Nos cadavres pour une once de liberté...

Des dizaines d'humains étaient attroupés devant la scène en bois, des adultes comme des enfants, en train d'encourager l'entrée en scène de l'artiste en criant et en applaudissant en chœur. Tranquillement perché sur un poteau, je ne pouvais que me sentir ravi de voir autant de gens réunis. Mon maître allait enfin avoir sa chance. Je n'étais qu'un vulgaire corbeau, je ne connaissais donc pas grand chose au domaine du spectacle, mais apparemment, la petite fille qui venait toujours voir Mao avait raconté à tout le village qu'elle avait trouvé un artiste fabuleux, et avait réuni tous ces gens dans l'unique but de leur faire découvrir. Bien sûr, afin d'éviter tout préjugé sur l'apparence, la jeune Lise avait caché l'identité de ce dernier. Voletant jusqu'à la scène, je passai habilement derrière le rideau, où se trouvait mon maître, Fear Face l'épouvantail, ainsi que la petite Lise, en train de lui ajuster son costume de spectacle. Je pouvais sentir le stress monter dans le corps de bois de Mao, qui demanda d'une voix fébrile à sa seule amie humaine :

"Tu... Tu es sûre que ça va bien se passer ?"

"Bien sûr, voyons, ne t'inquiète pas ! Les humains de ce village sont peut-être un peu craintifs, mais ils ont une bonne notion du spectacle. Dès qu'ils te verront sur scène, ils t'adoreront tous ! Allez, tu les entends t'acclamer ? Il est l'heure pour toi d'entrer sur scène, Mao, hihihi !"

Fear Face déglutit de la paille à ces mots, et avec une pression énorme, se mît face au rideau, prêt à entrer sur scène. Ne voulant pas louper une seule seconde de son numéro, je ressortis immédiatement des coulisses et reprit place sur mon plateau, alors que l'heure de l'entrée de mon maître avait sonné. L'heure de son premier grand spectacle, devant un public humain... L'instant décisif où il pourra peut-être devenir un célèbre artiste, comme il en a toujours rêvé. Finalement, l'épouvantail se décida à rentrer sur scène et salua son public, qui se tut immédiatement. Sans attendre, Fear Face commença à jongler avec des quilles, six à la fois, tout en dansant sur la scène, faisant des mouvements absolument incroyables avec son corps de bois. Mais soudain, alors qu'il venait de récupérer avec une habilité extraordinaire ses six quilles, Mao se prit une tomate en pleine joue. J'écarquillai les yeux, alors que la surprise passée, le public commençait à huer l'épouvantail. Et pas que. Les femmes hurlaient d'effroi, disant aux enfants de s'éloigner du bord de la scène, et les hommes commençaient à insulter mon maître, lui disant d'enlever son corps monstrueux de leur scène. L'épouvantail trembla légèrement en voyant ça, mais ne se laissa pas démonter, gardant un magnifique sourire alors qu'il faisait un numéro de jonglage encore plus impressionnant. Cependant, le public n'en avait rien à faire, certains fuyant, d'autres jetant tout ce qui leur passait par la main sur l'épouvantail, les plus fragiles s'évanouissant. Voyant cet horrible spectacle, Lise sortit de derrière les rideaux et essaya de raisonner le public, désespérée.

"Arrêtez ! Regardez ce qu'il fait au moins, c'est absolument fabuleux !"

"La ferme, gamine ! Qu'est-ce qui t'a pris de l'amener ici, d'abord ?"

"Bien d'accord, c'est un monstre, éloigne-toi en avant de te faire massacrer !"

"Cette chose n'a rien de fabuleux, comme tu dis... C'est juste une abomination !"


Malgré toutes ces insultes, Fear Face continuait à jongler, sans perdre un instant son sourire, tandis que des traits d'humidité commençaient à se former sur le tissu sous ses yeux. Finalement, certains hommes commençaient à arriver avec des fourches, et les larmes aux yeux, Lise fut contrainte de prendre Mao par le bras et de l’emmener le plus loin possible, alors que je regardais d’un air méprisable les villageois briser les rêves de mon maître.

________________________________________________________

Brusquement, je me réveillai en sursaut, l’air déstabilisé. J’étais dans la cale du navire, tranquillement installée sur une chaise, non loin de mon maître, Fear Face. Il me fallut un certain temps pour me rendre compte que j’avais rêvé. Sur le passé en plus, j’ai l’impression d’être un humain refoulé par moments. Cependant, il fallait bien avouer qu’il était tout à fait approprié à la situation que Mao vivait. Celui-ci était assis au sol, contre un mur, et semblait pensif. A vrai dire, il était comme ça depuis des heures, et depuis que je m’étais endormi, il n’avait changé ni de position ni d’expression. J’avais bien essayé de comprendre ce qu’il avait, mais il restait silencieux. De toute manière, je me doutais bien de quoi il retournait. Son rôle de Satan… Tokigawa… La réunion qu’ils avaient eue tout à l’heure en vue de la bataille les attendant demain. Soudain, le silence pesant de la cale fut coupé par l’ouverture de la porte d’entrée, d’où surgit Alicia, qui regarda Fear Face d’un air légèrement perturbé. Le voyant effondré au sol, ce dernier ne levant même pas le visage en l’entendant entrer, la prêtresse de la débauche frémit légèrement et lâcha tout à coup, d’une voix joviale et forte :

"Oh, je vois que je ne suis pas la seule à avoir repéré ce coin tranquille ! Toi aussi, tu ne trouves pas le sommeil ?"

"Je ne peux pas dormir."

"Ah oui, c’est vrai, hahaha ! »

Alicia rigola d’une façon assez forcée, alors que Fear Face restait impénétrable. Sa réponse n’était ni sèche ni méchante, elle était juste dénuée de tout sentiment et de toute animosité, un peu comme tout à l’heure durant la bataille. Même moi, j’avais un peu du mal à cerner le cœur de son problème. Cependant, l’alcoolique ne relâcha pas pour autant son grand sourire, semblant cacher un certain malaise que j’avais remarqué à son arrivée, et elle but une grande gorgée de son boisson habituelle avant de s’asseoir juste en face d’épouvantail, au sol calée contre un canon. Voyant que celui-ci ne réagissait toujours pas, Alicia déglutit discrètement, et finalement directement à son objectif, d’une voix soudainement franche et sérieuse :

"Je suis désolée pour ce que j’ai dit tout à l’heure… En fait, je suis désolée pour mon comportement en général depuis notre rencontre. Je n’ai pensé qu’à moi et… Je n’ai jamais tenu compte de votre avis. Bref, je n’ai pas été cool avec vous tous, toi en particulier."

 « Tu n’as rien à te faire excusé. Tu n’étais pas la seule à vouloir t’enfuir à ce moment-là. Même moi, j’ai pensé à le faire… Ne te tracasse pas avec ça. »

"… Dis-moi. Pourquoi tiens-tu tant à sauver ces satanistes ? J’ai bien compris qu’on ne peut pas les abandonner, tout ça… Mais tu dois bien avoir une autre raison, non ?"

Fear Face ne répondit pas tout de suite, toujours aussi impassible, son apparence d’épouvantail n’aidant pas à percevoir ses émotions. Finalement, après un petit temps d’attente, et à ma légère surprise, mon maître se décida à répondre, se confessant à cette étrange femme.

"Mon rêve, depuis toujours, c’est de devenir un artiste célèbre. Mais avec mon physique, tout le monde m’a toujours considéré comme un monstre. J’ai beau m’être persuader mille fois du contraire, remettre ça sur la cause de mon incompétence, au fond, je sais que c’est la vérité. Et là, voilà qu’un village tout entier me considère comme une idole, m’applaudisse, m’ovationne, m’adore. Je suis leur grand Satan-sama, leur dieu vénéré. Je me plais beaucoup à ce numéro, et j’ai enfin l’impression d’être reconnu pour ce que je fais d’une façon positive. Cependant…"

"Le problème, ceux sont les conséquences de cette adoration, n’est-ce pas ?"

"On peut dire ça comme ça. Aujourd’hui, un membre de l’équipage est mort dans l’ombre totale, pour la cause que j’ai prôné, pendant que moi, j’attirais les regards de tous. Je risque la vie de mes amis pour pouvoir en aider d’autres… J’ai toujours voulu apporter le bonheur à tous, mais il semblerait qu’il soit impossible d’apporter le bonheur aux uns sans causer le malheur des autres. Je ne sais plus quoi faire..."

En disant cela, Fear Face prit un air légèrement attristé face à son incompétence. Alicia soupira, regardant l’épouvantail avec malaise. Finalement, l’alcoolique s’approcha de Mao, se plaçant juste devant lui, son visage à une dizaine de centimètres du sien, mon maître étant légèrement surpris et gênée par cette action.

"On ne peut pas donner le bonheur à tous, c’est une chose impossible dès la théorie… Cependant, il y a une chose que tu fais très bien, et que tu dois continuer à améliorer…"

Alicia plaça alors son index sur Fear Face, au niveau de sa poitrine, et avec un léger sourire, continua :

"Donner de l’espoir. Autant aux pirates qu’aux satanistes. Et même peut-être un peu à moi… Tu as réussi à… Hem… Disons, à me donner l’envie de me battre avec vous demain. Et ça, c’est déjà beaucoup. Maintenant… Tu dois concrétiser cet espoir. Même quand tes camarades tombent, tu dois tenir bon, et toujours prôner nos chances de victoire… Car le jour où toi, tu sombreras dans le désespoir, nous y sombrerons tous… Sois le Satan des satanistes, la lueur de ton équipage, et fais de cet espoir que tu nous as tous donnés le bonheur que tu cherches tant à nous apporter."

La belle alcoolique avait dit ces mots d’une voix sérieuse et pleine d’émotions, son regard plongé dans celui de Fear Face, qui resta ébahi quelques instants. Même moi, je fus surpris d’entendre des choses aussi fortes de la bouche de la jeune femme. Celle-ci s’éloigna de Mao en se levant, avant de lui lâcher sérieusement :

"Je ne me bats pas pour des causes perdues. Penses-tu qu’on gagnera contre les long-bras ?"

Fear Face eut un grand sourire carnassier, avant de se lever à son tour, semblant de nouveau déterminé, et répondit finalement d’une voix pleine d’enthousiasme :

"Bien sûr, voyons ! Nous remporterons cette bataille à coup sûr, hahaha !"

_____________________________________________________

Le lendemain, les satanistes et les pirates avaient passé la journée à se préparer à l’arrivée imminente de leurs adversaires. Après leur victoire de la veille, une attaque ennemie de plus grande envergure était pour le coup obligatoire. Finalement, peu avant le coucher de soleil, Fear Face et Howard Prince attendaient côte à côte sur une branche d’arbre, guettant l’arrivée des envahisseurs. Des veilleurs comme eux étaient postés sur tous les endroits accostables de l’île. Alors qu’ils patientaient, l’épouvantail lâcha de sa voix criarde et joviale habituelle à Prince :

"On va se les faire, tu vas voir. Ils vont goûter à la puissance de Satan-sama et de ses puissants disciples, hahaha !"
    L'aurore avait entamée son habituelle et lente course, effaçant, petit à petit, les ombres de chaque être de ce monde, comme pour les emmener avec elle, dans son entre... Il était intéressant d'observer cette énigmatique phénomène, opérant transformations sur les éléments présents, dans un silence quasi chimérique... La vie apparaissait, dans ces moments-là, à la fois plus sombre, mélancolique, mais également et paradoxalement plus apaisante : une magnifique teinte orangée avait prit place à l'intérieur de la forêt dans laquelle Howard Prince, le nouveau capitaine des Shioryuu Kaizoku, regardait droit devant lui, les yeux perdus dans les méandres d'une longue rêverie... Des hululements venaient, à certains moments, casser le calme qui avait prit possession du lieu, où seules les caresses du vent sur les feuillages semblaient être autorisées à s'exprimer...

    Malgré cela, le gentleman restait immobile, perdu dans ses pensées : mille et une chose passaient à l'intérieur de son esprit : le plan de cette bataille à la fin de laquelle ils devront absolument sortir vainqueurs, mais également et surtout Tokigawa, le tireur d'élite des Shinoryuu, tombé, un jour plus tôt... Un évènement douloureux pour l'homme au tricorne qui, une nouvelle fois, avait remis en cause son choix de laisser aller ses hommes combattre... Sa faute, sa propre incapacité à diriger ses nakamas était la cause du décès de Tokigawa... Après cette terrible annonce, une sombre colère était née à l'intérieur du corps de Prince qui, d'habitude si sage dans sa réflexion, du se retenir pour ne pas littéralement exploser l'épouvantail, celui qu'il pensa, sur le moment, être le responsable de la mort d'oeil de Lynx. Néanmoins, le tireur d'élite avait prit sa décision, déterminé à aller défendre les Satanistes, avec ses compagnons... C'était son choix, sa volonté et ce dernier était tombé en combattant et, le plus important, pour ce en quoi il croyait.

    C'est la voix de Mao qui, justement, le sortit de sa rêverie. Ce dernier ne semblait absolument pas touché par le doute et, au contraire, paraissait persuadé que les pirates sortiraient vainqueurs de cette nouvelle bataille. Cachait-il son jeu en camouflant son anxiété dans son rôle de Satan Sama ? Peu importe, l'empaillé avait raison sur une chose : il fallait gagner, il fallait écraser les Longs Bras pour sauver les Satanistes ! Utilisant une longue vue qu'il avait placé sur l'une de ses nombreuses ceintures tombantes, Prince vit alors deux ombres, arriver rapidement vers eux : sortant instinctivement son pistolet à silex, de nombreux et invisibles cliquetis de chargement d'armes suivirent son geste. Cependant, des sifflements, apparaissant à plusieurs endroits dans la forêt, témoignèrent à Prince que cette présence n'était pas un danger. En effet, deux hommes de Peter arrivèrent sous la branche sur laquelle étaient installés le pirate gentleman et son compagnon de bois :

    « Parlez, je vous écoute. »

    « Ils arrivent, par le Nord, plusieurs vaisseaux... Nous avons absolument du quitter notre position pour ne pas être repérés, mais j'ai compté plusieurs centaines de Longs Bras. »

    Peter arriva à son tour, de derrière et prit la parole :

    « Ils apparaîtront donc normalement pile face à notre position actuelle... C'est une bonne chose pour la poursuite du plan ! »

    Le Plan... Oui, si les Longs Bras marchaient, avec le gros de leurs troupes, directement face à Prince, cela ne pourrait être que bénéfique pour les pirates. Cependant, aucun doute que ces derniers utiliseraient des chemins alternatifs pour se rendre jusqu'au royaume des Satanistes. Une donnée que Prince, Mao et Peter avaient évidemment prit en compte pour la mise en place de cette stratégie. Sautant de sa branche en même temps que Mao, pour retourner au niveau de Peter et ses deux hommes, Prince salua les deux informateurs, avant de se tourner vers Mao :

    « Il est temps pour toi de retourner auprès de ton équipe et terminer les derniers préparatifs... Je t'enverrais des hommes pour t'informer de la situation, ici... Ne fais surtout pas de choses insensées et contente toi de suivre le plan. »

    Tandis que Peter ordonnait à trois de ses hommes d'aller avertir l'équipe Yukisame, Lilith et Navire, Howard Prince s'avança de quelques pas vers l'inconnu... Son long manteau noir dansait frénétiquement, comme impatient de débuter le combat qui allait avoir lieu ici, dans très peu de temps... Entendant divers cliquetis à des lieux et distances plus ou moins longues, lui signifiant que chacun se préparait dans l'ombre, le pirate, lui, respira longuement l'air du soir, cette douceur qui laissait petit à petit place, à la fraicheur. Fermant les yeux, il plaça une main sur le fourreau de Yubashiri, essayant de sentir l'arme, l'aura quelle dégageait, à l'intérieur de son propre corps... Enfin, il ouvrit les yeux, au moment où un léger sourire s'afficha sur son visage : il était prêt !

    ______________________________


    Quelques longues minutes plus tard...

    Le sol semblait littéralement trembler, tandis que par dizaines, les premières silhouettes de l'armée Long Bras sortaient de l'ombre : le bruit de leurs pas sur le sol, ponctué de temps à autres, de rires parfois aigus et parfois rauques, témoignaient à eux-seuls de la puissance que représentait leur nombre... Combien étaient-ils ? Il était encore trop tôt pour pouvoir le chiffrer, mais une chose était certaine : ils étaient là pour tout détruire sur leur passage... Accompagné de Peter et d'une vingtaine de pirates Shinotoras, Prince avançait, fièrement, vers l'armée Long Bras, leur faisant face majestueusement. S'arrêtant à quelques mètres d'eux, tandis que ces derniers firent également de même, le capitaine pirate sentit son échine se glacer lorsqu'il vit le nombre d'adversaire face à lui, qui tous, étaient armés de sabres, lances et autres fusils... Tous, d'ailleurs paraissaient impatients d'en découdre, à en juger par l'expression de leurs visages et les funestes sourires qui étaient gravés sur chacune de leurs têtes... Après un instant, deux d'entre eux se détachèrent du groupe et s'avancèrent un peu plus vers les pirates, mettant chacun, en évidence, les armes qu'ils portaient aux ceintures... Les hommes se toisèrent d'abord en silence et tandis qu'une lourdeur palpable s'était installée dans la forêt, celui qui semblait être un représentant des Long Bras prit la parole, sardoniquement :

    « Eh bien qu'avons-nous là ? Faites-vous parti de ce groupe de pirate qui a osé s'en prendre à notre peuple ? Vu votre nombre, c'est fort possible.. Les rapports mentionnaient quelques parasites, en plus de ces gêneurs de fanatiques... Tss »

    Prince enchaîna alors, gardant un ton qui se voulait à la fois pondéré, mais ferme :

    « Oui c'est bien nous... J'aurais simplement un seul conseil à vous donner : faites demi-tour et retournez chez vous... Si vous avancez encore, ne serait-ce que d'un pas, nous serons obligé de vous éliminer... De tous, vous éliminer ! »

    « Zehahahahahah !!! Nous éliminer dis-tu ? Laisse-moi rigoler... Regarde devant toi le dandy : nous sommes des centaines lorsque vous n'êtes qu'une poignée ! Es-tu fou ? Ou simplement stupide ?! Et d'ailleurs, qui es-tu ?! »

    Prince claqua soudainement ses doigts, un claquement qui, étrangement, se répercuta, comme un long écho : brusquement, comme un seul homme, des dizaines de pirates et autres satanistes, sortirent de trappes, cachées sous terre à quelques mètres de Prince, prenant directement en joue les ennemis, alors que d'autres braquèrent leurs armes, depuis les branches des arbres... Le pirate au tricorne, sortit lui, son pistolet à silex, qu'il pointa en direction de son interlocuteur, voyant que lui et ses hommes qui ne s'étaient pas attendus à cela, paniquèrent, certains n'arrivant pas à sortir leurs armes ou tombant sur le sol, maladroitement :

    « Qu'est-ce que ?! A..Att... Attend ! Je... »

    « Moi ? Je suis... Mister Prince ! FEUUUU !!!!! »

    La première phase du plan venait de commencer...
      Le fracas des armes, les détonations des pistolets, les râles des mourants... Lilith ne cessait d'entendre ces bruits au quotidien depuis qu'elle avait choisi la voie de la piraterie. Depuis son départ de Mirrorball Island, la newkama avait dû se battre corps et âme afin de se faire un nom dans le monde de la piraterie, et elle était encore loin de son objectif, malgré sa renommée croissante. Le métier de pirate ne laissait pas beaucoup de temps à la jeune femme de pratiquer son premier métier, cuisinière. Comme son ancien moyen de transport sur les océans ne disposait pas d'équipements suffisants, Lilith avait dû fabriquer elle-même un four de fortune en argile afin de pouvoir nourrir son équipage ; mais lorsqu'elle visita la cuisine du navire, sa passion première refit surface, sous les yeux d'un Yukisame médusé qui ne semblait pas vraiment apprécier qu'une nouvelle venue vienne lui voler la vedette au sein de l'équipage. Cependant, ce n'était pas le but de la newkama, qui lui avait assuré qu'elle n'officierais pas à bord en tant que cuistot mais qu'elle se voyait plutôt dans une sorte de cabaret où l'équipage pourrait déguster les plats de Yukisame et apprécier les divertissements de Fear Face. La newkama était polyvalente et pourrait aider les deux pirates dans leurs postes tout en tenant son cabaret, ce que lui avait promis Prince une fois l'équipage et les satanistes en sécurité.

      __________________________

      Le lendemain de la bataille, Lilith et Yukisame se mirent sur le pied de guerre et cuisinèrent ensemble un repas de chef pour donner aux membres de l'équipage assez de force pour la bataille qui allait suivre. Le combat de la veille n'allait sûrement être qu'une rigolade par rapport aux prochains, car l'équipage de Prince ne s'attaquaient pas à une base marine quelconque mais à une nation entière, celle des Longs-Bras... La newkama s'était préparée spécialement pour cette occasion et avait sorti le grand jeu : perruque neuve d'un blond éclatant, maquillage des plus raffinés, talons aiguilles aiguisés et canons-nichons pleins à craquer, de plus maintenant qu'elle avait une vraie cuisine à disposition, elle s'était préparée de l'onguent Lac des Cygnes pour détendre ses muscles avant la représentation intensive de Ballet Kenpô qu'elle devrait exécuter aujourd'hui.

      Une fois sur le terrain choisi par Prince, les pirates se tirent côte à côte, attendant la venue des Longs-bras. La terre sembla trembler alors que peu à peu, les Longs-bras faisaient leur apparition. Ils étaient des centaines, non, plus encore. Leurs dirigeants n'avaient apparemment pas apprécié la remise en cause de leur suprématie sur l'île et avaient envoyé immédiatement une immense troupe pour mater la rébellion sataniste. Lilith bouillonnaient intérieurement, rage qui explosa lorsque son capitaine tira en plein dans la poire d'un émissaire Long-bras, bien qu'ils soit très éloigné d'elle au même moment.

      Musique d'ambiance (du moins du côté de Lilith):

      Après avoir déversé l'huile et la poix comme l'avait stipulé Prince, Lilith et les vingts pirates qui l'acompagnait attendirent que les premiers Longs-bras déboulent en direction du village avant de l'enflammer. Le mélange poisseux eut exactement l'effet escompté, les longs-bras n'avaient pas pris garde où ils mettaient les pieds et tombaient dans des chausses-trappes ou dans des fosses jonchées de pieux; tandis que les plus malins continuaient leur route mais c'était sans compter sur les sarbacanes des satanistes qui tiraient des billes de magnésium, s'enflammant à l'impact et répandant des flammes sur les assaillants. Une centaine de Longs-bras parvinrent tout de même jusqu'à l'embuscade tendue par Lilith et ses hommes. La newkama sauta comme une furie sur les assaillants, cette fois elle ne voulait, ne devait pas faire de prisonniers, car tels étaients les ordres du Prince, elle se contenterais de les mettre hors de combat grâce aux combos qu'elle improviserait avec ses nouveaux compagnons au fur et à mesure du combat.
        Le pied du pirate au tricorne s'écrasa littéralement sur le torse du Long-Bras en face de lui, qui vola en direction de deux de ses compères, qui s'écrasèrent au sol, comme un seul homme. Ayant, par la même occasion, prit appui sur le ventre de son adversaire, le pirate fit une majestueuse pirouette athlétique dans les airs, se mettant à l'abri, du moins pour quelques secondes, des prochaines confrontations directes... Un laps de temps ayant également permis à ce dernier de sortir un pistolet à silex de son ceinturon et, toujours dans les airs, de tirer à trois reprises : trois Long-Bras tombèrent sur le sol, touchés, respectivement aux épaules et aux jambes, avant que le capitaine des Shinoryuus ne retombe sur le sol forestier. Haletant, le gentleman regarda autour de lui les combats qui se poursuivaient : à terre déjà, des dizaines et des dizaines de corps jonchaient le terrain, inconscients, tandis que partout, les ombres des duels dansaient dans ce théâtre, comme un véritable balai chimérique... Il vit alors Peter, ainsi que ses hommes, terrasser les Longs-Bras qui avaient un désavantage certain en terme de technique de combat, mais dont le nombre faisait ici toute la différence... C'était comme si ces derniers ne désemplissaient pas, tellement chaque pirate, chaque sataniste était submergé, tous obligés de combattre plusieurs ennemis à la fois, chose qui ferait inévitablement tomber les alliés des Satanistes, à un moment ou à un autre...

        Lâchant instinctivement son pistolet vide pour en prendre un autre, Prince para, avec Yubashiri, deux sabres ennemis qui s'abattaient sur lui, avant de repousser les deux assaillants. Il braqua alors sa nouvelle arme à distance vers les hauteurs, là où étaient suspendus plusieurs filets, à l'intérieur desquels sommeillaient d'énormes blocs rocailleux. L'homme au tricorne hurla alors, le plus fort possible « Filets », un message d'alerte pour ses alliés, qui d'une part, devaient s'écarter, lorsque d'autres devaient suivre l'initiative du capitaine pirate : malgré le bruit de la bataille assourdissant, plusieurs tires frappèrent les cordages qui retenaient les grosses pierres, qui tombèrent sur les Longs-Bras, emportant ces derniers ainsi que, malheureusement, quelques pirates et autres Satanistes... Jurant tout bas, Prince eu un moment d'hésitation, son esprit se demandant si toute cette folie permettrait réellement des jours meilleurs pour les satanistes ou, au contraire, des plus sombres... Deux nouveaux coups de feu, tout près, le sortirent de sa rêverie, tandis que derrière lui, s'écroulait des adversaires : Peter venait probablement de lui sauver la mise :

        « Ce n'est pas le moment de rêvasser, capt'aine Prince... Regarde, les Longs-Bras ne cessent d'arriver en nombre... »

        Effectivement, les Longs-Bras arrivaient, par dizaine, passant à travers les lignes, sans que les pirates ne puissent faire quoi que ce soit, chose que le gentleman voulu corriger en ordonnant de combler les brèches... Néanmoins, la suite du plan suffirait surement à freiner leur course comme il se doit :

        « Sonnez les cloches ! On passe au plan B ! SONNEZ LES CLOCHES !!!!! »

        Le message se transmit rapidement, avant que le carillon d'une cloche ne vienne caresser les oreilles des hommes... Un tintement qui se transmit jusqu'aux positions de Yukisame et Lilith, qui eux, se trouvaient chacun à une centaine de mètres de la position de Prince, afin de couvrir le plus de terrain possible... Soudainement, un pirate de Peter, équipé de torches, fonça vers l'arrière des lignes de défense, avant de lancer les deux bâtons flamboyants derrière une sorte de longue fausse creusée, la limite à ne pas dépasser : brusquement, le feu se mélangea à l'huile, à l'alcool, avant de danser majestueusement, embrasant tout sur son passage et avançant comme un véritable courant orangé, vers l'Est et L'Ouest... En quelques instants, ce dernier fut rejoint par deux autres courants de flammes, formant alors un véritable mur ardent, d'une dizaine de mètres de haut, pour au moins la moitié de large... Un rempart naturel qui coupa net, la progression des nouveaux Longs-Bras voulant s'aventurer vers le village et emprisonnant certains, encore à l'intérieur, dans un enfer de flammes... Evidemment énormément devaient avoir franchi ce rideau, mais c'était également le but : stopper la progression du gros de l'armée, tout en enfermant les troupes diminuées à l'intérieur de la zone du Royaume, zone que défendrait Fear et les Sataniste... En tout cas, cette nouvelle phase du plan était un véritable succès au vu des nouvelles troupes qui reculaient, effrayées, certains hommes en feu, cherchant un moyen d'éteindre le fardeau qui rongeait leurs vêtements ainsi que leur corps...

        Un sourire victorieux s'afficha sur le visage de Prince, illuminé par les flammes... Désormais, il fallait repousser les troupes présentes, bloquées dans cette partie de la forêt, avec eux... Lâchant son second pistolet à silex, l'homme au long manteau sombre s'équipa de son autre sabre, avant de fondre sur ses ennemis, attaquant avec rapidité et classe... Cependant, son regard fut presque inconsciemment attiré par ses alliés, pirates ou fanatiques, qui commençaient à perdre du terrain, tombant sous le nombre trop important d'adversaires... Serrant les dents, Prince esquiva deux Longs-Bras, tournoyant autour d'eux, avant de plonger sur le côté et terrasser ces derniers, royalement... Haletant, il prit une grande respiration, avant de lancer, le plus fort possible :

        « Tenez bon ! Gardez vos positions ! Ne les laissez pas progresser !!! »

        Des ordres qui se perdirent alors qu'un coup de feu retentit brusquement, avant que la vue de Prince ne se trouble un instant... Perdant à moitié l'équilibre, le pirate se redressa péniblement, une grimace plaquée sur le visage, tandis qu'il sentit une vive douleur au niveau de son bras gauche : regardant ce dernier, il vit un trou sombre, sur sa partie externe, un liquide se rependant sur sa chemise blanche... Une balle perdue ?! Non...

        « Merde... Qu'est-ce que ?! »

        Plaçant ses sabres en position défensive, Prince vit les Longs-Bras face à lui sourire largement et s'écarter quelque peu, avant qu'une ombre, imposante, ne se dévoile petit à petit, à la lumière... Une voix rauque, caverneuse, sortit de la bouche du colosse, allant lentement, mais puissamment, jusqu'aux oreilles du nouveau capitaine pirate :

        « Alors... Tu es l'un de ces microbes qui osent se mettre en travers de notre route ?! Ahahahaha.... Hum... Howard Prince, je présume ? »

        Qui pouvait être cette montagne ?
          Les premières lignes de combattants Longs-Bras arrêtèrent brusquement de combattre, afin d'observer, avec une certaine réjouissance, le nouvel arrivant. Ces derniers d'ailleurs, se positionnèrent presque automatiquement autour de lui, formant bientôt une sorte de haie d'honneur de quelques mètres... Un attroupement dans lequel un seul nom résonnait, de plus en plus fort, tandis que les armes se levaient en rythme, vers le ciel, jusqu'à faire taire les bruits de la bataille résonnant toujours au loin... Un nom compliqué, semblant pouvoir, à sa seule prononciation, détruire les boucliers et écorcher les montagnes : Aslak Bjarnison. Prince ne savait absolument pas qui était ce type, mais une chose était certaine : de son corps se dégageait une aura puissante, mais également meurtrière... Oui, le pirate pouvait le sentir, pouvait le deviner en regardant seulement la lueur malsaine qui dansait lentement dans ses yeux... Ses sourcils froncés, ainsi que son regard morne, sombre, sous lequel trônait de profondes cernes, accentuaient ce sentiment menaçant qui ressortait de lui, lorsqu'on l'observait. Sa bouche, quant à elle, laissait apparaître un sourire mélangeant fierté et folie, un sourire qui laissait deviner, à lui-seul, l'état psychologique dans lequel devait être ce type.

          Tenant toujours son bras ensanglanté, Prince n'avait pas répondu à la question, se contentant d'observer le géant qui devait sans aucun doute dépasser les deux mètres de haut. Il n'avait jamais entendu parler de "Aslak Bjarnison" et la tête de cet homme ne lui disait strictement rien. Mais au vu de la position qu'avaient pris les autres Longs-Bras en sa présence, nul doute qu'il devait être important. Après avoir de nouveau rigolé bruyamment, la montagne lança puissamment, en direction du gentleman :

          « Ton silence prouve que je dois être tout proche de la vérité Ahahahah... Eh bien ? J'ai lu plusieurs rapports mentionnant ta mort... Ce gouvernement est vraiment minable pour négliger d'aller vérifier ce genre de fait. »

          « Il faut croire que le royaume des morts n'était pas encore préparé à m'accueillir... Et étrangement, je ne suis pas non plus pressé d'aller y faire un tour. »

          Prince avait répondu cela avec un large sourire sur le visage, montrant à son adversaire que malgré sa blessure, le pirate n'était absolument pas impressionné... Il devait faire attention à ses propos, aux mots qu'il utilisait, sachant pertinemment que des Satanistes étaient derrière lui, parmi Peter et ses hommes... Le colosse lui, sourit également davantage, passant sa langue sur ses dents, afin, assurément, de déstabiliser les hommes présents, à commencer par Prince.

          « Eh bien, tu mourras de mes mains, lentement, pour avoir osé te mettre sur la route de mon peuple ! »

          Tandis qu'il braquait Yubashiri en direction de son adversaire, Prince fut bousculé par un Sataniste qui fonça en avant, sabre levé vers le haut, prêt à tuer le géant. Peter, ainsi que ses pirates et autres fanatiques restants, positionnés derrière l'homme au tricorne, ne comprirent pas tout de suite et n'avaient absolument pas vu la chose venir :

          « Meeeeeeuuuuuuurt !!!!!! Aaaaaaaslaaaaaak !!!!!!! »

          Le Long-Bras, habillé d'un manteau noir posé sur ses épaules, souleva ce dernier, dévoilant cette particularité chez ce peuple d'avoir non pas un, mais bien deux coudes, au bout desquels chaque main était armé de longues épées. Étrangement, ce dernier était également équipé d'une sorte d'armure, une tunique, ornée d'ossements... Alors que le Sataniste n'était plus qu'à un mètre où deux de sa cible, ce dernier s'arrêta nettement, un bruit horrible s'échappant de son corps : dans la pénombre ambiante, une des lames d'Aslak venait de transpercer le corps du pauvre fanatique. Comment cela était possible ? Le colosse n'avait pas bougé ! Comment sa lame avait-pu le toucher d'aussi loin ?! Un bruit métallique fit disparaître la lame du corps du pauvre homme qui lâcha son arme, tout en restant debout, alors qu'un filet de sang s'échappait de sa bouche ouverte. Aslak lui, s'avança tranquillement vers sa proie sous le regard médusé de Prince : prenant le Sataniste par la tête, la montagne le souleva dans les airs, avant de le tourner en direction des pirates :

          « Voyez ce qui arrive à ceux qui osent défier mon peuple Zeahahahahah !!! »

          Le fanatique toussa, crachant une gerbe de sang sur le sol... Les yeux du pirate au tricorne devinrent alors transparents devant cette scène qui le troubla littéralement... Oui, la détresse sur le visage de la victime, cette tristesse qui laissa échapper des larmes, n'était pas dû à la peur de la mort ! Tremblant, le fanatique réussit à lancer, vers le pirate :

          « Urgh... Ce... Cet homme est... Urgh... est le chef des... Longs-Bras... Met... bat le et... met fin à tout ça... Urgh. »

          « La ferme vermine ! Disparaît ! »

          Aslak fit un bref mouvement avec son arme, faisant voler le corps du pauvre homme, qui s'écrasa, quelques mètres plus loin, tandis que Prince poussa sur ses jambes, bondissant vers son adversaire, avec une vitesse incroyable... Son esprit venait d'être englobé par une seule volonté, une seule envie : éliminer son adversaire !
            Nos cadavres pour une once de liberté... Prince10 Nos cadavres pour une once de liberté... Vs11Nos cadavres pour une once de liberté... Kuugo_10

            La charge fut lourde, puissante et plein de rage... Oui, Prince, le nouveau capitaine des Shinoryuus venait de bondir en avant, vers Aslak, le chef du peuple Long-Bras, frappant puissamment vers son adversaire, avec Yubashiri, qu'il tenait à deux mains. Des étincelles jaillirent dans les airs, fondant dans les cieux avec un bruit d'acier s'entrechoquant, tandis que le colosse venait de parer l'assaut, reculant de plusieurs mètres en arrière, après avoir placé ses deux lames en position défensive. Les dents serrées, les deux individus avaient donc débuté leur combat à mort, un combat qui scellerait sans nul doute l'issu de cette bataille qui, malgré ce duel, continuait encore et toujours à faire tomber les hommes... Des cliquetis métalliques ressortaient de ce concours de force, les deux combattants tentant de ne pas céder, campant sur leur position farouchement :

            « Alors ?! C'est tout ?! Montre moi ce que tu as dans le ventre pirate !!! Ahahahah »

            A ces mots, Prince hurla, donnant tout ce qu'il pouvait, la colère nourrissant sa force, mais l'aveuglant également, enfermant sa raison dans une chambre sombre et ténébreuse : Yubashiri, dégagea les deux armes du colosse, sa lame envoyant, sans que Prince ne s'en rende compte, une petite lame d'air bleutée qui vint s'écraser contre un arbre, faisant tomber celui-ci. Sautant dans les airs, l'homme au tricorne tournoya sur lui-même, envoyant sa jambe puissamment vers son adversaire, qui esquiva sans aucune difficulté... La fureur de Prince voilait son esprit, son coeur, si bien que l'impatience du gentleman le poussait à privilégier la puissance des coups et à complètement négliger la vitesse, ainsi que la précision. Un coup de genou vint s'écraser dans son estomac ce qui le stoppa net : crachant de la salive sur le sol, alors que son corps s'était à moitié accroupit, Prince reçut un incroyable coup de pied dans la tête, le faisant voler plusieurs mètres plus loin, contre un arbre. La poussière se dissipa lentement, laissant entrevoir le pirate qui se relevait difficilement, se hissant contre le tronc, une main sur son visage dont la lèvre inférieure avait explosé sous le choc, laissait couler un filet de sang :

            « Bordel... »

            Crachant sur le sol, il vit brusquement arriver sur lui, l'ombre de son adversaire, dont une des lames frappa en direction de sa tête : instinctivement, le pirate se baissa, entendant l'arbre se couper en deux, avant que lui-même ne cramponne à nouveau son Meitou pour lancer sa lame, devant lui... Néanmoins, Prince ne toucha que le nuage de poussière, qui se coupa en deux, alors que l'expression de son visage laissa deviner une véritable confusion :

            « Merde... »

            Une nouvelle fois, le gentleman fut cueillit au niveau des côtes, recevant un puissant coup de pied qui le fit gémir de douleur. Tombant sur le sol, il se releva instinctivement, pour se remettre en position, sachant qu'Arsak ne le lâcherait pas... Prince esquiva deux coups d'épées, avant d'en parer un troisième et attaquer à son tour : les deux combattants se livrèrent alors à un majestueux balai, mélangeant parades, esquives et frappes puissantes, le tout, dans une magnifique symphonie métallique, éclairée ici et là de merveilleuses étincelles où autres pétillements lumineux. Sous le regard médusé des spectateurs présents, Prince n'arrivait pas à atteindre son adversaire, les longs bras de ce dernier lui permettant de rester à bonne distance pour ne pas être touché. Perdant du terrain et de sa concentration, l'homme au tricorne fut lui, atteint à l'épaule et aux cuisses, par deux fois, l'obligeant à bondir en arrière, avec une roulade... Une roulade qu'il enchaîna instinctivement avec une pirouette, sorte de roue vers l'arrière, au moment même ou le chef des Longs-Bras bondissait sur lui, lame en avant : ne s'attendant pas à ça, le géant reçu le coup de pied du Prince en plein menton, alors que son sabre entailla le ventre du pirate... Les deux protagonistes tombèrent au sol en même temps.

            Haletant, l'homme au tricorne bascula sur le dos afin de pouvoir respirer : des flashs traversèrent alors son esprit, les images de leur bataille perdue contre la Marine, la mort de Takashi... Puis cette femme Sataniste à la chevelure rouge, ses sourires, mais également la tristesse plaquée sur son magnifique visage... Cet homme, transpercé, les larmes coulants le long de ses joues... La détresse, la peur... Il devait gagner... Non, il allait gagner.

            Se relevant difficilement, ses yeux émeraudes observèrent Aslak qui se mettait également debout, aidé par plusieurs autres Longs-Bras, avant que ce dernier ne se débatte, les chassant par la même occasion :

            « Laissez-moi bande de rats et retournez donc au combat écraser ces vermines de fanatiques ! »

            Le colosse sortit alors sa langue, regardant son adversaire avec un sourire malsain :

            « Finissons-en Pirate ! Tu vas périr ici et maintenant, sous mes lames qui transperceront ton corps de part en part... Ces mêmes lames qui iront ensuite faire taire à jamais femmes et enfants de ces parasites en toges noires ! Zeahahahahah !!!! »

            Prince regarda gravement son adversaire, l'homme qu'il voulait voir disparaître... Ses yeux, quasiment transparents et son sourire absent, signifiant que le gentleman avait retrouvé son calme et à quel point il était sérieux... Crachant sur le sol, il répondit de la façon la plus simple possible, tandis que le sang coulait toujours de sa lèvre et de son crane :

            « En garde, monstre... Prépare-toi à recevoir mon châtiment... »

            Irrité, le chef des longs-Bras bondit en avant, avec la ferme intention d'en finir, au moment où Prince sortit son second sabre de son ceinturon : plaçant ses bras en croix, tout en fermant les yeux, il s'accroupit, posant un genou à terre, attendant que son adversaire soit à bonne distance, avant d'ouvrir brusquement les yeux et fondre sur son ennemi, avec une vitesse phénoménale :


            « Flash Wings !!! »

            Un genou toujours à terre, Prince apparut derrière Aslak, les bras décroisés, alors que son vis-à-vis gémissait de douleur, deux entailles formant une croix, gravée profondément dans son torse... Se retournant lentement, le colosse jura tout bas, l'expression de son visage ayant laissé place à la colère. :

            « En... Enfoiré... »

            Cependant, il n'eut pas le temps de respirer que le gentleman était déjà sur lui, prêt à le frapper de nouveau : lançant une de ses lames vers le pirate, Aslak fut abasourdi, voyant son épée trancher l'image de son adversaire qui s'effaça pour laisser place au vide :

            « Qu'est-ce que.. ?! »

            L'homme au tricorne venait d'esquiver majestueusement l'attaque de son adversaire, passant sous ce dernier, juste avant que la lame ne le touche : sous le regard incrédule du géant en armure d'os, le pirate attrapa Yubashiri à deux mains, frappant deux fois le Long-bras au niveau du torse, avant de lancer son poing dans le menton de ce dernier, qui décolla dans les airs :


            « Twist of...

            Dégainant un nouveau pistolet à silex, Prince braqua le canon vers le colosse, avant de tirer à trois reprises, trois balles qui touchèrent épaules et jambes de sa cible, qui retomba sur le sol, un instant plus tard, les yeux révulsés...

            ... Fury !!! »

            Sous la stupeur générale des autres Longs-Bras et l'acclamation des pirates, le géant, tremblant et gravement blessé, trouva la force pour se mettre à genoux... Gémissant de douleur, son regard brumeux par une inconscience proche de l'assimiler, aperçu son bourreau, l'homme qu'il aurait aimé ne jamais avoir rencontré, s'approcher de lui... Prince regarda ce colosse tombé, brisé, battu avec une expression à mi-chemin entre l'indifférence et le dégoût : son manteau se soulevait, dansant au rythme de la légère brise, une scène qui semblait figée dans le temps, ne mettant en avant que ces deux protagonistes, deux combattants, principaux acteurs d'un incroyable duel, l'un luttant pour l'assouvissement, l'autre, pour la liberté... Crachant du sang sur le sol, Aslak regarda la magnificence du Prince qui se tenait devant lui, avant de déglutir, tout bas :

            « Je... Pitié... Urgh... E.. Epargne moi ! Je.. Urgh... t'en supplie. »

            « T'épargner ? Supplier un pirate... Hum, je crois qu'il y a quelque chose que tu n'as pas bien compris... »

            Lâchant son pistolet à silex, Prince jeta un oeil vers Peter, qui lui envoya un autre canon, qu'il attrapa et braqua sans attentes vers le Long-Bras déchu :

            « Souviens-toi de mon visage lorsque tu seras dans l'au-delà, souviens-toi de celui qui a mis fin à ta cruauté... Je ne peux véritablement pas supporter les monstres dans ton genre... Pour toutes les personnes que tu as fait souffrir, Bye Bye. »


            BANG...
              Les cris de joie des pirates et autres Satanistes s'étaient levés en même temps, se propageant comme une marée invisible, jusqu'aux positions de Yukisame et Lilith, tandis que les Longs-Bras, eux, d'abord incrédules, finirent pas repartir vers les côtes... L'envahisseur avait perdu son chef, son leader et surtout l'homme pensant, sans qui, il était impossible de continuer la lutte... Le manège des fuyards continua jusqu'aux premières heures matinales, l'aurore se levant au-dessus de centaines de Longs-Bras perdus sur les côtes d'Hungeria, déboussolés, cherchant malencontreusement le navire qui allait les ramener chez eux, le masque de la défaite gravé sur leur visage. Dans la forêt, à l'intérieur de laquelle les dernières flammes combattaient encore pour ne pas disparaître, les sourires, accolades et autres étreintes amicales continuèrent un long moment, l'euphorie de cette impossible victoire ayant transcendée les coeurs. L'odeur de ce triomphe était agréable, cachant celle d'une réalité tout autre qui allait les empoigner, les transpercer désagréablement...

              Rejoint par Yukisame et Cassandre, Prince déposa sa main sur l'épaule de son compagnon, un sourire sincère et soulagé sur le visage. Il était heureux, heureux que ces deux-là soient là, couverts d'égratignures, certes, mais bien là, vivants et sur pied :

              « Les survivants ? Combien de votre côté ? Est-ce que... »

              Regardant vers le sol, Cassandre ne répondit rien... La tristesse et la marque d'une vive émotion était parfaitement perceptible sur le visage noirci de la jeune fille. Le gamin à la chevelure blanchâtre prit la parole, parlant franchement, avec néanmoins, une pointe de découragement perceptible :

              « Presque tous sont tombés Prince... A la fin, nous n'étions plus qu'une poignée à combattre des troupes ennemies qui ne désemplissaient pas. J'ai été sauvé plusieurs fois par les hommes de Peter, par les Satanistes et s'ils n'avaient pas battu en retraite, nul doute que nous ne serions plus là... »

              Peter les rejoignit à son tour, avec deux de ses hommes rescapés, tous couverts de blessures, ecchymoses et autres coupures de lames... Un simple regard, un simple signe de tête entre les deux capitaines, qui suffit largement à exprimer leur ressentit. Enfin, ce fut au tour de la quatrième équipe d'arriver, celle chargée de la défense du navire : Brüno, Mugen, Shinji et Mitsume, tous indemne et souriant.

              « Prince !!! Que s'est-il passé ?! »

              « Ouai, on combattait vaillamment Ahahah et, d'un coup, on a entendu des cors, plusieurs... Là les Longs-Bras ont tous fait une tête bizarre, avant d'arrêter de combattre et repartir ! »

              « Oui, c'était vraiment effrayant... »

              « Pfff pas du tout !!! On a d'abord cru qu'on leur avait fait peur hein, mais en fait, on s'est dit que peut-être pas Ahahah. »

              Mitsume s'approcha alors du Capitaine des Shinotoras, des larmes coulants le long de ses joues rougies par l'effort... Elle passa une manche pour les essuyer rapidement, ne voulant montrer l'émotion qui l'englobait :

              « Peter Sama... vous... vous êtes vivants ! »

              Peter marcha vers la musicienne et posa sa main sur son épaule, comme pour la rassurer, avant de lui répondre :

              « Mitsume... Je suis heureux que tu ailles bien... Vraiment heureux. »

              Cependant, après quelques minutes, la réalité des choses leur sauta à la gorge, comme un prédateur bondissant sur sa proie pour lui arracher les tripes... Alors qu'il questionnait certains pirates, afin de savoir s'ils avaient aperçu Lilith Tentaçao qui n'était pas revenue, un cri transperça l'atmosphère, un cri féminin qui, brusquement, effaça le sentiment positif de victoire qui régnait aux abords de la forêt, comme le mirage dans un désert... Troublés, les combattants regardèrent alors une femme Sataniste, qui tenait le corps d'un homme de son peuple, sans vie, hurlant de douleur et pleurant sur ce dernier comme si cela allait pouvoir le ramener... L'odeur du triomphe se brisa également, laissant celui du cramé, du sang, de la mort prendre place, tandis qu'ici et là, d'autres cris résonnèrent, exprimant peines, tristesses et insoutenables souffrances... Partout où les yeux émeraudes de Prince passaient, des Satanistes étaient à genoux, au-dessus d'une personne qu'ils connaissaient, probablement même quelqu'un de leur propre famille... Une vision difficile, amère voir dérangeante, qui compacta durement le coeur du pirate, dont le précédent sourire disparut complètement, pour laisser place au remord... Regardant derrière lui, Prince vit alors Fear Face, accompagné d'Alicia et plusieurs dizaines de Sataniste, tous en train de pleurer, mains devant la bouche, comme pour s'empêcher de crier devant l'horrible spectacle qui s'offrait à eux... L'épouvantail, dont la paille avait apparemment souffert lors des combats dans le royaume, restait immobile, figé, la gueule entrouverte, cherchant sans nul doute les mots, les paroles pour décrire l'horreur... Des mots trop lourds, qui resteront pourtant à l'intérieur de son corps de paille... Voilà donc le prix à payer pour remporter une bataille ?

              Le poids de ce sacrifice, le poids des morts... Une culpabilité qui restera désormais à jamais gravée dans le corps du pirate Howard Prince.
                25eme jour...

                Cinq jours s'étaient lentement écoulés depuis la victoire, le triomphe des Satanistes sur la puissante armée des Longs-Bras... Un évènement renommé "La Bataille de Mornecoeur", en référence au nom de la forêt dans laquelle s'était déroulée la majeure partie des combats. La fête aurait pu battre à plein régime durant ces cinq jours, l'alcool aurait pu couler à flot et la nourriture arriver sans arrêt sur les tables de banquet... Néanmoins, rien de cela ne se produisit. Oui, dans le Royaume d'Harahettania, malgré certaines rigolades qui manifestaient tout de même de l'engouement, de l'enthousiasme, dans lequel baignaient certains fanatiques, la priorité était malheureusement ailleurs : nuits comme jours, les Satanistes durent ramasser leurs morts, chercher les disparus et, le plus difficile dans tout ça, tenir le registre des décès, cochant encore et toujours plus de noms, où mettant certains entre parenthèses... C'est en tout 87 Satanistes qui tombèrent durant cette bataille, des hommes, femmes et même adolescents... Tous, ayant combattu pour la liberté, pour se libérer du persécuteur et surtout, pour ce en quoi ils croyaient...
                Assit sur un lit, à l'intérieur d'une maison délabrée, Prince, torse nu, laissait Alicia placer un nouveau bandage sur son bras qui avait reçu la balle, quelques jours plus tôt... Même si cette dernière était encore ivre, le capitaine pirate avait totalement confiance en elle. Se relevant doucement, l'homme aux yeux émeraudes sentit ses membres courbaturés crier de douleur : ses jambes, son dos, sa tête... c'est tout son corps qui avait dégusté durant le combat qu'il avait mené vaillamment. Faisant quelques moulinets, tout en tenant son épaule, Prince fit une petite grimace, témoignant que le mal était toujours bien présent :

                « Ouai.. *ips*, vas-y quand même doucement hein... *ips* Je pense que tu en as encore pour quelques *ips* semaines. »

                « Hum... Ça marche. Merci en tout cas... Encore une fois. »

                « Héhé *uwips* 'pas de quoi le Prince ! »

                Quelques minutes plus tard, Yukisame vint chercher Prince, le corps du jeune cuisinier également recouverts de plusieurs bandages ici et là. Un léger sourire sur les lèvres, ce dernier l'invita à le suivre à l'extérieur du bâtiment : prenant son tricorne sur le bureau, Prince emboîta le pas de son nakama, observant la ville dans laquelle régnait une certaine mélancolie... Presque personne ne se trouvait à l'extérieur, les habitants étant probablement restés chez eux... C'est en tout cas ce que pensa le capitaine pirate en passant devant le monument aux morts, qui avait été érigé durant ces derniers jours et sur lequel était gravé les noms de toutes les victimes de la bataille. Restant un instant devant l'énorme pierre blanchâtre, Prince déposa ses doigts sur cette dernière, caressant quelques noms, tandis que son coeur s'était de nouveau alourdit. Il continua alors sa route, ne sachant ce que voulait lui montrer son compagnon :

                « Yuki... Que veux-tu me montrer ? »

                « Pose pas de question et continue de me suivre ! »

                Fermant les yeux tout en soufflant de dépit, Prince continua de marcher durant une dizaine de minutes, traversant une zone forestière, qui déboucha directement sur une plage verdoyante : à sa grande surprise, le gentleman fut accueillit par une véritable foule de Satanistes, qui, à la vue du guerrier des mers, ovationnèrent ce dernier, tout en scandant son nom :

                « Qu'est-ce... Qu'est-ce que c'est que tout ça ? »

                « Je ne sais pas vraiment, mais Fear m'a chargé de venir te chercher pour t'emmener ici, avec tous les autres. »

                Effectivement, un peu plus bas, derrière les fanatiques qui entouraient "Satan", étaient présents le reste des Shinoryuus : Cassandre, Mugen, Shinji, mais également Brüno et Mitsume... Cependant, ce qui capta véritablement l'attention de Prince se trouvait un peu plus loin, dans l'eau. En effet, posé sur l'étendue bleue, à quelques mètres de la plage, trônait une masse colossale, sur laquelle était posée une sorte de voile sombre. Entouré de deux grues de chantier navale, le profil de "la chose" épousait parfaitement les formes, les traits, d'un navire et il ne fallut pas longtemps à Prince pour que son esprit devine, où en tout cas suppose, que ce qui se trouvait en ce moment sur les eaux était nul autre que leur nouveau Nakama... Ces pensées s'effacèrent cependant brusquement, alors que deux enfants en toge noire attrapèrent ses mains, avant de le tirer en avant, l'invitant à passer au milieu de la foule, jusqu'à rejoindre ses hommes, au bord de l'eau... Là, le chef du village avança jusqu'aux pirates, avant de leur sourire généreusement et s'incliner, une action suivie par tous les autres fanatiques :

                « Encore une fois, je vous remercie de tout ce que vous avez pu faire pour nous Howard Sama, pirate fantôme et surtout, assistant de notre icône à tous, Satan ! Sachez que, sans votre intervention démoniaque, jamais nous n'aurions pu remporter cette victoire inespérée... Et lorsque Satan Sama nous à dit que vous et vos amis deviez prendre la mer pour poursuivre votre quête méphistophélique, nous nous sommes empressé, avec l'aide de vos deux charpentiers des enfers, d'accélérer la finition de votre navire. »

                Shinji et Mugen s'avancèrent à leur tour, se tapant dans la main devant Prince, avant de lancer, tout sourire, vers ce dernier :

                « Et ouai Prince ! On a encore géré héhéhéhé »

                « Ces cinq derniers jours, on a même bossé jusque tard dans la nuit, avec l'aide des religieux, pour avoir ce résultat ! »

                « Ouai, j'espère vraiment que ça va te plaire héhéhéhé »

                « Sans plus attendre, voyez Prince Sama, le navire créé avec la sueur des charpentiers Satanistes, ressentez la puissance, la force qui se dégage de cet appareil... Appréciez son élégance, ses courbes fines... Oui, admirez le roi de ces mers... Voici, le Garuda !!! »

                Nos cadavres pour une once de liberté... Garuda10

                A ces mots, les deux grues soulevèrent le drap sombre, dévoilant ainsi ce qui sommeillait à l'intérieur de ce dernier : le Garuda était là, noble, majestueux, posé tel un bijou sur la gigantesque masse bleue et semblant littéralement dominer cette dernière, ainsi que tous les hommes présents sur la plage... Rarement Prince avait pu contempler un si beau navire : contrairement à ce qu'il pouvait voir habituellement, le Garuda était un bâtiment maritime assez "allongé" et non pas "haut". Son bois était sombre et il était possible de voir sur la majeure partie de la coque, une sorte d'armature métallique de couleur or. Mais ce qui troubla le plus l'homme au tricorne était sans aucun doute la voilure de ce dernier. En effet, le système de voilage qui avait été confectionné sur le Garuda était assez original : trois voiles latines, de différentes tailles, avaient été installées sur le pont, gérant chacune la vitesse, lorsque deux autres se dressaient sur chaque côté, afin de pouvoir exécuter des manoeuvres maritimes rapides et précises. Enfin, la figure de proue représentait une sorte de Cheval des Mers, une créature que Prince avait pu contempler une fois à l'intérieur d'un bouquin, sous laquelle deux énormes coquillages bleutés s'échappaient, vers l'extérieur, tels deux ailes somptueuses... Après quelques minutes, les Shinos montèrent sur le pont de leur nouveau compagnon, afin d'observer les autres richesses présentes sur ce dernier : ne s'attardant pas sur l'intérieur du Garuda, Prince monta les marches, à l'arrière du pont, afin de se positionner devant la barre, qui, magnifique, semblait être fait d'une sorte de mélange entre différents types de coquillages. Posant ses mains sur la barre, il regarda l'horizon, son esprit s'échappant un moment, voyageant vers un inconscient éphémère... Le gentleman remarqua alors, à côté de la barre, une sorte de levier, également construit en coquillage. Mugen s'approcha alors, lui expliquant son utilité :

                « Tu vois ce levier Prince ? Eh bien il contrôle ces deux grands coquillages à l'avant, sous la proue. En gros, tu peux les ouvrir, ou les rétracter, chacun de ces deux modes augmentera, ou diminuera la vitesse du Garuda. Evidemment, tu peux jouer avec ça, en même temps que les voiles latérales, afin d'effectuer des manoeuvres que tu n'aurais pas pu faire avec un navire "normal". »

                Un principe qui, dit comme cela, paraissait tout bonnement incroyable... Il fallait néanmoins voir comment réagirait réellement le navire, en testant ce genre de combinaison... Un instant plus tard, Yukisame et Cassandre rejoignirent le duo, observant à leur tour et avec des yeux d'enfants, la barre du Garuda, tandis que Mugen appuyait lui, sur un bouton en acier, sous le levier : un cliquetis mécanique retentit, avant qu'un compartiment ne s'ouvre, laissant apparaître un magnifique socle de corail, dans lequel le Log Pose était incrusté.

                « Héhé, comme ça, nous pourrons naviguer tout en restant dans la bonne direction ! »

                « C'est super !!! »

                « Mais attendez ?! Vous avez vu le Log au moins ? Regardez son aiguille... Elle pointe... sans vaciller ! Cela veut dire... »

                Cassandre venait de souligner un point important : le Log Pose était chargé et pointait distinctement vers l'horizon et, sans le moindre doute, vers la prochaine île :

                « Cela veut dire que nous partons ! »
                  Prince ne se lassait pas de regarder cette splendeur, là, devant ses yeux... Ce nouveau navire qui allait les emmener encore plus loin, bravant, telle une lance divine, les flots déchaînés de Grand Line, mais également toutes les difficultés, quelle qu'elles soient, avec une puissance incroyable. Oui, l'homme au tricorne ne doutait absolument pas des prouesses, des miracles, que pourrait accomplir le Garuda, son nouveau navire et surtout, son nouveau compagnon. Était-ce réellement un enthousiasme sincère, ou est-ce que cette première bonne nouvelle depuis pas mal de temps avait inconsciemment touché l'homme au tricorne, pour que son engouement aille au-delà d'une véritable objectivité ? Il ne se posa cependant pas la question, profilant de ce moment qui leur souriait enfin... Evidemment, ce genre de chose n'arrivait, pour un hors-la-loi, jamais sans sa contrepartie, qui ici, allait être compliquée à accepter pour Howard Prince... En effet, tandis qu'il redescendit sur la terre ferme, Mao Stick, l'épouvantail des Shinoryuus et accessoirement Satan Sama, s'approcha de lui, un sourire timide sur son visage monstrueux... Accompagné d'Albert, son fidèle corbeau, mais également d'Alicia et Haruna, l'empaillé bafouilla un instant, avant de s'adresser à son capitaine :

                  « Héhé Capt'ain... Alors, le Garuda te plait ? Un sacré navire hein, il m'a moi-même fait peur lorsque j'ai vu sa figure de proue mouahahaha... Alors vous... vous repartez c'est ça ? »

                  Il s'arrêta un instant, regardant le sol, comme gêné, alors que l'expression sur le visage de Prince venait de changer radicalement, son ardeur laissant place à l'incompréhension et à la confusion :

                  « Mao ? Je veux dire Satan... Qu'est-ce que tu veux dire par "Vous repartez ?" Nous repartons plutôt, non ? »

                  « Eh bien... Je... J'ai décidé de rester ici, avec Alicia et Haruna, Prince... Ça n'a pas été évident à prendre cette décision... Tu sais, j'ai toujours voulu trouver une famille qui aurait pu m'accepter, tel que je suis... J'ai adoré les aventures avec vous les gars, malgré la mort de certains de nos compagnons... Je me suis vraiment marré... Mais ici... Je crois avoir trouvé ce que j'ai toujours cherché : une famille. »

                  « Tu sais que nous avons besoin de toi Mao... Tu es notre compagnon, notre frère... Tu es un Shinoryuu Kaizoku ! Néanmoins... »

                  Malgré la peine qui vint empoigner l'intérieur de son corps, le pirate gentleman ne pouvait obliger son Nakama à rester avec lui... Il devait respecter sa volonté, comme il l'avait toujours fait avec chacun de ses compagnons, la liberté et les rêves étant les maîtres mots chez les Shinoryuus...

                  « ... Si tu veux rester ici, parmi les Satanistes, eh bien qu'il en soit ainsi... »

                  Prince tendit la main vers son compagnon, un sourire aux lèvres, l'empaillé faisant de même, empoignant la patte de son capitaine, des larmes coulant inexorablement le long de ses joues, pour finir à l'intérieur de sa bouche.

                  « Occupe-toi de ce peuple comme il se doit ! Il y a de fortes chances pour que les Longs-Bras reviennent, alors protège les comme tu protégerais ta propre famille... J'ai confiance en toi, je sais que tu feras ton maximum comme tu l'as toujours fait avec nous... Oui, ta valeur en tant que combattant, mais également en tant qu'être, n'est plus à démontrer... Et enfin, sache que tu seras toujours le bienvenue à bord Mao... Satan Sama... »

                  Le pirate au tricorne posa sa main sur l'épaule de Fear, voyant celui-ci fondre en sanglot, tandis qu'Haruna et Alicia pleuraient également, derrière lui... Une page importante de l'histoire des Shinoryuus se tournait... Oui, l'épouvantail avait choisit sa propre voie et l'aventure avec lui se terminait malheureusement ici...

                  ______________________________

                  Les adieux avec les Satanistes furent longs et émouvants, chaque habitant en toge noire remerciant encore Howard Prince, le pirate fantôme, ainsi que ses hommes pour tout ce qu'ils avaient pu faire sur Hungeria... Les larmes, sur la plupart des visages et autres sourires, touchèrent littéralement le pirate gentleman qui fut presque désolé de devoir partir... Néanmoins, il ne pouvait pas traîner plus longtemps ici... Son objectif principal étant de retourner sur les mers, afin de retrouver Mizukawa et Lion, au plus vite... Tandis qu'il se dirigeait vers Peter qui s'était un peu retiré, l'homme au tricorne demanda à Yukisame de commencer les premières manoeuvres sur le Garuda avec les autres, afin de préparer ce dernier à appareiller. Arrivant alors auprès du capitaine des Shinotoras, qui était entouré de Mitsume et Brüno, Prince lança vers ce dernier :

                  « Alors... Mitsu' et Brüno ont décidés de prendre la mer avec toi ? »

                  Peter, léger sourire aux lèvres, répondit à Prince, de la façon la plus simple possible :

                  « Je pense que tu sais toi-même pourquoi.... »

                  Le Prince fixa alors les deux intéressés, dont Mitsume qui prit brusquement la parole :

                  « Prince ! Nous ne remettons absolument pas en doutes tes capacités de combattant et tes qualités de capitaine... Tu es un véritable meneur, un homme courageux, capable de transcender tes compagnons malgré les difficultés... Je n'ai jamais rencontré une personne telle que toi... Mais... La décision, l'ordre que tu nous as donné de ne pas agir pour aller secourir le peuple Sataniste... Ce genre d'ordre va à l'encontre de ce pour quoi nous croyons... »

                  Brüno enchaîna, timidement :

                  « Je...Oui... C'est pareil pour moi... Je ne peux pas rester avec quelqu'un qui pourrait mettre en péril ma liberté et mes choix... »

                  Fermant les yeux tout en soufflant de déception, Prince fini par sourire malgré lui... Il savait qu'il avait peut-être fait une erreur, voir même des erreurs, allant même jusqu'à marcher sur des principes forts, pour la sauvegarde de ses propres Nakamas...

                  « Si c'est ce que vous avez choisi, je ne vous retiendrais pas... J'espère en tout cas que vous garderez un bon souvenir des Shinoryuus pirates, car nous, nous ne vous oublierons pas... Vous pouvez en être certains ! »

                  Replaçant son tricorne correctement sur sa tête, Prince fixa de nouveau Peter, lui tendant la main, pour ce qui serait peut-être, leur dernière empoignade avant un bon bout de temps :

                  « Eh bien capt'ain Peter... Il est temps de se dire au revoir... Je voulais te remercier pour tout ce que tu as fait pour nous, ainsi que pour les Satanistes, ici, sur Hungeria... Sans ton aide, aucun de nous n'aurait survécu et grâce à toi, nous avons encore une chance de retrouver nos camarades en proie à la Marine... »

                  « Ne me remercie pas... J'ai simplement fait mon devoir et combattre à tes côtés a véritablement été un honneur pour moi Héhéhé... Je ne doute absolument pas que, d'une manière ou d'une autre, tu finiras par retrouver Sutero... Tu arracheras ce gars des mains du Gouvernement mondial ! »

                  Le capitaine des Shinotoras empoigna la main de Prince et sourit généreusement à ce dernier :

                  « Adieu, Howard Prince ! »

                  Quelques minutes plus tard, le Garuda hissa les voiles, avançant petit à petit, tout en se retirant des côtes d'Hungeria... Le fier navire frappait l'écume avec délicatesse, fondant sur les eaux de Grand Line, silencieusement, tandis qu'au-dessus de lui, le soleil caressait sa coquille de bois, faisant briller ses diverses pièces d'acier sur l'océan... Alors que le navire se retirait toujours un peu plus, les Shinoryuus firent de grands signes d'adieux au peuple Sataniste, ainsi qu'à leurs anciens compagnons de voyage... L'émotion était vive dans les voix de chacun, ainsi que sur les têtes... Enfin, le Prince, qui était à la barre, positionna le bâtiment maritime par rapport à l'aiguille du Log Pose, afin de suivre le cap vers la prochaine île... Regardant gravement Mao Stick qui disparaissait toujours un peu plus, tel un mirage dans un désert, le capitaine pirate fini par lancer un sourire à ce dernier, avant de faire un dernier signe, vers Hungeria...

                  « En route pour la prochaine île, les gars !!! »

                  « OUAIIII !!! »
                  « OUAIIII !!! »
                  « OUAIIII !!! »
                  « OUAIIII !!! »