-55%
Le deal à ne pas rater :
Coffret d’outils – STANLEY – STMT0-74101 – 38 pièces – ...
21.99 € 49.04 €
Voir le deal

Survis ma fille

Août 1621

Le bateau des Quinn voguait doucement en direction d’une destination inconnue. Inconnue aux seuls yeux de la jeune Levy. Ses parents, à l’avant de l’embarcation, discutaient doucement des épreuves qu’ils avaient préparées pour le week-end. A l’arrière, Quinn, lisait un livre sur une civilisation antique, L’île Yokaï, qui avait mystérieusement disparue des cartes en l’espace d’une demi-décennie. Passionnée par les différentes légendes racontées sur cette île, Levy remarqua seulement la destination lorsque celle-ci fut assez proche pour qu’elle se sente toute petite face aux montagnes vertes.
La future héritière regarda attentivement la flore dans laquelle elle allait devoir survivre. Petite plage, arbres feuillus et bien verts, de grandes montagnes formant une chaîne s’étendant d’un bout à l’autre de l’île. Lorsque le bateau accosta, l’atmosphère froide et iodée laissa place à un climat chaud et humide. Sans même transpirer, le tee-shirt de Levy collait son corps et cela lui déplaisait grandement. La chaleur seule soit mais cette atmosphère était horrible. Il lui faudrait quelques heures pour s’habituer à ce climat. Mais elle espérait qu’elle n’aurait pas le temps de s’y acclimater. Seulement son père, en une seule phrase, brisa tous ses espoirs.


-Levy, cette fois-ci ce ne sera pas une sortie comme on a l’habitude. Tu vas devoir réussir à t’en sortir pendant deux jours. On est vendredi donc tu ne devras revenir que dimanche. Mais t’inquiète pas, pour cette fois, on va te laisser un arc et une dizaine de flèches. Bien entendu, l’arc n’est pas bandé. Tu devras le faire toute seule. J’allais oublier, ta mère t’a préparé un petit truc à aller chercher. T'inquiète pas, tout va bien se passer, il suffit d'y croire et de continuer à avancer même si le danger semble insurmontable... Mais d’abord mangeons un bout.

Lara, la mère de Levy, sorti de l’embarcation un panier en osier avec de quoi manger. Levy, prévoyant la difficulté de l’épreuve, fut la seule à réellement manger. Une fois l’encas terminé, sa mère lui remit l’arc, un carquois ainsi qu’une carte avec des indications sur le lieu à trouver. Les indications semblaient plutôt simples mais la jeune Quinn en fut ravi. Après de bref derniers conseils et encouragements, notre aventurière s’aventura à l’intérieure de la dense végétation.

Tout d’abord, il fallait qu’elle trouve quelque chose pour l’aider à raidir son seul moyen de défense. Levy remarqua un rocher assez gros pas très loin de là. Après s’être approchée, elle cala son arc entre la pierre et le sol. Puis força pour accrocher la corde. Ses mains glissèrent et se reçu le bois de son arme, sur le haut du crâne, qui claqua comme un fouet. Elle frotta sa tête en espérant qu’elle n’aurait pas de bleu. Le deuxième essai fut le bon et Quinn se remit en marche. Maintenant qu’elle avait de quoi se défendre, ou chasser, elle pouvait se mettre en route pour trouver l’objet caché par sa mère.


-Alors je dois remonter la rivière et ensuite trouver l’arbre aux milles souvenirs … Pourquoi elle ne me donne jamais d’indications claires et limpides comme de l’eau de roche. Franchement, je serais mieux sur la banquette arrière en train de bronzer tout en lisant.

Levy continua d’avança en direction du nord lorsqu’elle tomba nez à nez avec un arbre gigantesque… parfait. Après avoir fait le tour plusieurs fois pour noter chaque détail, comme la position des branches ou bien la masse de feuilles, elle monta à celui-ci. Les branches étaient plutôt espacées et cela rendait l’ascension ardue. Une fois au sommet, Quinn pouvait voir la moitié de l’île tandis que l’autre côté était caché par la chaîne montagneuse. Au loin une rivière coulait tranquillement du haut de la montagne pour se perdre dans la forêt. Lorsqu’elle voulu entamer sa descente, un groupe d’oiseaux s’envola d’un arbre proche faisant perdre l’équilibre à la brune qui bascula en avant.


Dernière édition par Levy Quinn le Dim 24 Mar 2013 - 1:21, édité 2 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7591-chasseuse-de-tresor-levy-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7537-archeologue-en-devenir
La mousse recouvrant l’arbre rendait la stabilité plus qu’insuffisante. Des oiseaux s’envolèrent faisant basculer Levy en avant. L’arbre devait bien faire une quinzaine de mètres. Sur le chemin entre la cime et le sol, plusieurs branches décidèrent de rester sur le trajet. Quelques unes se cassèrent tandis que d’autres se plièrent pour laissait passer l’humaine tombante non identifiée. La dernière branche sur son chemin ne céda pas sous la pression, bloquant la jeune fille d’une telle façon qu’on aurait dit un tee-shirt venant d’être étendu. La vitesse ayant diminuée avec les différents obstacles et la taille de la branche, plus grosse que les autres vue sa basse position. Quinn resta bloquée sur la branche, pendant un bon moment, complètement dans les vapes.

Une fois ses esprits repris, Levy se mit en direction de la rivière. Son estomac la faisait vivement souffrir. Elle avait la bizarre impression qu’une barre en fer coupée son corps en deux au niveau du nombril. Levy n’était pas encore parti depuis une demi-journée qu’elle était déjà couverte d’égratignures et de bleus. De toutes manières, si elle faisait demi-tour maintenant ses parents lui rigoleraient au nez et la renverraient dans la jungle plus vite qu’il en faut pour le dire. Comme avait dit son père avant de partir. La seule solution est de continuer à avancer même si on n’en a pas vraiment envi. En repensant à cette phrase, un frisson lui traversa la colonne vertébrale de bas en haut malgré la chaleur suffocante régnante sur cette île. D’ailleurs était elle habitée ?

Deux heures plus, Quinn était arrivée à la rivière mais décida de s’enfoncer à l’intérieur de la forêt afin de trouver quelque chose à manger. Son ventre ne lui faisait plus aussi mal mais son estomac indiquait avec colère son envie d’être nourri. Son arc à la main, Levy avançait le plus silencieusement possible à travers la végétation. Au bout d’un moment, elle tomba sur un arbre formant avec le sol un angle aigu. Profitant de cet avantage topographique, l’adolescente grimpa sur celui-ci et guetta une quelconque proie. Elle resta là, sans bouger un cheveu, guettant une quelconque proie. Cette dernière pointa le bout de son museau. Il s’agissait d’une proie plutôt différente des autres vu qu’elle était aussi un prédateur. Une sorte de félin avec de grandes incisives et un pelage brun foncé aux reflets verts.
Prenant une flèche dans son carquois, Levy visa le coup de l’animal et bloqua sa respiration. L’animal ne semblait pas avoir remarqué sa présence ce qui était plutôt bon signe. Lorsque la chasseuse lâcha prise, la tension dans la corde disparue et envoya la flèche, dans un sifflement, se planter dans la cible. La bête émit un cri d’agonie qui se coinça dans sa gorge. Levy regardait l’animal, une pointe de tristesse dans le regard, en attendant qu’il finisse de mourir. Malheureusement, elle n’avait pas remarqué le deuxième prédateur qui montait secrètement à l’arbre où elle se tenait.

Au dernier moment, Levy entendit le bruit des griffes s’accrocher à l’écorce et se retourna en mettant le bois de son arme en opposition. Cela lui sauva surement la vie mais son tee-shirt se retrouva déchiré. L’attaque du fauve lui laissa une griffure sur le ventre. Elle n’avait vraiment pas de chance aujourd’hui. Apparemment, le destin s’acharnait sur cette partie de son corps. Le félin, toujours en face d’elle, attendait le meilleur moment pour sauter sur sa proie qui ne semblait pas vouloir fuir, une première pour lui.

Levy Quinn fixait son opposant dans les yeux pour lui montrer qu’elle était tout aussi décidée que lui. Les animaux ont un code de conduite plutôt simple pour ce genre de situations : les proies fuient tandis que les prédateurs se défendent en jouant avec leur vie. Levy attrapa une flèche de son carquois et se mit en position pour recevoir la prochaine offensive. Elle sentait son rythme cardiaque ainsi que sa respiration s’accélérer. Malgré le fait qu’elle essayait de respirer calmement pour rester le plus lucide possible, cela était vraiment difficile. D’un côté elle devait affronter un fauve, surement en colère par la mort d’un membre de son clan, et de l’autre, elle pouvait choisir de sauter dans le vide mais il n’y aurait pas de branches cette fois-ci pour ralentir sa chute. Le temps de la réflexion était terminé, le félidé sauta dans sa direction.


Dernière édition par Levy Quinn le Sam 23 Mar 2013 - 22:43, édité 1 fois
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7591-chasseuse-de-tresor-levy-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7537-archeologue-en-devenir
Se retrouvant complètement bloqué par l’animal qui, avec une extrême précision essayait de la mordre au visage… surement à la gorge comme elle l’avait fait avec sa propre proie. Les crocs de l’animal s’arrêtaient toujours à quelques centimètres de son visage qui semblait si fragile à côté d’une telle violence. L’arbre était assez incliné pour permettre au gros chat de renverser Levy sur le dos. Se cognant la tête au passage. Mais, s’étant mise en « boule » du mieux qu’elle pouvait, ses pieds étaient posés sur le torse de l’animal enragé le bloquant dans ses mouvements. Tremblant de peur face aux attaques répétées et le poids de l’animal, particulièrement élevé, qui indiquaient qu’elles n’allaient pas tenir encore longtemps. Ses blessures picotaient atrocement, ses jambes tremblantes et son manque de solution la faisait flipper à mort. Et le mot est bien choisi vu qu’elle pensait mourir par cet animal.
Dans un moment d’extrême angoisse, une pensée de son père, devant se trouver tranquillement sur le bateau à déguster du vin, lui vînt à l’esprit : « Rappel toi bien 4 points sont essentiels, la gorge, les poumons, l’estomac et, si tu peux, la cuisse ». Levy serra les dents et poussa d’un seul coup sur ses pieds et puis mis la flèche devant elle. L’animal retombant sur Levy ne put arrêter sa course. La flèche se planta en plein milieu de l’œil droit de l’animal…


*Putain mais qu’est ce que je fais*

Le monstre était allongé sur Levy K.O, la flèche venait de lui transpercer le cerveau abrégeant sa vie d’un seul coup. Le stress, le sang qui coulait le long de ses bras, ses blessures, la peur et la fatigue rendait sa compréhension floue et la plongeait dans une panique intense. Sa respiration accéléra lorsqu’elle poussa le corps qui tomba de l’arbre et s’écrasa par terre. Durant sa descente, Levy ne savait plus où elle se trouvait, ce qu’elle devait faire. Une fois en bas de l’arbre, elle réussit à se calmer un peu et reprendre ses esprits. Sa tache était maintenant de récupérer de quoi manger.

S’approchant de sa première cible, une bouffée de chaleur et de mal-à-l’aise l’envahit lorsqu’elle comprit qu’elle ne pourrait récupérer de la viande qu’en découpant l’animal avec la pointe de ses munitions. Tâche ardue et peu ragoutante, Levy vomit lorsque l’estomac de l’animal tomba sur le sol… Une fois l’épreuve mentale finie, elle repartit en direction de la rivière pour se poser avant la tombée de la nuit.
La nuit avait remplacé le soleil depuis un petit moment. Levy était allongée, sur un lit de fortune, et un semblant de toit, créés avec des feuilles de bananiers. Un faible feu continuait à briller dans la noirceur du paysage. Son appétit était légèrement satisfait et ses blessures soignées avec les moyens du bord… de l’eau. Ses yeux se fermaient tout seul, et chaque partie de son corps cherchaient à se reposer. La jeune fille s’endormit, son arc serrait contre son corps et son carquois pour oreiller, en maudissant ses parents de la mettre dans un tel état.

Le réveil en même temps que celui du soleil fut très difficile. La nuit ne fut pas très bonne, de violents courants d’air firent s’envoler les constructions temporaires de Levy. Plusieurs fois, elle se réveilla pensant avoir entendu un animal sauvage ou bien un monstre gigantesque pouvant détruire une montagne rien qu’en la frappant du poing. Finalement, la nuit n’avait pas réussi à reposer Quinn n’y a lui redonner réellement des forces. Après s’être lavée le visage, elle remonta la rivière en direction de l’arbre aux milles souvenirs mangeant quelques graines trouvées sur le chemin. Mais cela ne suffisait pas à son estomac qui grondait son mécontentement.

Tandis qu’elle remontait doucement la rivière, la température diminuait en même temps que l’oxygène et le voyage se fit de plus en plus ardu. Au bout d’un moment, elle découvrit un vieil arbre au milieu de son chemin. Il s’agissait d’une espèce rare vivant plus de 1000 ans… Elle en était sur, il s’agissait de l’arbre qu’elle cherchait. Finalement, l’énigme de sa mère n’était pas si difficile que les anciennes. Fouillant un peu aux alentours, elle remarqua une petite boite cachée sous une racine et la ramassa. A l’intérieur se trouvait un vieux peigne datant d’une cinquantaine d’années… Autant dire, rien de bien excitant

Maintenant, il fallait rentrer. Le retour, contrairement à l’aller, se déroula plutôt normalement. Malgré quelques problèmes de sous-nutrition, qui tiraillait son estomac, ses blessures, l’empêchant de se mouvoir librement, et la fatigue se faisaient ressentir dans tout son corps. Plusieurs fois, elle glissa et tomba au sol se faisant de nouveaux bleus. Plus la destination approchait, plus la difficulté augmentée. Puisant dans ses dernières ressources pour y arriver. Elle n’arriva au bateau que durant la nuit vers 2 heures, ou 3 heures du matin, elle ne se souvenait pas très bien. Lorsqu’elle arriva, son père vînt la chercher. Elle lui remit l’arc, le vieux peigne et s’endormit sur le premier endroit qu’elle trouva, c'est-à-dire la banquette arrière du bateau, sans même prendre le temps de nettoyer la boue et la crasse sur ses vêtements.

[FIN]
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7591-chasseuse-de-tresor-levy-
  • https://www.onepiece-requiem.net/t7537-archeologue-en-devenir