Le deal à ne pas rater :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited – Ombres de la Galaxie : ...
Voir le deal

| Découverte d'un étranger ~ Seiko - Ajito |


    Le ciel clair, j'avance. Personne n'est là pour me barrer le chemin ici. Echouer sur cette île vide de vie n'est vraiment pas de ma vie. Aucune âme n'a encore croisé mon chemin. Peut-être est-ce de la veine pour ces vies là. J'avance toujours, le soleil tape fort. Je sens que la chaleur monte dans cette petite île très humide, calme, certes, mais étrange. On voit une fumée sortir d'un endroit de la forêt. Un endroit un peu plus éclairé que les autres. Il faut que j'aille voir ça de plus près.

    Toujours en train d'avancer, aucun moustique ne vient m'embêter. Normalement, ils viennent toujours dans ces moments où l'on avance vers un but, ils viennent t'en empêcher. Mais là, comme si le destin le voulait, j'avançais sans que rien ne barre ma route. Même une sorte de chemin était tracé dans les feuilles de cette petite île. Presque arrivé, je me prépare à voir enfin une vie, quand enfin quand j'arrive, une vision m'horrifie.

    Des hommes, couverts de peaux sales, mangent leurs semblables. Aucune humanité dans leurs yeux, juste une rage de vengeance, une rage de faim, de survie. Ces hommes ne veulent qu'une seule chose, pouvoir manger. Sont-ils forts ? Gentils ? Mauvais ? Ont-ils tout simplement aucun sens de la famille ? Ou pire, sont-ils des anciennes personnes, aussi échouées sur cette île. Prendre une décision. C'est ce que je fis. Je devais aller leur parler, pour ensuite savoir de quoi ils étaient fait.

    Sinon, rien n'avancerait. Mais moi, j'avançais.

    -Bonjour à vous. Parlez-vous mon langage ? Je veux juste vous parler.

    Ça n'avait pas l'air trop dur pour une phrase. Pourtant, les indigènes s'enfuirent, me voyant arriver, et après avoir sortit ma phrase, et que ces gens partirent, un bruit dans un buisson se fit entendre. Je ne fis comme si de rien n'était, et commença à courir en suivant ces hommes qui se mangent entre eux. En arrivant à leur village, ils semblaient une vingtaine. Pas plus, pas moins. Une barque assez solide semblait posée là.

    Voilà mon moyen de sortie. Mais comment tous les avoir. Une seule solution, aller au corps à corps, tout de suite, sans trop se poser de question. Attendre ne ferait que me fatiguer.


#鬼 - Oni Giri

    Le premier était mort. Quelle était la réaction de mes nouveaux ennemis maintenant ? Tous se tournèrent vers moi. Ils commencèrent à courir, des très rapidement, d'autres plus lentement. Je sentais les coups m'assaillir, et après quelques vies prises, je ne savais plus vraiment quoi faire. Juste peut-être, crier un bon coup. Et c'est ce que je fis. Après ça, je sentis une main me sortir de la mélée. J'étais sauvé, mais par qui, par quoi.

    Je me retourne, et voit un visage, qui semble ne pas savoir vraiment pourquoi. Pourquoi m'avoir sauvé, mais par contre, un visage confiant, de savoir maintenant quoi faire...
    Sauvé. Pourquoi l’avait-il fait, se mettant ainsi en danger ? Il n’en avait aucune idée, une intuition, un pressentiment peut être, en regardant plus attentivement les yeux de l’homme qu’il venait de sauver ? Il avait aperçu une personne perdue, se cherchant un chemin à travers les différentes voies qu’offre la vie… une voie qui risquait d’être intéressante, passionnante et que pour rien au monde il n’aurait laissé disparaître… Cet homme était un peu comme lui, une lueur sombre brillait dans ses yeux, et il aimait ça.

    Il l'avait suivit à partir du moment ou il l'étranger s'était échoué, ne sachant pas trop quelle attitude adopté. Il avait alors décidé de le suivre à couvert, afin de l'observer attentivement. Il n'avait pas été déçu. Cet homme, surement un pirate, possédait des capacités de combat plus développé que la moyenne et il s'en était rendu compte lors du premier affrontement. Peut être qu'avec son aide, il pourrait s'enfuir de cette île maudite, ou le seul destin qui semblait s'offrir à lui était une mort lente et affreuse? Ses espoirs avaient été réduis à néant lorsqu'il l'avait vu se diriger vers le village. Quelque soit les capacités de cet homme, jamais il ne pourrait s'occuper de tous les habitants à lui seul... Ses craintes s'étaient révélées exactes lorsqu'il avait été assailli de toutes parts par ces diables. Son esprit lui avait alors soufflé que c'était le moment, qu'il n'y en aurait pas d'autres comme celui ci. Il avait donc sauté dans la mêlée et s'était retrouvé dans la situation actuelle...

    Ajito releva la tête. L’individu aux cheveux bleus le regardait, l’examinait peut être, l’évaluait surement. Il se redressa dans toute sa hauteur et réajusta son costume, froissé par la bousculade. Un des indigènes avait réussi à l'attraper pendant le sauvetage et lui avait déchiré sa manche droite d'où s'écoulait un petit filet de sang. Le jeune pirate serra le poing, la douleur n'était pas suffisamment violente pour l'obliger de battre en retraite mais l'empêchait tout de même de se concentrer totalement. Il se tourna alors vers lui et lui sourit.

    - Fiou… C’était…. Juste n’est ce pas ?


    Après quoi, il se dirigea vers les bêtes, hommes perdus, oubliés par leurs semblables, ces personnes qui n’hésitaient pas à tuer, manger leurs propres camarades pour survivre. Le blessé avait déjà essayé de leur parler, il l’avait vu, bien que tout ceci soit inutile. Il le savait, il était depuis un bon moment déjà sur cette île perdue, cauchemar pour toute personne qui s’y risquait. Son regard se posa sur la quinzaine d’adversaires qu’il restait. Froid, cruel. Le pirate se tourna vers son compagnon du moment et lui adressa la parole.

    - Vous sentez vous prêt ? Ils risquent de nous attaquer d’un moment à l’autre, comme vous devez le remarquer ils ne comprennent pas notre langage… Autant prendre l’initiative. De plus, cela risque d’être… amusant.

    Une petite lueur s’alluma dans ses yeux. Devait-il utiliser son art en présence de cet homme ? Devait-il l’inclure dans ses illusions, pour ne pas risquer de se faire prendre par derrière ?
    Non, il ne le mettrait sous son influence seulement pour le tester, et pour lui montrer de quoi il était capable.


    - Tenez vous prêt, je vais les occuper, profitez en pour les abattre. Ca va être serré, j’espère que vous n’avez pas… peur ?

    Sakuryaku: Tōei


    Le jeune pirate sembla se démultiplier, et c’est contre 6 individus, l’homme aux cheveux bleus compris que les hommes enragés durent se battre. Une voix s’éleva d’entre les différents Ajito, s’adressant aux anciens humains, désormais animaux assoiffés de sang.

    - Hé hé, essayez de m’attraper maintenant, que l'on rigole un peu...



    Leurs adversaires, après quelques minutes de confusion, se mirent à se ruer sur eux. Les cinq Ajito sortirent simultaement leurs pistolets et un coup de feu retentit, tandis qu'un homme s'écroulait sur la sol, le coeur troué d'une balle. La bataille venait de commencé.
      Je suis maintenant sortit de cette mélée. Encore abasourdi, je regarde mon sauveur, avec des yeux incrédules. Je ne sais pas quoi faire sur le moment, il a décidé de m'aider. Tout d'abord, il me parle. Il me sourit. Evidemment que c'était juste, j'ai failli y laisser ma peau. C'est bon, j'ai retrouvé mon esprit. Il me propose maintenant d'attaquer. Quel fou, il veut se battre à deux contre une quinzaine ?!

      En tout cas, il fait ce qu'il veut, moi, je le regarde faire, c'est plus simple. Qu'il se batte s'il veut. Mais... Cette homme vient de se dédoubler. Après avoir entendu "Sakuryaku: Tōei", cet homme vient de se dédoubler. Parfait ! Il n'a pas l'air si bête et si naïf. Il a l'air plutôt douer, mais comment a-t-il fait ça... Il sort ensuite ses armes et engage le combat.

      Je ne vais pas rester là à ne rien foutre moi. Je vais aussi m'occuper deux. Il me fallait quelqu'un pour les occuper, pendant que je les bute, parfait. Je sors deux de mes sabres. Cela suffira amplement. J'enchaîne les coups de mon côté. Mon ami n'est plus que quatre, mais mes ennemis le sont aussi devant. Il semble vraiment doué, mais un peu fatigué.

      Mais que fait-il sur cette île celui-là en fait ? Pourquoi juste à ce moment encore une fois ? Le destin est vraiment joueur. Je tue un autre homme, son corps tombe lentement par terre. On entent un bruit sourd. C'est mon nouvel allié. Il n'avait pas prévu d'être encerclé, les ennemis semblaient avoir trouvé le vrai, n'en restant que deux. Comment avaient-ils fait ? Leur restait-il de la raison ? Aucune importance.

      Deux coups de sabres me permirent de sauver celui qui pourrait m'expliquer cela. Le combat devient long, il fait chaud. Nous nous retrouvons, acculés, deux contre cinq. Ce sera bientôt fini, mais est-ce que l'un de nous tombera... C'est une sacrée question.

      -Je m'occupe de ces trois là, tu t'occupes des deux autres.

      Et sans réponse, sans regard derrière moi, je frappe. Je m'approche du premier.

      #蟹 - Gazami Dori


      Et de un, le deuxième est tué facilement. Un tir permet de tuer le premier. N'ayant aucune arme, je sais que ce meurtre n'est pas de moi. Je me retourne. Mon allié vient de tuer le dernier. Il est doué encore une fois.

      -Merci. Qui que tu sois. Nous allons maintenant pouvoir parler. Mais qu...

      Un dernier ennemi vient de me prendre la gorge dans ses mains velues pleines de sang. Je sens un souffle glacial. Je regarde mon interlocuteur droit dans les yeux. Un regard, qui demande "à l'aide". Une simple aide, qui ne nécessite maintenant plus la survie que d'un homme, plus celle de deux.
        Le combat commença rapidement. Petit à petit, les adversaires mordaient la poussière abattus par les tirs de son pistolet ou par l'autre homme. Il semblait utiliser un style de combat à l'épée très efficace qui fit tomber plus d'un ennemi. Puis, il murmura des mots et un autre homme s'écroula, sans avoir été touché par ses sabres. Cela commençait à intéresser Ajito, au plus haut point. Quel était ce pouvoir, et d’où venait cet homme si étrange pour notre jeune pirate? Il tira un autre coup et sourit. Son camarade de l'instant devait probablement se poser la même question à propos de lui, et il ne serait pas étonné s'il n'en savait rien. Le combat devint tout à coup plus proche, et il se rendit compte que son illusion n'était plus, le laissant à découvert. Son compagnon lui sauva alors la vie, de deux coups de sabres lancés à bout portant. La tête vola plus loin, tandis que le corps s’affaissait contre le sol. Le combat reprit alors, encore plus violent qu'avant ce moment. Un autre « monstre » le mordit à la jambe, croquant dans sa chaire. D'une main, il lui porta un coup de poignard pour se dégager et le termina de l'autre main. La douleur, additionné à sa première blessure se fit plus pressante, le forçant à s'éloigner du centre des affrontements.
        Puis, tout fut fini. Un grand cri s'éleva tandis que leur dernier opposant mordait la poussière.

        L'étranger se retourna et essaya de lui adresser la parole.


        - Merci Qui que tu sois. Nous allons maintenant pouvoir parler. Mais que...

        Il s'interrompit brusquement, portant ses mains à sa gorge ou des mains rougies de sang s'étaient resserrés. Un homme,se tenait derrière lui, le visage rongé par la folie et la souffrance, les yeux injectés de ce même sang; Encore une fois, il relevait plus de la bête que de l'être humain. Il posa son visage contre l'autre pirate et commença à lui lécher le visage, bavant et grognant, alors que l’étau autour de son cou se resserrait petit à petit. Ajito croisa à nouveau les yeux de allié d'infortune, maintenant impuissant. Il comprit tout de suite ou il voulait en venir et faisant fit de la douleur, bandant tout ses muscles, il s'élança.

        - Attention, ça risque de faire mal!

        Puis il balança son pied valide dans le ventre de ce dernier violemment. Le coup poussa les deux opposants en arrière Profitant de son élan, Ajito lança son poignard vers sa nouvelle cible. L'arme affutée fit mouche, en plein milieu de l’œil, l’obligeant à lâcher ce qu'il avait entre les mains dans n hurlement de rage. Sans laisser le temps à son adversaire de se reprendre, le jeune pirate cogna de la crosse de son pistolet sous le menton le faisant reculer d'un ou deux mètres. Il venait de donner un petit répit à son ami, pour reprendre son souffle et le seconder si jamais il avait besoin d'aide. Il regarda alors plus attentivement cette pauvre âme perdue et fut prit d'appréhension. Ce qui se tenait devant lui, on ne pouvait vraiment plus l'appeler « un homme », haletait bruyamment et portait ses mains au niveau du cœur. Qu'était ce que cette chose qui, même avec une balle reçue juste à coté du cœur, continuait à se battre avec une telle viveur? Jamais il n'aurait pu croire ça possible...

        - Tchh, de toute façon, c'en est fini de toi....

        Sur ces dires, il s'élança vers la « chose » mais fut arrêté au milieu de sa course. Douleur. Faiblesse, celle que l'on ne peut réprimer, lorsque trop de sang est parti. Il se stoppa, tremblant. Ce fut à ce moment qu'elle décida d'agir. Elle courut vers Ajito sans qu'il ne la remarque. Lorsqu'il releva les yeux, il était trop tard. Elle le souleva de terre et lui projeta une volée de coups qu'il ne put éviter. Il recula titubant, mai son adversaire ne lui laissa pas le temps de se reprendre et le propulsa contre un lourd rocher.

        La bête poussa un cri inhumain, mélange de rire et de hurlement et se tourna vers le dernier homme à se tenir debout. Le poignard était toujours enfoncé dans son œil et la blessure qu'il avait dans le haut du ventre ne semblait tout au plus que le ralentir. Néanmoins, on pouvait bien remarquer que ce n'était que des apparences. Du sang sortait de sa bouche et le regard dans son œil restant se faisait vague, comme s'il avait déjà quitté ce monde, tout du moins en partie.
        Un grognement sortit de sa bouche, incompréhensible.


        - ...T... ton.... to..... tour....
          Quelques secondes après mon moment de désespoir, j'entends :

          - Attention, ça risque de faire mal!

          Mal, mais pourquoi ? Je le sais pourquoi, quelques secondes après. Je reçois un coup de pied bien placé, je ne comprends pas tout de suite le pourquoi du comment. Mais ensuite, quand je sens l'air frais qui caresse mon cou, je sais pourquoi il a fait ça. Il vient de me sauver, sûrement pour la deuxième fois. Je lui dois maintenant une si grande dette...

          Ensuite, il s'élance vers la chose, et frappe. Elle à l'air plus résistante que les autres, comme un boss. Il se débrouille super bien, et va l'achever. Mais là, temps d'arrêt. Je vois qu'il saigne. Il ne va pas bien. Et moi qui ne sait plus me relever, je lui dois de lui sauver deux fois la vie, autant utiliser mes cartouches. D'une force pénible, je me mets sur mes jambes.

          J'entends des bribes de mots. ~ . Je sais que c'est à mon tour maintenant, je n'ai pas vraiment le choix. Sa vie est maintenant entre mes mains.

          Pas la force pour sortir plus qu'un sabre. Je vais donc utiliser cette technique, une de mes plus calmes, plus fortes, qui m'utilise beaucoup d'énergie.

          舞踏 - Shishi Sonson

          D'un coup d'un seul, je tranche mon ennemi. Ma lame tombe au sol. Je suis conscient, c'est déjà ça. Je tombe sur les genoux, et arrive ensuite à me relever. C'est bon, maintenant c'est fini. Je charge quelques affaires dans le bateau. Mon nouvel ami est inconscient. Je pense que je peux le qualifier de la sorte, même si je n'oserais jamais lui dire, c'est maintenant quelqu'un qui importe à mes yeux.

          Que faire maintenant, je l'embarque dans le bateau, et sombre dans un sommeil profond. Heureusement, j'ai eu le temps de lui faire quelques bandages.

          ~

          Le soir, je me réveille. C'est la nuit, un feu. Quelqu'un agite son bâton sur le feu. Il essaye de l'attiser. Il est doué. Maintenant, nous allons pouvoir parler, vraiment parler. je me lève et parle d'une voix forte, mais sans autorité.

          -Tout d'abord, merci à toi de m'avoir sauvé la vie, deuxièmement, mon nom est Seiko Sanzashi. Je suis pirate, et te propose de faire route avec moi. C'est tout simple, nous vivrons de ce que nous pillerons. Je vogue personnellement pour détruire la marine et être enfin libre, après, je respecterais tes idéaux. A toi de me répondre.

          Je m'assied. J'ai encore du mal à rester sur mes pieds. Tout mes sabres aux fourreaux, je sais que je n'en aurais pas besoin. Une grande confiance vient de s'instaurer déjà entre nous, sans qu'aucune mot n'ait vraiment été échangé...
            -Tout d'abord, merci à toi de m'avoir sauvé la vie, deuxièmement, mon nom est Seiko Sanzashi. Je suis pirate, et te propose de faire route avec moi. C'est tout simple, nous vivrons de ce que nous pillerons. Je vogue personnellement pour détruire la marine et être enfin libre, après, je respecterais tes idéaux. A toi de me répondre.



            Ajito se retourna. Le blessé venait de se réveiller et s’était assis à coté de lui, après lui avoir parlé. Au moins, il était direct et savait ce qu'il voulait. Le jeune pirate le regarda un moment puis leva la tête vers la sombre toile qu'était la nuit. Ça demande était intéressante, et il avait son franc-parlé. Il ne savait même pas qui il était, il aurait très pu être un marine, et blessé comme il était, Ajito n'aurait eu aucune difficulté à le maitriser. Mais il lui avait tout de même demandé. Il souhaitait devenir son camarade, son capitaine...


            Un équipage ? Des camarades ? Cela faisait à présent longtemps qu'il n'en avait pas eu... Détruire la marine ? Cela pouvait être amusant, bien que sûrement difficile... Être libre... Il ne l'était pas... et rien ne pourrait l'aider dans l'affrontement qui le rongeait de l'intérieur.


            Il se retourna vers Seiko et lâcha le bâton dans le feu, qui le mordilla immédiatement de ses flammes rougeâtres. Comme le fragile morceau de bois, ses doutes disparaissaient dans l'air, comme calciné par la promesse d'un avenir excitant, ou il ne serait plus seul. Ces seules pensées éveillèrent en lui son esprit aventureux, et il se mit déjà à penser à toutes les choses qu'ils feraient, aux aventures épiques qu'ils accompliraient.



            - Je m'appelle Ajito Asano, originaire d'East Blue... Je voyage d'île en île depuis maintenant... un bon bout de temps... Et tu n'as pas besoin de me remercier pour t'avoir sauvé la vie, tu as fait de même pour moi...



            Un long cri d'oiseau interrompit tout à coup Ajito dans sa lancé. Ce dernier sourit. Était-ce le signal d'un nouveau départ pour lui ? Il en était sur, et en ce jour il se sentit soulagé. La première étape était franchi, la seconde était plus dur mais il était sur qu'ensemble, ils y arriveraient.




            -Et donc, en ce qui concerne ton équipage... ça m’intéresse... Tu as un objectif quelque peu... original pour un pirate... Donc c'est avec joie que j'accepte ton invitation. En ce qui me concerne, je n'ai pas réellement d'idéal, juste des obligations dont en voici une : Se rendre sur Grand Line lorsque nous serons prêt. C'est le seul point que j’exigerai, mais je pense que tu l'envisageai aussi, non ?



            Ajito sourit. Il tourna la tête vers la plage ou était amarré leur future embarcation, une petite barque dans laquelle il s'était réveillé. Les vaguelettes frappaient doucement sur la coque de bois. Elle ne devait pas faire plus de quatre mètres de long pour deux mètres de large... Et ils allaient naviguer sur "ça"... Pure folie que de défier la nature, les tempêtes en pleines mers, les ouragans, les maelströms avec un si frêle moyen de transport... et pourtant, c'est ce qu'ils allaient faire. Décidément, il y a allait avoir du boulot avant d'être considéré comme de véritables pirates. Mais qu'importait, ils avaient tout le temps devant eux!

            Finalement, il n'allait pas s'ennuyer tant que ça dans les prochains mois...


              Et il me répondit.

              - Je m'appelle Ajito Asano, originaire d'East Blue... Je voyage d'île en île depuis maintenant... un bon bout de temps... Et tu n'as pas besoin de me remercier pour t'avoir sauvé la vie, tu as fait de même pour moi...

              Quelle belle phrase. Vraie, et pleine de sens. J'avais été à la va-vite pour ma question. Mais c'était un choix, c'était fais exprès. Au moins comme ça, je savais que maintenant, grâce à sa réponse, je pouvais avoir confiance en lui. Nous connaissons maintenant chacun nos noms. Nous ne pourrons plus nous quitter maintenant.

              Je lisais sur son visage, de la tendresse, du calme. Que seul un cri d'oiseau put déranger. Il avait vraiment l'air de quelqu'un de bien. Et pas que par ses actes. Ensuite, il répondit quelque chose qui me fit plaisir. Vraiment plaisir.

              Il accepta. Même avec de la joie, lui aussi alors. Pas d'idéal sinon, peu importe. Une obligation ? Hahaha. Une des mêmes que les miennes. Il sourit ensuite, regardant l'horizon. Il n'attendait plus vraiment ma réponse, il attendait maintenant l'aventure. Cet homme, aurait son destin lié au mien pour longtemps sûrement. L'autre homme regarda ensuite le bateau.

              J'en fis de même.

              Nous regardons alors dans la même direction. Je décide alors de laisser un peu le calme les envahir. Le soleil est plein, et nous décidons de rester calmes. Puis, je parle :

              -Nos destins sont liés. Et évidemment que je l'envisage, puisque tu l'envisages.

              Ma réponse était simple, je n'avais pas besoin de plus, et lui non plus.

              Réaliser les objectifs des membres de mon équipage. J'aime bien ça. Ça me servira, et m'apprendra à ne pas penser qu'à moi. Ensuite, plus un mot, nous décidons d'embarquer. Quelques paroles sans importances, car maintenant, ce qui nous attend, et une bien plus intéressante aventure à vous raconter...

              Maintenant, plus qu'un mot est inscrit sur nos lèvres : L'aventure.