AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  OPR AnnexeOPR Annexe  ConnexionConnexion  


[FB 1624] Aaah, la liberté ! Mais... Qui t'es, toi ?

Edward W. Flower
Edward W. Flower

♦ Équipage : The Desperados

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 15 Mai 2012 - 10:35

Après avoir vogué quelques jours sur les flots à l'aide de son embarcation, Edward était finalement parvenu à bon port. Fort heureusement pour lui d'ailleurs, puisque ses réserves de nourritures avaient été vidées et que dans un élan synchrone, la faim lui rappelait à chaque instant sa condition d'homme. Le ventre vide ne lui empêcha pas cependant de ressentir l'excitation d'accoster sur sa première île, première étape de son aventure ! Le jeune homme était ainsi parvenu à son objectif situé sur l'île de Barnanos, malgré les maigres connaissances qu'il possédait en matière de navigation. Après avoir franchi ce moment d'extase, de fierté, Edward reprit finalement ses esprits et se hâta d'amarrer le bateau au quai, en espérant que la place ne soit pas coûteuse. Une chose attira l'attention du jeune pirate et n'était pas si anodine qu'elle n'y paraissait : Deux bateaux de la marine étaient présents au port, deux navires pour une petite ville de plus de dix mille habitants. Deux théories étaient envisageable : Soit les navires n'étaient présents que pour se ravitailler, soit une base de la navire était positionnée dans le environs. En fait, il y avait peut-être même une troisième solution, plus réaliste : Il y avait certainement du grabuge, ce qui avait amené la marine a intervenir. Dans un sens, cette troisième solution n'était pas si illogique : À ce qu'avait lu Ed' dans le journal, Manshon était un point de passage régulier pour de nombreux pirates, chasseurs de primes et mafieux en tout genre.

Pour être plus précis, ces informations sur la fréquentation de Manshon était plus particulièrement ce pourquoi Edward avait décidé choisir l'île comme premier point de passage : Il désirait trouver un équipage, des compagnons avec qui il voyagerait aux quatre coins du globe avec comme seule limite l'immensité de l'océan ! Malgré tout cela, le jeune homme n'était pas pressé. Après tout, il n'avait plus le même rythme de vie que par le passé, il pouvait finalement profiter de sa vie comme jamais auparavant. C'est ainsi qu'Edward se posa sur un banc situé sur le quai afin de se reposer un peu, profitant au passage du dernier morceau de pain rassi qu'il lui restait, contemplant l'horizon avec un petit rictus aux lèvres.


« Je ne me lasserais jamais de contempler ce paysage... » Énonça le jeune homme en un profond soupir de soulagement.


Dernière édition par Edward W. Flower le Mar 15 Mai 2012 - 15:19, édité 1 fois
Kusanagi
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Mar 15 Mai 2012 - 13:05

Cela fait maintenant environ 3 jours , depuis que j'ai quitté l'ile voisine , que je suis entrain de voguer dans cette zone des blues , laissant le hasard me guider vers ma prochaine destination .J'etais a bord de ma miserable barque dont l'esperance de vie semblait se situer dans les 4 semaines ou au pire un mois et demi avant qu'elle ne s'autodétruise , à moins que je trouve à temps un charpentier pour me la retaper mais cependant j'avais de plus grandes ambitions pour qu'un bout de bois de ce genre puisse me porter durant tout cette aventure , il me faut un navire monstrueusement gigantesque.Alors, toujours a bord de ma barque , je résistais tant bien que mal a ne pas succomber a ma faim de loup parceque ça fait environ 24 heure que je n'ai toujours rien a me mettre sous la dent , je n'avais qu'une bouteille de Rhum pour assécher ma gorge et remplir mon estomac .Il fallait vraiment que je trouve une solution car desormais j'etais presque fauché et pour vivre dans ce monde cruel il n'y à que l'argent qui puisse vous garder aussi longtemps que possible en vie .

Bref , donc j'étais finalement arrivé à destination , après avoir amarrer ma barque au quai je ne pu m'empêcher de remarquer les deux bateaux de la marine qui se trouvaient au port , woow ! c'est qu'il doit s'y passer des trucs intéressant ici pour que la marine décide de s'amener dans un coin de ce genre , en tout cas j'ai intérêt a ne pas foutre le bordel si je veut sortir de cet endroit en bonne santé , comme on a l'habitude de le dire prudence est mère de sureté .

J'etais deja a terre entrain de marcher tranquillement quand j'entendis un type m'appelait de loin en me disant :

-Hey !! hey gamin , c'ette place est deja réservée , alors bouge ta barque de là .

-Ahh ! t'inquiete j'en aurais pas pour longtemps , juste le temps de regler quelques choses en ville et j'arrive .

-Mais ....

Je m'éloignais du type en question qui me traitait de tous les noms d'oiseaux et vu que j'avais besoin de renseignement pour savoir ou se trouve le taverne ou l'auberge le plus prés , je me dirige vers un blondinet qui était assis sur un banc , le regard braqué vers l'horizon .

-Yo , tu ne saurais pas par hasard ou estceque se trouve le taverne le plus proche .

Tandis qu'il s'appretais a me répondre , j'entendis tout a coup un bruit , venant de derrière moi qui me fit sursauter ."CRAAACK " on aurait dit le bruit d'une planche qui etait entrain de se briser , je me retourne en direction du bruit et puis qu'estceque je vois ?? ...bordel de merde , un navire de la marine était entrain d'écraser ma barque en prenant ma place , merde maintenant comment allais je faire pour quitter cette ile .Je fus tres enervé quand une fois a terre , certains des soldats de la marine du navire en question , en passant prés de moi se mirent à se moquer de moi .je ne vous le cache pas l'envie de dégainer mon sabre me démangeait vraiment , j'essayais de contenir ma colère mais je ne pu m'empêcher au moins de répondre a leur provocation
[FB 1624] Aaah, la liberté ! Mais... Qui t'es, toi ? Ssuke-12
-Je vous emmerde .

leur dis je quand l'un deux se croyant assez courageux pour me faire face , s'amena devant moi et me sort en plein face :

-Qu'estceque tu viens de dire espece de fils de ........

Il n'eut même pas le temps de terminer sa phrase que , bOOM !! , l'incroyable se produisit , sous l'effet de la colère je lui inflige un coup de boule en plein visage qui l'envoi par terre se tordant de douleur avec les deux mains sur le visage .Les autres soldats de la marine , temoins de la scène voulurent venir en aide a leur compagnon bléssé , ils se dirigerent vers nous , pret à nous sauter dessus .L'un d'eux remarquant qu'en plus d'avoir l'air d'un pirate , j'etais à coté du blondinet , s'écria :

-ILS SONT ENSEMBLES , ILS SONT ENSEMBLES ..........CE SONT DES PIRATES !!!!!


Héhé !! on dirait bien qu'on est dans la merde , mon vieux .
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
Edward W. Flower
Edward W. Flower

♦ Équipage : The Desperados

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 15 Mai 2012 - 15:15

La vaste étendue d'eau qui s'étendait devant ma paire d'yeux contemplatifs restait l'une des plus délicieuses vision que pouvait nous offrir ce vaste monde. Je ne compte plus les fois où j'ai observé ce tableau, inlassablement, c'est et cela reste un réel plaisir à mes yeux et je ne regrette pas d'y consacrer quelques instants chaque jours. Tandis que je dévorais des yeux le panoramique qui m'était offert, manquant de peu de m'endormir sur place, une nouvelle embarcation vint s'ajouter aux autres navires amarrés aux quais. De la barque, qui semblait d'ailleurs crouler sous le poids du vécu, sorti un jeune homme au regard vif. Au vu de son apparence, le protagoniste devait être plus jeune que moi de quelques années mais curieusement, une étrange sensation m'envahit lorsque nos regard se croisèrent. À peine le premier pied posé sur la dalle bétonnée du quai, le gars se fit, de manière absolument spontanée, agresser verbalement par un individu lui aussi présent sur les quais. Bien trop occupé à s'émerveiller devant la beauté des eaux, je ne prêta pas la moindre attention au contenu de leur « discussion » -si seulement pouvait on la qualifier ainsi-. Visiblement, la conversation n'avait que peu durée puisque le jeune homme aux cheveux sombres se dirigeait vers moi, malgré les aboiement incessant et continuels de l'autre mécontent. Ainsi, lorsqu'il fut devant moi, se substituant à la vision idyllique jusqu'ici contemplée, il s'adressa à moi.

« Yo, tu ne saurais pas par hasard où est-ce que se trouve la taverne la plus proche ? » M'interrogea t-il, de manière absolument spontanée.

À peine étais-je arrivé qu'on me prenait déjà pour un guide touristique, c'était plutôt curieux. Je ne possédais pas le moindre signe distinctif qui pouvait montrer mon appartenance à celle île et qui plus est, je m’émerveillais devant le paysage tel un papillon en terre inconnue, de manière typiquement « touriste ». Enfin bon, quoi qu'il en soit les faits étaient là : J'avais rien à lui dire, tout simplement car jusqu'à ce qu'il me le dise, j'ignorais jusqu'à la présence même d'une taverne -bien que cela reste parfaitement logique-. Je m’apprêtais à lui répondre d'un simple et contraignant « J'sais pas », quand un vacarme retentit dans les environs. Je renonça à répondre et tout comme le jeune homme le fit, je portais mon regard vers où le bruit émanait. Un bateau de la marine s'était « garé à l'arrache » aux quais, frôlant mon bateau de prêt et écrasant la barque à côté. Bien que je savais très bien qui en était le propriétaire, je n'avais pas vraiment besoin d'avoir assisté à son arrivée pour comprendre que la barque en question, elle appartenait au jeune homme. De toute façon, vu la tronche qu'il tirait, elle ne pouvait que lui appartenir.

De manière absolument incontrôlée, je frôla le fou rire mais par respect envers mon « collègue de petite embarcation », je retins ce fou rire où il était et attendit avec patience la tournure qu'allait prendre les événements. Pour ainsi dire « enfoncer le clou », des marines, par supposition qui devaient appartenir au navire coupable du dit attentat, passèrent devant nous, riant et énonçant moqueries envers le jeune homme inconnu. Personnellement, une telle provocation ne m'aurait pas vraiment plu mais j'espérais que le gars en question garde ses émotions de coté, histoire qu'il ne s'attire pas plus de problème qu'il n'en avait eu. Dans un sens, ce ne fut pas vraiment le cas. Sans aucun recul, sans aucun sous-entendu, il craqua.

« Je vous emmerde. » Jura t-il, d'une manière plutôt simpliste.

Et là, la discussion partit en vrille. De ma paire d'yeux vifs, j'observais la situation sans broncher, riant sans retenue tellement le contexte était hilarant. Bien trop occupé à m'esclaffer, je ne suivis par vraiment la « conversation ». En gros, si j'eus bien compris ce qu'il se passait : Le marine avait rétorqué de manière pas trop politiquement correcte, le gars avait pas apprécié et lui avait envoyé un coup de tête majestueux. Bref, ça partait en baston. Voyant que la situation commençait à dégénérer un temps soit peu, je m’apprêtais à lever les voiles
-façon de parler, j'voulais juste repartir tranquillement en ville en fait- lorsqu'un événement soudain et inattendu se produisit, témoin de l’imbécillité de la marine.

« Ils sont ensembles ! Ils sont... Ce sont des pirates ! S'exclama l'un des marines.
— Eh ? »

J'eus à peine le temps de réagir vis-à-vis de cette accusation absolument arbitraire et injustifiée -bien qu'elle soit vrai, c'est pas le problème-, que l'un d'entre eux se jeta sur moi sabre en main, prêt à en découdre. Mine de rien, j'avais beau rester quelqu'un de sympathique et d'aimable, fallait pas me pousser à bout non plus. Sans même leur faire l'honneur de sortir mon katana, je pivota sur la droite, évitant de peu la lame qui m'était maladroitement adressée puis, dans un magnifique mouvement, je porta mon genou droit dans les côtes de mon attaquant, l'envoyant se prendre un mur proche directement dans la tronche, en plus d'avoir le souffle coupé. Suite à cela, je me tournais vers ce que je pouvais légitimement appeler « mon collègue », qui semblait d'ailleurs s'amuser tout autant que moi.

« Toi, t'es l'genre de mec qui amène les emmerdes avec lui partout où il va, pas vrai ? » Dis-je avec une pointe d'humour, histoire au moins d'en apprendre plus sur celui qui m'avait foutu dans un sacré pétrin.

Tout en attendant sa réponse, j'en profita pour envoyer mon poing droit claquer sur le visage d'un marine à quelques dizaines de centimètres à ma gauche, avant de le regarder s'écraser par terre le nez ensanglanté.
Kusanagi
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Mar 15 Mai 2012 - 23:19

Malheureusement le fait que je n'ai pas pu avoir un total contrôle sur mes sentiments vienne de me mettre dans une de ces situations gravissimes dans laquelle je pourrais tant bien que mal être désavantagé à cause du nombre supérieur de la marine dans l'ile de Manshon et ainsi deux conséquences peuvent surgir de cette situation .La première est que ne pouvant pas m'occuper de tous les soldats de la marine qui se trouvent sur cette ile , je risque peut être de me faire capturer et puis vite emprisonner dans l'une des QG de la marine de North blue ou alors dans le pire des cas , je me débrouille en me battant comme un chien enragé prêt a bondir sur tout ce qui bouge et je finis par résister à la force de la marine présente sur le port puis ensuite la marine décide d'envoyer du renfort et là peut être que les caporaux vont s'amener et en une fraction de minute ils vont finir par me faire la peau .Ahh ! en tout cas après ne pas avoir respecter l'un des règles que je m'étais fixé lorsque je suis arrivé sur cette ile , j'ai intérêt à déguerpir avant que les renforts puissent s'amener .

Bref , a cet instant precis lorsque j'eus agressé l'un des marines , ils étaient environ une vingtaine de personne a vouloir notre peau .Tandis que les un essayait de nous encercler , les autres nous sautaient dessus , leur sabre à la main avec l'intention de nous découper en petite rondelle .Trois d'entre eux foncerent vers ma direction en m'attaquant avec des coups de sabre à gauche et à droite que j'évitais en faisant preuve d'une tres grande concentration , puis je me baisse en effectuant un puissant coup de pied au sol à 360 degrés les faisant ainsi trébuché .j'ai du profité de cet instant pour jeter un coup d'oeil derriere moi dans le but de voir comment mon soit disant compagnon se debrouille , il semblait être un très bon combattant en se battant de son coté , en plus il ne faisait meme pas usage de son katana mais il se battait a main nue .Hummmm ! je me demande si il se bat aussi bien avec son katana qu'avec ses poings , en tout cas cette personne m'intrigue et ..hey... en y pensant c'est ce genre de personne que j'ai toujours recherché dans le but d'en faire un de mes nakama .héhé !! on dirait bien que pour une fois le hasard fait bien les choses .

« Toi, t'es le genre de mec qui amène les emmerdes avec lui partout où il va, pas vrai ? »


me dit il d'une façon amicale en lançant la conversion

-Moouais , on peut dire ça mais je suis plustot le genre de mec avec lequel on ne risque pas de s'ennuyer .

Lui répondis je en finissant avec un léger touche de rire avant de me retourner avec un coup de pied lateral au niveau de la nuque de l'un de mes adversaires qui etait encore debout pour pouvoir me faire face . Soudain j'aperçus de loin une autre escouade de marine armés d'arme a feux qui se dirigait vers nous , on dirait bien que les renforts arrivent .

-Heu........je crois que là c'est le moment ou on doit se barrer d'ici vite fait .............suis moi .

Quelques minutes plus tard , avec les escouades de la marine qui étaient a notre poursuite a travers la ville , le blondinet et moi on s'introduisit dans une petite ruelle sombre afin d'échapper à nos poursuivant .Heureusement comme par hasard parmi l'escouade qui passait prés de la ruelle en question deux soldats de la marine étaient largement en retard par rapport au reste de la bande , alors je me mis en tête de tirer avantage de ce petit retard .Quand les deux retardataires passèrent pres de notre cachette , je sortis d'un bond brusque puis je les attrape tout les deux au niveau du collet et je les pousse dans la petite ruelle et avec l'aide du blondinet je pu les assommer.Je depouille l'un deux de son uniforme que j'enfile ensuite dans le but de pouvoir duper les forces de la marine un peut plus tard .Je me tourne vers mon collègue et je lui dis :

- t'a interet a faire comme moi si tu veut sortir de cette ile sain et sauf .............partenaire .

Avec un sourire au coin des lèvres je lui tend ma main

-Bon alors , comment te nomme tu .........pirate ?

http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
Edward W. Flower
Edward W. Flower

♦ Équipage : The Desperados

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Lun 21 Mai 2012 - 1:35

Effectivement, dans un certain sens, j'avais eu ce que je voulais. Je désirais une aventure excitante, digne d'un vrai pirate et le hasard fut que le premier pieds posé sur l'île, je fis la rencontre d'un appât à problèmes. Cela aurait du être problématique effectivement, puisque cette rencontre se solda par une bagarre avec un groupe de marines, mais finalement, cela ne me dérangea guère plus que ça. Blague à part, je continuais de tabasser chaque marine qui s'approchait trop prêt de moi, aussi bien que je le pouvais, enchaînant les coups sans pour pour autant prendre le temps de dégainer ma lame.

« Mouais, on peut dire ça mais je suis plutôt le genre de mec avec lequel on ne risque pas de s'ennuyer. » Rétorqua le protagoniste tout en continuant de se battre.

Visiblement, notre petite altercation n'était pas restée anonyme bien longtemps, des renforts venaient dors et déjà en notre direction, bien déterminés à nous mettre aux verrous. Pour le fairplay, cela ne m'aurait pas dérangé que ça de me livrer mais justement, je n'avais vraiment pas que ça à faire, une longue aventure m'attendait. Les renforts en question, du point de vue quantitatif tout du moins, étaient en nombre suffisant pour malgré leur force, nous encercler sans trop de problèmes. Nous avions beau être plus fort, ils pourraient réellement nous submerger. Visiblement, je ne fus pas le seul à me pencher sur cette question puisque le regard de mon camarade de fortune était lui aussi rivé sur la masse armée qui fonçait droit en notre direction.


« Heu... Je crois que là c'est le moment où on doit se barrer d'ici vite fait... Suis moi ! » Reprit-il, regorgeant de perspicacité.

À peine avait-il terminé sa phrase que j'avais déjà commencé à détaler en direction des ruelles de la ville. Selon toute logique, le jeune homme n'avait pas non plus tardé à me rejoindre dans ma course, laissant sur l'instant les ruines de sa barque sombrer dans les abîmes. Nul ne sait si les marines de cette ville étaient réellement incompétents, ou bien si nous étions réellement doués pour semer nos poursuivants mais dans tous les cas, nous avions déjà semés le peloton, sans grande difficulté. La course poursuite nous avait finalement mené dans une étroite ruelle, aussi sombre que le soleil même daignait y faire don de sa divine lumière. Au moins, cet endroit désolé était propice aux fuyards tels que nous, on allait tout de même pas cracher dessus. Tandis que j'effectuais diverses positions les plus étranges les unes que les autres pour retrouver mon souffle, l'autre individu s'écarta vers la route et me fit signe. Apparemment, deux marines qui avaient perdus leur peloton vagabondait à la recherche de leurs coéquipiers, traversant la ruelle voisine à pas curieusement détendus. Je compris immédiatement où voulait en venir le gars et en un instant, on avait assommé les deux protagonistes malchanceux. Soudain, tandis que le jeune homme était en train de se vêtir du vêtement de l'un des marines, il prit de nouveau la parole, triomphant du calme qui s'était installé durant un court moment.


« T'as intérêt à faire comme moi si tu veux sortir de cette île sain et sauf... Partenaire. Bon alors, comment te nommes-tu, pirate ?
— Edward W. Flower. »

Au moins, il était franc. J'aime bien les gens comme ça, qui n'ont aucune hésitation à dévoiler le fond de leur pensée, afin que l'on puisse les lire aussi facilement qu'un livre ouvert. Cependant, ce genre de tactique, ça me disait rien. C'est vrai, j'étais tombé bien bas. Bas, mais pas suffisamment pour être obligé de vêtir cet accoutrement, ce qui était selon toute évidence une véritable atteinte à mon nouveau statut de pirate... Non, j'avais déjà une petite idée du comment j'allais faire pour me sortir de se pétrin, une solution plutôt marrante, qui plus est. Sans expliquer le pourquoi du comment, je passais ma main derrière ma tête puis j'ôtais l'élastique qui retenait mes cheveux. En un trait, toute ma chevelure tomba jusqu'à mes épaules. Je passa rapidement ma main dans mes cheveux afin de coiffer un peu tout ça. Toujours sous le regard incompréhensif de l'individu, je me plaçais devant une vitre proche et me contempla. Avec les cheveux ainsi coiffés, je ressemblais à s'y méprendre à une fille, à l'évidence les marines n'y verraient que du feu. Je sortis alors « l'emballage en tissu » que j'utilisais habituellement pour recouvrir mon sabre puis l'enfila sur ce dernier, vraisemblablement dans le but de le cacher.

« Magnifique, n'est-ce pas ? Dis-je tout en riant légèrement. C'est l'avantage de ce physique frêle, je peux facilement me faire passer pour une fille, ils n'y verront que du feu. Après une courte pause, tandis que des cris de rassemblement de marines se faisaient entendre, je repris. Ce que je te propose, c'est que nous nous séparons. Pendant notre trajet j'ai aperçu une auberge, à la troisième rue en partant de la droite. On se rejoint là-bas ! »

Et sans perdre plus de temps, je partis en premier. De toute évidence, la situation était trop dangereuse pour que l'on se permette le luxe de rester ensemble, il n'y avait alors d'autre choix que de se disperser afin de se retrouver plus loin, histoire en plus de désorganiser encore un peu plus les pauvres marines. Une dizaine de minutes plus tard, je me trouvais dans l'auberge, assis à une table en espérant que le gars n'eut pas rencontré de problèmes, pas plus qu'il n'en avait déjà, tout du moins.
Kusanagi
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Mer 23 Mai 2012 - 10:09

Apparemment l'idée que j'ai eus de faire usage des uniformes de la marine histoire de nous mélanger a nos poursuivants après les avoir offert une bonne baston monumentale destiné à les envoyer au pays des merveilles semblait être une mauvaise idée pour le blondinet qui jugeait cela comme une trahison envers sa pauvre personne.Cependant je ne vais pas m'attarder a jugé mon " collègue " sur ce simple fan parceque justement je viens juste de le rencontrer donc pas la peine de se précipiter .

-Edward Flower !

Me répondit il en me faisant connaitre son nom qui en passant etait disons un peut original pour un nom de pirate . Esperons qu'il est plus terrifiant

-Ahh ! Edward , hein ? ......Moi c'est kusanagi .

Tout a coup , pendant que je mettais l'uniforme des soldats de la marine , le blondinet eut une idée pour sortir d'ici incognito .En passant sa main derriere sa tete , il ôta l'élastique qui retenait ses cheveux puis soudain toute sa chevelure , qu'il s'occupa après de bien coiffer , tomba sur ses epaules .WoOw !Je dois avouer qu'avec cette stratégie il ne risque pas de se faire reconnaitre par les marines , même moi j'aurais du mal a le reconnaitre tellement il à changer sous cette forme .Humm ......Cette personne m'intrigue de plus en plus , ça serait cool de l'avoir une personnes de ce genre pleines de ressources à mes cotés lors de mes aventures dans le monde de la piraterie .

Pendant que j'étais a fond dans mes pensées , je fus ramené sur terre par Edward qui me proposa de nous séparer afin de ne pas éveiller des soupçons aupres de nos poursuivants et puis ensuite nous nous retrouverons dans un auberge qui se situait pas très loin de là ou on étaient .je hocha la tête du haut vers le bas pour lui faire savoir que j'étais d'accord puis il s'en alla en premier .

Quelques minutes plus tard en me baladant dans la rue à bord de mon uniforme de soldat de la marine j'arrive enfin dans l'auberge en question et il me fallut quelques instants pour apercevoir Edward qui etait assis sur une des tables puis je vais le rejoindre .
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
Edward W. Flower
Edward W. Flower

♦ Équipage : The Desperados

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Jeu 24 Mai 2012 - 1:32

De manière absolument volontaire, je m'étais positionné à une table en retrait par rapport aux autres, histoire que l'on puisse discuter tranquillement lorsque Kusanagi arriverait. De la méfiance ? De la crainte ? Appelez ça comme vous le désirez mais pour moi, cette table était suffisamment écartée pour que l'on n'est rien à craindre des autres clients de l'auberge et ça, c'était amplement suffisant pour le moment. Nous avions déjà suffisamment de problèmes comme ça, il ne faudrait surtout pas que d'autres ennuis viennent s'y ajouter. Pour en revenir au moment présent, l'auberge était une bâtisse plutôt agréable, à l'architecture sobre et pourtant bien convivial. Niveau chiffre d'affaire, l'aubergiste ne devait sûrement pas regretter son choix d'ouvrir une auberge ici, au vu du nombre de clients présents dans l'établissement. Pour dire simplement, j'avais même eu un certain coup de chance à trouver une table séparée et vide, comme quoi le vent avait semblé tourner en ma faveur pour un court moment.

D'ailleurs, tout cela est bien beau mais en y repensant, j'avais vraiment la dalle. Comme l'autre jeune homme m'avait embarqué dans ses emmerdes, je m'étais retrouvé dans une certaine pagaille et j'en avais complètement oublié d'aller refaire le plein de vivres. Enfin techniquement, je n'y pensais pas du tout à la bouffe, ce ne fut que lorsque mon estomac cria famine que le déclic se produisit. En attendant, j'avais vraiment faim et le dénommé Kusanagi daignait refaire surface. Plusieurs solutions possibles : Soit il s'était fait embarqué par des marines, soit il s'était perdu, soit il avait décidé de visiter un peu les environs avant de me rejoindre. Pour être franc, je m'en tamponnais un peu des raisons de son retard : Les faits étaient là, j'avais l'estomac dans les talons et un aubergiste à quelques mètres. Dans un geste franc et solennel, je leva le bras et accompagna le geste scolaire d'une formulation brève.


« Hé ! Un menu du jour et un sake pour cette table ! » Interrogeais-je, ma faim se faisant clairement ressentir sur le ton de la phrase.

Quelques minutes suffirent à l'aubergiste pour me concocter un repas digne de ce nom...ou pas. Je vais pas vous mentir : C'était indéniable, j'avais la dalle. Et que l'on soit clair à ce propos, je suis typiquement le genre de gars qui lèche l'assiette pour ne rien y laisser, le genre de mec qui bouffe la couenne du jambon, vous voyez le genre ? Et bien cette fois-ci, c'était bien différent. Impossible de savoir si le contenu de l'assiette était comestible ou pas, mais malgré ça, il faisait vraiment la gueule. Pour ne rien vous cacher, je m'attendais même à y trouver un rat mort, des morceaux de doigts 'fin bon, exactement le genre de « repas » qu'on ignorait jusqu'à l'existence et qu'on aurait préféré éviter au possible. Bien que l'envie de me nourrir de ça était bien loin, mon estomac me fit à chaque seconde supplémentaire d'hésitation, remarquer que le choix était évident : « Quitte à bouffer du sable, bouffe du sable ! ». Heureusement pour ma santé mentale et physique, l'alcool de riz était bien plus appréciable et me permit d'oublier rapidement le goût du repas qui me restait au fond de la gorge. Finalement, tandis que l'intégralité de l'assiette avait été « subie » et mon verre dégusté, un individu entra dans l'auberge. Vu son look, cela ne pouvait être que Kusanagi, il avait finalement retrouvé ma trace... J'avais pourtant bien expliqué la localisation de l'endroit, étrange. J'attendis tranquillement qu'il me remarque puis, lorsqu'il fut enfin posé, je débuta les retrouvailles.


« J'espère que tu n'as pas été suivi, ça risquerait de se compliquer s'ils venaient à encercler le bâtiment... Soupirais-je, espérant que la réponse à cette vérification fut positive. Bref, tout à l'heure tu m'as appelé Pirate, sachant que je ne le suis que depuis quelques jours, comment l'as-tu deviné ? Repris-je, bien curieux de savoir de quelle manière il s'y était pris pour me connaître. Si je me souviens bien, tu m'as aussi appelé comme ton partenaire... En suivant ça et le fait que tu ne t'es pas dérangé de tabasser des marines, je suppose à mon tour que tu es un pirate, n'est-ce pas ? »

Avec un peu de recul, la conversation prenait rapidement des allures d'interrogatoire et même si ce n'était pas pour me déplaire, il fallait éviter de partir en tension si rapidement, c'est pas conseillé.

« D'ailleurs, que faisais-tu dans les environs ? Tu es avec ton équipage ? » concluais-je, mettant ainsi fin à ma longue intervention aux airs de tirade.
Kusanagi
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Ven 25 Mai 2012 - 17:06

En arrivant dans l'auberge je ne pu m'empêcher de remarquer qu'elle était carrément presque pleine surement parce qu'elle devait être efficace sur le domaine du service c'est a dire que la nourriture doit etre excellente et le sejour assez agréable ainsi on peut supposer que les clients qui y font une escapade doivent être très bien satisfaite par l'établissement . il y'a aussi une autre chose qu'on remarque tout de suite en entrant dans cette auberge c'est la décoration et l'ambiance .En effet dans cette auberge ( qui se rapprochait d'une auberge a 4 étoiles ) on se laissait séduire par une ambiance feutrée et conviviale de la belle salle à manger rustique avec ses poutres apparentes et sa grande cheminée , nous faisant ainsi voyager pendant un laps de temps dans un monde parallèle ou tout ce qui compte vraiment est le sourire qui s'affiche sur le visage des gens venu pour avoir un peut de bon temps loin du monde cruel qui nous entoure .

Edward qui était déjà sur place , assis là sur une des tables de l'auberge ,avait apparemment une de ces faim de loup parce que je n'étais même pas encore arriver que le mec etait déjà entrain d'engouffrer un plat qu'il prit la peine de bien accompagner avec une bonne bouteille de saké histoire de d'assécher sa gorge .Une fois arrivé au niveau de la table je m'assois en lui disant avec une petite dose d'humour .

-Alors toi tu devais vraiment avoir faim , hein ?

Il me posa une question qui était a savoir si j'ai été suivit et évidemment vu que pour l'instant depuis que je suis sortit de la ruelle je n'ai rien rencontrer de louche . ma réponse a sa question a été un grand non .

Puis avec un léger sourire au visage je fais signe à l'aubergiste et je lui fait savoir que j'aimerais bien avoir un sake et heu......baah , je pense que ça sera tout , disons juste que pour cette fois çi je vais juste me contenter d'un saké en faisant la causette au blondinet qui se trouvait devant moi .La discussion pu enfin commencer et c'est le blondinet lui meme qui ouvrit le bal .

-Bref tout a l'heure tu m'as appelé pirate sachant que je ne le suis que depuis quelques jours , comment l'as tu deviné ?


Le sourire au coin des lèvres je lui répond avec un petit air d'un mec qui faisait le malin .

-La façon dont tu a réagis quand les marines nous ont attaqués m'ont un peut mis la puce a l'oreille , un individu normal au lieu de se battre contre eux aurait juste essayer de se justifier ou de les contre dire mais cependant toi tu t'es juste compter de leur botter le cul en plus il n'y a que les pirates qui sont assez fou pour s'attaquer aux soldats de la marine .Héhé !!

A peine eus je répondis a sa première question , qu'il enchaina avec une autre
question . il voulait savoir si je suis un pirate .

-Bingo !! a ce que je vois tu a le flair , et oui je suis un pirate mais cependant je viens juste de débuter .


Et puis encore une autre question

-D'ailleurs , que faisais-tu dans les environs ? tu es avec ton équipage ?

Ahh ! sérieusement on se croirait être a une interrogation dans l'une des QG de la marine tellement les questions n'arrêtaient pas de défiler sous mon nez .En se basant sur cela , Edward semble être le genre de gars curieux qui lorsqu'il veut quelques choses , il n'hésite pas à aller jusqu'au bout pour l'obtenir .

Finalement ma commande arriva et apres avoir pris un long et savoureux gorgée de mon saké , je prend l'air le plus sérieux que j'ai et puis je répond à sa dernière question .

-L'aventure ! c'est la seule raison qui fait que je me trouve sur cette ile et non je n'ai pas encore d'equipage .Mais cependant j'ai l'intention d'en creer une et de marquer les esprits avec .

Je fait un petit pause en buvant mon saké puis je reprend la discussion :

-Es tu a bord d'un équipage .....Edward ?
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
Edward W. Flower
Edward W. Flower

♦ Équipage : The Desperados

Feuille de personnage
Dorikis: 500
Popularité: 0
Intégrité: 0

Mar 29 Mai 2012 - 1:21

Le jeune homme en question arborait une certaine vivacité, une personnalité bien propre lui et à son statut de pirate. Quoi qu'il en soit, je l'avais de manière absolument volontaire questionné sur son comportement lors de notre rencontre, histoire de confirmer l'idée que je m'en étais fais : J'avais tout simplement agis comme un pirate, ne faisant preuve d'aucune hésitation à porter la main sur des soldats de la marine, sans crainte d'éventuelles représailles. Je l'avais compris au vu de son comportement et de son style de combat, mais il m'apporta la confirmation qu'il débutait seulement son aventure dans la piraterie, tout comme moi.

Bien que d'apparence insistante et inappropriée, cette discussion aux allures d'interrogatoire me permit de cerner convenablement l'identité du protagoniste, ce dénommé Kusanagi. Après qu'il eut ingurgité une grande gorgé d'alcool de riz, il répondit finalement à la dernière question dont je lui avais fait part :  Les raisons de sa présence ici et pourquoi pas, sa possible présence dans un équipage. Sa réponse fut catégorique mais pourtant bien prévisible, il n'y avait pas d'autres réponses possibles à vrai dire.


« L'aventure ! C'est la seule raison qui fait que je me trouve sur cette île et non, je n'ai pas encore d’équipage. Mais cependant, j'ai l'intention d'en créer un et de marquer les esprits avec. » Me confia-t-il, le regard bercé de rêves et d'illusions.

Il était pourvu d'une motivation plutôt impressionnante, c'est en tout cas ce que me disaient les traits de son visage ainsi que son regard, si révélateurs qu'on aurait pu lire sur son visage le récit de l'intégralité de son existence. Encore une fois, le concerné profita de cette petite pause dans la discussion pour reprendre une gorgée de sa choppe, avant de reprendre plus sérieusement la conversation.


« Es-tu à bord d'un équipage, Edward ? » Me demanda-t-il, d'une manière plutôt simpliste.

Encore une fois, la question n'attendait pas une foule de réponses et dans mon cas, la réponse à donner était bien certaine. Après avoir bu une gorgée de Sake à mon tour, je répondis.


« Non. Pas pour le moment, tout du moins. Je compte bien rejoindre un équipage ou bien créer le mien, je ne sais pas encore... Mais une chose est sûre, nos routes se recroiseront de nouveau et cette fois-ci, pas en tant qu'alliés, n'est-ce pas ? » Conclue-je, terminant la phrase par un léger rictus couplé d'un clin d’œil.

Tandis que j'attendais une potentielle réaction de la part de mon interlocuteur, mon regard se dirigea soudainement vers l'extérieur de l'auberge, devant l'entrée plus précisément. Des marines semblaient se rassembler devant le bâtiment, inutile d'en demander la raison : Ils étaient venus pour nous, sans aucun doute.


« T'as été suivi, on dirait, révélais-je à Kusanagi, tout en effectuant un léger geste de la tête vers le devant de l'auberge, par la fenêtre. Apprête-toi à courir vers la porte de service, derrière le comptoir. »

Il ne fallait pas perdre de temps, nous ne devions pas être encerclés, auquel cas nos aventures respectives se termineraient bien plus rapidement que prévu. Dans un geste synchrone et vif, je me leva et sorti de ma sacoche une petite poignée de graines teinté d'un vert sombre puis, après m'être retourné vers l'entrée, balança les graines au niveau de la porte. En un instant, des imposantes ronces apparurent, envahissant l'entrée et rendant impossible le passage. Sans m'y attarder plus que cela, je lança à Kusanagi un « Go ! » plutôt spontané et en quelques secondes, je traversais déjà la porte de service après être passé au dessus du comptoir avec un mouvement digne des plus grands acteurs de parkour. Une fois arrivés à l'extérieur, tandis que les cris de marines désorganisés germaient de partout, je me tourna une nouvelle fois vers le jeune homme.

« Par chance cette entrée est plutôt discrète, ils n'avaient pas prévu le coup. Par contre, on ne doit pas rester ici, sinon on est bon pour passer le reste de notre existence aux fers. »

En parfait symbole de salutation et d'au revoir, je posa ma main sur son épaule.

« En tout cas, je suis ravis d'avoir fait ta connaissance. J'espère bien que lorsque nous nous reverrons de nouveau, tu sera bien plus fort que tu ne l'es, il le faudra bien si tu comptes m'affronter par la suite... »

Évidemment, je n'avais prononcé cette phrase que par pure rigolade bien qu'au fond, un petit soupçon de vérité en ressortait. Une dizaine de secondes plus tard et je tournais déjà à l'angle de la ruelle, adressant à mon compagnon de fortune un signe de la main amical, « bye ! ».

Et c'est ainsi que ce clôtura ma première rencontre. C'est le pas léger que je continuais mon périple dans le dédale de ruelles de cette ville, Manshon, l'esprit encore attaché au personnage rencontré.
Kusanagi
Kusanagi

♦ Équipage : Les ombres du chaos

Feuille de personnage
Dorikis: 5173
Popularité: -332
Intégrité: -319

Dim 10 Juin 2012 - 14:43

Pour l'instant tout ce passait bien ,le fait qu'on se soit mélangés aussi bien que mal à la bonne ambiance et à la clientèle de l'auberge pouvait être définit comme un petit avantage pour Edward et moi juste parce que pour une fois les regards et les suspicions n'étaient pas braqués vers nous , conclusion on étaient très à l'aise et très détendu malgré notre petit combat contre la marine un peut plus tôt .Avec les questions disons un peut curieuse que le jeune homme devant moi ( Edward ) me posait tout en les enchainant l'une après l'autre , la discussion devenait au fur et a mesure que l'on avançait un peut plus intéressante parce que d'une certaine manière elle nous permettait d'en savoir un peut plus sur son interlocuteur ou au moins pouvoir cerner son personnage histoire de savoir a qui on à faire .

En buvant mon saké et en écoutant sa dernière question ( que d'ailleurs j'ai répondu avec un non direct tout en essayant de développer la reponse ) qui était à savoir si je suis avec un équipage , je lui repose a son tour la même question et il me répondit :

« Non. Pas pour le moment, tout du
moins. Je compte bien rejoindre un équipage ou bien créer le mien, je ne
sais pas encore... Mais une chose est sûre, nos routes se recroiseront
de nouveau et cette fois-ci, pas en tant qu'alliés, n'est-ce pas ? »

Dit il tout en finissant sa phrase avec un leger rictus couplé d'un clin d'oeil .

Humm ......Apres avoir entendu ce qu'il vient de me dire , je commence a l'aimer bien ce petit blondinet , son état d'esprit est une chose rare qui malheureusement manque à la plupart des pirates de notre génération et ce petit truc me donne même envie de me mesurer a sa personne histoire de voir si il est aussi fort qu'il ne le laisse paraitre .

J'étais sur le point de répondre quand tout a coup je ne pu m'empêcher de remarquer à travers l'une des fenêtres de l'auberge , qu'a l'extérieur les soldats de la marine semblaient vouloir nous encercler .En suivant le conseil d'Edward je coure vers la porte de service derrière le comptoir tandis qu'une fois a mon niveau , il condamna la sortie afin que nos poursuivants ne puissent pas nous atteindre . Quelques instants plus tard on se trouvaient a l'extérieur .

« En tout cas, je suis ravis d'avoir
fait ta connaissance. J'espère bien que lorsque nous nous reverrons de
nouveau, tu sera bien plus fort que tu ne l'es, il le faudra bien si tu
comptes m'affronter par la suite... »


Me dit il avec un grand sourire sur le visage .Bien qu'il n'était pas à 100% serieux sur ce qu'il venait de me dire , je me suis contenter de le prendre aux mots et je lui repond .

-Idem pour moi , c'était un plaisir de te rencontrer

Puis je reprend avec un sourire au coins des lèvres

-T'inquiète , occupe toi juste de ta personne , parce que la prochaine fois qu'on se rencontrera je serais assez fort pour te faire mordre la poussière , héhé !!

Lui dis je tout en faisant un léger rire .Quelques secondes après , Edward s'éloigna en me faisant un signe de la main avant de tourner et disparaitre a travers un ruelle .

Malgré les petites problèmes auxquels j'ai du faire face pour rencontrer ce petit blondinet pirate sortit de nulle part , je ne regrette rien de qui s'est passé aujourd'hui et j'espère bien que la prochaine que l'on se rencontrera on n'aura un peut plus de temps à faire connaissance mais cette fois çi à travers ........nos poings .


Fin
http://www.onepiece-requiem.net/t4836-kusanagi-les-tenebres-en-personnehttp://www.onepiece-requiem.net/t4889-fiche-de-kusanagi
Contenu sponsorisé



Page 1 sur 1