AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Attrapez les tous

avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Fév 2017 - 13:45

* Sur Second Piece Island *

J'ai respecté mes deux missions, j'ai tué tous ceux qui savaient quelque chose sur les blocs supérieurs et j'ai dissuadé d'éventuels futurs explorateurs. Mes deux emplois sont donc désormais finit. Qu'est-ce que je fais maintenant ? Aucune idée. Les camps humains qui s'étaient installés depuis trois ans sur les îlots proches de la mer bleue se démontent. Arizona est mort, Maximilian est mort, toutes les raisons de grimper également. Ils ne sont plus payés, ils n'ont plus de chef, rien pour justifier leur présence ici. Ils ont donc décidé de partir pour aller je ne sais où. Ils ont bien tenté de m'embarquer, mais j'ai refusé. Je suis un pirate, je ne fais pas ce que je ne veux pas faire. Quelques jours de repos plus tard, je suis presque remis de la blessure que je me suis infligé à l'estomac pour faire croire à une attaque. Il reste mes hommes d'Armada et quelques explorateurs en train de démonter les camps. Je suis en train de me reposer quand une discussion attire mon attention hors de ma tente.

« Allez, j'ai besoin de le voir.
Je t'ai déjà dit que non.
Mais il pourrait y gagner.
Tu ne vas pas lui faire perdre son temps avec des conneries.
Mais c'est sérieux ! La guilde existe.
Alors pourquoi on en a jamais entendu parler ?
Parce qu'elle ne souhaite pas se faire connaître ailleurs que sur Lynbrook.
Bah voyons.
Mais c'est la vérité !
Bien sûr. Une guilde qui peut fournir n'importe quelle information, même ce que prennent les cinq étoiles au petit-déjeuner. On parle juste de cinq types planqués dans leur manoir à Marie-Joie, entourés par une armée de marins gradés fidèles au GM, sur une montagne où personne ne peut accéder hormis les marins.
Oui, c'est cinq là.
Et comment la guilde fait pour avoir des informations ?
J'en sais rien moi. Mais elle les obtient.
Et tout ce qu'il faut faire, c'est attraper un type, c'est ça ?
Attraper Oko, oui. Mais c'est bien plus dur qu'il n'y paraît.
Ah oui, parce que personne ne sait qui il est ou à quoi il ressemble. Un fantôme quoi.
C'est ça. Heu, mais non !
Ouais. Bon, aller, dégage avant qu'on te fasses partir.
Mais j'ai besoin de lui parler.
Qu'est-ce que c'est que ce raffut ?! » Je sors de ma tente, pas forcément très content. « On ne peut même pas se reposer tranquillement.
Pardon, j'allais juste chasser ce gêneur.
J'ai besoin de vous parler, c'est important.
De quoi ?
De Lynbrook. C'est la dernière de la cinquième voie de Grand Line. Une île pirate où le crime domine. J'ai pensé que vous pourriez vous en emparer.
Pourquoi moi ?
… Parce que vous êtes ici, et que nous aussi. On vient de là bas. On y a vécu toute notre vie. Mais on en peut plus, on veut la quitter pour aller vivre ailleurs. Ce n'est pas un endroit pour nous. Et puis surtout, il y a les guildes. Vous pourriez intégrer une guilde. Ça procure des avantages incroyables.
Du style ?
La guilde des espions permet d'avoir des renseignements sur n'importe quoi, n'importe qui, n'importe quel endroit.
Y compris Raftel ? Le one piece ?
Aucune idée. Mais sûrement. La guilde des contrebandiers permet de récupérer des trésors, celle des videurs prouve votre force et celle des voleurs facilite les conditions de navigation je crois.
… hum. Ça peut être intéressant.
Mais on ne peut rejoindre qu'une seule guilde.
Évidemment. Avec de tels prix, il faut bien payer quelque chose. Celle des espions donnent des infos sur tout et n'importe quoi, c'est ça ?
Oui.
Intéressant. Comment on va sur cette Lynbrook ?
Ah, ça … Nous venons de là bas, nous avons donc un éternal pose. Je vous l'échange avec des navigateurs contre une vivre card d'Armada.
Et pourquoi je vous tuerai pas pour simplement tout récupérer ?
Parce que nos navigateurs sont habitués aux conditions de l'île, aux récifs … A moins d'avoir beaucoup de chance et un navigateur expérimenté, vous coulerez au large de l'île avant même de pouvoir poser les yeux dessus. Le climat et les environs sont inhospitaliers, voire dangereux.
Donc on échange ton éternal et ma vivre card, et en plus tu me laisses des navigateurs ?
Oui.
Et pourquoi tu veux aller sur Armada ?
Ça ne peut pas être pire que Lynbrook. On aura ptet une chance de recommencer là bas.»

Je réfléchis à sa proposition, puis accepte. Obtenir des infos sur tout et tout le monde, voilà une chose intéressante que je ne peux décemment pas laisser passer sans le regretter plus tard.


Dernière édition par Clotho le Mar 7 Fév 2017 - 14:04, édité 2 fois
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Fév 2017 - 13:46

Quelques jours plus tard, on navigue tranquillement vers notre destination en suivant l'éternal pose récupéré lors de l'échange de bateau. Les types voulaient tellement quitter Lynbrook qu'on dirait que cette île est un monstre. On la qualifie de repère de brigands baraqués et costauds, de trou maléfique qui aspire ton âme et te laisse ressortir lessivé de toute bonté ou envie. Ça m'intéresse carrément. Une île néfaste et un pirate sadique bipolaire. Je ne vois pas du tout ce qui pourrait clocher lors de la rencontre. Les types m'ont dit que pour avoir les infos, il faut trouver et attraper Oko. Sauf qu'ils ne savent ni qui il est, ni à quoi il ressemble, ni même où il est. C'est donc comme chercher une aiguille jaune de 3 millimètres dans un champ de vingt hectares de blé. Légèrement compliqué. Certains y passent leur vie sans jamais trouver le responsable de la guilde des espions. Moi, j'ai pas de temps à perdre. Je ne peux pas rester là des années, ou même une vie. J'ai des projets. Alors je me souviens d'un détail qui me donne l'avantage par rapport à d'autres chercheurs. Je sors mon den den puis appelle Tao, un de mes hommes sur Rokade. Pourquoi lui ? Parce qu'il vient de Lynbrook. Il est donc bien placé pour me parler des rumeurs, des endroits où je pourrais trouver le chef, des heures où le croiser …

Pulu Pulu. Pulu Pulu. Pulu Pul*/ Gotcha.
« Tiens, salut Clotho.
Salut Tao. T'es bien de Lynbrook ?
Heu ouais, pourquoi ?
Parce que j'y vais.
… hum. Je suppose que c'était logique. Un type aussi fou que toi, une île qui attire tous les tarés, c'était presque obligé que tu y passes.
Tu connais Oko ?
Pas personnellement.
Tu peux me dire quoi sur lui ?
… Pas grand chose. Le trouver est l'une des choses les plus dures au monde. Il sait être discret, invisible, effacer sa présence. On dit qu'il a dix mille visages qu'il peut changer en une seconde.
Et à part ça ?

Qu'est-ce que tu me dis pas ?
J'sais pas si ça va t'aider ou pas, mais il y a une rumeur que peu de gens connaissent.
Vas-y, accouche.
Chaque 15 du mois, quelqu'un va au Savoir Lounge, commande une pression Kalbert puis disparaît juste après l'avoir terminée. Mais ce n'est jamais la même personne.
Tu penses qu'il peut s'agir d'Oko ?
Possible. On sait qu'il approvisionne le Savoir Lounge en connaissances. Il doit donc forcément y passer de temps en temps. Puis pour laisser une chance à quelqu'un de l'attraper. C'est bizarre que plein de personnes différentes commandent tous la même boisson que personne d'autre ne demandent jamais. Et toujours le même jour du mois.
Hum. Ça donne un schéma, ouais. Merci pour l'info.
Clotho …
Quoi ?!
Fais gaffe. Lynbrook est pas comme Rokade. C'est … différent là bas. Même toi ça pourrait ne pas te laisser intacte.
T'inquiète Tao. J'suis grand maintenant. »

Je raccroche, content d'avoir eu une info de première main. Il ne me reste plus qu'à vérifier sa véracité. On est le douze. On a donc deux jours pour arriver. Sinon on doit attendre le mois suivant. Et ça, pas question. Je ne veux pas perdre de temps à patienter. Je veux mes infos pour faire chier le Gouvernement Mondial.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Lun 6 Fév 2017 - 13:52

* 14 février 1627, 14h *


Île poubelle, repère de truands, zone d'escroquerie inter-continentale, domaine des fous et mauvaises âmes, débarras … Les adjectifs qualifiant Lynbrook ne manquent pas tant qu'on en parle en mal. En gros, c'est une Rokade plus badass. Hâte de voir ce que ça donne quand on va accoster. On arrive à voir l'île au loin avec une longue vue. Une fois assez proche, on prend la direction du port puis on amarre le bateau. A peine ai-je mis le pied sur le sol qu'un type m'attend avec des papiers en main et me parle.

« Vous êtes nouveaux ? C'est l'heure de payer la taxe mon pote.
Je paie rien du tout.
Alors tu vas avoir des ennuis. » Il n'a pas le temps de finir sa phrase qu'un type me bouscule violemment. On se retourne au même moment. Il fait un mètre quatre vingt dix pour cent kilos de muscles, bien baraqué, une cicatrice au dessus de l’œil droit, un regard mauvais. « Tu peux pas faire gaffe connard ?!
C'est toi qui m'a bousculé.
Ta gueule merdeux. Soit tu t'excuses avec cent millions, soit j'te fais bouffer les pissenlits par la racine.
Tu crois que je vais te payer pour un truc que tu as fais ? T'es encore plus con que ton apparence le suggère. »

Il lance son crochet du droit sur moi. Je lève mon bras gauche, dévie son coup en frappant l'intérieur de son coude. Son attaque passe à côté de ma tête. Je riposte avec une droite bien à moi. Elle le fait reculer, tituber. Puis il se ressaisit. Il crache du sang sur le sol. Le type m'ayant accosté se tient en retrait.

« Laisse moi deviner. C'est comme ça que tu gagnes ta vie ? Tu t'en prends aux plus faibles, les tabasse jusqu'à ce qu'il te donne de l'argent. Manque de pot pour toi, j'suis pas une victi!me.
Mais oui ! C'est lui ! » Le gratte papier sursaute. Il tient dans ses mains des feuilles que j'identifie aussitôt comme les annonces de prime de la marine. Il tourne le papier dans sa main. Ma tête en gros plan avec la somme que je vaux d'après la marine. La brute regarde, et écarquille ses yeux. Il ne semble pas en revenir. Il blanchit d'un coup.

« Bon, pour cette fois, je fais une exception. Tu peux passer.
Non non non. Tu voulais un combat, tu vas l'avoir. » Je me prépare à frapper quand il fait demi-tour et court aussi vite que possible. Je le rattrape d'un soru, puis frappe sa tête du haut afin de le faire s'encastrer dans le sol. Une seconde plus tard, il gît sur le sol, inconscient. Premier accueil sympa. Il met tout de suite dans l'ambiance. Le gratte papier a disparut. Je suis sûr qu'il va dire à toute l'île que je suis là. Tant pis pour la discrétion. Les petites frappes vont m'éviter. Les grosses pourraient être attirées. Peu importe, on fait comme prévu. Je laisse les hommes au bateau, certains ont quartier libre. Quant à moi, je vais au Savoir Lounge. On me l'indique facilement. J'ai quelques heures d'avance sur Oko. A tenté que ce soit bel et bien lui qui vienne prendre sa boisson bizarre. Si c'est pas lui, je ne sais pas ce que je vais faire.[/color]
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 8 Fév 2017 - 18:45

« Hey ! Hey toi ! » Un type m'apostrophe verbalement. Je ne réagis pas, ne l'entendant même pas, trop concentré sur autre chose. Ce n'est que lorsqu'il pose sa main sur mon épaule et me force à me retourner que je prends conscience de son existence.

« Tu m'veux quoi ?
C'est toi qui a battu Marc ?
… Marc ? J'suis censé savoir qui c'est ?
Mon petit frère. On fait parti de la bande à Jack.
… C'est censé me dire quelque chose ?
Tu as fait perdre à Jack de précieux berrys en tabassant mon frangin. Va falloir rembourser maintenant si tu veux rester en vie. » Non mais ils n'ont que ça à faire ou quoi ? Ils essaient vraiment d'arnaquer tout le monde ou quoi ? Ils pensent que je vais me démonter ou quoi ? Ils sont tous comme ça ou quoi ? « Si tu refuses, on devra te vendre. Un jeune pirate aussi primé que toi ça se vend toujours très bien. » Je suis censé faire quoi ? Je lui fais une rapide clé de bras puis le plaque au sol.
« On dirait que vous n'avez pas compris qui je suis. Vos arnaques, j'en ai rien à foutre. Vos trucs pour les pigeons ne fonctionnent pas sur moi. Si vous continuez à me gaver, j'prendrais des mesures adéquates. Foutez moi la paix sin vous voulez vivre. »

Je le libère lentement. Il s'enfuie dans une ruelle sombre et disparaît de ma vue. Bon, un truc de fait. Je ne pense pas qu'ils vont me laisser tranquille. Les gangs ici sont plus dangereux et tenaces qu'ailleurs m'a dit Tao. Donc ils vont sûrement revenir avec des renforts. J'espère juste qu'ils ne font pas partis de la guilde que je vise. Je reprends mon avancée vers le Savoir Lounge. J'ouvre les portes, personne ne me remarque. On dirait qu'ils sont habitué à voir des grosses primes entrer dans la bâtisse. Je vais directement au bar et m'assois sur un tabouret en bois. L'ambiance est ordinaire. Des types jouent aux cartes, d'autres font des bras de fer, d'autres chantent, parlent, se frappent … L'odeur est un subtile mélange d'alcool et de relents. Les clients ne sont pas bien vêtus, on tous des vêtements déchirés … Un bar de pirates quoi.

« Je cherche des infos.
Fais la queue gamin. Tout le monde ici veut des infos. J'te sers quoi ?
Un diabolo fraise.
Un diablo fraise ? C'est quoi ça ?
Sirop de fraise et limonade.
… Pas d'alcool ?
Non.
Alors on sert pas ça ici.
T'as pas de limonade et de sirop de fraise ?
On ne sert que de l'alcool ici.
Tu veux pas me servir un truc sans alcool ?
Non. On ne fait que des boissons de mec ici.
Tu veux dire que j'suis pas un mec ?
Tes mots gamin. Pas les miens.
Donne moi mon cocktail.
Ya pas d'alcool, c'est pas un cocktail. C'est de la pisse de rat.
J'm'en fou que t'aime pas ça. C'est ce que je bois, point.
Alors va ailleurs. Mais personne sur l'île ne servira un cocktail sans alcool. Pourquoi retirer la meilleure partie ? C'est comme si tu retires les fusils dans une guerre. Ou des billets dans une banque. Ça devient inutile.
Mais j'en ai rien à foutre. Je veux boire ça, alors fais moi ça.
Non. »

Il commence à me gonfler. Je veux juste boire mon diabolo tranquillement, alors pourquoi cet abruti me casse les couilles comme ça ? Je saute derrière le bar devant le regard surpris du barman. Il réagit trop tard pour m'en empêcher. J'attrape un grand verre pendant qu'il proteste. Je balance le verre aussi fort que possible contre l'évier pour le briser. Quand il éclate, toutes les discussions s'arrêtent, tous les bruits disparaissent, tous les regards sont posés sur ma personne. Les clients se lèvent et pointent leurs armes vers moi.

« Tu ne veux pas servir de cocktail sans alcool, j'ai compris. Mais t'as tout ce qu'il faut. Alors sois tu me laisse faire et tu pourras continuer à dire que tu n'as jamais servis de truc sans alcool, ou alors je t'arrache la tête et me fais quand même mon cocktail. » Devant mon regard assassin, il recule et me sort le sirop de fraise. Je prends la limonade dans le frigo, verse mes deux ingrédients puis repasse du côté client du bar. Les conversation reprennent normalement. Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire pour obtenir ce que l'on veut.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 8 Fév 2017 - 18:45

Je reste planté dans le bar pas mal de temps. Je fais gaffe à ne pas trop boire pour ne pas avoir besoin d'aller aux toilettes et risquer de rater Oko. Car après tout, si jamais mes infos sont vraies, je devrais attendre un mois supplémentaire pour pouvoir espérer le capturer. Or j'ai pas envie de patienter un mois entier sur cette île. J'ai d'autres projets. Donc je fais gaffe. Je vais passer une nuit blanche, mais ça me coûte moins cher que de rater Oko parce que je dormais quand il est passé. Il est 20h maintenant. Ça fait donc déjà plus de cinq heures que je suis dans le bar. Entre temps, j'ai installé des vidéos den den de manière à pouvoir regarder les entrées et sorties de tout le monde. Comme ça, même si mes yeux ne sont pas collés sur les portes, j'ai une bonne vision. Le temps passe et comme rien n'arrive, ça me lasse. N'ayant pas envie de manquer le bonhomme, je ne discute pas avec les autres. Je reste dans mon coin, dans l'ombre, loin des flammes et des éclats de voix, mais assez proche du bar quand même.

Je réfléchis au futur. A mon futur plus précisément. Qu'est-ce que je peux faire après ? Je n'ai pas d'objectif hormis devenir riche et la plus grande menace de ce monde et de l'autre. Je veux remplacer Teach comme Mal suprême. Mais comment y arriver ? Comment accroître ma popularité ? Comment devenir craint ? Il me faut des actions insensées, osées, téméraires. Des actions qui fassent parler d'elle parce que personne ne les a fait avant. Je suis sur Grand Line, sur la cinquième voie. Qu'est-ce qu'il y a à côté ? Rien. Et je n'ai aucun moyen d'aller sur les îles avant celle-ci. La prochaine c'est Shabondy. Il y a de la marine là bas, des riches, des nobles, je pourrais sans doute faire un truc. Mais ça a déjà été fait. Non, il me faut une action qui me représente. Ça fait quelques temps maintenant que je pense à attaquer un Quartier Général de la marine. Je pensais me faire celui de South Blue afin d'augmenter mon emprise là bas. Mais après réflexion, les Blues ne sont pas amusantes. Il n'y a personne pour relever le niveau. La présence de la marine dominante est une gêne aussi. Non, les Blues c'est du passé. Je dois me concentrer sur le présent qu'est Grand Line. Mais le présent n'a jamais fait vivre personne. On doit voir le futur, appelé Nouveau Monde.

C'est là bas que les pirates dominent. C'est là bas que les empereurs s'affrontent. C'est là bas qu'on est censé trouver le One Piece, trésor légendaire, sur l'île légendaire de Raftel. Sauf que personne n'a réussit à y aller depuis Gold D Roger. Et comment ça se fait ? Les empereurs ont des ressources illimitées ou presque, un monde entier sous leur ordre, des connaissances à n'en plus finir. Alors comment les pirates les plus puissants du monde n'ont pas encore réussit à atteindre cette île ? Son champ magnétique change ? Elle a disparut ? Elle est cachée ? Il y a forcément quelque chose, sinon on aurait déjà atteint Raftel depuis longtemps. Pour trouver le one piece, il faut donc trouver la localisation de l'île. Je ne sais pas si le nouveau monde fonctionne avec des règles à la con comme Grand Line. On verra ça plus tard. Mais franchement, trouver le one piece comblerait mon souhait de devenir l'homme le plus riche du monde. Devenir empereur pirate me permettrait d'obtenir mon titre de Mal suprême. Ouais, je suppose que l'un dans l'autre, ça me convient. Je peux cocher les cases car elles m'intéressent. Mais ces deux buts ne s'atteignent que sur le Nouveau Monde. Cette mer redoutée de tous, qu'on dit encore plus dangereuse que Grand Line, plus imprévisible, et beaucoup plus forte. Oui, c'est là que je dois aller pour avoir plus de pouvoirs, pour défier les empereurs.

Mais il y a quelques détails à régler quand même avant d'y aller. Il me faut un bateau, un équipage et plus de puissance. Le bateau est en cours de construction sur Alvel, au KGB. L'équipage est sur Rokade et Armada, je peux l'avoir sans trop de soucis. On en vient donc à la puissance. Je n'ai pas pu faire grand chose face à Maria, la capitaine de la seconde flotte de Teach. Je n'ai donc clairement pas le niveau pour affronter les lieutenants d'empereurs, alors ne parlons même pas des empereurs eux même. Je dois devenir plus fort. Beaucoup plus fort. Et rapidement. Alors je vais m'entraîner tous les jours qui passent. Je dois me surpasser pour espérer arriver à la hauteur des grands noms de la piraterie. Mon étendard doit flotter sur le Nouveau Monde. Et pour avoir plus de puissance et accroître ma renommée, je sais exactement quoi faire. Je vais attaquer un putain de QG de la marine. Le plus proche est G9, la gueule de requin sur la quatrième voie de Grand Line. Il s'agit de la huitième île de sa ligne, comme Lynbrook. Comment y aller ? Il me faut soit une vivre card de quelqu'un qui vit là bas soit un éternal pose. Je suppose que l'éternal pose sera plus facile à trouver, sur tout ici.

Je continue mes réflexions sans voir le temps passer. Je regarde les escargophones de temps en temps, mais sans vraiment y prêter attention. Enfin, jusqu'à ce que mes den den contredisent mon haki. Ils me préviennent qu'un type vient d'entrer dans le bar, alors que mon empathie me signale qu'il n'y a personne qui vient de pénétrer dans l'établissement. Je lève la tête pour vérifier. Il y a bien quelqu'un qui s'approche du bar. Je l'entends passer sa commande, une pression Kalbert qu'il boit d'une traite. Je sursaute et toute mon attention est désormais concentrée sur cette personne. Je saute, renversant la table au passage. J'utilise un soru pour arriver le plus rapidement possible. Puis quand ma main se pose sur le manteau, je lui donne le code. « Je te vois. » Pendant quelques secondes, rien ne se passe. Je serre alors son bras un peu plus. Manque de pot, je serre du vide. Le manteau tombe d'un seul coup comme s'il n'y avait jamais eu personne à l'intérieur. Comment c'est possible ? Où est-il passé ? La porte de l'établissement claque. Ô putain. Me dit pas qu'il a réussit à s'enfuir ?! Un rapide coup de haki me donne les informations habituelles. La présence qui n'était pas là n'est définitivement plus là. Il s'est barré. Je fonce vers la porte que je claque un grand coup, puis je cherche des yeux n'importe qui de bizarre. Je cherche des traces, n'importe lesquelles. Je ne peux pas perdre Oko.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 8 Fév 2017 - 18:46

Bon, comment on repère une ombre dans le noir ? Réponse, on ne peut pas, il faut de la lumière pour ça. Ici, l'ombre s'appelle Oko, et la lumière s'appelle l'empathie. Je déploie cette dernière au maximum de ses capacités. Je cherche quelque chose qui ne souhaite pas être repéré, une présence qui s'efface, une ombre qui bouge quand la lumière ne bouge pas, un mouvement plus rapide qu'il ne devrait l'être. Vraiment pas facile à faire. Je cherche un maître en déguisement et disparition. Je finit par capter un truc. C'est très faible et plutôt lointain, alors je fonce avec des sorus dans la direction indiquée par mon haki. Oko semble être aussi rapide que moi. Il doit pouvoir utiliser des sorus ou un truc équivalent. Ruelle après ruelle, croisement après croisement, on joue au chat et à la souris. Mais plus le temps passe et plus il devient facile de le repérer. Je suis entièrement concentré sur sa présence. J'ai même l'impression de le rattraper. J'escalade un bâtiment avec des geppous comme il a du le faire. Quand j'arrive en haut, je vois une dizaine de types pas content avec des armes à la main.

« C'est toi qui a craché sur mon commerce ? » J'en déduis qu'il s'agit du Jack dont j'ai envoyé deux de ses membres à l'hosto. D'habitude, je prendrais plaisir à les tabasser. Mais là, je suis short niveau timing. Je passe entre eux avec un soru. Au moment où je les dépasse, une jambe me fait trébucher et rouler sur le sol. Je me relève pas content.
« T'es cinglé ou quoi ?! Ça fait mal !
S'attaquer à mon commerce aussi fait mal. Et ça ne reste pas impunis.
Écoute, n'importe quel autre jour j'adorerais refaire les horreurs qui vous servent de gueules. Mais là, j'suis pressé, j'ai pas le temps de jouer. »

Je fonce à nouveau dans la direction prise par Oko. Sauf que le Jack ne me lâche pas. Il reproduit ma vitesse et se cale dessus sans trop de soucis. Il me suit à la trace comme je suis Oko. A un moment, sa présence disparaît complètement et je me stoppe. Jack me fonce dessus avec son haki, je n'ai pas le temps d'esquiver, je suis pressé. Je le laisse me toucher pendant que je cherche où la présence a disparu. Repéré ! Six mètres en contrebas, deux pâtés à gauche. Comme un serpent j'ondule et me dirige vers cet endroit. Sauf qu'on me cueille avant que je n'y parvienne. Jack me saute dessus avec son haki. Je dois stopper mon avancée sinon il va me faire mal. Du coup je me transforme en boule de terre d'un bon mètre de diamètre, puis je crée des pics sur la surface lisse. Et dès lors, je roule droit devant pour aller là où la présence à disparut. Malheureusement, cet enfoiré frappe ma création et parvient à la fissurer. Là, j'en ai marre. Genre vraiment marre. Tout ce que je veux, c'est parvenir à retrouver Oko et l'attraper. Cet enfoiré me casse les couilles à me chercher des noises. Il me ralenti. Il va me faire perdre mon objectif, chose que je ne pardonne jamais. Je suis donc foncièrement en colère. Il ne peut pas le voir car je suis encore dans ma bulle, mais il le sent. Son haki le prévient et il recule de plusieurs mètres. Tu m'as cassé les couilles connard. Maintenant, TU VAS BOUFFER TES PISENLITS PAR LA RACINE !

Ma colère alimente ma terre. Ma fureur transforme ma création actuelle en une tête de dragon et fonce sur mon adversaire avec toute sa vitesse. Je ne lésine pas sur les moyens, ne me retenant absolument pas. Il essaie d'esquiver, mais ma technique est trop rapide. Elle le frappe en plein torse. L'impact est tellement puissant qu'il recule de plusieurs mètres. Quand il touche le rebord du toit, il bascule en arrière. Et là, il perd sa protection à cause de la surprise qui l'a déconcentré. Je ne relâche pas ma technique, au contraire j'augmente mon emprise. Un déferlement de puissance comme j'en ai pas connu depuis longtemps me parcourt. Mon ennemi traverse un plafond, puis deux ou trois maisons avant de se retrouver encastrer dans le sol. Il provoque une onde de choc qui secoue les alentours. Mais ce n'est pas finit, car ma technique continue et de la terre jaillit de l'impact. Elle vole dans les airs comme le pollen en été. Elle s'encastre dans des murs, en détruit d'autres, fait s'effondrer des maisons … Je me suis rapproché durant toute l'attaque afin de toujours le garder à porter, donc la puissance ne diminue pas. Là, il doit morfler. Je finis quand même par me stopper en me souvenant que je ne suis pas là pour lui et que le quartier est bien secoué. Quand je rappelle ma terre, Jack est ensanglanté, mal en point, mais toujours conscient. Je félicite sa résistance et déplore sa stupidité.

« Écoute, là, j'ai vraiment pas le temps. J'suis sur le point de faire quelque chose de grand. Alors arrête de me casser les couilles si t'as pas envie de crever. Si tu veux vraiment ta dose, retrouve moi demain à mon bateau. En attendant, je décolle. »

Bon, maintenant j'ai perdu sa trace. Fais chier. Comment je vais pouvoir le retrouver ? Je vais là où j'ai senti sa présence pour la dernière fois. Heureusement pour moi, j'ai des talents de pisteur. Mais dans ce cas là, j'ai surtout un bon nez. La pression Kalbert est une spécialité du Savoir Lounge, réservé à Oko qui en raffole d'après les rumeurs que m'a dit Tao. Quand il se l'est fait servir, j'étais assez proche pour remarquer l'odeur particulière qui s'en dégageait. Je cherche donc cette odeur de lavande épicée typique de la boisson. Je cherche dans plusieurs rues jusqu'à trouver une trace aussi légère soit-elle. Mais je n'abandonne pas. Je la suis aussi loin qu'elle me mène. Je finis par arriver devant un entrepôt que j'ouvre sans même réfléchir à ce qu'il peut contenir. Une seconde plus tard, une vingtaine de pistolets sont pointés sur moi. Je relève la tête et voit un type à genoux sur une bâche, quinze gars autour de lui. Ça ressemble à une exécution.

« T'es qui toi ?
Hum. Vous inquiétez pas pour moi, je fais que passer.
Trop tard. » Leur copains ferment la porte derrière moi.
« J'suis pas là pour lui si c'est ce que vous pensez. Ou même pour vous. Je suis simplement une odeur. Alors je vais continuer à la chercher. Bonne journ*/
Encore toi ?! » Dans l'ombre un homme s'avance. Sa voix me dit quelque chose, mais c'est son visage qui me donne son identité. Marc. Sur tous les entrepôts de l'île, il a fallut que je tombe sur celui appartenant aux gars qui me cherchent des noises parce que j'ai refusé qu'ils m'extorquent de l'argent. Youpi. Quelle chance.

Spoiler:
 
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 8 Fév 2017 - 18:48

Je regarde Marc sortir de l'ombre petit à petit. Un pansement sur son nez me fait dire que j'y suis pas forcément allé gentiment. Mais on s'en fou. L'endroit est blindé de conteneurs, mal éclairé. Toutes les armes sont encore pointées vers moi. Avant que Mac ne puisse dire un mot, je l'interromps.

« Stop. On a convenu d'un deal avec ton boss, Jack. On règle ça demain à mon bateau. Là, j'suis sur la piste d'un type et l'odeur m'a conduit ici. Faîtes ce que vous voulez de lui. » Je désigne le type à genoux sur la bâche. « Moi je reprends ma route. »

Sans attendre, je reprends ma piste olfactive. J'ai de la chance qu'Oko ait pris un truc aussi fort. Je traverse les rangs des hommes armés sans être inquiété d'avantage. Mon nez combiné à mon haki réussit à trouver la piste, même si c'est quelques minutes plus tard. C'est un maître en déguisement et disparition il paraît. Avec quelques secondes d'avance, il peut être loin. Alors avec des minutes, la chance de le rattraper diminue très rapidement. Mais je ne perds pas espoir. Je sais qu'il dissimule sa présence, et ça me donne un avantage, contrairement à si je ne l'avais pas su. Parce qu'on peut effacer sa présence mentale mais pas sa présence physique. Je n'ai qu'à chercher l'odeur là où seule une présence physique a été. C'est comme si quelqu'un disparaît d'une pièce d'un seul coup, on le remarque. Soit il disparaît vraiment, soit il a juste effacé sa présence, auquel cas il est toujours mais a une astuce qui nous fait détourner le regard de lui sans pouvoir le capter. Voilà pourquoi il est plus facile de remarquer quelqu'un qui ne veut pas être remarqué si l'on sait qu'il ne veut pas être remarqué. On a juste à se concentrer sur l'endroit où l'on n'a pas envie de poser le regard. L'endroit où nos yeux ne font que passer sans pouvoir s'attarder dessus.

Le haki permet de faire disparaître complètement sa présence. Mais pour qui est habitué à traquer et chasser, on réussit à suivre une piste parfois. Les années de chasse dans la nature avec mon père m'ont appris bien des choses, y compris comment traquer quelque chose qui ne veut pas être repéré. C'est un élément naturel ancré chez moi qui révèle une partie de mon passé. Je ne pourrais pas m'en défaire si je le voulais. Ça serait comme supprimer une main. Ou une oreille. Ou un pied. Même si je perdais la mémoire, j'aurais toujours la mémoire musculaire et intuitive. C'est une chose inaliénable chez moi. Pour d'autre c'est la danse, la maîtrise du sabre, l'équilibre … Notre passé forge notre futur tandis que nous vivons notre présent. Je finis par repérer l'odeur de la lavande épicée que je suis à travers l'entrepôt. Je sors de l'autre côté, grimpe sur un haut bâtiment, descend par une autre façade. Me voilà dans une ruelle avec du monde. Peut-être dix personnes. Mais ce qui me fait chier, c'est qu'au bout il y a une rue bondée. Ça va être difficile de retrouver l'odeur parmi toutes les autres. J'avance pas à pas, vérifiant autour de moi.

Je me souviens d'un entraînement avec mon père. On était dans la forêt, sur Troop Erdu, en train de chasser, j'avais douze ans et la charge de ramener de quoi manger. C'était en plein été, tous les animaux étaient dehors. J'aurais pu tuer des canards, des lapins ou d'autres petites créatures. Mais non, j'en voulais une plus grosse. Je voulais un cerf. Je parvenais à sentir l'odeur des lapins sans problème, mais elle masquait celle des cerfs. Alors j'ai du attendre très longtemps près des lapins pour être recouvert de leur odeur. Quand on a l'habitude de faire quelque chose régulièrement, les gestes deviennent mécaniques. Quand tous les jours ont rajoute du sel dans ses plats, on s'habitue au goût. C'est pareil avec les odeurs. J'ai du rester près d'eux sans bouger jusqu'à être imprégné de leur odeur et ne plus la sentir. Ça m'a pris longtemps, mais j'ai réussit à oublier cette odeur pour pister celle que je souhaitais. Je fais la même chose ici, sauf que je ne m'habitue pas aux fragrances. J'ouvre mon nez autant que possible et cherche l'odeur particulière d'Oko. Je fais attention à bien regarder partout, je ne veux pas le rater. Quelqu'un me bouscule une fois dans la rue bondée. La vieille femme s'excuse et reprend sa route. Je fais quelques pas quand je m'arrête d'un coup, fait volte face et courre. La vieille femme a la même odeur qu'Oko, et je ne crois pas aux coïncidences. Je la rattrape quand elle rentre dans la petite ruelle d'où je viens.

« Vous, stop.
Pourquoi ? Tu ne veux pas rater tout le fun quand même ? »

Sa voix est celle d'un homme d'âge mûr. Puis il refait le coup du bar, à savoir qu'il disparaît d'un coup. Ses vêtements tombent sur le sol, il n'y a plus aucune trace de son corps. Comment il fait ça ? Pas le temps chercher. Un détail qui m'avait échappé la première fois que frappe dans l’œil. Je vois trois silhouettes, trois ombres distinctes sauter en l'air puis partir dans trois directions différentes, une à droite, une à gauche, une en arrière. Comment je sais laquelle choisir ? Comment savoir laquelle prendre en chasse ? N'ayant aucune information, les odeurs étant identiques, je décide d'y aller au culot et de rejoindre celle à ma droite. Étant mon côté dominant, je suis avantagé en principe. On se poursuit toit après toit, maison après maison, ruelle après ruelle.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 11 Fév 2017 - 9:48

Il se cache dans les ombres et bouge parmi elles, comme s'il était l'une d'entre elles. Sa technique est remarquable. Non, en fait, pour être plus précis, je devrais dire il devient une ombre. Littéralement. Il plonge dans une ombre comme nous dans une piscine, et ressort sur une autre ombre plus loin. Il utilise les ombres comme des portails. Je ne relâche pas mon attention, au contraire. Je parviens à le repérer quand je le perds de vue. Hop, nous voilà de retour dans une allée avec du monde. Curieusement, sa présence ne cherche plus à se masquer. Il a du prendre le rôle de quelqu'un pour se fondre dans la masse. Ça va être plus dur de le retrouver à présent. Je me concentre sur l'odeur de lavande, sauf qu'une fragrance domine toutes les autres. Un stand de vente d'épices fortes. Tous les parfums des épices bloquent la légèreté de la lavande. Alors je dois me fier à mes yeux. Je cherche des signes distinctifs de voleurs, menteurs, mal à l'aise … Comme par exemple une allure plus rapide, des regards par dessus son épaule, se toucher une partie du corps plusieurs fois, prononcer plusieurs fois même mot en un courte période de temps …

Il y a tellement de remarques que je ne peux toutes les lister. Oko est un maître dans le déguisement. Il jouer plusieurs rôles il paraît. Il peut donc se mettre dans la peau de n'importe qui. Il a sûrement appris à réprimer ses tics, ses manies qu'on a tous, comme boire cinq gorgées de suite, pas plus, pas moins, vérifier deux fois de suite l'heure, juste pour être sûr, poser le pied droit plutôt que le gauche en sortant du lit le matin … Toutes ces petites choses, on ne peut les contrôler. On en a même pas conscience 99% du temps. Ces signes là sont impossibles à masquer si on ne sait pas qu'on les a. Pour aller plus vite dans ma recherche, j'élimine les personnes plus grandes et plus petites que la silhouette qui a commandé la bière. Je retire également les femmes. En tenant compte de la position des corps, j'enlève les voûtés, les trop droits. On sépare aussi ceux dont les vêtements ne collent pas, à savoir des robes, des talons … Et tout cela en trois secondes. On dit merci la chasse, merci papa pour toutes ces heures à observer le monde, à l'étudier caché dans mon coin.

Une fois tous les paramètres pris en compte, deux personnes sont encore en tête de course. Il va falloir les distinguer rapidement. Soru pour arriver à côté de la première. Je cligne des yeux, la seconde a disparu. J'essaie de me caler sur le son et le rythme de ses pas. Il est rapide, enchaîné, habituel, petites enjambées mais très efficace. Quand on se concentre assez sur une chose, on finit par ne plus avoir conscience que d'elle. Tout à l'heure c'était le parfum. Là ce sont les pas. Je saute sur le toit et poursuit celui que je soupçonne être Oko. Quand j'arrive en haut, je dois admettre que je suis surpris. Une jeune femme vêtu d'un kimono rose fait des exercices. Aucune trace d'Oko. Je me retourne pour essayer de voir l'autre silhouette. Rien. Je me retourne encore pour voir la femme, mais elle n'est plus là. Sans un bruit elle est parti. Mais où ? J'étends mon haki, mais il ne me donne aucun renseignement. Enfin si, il m'en donne, mais ça ne colle pas. Il me dit qu'il y a quelqu'un à trois mètres devant moi. Sauf que je ne vois personne. Il n'y a rien d'autre que de l'air. Je m’apprête à abandonner, mais décide quand même de vérifier, au cas où. Plus par dépit que par choix.

J'avance donc vers le point indiqué par mon empathie, mon seul atout face à Oko. Je finis par me cogner contre quelque chose d'invisible. Mes mains parcourent la surface droite, sentent quelque chose puis tirent dessus. Un espèce de drap tombe sur le sol, révélant une boite typique des magiciens. Elle est assez grande pour contenir quelqu'un. Je l'ouvre, mais ne trouve personne. C'est alors que je sens une pression dans mon dos qui me pousse dans la boite. Cette dernière bascule et tombe sur le sol, et moi à l'intérieur d'elle. Quelqu'un ferme la porte, la verrouille, puis me fait rouler de manière à ce que la sortie soit contre le sol. Oko ? Oui, qui d'autre. Je tente de sortir e la boite, mais elle est scellée hermétiquement. Ce qui signifie que l'air contenu dans la boite est le seul dont je dispose. Par conséquent, c'est un combat contre la montre pour ma survie. Je dois créer une ouverture rapidement. Je me repositionne comme je peux pour faire face au plafond. Mon corps tout entier crées des pics pour transpercer le bois. Enfin, il le ferait s'il n'y avait pas un truc qui draine mes forces et m'empêche d'utiliser mon logia. Il doit y avoir du granit marin dans la boite. Je ne sais pas où, mais ça bloque mes pouvoirs.

« Un magicien doit toujours avoir une sortie de secours.
J'suis pas magicien !
Alors tu ne m'attraperas jamais. »
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 11 Fév 2017 - 9:49

Je réfléchis aussi rapidement que possible. Toute la boite ne peut pas être en granit marin. C'est trop rare et trop cher. Certaines parties, la plupart sans doute, n'est donc que du bois ordinaire. Avec mon sabre, je pourrais le trancher et sortir. Je dégaine et l'enfonce dans l'ancien arbre. Hourra, ça fonctionne. Je sens mon sabre de l'autre côté à l'air libre. Sans attendre, je tranche large en faisant un rectangle. Je m'extirpe enfin de cette cage. Devant moi se trouve cinq personnes.

« Nous t'attendions.
Tu as démontré des capacités intéressantes.
Mais devenir œil de la Guilde des Espions n'est pas aisé.
Il faut avoir l’œil aiguisé pour repérer les mensonges, être à l'affût des signes, écouter son instinct.
Avoir de vastes connaissances.
Pouvoir devenir n'importe qui.

Ouais, bah je ne suis pas n'importe qui moi.
Tu ne peux pas devenir un œil en ce cas.
C'est ce qu'on va voir.
Tu as réussis les tests, voici ton dernier.
Trouve lequel de nous et le vrai.
Qui parmi nous est un mensonge ?
Qui est un imposteur ?
Qui dit la vérité ?
Qui est vraiment Oko ?

J'ai juste à te trouver, c'est ça ? »

Ils répondent tous en même temps, bien synchronisés. Je m'approche d'eux et les regarde un par un. Le premier est un homme de cinquante ans avec une canne. La seconde une jeune fille d'environ treize ans portant une robe jaune. Le troisième est un enfant en maillot de foot. La quatrième une femme en survêtement vert âgée de quarante ans. Et le dernier est un homme d'environ trente ans, visage masqué par un large chapeau. J'élimine les deux femmes dès le début, sans même réfléchir. Je retire l'enfant également. Je penche pour le dernier. Alors que je vais parler, une alarme s'active en moi. Mon instinct me dit de ne pas parler et d'attendre un peu, alors je m'exécute.

« La parole est d'argent, mais le silence est d'or.
Un œil doit savoir se retenir.
Un œil doit pouvoir contenir ses pulsions.
Afin de mener à bien sa mission, il doit avoir un contrôle total sur lui même.
Tu as réussit le second test. Poses tes questions désormais et découvre le secret d'Oko.
Mais qui est Oko ?
Un nom ?
Une image ?
Une énigme ?
Un fantôme ?
Ceci est ton dernier test. Échoue, et jamais plus tu ne pourras faire parti de la Guilde des Espions.
Poses tes questions.
Aie peur des réponses.
Écoute notre chanson.
Montre nous tes dons.
»

Ils parlent chacun leur tour, tous avec leur voix, y compris la petite fille ou les femmes. Il me suffit de distinguer le vrai du faux en leur posant des questions. Cool. Je vais les appeler par numéro, ça sera plus simple.

« Je peux poser la question à qui je veux ?
Seul l'un de nous possède la réponse.
Réfléchis à tes questions.
Passé trois dizaines, perdu tu auras
Les saisons changent au fil de la vie.
Tandis que cinq font cinq, et qu'un des cinq ne peut être qu'un, un est forcément cinq.
» Ouch. Je prévois un mal de crâne épique à la fin de l'interrogatoire.
« Pouvez-vous mentir ? » Aucune réponse. Je repose la question cette fois en fixant l'un des cinq.
« Qu'est-ce le mensonge ?
Qu'est-ce qu'une omission ?
Qu'est-ce qu'un oubli ?
De tout temps les Hommes ont menti.
De tout temps les Hommes continuent.
»
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
avatar
Clotho

♦ Localisation : Railway Citywork (Nouveau Monde)

Feuille de personnage
Dorikis: 8836
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Sam 11 Fév 2017 - 9:57

Ok. Donc ça veut dire que oui, ils peuvent mentir. « Question simple. Es-tu Oko ? » Je leur pose cette question l'un après l'autre. Chacun répond la même chose que ses voisins : « Oui, je suis Oko. »Évidemment, ça complique légèrement mon travail. Je continue de les questionner pour obtenir des réponses. Malheureusement, ils répondent par énigmes, mensonges, vérités ou autres choses me mettant dans la merde. Ça fait vingt huit minutes déjà, et je ne suis pas plus proche qu'au début. Je pense même que je me suis éloigné en fait. Comment trouver quelqu'un habitué à masquer son identité, à vivre comme une ombre ? On le met en pleine lumière et on regarde ce qui se passe. C'est ce que j'ai fais ici, et ça n'a rien donné. Une idée traverse mon esprit. Non, pas possible. Ils n'ont quand même pas … Ils n'auraient pas … Quoi que c'est possible tellement c'est improbable … Ça expliquerait des choses. Je m'approche d'eux, les contourne jusqu'à arriver derrière le premier candidat.

« Tu es Oko. » Quand il ouvre la bouche pour le faire je l'interromps. « Mais tu n'es pas le seul Oko. » Il ferme sa bouche. Je m'approche du second. « Tu es Oko toi aussi. Vous l'êtes tous en fait. Vous êtes une part d'Oko, chacun à votre façon. Vous travaillez pour lui. Vous êtres lui. Ce qui explique pourquoi il y avait plusieurs ombres. Car il y avait plusieurs personnes. Vous vous répartissez les tâches. Ça explique pourquoi je sens la lavande épicée sur deux d'entre vous, que je reconnais la posture du troisième, l'attitude du quatrième et les empreinte du cinquième. Vous êtes un tout. » Tout en passant entre eux, je leur donne le mot de passe, je te vois. Ils me regardent fixement maintenant.

« Est-ce là ta réponse ?
Une fois donné, le mot ne peut être repris.
Ton avenir tu joues.
Si trompé tu t'es, châtié tu seras.

Arrêtez vos conneries.
Très bien. Tu as … perdu. »

Quoi ?! Non. Impossible ! J'étais tellement sûr de moi … Non, je ne peux pas m'être trompé. C'est impossible. Impensable. J'avais tous les éléments … Le clocher sonne la demie-heure. Je l'entends à peine, concentré sur mes pensées. Je ne peux pas avoir faux !

« Arrêtez de mentir ! Vous êtes Oko, l'inverse est impossible. Vous êtes tous une partie d'Oko.
Effectivement.
Arrêtez de me barrati*/ quoi ?
Nous sommes Oko.
Alors pourqu*/ L'horloge.
Effectivement. Trente minutes sont passées depuis le début du test sur ce toit.
Mais vous parliez de trois dizaines de questions, pas de minutes. Ceux qui posent trop de questions et dépassent les trente avant la demie-heure ne méritent pas le titre d'Oeil. Ce titre est un cadeau d'une grande valeur. N'importe qui ne peut pas l'obtenir. Les tests nous servent à éliminer les incapables et indésirables. Félicitations Cloth Taz'Natak. Te voilà désormais œil de la guilde des espions.

Juste une dernière chose. Qui est vraiment Oko ?
Oko est une idée, non une personne. Une personne peut mourir, pas une idée. Pas tant qu'il existe quelqu'un pour la porter. Tu as réussit le test en dépit des chances. Tu as gagné le droit de te faire appeler œil. Mais attention, ce titre vient avec des responsabilités.
Lesquelles ?
Tu devras approvisionner le Savoir Lounge en connaissances, peu importe sur quoi.
En gros, je suis capable d'avoir des informations intéressantes, mais je dois quand même donner de moi ?
Oui. Il est important qu'on participe tous, aucun traitement de faveur. Chacun met sa main à la patte pour que le système continue de fonctionner.
Je vois. Je ferais ce que je peux pour trouver des infos utiles. »




Avant de partir, on me donne un insigne et on me conseille de le garder précieusement. On quitte ce toit chacun dans une direction différente. Je retourne au Savoir-Lounge, vais au bar, commande mon diabolo fraise, me fait rembarrer. Comme plus tôt, je passe de l'autre côté, me sers ma boisson, puis la déguste. Quand le barman me demande de quoi payer, je lui rigole au nez. Je me suis servis ma boisson, je ne vais pas payer pour ça. C'est lui qui devrait me payer justement. Désormais, je peux accéder à l'arrière du bar, là où se trament toutes les choses intéressantes. J'attrape le premier type qui passe devant moi et lui demande où je peux trouver des éternal poses pour pas cher. Il m'indique une boutique un peu plus loin dans la rue. Je rentre à l'intérieur, vais voir le marchand et lui dit ce que je souhaite. Il va me le chercher en rayon et revient avec.

" Un éternal pose pour la gueule de requin, c'est risqué vous savez ?
Oui, je suis au courant. Mais c'est ça qui est amusant justement.
Ça vous fait vingt millions.
Merci. Et bonne journée.
Bonne chance à vous. Vous allez en avoir besoin si vous voulez arriver là bas vivant. "

Avec mon nouveau éternal pose tout juste acquis, il ne me manque plus que mon navire et mon équipage. Je décide d'en prendre un pour Shabondy, au cas où. Je marche dans la ville-île pour aller à mon bateau quand je reçois un appel. L'un de ceux qui vous mette d'excellente humeur. Le genre de ceux qu'on attend, et lorsqu'ils arrivent on saute de joie, on crie son bonheur au monde entier. Après plusieurs mois de travail, le KGB a enfin finit mon bateau. L'Indomptable est prêt à prendre la mer. Kiril nous envoie ses gars pour qu'ils m'escortent jusqu'à Alvel. Ils viennent jusqu'à moi puis nous ramène sur son île, récupérer mon bébé. Je suis content. Très content. On va fêter ça avec un petit massacre pour la peine ! Rah, j'suis tellement de bonne humeur que je ne peux même pas l'exprimer. Aucun mot ne suffit pour ce que je ressens. Tout se passe à merveille aujourd'hui.

Le lendemain, j'attends Jack et sa clique. On avait dit 12h. Il est 15h, et toujours personne en vue. Ils se sont dégonflés ou quoi ? Remarque, je l'ai un peu secoué hier. Bon, bah si personne ne vient, nous on se barre. Les types du KGB ne devraient pas tarder à arriver. Direction Alvel !
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1