Le Deal du moment :
TV LED 32” Continental Edison CELED32SAHD24B3
Voir le deal
139.99 €

Satan, mon amour ♥

Hungeria, l'île de la pauvreté, surnommée également "Île de Satan".

En débarquant sur cette île, Lilith ne savait pas vraiment sur quoi elle allait tomber mais de là à explorer une île encore plus misérable que celle de Banaro...
Roger et elle avaient fini de se remettre de leurs blessures grâce aux bons soins de Valentino. Cela avait paru bizarre à la newkama dans un premier temps, car c'était elle d'habitude qui soignait les blessures de ses nakamas, même du temps où Shoma était capitaine. Shoma... De plus en plus souvent, Lilith se prenait à repenser à lui depuis son affrontement avec Roger. Qu'est ce qu'il devenait? Avait-il réussi à fonder le royaume dont il rêvait tant?

Les questions se bousculaient dans la tête de la newkama, mais elle revint brusquement à la réalité lorsqu'un enfant, crasseux et vêtu de guenilles, vint tirer sur sa cape immaculée afin de lui demander l'aumône. Après avoir offert une pomme et dix berrys au gamin, Lilith le questionna afin de savoir où se trouvaient ses parents.

"Mes parents? Y'z'ont été emmenés par les monstres. Les monstres aux grands bras. C'est mémé qui s'occupe de moi. Y'a presque p'us de grands maintenant, les monstres les ont quasi-tous pris. Les grands qui restent y'font des trucs bizarres avec des bougies et des culottes en chantant des drôles de mots."

Des bougies et des culottes? Intéressant, surtout s'il s'agissait d'une orgie. Quoique vu la situation économique de la population, c'était fortement improbable. Seulement, Lilith devait se ravitailler en attendant que le Log Pose se recharge et pour ça, elle aurait besoin des adultes et demanda donc au gamin de la conduire jusqu'à ses ainés. Une fois arrivés, Lilith n'en cru pas ses yeux: dans une grande cabane, au sein d'un gigantesque pentacle, plusieurs dizaines d'adultes réunis en cercle agitaient des sous-vêtements en dentelle au dessus de leur tête en psalmodiant d'incompréhensibles litanies.
Lilith s’éclaircit la voix et prit la parole:
"Je suis Lilith, capi..."
La newkama n'eut pas le temps d'achever sa phrase que les villageois se ruèrent sur elle. Instinctivement, la jeune "femme" se mit en position de combat et décocha un coup de pied dans le visage de celui qui se trouvait le plus proche d'elle pour l'envoyer valdinguer dans l'un des murs.
Seulement, les villageois, au lieu de l'attaquer, se prosternèrent à ses pieds.

"Enfin nos appels ont été entendus, bienvenue à vous grande Lilith, archdémon de l'Instabilité, maîtresse des Succubes."

Kabbale Inversée:


Dernière édition par Lilith Tentaçao le Jeu 30 Mai 2013 - 11:53, édité 1 fois
    Nouvelle île. Nouveau paysage. C’était toujours comme ça. On voguait des jours en mer, puis on se posait quelques temps sur une île le temps d’y faire quelques crasses. Et on repartait heureux, satisfait de nos méfaits. C’était marrant. L’adrénaline, l’hémoglobine, l’alcool et la luxure. L’aventure battait vraiment son plein, mais je me sentais mal… Cette routine me rouillait. J’avais envie de tester de nouvelles choses… Je ne parle pas de revenir dans le droit chemin et d’aider les gens, mais je voulais quand même changer quelque chose dans ma vie. J’avais donc besoin de réfléchir, de me poser pour penser. Lilith, elle, est partie s’aventurer sur l’île. Et Roger lui faisait… Je ne savais pas ce qu’il faisait et je m’en foutais un peu. Je n’étais pas son père, hein.

    J’étais immature, violent, alcoolique, macho, accro au sexe. J’avais des mœurs bizarres et des délires chelou. Tant de défauts que je pouvais changer. Mais avec lequel j’allais devoir me séparer ? Toutes ces conneries m’apportaient tant de plaisir… J’en avais besoin.

    C’est dans ce moment de doute que ma petite tortue préférée s’est pointé devant mon museau. Ses pitreries habituelles me remirent sur pied. Je pense que ça n’allait pas durer, mais bon rire ça fait du bien. Alors pendant que j’étais de nouveau de bonne humeur, je me suis mis en route. Il était l’heure de visiter l’île et puis peut-être que je trouverais quelque chose d’amusant à faire.

    Je commençais à regretter mon geste dès mon premier pas sur l’île… Le ciel était d’un gris menaçant et la pluie fouettait mon torse nu. De plus, la froideur de cette île causée par le vent et l’humidité avait réussi à faire rétrécir Moby Dick… Mais bon, j’avais décidé de venir donc je ne reculerais pas maintenant. Pas après tant d’effort pour bouger ma carcasse. Je pris donc un sentier qui semblait dessiné pour moi. Enfin c’est ce que je croyais, seulement instinctivement je suivais le doux parfum de Lilith. Quoi c’est pas possible ? La pluie efface les odeurs ? Ça c’est ce que vous dites ! De toute manière vous n’y connaissez rien en nez de requin ! Bon peut-être que j’en rajoutais… C’est vrai qu’il n’y avait qu’un seul chemin empruntable qui menait à un truc qui ressemblait à un village à l’abandon. Mais j’ai vite compris qu’il ne l’était pas. Ce village était bien peuplé, peuplé de créature en adoration pour les culottes ! Oui j’ai bien dit les culottes ! C’est en espionnant les habitants d’une maison que je suis arrivé à cette conclusion. En plus les femmes qui y vivaient, étaient magnifiques. J’étais au paradis. En plus je ne serais pas vu comme un pervers ici. Peut-être que mon destin était de découvrir cette île pour y vivre. Y fonder une famille. Vieillir. Et pourquoi pas mourir ici !

    Ce fut une pluie torrentielle qui me permit de sortir de ce rêve si parfait. Je me suis donc réfugié dans la maison dans laquelle j’avais observé ses adorateurs de la culotte. Je pus y voir que Lilith était traitée comme une reine…

    Tout ce passe comme tu veux capitaine ? ...
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4291-fiche-technique-de-shark
    • https://www.onepiece-requiem.net/t4096-valentino-de-la-rose
    Mes blessures ne sont qu’un souvenir. Les poids sur mon corps et je commence l’entrainement. L’agilité du singe est importante pour mes combats. Je fais le poirier et marche un peu sur les mains. Je bouge mes jambes d’un côté puis chute. Je recommence un nombre incalculable de fois jusqu’à pouvoir bouger sur les mains comme si je ne possédais pas de poids. Enfin c’est pas totalement vrai, je n’arrive pas à faire tomber mes jambes aussi bas que d’habitude tout en gardant l’équilibre. Mais c’est un début. Je continue mon entrainement mais avant tout j’étire bien mes muscles. Un long étirement sans négligeait la moindre partie. La souplesse est un de mes points fort. Elle me permet de réaliser des esquives improbables et de feinter des chutes ou des maladresses.

    Je pointe mon nez dehors. L’ile est en vue. Nous arriverons probablement dans la journée. Je me mets à courir et prends appui sur les pics du sanbi et saute de pics en pics. Enfin j’essaie de sauter de pics en pics. Je suis bien trop lourd et mes muscles ne se sont pas encore adaptés à cette nouvelle masse. Je n’arrive pas même pas à atteindre un autre pic. D’habitude je le fais sans trop de difficulté. Mais autre chose, j’ai une perte d’équilibre lorsque je prends de la vitesse. J’arriverais probablement à maitriser tout ça dans quelque temps. Je dois atteindre mon niveau ordinaire avec ces poids.

    J’suis allé me reposer alors que nous accostons. Ignis vient me réveiller et me signale que je dois garder le navire. Hoo comment ça garder le navire ? J’ai pas que ça à faire. J’dois passer aux journaux. Ça fait longtemps que ma femme n’a pas eu de nouvelle de moi. Elle doit s’inquiéter la pauvre. L’autre insiste pour que je reste, j’lui dis que je sais pas diriger le poisson pour qu’il se nourrisse. Alors voilà les explications.. L’orbe je sais pas quoi et tout. Moué j’suis pas convaincu. Alors j’m’entraine un peu avec lui mais bon c’est assez compliqué. Finalement on reste tous les deux pour nourrir notre sanbi.

    Après quelque temps on revient sur la côte. Je descends du sanbi et promets à Ignis que j’vais pas trop trainer. Surtout que je garderais le sanbi quelques jours vus que j’ai prévue de continuer mon entrainement. Splash. C’est le bruit que fait mon pied au contact du sol. De la boue beurk. J’avance tranquillement et trouve un chemin que je suis. J’me demande où sont parti les autres. Bon le temps n’est pas au rendez-vous. Moi et ma petite chemise hawaïenne cherchons un truc sympa à faire. Au final j’trouve des empreintes. Pas des ordinaires… ça doit être ceux de Val. Je les suis même si j’suis pas un pisteur en principe. Elle me conduit dans un endroit, une maison. Je jette un œil discrètement et trouve les deux d’mon équipage.

    -HEP Val ! Attrape !

    Je sais pas ce qu’il a notre poisson mais il a oublié sa gourde. Cela m’intrigue. D’habitude il la quitte pas comme moi. Je regard un peu ce qui se passe tout en restant à l’entrée. Hum.

    -LILITH ! T’es trooop forte ! T’as déjà tout ça sous tes ordres ? Bon j’vais conquérir les autres maisons alors !

    Je pars rapidement s’en faire attention si elle m’a parlé ou non. Je cherche une autre maison bien remplie puis j’aperçois un mec étrange. J’sais que ce monde est étrange mais là. Je le suis en marchant les mains derrière la tête. Je siffle pour tranquillement. Vers l’angle d’une maison il s’arrête et me remarque enfin. Je le montre du doigt !

    -MAIS C’EST QUOI CES BRAS DE FOU !!!

    J’m’approche et commence à le toucher comme pour voir la marchandise. Oué c’est pas mal ça. J’aimerais bien en avoir comme ça comme esclave. Alors que je suis fasciné par l’espèce, j’entends un claquement de doigts puis un filet me tombe dessus. Trois autres sortent de nul par et me choppent. Surpris, j’me fais ligoter sans avoir le temps de réagir et il me porte en courant.

    -Arrêter les gars ! C’est vous qui allez être mes esclaves pas l’inverse !!

    Arf.. Où va le monde, je vous le demande.
      Lilith, portée sur une chaise à porteurs telle une divinité, commençait à prendre goût à sa nouvelle popularité, mais c'était sans compter sur Roger qui une fois de plus avait réussi à se mettre dans le pétrin. Quatre longs-bras s'étaient emparés de lui, l'avaient ligoté comme un saucisson et commençaient à s'enfuir avec le blondin enrobé dans leurs bras aux doubles-coudes. Sur le moment, Lilith ne vit rien et ce fut l'un des villageois qui vint la prévenir de l'enlèvement de Roger. Aussitôt, la newkama sauta de sa chaise à porteurs et courut pour rattraper les kidnappeurs. Alors qu'elle allait parvenir à rattraper les quatres fuyards, Lilith se ravisa soudain. C'était une excellente occasion de se débarrasser de Roger tout en faisant croire à un accident. Et puis comme ça, il verrait ce que ça fait d'être un esclave. Histoire de montrer qu'elle avait quand même "essayé", Lilith ne laissa  s'échapper que le long-bras qui tenait Roger. Quand aux trois autres, elle les traîna tant bien que mal jusqu'au village.

      Une fois arrivée, elle trouva Valentino complètement nu en train de courir après une des jeunes femmes du village. Décidément, ce requin ne pensait qu'avec sa queue... Pour le calmer, Lilith balança sur le requin deux des trois longs-bras, mais elle ne contrôla pas sa force et les envoya valdinguer sur une des masures du village, causant un vacarme tonitruant.
      "Satan ne va pas être content..." murmura l'un des habitants.
      Satan? Lilith n'en crut pas ses oreilles. Quelqu'un d'autre abusait de la crédulité des villageois...
      Aussitôt, le newkama questionna la villageoise en question.
      "Satan est ici? Conduisez-moi à lui. Immédiatement."

      Intéressant, une autre personne qui devait sûrement posséder un fruit du démon avait eu la même idée qu'elle afin d'abuser de la crédulité des habitants d'Hungeria...

      Suite du rp