et projetta un Yabusame qui manqua largement sa cible. Une volée de balle parti en sa direction. Trop tard: l'homme-poisson avait déjà replongé sous le sol. Suivant les méandres subaquatiques qui commençaient doucement à être connu, Maik arriva juste à temps pour voir l'ancre de son catboat sortir de l'eau. Comme une torpille, le soldat se projetta hors de l'eau et atteri sur le pont.

Personne.

Maik se retourna et vit les cinq pirates restant pointer leur arme dans sa direction. Pas le temps pour réagir avant la détonation.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7289-mavim-et-ses-tours-de-manc
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7070-je-suis-la-loi-et-la-loi-c-est-moi
Comment avait-il fait pour se retrouver dans un tel merdier ? Il n'en avait aucune idée. Il était entouré par un équipage entier de pirate. Heureusement pour lui, ils ne s'occupaient pas de lui. Ils étaient bien plus intéressés par les deux hommes derrière. Un petit sourire apparut sur son visage. Il allait tout simplement fuir et les laisser se démerder. Il se retourna pour les fixer une derni … Bordel ! Mais qu'est ce qu'ils branlaient ? L'un des deux hommes venait de plonger dans l'eau. Ça sentait le roussi pour lui. Et comme prévu, les pirates détournèrent leur attention sur Yvlikel. Un bon nombre d'entre eux le montrait du doigt. Cette fois, c’était sur, il était dans la mouise. Il allait être obligé de se battre s'il voulait continuer à vivre.

Soudain, les pirates disparurent les uns après les autres. Que se passait-il ? C'était comme si la mer les aspirait à elle. Très vite, la peur s'installa dans leur rang. Ils essayait de fuir mais en vain ! Ylvikel n'eut guère le temps de réaliser qu'il n'y avait plus que cinq pirates en face de lui. Que s'était-il passé ? Il n'avait aucune idée. Tout à coup, quelque chose passa devant ses yeux. Il se retourna pour voir ce qu'il en était réellement et vit un poisson sur un bateau. Mais que faisait-il ici ?

BOUM !!

Une explosion se fit entendre et il se retourna aussitôt. La charge était trop faible pour couler le bateau, mais alors ... Merde ! le mât du bateau était en train de lui tomber sur la gueule. Il l'évita de justesse grâce à une roulade des plus spectaculaires. Il se releva tant bien que mal et regarda autour de lui. Il vit alors les cinq pirates ricanaient. Bordel ! Ils étaient fier d'eux ! Les bâtards ! Finalement, ce qui devait arriver arriva.


"Oh les fientes ! Par ici !"

Il n'avait pas pu se contrôler. Les pirates détournèrent de nouveau leur attention sur Ylvikel. Une femme leur fit signe de l'attaquer. Et deux des cinq hommes partirent à l'assaut. Il dégaina alors son katana. Que pouvait-il faire d'autre ? Il échangea quelques coups avec le premier, mais il prit vite le dessus sur lui et lui transperça le cœur. Le second tenta de l'attaquer par-derrière comme un lâche. Il évita de justesse le coup d'épée, mais tomba par terre. Il trébucha sur l'homme qu'il venait de tuer. Sa poitrine était sans défense et le pirate avait déjà armé son coup. Cette fois-ci, c’était la fin.

Fiouuuuu !


La poitrine de son adversaire explosa et le sang gicla sur son visage. Un énorme trou était apparu. Ce n'était pas son œuvre. Qui avait bien pu pouvoir faire une telle chose ? Il chercha du regard afin de trouver une réponse. Il ne mit guère longtemps à comprendre. C'était l'homme de tout à l'heure qui avait plongé dans l'eau. Il venait de lui sauver la vie ! Pourquoi ? Il ne chercha pas à comprendre et se releva. Les pirates restants les dévisageaient. Ça ne signifiait rien de bon … Il se mit alors en position de défense, prêt à contre à attaquer. Il ne pouvait faire confiance à personne. Le poisson sortit alors de l'eau. Mais quelles étaient ses intentions ?
  • https://www.onepiece-requiem.net/t6125-ylvikel-strauer#74184
C'était pas bon. C'était très mauvais même. Gunter avait vu Maik apparaitre sur la Manta juste avant l'explosion. Puis plus rien, elle avait disparu. Le mat du bateau craquait et tombait. Les pirates, satisfaits, reportaient leur attention sur l’intrus, le civil, debout parmi eux. Manque de chance pour ce gars qui avait débarqué là au milieu. Le colosse réfléchissait, que devait-il faire ? Aider le civil ? En profiter pour fuir ? Il savait qu'il ne ferait pas le poids contre la capitaine pirate. Son plus grand trait d'intelligence était de savoir reconnaitre quelqu'un de trop malin pour lui. C'était ici le cas. Même dans un combat en face à face, il se ferait avoir par une ruse ou une autre.

Puis le sergent Enderal réapparu. Une attaque fusa dès que ses pieds touchèrent ce sol de bois, sauvant la vie du civil. Trois pirates plus la capitaine, voilà tout ce qu'il restait. C'était le moment pour Gunter de sortir. Le Casse-Brique chargea un des trois hommes, le ramassant sur son épaule et le projetant au sol. Un bon coup de poing au visage et le pirate était assommé. La capitaine fit signe à un de ses troufions d'attaquer le civil et poussa le dernier vers Maik pendant qu'elle s'occuperait de cette brute qui semblait être la plus grosse menace sur place.
La raie s'occupa rapidement et silencieusement de son pirate. Arrêter son attaque en se saisissant de son bras avant qu'il n'abaisse son sabre. Coup de poing dans l'estomac avec la main libre et clé de bras. Mettre une main sur la bouche du troufion et briser sa nuque. Ces mouvements furent exécutés comme un seul. Un enchainement sans interruption. Le pirate s'effondra sans avoir pu signaler à sa capitaine qu'il était mort.
La tactique adoptée était plutôt simple. Gunter faisait diversion pendant que Maik attaquerait Andrea Dargiès dans son dos. Discrètement, l'homme poisson se faufila hors du champ de vision de la capitaine et réussi à lui saisir un poignet. Mais avant de pouvoir en faire quoi que ce soit, la pirate se baissa, passant sous le centre de gravité du soldat de la marine et projeta son adversaire. En face, Gunter avait amorcé une de ses droites dévastatrices. Il n'eut pas le temps de retenir son coup. Le poing s'écrasa dans les côtes de son collègue, l'envoyant voltiger à plusieurs mètres.
Cette femme savait y faire. Elle savait que cet homme ne tiendrait pas dix secondes face à un soldat capable d'en éliminer une dizaine sans être vu. Elle était intelligente, observatrice et très cruelle. Il faudrait user d'une ruse plus subtile pour l'avoir. Et une attaque de front était toujours exclue. Elle savait parfaitement qu'elle ne ferait pas le poids, mais qu'il serait possible d'utiliser la force de ses adversaires contre eux.
Maik se releva et lança un nouveau Yabusame droit sur la capitaine. Elle évita facilement le projectile. Gunter lança une droite au visage de la femme, qui fut également évitée mais qui l'empêcha de voir la goutte d'eau traverser le crâne du dernier troufion qui se battait contre le dernier pirate. Dès lors, les deux marines s'évertuèrent à focaliser toute l'attention d'Andrea. Il ne restait plus qu'à espérer que leur allié d'infortune réussisse à faire pencher la balance de leur côté.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7289-mavim-et-ses-tours-de-manc
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7070-je-suis-la-loi-et-la-loi-c-est-moi
Wahou ! Il avait échappé de justesse à la grande faucheuse. Il devait remercier le poisson pour son aide. Il n'en revenait pas. Il était chanceux quand même ce petit coquin. Il se releva doucement, mais sûrement. Pendant ce temps, un des pirates restants s'avançait vers lui. Il cherchait la bagarre ou quoi ? Certainement. Ylvikel l'attendait de pied ferme ! Il allait le trancher, non, le découper, non, non, mieux encore, le décapiter ! Oui, voilà. Il allait faire gicler le sang de partout. Ça allait être fun. Tout ceci l'excitait au plus haut point. Un petit sourire apparut sur son visage. Cette idée le rendait joyeux. Comme quoi, il en faut peu pour être heureux. (« Le livre de la jungle » Balou.) Il attendait que ce dernier se rapprochât encore pour lui asséner le coup fatal. Il allait être net et sans bavure.

* Encore un peu, encore … Il y était presque, ça y est ! *

Il allait pou … PAF. Son crâne explosa en mille morceaux. Quelqu'un lui avait volé son plaisir. C'était le poisson. Il ne pouvait pas lui en vouloir puisqu'il l'avait secourue. Pour cette fois, il allait lui pardonner. Il commença à rengainer son katana quand soudain, il stoppa net. La scène qui s'offrait à lui était des plus amusantes. Le partenaire de la poiscaille venait de donner un coup de poing au vu de sa position. Jusque-là, rien de bien étonnant. Cependant, la scène n'aurait pas été si comique si la raie ne se tenait pas l'abdomen. Son partenaire venait de le défoncer ou quoi ? Ylvikel ne put s'empêcher d'éclater de rire.

« Vous alors ! Vous êtes vraiment des comiques. »

Il en pleurait tellement qu'il se marrait. Mais son sérieux revint vite. En effet, ces deux hommes étaient plutôt balèzes. S'ils avaient du mal, c'est que cette femme ne devait pas être mauvaise non plus. Que devait-il faire ? Les aider ou pas ? Après tout, ce n'était pas ses histoires. Il se gratta le menton. Tout ça le rendait perplexe. Quelques secondes passèrent avant qu'il ne prenne sa décision. Il allait les aider. D'un côté, il avait une dette envers le poisson. Il partit alors dans la bataille.

Pendant ce temps-là, sur le champ de bataille …

La jeune femme utilisa l'élan du coup de poing de la grosse brute et l'envoya droit sur l'alevin. Ce dernier esquiva son partenaire de justesse, mais celle-ci avait tout prévu. Son pistolet dégainé, elle était prête à faire feu sur la raie. PAN. Un bruit sourd se fit entendre. La balle partit droit en direction de Maik. Sa dernière heure était arrivée. Il était trop tard pour lui d'esquiver l'attaque. Il se résigna tout simplement à accepter sa mort. Cependant, ce n'était pas sans compter l'intervention inattendue de notre beau jeune homme. Je parle bien évidemment d'Ylvikel ! Il asséna un violent coup de pied à Maik. Il fut si intense, qu'il l’envoya valser dans l'eau. Certes, il n'avait pas été de main morte, mais au moins il était toujours en vie. Dans le cas contraire, on aurait pu le cuisiner pour en faire un poisson pané ! ( Sympa la blague ? ) L'idée fit sourire Ylvikel. À première vue, le combat n'était pas gagné d'avance. Une attaque directe serait une perte de temps. Il fallait réfléchir à un plan d'attaque, mais quoi ? Il devait faire un point sur la situation. D'un côté, il y avait une brute, un poisson et lui, un épéiste. De l'autre, une femme. Il devait donc utiliser les atouts de chacun pour arriver à bout de la capitaine. Il prit quelques secondes de réflexion, puis une idée ingénieuse lui vint en tête. Il était sur que ça allait marcher ! L'échec était inenvisageable. Mais comment prévenir le poisson ? Il ne savait pas. La brute était juste à côté de lui. Il l'aida à se relever et lui dit son plan. Ce dernier se mit à rire et fit un signe de la tête. Un peu plus loin, la poiscaille remontait à la surface. Il regarda la brute et celui-ci partit affronter la femme. Ylvikel se précipita vers la raie et l'informa de son plan. Il ronchonna quelques instants, mais il se laissa convaincre. Pendant ce temps-là, la brute était en grande difficulté. Il se fit éjecter un peu plus loin. Elle allait l'achever, mais Ylvikel l'attaqua. Interrompant ainsi le coup de grâce. Après quelques échanges, il recula et hurla.

« Maintenant la poiscaille ! »

Soudain, la raie sortit de l'eau complètement nue devant la femme humaine. Celle-ci complètement surprise et dégoûtée par le corps de notre alevin baissa sa garde. La brute le remarqua tout de suite et lui asséna un violent coup de poing qui la projeta droit sur Ylvikel. Son plan avait fonctionné. Un petit sourire apparut sur son visage. C'était fini !

« Katsu ! »

Il la trancha de bas en haut. Son corps inanimé vint heurter un rocher, qui était un peu plus loin derrière lui. Après tout, l'union fait la force. Il rengaina son katana et fit un signe à ses compagnons d'infortune. Il leva son poing en l'air comme pour signifier victoire ! Il n'avait plus rien à faire ici. Il fit alors demi-tour afin de partir. Il s'arrêta cependant un instant.

« Je m'appelle Ylvikel Strauer, et j'ai remboursé ma dette. »

Sur ces mots, il s'en alla sans se retourner.
  • https://www.onepiece-requiem.net/t6125-ylvikel-strauer#74184