AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


Rizolution à venir

Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 8944
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 13 Mar 2019 - 10:56

Spoiler:
 


6 janvier 1628


Au loin, on voit l'île. Mon île. Ah putain, que ça fait plaisir de la trouver. Elle m'a manqué la salope. Le drapeau est sorti. Je suis sûr qu'ils ont déjà compris qui arrive. Mon haki me dit que des personnes commencent à courir vers le port. J'en peux plus d'attendre. Je dit aux gars de ranger le bateau comme il faut, puis avec des geppous, je rejoins le port en solo. Je pose un genou sur le sol pour sentir ce bois qui m'a tant manqué. Cette agitation en ville que provoque mon retour. L'air frais, humide en ensanglanté, typique de Rokade m'a manqué. Ceux présents me reconnaissent sans soucis et semblent heureux. Ils applaudissent. Un attroupement se créé, j'aime pas ça. J'avance droit devant et la foule s'écarte pour me laisser passer. Un coup d’œil partout rapide pour avoir une vue globale, et je décide de me diriger vers le port. Je vais aller au CNR pour voir Will, le directeur. Les gens semblent content de me revoir. Tu m'étonnes. Chaque que je passe, je dépense des millions, créé des emplois, diminue le taux de criminalité avec plus ou moins de succès … J'arrive rapidement à destination. Il est assis dans son bureau à remplir des papiers. Je frappe à la porte vitrée. Il regarde rapidement, puis se rend compte de qui est là. Il saute de son siège et vient m'ouvrir.

« Clotho ! Comment ça va, depuis le temps ?
Pas trop mal. J'ai connu pire.
Laisse moi deviner, tu viens voir si ta commande est prête ?
Elle l'est ?
J'sais pas. Faut aller voir.
M'fait pas attendre, tu sais que j'aime pas ça. » A peine sorti du bureau, il s'adresse à un viellard avec un bras en bois.
« Yo Bill, la commande 25, toujours quai 5 ?
Ouaip chef. »

On se rend sur place et là, je découvre ma commande. Ils sont là, tous les cinq, prenant énormément de place. 3 Rocks et 2 Roll … Mes bateaux à moi, pour commencer ma flotte. On y va petit, car mes moyens ne sont pas non plus illimités. Ça fait quand même près de 600 000 000 de berrys ces trucs.

« J'te fais confiance pour que l'intérieur soit comme demandé ?
Évidemment.
Bien. J'vais aller voir Paul maintenant, on a des trucs à se dire.
Toujours un plaisir de te voir cap'.
Tu veux dire, toujours un plaisir que je dépense des thunes pour toi ?
C'est c'que j'ai dit, non ?  »

On se quitte chacun avec un sourire. Paul doit déjà savoir que je suis en ville alors je me dirige vers la maison du conseil. J'entre sans frapper, puisque c'est chez moi. J'avance dans le couloir pour arriver dans la salle circulaire, toujours mal éclairée. Il est assis dans le fauteuil, il m'attendait.

« Donc tu es bien de retour ?
On dirait. Mais pas pour longtemps, rassure toi. J'viens recruter du monde.
Tes bateaux te plaisent, j'en déduis ?
Carrément. Avec ça, je peux commencer sur le Nouveau Monde.
T'as pas déjà commencé ?
Non, j'ai juste trempé les orteils pour tester la température. Je suis encore trop faible pour affronter un empereur de face. Des soucis avec l'île ?
Rien d'inquiétant, la routine.
Cool. J'ai d'autres îles à visiter. Tu fais passer le mot que je cherche du monde pour retourner sur le Nouveau Monde. Il m'en faut un millier. Ceux voulant venir devront m'attendre près de l'entrée du port, demain à 7h précises.
Un millier ?
Ça fait petit, je sais. Mais j'aurais six navires comme ça. Une bonne petite flotte. Le début d'un rêve.
Tu vas aller où ?
Amerzone et cimetière d'épaves. J'suis sur que des gars là bas veulent mieux que de survivre, se battre chaque jour pour rester en vie. Je sens qu'ils ont besoin d'action. Ah, et ramène des gars qui aiment la paperasse demain, au port. »

Grâce au réseau d'informateurs mis en place sur Rokade, la nouvelle que je recrute se répand comme une traînée de poudre sur l'île. En l'espace d'une demie-heure, tout le monde est au courant. Je me rends ensuite dans ma forge, puis ma boutique de poisons. Avant de partir, la dernière fois, je leur ai confié un projet secret, je viens vérifier l'avancement. Quelle n'est pas ma surprise quand ils m'annoncent le résultat. Non seulement la recherche théorique est terminée, mais en plus ils ont déjà procédé à la création et aux tests. Je ne m'attendais pas à une telle avancée. Je suis très agréablement surpris. Mes boulets spéciaux sont prêt, il ne reste qu'à les tester en situation réelle. J'en fait charger une dizaine de chaque sur mon navire. Puis je passe le reste de ma journée chez moi, à dormir, pour récupérer.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Clotho
Clotho

♦ Localisation : Blues

Feuille de personnage
Dorikis: 8944
Popularité: -1200
Intégrité: - 1079

Mer 13 Mar 2019 - 10:57

Le lendemain, le port est surchargé. La densité habituelle est d'un homme pour neuf mètres carré. Là on atteint les cinq hommes au mètre carré. De ma fenêtre, je peux voir la foule. Je peux les entendre aussi, car 1000 hommes, ça fait du bruit. Bon, allons régaler ces affamés. Je saute par la fenêtre, enchaîne les sorus pour arriver rapidement au port, puis les geppous pour passer par dessus la foule. Je me pose sur la figure de proue d'un de mes bateaux. J'active mon den den haut-parleur afin que chacun m'entende. Dès lors, plus aucun bruit, c'est un silence de mort. Les gens sont happés par ma présence.

« Si vous êtes là, c'est que vous souhaitez venir avec moi dans le Nouveau Monde, vivre d'autres aventures exceptionnelles et inimaginables. Laissez moi vous dire que rien n'est facile là bas, que la vie est infiniment plus difficile que sur Rokade, ce n'est même pas comparable. C'est comme essayer de tuer un éléphant en le tapant avec un grain de sable. Mon rôle est clair, devenir empereur, remplacer l'un des actuels en le tuant, ou prendre la place vacante, peu importe. Pour ça, j'ai besoin d'hommes féroces, sans peur, puissants, sachant se battre à l'épée, au fusil, à main nues. J'ai besoin de fiers pirates sachant pirater et croyant en moi. Vous pensez que j'ai rendu Rokade riche ? Ce n'est rien en comparaison des richesses dans le nouveau monde. Ce voyage peut faire de vous des légendes si vous restez à mes côtés. Il peut rendre vos familles assez aisées pendant des générations. Il peut vous permettre d'aller coucher chaque nuit pendant des années avec une personne différente et de payer pour, sans soucis. Alors je vous pose la question, qui est avec moi ?
Ahoy !
Par soucis de logique et de garder les comptes, chacun de vous va devoir s'enregistrer auprès des bureaux temporaires ouverts à travers le port. Ceux ayant des compétences particulières iront au bureau noir. Ceux ayant perdu au moins un membre au bureau vert. Ceux étant doué au combat au bureau bleu. Les autres, vous pouvez aller à n'importe quel autre bureau. Ceux qui ne seront pas inscrit resteront ici. Évidemment, vous êtes des pirates. Alors vous avez de le droit de tuer, mutiler, amoindrir la concurrence. Cependant, interdiction de toucher aux personnes en train de s'enregistrer. Mais je vous préviens tout de suite, il n'y a pas assez de bureaux pour tout le monde. » Ils sont surpris et ne comprennent pas. Je prends une petite pause pour avaler ma salive et sourire.

« C'est pourquoi durant la nuit, j'ai placé mes drapeaux sur l'île. Les personnes ramenant les drapeaux seront directement inscrites, pas besoin de faire la queue et d'attendre. Un drapeau par personne. Tous les coups sont permis pour les récupérer. Mais seuls ceux qui les ramènent seront engagé. Si vous trouvez les drapeaux et que vous vous le faîtes voler, vous n'avez rien. Je vais aller sur d'autres îles, récupérer du monde. Vous avez jusqu'à mon retour, soit une semaine je pense. Démerdez-vous pour pas tous crever d'ici là. »




Voilà comment on recrute chez des pirates. Un homme sort du lot et s'avance vers moi en m'apostrophant. Je saute du bateau et tombe sur le sol.

« Tu veux quoi ?
Avoir des bateaux et des hommes, c'est bien. Mais avoir des capitaines, c'est mieux.
Tu te proposes ?
Oui.
… Attends deux minutes. J'te connais toi. T'es celui qui obéit au conseil. Tu coules les bateaux et rapporte ce qu'ils contiennent ici.
C'est ça.
Pourquoi tu veux venir ? T'as déjà une place de choix auprès du conseil. T'es tranquille sur Rokade.
Sauf que la marine devient méfiante, et mes ruses ne vont pas durer longtemps. Les mouettes sont connes, mais pas à ce point.

Ça dépend desquelles, tu sais … J'en ai connu qui n'étaient pas futfut », dis en pensant à Yamamoto et Fenyang.

Je lui pose des questions techniques sur la navigation. Je ne vais pas embaucher le premier venu s'il est nul. Heureusement pour lui, il est doué. J'accepte donc son offre et lui donne un drapeau directement. Mais je le préviens que s'il y a mieux, il dégage. Il est néanmoins garanti d'avoir une place dans l'équipage, si ce n'est pas en tant que capitaine. C'est déjà la bousculade sur l'île. Imaginez des centaines de pirates assoiffés de vengeance, de sang, tous voulant la même chose. Ça va vite dégénérer. Mais si je fais ça, j'ai mes raisons. Ça va permettre à l'île de souffler un bon coup, de lâcher de la pression. Et je préfère que ça empire quand je suis là pour éteindre l'incendie et réparer les dégâts plutôt que ça se fasse pendant mon absence.


Un type taille sa route jusqu'à moi en tranchant tout ceux devant lui. Il ne me faut pas longtemps pour reconnaître  Klaus Staurbeker. Un pirate ressemblant au Malvoulant dans sa façon de penser. Chaque fois qu'on s'est vu, il a attenté à ma vie. Chaque fois, j'ai du le punir. Étrangement, je ne l'ai jamais mutilé ou tué, sans vraiment savoir pourquoi. Avec mon Empathie qui a grandit, et aidé par mon empathie naturelle, je crois que je comprends. Il a du potentiel, et s'il arrêtait de le gâcher, il pourrait être une pièce utile pour moi.

« Tu veux quoi ?
Ta tête, comme d'hab.
Sans dec', jamais j'aurais deviné.
Mais pas aujourd'hui. Tu vas partir sur le Nouveau Monde. Tu risques de mourir là bas.
On risque de mourir à chaque instant qui passe. Une météorite sur ta gueule, une artère qui se bouche, un coup de foudre qui te force à foutre en l'air ta vie, un sabre qui vole et te décapite, une mouette mal intentionnée qui vient te picorer les yeux et les oreilles … Tellement de possibilités.
Je veux venir.
Et pourquoi j'te prendrais ?
Parce que tu sais que je peux être utile. Et parce que t'as pas le choix.
Chéri, j'ai toujours le cho*/ »

Il me fait fermer ma gueule en sortant un drapeau. Mon drapeau. Quand je dis mon, je ne veux pas dire que c'est un de ceux que j'ai mis sur l'île. Non, c'est MON putain de drapeau, celui que J'AI accroché en haut de mon mât. Je le reconnaîtrais entre mille à cause des rayures vertes que j'ai faite dessus. J'accède donc à sa requête. J'accepte Ning Gan et Klaus Staurbeker comme les capitaines intérimaires des Roll 1 et 2. Maintenant, direction les autres îles. Mes nouveaux bateaux restent au chantier, pas question de les sortir avant l'heure. Je pars donc avec mon Indomptable. On reparlera d'eux plus tard. On passe les récifs sans trop de soucis, étant habitués. Une fois hors de portée de l'île, je décide de tester les boulets de canons spéciaux sur les carcasse de navires qui traînent dans le coin. Les hommes en chargent quelques uns, histoire qu'on puisse voir. Le boulet glacé, en explosant, créé une couche de givre. Elle n'est pas épaisse, elle n'empêche pas les gens de bouger, mais ça refroidit énormément et gêne les mouvements. Le boulet électrique cause des petits éclairs d'électricité statique qui rend difficile les mouvements pendant quelques secondes. Le boulet au poison libère un nuage de gaz qui incapacite la zone visée. Le boulet enflammé explose et libère des flammes, causant rapidement un incendie. Le boulet parfait pour occuper les hommes et endommager le navire adverse. Le boulet chargé disperse son contenant en explosant, envoyant tout net n'importe quoi partout. Ce boulet est là pour mutiler, causer un maximum de dégâts sur les hommes. Quand au boulet lourd, il traverse simplement la carcasse de part en part sans aucune difficulté. Certes, l'épave est en mauvais état et de petite taille, mais si elle fait ça ici, je suppose que son impact sera à peine amoindrit sur de vrais bateaux. Un sourire traverse mon visage. Lentement, mon armée se met en place. On reprend la route, direction l'île que je souhaite.
http://www.onepiece-requiem.net/t8191-clotho-tas-natak-en-attente-du-test-rphttp://www.onepiece-requiem.net/t8326-fiche-de-clotho-tas-natak#
Page 1 sur 1