AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Salaire au mérite

avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8940
Popularité: -905
Intégrité: -16

Sam 2 Avr 2016 - 7:02

Suite des événements joués ici.



***



Tout lui était revenu en mémoire. La fouille de la crypte dès son arrivée, la carte mal dessinée, le dessin du bananier avec les trois traces de couteau dessus. Les yeux rivés sur la terre aux pieds de l'arbre, le cafard savait qu'un trésor inestimable se trouvait enterré en ces lieux. Si la jeune femme qu'il avait assassiné lors de son premier séjour au village de la tribu avait dit vrai, c'était une émeraude d'une valeur astronomique qui sommeillait là depuis des siècles.

- Bon c'est quoi la suite du plan matelot ?

D'un bond, le forban sursauta. Merry Fredcurry l'avait sorti de ses songes cupides. Obsédé qu'il était par son enrichissement personnel, Joe en avait oublié l'espace d'un instant qu'il était venu à l'extrême Nord de l'île accompagné de Merry et ses hommes qu'il venait de libérer de chez les sauvages. Certes il avait besoin d'eux pour naviguer sur Grand Line en toute sécurité, mais l'envie de les tuer pour s'emparer de l'émeraude lui effleura l'esprit. Rien de tel qu'une émeraude pour que des pirates s'entre-tuent.
Mais pour le moment, seul Joe était au courant de l'existence de la pierre précieuse. Elle serait sienne, et n'appartiendrait à personne d'autre.

- On pourrait se séparer pour rejoindre les quais au Sud-Est. Depuis le temps que je suis sur l'île, j'ai vu qu'il y avait pas mal d'embarcations abandonnées là bas depuis que ces cons ont purgé les touristes.

Bien sûr, l'idée de rejoindre les quais allait de soi. Si le forban avait risqué sa peau pour les libérer, ce n'était que dans l'optique de pouvoir partir de l'île sans se faire massacrer sur les eaux de Grand Line. Toutefois, se séparer était une erreur monumentale, ils n'étaient que cinq, et les sauvages plusieurs centaines sur toute l'île si on comptait les tribus sur la plage à l'Ouest. Mais Joe cherchait par tous les moyens à se débarrasser de ces quatre gêneurs pour déterrer son précieux trésor à l'abri des regards indiscrets.
Il entendait de la terre se faire gratter. Tournant vivement la tête, il vit le petit Tigre qui, chassant les taupes, se mit à creuser sous le bananier. Ni une ni deux, le cafard se dressa, fondit sur l'animal, et lui mit un violent coup de pied qui fit décoller l'animal sur près d'une dizaine de mètres.

Merry et ses hommes le fixèrent ahuris, n'osant lui demander pourquoi il venait de s'acharner sur la pauvre boule de poil qui revenait timidement, habituée à être malmenée ainsi.

- Euh je... Le bruit m'agaçait.

Aucun de ses compagnons de route ne fit le moindre commentaire face à ce qui s'apparentait à une forme particulièrement malsaine de lunatisme. Après cet événement pour le moins inquiétait, Merry décida de passer à autre chose et poursuivit.

- C'est toujours moi qui suis le capitaine non mais ! On ne se séparera pas ! Tu vas nous mener aux quais, on va aller au large pour être sûr qu'ils nous rattrapent pas, et on attendra que le Log se recharge. Combien de temps reste t-il ?

Situation pour le moins problématique. En effet, Joe était le seul à savoir où étaient les quais. Tous ici avaient débarqué en s'échouant sur les côtes au Sud de l'île, et puisqu'il connaissait l'île comme sa poche à force de la parcourir pour ses cueillettes de fleurs, le forban devait mener la marche, et ne pouvait se séparer d'eux.

Ne pouvant décemment pas se résoudre à les tuer, ayant trop besoin d'eux pour naviguer sur Grand Line, Joe cherchait un moyen de s'emparer de l'émeraude sans qu'ils ne voient quoi que ce soi. Ils étaient à la lisière de la jungle, juste à côté se trouvait la plage. L'air embaumait le sel marin.

- Je euh... Avant tout, je vais avoir besoin de euh... quatre cent coquillages ! Oui voilà.

Quand il improvisait le forban ne le faisait pas à moitié. Cette idée semblait vraiment sortir de nulle part, mais il ne trouvait pas d'autre moyen pour les éloigner de lui suffisamment longtemps pour déterrer son trésor.


Dernière édition par Joe Biutag le Dim 3 Avr 2016 - 10:14, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8940
Popularité: -905
Intégrité: -16

Sam 2 Avr 2016 - 7:05

Vraiment, il fallut insister pour les convaincre. Joe avait prétexté qu'après avoir étudié leur culture, les sauvages craignaient les coquillages pour une obscure raison. Cette histoire était d'une absurdité totale, mais il fallait au moins ça pour les convaincre.

- Et pourquoi quatre-cent précisément ?

Un matelot de Merry, qui ne perdait pas le Nord, s'interrogea justement sur ce nombre aléatoire et hautement contraignant. Quoi de plus chiant que de ramasser des coquillages après trois semaines de captivités ?

- Bah euh.... Ils ont aussi peur des nombres pairs.

Cela étant dit, un autre matelot, tout aussi perspicace que son camarade souleva alors une autre incohérence de taille dans la raisonnement du forban qui improvisait plutôt mal pour les éloigner de son émeraude enterrée.

- Dans ce cas on a qu'à en prendre deux...

Merry acquiesça. Cette histoire de quatre-cent coquillages était à dormir debout. Bégayant, car ne trouvant pas quoi répondre, le cafard tenta le tout pour le tout. Une grande claque vînt se loger dans la joue du dernier matelot qui venait de lui répondre, et qui tomba à terre tout étonné. Si il ne trouvait pas le mensonge adéquat cette fois-ci, sournois qu'il était, le cafard savait sur-compenser un mauvais mensonge avec un jeu d'acteur adapté.

- Tu ne sais pas de quoi tu parles ! J'ai morflé moi ces dernières semaines, alors tu obéis et tu la boucles ! Je te dis qu'ils ont peur des coquillages et qu'il en faut quatre cent !

À ces mots, les trois matelots se ruèrent sur la plage, piochant les coquillages à vitesse grand V. Pas besoin d'argumenter quand on mettait une claque et qu'on savait gueuler assez fort. Joe se frotta la paume de sa main, assez faible de par nature, il n'était pas habitué à donner de grands coups. Il y avait fort à parier qu'il avait plus mal à la main que sa victime n'avait eu mal à la joue.

- Bon, en attendant moi je vais faire une sieste !

Les hommes de Merry avaient été mobilisés, mais le capitaine n'allait pas obéir au forban qui était de toutes manières moins puissant que lui. Joe devait ruser à nouveau, et mieux cette fois de préférence.

- Capitaine, vous feriez mieux d'aller cinq cent mètres dans cette direction, il me semble qu'il y a une rivière avec de l'eau potable. Depuis tout ce temps que vous êtes emprisonné, c'est le lieu rêvé pour que vous puissiez vous reposer non ?

Amadouer par le confort. C'était une technique qui se tenait. Pourtant, le forban vicieux n'avait pas la moindre idée de ce qui se trouvait à un demi kilomètre dans la direction qu'il venait de pointer. Tout ce qu'il espérait, c'était qu'aucune bête vicieuse n'était présente dans le coin. Non pas qu'il s'en serait voulu d'avoir envoyé son capitaine de circonstance à la mort, mais il avait besoin de chaque homme disponible pour se tirer d'ici.
Merry s'enfonça dans les feuillages après avoir remercié sa  récente recrue.

- Vite vite vite !

Se jetant presque au pied de l'arbre tailladé, à l'aide de ses mains, le cafard creusa là où il espérait trouver ce trésor si convoité. Grite, qui avait commencé le travail, vînt le rejoindre pour creuser de concert. Dans un réflexe instinctif, Joe avait montré les dents, faisant reculer le petit tigre, mais reprenant contrôle de lui même, il se rappela qu'un animal n'avait aucun besoin d'une émeraude.

- Pardon pépère, aide ce brave Joe à creuser veux-tu ?

Et à deux, ils creusèrent la terre sous le bananier. Sans pelle, cela prendrait du temps. Jetant ici et là des coups d'oeil par dessus son épaule, s'assurant que personne n'approchait, il creusait sans cesse plus profondément. La percée du sol était frénétique. N'ayant pas dormi depuis plus de vingt quatre heures, la cupidité lui donnait une énergie insoupçonnée.
Cinq bonnes minutes s'étaient écoulées. Sortant ses doigts endoloris de la terre pour souffler dessus et apaiser la douleur, il s'apprêtait à reprendre de plus belle quand le félin tigré sortit quelque chose entre ses crocs.
Un rocher si gros que la bête peinait à le tenir dans la gueule. Lorsque la saleté qui l'entourait commença à se défaire du minéral, une lueur verte émana de celui-ci. Sans même un remerciement ou la moindre considération pour son compagnon à quatre pattes, Joe plongea violemment sa main dans la gueule du petit tigre, se saisissant de la pierre précieuse pour se l'accaparer.

- Lâche ça triste couille !

Voulant jouer avec celui qu'il considérait comme sa mère, Grite s'amusa à tenir fermement l'émeraude qu'il avait en bouche. Mais le cafard ne jouait pas, il aurait volontiers pété toutes les dents de l'animal si il n'avait pu retirer qu'un seul gramme du trésor, c'est d'ailleurs ce qu'il s'apprêtait à faire avant que la bête ne cède enfin.

- Enfin je le tiens ! Mon trésor !

Yeux embrumés par les larmes, il n'avait pas le moindre répit. Les matelots, plutôt zélés, avaient déjà réuni les quatre-cent coquillages et se dirigeaient à présent vers lui.


Dernière édition par Joe Biutag le Dim 3 Avr 2016 - 10:19, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8940
Popularité: -905
Intégrité: -16

Sam 2 Avr 2016 - 7:09


Ne connaissant pas grand chose en pierres précieuses, et surtout, n'ayant pas eu le temps de scruter l'émeraude, encore recouverte de terre, Joe n'eut pas le temps d'estimer son prix et la mit dans une poche intérieure de son anorak. Enfin il était sauf.
Comme synchronisé avec ses hommes, Merry revînt lui aussi. Ils étaient tous réunis.

- Moussaillon, il n'y avait pas de rivière là bas !

Haussant les épaules, le regard du forban qui jusqu'à présent traduisait la soif d'or laissa place à son regard vicieux qui lui allait si bien.

- Ouais, bah j'ai dû me gourer.

Belle manière d'envoyer chier son capitaine sans se fatiguer à donner des explications. Ce n'était pas le seul qu'il comptait envoyer sur les roses. En sueur, après être restés sous le soleil de plomb qui irradiait la plage de chaleur, les trois matelots lui présentèrent quatre-cent coquillages.

- C'est des coquillages verts qu'il fallait. Bon tant pis on fera sans ! Allez, aux quais !

Tous lui auraient volontiers fait la peau sur le coup, mais la perspective de retrouver les quais et de s'éloigner de cette île dont ils n'avaient que des mauvais souvenir les décida à passer l'éponge. De l'extrême Nord au Sud-Est, c'était une longue marche qui les attendait une fois encore. Mais comme à l'accoutumée, Joe activa les Ventio Dials de la ceinture sous son manteau pour se propulser et ainsi se balader sans se fatiguer.

- Éteins ça moussaillon !

Le ton du capitaine fut sec et Joe obéit, ne souhaitant pas contrarier le mélomane plus qu'il ne venait de le faire à l'instant.

- Ton appareil fait trop de bruit, ils pourraient nous localiser trop facilement. Tu marcheras comme nous tous. Que je sache, toi tu n'as pas été torturé non ?

Certes, il n'avait pas été torturé, mais n'ayant pas dormi depuis longtemps, et surtout, après avoir encaissé un coup de genou de Bouba il y a une journée de cela, marcher ne le rendait pas particulièrement jouasse. Surtout qu'il allait devoir passer son temps à savater le petit tigre qui avait la fâcheuse tendance de se reposer toutes les dix minutes.
C'était vraiment un long périple qui les attendait. Mais les sauvages n'avaient pas retrouvé leur piste.


Dernière édition par Joe Biutag le Dim 3 Avr 2016 - 10:22, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8940
Popularité: -905
Intégrité: -16

Sam 2 Avr 2016 - 7:13

- ♫  Les chaleuuuuurs des îles du Suuuuuuuudeuh ! Le cerveau tout ramollo ! ♪

Grognant et murmurant entre ses lèvres, Joe se dit à lui même :

- C''était bien la peine de me demander de ne pas faire de bruit....

En réalité, Merry avait demandé à Joe de ne pas utiliser ses Ventio Dials plus par jalousie que pour ne pas attirer l'attention. Mais lui, il était le capitaine mélomane, il avait chanté en captivité, ce qui avait pas mal motivé la torture des indigènes, et il continuerai de chanter en toutes circonstances.

- ♪ La froideuuuuuur des îles du Nooooooreuh ! Qui congèle la cervelle ! ♫

Du froid. Tous ici en auraient rêvé, surtout le pauvre Grite qui cuisait sous sa fourrure, la langue pendante. Merry avait décidé qu'il serait préférable de longer la plage pour rejoindre les quais. Là où la végétation était moins dense et où le soleil cognait le plus dur. Joe avait suggéré, de se reposer la journée et marcher de nuit le long de la plage. Sa proposition ne fut pas retenue. Il devrait attendre encore un peu avant de pouvoir enfin se reposer.

- J'y pense capitaine.

Enfin le mélomane se tut pour entendre la question qu'un de ses hommes allait lui poser.

- Le plan initial, c'était de prendre une embarcation, de s'éloigner des quais et d'attendre que le Log Posel ne charge ?

Acquiesçant, Merry se demandait où était le problème dans son plan. Les sauvages semblaient ne pas être coutumiers des manoeuvres navales. A flot, ils seraient en sécurité. Même le cafard n'avait trouvé à y redire, et quand il s'agissait d'avoir les fesses au chaud en sécurité, il savait être méticuleux. Cependant la fatigue lui avait fait omettre un détail.

- Mais, le magnétisme du Log pose ne sera rechargé que si on reste sur l'île. Si on va à flot, même aux alentours, on risque de réinitialiser la séquence, et devoir se retaper trente jours sur l'île.

Tous marquèrent un arrêt. Marcus, matelot de son état avait soulevé un point crucial et avait évité ce qui aurait été un drame. Son capitaine resta pensif tout en fredonnant. Chaque son musical qui émanait de sa gorge constituait une balle que le cafard souhaitait lui tirer en pleine tête.
Alors que tous furent pensif, Joe, épuisé se laissa tomber sur le sol pour reposer ses jambes engourdies, le tigre vînt se blottir contre lui, tout aussi fatigué.

- On a qu'à enterrer le Log pose sur l'île pendant deux ou trois jours, le temps qu'il se recharge. On reste sur les flots environnants en attendant, et quand ce sera bon, on retourne le chercher.

Le plan parfait. Merry tendit la main en direction de Marcus.

- Donne moi le Log Pose qu'on fasse comme ça.

Ses trois matelots le regardèrent blêmes. Tous trois à bord étaient respectivement cuistot, canonnier et vigie. Leur navigateur était mort dans le ventre du roi des mers qui les avait amené jusqu'ici. C'était une catastrophe. Afin de manifester son mécontentement, Merry allait entamer un chant tragique. Tous, y compris le petit tigre qui suivit le groupe, se jetèrent sur lui. Si on ne les avait pas encore repéré jusqu'à maintenant, tous tenaient à ce que ça continue comme cela encore longtemps.
Ce serait encore Joe qui devrait sauver la mise. Sortant son propre Log Pose du compartiment intérieur de sa casquette, il le brandit devant tous.

- On l'enterrera dans le sable devant les quais. En attendant, c'est moi qui le garde.

Sur le papier, c'était Merry le capitaine. Mais depuis qu'il les avait sauvé sur l'île, le forban cupide, bien que beaucoup moins puissant que le capitaine mélomane, donnait les ordres.


Dernière édition par Joe Biutag le Dim 3 Avr 2016 - 10:27, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8940
Popularité: -905
Intégrité: -16

Sam 2 Avr 2016 - 7:15

On l'avait affublé du premier tour de garde pour la nuit. Lui qui n'avait pas dormi depuis presque trente six heures. Cerné, manquant de s'endormir toutes les cinq secondes, le cafard essayait de tenir bon. Cela eut été inconvenant de se faire cueillir en pleine nuit à cause d'une garde qui se serait mal passée.

Pour se maintenir éveillé, après s'être assuré que tous les autres dormaient bel et bien, il sortit son émeraude pour la décrasser et la contempler. La pierre précieuse était aussi lourde qu'épaisse, il la tenait aisément à pleine poigne.
Compte tenu de la beauté de son éclat, et surtout de sa taille, le joyau se vendrait facilement entre quatre-vingt et cent vingt millions de berries. Humant l'émeraude, le forban pouvait déjà sentir l'odeur des billets entassés. En attendant de pouvoir la vendre, Joe devrait en prendre soin. Après tout, il ne savait pas quand il trouverait une île où il pourrait vendre une telle pierre précieuse.

En attendant, le cafard comptait les billets qui s'accumulaient. Un billet, deux billets, trois billets.... Il en était à quatre mille sept cent vingt cinq billets quand il sursauta. Ses rêveries l'avaient endormi. Heureusement son tour de garde n'était pas encore terminé, personne ne s'était aperçu de son manquement à son devoir.
Rangeant le joyau qui lui était tombé des mains pour le mettre dans sa poche, il se retourna pour voir si tout le monde dormait.

Tout allait bien dans le meilleur des mondes, Merry ronflait des mélodies agaçantes, Marcus dormait adossé à un arbre, quant au cuistot, il s'était recouvert d'un épais feuillage pour s'en faire une couverture. Durant son court sommeil, rien ne s'était passé.

- Attends une minute, ils étaient pas quatre à la base ?

En effet, le canonnier avait disparu. Mais il n'était pas bien loin. Au dessus d'eux dans un arbre, un gigantesque anaconda, de la même veine que celui qui avait mangé un crocodile pendant sa cueillette d'ingrédients pour les Muggy Balls, avait à moitié entamé le pauvre homme.

- Euh... Réveillez vous ! Réveillez vous !

Ne sachant pas trop quoi faire. Il avait préféré appeler à l'aide. Mais, une fois réveillé, les trois hommes restants ne surent que faire non plus. Aucun n'avait le moindre objet coupant sur lui, et les ultrasons de Merry ne semblaient pas fonctionner sur la sale bête qui n'aimait décidément pas qu'on la gêne pendant qu'elle mangeait.
Joe mit un coup de pied au petit tigre qui grognait après le sinistre reptile, mieux valait éviter de rameuter d'éventuels indigènes.

Bien que Joe fut d'avis qu'il était de toutes manières trop tard pour le canonnier, ses camarades eux ne perdirent pas espoir, martelant la boîte crânienne du serpent à grand coup de pierres. Cela fut efficace. L'animal étant vertébré, vit son crâne brisé bien assez vite, ses muscles se relâchant alors, laissant glisser son repas qui s'écrasa sur le sol.
L'étreinte de l'animal lui avait brisé les os, il était mort depuis longtemps.

- Je vous avais bien dit que ça servait à rien de le sauver, regardez il est tout crevé.

Les larmes aux yeux, les trois hommes le regardèrent avec rage. Ensemble, ils avaient subit ces dernières semaines les pires tortures et avaient tenu bon en se réconfortant les uns les autres. C'était plus qu'un camarade qui venait de mourir pou eux, mais un frère.
Et cette mort, elle était due à l'inattention du forban qui s'en foutait allègrement. Merry, Marcus et le cuistot décidèrent de prononcer quelques mots pour leur camarade tombé, puis passèrent le restant de leur nuit à lui creuser un trou pour l'enterrer, pour enfin, alors que le soleil se levait, chanter doucement un cantique en son honneur.
Tandis qu'ils enterraient leur regretté compagnon, le cafard avait passé une très bonne nuit, réveillé de bon matin par un chant mélodieux. Sa seule préoccupation suite à ce regretté incident était de savoir si il y aurait un bateau manoeuvrable par quatre personnes.


Dernière édition par Joe Biutag le Dim 3 Avr 2016 - 10:31, édité 1 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
avatar
Joe Biutag
Le Cafard

♦ Localisation : Juicy Berry
♦ Équipage : Les Blattards

Feuille de personnage
Dorikis: 8940
Popularité: -905
Intégrité: -16

Sam 2 Avr 2016 - 7:19

Démoralisé, Merry, et ses deux derniers matelots, accompagnés de Joe, retrouvèrent espoir lorsqu'ils aperçurent enfin les quais. Il était bientôt dix-huit heure, et enfin ils arrivaient à leur destination sans encombre. L'incident de Anaconda excepté.

Vraiment il y avait de tout à quai, du navire de plaisance au monoplace. Une petite caravelle leur suffirait pour prendre la fuite.

- Allez chercher des fruits dans la forêt pour la traversée, nous embarquons immédiatement.

Merry Fredcurry n'était pas du genre à tenter le diable. Si ils avaient pu éviter les sauvages qui devaient probablement les chercher au Nord, puisqu'ils avaient fuit dans cette direction, ce n'était pas une raison pour traîner.
Tout content, le cafard monta à bord de l'embarcation désignée par son capitaine temporaire. Ce dernier se mit sur son chemin.

- Toi tu restes sur la plage avec le Log pose, il sera rechargé demain.

Décision pour le moins inattendue. Évidemment, Joe lui objecta que l'idée était de laisser le Log pose enterré pendant qu'il monterait à bord. Mais cette requête lui fut refusée. Merry en avait discuté avec Marcus. Avec l'incident du canonnier, ils avaient décidé de le faire payer au forban.
Si il venait à crever dans la nuit, alors la vengeance de l'équipage serait assouvie. Autrement, ils accepteraient d'emmener Joe avec eux.

- Et si y'a des sauvages qui viennent et qui pètent le Log Pose ?

Joe s'en foutait après tout, il avait passé près de trente jours tout seul, alors une nuit de plus ou de moins.... Mais il lui tardait de se reposer à bord d'un bateau, vivre une journée sans que sa vie ne soit menacée ne l'aurait pas dérangé. Malheureusement pour lui, Merry avait l'air d'en avoir décidé autrement. Déterminé, il était prêt à rester bloqué sur l'île si il le fallait, mais il se devait d'imposer cette épreuve à Joe pour qu'il fasse amende honorable.

- T'as entendu le monsieur Grite ? Encore une nuit ici et on est parti.

L'animal lui était particulièrement fidèle, et amené à pas mal grossir. Emmener avec lui sur Grand Line un tigre qui finirait par devenir une bête redoutable qui ne se retournerait pas contre lui s'avérait une bonne idée. Mais Grite avait prit les devants. Sentant l'odeur de poissons grillés cuisinés à bord de la caravelle, il s'était rendu en cuisine pour se délecter d'un excellent repas.

- Traître !

Oui, l'animal était opportuniste, il avait appris à bonne école.
Alors que le navire embarquait, le cafard le regarda s'éloigner des côtes, jusqu'à instaurer une distance de sécurité raisonnable. Au loin, il pouvait voir luire la lumière à bord. Vu le boucan, l'ambiance était à la fête, et évidemment, il y eut de la musique, Merry Fredcurry oblige.

- Ces cons vont attirer du monde.

- Je te le fais pas dire !

La voix venait de derrière lui. N'ayant pas le temps de se retourner, quelque chose vînt s'enfoncer dans sa fesse gauche. Portant immédiatement la main à la blessure, il braqua son mousquet à triple canon sur son agresseur.
Une petite fille, armée d'une bête sarbacane l'avait blessé au joufflu. Même les enfants avaient tenu à assister les guerriers pour explorer l'île à la recherche des indésirables.

- Tu as tué ma maman ! Ma fléchette empoisonnée va te tu...

On ne lui laissa pas terminer sa phrase. Personnes âgées, handicapés, veuves et orphelins, Joe tirait sur tout ce qui le contrariait sans discrimination. Le petit corps fragile de la jeune enfant s'écroula une fois que la balle eut transpercé son coeur. Il s'agissait de la fille dont le cafard avait tué la mère pour reprendre ses affaires lors de son premier séjour au village.
En un mois, l'infâme forban avait mené à la mort plus d'une cinquantaine de personnes, vaincu, en trichant, le plus puissant guerrier de l'île, et il ponctuait son séjour en arrachant la vie à une petite fille innocente.

- Chier...

Ôtant la fléchette bien enfoncée dans le séant, Joe haletait. Se dire que le projectile était enduit de poison le terrifia. C'était décidément trop con. Survivre à toutes ces péripéties pour se faire avoir ainsi par une fillette plus faible qu'il ne l'était. Même pour lui, c'était le comble du pitoyable.

- Au moins c'est pas un poison foudroyant.

Passant une nuit horrible, à panser sa plaie à la fesse, il observa le soleil se lever et la caravelle revenir vers les quais. Le Log Pose était rechargé. Sa vue se troubla de plus en plus, même son ouïe semblait affectée. Les sons l'entourant semblant plus graves qu'à l'accoutumée. Plus de doute, la fléchette était empoisonnée.
Il n'arrivait pas à entendre ce que venait de lui dire Merry qui était penché sur lui, affichant un visage inquiet. La dernière chose que vît Joe fut Grite qui s'était jeté sur lui, posant ses pattes avant sur sa poitrine, lui léchant le nez. Ce n'est qu'à cet instant que le cafard s'effondra inerte sur le sable.
http://www.onepiece-requiem.net/t16405-presentation-joe-biutaghttp://www.onepiece-requiem.net/t16440-fiche-technique-joe-biuta
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1