Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : coffrets dresseur ...
Voir le deal

Le petit Shino a grandi !

Les heures passent sur Hungeria et il est bientôt vingt heures. Mon estomac n’arrête pas de demander à manger. Ce qui est normal étant donné les odeurs qui émanent de la cuisine. Attiré par ces dernières, mon corps, devenu comme incontrôlable est guidé jusqu’à la cuisine. Là, trop tenté, j’attrape la spatule à l’intérieur de la grande casserole et dis.

- Je goute juste unh !? Hmmm, c’est trop bonnnn !!

La copine à Yuki arrive à son tour dans la cuisine pendant que je suis assis sur une chaise à discuter avec mon fidèle confident. Oui, confident. Le chef coq est devenu la personne la plus importante à mes yeux sur ce navire. Enfin, aussi importante que Mizu quoi. Cassan…dra ? commence alors, comme d’habitude à faire des reproches à Yukisame. Je me demande bien ce qu’est son problème à cette fille. J’observe comme d’habitude et hésite à intervenir, car bon, elle ne fait pas semblant quoi. C’est une bourrine ! Puis, elle quitte la cuisine en direction de sa chambre en demandant à l’appeler lorsqu’on va passer à table. Ne pouvant m’empêcher d’ignorer la situation, je demande à Yukisame comment est-ce qu’il fait pour supporter ça au quotidien, puis enchaine tout de suite après en lui demandant s’il souhaite que j’aille parler à la demoiselle. Ce dernier n’ayant pas fini de me répondre, j’entends du bruit à l’extérieur. M’excusant de l’avoir coupé pendant qu’il me parlait, je sors de la cuisine et vais sur le pont. Ah mais bien sûr, il n’y a que Mizu qui peut faire autant de bruit quand il arrive. Accompagné de l’épouvantail et d’un autre type, qu’il me présente, il me raconte que nous avons une nouvelle recrue. A en voir son arme, il sait se battre, tant mieux.

- Azraël, voici Lion, le second de l’équipage.
- Bienvenue à bord ! Ton premier ordre… me suivre jusqu’à ta chambre.

Nous marchons avec le nouveau dans le couloir. Aucun échange n’est fait pendant le trajet jusqu’à notre arrivé. Je lui explique que nous avons la chance d’avoir chacun sa chambre sur ce navire. Que s’il veut quoi que ce soit, le lion est là. Avant de le laisser s’installer tranquillement, je lui explique que lorsque la cloche va sonner, c’est-à-dire dans à peu près dix minutes, il faudra se pointer dans la salle à manger là-haut s’il ne veut pas mourir de faim. J’en profite pour passer dans ma chambre, me laver, puis remonter sur dans la salle à manger, car la cloche vient tout juste de sonner. Tout le monde est content de manger la bonne nourriture que notre cuistot a préparé. Au bout d’un moment, Mizu me demande discrètement de faire un petit discours afin d’officialiser l’intégration des personnes présente dans l’équipage. Très bien, je demande à Yukisame de remplir tous les verres, puis me lève.

- Je voudrais faire un toast ! Aujourd’hui, nous avons retrouvé un nakama disparu. Nous avons retrouvé cette tête d’ampoule assis juste là. Nous ne l’avons pas encore fait, mais il est temps mes amis de fêter l’arrivée de plusieurs personnes dans l’équipage. Je parle bien sûr de notre musicienne, Mitsume. De l’épouvantail, d’Azraël, qui est arrivé tout à l’heure avec le Capteun’. Mais ce n’est pas tout. Howard Prince… cela fait un moment que tu es sur notre navire, tu t’es battu à nos côté sur Banaro, et ce, au risque de ta vie.

Le silence fait alors place autour de la table. Mon regard perçant droit dans les yeux de l’homme au tricorne. Tout le monde sait ce que je vais dire, mais ils attendent. Un léger sourire s’affiche au coin de mon visage, puis je reprends.

- Sois des notre !
  • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion


Howard Prince, Le Shinoryuu Kaizoku !


    ALe soleil n'était plus qu'un demi-cercle orangé à l'horizon, magnifique, éblouissant les hommes d'une caresse douce et chaleureuse... Regardant par le hublot de la grande pièce qui lui servait désormais de chambre, Howard Prince était assis, sur un petit bureau en bois et contemplait cette magnificence, cette splendeur qui lui faisait presque tout oublier pendant quelques instants... Plume à la main, le pirate mettait sur parchemin, l'ensemble des données qu'il avait pu collecter sur cette première partie de l'île. Chose importante pour l'homme au tricorne, qui, par cela, enregistrait certains points, certaines informations qui pourraient s'avérer utiles dans le futur... De plus, il pourra, par cela, faire son rapport à Lion pendant la soirée.
    Une légère brise vint alors lécher l'échine du pirate, qui frissonna... Fermant les yeux, l'homme sourit, tout en se laissant aller sur sa chaise : il était bien... vraiment bien. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu'il naviguait avec les Shinoryuu et plus le temps avançait, plus le Prince se sentait à l'aise, cet équipage lui rappelant de plus en plus ses anciens frères... De plus, l'ordre du Lion lui remémora tellement de choses : les ordres de Sayle, de ses généraux... Enfin, Takashi avait été retrouvé et ce dernier allait apparemment bien... Toutes ces choses qui enlacèrent Prince dans un voile de satisfaction et de bien-être.

    Tandis qu'il se remettait à l'écriture de son rapport, une clochette retentit pendant plusieurs secondes :

    « Hum ? »

    Ne faisant pas attention, Prince se remit à son travail avant qu'un cognement, à sa porte, ne vienne l'interrompre :

    « C'est ouvert. »

    Mugen, l'un des deux charpentiers du Blue Moon, pénétra alors dans la chambre de l'homme au tricorne qui ne s'était pas levé de son bureau. Ce dernier, sourire aux lèvres, s'adressa alors au Prince :

    « On t'attend sur le pont Prince, viens ! »

    Rangeant alors sa plume ainsi que ses feuilles, le pirate sourit à Mugen, qui, heureusement, s'était bien remit de sa grave blessure, à Banaro... :

    « J'arrive tout de suite, laisse-moi juste le temps de mettre un peu d'ordre là-dedans. »

    Puis après quelques minutes, l'homme au tricorne monta sur le pont supérieur et s'appuya sur un des trois mats principaux, les bras croisés : tout le monde était présent, écoutant, à première vue, un Lion en plein discours... Un exercice pour lequel le second excellait :

    « ... ne l'avons pas encore fait, mais il est temps mes amis de fêter l'arrivée de plusieurs personnes dans l'équipage. Je parle bien sûr de notre musicienne, Mitsume. De l'épouvantail, d'Azraël, qui est arrivé tout à l'heure avec le Capteun'. Mais ce n'est pas tout. Howard Prince... cela fait un moment que tu es sur notre navire, tu t'es battu à nos côtés sur Banaro et ce, au risque de ta vie. »

    Plissant les yeux, un peu surpris que le second pointe son discours sur lui, Prince regarda alors l'ensemble des Shinoryuu... Chacun souriait chaleureusement, sincèrement, une chose que le pirate n'avait jamais encore remarqué : une flamme vive et affectueuse semblait étinceler dans les yeux de chacun...
    Plaçant une de ses mains sur son tricorne qu'il abaissa, Prince était honoré par le discours de Lion. Puis, tandis qu'il relevait la tête, une phrase vint heurter son esprit comme un coup de canon, se répercutant ensuite, à l'intérieur de son coeur, à l'image d'une véritable déflagration :

    « Sois des notre ! »

    Le pirate s'était longuement attendu à ce genre de demande, à cette "offre"... mais malgré cela, l'impact sur l'homme fut très fort : le temps s'arrêta pendant, ce qui parut être de longues minutes, tandis que milles et une question apparaissaient dans l'esprit du pirate. Le diaporama devenait transparent et seul le vent semblait être présent. Puis, une voix résonna derrière le pirate au tricorne, un soupir, non, un écho :

    « Regarde-les Howard... Tu ne penses pas qu'ils pourraient être... ta famille ? »

    Prince resta là, immobile, durant quelques secondes à écouter la voix de son ancien capitaine Sayle Valdean, qui sonnait à ses oreilles comme une tendre mélodie... Une main invisible se posa alors sur son épaule, le sortant de sa rêverie :

    « N'hésite pas... Howard... »

    L'homme au tricorne s'avança vers Lion et Mizukawa : ses pas résonnaient sur le plancher, comme le décompte d'un évènement important, alors qu'un silence grave et pesant régnait sur le pont supérieur... Un large sourire s'était affiché sur son visage avant que ce dernier ne mette genou à terre, devant ses supérieurs... Regardant le sol, il sortit Yubashiri qu'il positionna à côté de lui, avant de lancer :

    « C'est avec un grand honneur que je porterais la marque des Shinoryuu, la marque de mes frères ! »

    Mizukawa sourit à son tour, invitant alors le Prince à se relever : une poigne de bras fraternel entre les deux pirates, sous l'acclamation des autres nakamas, officialisa le recrutement du pirate gentleman Howard Prince, chez les Shinoryuu Kaizoku !

    Un destin en marche...



    Spoiler:

    Un équipage de pirates... C'est une chose dont cette petite fille qui venait tout le temps nous rendre visite nous parler souvent, et dont ce vieil homme au port nous avait reparlés à son tour. Je n'avais personnellement, en tant que simple corbeau de compagnie, jamais compris en quoi ça consistait vraiment. J'ai bien cru en voir un ou deux dans ma vie, comme par exemple ceux qui avaient, sûrement involontairement, donnés vie à mon maître. Celui-ci ne devait pas vraiment avoir mieux compris le principe que moi sur le coup, les pirates ne sonnant alors pour moi que comme une bande de brigands nomades, là où Mao devait penser à... Il ne devait pas vraiment y penser au fond, juste se dire un truc du genre "Les pirates ? Mais ça a l'air trop cool, ce truc !", bref, vous aurez compris. Mais maintenant que j'étais au bord de l'un de ces navires, je comprenais un peu mieux de quoi il s'agissait. L'ambiance festive et solidaire, la poignée de main entre ces deux pirates qui semblaient comme les deux plus vieux amis du monde... Au fond, le véritable sens d'un équipage de pirates, ce devait être un ensemble d'aventuriers ayant certes des objectifs communs d'aventure, mais qui surtout se battraient les uns pour les autres. Au fond, je pense finalement que rien n'aurait pu mieux correspondre à Fear Face. L'épouvantail, sur l'épaule duquel j'étais confortablement posé, regardait les deux hommes se serraient la main sous le regard réjoui de leurs camarades. Pour lui, autant de monde réuni était évidemment nouveau, d'habitude, toute personne le croisant fuyait le plus loin possible, et même si quelques personnes l'avaient accepté, moi y compris, jamais un groupe tout entier ne l'avait fait. Pourtant, ces pirates ne semblaient pas le moindre du monde effrayés ou juste intrigués par la créature leur faisant face, et pour ça, ils me semblaient déjà incroyables, et j'ose bien penser que pour mon maître, ce devait être encore plus le cas. Mao, après avoir longuement regardé la scène, me lâcha finalement d'une voix légère et songeuse :

    "Albert... Je crois bien qu'ici, mon art va peut-être être accepté..."

    En toute réponse, je lui lâchai un petit croassement approbatif, et l'observait longuement. Ses doigts se serrèrent, et ses yeux brillèrent -enfin, plus que d'habitude quoi-, montrant clairement la forte émotion qu'il devait ressentir actuellement. Des personnes qui l'acceptent comme il est, prêtes à voir ses tours, écouter ses chants ou à participer à ses jeux, l'épouvantail ne pouvait sûrement espérer mieux. A lui maintenant d'apprendre à s'intégrer au monde des humains et à se battre pour ses rêves. Et Fear Face semblait on-ne-peut-plus prêt. L'épouvantail se mît alors à sourire grandement, depuis son coin de table où se trouvait de la nourriture qu'il n'avait pas touché, bien évidemment. Il se sentît un peu gêné de ne pouvoir boire un toast, mais pour le principe, Mao remplit légèrement le verre, le leva en même temps que les autres et cria "Prost !" avant de boire le verre, se gorgeant la paille d'un peu de rhum. Puis il se leva à son tour, s'approcha de l'autre bout de la table, et se mît alors devant Mizukawa et Prince, posant ses deux gants de jardinier sur les épaules des deux pirates, l'air enthousiaste. Sentant qu'il allait sûrement rapidement s'agiter, je quittai mon nid douillet et m'envola un peu plus loin, me posant tranquillement sur l'une des rambardes du magnifique navire afin d'observer la scène. Fear Face ria franchement et lâcha sympathiquement aux deux compères, mais aussi à tous les membres de l'équipage :

    "Voyons, ne restez pas planter là comme des rondins, faut fêter dignement ça ! Et si on jouait ? J'adore les jeux ! Et puis, vu la taille du bateau, on a de quoi s'éclater !"

    L'épouvantail n'attendit même pas la réponse de ses compagnons et tira en dehors de la table les deux qu'il avait à portée de main, les mettant face à lui. Puis Mao sembla prendre un air songeur, jusqu'à ce qu'il eut le fameux déclic et lâcha gaiement :

    "Je sais ! Que diriez-vous d'un Brompclick ?"

    "Euh... Le quoi ?"

    "Le Brompclick ! Vous connaissez pas ? Alors z'allez voir, c'est marrant ! C'est très simple, chacun notre tour, on doit faire quelque chose en particulier, une action, une acrobatie, une simple phrase... Et les autres devront tous faire exactement la même chose ! Toute personne qui se trompera devra alors boire un verre de rhum comme gage !"

    Sentant l'intérêt de certaines personnes pour ce petit jeu festif, je me mettais à l'aise pour le spectacle, sentant que ce jeu offrirait des scènes des plus horripilantes, surtout avec Fear Face aux commandes. L'épouvantail réfléchit un instant, alors que d'autres personnes s'approcher, et finalement, prît une position des plus étranges, ressemblant à un arrêt sur image d'un ballet des plus ridicules, où Mao ne tenait que sur une jambe et tenait un bras vers l'avant levé, l'autre vers l'arrière, pointé vers le sol.

    "Pour vous montrer, je commence ! Position du cygne constipé !"
      ON ATTAQUE LES DERNIÈRES RÉSERVES DE RHUUUUUUUUM !!!!!



      Après j'enchaîne sur un chuuuuut bien accentué...Je dis à tout le monde qu'il y'a Izya dans le mal...Elle a des blessures et elle est inconsciente, mais ça va, on a notre toubib préféré Azrel ! Celui qui veut aller à Drum à tout prix...Et pendant que j'enchaîne un verre à moitié vide de rhum, je lance un : Mary Maryyyy à tout prix, je veux !! Et je gueule, mais je gueule ! Avec le sourire aux lèvres et l'envie de tout faire péter, mais dans le bien ! Quoi ? Comment ça, j'ai attaqué les deux bouteilles à moi tout seul ? Et complètement désinhiber, je commence à chanter ! Milles Milliards de Tonnerre de Brest !

      ''Barre à Bâbord, pas de quart-ier ! Larguez les amarres ! Virez moi cette putain de grande voile !! ...Il était un petit Shino ! Il était un petit Shino ! "

      Tous en Coeur !

      ''Qui n'avait ja-ja-jamais navigué...qui n'avait ja-ja-jamais navigué. Ohé ohé! Ohé ohé ohé ohé matelot, matelot navigue sur les flots. Ohé ohé ohé ohé matelot, matelot navigue sur les flots...Il entreprit un long voyage...Il entreprit un long voyage
      Sur la mer be-be-bleu !...Sur la mer be-be-bleu !''


      Au bout de cinq à six semaines, au bout de cinq à six semaines. Les vivres vin-vin-vinrent à manquer. Les vivres vin-vin-vinrent à manquer. On tira-z-à la courte paillllle ! Paille ! Paille !! On a prit Fear Face et on a joué ! On a prit Fear Face et on a jouéé ! Pour savoir qui-qui-qui serait mangé...Pour savoir qui-qui-qui serait mangé...On a voulu bouffer Fear Faaace ! On a voulu bouffer Fear Face !! Mais le sort tomba sur le petit Prince ! Mais le sort tomba sur le petit Prince !!

      On reprend ! Il était un petit Shinooooo...Et faut boire ! Ohouuuuuuuu ! Faisons la fête ! Cassons tout ! Renversez vos verres !!

      Soudain l'excitation monte à son maximum, j'ai l'impression que des vagues s'émanent de moi, je suis bien ! Je suis trop bien ! L'euphorie...ça fait ça de boire trois bouteilles de Rhum ?





          « Pour vous montrer, je commence ! Position du cygne constipé ! »

          L'épouvantail commença son drôle de jeu et prit alors une étrange position, grotesque, ridicule, mais également très amusante, faisant davantage penser à... rien du tout, qu'à un éventuel "cygne constipé"... Une grimace joyeuse apparut sur le visage de l'empaillé, comme pour finaliser sa "figure", chose que devrait parfaitement reproduire le prochain participant, si ce dernier ne voulait pas prendre un gage.

          « Voilà donc le principe de ce "Brompclick" hein ? Intéressant... »

          C'est Mugen et Shinji qui s'approchèrent les premiers, afin de participer au petit jeu du nouveau Shino. Tout sourire, ces derniers paraissaient sur d'eux, probablement certains de pouvoirs gagner et de voir les participants à terre, tandis qu'eux pourraient se moquer pendant les nombreux jours à venir...

          Adossé au mat principal, un verre de rhum à la main, Prince observa alors le divertissement : ce dernier prenait, petit à petit, un plus grand intérêt, tandis que Mitsume s'approchait à son tour des concurrents : les drôles de figures s'enchaînaient, passant du "cygne constipé", au "maquereau volant" et autre "gazelle indomptable"... Des positions toutes moins Princières les unes que les autres, mais qui, à chaque fois, amusèrent l'homme au tricorne :

          « Ohé Prince ! Ramène toi, c'est à ton tour ! »

          Mugen, qui venait de terminer une nouvelle figure, appela le pirate gentleman à prendre place dans le "Brompclick". Néanmoins, Prince, tout sourire, déclina l'invitation :

          « Non allez-y, je vous regarde, cela m'amuse assez comme cela ! »

          Shinji se posa alors sur l'épaule de son compère avant d'ajouter :

          « Ah... Bizarrement cela sonne comme un "vous êtes trop forts pour moi les gars, je ne peux rivaliser"..." Héhéhé ! Ou peut-être n'est-ce pas assez... "Princier", pour notre nouveau camarade ? »

          Fermant les yeux, Prince fini alors son verre, cul sec, avant d'accepter l'invitation... Arrivant au milieu des autres concurrents, le pirate au tricorne souffla de dépit, comme honteux de devoir effectuer cette gestuelle ridicule... Lui, un gentleman... Puis, respirant profondément, il se lança, enchaînant les positions qu'il avait enregistré quelques secondes plus tôt, sans commettre une seule erreur. Vint alors son tour de proposer une figure : bondissant dans les airs, tout en tournoyant majestueusement, Prince exécuta une série de trois coups de pieds rapides vers les cieux avant de retomber, un genou à terre, sur le pont. Le choc explosa quelques lattes au passage, chose que les deux charpentiers, désabusés par l’enchaînement du Prince, ne manquèrent pas de reprocher à ce dernier :

          « Bordel !!!! Tu pourrais faire gaffe, Enfoirééé !!!!! »
          « Bordel !!!! Tu pourrais faire gaffe, Enfoirééé !!!!! »

          La fête prenait une atmosphère impressionnante, renversante sur le Blue Moon : les rires et les divers chants raisonnaient dans la nuit étoilée, tandis que l'alcool ne s'arrêtait plus de couler à flot...



          Nous y voilà. Notre équipage a grandi et ce, sur les décisions du capitaine. Je ne sais pas s’il fait bien ou non, mais j’aurais aimé qu’il recrute des membres un peu comme nous avons fait avec Howard. En attendant qu’ils fassent leurs preuves, qu’ils nous montrent de quoi ils sont capables. Enfin bref, pour le moment tout ce passe bien, même très bien je dirais. La fête a commencé sur le Blue Moon et l’ambiance est au rendez-vous grâce notamment à notre épouvantail qui a lancé un drôle de jeu. Je suis même agréablement surpris de voir que Prince y participe ! C’est bizarre, d’habitude, il est tout le temps à l’écart du groupe, mais là, j’ai l’impression qu’après son adhésion officielle au groupe, la barrière qu’il y avait entre lui et nous a disparu. Brave type, j’apprécie ce genre de personne.

          Tout le monde rigole, les tours s’enchainent et boivent ceux qui ratent les positions. Je réfléchis à une que je pourrais introduire à mon tour. Ahaah… j’ai trouvé ! Cassandre passe puis j’enchaine juste derrière en refaisant les cinq précédentes positions comme un chef. Pour conclure, je saute les pieds joins sur le pavois, fais un petit saut afin de changer de position. Ayant maintenant les jambes en l’air, je fini en marchant sur les mains sur le rebord puis redescend suivi d’un « Tadaaa » avec les bras écartés et le gros sourire. Le jeu continu puis nous changeons avec un autre, qui est interrompu par Mizu. Fin saoul, le voilà reparti avec une chanson complètement improvisé et donc, par conséquent pas très agréable à entendre. Mais bon, les autres sont bourrés aussi alors ils l’accompagnent. Hahaha, quel cirque je vous jure ! Bref, la fête continue ainsi pendant un moment puis finalement, certaines personnes disparaissent, d’autres dorment un peu n’importe où sur le pont ou encore vomissent par-dessus bord… une fête quoi.

          Dans les moments comme ça, j’aime bien analyser les gens. C’est d’ailleurs grâce à ce genre d’analyse que mes amis Shinji, Mugen et moi sommes amis. Bien que nous travaillions tout le temps ensemble à l’époque, ils auraient pût être de simple connaissances ou des collègues de travail. Hors, bien que ces deux zinzins aiment l’alcool, leur comportement ne change pas pour autant lorsqu’ils sont enivrés. Ils savent reconnaitre un ami même après quelques bouteilles et surtout, restent eux même.. Car lorsqu’une personne boit, on peut voir qu’au fond, cette personne n’est pas du tout ce qu’on pensait car cette dernière dévoile sa vraie nature. Ce soir j’ai observé le groupe, certains avaient l’air de bien tenir, d’autres pas du tout. Certaines avaient des attitudes normales, d’autre non. C’est pourquoi, je vais probablement garder tout d’abord mes distances, mais aussi un œil sur eux.

          Après quelques heures, c’est-à dire à peu près quatre heure du matin, la fête est fini depuis un bon moment et je suis assis sur des caisses à l’avant du galion, tout seul. J’ai besoins de réfléchir et surtout, de profiter du silence. D’écouter les vagues frappant la coque du Blue Moon. Je réfléchi à ma situation actuelle, à ma vie. Bon sang, qui aurait cru qu’un jour, un avis de recherche en mon nom circulerait dans les villes ? J’ai toujours rêvé d’être pirate, mais de là avoir une prime, jamais j’en aurais douté. Et puis, bien qu’aujourd’hui ma vie ne soit qu’aventure, il me manque quelque chose. Je sais ce que c’est, mais ne peut l’obtenir. Depuis que Riya m’a annoncé qu’elle portait mon enfant, ma façon de voir les choses change. Cette fille envers laquelle je n’avais pas vraiment de sentiments dans le passé, me manque toujours un peu plus au fil du temps. Ça fait plusieurs mois maintenant qu’elle est enceinte et j’avais promis de revenir dès que je pourrais. Mais là, je m’éloigne toujours plus. Dieu sait comment je vais faire pour retourner là-bas, si je vais pouvoir survivre jusqu’à mon retour, s’il y aura un retour… Je soupire un bon coup. Trop de questions dans ma tête, trop ! Je ne sais pas où je vais. Est-ce que Mizu le sait lui ? Il m’emmène au bout du monde, mais y pense-t-il lui à tout ça ? Y-a-t-il des personnes à qui il tient ailleurs ? Encore une fois, je soupire un grand coup. Ça me permet d’évacuer. Soudain, j’entends la voix de Mug’ et Shin’ qui ont l’air de me chercher. Shinji m’aperçoit et l’annonce à Mugen avant de venir tous deux se poser à mes côtés sans le moindre mot. Ils sentent un peu l’alcool, mais ont l’air d’avoir repris pas mal leurs esprits. Des moments comme celui-ci, on en a eu avec ces deux-là, ils savent très bien lorsqu’il faut dire des conneries et lorsqu’il faut être sérieux. Là en l’occurrence, c’est le silence, donc sérieux. Nous sommes pareilles. Nous avons besoins de nous poser à l’écart de temps en temps. Il fait un peu frais dehors et je remarque que Mugen commence à avoir froid, mais est tellement ailleurs qu’il ne s’en rend même pas compte. C’est pourquoi, j’enlève ma veste et le force à l’enfiler toujours sans aucun mot. Shin’ me regarde avec un très léger sourire, puis baisse la tête. Mugen, tout cambré, referme l’avant de la veste. Suite à quoi, j’attrape les épaules de mes amis et les tires vers moi afin qu’ils s’adossent également contre les caisses derrière.

          - Je vous aime les gars !
          • https://www.onepiece-requiem.net/t2877-fiche-du-lion
          Très rapidement, les premiers curieux s'avancèrent vers mon maître, semblant prêts à perdre lamentablement contre un maître du genre comme Fear Face, qui, de ma mémoire d'oiseau, n'avait jamais perdu au Brompclick. Et ceux ne seraient pas ces petits paillards qui le feraient ! Les deux premiers à s'avancer étaient deux jeunes hommes semblant bien naïfs, juste là pour vivre leur vie, et qui s'attendaient bien stupidement à mettre la pâté à un épouvantail d'expérience comme Mao. Puis ce fut une femme, cette dénommée Mitsume, qui se joignit à la troupe, donnant peu à peu vie à ce Brompclick improvisé. Maquereau volant, gazelle indomptable, sandwich périmé, chaque participant rajoutant chacun son tour une nouvelle position tordue au nom loufoque. Puis ce fut alors ce fameux Howard Prince, qui lui avait sauvé la vie, qui s'approcha presque à contre-coeur. Sur le coup, je m'étais presque dit qu'il ne devait pas être un gars super agile pour ne pas être motivé à ce jeu comme ça. Courageux d'avoir sauter à la flotte pour sauver mon maître, certes, mais pas forcément habile de son corps pour autant. Bien sûr, couard que j'étais, j'avais totalement tort, et avec une facilité déconcertante, l'homme au tricorne reproduit les figures précédentes les unes après les autres, avant de faire lui-même sa propre figure, une pirouette prodigieuse qui tira à Fear Face un grand "Ooooohhhhh" digne des enfants les plus naïfs. Puis ce fut le second du capitaine, ce Lion, qui se joignit à la danse, et fit une magnifique acrobatie aussi impressionnante. De toute évidence, on était passé sur les pirates les plus fins et les plus redoutables de l'équipage, professionnels dans l'art de faire les guignols dans les airs. Je n'osais ce que ça aurait donné avec Mizukawa si celui-ci n'était pas déjà complètement ivre et incapable de tenir debout. Pas très coriace à ce niveau, le capitaine. L'épouvantail fixa longuement d'un air impressionné les deux pirates, puis finalement, reprit ses esprits et afficha un grand sourire sadique.

          "Oh oh, à ce que je vois, il y a du level ici... Intéressant, j'aime ce genre de challenge. Mais n'espérez pas me vaincre, je suis champion de Brompclick depuis mes plus petits débuts ! Voyons voir ce que vous valez."

          Sur ces mots, Mao reproduit sans le moindre problème les positions de Mugen, Shinji et Mitsume, puis tout comme Prince, fit cet agile saut suivi de coups de pied en l'air, qui bien que beaucoup moins classe avec des bâtons de bois qu'avec les élégants pieds du pirate, était fidèle à l'original. Puis, regardant la rambarde avec une pointe d'appréhension face à la mer, Fear Face se rembourra psychologiquement sa paille et exécuta la figure de Lion. A ce stade, de toute façon, je savais que mon maître serait prêt à tout gagner ce jeu, rien que pour l'esprit de défi, et ces humains devront se donner à fond pour le faire boire. Ayant terminé sa figure en rigolant bêtement, comme preuve de sa légère fierté, Mao se repositionna au centre du bateau, et regarda ses compagnons de jeu d'un air provocateur et de défi, signifiant clairement "Essayez donc de faire ça". L'épouvantail se mit alors à faire claquer ses jambes de bois doucement et régulièrement sur le sol, faisant résonner le parquet sur un rythme entraînant, puis soudainement, devant les regards éberlués de ses nouveaux nakamas, se mit à accélérer très vite en dansant sur place, ses bouts de bois bougeant dans tous les sens et tapant à une vitesse impressionnante, tels des claquettes. Tous les mouvements semblaient prémédités, et s'enchaînait à une vitesse vertigineuse, jusqu'à ce que finalement, l'épouvantail humain atteigne un pic de vitesse et cesse soudainement sa figure par deux derniers claquements au sol et ses deux bras tendus sur le côté, diagonalement, en lâchant sur un ton légèrement hispanique :

          "Qué bonito ! Faîtes donc ça, si vous en sentez capables, l'un de vous, ou un autre membre de l'équipage, peu m'importe, bwahahahahah !"

          Mao partit dans un faux délire machiavélique, qui sonnait étrangement entre la voix démoniaque et le rire stupide. Il avait craqué, pauvre de lui, je savais que prendre de la paille trop fraîche était bien trop dangereux. En tout cas, les deux charpentiers et la musicienne regardèrent ébahis l'épouvantail, et sans même essayer de reproduire la figure, les trois membres de l'équipage prirent un air blasé et burent leur verre cul sec en signe d'abandon, commençant à rejoindre Mizukawa dans son état d'ivresse. Fear Face ricana bêtement et se tourna vers Prince et Lion, ainsi que les autres membres de l'équipage présents derrière, attendant de voir si ils seront capables de faire autant, et bien sûr, encore mieux après.
            Brompclick...Hip ! Je vacille ? Je valse ? C'est quoi le bromp-machin...Hip ! Oh putaiiiiin ! Je tiens vraiment pas l'alcool et malgré cela, je jette un oeil sur mon verre. Un regard dénoué de direction propre, je regarde le fond de mon récipient et à la fois la table, le plancher... Je sais plus trop, ça tourne dans le ciboulot, ça tourne vachement, c'moi qui vous l'dis. A ce moment là précis, l'honorable Fear fait une brompclickesse d'une finesse que je ne peux terminer ma potion magique qui me rend tout fou'fou... Hip !

            Bien sûr quand t'es bourré, tu fais de la merde, mais ça dépend des gens ! Y'a de la mauvaise et t'as la bonne merde...ouai'p M'sieur ! Moi je balance entre les deux... Le côté obscur de la force, celle qui m'a dominé pendant plus de quatre ans et t'as le côté lumineux de la force...C'vachement dur de rester sur une catégorie, encore plus hard quand t'es un peu pompette ! J'ai un semblant de ma tête, mais mon corps n'agit pas comme d'habitude, il fait comme il en a envie. Il suit les directives de mon côté diabolique, un peu taquin sur les bords, il se fout totalement des conséquences que ça peut avoir. J'ai des envies de meurtres ! J'ai besoin de liquider ce verre ! Et Hop ! Une portion de rhum. Hip !

            -Liquidé !

            Bois ! Bois ! Bois ! Bois ! Ce soir, je suis chaud, je pète la forme, je peux faire plein d'abdos, je prends ce qu'il faut, je m'en mets plein la gueule, je suis pas en manque...Moi, je bois mon rhumy...Moi en soirée, je bois mon rhumy. Je dépense même pas un berry parce que je suis un bon petit pirate, regarde ma face, je suis un ange ? Hihihihihi Et tandis que Takashi attaque son énième verre d'eau, je lui rajoute discrètement du rhum...oui discrètement...Invisible, je suis ! Hihihihi

            Pendant que les autres s'amusent à mimer des gestes, j'ai disparu un moment de leur champ de vision, je rajoute un peu de rhumy en masse, car c'est funky. Je m'abaisse doucement et je commence à attacher les chaussures de Mitsume en prendant un lacet de chaque godasse...En prendant ? Hip ! En prenant ! Héhéhé, elle va tombée. Là je me gratte les cheveux et soudain la table immobile s'approche de plus en plus de ma tête...quoi que c'est plutôt le contraire, j'esquive avec aisance, car je suis torché et je crois fermement que tout est facile. Là j'aperçois Tokigawa en train de boire, je le bouscule et il renverse son verre chez son voisin Takashi...Ouh ! La boulette.

            Je commence en avoir assez et je ré-apparais incognito sur le pont pour finir ma soirée à décuver en regardant les étoiles dans le ciel. Et le meilleur endroit pour ça bien sûr, c'est la vigie. Par contre, ça me paraît tellement haut que j'ai peur de me rentamer la gueule...Peur ? J'AI PAS PEUR ! JE SUIS LE CAPITAINE MIZUKAWA !Petit à petit, j'escalade pour arriver au sommet jusqu'à ce que je glisse...woaaaa ! Je tiens une accroche d'une main et je faiblis, je veux pas tomber ! J'essaie tant bien que mal de me ressaisir, mais rien y fait, je suis dans le caca. J'ai même essayer d'enlever une chaussure, puis j'ai retirer la deuxième, car ça faisait contre poids avec l'autre. Ensuite, je me suis démener pour me stabiliser...Fait chier, j'ai réussi ! En revanche, j'ai mis un coup assez bourrin sur le mat, ce qui fait qu'il y a un trou...Enfin arrivé à mon but, je me laisse aller par l'ivresse et observe le ciel qui est couvert par les nuages. Bref, j'ai voulu regarder les étoiles !